Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Elaïna
Esprit sacré

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Elaïna le Ven 18 Jan 2019 - 1:41
@pseudo-intello a écrit:
@Elaïna a écrit:Secrétaire des débats à l'assemblée, j'ai une amie qui l'est devenue. Le concours est très exigeant. C'est un boulot extrêmement pénible par ailleurs (bah oui parce que quand les débats ont lieu la nuit, on reste). Quand on a de petits enfants, c'est pas évident.

Faut avoir un conjoint gagne-petit, prof du secondaire, qui sera toujours là à 18h pour les marmots. Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 437980826

Ouais voilà ^^
(moins rigolo, je crois qu'elle avait aussi développé un grave trouble musculo squelettique à force de passer des heures crispée sur l'ordi).
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Luigi_B le Ven 18 Jan 2019 - 7:19
@Elaïna a écrit:Donc même à l'époque où les profs avaient un pouvoir d'achat plus élevé (si tant est qu'il ait vraiment été plus élevé qu'aujourd'hui : là encore, la figure du prof pauvre, c'est courant dans la littérature et ça n'est pas qu'une vue de l'esprit),
Je crois que ce fil est inutile...
celitian
celitian
Expert

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par celitian le Ven 18 Jan 2019 - 7:49
J'ai pensé la même chose, pourtant les chiffres, les témoignages le prouvent mais non !
J'ai l'impression que ne pas reconnaître la réalité permet de moins ressentir le déclassement et de se sentir encore un peu «supérieur».
avatar
JayKew
Niveau 7

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par JayKew le Ven 18 Jan 2019 - 7:57
Oui, c’est très curieux, cette capacité à être complètement sourd aux arguments chiffrés avancés, tout en faisant mine d’être dans l’échange. Bah.
Fires of Pompeii
Fires of Pompeii
Monarque

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Fires of Pompeii le Ven 18 Jan 2019 - 8:22
Oui mais enfin si on commence à dire "en gros les gens de lettres n'ont que ça comme métier alors que les matheux ont le choix", autant dire tout de suite au gouvernement : "augmentez les matheux, on doit les attirer, les autres seront bien obligés de faire sans."...

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.
MUTIS
MUTIS
Expert

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par MUTIS le Ven 18 Jan 2019 - 8:25
@Luigi_B a écrit:
@Elaïna a écrit:Donc même à l'époque où les profs avaient un pouvoir d'achat plus élevé (si tant est qu'il ait vraiment été plus élevé qu'aujourd'hui : là encore, la figure du prof pauvre, c'est courant dans la littérature et ça n'est pas qu'une vue de l'esprit),
Je crois que ce fil est inutile...

Il y aura toujours du monde pour se soumettre aux arguments des "chefs" (comme ils aiment à dire) et obéir aux injonctions d'économie pour les petits... Bravo au passage pour tes mises au point Luigi...

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)
" Que les dissemblables soient réunis et de leurs différences jaillira la plus belle harmonie ; rien ne se fait sans lutte." Héraclite
Avatar des Abysses
Avatar des Abysses
Niveau 7

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Avatar des Abysses le Ven 18 Jan 2019 - 8:52
@Luigi_B a écrit:
@Elaïna a écrit:Donc même à l'époque où les profs avaient un pouvoir d'achat plus élevé (si tant est qu'il ait vraiment été plus élevé qu'aujourd'hui : là encore, la figure du prof pauvre, c'est courant dans la littérature et ça n'est pas qu'une vue de l'esprit),
Je crois que ce fil est inutile...

Je ne sais pas vraiment ce que l'on peut faire contre la malhonnêté intellectuelle... Certains n'ont pas l'air de comprendre le concept de moyenne. Un des arguments essentiel est, il me semble, que 19/20ème, soit 95% du corps enseignant (d'après un post précédent), n'est pas agrégé. Dans ce cas et pour reprendre les mots d'Eleïna, à partir de quel pourcentage être agrégé est-il exceptionnel alors?
Cela prendrait un peu de temps mais pour pouvoir comparer les salaires, il faudrait n'ont pas écrire le salaire en francs ou en euros mais en pourcentage du SMIC et ce pour CHAQUE ÉCHELON et CHAQUE ANNÉE. Bien sur comme les échelons ont été remaniés ( surement pour éviter au fur et à mesure de faire de faciles comparaisons ! ) c'est plus compliqué.

_________________
Il y a 10 catégories de personnes ceux qui connaissent le binaire, ceux qui connaissent le ternaire... et les autres.
N'écoutez pas les bruits du monde, mais le silence de l'âme. ( JCVD  )
Orlanda
Orlanda
Fidèle du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Orlanda le Ven 18 Jan 2019 - 9:07
@e-Wanderer a écrit:
@Elaïna a écrit:
(Et soit dit en passant, comme Orlanda, je trouve moi aussi un peu péteux de dire "tout plutôt que d'être prof dans le secondaire", comme si c'était la déchéance absolue pour Messieurs les Grands Chercheurs).
Je préfère être honnête et le dire tout de suite : personnellement, si je n'avais pas eu de poste à l'université, j'aurais bifurqué. Ce n'est pas du mépris ou de la condescendance, loin de là, car j'admire très sincèrement, sans le moindre soupçon d'ironie, les jeunes collègues qui se farcissent 10 ans de TZR à 500 km de chez eux. Simplement, j'ai choisi mon métier surtout pour la recherche : j'aime bien enseigner, mais ce n'est absolument pas une "vocation" et surtout j'aurais du mal à ne faire que ça. Donc si en plus c'est pour enseigner dans de mauvaises conditions, non merci (et c'est malheureusement le lot de la plupart des jeunes professeurs). J'apprécie aussi énormément dans le supérieur de ne pas avoir véritablement de chef et je pense que j'aurais eu du mal à supporter l'inspection, le CDE, les directives absurdes.

J'avais du reste commencé à regarder autour de moi à la fin de ma thèse et de mon monitorat : un de mes amis proches avait monté une boîte d'organisation de concerts et il cherchait un bras droit, c'est le genre de choses qui aurait pu me convenir. J'aurais aussi très bien pu rester à l'endroit où j'avais fait mon service militaire (c'était la fin du service national obligatoire et ils cherchaient de toute façon quelqu'un pour me remplacer) : des cours intéressants en formation continue la moitié de l'année auprès d'un public adulte et motivé (et le reste du temps une très grande liberté, la possibilité d'évoluer dans la carrière et d'avoir des postes intéressants à l'étranger, un salaire proche du double de celui d'un agrégé débutant dans l'EN : bref, beaucoup d'avantages). Autre possibilité encore : j'avais été contacté pendant mes études par l'Assemblée Nationale pour suivre une formation afin de devenir rédacteur des débats. J'imagine que ça ne doit pas être folichon tous les jours d'écouter les échanges enflammés sur le prix de la banane martiniquaise et de devoir retranscrire en langage diplomatique les noms d'oiseaux que s'envoient nos chers élus, mais bon, c'est (très) bien rémunéré et c'est un boulot qui ne prend que la moitié de l'année et qui laisse donc un temps libre considérable. En somme, voilà les pistes principales que j'envisageais à l'époque. J'espère que je ne choque personne…

On a beau ne pas vouloir être condescendant...
Je développerais bien, mais je dois me préparer à la tâche admirable d'enseigner à des lycéens, mettre un mouchoir sur ma défunte passion pour la recherche et porter en cocarde une vocation que je ne me connaissais pas jusque là.

Juste une chose: le verbe qui me paraît le plus important dans ce que je lis ci-dessus: "J'ai choisi". Eh bien, c'est un luxe que tout le monde ne peut pas se permettre, tous talents égaux par ailleurs. La brave vocation des uns et la faustienne passion des autres sont des notions qui me semblent bien dérisoires quand il s'agit de rendre compte des brutaux mécanismes sociaux à l'oeuvre dans la partition des postes.
Ce soir, peut-être, si j'ai le courage et que j'empiète sur mon temps de lecture.

_________________
"Nous vivons à une époque où l'ignorance n'a plus honte d'elle-même". Robert Musil
Halybel
Halybel
Niveau 9

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Halybel le Ven 18 Jan 2019 - 9:13
@Luigi_B a écrit:
@Elaïna a écrit:Donc même à l'époque où les profs avaient un pouvoir d'achat plus élevé (si tant est qu'il ait vraiment été plus élevé qu'aujourd'hui : là encore, la figure du prof pauvre, c'est courant dans la littérature et ça n'est pas qu'une vue de l'esprit),
Je crois que ce fil est inutile...

Merci Luigi pour tes chiffres et tes interventions ! Je suis sidéré par les réponses de certain(e)s et je me dis que finalement on va pouvoir continuer de nous déplumer car certains bac +5 sont vendeurs...
Par contre, j'ai aussi une flopée d'ami(e)s qui n'ont pas plus de BAC +3 qui sont mieux payés et avec des avantages en nature (mutuelle, 13è mois, carte essence, voiture de fonction, etc...) mais que suis-je bête je devrais passer l'agrégation...
C'est vrai que c'est tout à fait normal qu'une auxiliaire (fonctionnaire de cat C) touche le même salaire qu'un prof débutant... Mais eh y a pire donc pourquoi se plaindre.

_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.

On ne fait pas bouger les choses en dressant seulement des constats.
Subir ou agir, la vie est une question de choix.
GaliNéo
GaliNéo
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par GaliNéo le Ven 18 Jan 2019 - 9:22
@Halybel a écrit:Mais eh y a pire donc pourquoi se plaindre.

Malheureusement oui : nous n'avons pas d'agrégation en documentation. Pourquoi toujours regarder vers le bas ?

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
VicomteDeValmont
VicomteDeValmont
Sage

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par VicomteDeValmont le Ven 18 Jan 2019 - 9:23
Les chiffres sont pourtant là mais il reste des personnes pour contester la triste réalité:
- entre 1981 et 2018, un enseignant a perdu l’equivalent de pratiquement 4 mois de salaire (le point d’indice a décroché de plus de 30% de l’indice des prix)
- entre 1981 et 2018, la part du loyer d’un enseignant débutant par rapport au salaire à été multiplié par trois (et sans doute beaucoup plus en Île de France)
- en 1981, un enseignant commençait à 2 SMIC, aujourd’hui à peine 1,2 (il peut donc toucher l’aide sociale prévue pour les travailleurs précaires: la prime d’activité)


Dernière édition par VicomteDeValmont le Ven 18 Jan 2019 - 9:26, édité 2 fois

_________________
Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
Halybel
Halybel
Niveau 9

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Halybel le Ven 18 Jan 2019 - 9:24
@GaliNéo a écrit:
@Halybel a écrit:Mais eh y a pire donc pourquoi se plaindre.

Malheureusement oui : nous n'avons pas d'agrégation en documentation. Pourquoi toujours regarder vers le bas ?

Je ne sais pas pourquoi certains le font, et bizarrement ceux qui le font ont l'agrégation donc forcement, quand tu gagnes en moyenne 500e de plus par mois, tu ne peux pas te plaindre...
On dirait Macron qui ose nous dire que nous n'avons pas le sens du sacrifice...
C'est "typique" du prof de toute manière, regarder les autres, plus bas, car il a la sainte vocation d'être un martyr de la république. C'est Ferry qui doit être heureux dans sa tombe.

_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.

On ne fait pas bouger les choses en dressant seulement des constats.
Subir ou agir, la vie est une question de choix.
GaliNéo
GaliNéo
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par GaliNéo le Ven 18 Jan 2019 - 9:33
@VicomteDeValmont a écrit:(il peut donc toucher l’aide sociale prévue pour les travailleurs précaires: la prime d’activité)

Je ne crois pas, car un professeur certifié a passé un concours de la fonction publique qui lui a permis d'avoir un CDI. En tout cas, chez nous les contractuels, nous n'y avons pas le droit.

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
Isis39
Isis39
Bon génie

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Isis39 le Ven 18 Jan 2019 - 9:35
@GaliNéo a écrit:
@VicomteDeValmont a écrit:(il peut donc toucher l’aide sociale prévue pour les travailleurs précaires: la prime d’activité)

Je ne crois pas, car un professeur certifié a passé un concours de la fonction publique qui lui a permis d'avoir un CDI. En tout cas, chez nous les contractuels, nous n'y avons pas le droit.

C'est Blanquer lui-même qui a dit que les jeunes professeurs des écoles toucheront la prime d'activité.
GaliNéo
GaliNéo
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par GaliNéo le Ven 18 Jan 2019 - 9:42
Tout le monde n'est pas professeur des écoles. Mais j'aime cette volonté de vouloir sans arrêt recruter des contractuels sans rien leur donner...
Je l'avais dit, j'avais raison : "L'avenir c'est nous, pas vous. Vous, vous ne comptez déjà plus."

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Pourquoi 3,14159 le Ven 18 Jan 2019 - 9:46
@Isis39 a écrit:
@GaliNéo a écrit:
@VicomteDeValmont a écrit:(il peut donc toucher l’aide sociale prévue pour les travailleurs précaires: la prime d’activité)

Je ne crois pas, car un professeur certifié a passé un concours de la fonction publique qui lui a permis d'avoir un CDI. En tout cas, chez nous les contractuels, nous n'y avons pas le droit.

C'est Blanquer lui-même qui a dit que les jeunes professeurs des écoles toucheront la prime d'activité.
Quel cynisme d'ailleurs ! Et il lui faut monter un observatoire…   furieux

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
celitian
celitian
Expert

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par celitian le Ven 18 Jan 2019 - 9:46
La prime d'activité est attribuée selon les ressources
https://www.fonction-publique.gouv.fr/prime-dactivite
Par ailleurs, le champ d’application de la prime d’activité est élargi à compter du 1er janvier 2019 : plus de 600 000 agents publics, fonctionnaires et contractuels, devraient en bénéficier contre 410 000 aujourd’hui, soit une augmentation de 50% du nombre de bénéficiaires.
GaliNéo
GaliNéo
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par GaliNéo le Ven 18 Jan 2019 - 9:52
Le simulateur se ferme à chaque fois que je termine le questionnaire, comment je dois le prendre ?

_________________
¡ Hermano ! Dale gracias a Dios, que lo que tienes en la mano, no lo tienes por todo el año... veneration
avatar
JayKew
Niveau 7

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par JayKew le Ven 18 Jan 2019 - 10:14
@VicomteDeValmont a écrit:Les chiffres sont pourtant là mais il reste des personnes pour contester la triste réalité:
- entre 1981 et 2018, un enseignant a perdu l’equivalent de pratiquement 4 mois de salaire (le point d’indice a décroché de plus de 30% de l’indice des prix)
- entre 1981 et 2018, la part du loyer d’un enseignant débutant par rapport au salaire à été multiplié par trois (et sans doute beaucoup plus en Île de France)
- en 1981, un enseignant commençait à 2 SMIC, aujourd’hui à peine 1,2 (il peut donc toucher l’aide sociale prévue pour les travailleurs précaires: la prime d’activité)

Diantre, des chiffres! Ne sais-tu pas, VicomteDeValmont, que les chiffres ne veulent manifestement plus rien dire? Certains n’y attachent plus aucune importance car, comme nous le rappelle régulièrement ce cher Donald T., nous sommes désormais entrés dans l’ère de la post-vérité.

Il ne s’agit plus de se baser sur les faits, mais d’avoir de l’impact.

Drôle d’époque.


;-)
RogerMartin
RogerMartin
Esprit sacré

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par RogerMartin le Ven 18 Jan 2019 - 10:50
@Ascagne a écrit:@Elaïna : Il n'y a pas que des naïfs, tout de même. On peut aussi passer l'agrégation en sachant pertinemment que le poste à l'Université, lui, c'est pour bien plus tard dans la carrière, ou jamais. Il suffit de regarder les CV de jeunes docteurs brillants et méritants (les normaliens, et ceux qui parviennent à être très productifs, malgré des statuts changeants) pour s'en rendre compte. D'autres professeurs et MCF peuvent, au contraire, montrer un excès de prudence face aux aspirants doctorants : il y a de tout. Je pense que le problème vient plutôt du fait de supposer que la voie du secondaire serait forcément adéquate à des personnes qui aiment avant tout la recherche ou l'enseignement dans sa dimension universitaire.
En tout cas, ma directrice de recherche (et d'autres) disaient plutôt 1) que l'agrégation est nécessaire pour espérer le contrat doctoral et en tout cas, plus tard, un poste de MCF une fois docteur ; 2) qu'il n'y a pas de garanties de postes universitaires (ensuite il suffit d'être lucide pour voir où on se place en matière de concurrence entre doctorants et docteurs) ; 3) qu'il faut avoir un gagne-pain ou une perspective de travail assuré pour se lancer dans le doctorat.
Reste que si on se rend compte que l'enseignement secondaire, cela ne fonctionne pas, on peut, comme tout autre enseignant, bifurquer, être détaché, se reconvertir, etc., même si c'est loin d'être facile. Que le doctorat en cours puis que le diplôme ne soient pas transmuables en un poste universitaire temporaire puis fixe comme par magie, il faut l'intégrer, nécessairement. Si on fait une bonne thèse, ce que le doctorat ouvre, c'est la possibilité d'être chercheur associé, d'avoir une activité de recherche... à côté d'un métier, donc sur son temps libre... et de faire des vacations. C'est à peu près ce que je disais aux étudiants qui me posaient parfois des questions à propos du doctorat : j'espère ne pas trop me tromper. Désolé pour le HS.

@Ponocrates : Je ne comprends pas moi non plus, il y avait quelque chose qui clochait dans ma phrase ? Je veux savoir ! Wink

Tout à fait d'accord avec la phrase graissée. C'est d'ailleurs toute la difficulté aujourd'hui quand on conseille des futurs thésards -- il faut bien voir qui va pouvoir faire quoi, et ce n'est pas toujours évident d'orienter des étudiants brillants vers ce qui leur conviendra le mieux, à la fois pour faire leur thèse et ensuite pour qu'ils puissent continuer s'ils en ont les capacités et le souhait. Je me souviens de ma toute première étudiante de maîtrise : c'était une fille extraordinaire, qui avait deux licences, en LC et en anglais, tout à fait sympathique qui plus est, et je voulais qu'elle aille faire un DEA chez un collègue PR médiéviste, mais ses deux parents étaient profs et elle refusait de corriger la moindre copie. idee  Elle est partie dans une filière administrative. J'en étais malade...

Je fais partie des péteux : à la fin de la thèse j'envisageais tout plutôt que le secondaire (célibataire et sans voiture, je le sentais mal en région parisienne), et j'avais suivi deux pistes pour faire du rédactionnel en anglais dans une grosse boîte.
Plus tard, la BnF a tenté de me débaucher pour être acheteuse -- mais là c'est moi qui ai décliné, j'étais déjà MCF et j'avais trop envie de continuer la recherche, ça n'aurait pas été compatible avec les horaires d'un emploi en bureau.

_________________
Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.
User 17706 s'est retiré à Helsingør. Sad
Strange how paranoia can link up with reality now and then.
avatar
wilfried12
Niveau 10

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par wilfried12 le Ven 18 Jan 2019 - 11:05
@Fires of Pompeii a écrit:Oui mais enfin si on commence à dire "en gros les gens de lettres n'ont que ça comme métier alors que les matheux ont le choix", autant dire tout de suite au gouvernement : "augmentez les matheux, on doit les attirer, les autres seront bien obligés de faire sans."...

C'est le cas en Angleterre.
William Foster
William Foster
Érudit

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par William Foster le Ven 18 Jan 2019 - 11:20
@wilfried12 a écrit:
@Fires of Pompeii a écrit:Oui mais enfin si on commence à dire "en gros les gens de lettres n'ont que ça comme métier alors que les matheux ont le choix", autant dire tout de suite au gouvernement : "augmentez les matheux, on doit les attirer, les autres seront bien obligés de faire sans."...

C'est le cas en Angleterre.

La plupart des rémunérations excessives des grands patrons, voire de certains hauts-fonctionnaires ou politiciens, s'appuient sur le dogme "ce qui est rare est cher".
En ce moment, les profs de maths sont de plus en plus rares, et de moins en moins chers (en prenant en compte l'inflation et tout ce qui a déjà été précédemment dit dans ce fil).
En tant que rareté qui devrait se faire un max de thunes, je suis... circonspect. Neutral

_________________
Tout le monde me dit que je ne peux pas faire l'unanimité.
"Opinions are like orgasms : mine matters most and I really don't care if you have one." Sylvia Plath
Vérificateur de miroir est un métier que je me verrais bien faire, un jour.
Ponocrates
Ponocrates
Fidèle du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Ponocrates le Ven 18 Jan 2019 - 11:22
@Audrey a écrit:
@Ponocrates a écrit:
@Ascagne a écrit:@Kagome : Concernant l'enseignement de plusieurs matières, je fais la remarque que les professeurs de LC, censés être trivalents, sont utilisés la plupart du temps comme des bivalents (pas de grec) ou comme enseignants de français tout court.
La faute à qui ! Audrey n'a pas intérêt à passer par ici, elle risque d'avoir une attaque.

Je viens de passer... une attaque par rapport à quoi? Désolée, je n'ai pas bien compris...
Disons que je trouve fort de café de dire des enseignants de LC qu'ils sont censés être trivalents- ils ne sont pas censés, ils le sont, par la nature de leur concours, et leurs élèves ont de la chance d'en profiter, y compris dans le cadre de l'enseignement du français- et d'ajouter que leur utilisation comme "simple" prof de français est un argument pour prouver, que non, en en France les profs ne sont pas bivalents. Et ce, alors même que le fait qu'ils enseignent seulement le français est le résultat de la casse de l'enseignement des langues anciennes, à coups d'horaires de merle en fin de journée, de répartition des élèves dans toutes les classes -évitons les classes de niveau, c'est le mal-et autres réductions des horaires: toutes décisions prises par le gouvernement. Alors si les profs de LC ne sont, dans les faits, profs que d'une seule matière c'est bien le résultat des choix du MEN...

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
Halybel
Halybel
Niveau 9

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Halybel le Ven 18 Jan 2019 - 13:38
@RogerMartin a écrit:Qu'on m'explique le lien positif entre le FN et le point d'indice ou le revenu des enseignants, je veux bien -- c'est une curiosité théorique, qui n'influera pas sur mon vote.

Je peux le faire à sa place si tu veux... Il n'y en a aucun...

_________________
Je soigne ma dyslexie pardon si elle ressort trop parfois.

On ne fait pas bouger les choses en dressant seulement des constats.
Subir ou agir, la vie est une question de choix.
Mathador
Mathador
Esprit éclairé

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Mathador le Ven 18 Jan 2019 - 14:29
@Ascagne a écrit:Je pense que le problème vient plutôt du fait de supposer que la voie du secondaire serait forcément adéquate à des personnes qui aiment avant tout la recherche ou l'enseignement dans sa dimension universitaire.
Elle le serait davantage si l'on cessait de faire passer n'importe qui en 2nde GT et que l'on prenait plus au sérieux l'affectation des agrégés au lycée.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
avatar
slylan
Niveau 9

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 8 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par slylan le Ven 18 Jan 2019 - 14:53
@celitian a écrit:J'ai pensé la même chose, pourtant les chiffres, les témoignages le prouvent mais non !
J'ai l'impression que ne pas reconnaître la réalité permet de moins ressentir le déclassement et de se sentir encore un peu «supérieur».

C'est exactement ça.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum