Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Mathador
Expert

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Mathador le Ven 11 Jan 2019 - 21:28
@nounours a écrit:
@Mathador a écrit:Bien sûr. Mais ils n'ont aucun intérêt à le faire, tant qu'ils auront des larves en face.

Ou des syndicats qui préfèrent soigner leur image ...

Et surtout jouer contre les intérêts de leurs adhérents. Une guilde qui se respecte s'arrange pour restreindre leur nombre et rendre l'entrée dans le métier plus sélective. C'est ce que fait par exemple l'Ordre des médecins qui défend la régionalisation (et donc le maintien) du numerus clausus. Pendant ce temps, un certain nombre de syndicats demandent à créer plein de postes…
Pat B
Pat B
Habitué du forum

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Pat B le Ven 11 Jan 2019 - 22:19
@ycombe a écrit:
@Mathador a écrit:
Les HSA étant annuelles, donc si l'on faisait une proportionnalité (un agrégé faisant 3HSA a 20% de traitement en plus, et cette augmentation est majorée de 10% (taux minimum) ou 25% (taux standard)) les congés payés seraient automatiquement pris en compte.
Ton argument vaut par contre pour l'ISOE, les HSE, etc. (mais si l'on appliquait cette logique les HSE seraient une HSA divisée par 52 au lieu de 36, et au final on y perdrait).
Oui, l'argument vaut surtout comme moyen d'expliquer à quel point les HSE et les HSA sont, dans leur calcul actuel, un vrai scandale. On entend souvent l'argument de la base de calcul qui est désavantageuse pour  la majorité des enseignants, on entend beaucoup moins le démontage de la rémunération sur 36 semaines ne prenant en compte aucune des semaines de vacances. Un minimum serait l'ajout de 5 semaines dans le calcul, mais une proportionnelle annuelle  serait tout à fait logique: les travaux invisibles des 12-5 semaines sans élèves qui ne sont pas, d'après le conseil d'état, des congés payés étant aussi augmentés par le fait d'avoir des HS.

Pour le calcul de l'HSE, une division par 52 d'une HSA portée de 36 à 52 semaines ne tient pas: elle ne tient pas compte du fait que les HSE doivent, aussi, être versées pendant les congés (aussi bien ceux en travail invisible qui augmentent du fait des HSE et les congés payés qui doivent tenir compte de toute la rémunération. Pour en tenir compte, il faut que 36 HSE correspondent toujours à une HSA. Ainsi, on ne compte que les heures effectivement effectuées mais ce calcul inclus le partie due au titre du versement correspondant aux congés (et donc le versement d'HSE se ferait sans augmentation du salaire pendant les congés).

Ce qui donnerait, pour une base de calcul de 18 000€:

  • Maintenant: HSA = 18 000/18*36/52≈692.31 et HSE≈692.31/36≈19.23
  • Avec un calcul annualisé: HSA=18 000/18=1000€ et HSE≈1000/36≈27.78€

Soit une augmentation de l'HSA et de l'HSE sans tenir compte d'un calcul basé sur le salaire réel de 44% chacun.

Je ne comprends pas cette obsession de ramener à 36 semaines (ni à 36 semaines + 5).
On bosse plus de 35h par semaine, pendant ces 36 semaines, et un certain nombre d'heures en-dehors de ces 36 semaines. On est à temps plein, donc l'état admet qu'en réalité nous faisons 1607h de travail annuel ; simplement, elles sont plus condensées que les "35h par semaine" légales : c'est comme si on faisait plein d'heures supp certaines semaines et qu'on avait plein de jours de rattrapage.
Bref, tout ça pour dire que l'ISOE, les HSA, etc, doivent être payées sur l'année, point barre.

Et pour les HSA, elles doivent être majorées de 10% minimum, dans le privé ; alors pourquoi l'état s'exempte-t-il de suivre cette loi ? De la même façon qu'il s'est exempté de nous passer aux 35h... (ou de nous revaloriser en considérant qu'on fait davantage)


Pour moi, pas question de faire des heures supp : je profite de mon temps partiel de droit pour enfant handicapé, je ne tiendrais pas le coup à temps plein et encore moins avec des heures supp (ou alors en dégradant très fortement la qualité d'enseignement ; je l'ai fait dans le passé, contrainte et forcée, mais en collège ; en lycée je n'imagine pas y arriver).
N'empêche que si les heures supp étaient rémunérées comme partout dans le privé, l'état chercherait moins à y recourir... Et dans tous les cas, qu'elles puissent être imposées (à ce point) est à refuser catégoriquement.
Et le fait que l'établissement reçoive une enveloppe d'HSA qu'il ne peut convertir en heures postes est à gerber... Je ne comprends pas qu'il n'y ait pas eu de réaction à l'époque.
Mathador
Mathador
Expert

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Mathador le Ven 11 Jan 2019 - 22:37
@Pat B a écrit:Je ne comprends pas cette obsession de ramener à 36 semaines (ni à 36 semaines + 5).
On bosse plus de 35h par semaine, pendant ces 36 semaines, et un certain nombre d'heures en-dehors de ces 36 semaines. On est à temps plein, donc l'état admet qu'en réalité nous faisons 1607h de travail annuel ; simplement, elles sont plus condensées que les "35h par semaine" légales : c'est comme si on faisait plein d'heures supp certaines semaines et qu'on avait plein de jours de rattrapage.
Bref, tout ça pour dire que l'ISOE, les HSA, etc, doivent être payées sur l'année, point barre.

Oui pour les HSA, effectivement (et en s'indexant sur le vrai traitement, pas le « traitement moyen » du décret qui est inférieur au vrai traitement moyen).
Pour l'ISOE, c'est le montant annuel qui est fixé, donc qu'elle soit payée sur 9, 10 ou 12 mois cela ne changera pas la paye totale.
Pour les 36 semaines, c'est important dans le cas des HSE (et c'est donc @ycombe qui a raison), car cela se traduit par le fait qu'une heure de suppléance reflète 1/36e de la quantité de travail d'une HSA (ce qui est pris en compte dans la formule des HSE, qui divise le montant des HSA par 36 avant majoration).

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Mathador
Mathador
Expert

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Mathador le Ven 11 Jan 2019 - 22:48
@Pat B a écrit:Et dans tous les cas, qu'elles puissent être imposées (à ce point) est à refuser catégoriquement.
Dans une institution qui fonctionne correctement, cela ne me choquerait pas: mais cela supposerait qu'on les paye correctement, que l'on donne de l'importance au fait que les élèves travaillent et se tiennent correctement et que ces HSA servent à éviter les services partagés plutôt qu'à les créer.
Par contre, bien sûr que dans le contexte actuel demander 19h d'emploi du temps à un certifié de LM en lycée est un supplice… mais ce n'est pas que le volume horaire qui est à remettre en cause mais aussi les facteurs sus-cités et le fait que l'on ne mette pas que des agrégés sur les services 100% lycée (ce qui en français constitue les 2 dernières années).

@Pat B a écrit:Et le fait que l'établissement reçoive une enveloppe d'HSA qu'il ne peut convertir en heures postes est à gerber... Je ne comprends pas qu'il n'y ait pas eu de réaction à l'époque.
Ben disons que c'est le rectorat qui crée les postes, pas les chefs d'établissements et que lorsqu'on donne un nombre d'heures donné (la DHG), tout ce qui est en plus de la quotité des postes existants constitue de fait des HSA, à moins que le rectorat accepte de créer un BMP ou un poste.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
avatar
pseudo-intello
Neoprof expérimenté

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par pseudo-intello le Sam 12 Jan 2019 - 0:03
@Pat B a écrit:
Et le fait que l'établissement reçoive une enveloppe d'HSA qu'il ne peut convertir en heures postes est à gerber... Je ne comprends pas qu'il n'y ait pas eu de réaction à l'époque.

Techniquement, il y a UN moyen : tous les enseignants refusent les HSA. Elles sont converties.



Je ne l'ai vu faire qu'une fois.
avatar
pseudo-intello
Neoprof expérimenté

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par pseudo-intello le Sam 12 Jan 2019 - 0:08
@Mathador a écrit:Ben disons que c'est le rectorat qui crée les postes, pas les chefs d'établissements et que lorsqu'on donne un nombre d'heures donné (la DHG), tout ce qui est en plus de la quotité des postes existants constitue de fait des HSA, à moins que le rectorat accepte de créer un BMP ou un poste.

Il me semble, au contraire, que c'est du ressort du CA. Le rectorat donne peut-être des directives : faire sauter mon poste et celui d'un collègue, répartir les heures en 15 divisions quand on les répartir en 16... mais le CA est souverain.
Mathador
Mathador
Expert

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Mathador le Sam 12 Jan 2019 - 0:27
@pseudo-intello a écrit:
@Pat B a écrit:
Et le fait que l'établissement reçoive une enveloppe d'HSA qu'il ne peut convertir en heures postes est à gerber... Je ne comprends pas qu'il n'y ait pas eu de réaction à l'époque.

Techniquement, il y a UN moyen : tous les enseignants refusent les HSA. Elles sont converties.



Je ne l'ai vu faire qu'une fois.

Quand ça ? Depuis la réforme Châtel (pour le lycée) et la réforme #stercoraire2016 (pour le collège), avec les heures de marge, il y de bonnes chances que le rectorat retire purement et simplement les HSA dont on ne veut pas.

@pseudo-intello a écrit:
@Mathador a écrit:Ben disons que c'est le rectorat qui crée les postes, pas les chefs d'établissements et que lorsqu'on donne un nombre d'heures donné (la DHG), tout ce qui est en plus de la quotité des postes existants constitue de fait des HSA, à moins que le rectorat accepte de créer un BMP ou un poste.

Il me semble, au contraire, que c'est du ressort du CA. Le rectorat donne peut-être des directives : faire sauter mon poste et celui d'un collègue, répartir les heures en 15 divisions quand on les répartir en 16... mais le CA est souverain.

Peut-être. Mais que cela apporte-t-il si le rectorat refuse de pourvoir le poste ? Le chef d'établissement peut-il de sa propre initiative recruter un contractuel et l'affecter sur le nouveau poste sans la coopération du rectorat ?

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
avatar
pseudo-intello
Neoprof expérimenté

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par pseudo-intello le Sam 12 Jan 2019 - 1:42
@Mathador a écrit:
1- Quand ça ? Depuis la réforme Châtel (pour le lycée) et la réforme #stercoraire2016 (pour le collège), avec les heures de marge, il y de bonnes chances que le rectorat retire purement et simplement les HSA dont on ne veut pas.


2- Peut-être. Mais que cela apporte-t-il si le rectorat refuse de pourvoir le poste ? Le chef d'établissement peut-il de sa propre initiative recruter un contractuel et l'affecter sur le nouveau poste sans la coopération du rectorat ?
1- A la louche, 2010.
Et je ne crois pas que les heures soient retirées purement et simplement : après tout, quand on fait 16 classes avec une DHG prévue pour n'en faire que 15 (selon le rectorat) ou 17 quand le rectorat (ou l'IA, je m'y perds) en prévoit 16, on ne nous sucre pas les heures de la 16e (ou 17e, donc) classe.

2- Il faut un contractuel pour les HP à pourvoir, que ce soit un BMP ou un poste étiqueté en tant que tel, donc concrètement, ça ne change rien.

Il y a une dizaine d'années (quand es CSD hors commune ne pouvaient légalement pas être imposés), un collègue avait fait un recours et obtenu gain de cause. Au CA, son CDE, qui était un c*n, a voulu transformer le poste qu'il occupait, et transformer les heures de con poste en BMP pour un CSR ou un contractuel (il restait environ un demi-poste). Au CA, les collègues ont voté conter la DHG (et ont gagné, ouf), puis ont fait revoter exactement la même, mais en maintenant le poste (incomplet), donc).

Ma chef m'a dit, une fois ou deux (après également un recours victorieux au TA contre un CSD illégal Razz , ils sont quand même sacrément mauvais perdants, ces gens-là), que le rectorat suggérait gentiment de transformer mon poste en BMP aussi.
Mathador
Mathador
Expert

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Mathador le Sam 12 Jan 2019 - 1:56
@pseudo-intello a écrit:1- A la louche, 2010.
Et je ne crois pas que les heures soient retirées purement et simplement : après tout, quand on fait 16 classes avec une DHG prévue pour n'en faire que 15 (selon le rectorat) ou 17 quand le rectorat (ou l'IA, je m'y perds) en prévoit 16, on ne nous sucre pas les heures de la 16e (ou 17e, donc) classe.
Je reformule ce que je disais en chiffres: un collège sans langue ancienne ni classe euro a 20 classes, ce qui fait 520 heures élève et 60 heures de marge. Supposons qu'il y a 28 certifiés ou PEGC en poste plein (soit 504 HP*), on leur demande donc d'absorber 76 HSA. S'ils refusent tous, enlever les heures de marge ramène à 16 HSA, ce que l'on peut imposer à l'équipe du collège.

@pseudo-intello a écrit:2- Il faut un contractuel pour les HP à pourvoir, que ce soit un BMP ou un poste étiqueté en tant que tel, donc concrètement, ça ne change rien.
Certes, il « faut » un contractuel. Et si le rectorat n'en envoie pas ?

*en réalité, pas exactement, car les comptes sont différents en EPS.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
laMiss
laMiss
Expert spécialisé

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par laMiss le Sam 12 Jan 2019 - 9:26
D'accord avec ycombe, pour l'histoire des 36 semaines etc. Cela entre encore une fois dans les trucs totalement hallucinants vu de l'extérieur.
Ce sont toutes ces choses-là qu'il faut dénoncer pour gagner la bataille de l'opinion donc espérer peut-être un jour éventuellement se faire moins mal traiter à tous les niveaux.

_________________
Bonne route !
Roumégueur Ier
Roumégueur Ier
Érudit

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Roumégueur Ier le Sam 12 Jan 2019 - 11:36
Par principe, imposer une HSA c'est déjà révoltant (il ne me semble pas que cela soit possible dans le privé mais je peux me tromper). En ajouter une seconde, c'est scandaleux, d'autant qu'à l'inverse du privé, nos HS ne se déclenchent pas dès la 36ème heure de travail (on serait riches!), et ces HS sont moins bien payées que les heures normales (dès l'échelon 7 je crois, c'est donc une arnaque incroyable et incompréhensible pour des travailleurs habitués à toucher 25% de plus dans le privé).
De plus, la prime pour 3 HSA (500 euros) a été opportunément supprimée, (là, quelle belle tactique syndicale! Le ministère a dû sabrer le champagne ce jour-là).
Le signal envoyé est aussi déplorable : ils râlent parce qu'ils travaillent trop et se gavent d'HS, d'ailleurs, certains journalistes (du Figaro) se délectent de ce paradoxe. L'objectif est très clairement de sabrer encore plus de postes, combiné à la réforme du lycée, ça va être la curée.
N'oublions pas : 1 HSA, c'est bien une heure de cours, donc de la préparation, de la correction, des recherches, d'autres élèves, d'autres parents, d'autres réunions, voire d'autres conseils de classe… c'est sans fin!
Malheureusement, le salaire de base étant minable, beaucoup ont besoin de ces HS pour faire tourner leur budget (sans faire de folies d'ailleurs), en n'oubliant pas que tous les enseignants du primaire sont exclus de cette éventualité, c'est donc injuste et indispensable, quel dilemme!
Bref, il n'y a rien à négocier (comme le dit Celeborn : le prix des chaînes?), juste lutter pour avoir une meilleure rémunération pour tous les enseignants hors HS. Et là, il va falloir se faire entendre autrement qu'en faisant de la grévounette perlée il me semble.
Il faudrait même se battre pour supprimer l'obligation de la première HSA, cela doit procéder d'un choix de l'agent, surtout pour une profession qui a vu son temps de travail exploser ces dernières décennies!
La seule année où j'ai senti une petite baisse de charge de travail, c'est l'année où je n'ai eu aucune HSA imposée (c'est rarissime de nos jours); bon, le budget était ric rac mais la santé c'est aussi important, on bosse déjà beaucoup, peu de monde pourrait encaisser la charge inhérente à notre boulot de dingue.
Nenyim
Nenyim
Niveau 3

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Nenyim le Sam 12 Jan 2019 - 13:36
@Roumégueur Ier a écrit:Par principe, imposer une HSA c'est déjà révoltant  (il ne me semble pas que cela soit possible dans le privé mais je peux me tromper).

Ils peuvent dans la limite de 220 heures supplémentaires par an (service-public). Par contre ces heures donnent droit à une majoration de 10% au minimum et de 25% par défaut. Il faut donc augmenter les HSA de 80% (à partir de la deuxième) pour être dans le respect des lois pour le secteur privé, et même en réalité plus pour une majorité des collègues au vu du calcule de l'indice moyen. Même en se basant sur une majorité de 10% il est quand même nécessaire de revaloriser les heures supplémentaires de 60%.

pogonophile
pogonophile
Fidèle du forum

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par pogonophile le Sam 12 Jan 2019 - 13:58
@Halybel a écrit:Pratique, effectivement...Puis ensuite on pointera l'absentéisme des profs et on instaurera 3 jours de carences pour les punir, les vilains !

Quant à déterminer l'état de santé des personnels... Vaste blague, je ne remets pas en doute ta bienveillance, mais les CDE que j'ai côtoyé (5 en tout) n'avait aucune idée de mon "état de santé", d'ailleurs ils ne connaissaient rien à ma vie... Et c'est tout simplement parce qu'ils s'en foutent.
J'adore que tu cites le coté "souplesse" et donc managérial de cette décision, car c'est un peu se tirer une balle dans le pied. Quand on veut être "manager" d'une équipe, ba on se comporte comme tel en gérant l'humain. Quand on lit les témoignages ici et en SDP on se rend bien compte que beaucoup de CDE ne gèrent pas l'humain et se contentent de l'aspect "matériel" du métier...Donc quand on veut juste un côté de la tâche, c'est assez "cocasse".

Je ne remets pas en doute tes compétences, ni que toi tu gères bien l'humain mais c'est loin d'être la panacée.  

Même si on se fiche de la santé des gens, ça reste du pragmatisme. L'intérêt de tous, c'est que personne ne se mette en arrêt : les enseignants eux-mêmes parce qu'ils ne veulent pas de raison de le faire, les usagers et l'institution parce qu'ils veulent de la continuité de service. Donc le simple bon sens suggère d'éviter d'imposer des HSA quand on sait à l'avance que ça va accroître les chances d'un craquage - et également à refréner celui qui veut les multiplier si ça semble déraisonnable.

L'ennui, c'est que la réduction des heures pour le second degré va multiplier les décisions qu'on sait néfastes.

A Paris, toutes les dotations du second degré ont baissé, drastiquement, pour transférer des moyens vers le premier degré. Déshabiller Paul pour habiller Pierre, sauf que Paul n'était déjà pas bien couvert, et que dans d'autres académies on a rajouté des heures sans prendre ailleurs.
La raison initiale est que la masse salariale (le "coût par élève") y est nettement plus élevé que dans les autres académies. Les causes principales en sont l'âge moyen, et donc l'échelon, plus hauts que chez les voisins d'IDF, la forte proportion d'agrégés, le nombre considérable de décharges et missions en tout genre, et surtout 20% des CPGE du pays (pour 3% de la population scolaire).
Bien sûr, il n'est pas question de rogner sur les CPGE (on se souvient de Peillon qui s'y était essayé), donc on gratte un peu sur les décharges, et on ponctionne largement le second degré, sur des collèges déjà peu dotés, et sur des lycées qui auraient besoin d'avoir les coudées franches pour la réforme.

Du coup, il va bien falloir fermer des postes, imposer des HSA, et des compléments de service.
J'ai travaillé sur ma dotation hier soir et ce matin, et y a pas photo, avant même de chercher quelque intérêt pédagogique, j'ai du mal à sauver les postes. J'en suis à classer qui peut envisager de partir sur une mesure de carte scolaire, et qui va entamer une grève de la faim si je le propose. Quand le travail vers l'humain consiste à sauver les meubles, c'est rude.
Après, le ministre s'étonnera de ne pas avoir la confiance des cadres.

@Roumégueur Ier a écrit:peu de monde pourrait encaisser la charge inhérente à notre boulot de dingue.
...gardons un peu de sens de la mesure tout de même. Il y a d'autres gens qui travaillent beaucoup et ne sont pas payés à la hauteur, ils seraient même nombreux paraît-il.
De même, je trouve excessif de qualifier de "révoltant" la simple possibilité pour l'Etat-employeur de fixer le temps de travail de ses agents. Il y a un cadre strict, qui était tout de même raisonnable (une heure), dont le principe me semble sain. Le fait de modifier ce cadre sans concertation en revanche, clairement c'est un problème.
avatar
Bouboule
Sage

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Bouboule le Sam 12 Jan 2019 - 14:04
J'ai bien compris la peur qu'ont certains de voir les ORS augmenter parce que les collègues acceptent des HSA mais je trouve que c'est une stratégie perdante (je vois le travail augmenter depuis 20 ans pour le même ORS). J'aurais plutôt aimé qu'on les sanctuarise en disant qu'une heure en plus c'est lourd et qu'il faut donc que ce soit beaucoup mieux payé, bref, prendre le contre-pied de ce qui se fait (depuis toujours ?).
Mathador
Mathador
Expert

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Mathador le Sam 12 Jan 2019 - 14:16
@Bouboule a écrit:J'ai bien compris la peur qu'ont certains de voir les ORS augmenter parce que les collègues acceptent des HSA mais je trouve que c'est une stratégie perdante (je vois le travail augmenter depuis 20 ans pour le même ORS). J'aurais plutôt aimé qu'on les sanctuarise en disant qu'une heure en plus c'est lourd et qu'il faut donc que ce soit beaucoup mieux payé, bref, prendre le contre-pied de ce qui se fait (depuis toujours ?).

Je pense aussi que les charges de travail fixes (plutôt que proportionnelles au nombre d'heures) étaient nettement plus prévalentes en 1950 (pas d'outil informatique, pas de photocopieuses; en contrepartie, classes plus homogènes et moins de paperasse à la onc), ce qui justifiait à l'époque les HSA mal payées (une partie du travail était « déjà fait ») ou encore les « deux divisions d'une même classe » comptées une seule fois pour l'attribution de l'heure de première chaire.
Actuellement, la politique institutionnelle de l'élève au centre et les exigences de différenciation pédagogique rendent tout cela caduc.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Tessa103
Tessa103
Niveau 6

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Tessa103 le Sam 12 Jan 2019 - 14:26
Honnêtement, je trouve ces 2 heures supplémentaires "imposables" écoeurantes... En français c'est plus compliqué de monter à 20h (mais ça le devient aussi d'être à 18 avec 4 classes quand la DHG privilégie les nombres restreints d'élèves au profit des heures de cours). De façon générale, ça oblige souvent à avoir une classe de plus et c'est énorme en quantité de travail...
La solution, refuser en bloc... essayer de faire des répartitions qui tiennent avec 18 ou bien obliger à séparer des classes, ce qui ne plait souvent ni aux profs ni au chef d'établissement.


_________________
" “Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde.” Jean d'Ormesson

Mon blog :https://lepavillondediane.wordpress.com/
Cosmos
Cosmos
Niveau 6

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Cosmos le Sam 12 Jan 2019 - 16:01
@Tessa103 a écrit:Honnêtement, je trouve ces 2 heures supplémentaires "imposables" écoeurantes... En français c'est plus compliqué de monter à 20h (mais ça le devient aussi d'être à 18 avec 4 classes quand la DHG privilégie les nombres restreints d'élèves au profit des heures de cours). De façon générale, ça oblige souvent à avoir une classe de plus et c'est énorme en quantité de travail...
La solution, refuser en bloc... essayer de faire des répartitions qui tiennent avec 18 ou bien obliger à séparer des classes, ce qui ne plait souvent ni aux profs ni au chef d'établissement.


Le partage de classes est une charge de travail supplémentaire, il nécessite un temps de coordination qui n'est évidemment pas rétribué. Ce n'est nullement dans notre intérêt... Nous le vivons ici et les collègues qui le subissent n'en sont pas satisfaits...
Tessa103
Tessa103
Niveau 6

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Tessa103 le Sam 12 Jan 2019 - 16:37
@Cosmos a écrit:
@Tessa103 a écrit:Honnêtement, je trouve ces 2 heures supplémentaires "imposables" écoeurantes... En français c'est plus compliqué de monter à 20h (mais ça le devient aussi d'être à 18 avec 4 classes quand la DHG privilégie les nombres restreints d'élèves au profit des heures de cours). De façon générale, ça oblige souvent à avoir une classe de plus et c'est énorme en quantité de travail...
La solution, refuser en bloc... essayer de faire des répartitions qui tiennent avec 18 ou bien obliger à séparer des classes, ce qui ne plait souvent ni aux profs ni au chef d'établissement.


Le partage de classes est une charge de travail supplémentaire, il nécessite un temps de coordination qui n'est évidemment pas rétribué. Ce n'est nullement dans notre intérêt... Nous le vivons ici et les collègues qui le subissent n'en sont pas satisfaits...

Je suis d'accord mais nous n'avons trouvé aucun moyen de faire autrement car à 4h en 3e, malheureusement, les 18h ne rentraient pas ou chacune devait avoir 2 classes de 6e, et impossible.

_________________
" “Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde.” Jean d'Ormesson

Mon blog :https://lepavillondediane.wordpress.com/
Lefteris
Lefteris
Empereur

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Lefteris le Sam 12 Jan 2019 - 16:52
@Cosmos a écrit:
@Tessa103 a écrit:Honnêtement, je trouve ces 2 heures supplémentaires "imposables" écoeurantes... En français c'est plus compliqué de monter à 20h (mais ça le devient aussi d'être à 18 avec 4 classes quand la DHG privilégie les nombres restreints d'élèves au profit des heures de cours). De façon générale, ça oblige souvent à avoir une classe de plus et c'est énorme en quantité de travail...
La solution, refuser en bloc... essayer de faire des répartitions qui tiennent avec 18 ou bien obliger à séparer des classes, ce qui ne plait souvent ni aux profs ni au chef d'établissement.


Le partage de classes est une charge de travail supplémentaire, il nécessite un temps de coordination qui n'est évidemment pas rétribué. Ce n'est nullement dans notre intérêt... Nous le vivons ici et les collègues qui le subissent n'en sont pas satisfaits...
C'st tout à fait exact. Avec le carcan des horaires actuels, je ne peux faire que deux heures à deux heures trente de moins ou deux heures de plus. La première solution étant inenvisageable, je prends deux heures pour ne pas couper une classe. Il y a deux ans , en raison d'erreurs de calcul du CDE, nous avons dû couper une classe au dernier moment : il me restait le même boulot (le collègue a pris les deux heures de groupe) , plus la concertation éventuelle , plus les trous d'EDT. Et évidemment les roros en moins.
Mais je reste contre le fait de l'imposer. Il serait plus sain de revaloriser quand même la deuxième heure qu'on prend dans l'intérêt de tout le monde. Ce que je refuserai à toute force, c'est l'heure qui permet de fourguer une classe de plus. Ca m'est arrivé par naïveté à mes débuts : je te file une heure de plus, j'enlève une heure ou un dédoublement à telle et telle classe, et le tour est joué, une classe français de plus dans la tronche. Avec la baisse continuelle des horaires-élèves, c'est ce qui pend au nez avec cet allongement insidieux , et ça va toucher plus durement les matières déjà durement frappées comme les lettres.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
avatar
Bouboule
Sage

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Bouboule le Sam 12 Jan 2019 - 16:59
@Lefteris a écrit:
@Cosmos a écrit:
@Tessa103 a écrit:Honnêtement, je trouve ces 2 heures supplémentaires "imposables" écoeurantes... En français c'est plus compliqué de monter à 20h (mais ça le devient aussi d'être à 18 avec 4 classes quand la DHG privilégie les nombres restreints d'élèves au profit des heures de cours). De façon générale, ça oblige souvent à avoir une classe de plus et c'est énorme en quantité de travail...
La solution, refuser en bloc... essayer de faire des répartitions qui tiennent avec 18 ou bien obliger à séparer des classes, ce qui ne plait souvent ni aux profs ni au chef d'établissement.


Le partage de classes est une charge de travail supplémentaire, il nécessite un temps de coordination qui n'est évidemment pas rétribué. Ce n'est nullement dans notre intérêt... Nous le vivons ici et les collègues qui le subissent n'en sont pas satisfaits...
C'st tout à fait exact. Avec le carcan des horaires actuels, je ne peux faire que deux heures à deux heures trente  de moins ou deux heures de plus. La première solution étant inenvisageable, je prends deux heures pour ne pas couper une classe. Il y a deux ans , en raison d'erreurs de calcul du CDE, nous avons dû couper une classe au dernier moment  : il me restait le même boulot (le collègue a pris les deux heures de groupe) , plus la concertation éventuelle , plus les trous d'EDT. Et évidemment les roros en moins.
Mais je reste contre le fait de l'imposer. Il serait plus sain de revaloriser quand même la deuxième heure qu'on  prend dans l'intérêt de tout le monde. Ce que je refuserai  à toute force, c'est l'heure qui permet  de fourguer une classe de plus. Ca m'est arrivé par naïveté à mes débuts : je te file une heure de plus, j'enlève une heure ou un dédoublement à telle et telle  classe, et le tour est joué, une classe français de plus dans la tronche. Avec la baisse continuelle des horaires-élèves, c'est ce qui pend au nez  avec cet allongement insidieux , et ça va toucher plus durement les matières déjà durement frappées comme les lettres.

J'imagine que lorsque la classe est pénible, ce sont les 2h de cours qui sont pénibles et on ne les veut pas, lorsque la classe est correcte, il vaut mieux prendre 2h de plus dans la même classe que se concerter (avec l'éventuel bonus de combler un trou d'edt), non ?
Ces heures saucissonnées et ces réductions disciplinaires à chaque réforme, c'est la plaie. Pour cette raison, j'aurais aimé au lycée qu'on enlève carrément l'enseignement scientifique du tronc commun (ou qu'on ne mette la PC que sur une des deux années ou qu'on puisse sans provoquer des cris d'orfraie faire la totalité de ces pauvres 2h). Quant à la physique en collège, misère de misère, qu'on m'en préserve...
Orlanda
Orlanda
Fidèle du forum

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Orlanda le Sam 12 Jan 2019 - 17:21
Avec ce qui s'annonce, bientôt mon service de base sera celui  des années "grasses" , consenti quand financièrement cela nous arrangeait, mais avec plusieurs centianes d' euros de moins sur le salaire.
C'est révoltant. J'en ai vraiment plus qu'assez d'être ainsi plus essorée qu'une serpillère. L'idée de voir les années passer et la tâche s'alourdir à mesure que le traitement diminue est tout bonnement désespérante, et je ne comprends même pas pourquoi cela n'explose pas.


Dernière édition par Orlanda le Sam 12 Jan 2019 - 19:19, édité 1 fois

_________________
"Nous vivons à une époque où l'ignorance n'a plus honte d'elle-même". Robert Musil
Lefteris
Lefteris
Empereur

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Lefteris le Sam 12 Jan 2019 - 18:20
@Bouboule a écrit:

J'imagine que lorsque la classe est pénible, ce sont les 2h de cours qui sont pénibles et on ne les veut pas, lorsque la classe est correcte, il vaut mieux prendre 2h de plus dans la même classe que se concerter (avec l'éventuel bonus de combler un trou d'edt), non ?
Ces heures saucissonnées et ces réductions disciplinaires à chaque réforme, c'est la plaie. Pour cette raison, j'aurais aimé au lycée qu'on enlève carrément l'enseignement scientifique du tronc commun (ou qu'on ne mette la PC que sur une des deux années ou qu'on puisse sans provoquer des cris d'orfraie faire la totalité de ces pauvres 2h). Quant à la physique en collège, misère de misère, qu'on m'en préserve...
Il vaut de toute manière mieux ne pas couper une classe, pénible ou non, et ne pas avoir de trous. Mais là ce qui se profile, c'est de fourguer une classe supplémentaire à chaque enseignant, je le vois arriver gros comme une maison :
-1ere étape le nombre d'heures a baissé partout, on est passé aux "horaires plafond".
-2e étape, on supprime peu à peu tout dédoublement => horaire élève = horaire enseignant
-3e étape, on pousse aux HS. Ces trois étapes ont déjà permis de coller une classe de plus à pas mal de monde.

- 4e étape (celle où nous sommes), on les impose, puis on termine le boulot en rognant encore un peu sur les horaires disciplinaires. Il ne faut pas désespérer, ce sera bientôt 5 classes  pour tout certifié de lettres, 6 classes en maths.


@Orlanda a écrit:Avec ce qui s'annonce, bientôt mon service de base sera celui de des années "grasses" , consenti quand financièrement cela nous arrangeait, mais avec plusieurs centianes d' euros de moins sur le salaire.
C'est révoltant. J'en ai vraiment plus qu'assez d'être ainsi plus essorée qu'une serpillère. L'idée de voir les années passer et la tâche s'alourdir à mesure que le traitement diminue est tout bonnement désespérante, et je ne comprends même pas pourquoi cela n'explose pas.
Ca se comprend : stratégie de la grenouille dans la casserole. Profession de veaux en plus.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
Jacq
Jacq
Vénérable

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Jacq le Sam 12 Jan 2019 - 18:53
@pogonophile a écrit:[...]
Bien sûr, il n'est pas question de rogner sur les CPGE (on se souvient de Peillon qui s'y était essayé), donc on gratte un peu sur les décharges, et on ponctionne largement le second degré, sur des collèges déjà peu dotés, et sur des lycées qui auraient besoin d'avoir les coudées franches pour la réforme.

Du coup, il va bien falloir fermer des postes, imposer des HSA, et des compléments de service.
J'ai travaillé sur ma dotation hier soir et ce matin, et y a pas photo, avant même de chercher quelque intérêt pédagogique, j'ai du mal à sauver les postes. J'en suis à classer qui peut envisager de partir sur une mesure de carte scolaire, et qui va entamer une grève de la faim si je le propose. Quand le travail vers l'humain consiste à sauver les meubles, c'est rude.
Après, le ministre s'étonnera de ne pas avoir la confiance des cadres.

[...]

Notre CDE en est là, même s'il ne le dit pas (ne peut pas le dire officiellement) nous voyons qu'il est dégouté par la situation qui lui est imposée. Il n'est pas venu à ce poste pour faire ce boulot.
Pour ce qui est des CPGE, rassurons-nous, les biens nantis resteront des biens nantis, il est plus aisé de faire trinquer les pauvres et les classes populaires. Si ce qui reste de la "gauche" n'a pas réussi à les toucher ce n'est pas ce président des nantis qui va le faire. Autant taper dans les classes populaires, elles sont moins capables de se défendre... Que dire de plus ?
Je n'ai pas plus l'envie d'être à une place de CDE qu'à une place d'enseignant. L'un doit supprimer malgré lui, l'autre doit être supprimé. Et pendant ce temps le ministre nous adresse ses vœux par mail...
Je ne peux pas indiquer ici ce que je souhaite réellement répondre au message que j'ai jeté directement à la poubelle.
Tessa103
Tessa103
Niveau 6

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Tessa103 le Sam 12 Jan 2019 - 18:58
Je n'accepterai jamais de 5e classe... si on en arrive là, je prends uns dispo de droit pour élever mes enfants et je change du tout au tout. Je tente ma chance, ailleurs et tant pis si mes travaux de maison n'avancent pas, si on est obligés de compter l'argent tous les jours.

_________________
" “Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde.” Jean d'Ormesson

Mon blog :https://lepavillondediane.wordpress.com/
Mathador
Mathador
Expert

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Mathador le Sam 12 Jan 2019 - 19:05
@Jacq a écrit:Pour ce qui est des CPGE, rassurons-nous, les biens nantis resteront des biens nantis, il est plus aisé de faire trinquer les pauvres et les classes populaires. Si ce qui reste de la "gauche" n'a pas réussi à les toucher ce n'est pas ce président des nantis qui va le faire. Autant taper dans les classes populaires, elles sont moins capables de se défendre... Que dire de plus ?

Et pourtant, à une époque les CPGE arrivaient à promouvoir un nombre conséquent d'élèves issus des classes populaires… et si c'est moins le cas maintenant, ce n'est pas parce qu'elles ont évolué pour sélectionner les nantis mais parce que l'enseignement scolaire pré-bac échoue à amener les élèves des classes populaires au niveau de la CPGE.
Cédric Villani a récemment dit, à propos des maths, qu'« Il ne s'agit pas d'en faire moins, il s'agit d'en faire mieux ». Il serait temps de réfléchir à cela à propos du LGT, et de recruter mieux plutôt que de recruter plus. Tchérie on the quèque, cela permettrait de récupérer les enseignants dont on manque au collège.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Jacq
Jacq
Vénérable

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Jacq le Sam 12 Jan 2019 - 19:09
@Mathador a écrit:
@Jacq a écrit:Pour ce qui est des CPGE, rassurons-nous, les biens nantis resteront des biens nantis, il est plus aisé de faire trinquer les pauvres et les classes populaires. Si ce qui reste de la "gauche" n'a pas réussi à les toucher ce n'est pas ce président des nantis qui va le faire. Autant taper dans les classes populaires, elles sont moins capables de se défendre... Que dire de plus ?

Et pourtant, à une époque les CPGE arrivaient à promouvoir un nombre conséquent d'élèves issus des classes populaires… et si c'est moins le cas maintenant, ce n'est pas parce qu'elles ont évolué pour sélectionner les nantis mais parce que l'enseignement scolaire pré-bac échoue à amener les élèves des classes populaires au niveau de la CPGE.
Cédric Villani a récemment dit, à propos des maths, qu'« Il ne s'agit pas d'en faire moins, il s'agit d'en faire mieux ». Il serait temps de réfléchir à cela à propos du LGT, et de recruter mieux plutôt que de recruter plus. Tchérie on the quèque, cela permettrait de récupérer les enseignants dont on manque au collège.

Je suis bien loin de contester ce que tu indiques, quant à ce que dit Villani : il soutient un gouvernement qui supprime en prétendant faire mieux. Tout est dit. On supprime, c'est la seule politique réelle de ce gouvernement. Faire mieux en amont en ne cessant de supprimer cela revient à faire moins pour les classes populaires, entre autre, tout en prétendant "faire mieux". Ces gens-là sont des escrocs et, comme il soutient cela, il est lui même à classer dans les rangs des escrocs.
Contenu sponsorisé

2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9 - Page 7 Empty Re: 2e heure supplémentaire imposée dans le second degré : le projet de texte arrive. Adopté, p. 9

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum