Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Jenny
Modérateur

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Jenny le Mer 16 Jan 2019 - 17:43
@Rendash a écrit:
@slylan a écrit:La première phrase de l'article résume bien mon état d'esprit. Cependant, le cas de l'agregé qui n'arrive pas à se loger correctement à Paris n'est pas le plus parlant. Certains lecteurs se diront qu'on prend cet exemple pour exagérer le trait en utilisant une situation particulière, celle de la vie à Paris.


Qui concerne tout de même un sacré paquet d'enseignants, en particulier de jeunes enseignants.

Situation qui devrait être prise en compte, d'autant plus qu'il n'y a pas que des agrégés dans l'académie.
micaschiste
micaschiste
Vénérable

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par micaschiste le Mer 16 Jan 2019 - 17:43
@Luigi_B a écrit:J'ai calculé : sauf erreur de ma part, à échelon égal, la perte de pouvoir d'achat depuis vingt ans est de 14,6%. C'est l'équivalent de 7,6 semaines de salaires en moins sur une année.

Est-ce que la perte est sensiblement la même quelque soit l'échelon, de l'échelon 1 au 11 ? qu'en est-il de la hors-classe ?

_________________
"Il ne sert à rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre". François Mauriac
"Pick a star in the dark horizon and follow the light "
Leclochard
Leclochard
Empereur

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Leclochard le Mer 16 Jan 2019 - 17:53
Ce qui m'interroge, c'est pourquoi un magazine comme Challenges qui ne traite pas habituellement de social et vise un lectorat de cadres ou de retraités aisés parle de ce sujet de cette façon. Notre situation inquiéterait-elle ?

_________________
Quelqu'un s'assoit à l'ombre aujourd'hui parce que quelqu'un d'autre a planté un arbre il y a longtemps. (W.B)
avatar
Bouboule
Sage

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Bouboule le Mer 16 Jan 2019 - 17:55
@Leclochard a écrit:Ce qui m'interroge, c'est pourquoi un magazine comme Challenges qui ne traite pas habituellement de social et vise un lectorat de cadres ou de retraités aisés parle de ce sujet de cette façon. Notre situation inquiéterait-elle ?

800 000 acheteurs possibles.
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Luigi_B le Mer 16 Jan 2019 - 18:03
@micaschiste a écrit:
@Luigi_B a écrit:J'ai calculé : sauf erreur de ma part, à échelon égal, la perte de pouvoir d'achat depuis vingt ans est de 14,6%. C'est l'équivalent de 7,6 semaines de salaires en moins sur une année.
Est-ce que la perte est sensiblement la même quelque soit l'échelon, de l'échelon 1 au 11 ? qu'en est-il de la hors-classe ?

Oui, en se fondant sur le seul salaire statutaire. C'est même l'intérêt de penser en terme de temps de travail : parlant pour tout le monde quel que soit l'échelon.

Ce qui peut compenser (vaille que vaille) : les heures supplémentaires dans le secondaire ou les premiers échelons atteints plus vite, comme c'est le cas du tout début de carrière avec la revalorisation trompe-l’œil du début des années 2010. Mais comme la progression de carrière s'en trouve réduite d'autant ensuite...
Esméralda
Esméralda
Doyen

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Esméralda le Mer 16 Jan 2019 - 18:07
Bon, je suis tarte, je ne sais pas comment faire pour voir le graphique du 1er post de Luigi, qui peut m'aider ??? Merci:)
avatar
lisa81
Niveau 7

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par lisa81 le Mer 16 Jan 2019 - 18:09
@Leclochard a écrit:Ce qui m'interroge, c'est pourquoi un magazine comme Challenges qui ne traite pas habituellement de social et vise un lectorat de cadres ou de retraités aisés parle de ce sujet de cette façon. Notre situation inquiéterait-elle ?

Les cadres qui habitent Paris vont peut être prendre conscience que dans le privé comme dans le public il va devenir difficile de trouver des profs pour enseigner dans les établissements de la capitale.

Agrégée, mais chassée par le prix des loyers
Violaine, prof de musique agrégée, fait partie des profs forcés de quitter la capitale. Les loyers d'un deux-pièces pour vivre avec sa fille y étaient trop élevés pour son salaire de 2.100 euros.
Lefteris
Lefteris
Empereur

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Lefteris le Mer 16 Jan 2019 - 18:19
@Luigi_B a écrit:J'ai calculé : sauf erreur de ma part, à échelon égal, la perte de pouvoir d'achat depuis vingt ans est de 14,6%. C'est l'équivalent de 7,6 semaines de salaires en moins sur une année.
Merci bien. C'est ce que je disais à la louche. Tous les 9 à 10 ans, c'est un mois de traitement qui disparaît, à échelon constant. Les augmentations ponctuelles d'échelon ne rattrapent parfois pas l'inflation. Au mieux, le pouvoir d'achat se maintient (et encore hors immobilier)
@Jenny a écrit:
@Rendash a écrit:
@slylan a écrit:La première phrase de l'article résume bien mon état d'esprit. Cependant, le cas de l'agregé qui n'arrive pas à se loger correctement à Paris n'est pas le plus parlant. Certains lecteurs se diront qu'on prend cet exemple pour exagérer le trait en utilisant une situation particulière, celle de la vie à Paris.


Qui concerne tout de même un sacré paquet d'enseignants, en particulier de jeunes enseignants.

Situation qui devrait être prise en compte, d'autant plus qu'il n'y a pas que des agrégés dans l'académie.
Oui, raison de plus , près de 19 enseignants sur 20 ne sont pas agrégés, alors qu'est-ce que ça doit être. Sachant qu'il faut disposer d'un revenu trois fois supérieur au loyer, et que le moindre studio est à 700-800 € minimum... Rolling Eyes

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet

Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβούμαι τίποτα, είμαι λεύτερος.
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Luigi_B le Mer 16 Jan 2019 - 18:23
@Esméralda a écrit:Bon, je suis tarte, je ne sais pas comment faire pour voir le graphique du 1er post de Luigi, qui peut m'aider ??? Merci:)

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 20190116_salaires
Paleoprof
Paleoprof
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Paleoprof le Mer 16 Jan 2019 - 18:25
Bon. J'ai appris aujourd'hui que les syndicats du primaire ont demandé à notre ministre d'annuler les épreuves de positionnement de la semaine prochaine. Pourquoi pas. Mais au vu de tous vos échanges et arguments documentés, chiffrés et objectifs, il n'y a pas plus urgent à exiger?

_________________
Je construis ma suite...... pingouin     Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 3201648960   pingouin
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Habitué du forum

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Pourquoi 3,14159 le Mer 16 Jan 2019 - 18:26
@Leclochard a écrit:Ce qui m'interroge, c'est pourquoi un magazine comme Challenges qui ne traite pas habituellement de social et vise un lectorat de cadres ou de retraités aisés parle de ce sujet de cette façon. Notre situation inquiéterait-elle ?
A priori, oui : Jean-Yves Le Drian met en garde Emmanuel Macron
La scène se passe lors du séminaire gouvernemental le 9 janvier dernier, après le conseil des ministres formel. Tout le gouvernement autour du président de la République est invité à présenter son programme. Lorsque vient son tour, le ministre du budget Gérald Darmanin déroule sa feuille de route : la réforme de la fonction publique et de l'État, comme prévu depuis l'année dernière. Là, un ministre sort de ses gonds. Jean-Yves Le Drian prend la parole et s'exclame : "Il faut peut-être arrêter les bêtises. On a déjà une crise sur les bras, on ne va peut-être pas y rajouter les fonctionnaires !"

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
gauvain31
gauvain31
Empereur

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par gauvain31 le Mer 16 Jan 2019 - 18:27
@Gewen a écrit:
@Teguru a écrit:J'accepte totalement ta remarque. Mais la perte de pouvoir d'achat, point central de cet article et donc de ce sujet, est la même pour tous les fonctionnaires de catégorie A. Pourquoi se limiter à parler des enseignants ?

Parce que les primes se sont fortement développées chez les autres cat. A ces 20 dernières années, contrairement à nous (= que ISOE chez nous, qui a très peu augmenté). Un ami, fonctionnaire territorial A avec le même indice que moi, gagne pratiquement 500 euros de plus par mois que moi ; certains B nous dépassent également aujourd’hui du fait de ces primes « compensatoires ».

+1000 Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 2252222100 quand ma petite sœur a commencé à travaillé aux marchés public de Toulouse (elle a le grade d'attachée territoriale, donc catégorie A), elle touchait déjà 300 euros de plus que moi alors que j'avais déjà 10 ans d'ancienneté (et encore, j'étais à l'époque biadmissible....)
Mon cousin policier (gardien de la paix) niveau bac a débuté avec un salaire supérieur au mien (et il a maintenu cet avance puisque nous avons commencé à travaillé à peu près au même moment)

C'est là que tu commences à te poser des questions Teguru. Quand une collègue certifiée il y a quelques années a sauté de joie car son salaire a franchi les 2000 euros nets (après plus de 10 ans d'ancienneté); j'ai dû lui dire que ce n'est pas normal d'attendre aussi longtemps pour le temps que nous passons à faire nos études. (officiellement bac +5, mais dans les faits on prenait parfois plus de temps).
Tu vois, c'est là qu'il devrait y avoir une grosse compensation: par exemple , le comptage de nos années d'études comme années de cotisation.

A tous les niveaux (salaire , retraite, prime) on se fait avoir. Il y a les faits, et les faits sont têtus.
cassiopella
cassiopella
Niveau 8

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par cassiopella le Mer 16 Jan 2019 - 18:30
@Lefteris a écrit:
Oui, raison de plus , près de 19 enseignants sur 20 ne sont pas agrégés, alors qu'est-ce que ça doit être. Sachant qu'il faut disposer d'un revenu trois fois supérieur au loyer, et que le moindre studio est à 700-800 €  minimum... Rolling Eyes
Je me suis toujours posée la question, comment font les néo-titulaires en IdF quand ils y sont affectés? Par exemple une personne a un poste à Créteil. Cette personne n'a pas de conjoint riche, ni de logement. Elle doit louer donc. Il faut débourser au moins 1000/mois. Heu.... J'imagine qu'elle ne peut pas dire à l'employeur "je ne peux pas prendre ce poste parce que je n'ai pas d'argent pour déménager en IdF"? Alors, que faire?

_________________
Moi et l'orthographe, nous ne sommes pas amis. Je corrige les erreurs dès que je les vois. Je m'excuse pour celles que je ne vois pas...
Hermiony
Hermiony
Esprit sacré

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Hermiony le Mer 16 Jan 2019 - 18:32
@cassiopella a écrit:
@Lefteris a écrit:
Oui, raison de plus , près de 19 enseignants sur 20 ne sont pas agrégés, alors qu'est-ce que ça doit être. Sachant qu'il faut disposer d'un revenu trois fois supérieur au loyer, et que le moindre studio est à 700-800 €  minimum... Rolling Eyes
Je me suis toujours posée la question, comment font les néo-titulaires en IdF quand ils y sont affectés? Par exemple une personne a un poste à Créteil. Cette personne n'a pas de conjoint riche, ni de logement. Elle doit louer donc. Il faut débourser au moins 1000/mois. Heu.... J'imagine qu'elle ne peut pas dire à l'employeur "je ne peux pas prendre ce poste parce que je n'ai pas d'argent pour déménager en IdF"? Alors, que faire?

Tu loues tout petit, ou assez loin de ton établissement, tu prends des HS...Dans tous les cas, tu dégrades tes conditions de vie et ce n'est pas l'indemnité de résidence qui y change grand-chose.

_________________
"Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exerce si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les animaux. Il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés".
Marguerite Yourcenar



« La vraie bonté de l’homme ne peut se manifester en toute pureté et en toute liberté qu’à l’égard de ceux qui ne représentent aucune force. » «Le véritable test moral de l’humanité, ce sont ses relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. » Kundera, L’Insoutenable Légèreté de l’être
avatar
Bouboule
Sage

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Bouboule le Mer 16 Jan 2019 - 18:34
@cassiopella a écrit:
@Lefteris a écrit:
Oui, raison de plus , près de 19 enseignants sur 20 ne sont pas agrégés, alors qu'est-ce que ça doit être. Sachant qu'il faut disposer d'un revenu trois fois supérieur au loyer, et que le moindre studio est à 700-800 €  minimum... Rolling Eyes
Je me suis toujours posée la question, comment font les néo-titulaires en IdF quand ils y sont affectés? Par exemple une personne a un poste à Créteil. Cette personne n'a pas de conjoint riche, ni de logement. Elle doit louer donc. Il faut débourser au moins 1000/mois. Heu.... J'imagine qu'elle ne peut pas dire à l'employeur "je ne peux pas prendre ce poste parce que je n'ai pas d'argent pour déménager en IdF"? Alors, que faire?

Je me souviens de 2 IPR parisiens me disant la bouche en coeur : "c'est génial, ils font de la colocation". C'était il y a plus de 10 ans.
J'imagine que désormais, ils dorment à deux dans la même voiture pour se tenir chaud.
Luigi_B
Luigi_B
Grand Maître

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Luigi_B le Mer 16 Jan 2019 - 18:41
@cassiopella a écrit:Je me suis toujours posée la question, comment font les néo-titulaires en IdF quand ils y sont affectés? Par exemple une personne a un poste à Créteil. Cette personne n'a pas de conjoint riche, ni de logement. Elle doit louer donc. Il faut débourser au moins 1000/mois. Heu....
A Paris, le prix moyen d'un T1 de moins de 25m2 dans un arrondissement populaire comme le 19e est de 719€. Restent les chambres de bonne (582€ en moyenne pour une chambre de 9 à 25m2).

Notez qu'à Créteil, ce n'est pas tellement moins cher : 661€ en moyenne pour un T1 de moins de 25m2.
Madame_Prof
Madame_Prof
Empereur

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Madame_Prof le Mer 16 Jan 2019 - 18:51
cassiopella, 1000€ non... Mais, rappelons que les stagiaires gagnent 1,2 SMIC.

J'ai 37 m2 dans une commune bobo qui est limitrophe de Créteil. Je paye 790 €. Ce serait compliqué sans prime PP et sans aucune heure supp' (je n'ai pas d'HSA mais je m'arrange pour faire quelques HSE). Et, je suis à l'échelon 6, donc pas trop à plaindre non plus. Par contre, heureusement que j'avais des garants solides. Car en arrivant y a 5 ans, j'étais loin du 3 x le loyer.

_________________
2017-2020 - 10ème établissement, en poste fixe ! Et, militante (encore, malgré tout...) ! 
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
cassiopella
cassiopella
Niveau 8

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par cassiopella le Mer 16 Jan 2019 - 18:54
@Hermiony a écrit:
@cassiopella a écrit:
@Lefteris a écrit:
Oui, raison de plus , près de 19 enseignants sur 20 ne sont pas agrégés, alors qu'est-ce que ça doit être. Sachant qu'il faut disposer d'un revenu trois fois supérieur au loyer, et que le moindre studio est à 700-800 €  minimum... Rolling Eyes
Je me suis toujours posée la question, comment font les néo-titulaires en IdF quand ils y sont affectés? Par exemple une personne a un poste à Créteil. Cette personne n'a pas de conjoint riche, ni de logement. Elle doit louer donc. Il faut débourser au moins 1000/mois. Heu.... J'imagine qu'elle ne peut pas dire à l'employeur "je ne peux pas prendre ce poste parce que je n'ai pas d'argent pour déménager en IdF"? Alors, que faire?

Tu loues tout petit, ou assez loin de ton établissement, tu prends des HS...Dans tous les cas, tu dégrades tes conditions de vie et ce n'est pas l'indemnité de résidence qui y change grand-chose.
Un tiers de salaire du titulaire c'est 610 environ. Plus petit = chambre de bonne??? Je considère que c'est absolument inacceptable pour un professeur! D'après mon expérience, les seuls studios en IdF qui sont autours de 600 sont dans la 5ième zone. Chouette, 2h-4h de transport par jour...
Je viens de regarder, il y a des petites primes dans l'académie de Créteil.... qui sont versées en novembre/décembre ou plus tard...

@Madame_Prof, je suis très risque averse, je prends donc large Razz


Dernière édition par cassiopella le Mer 16 Jan 2019 - 19:02, édité 1 fois

_________________
Moi et l'orthographe, nous ne sommes pas amis. Je corrige les erreurs dès que je les vois. Je m'excuse pour celles que je ne vois pas...
avatar
slylan
Niveau 9

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par slylan le Mer 16 Jan 2019 - 18:57
@Lefteris a écrit:
@Rendash a écrit:
@slylan a écrit:La première phrase de l'article résume bien mon état d'esprit. Cependant, le cas de l'agregé qui n'arrive pas à se loger correctement à Paris n'est pas le plus parlant. Certains lecteurs se diront qu'on prend cet exemple pour exagérer le trait en utilisant une situation particulière, celle de la vie à Paris.


Qui concerne tout de même un sacré paquet d'enseignants, en particulier de jeunes enseignants.

Situation qui devrait être prise en compte, d'autant plus qu'il n'y a pas que des agrégés dans l'académie.
Oui, raison de plus , près de 19 enseignants sur 20 ne sont pas agrégés, alors qu'est-ce que ça doit être. Sachant qu'il faut disposer d'un revenu trois fois supérieur au loyer, et que le moindre studio est à 700-800 €  minimum... Rolling Eyes [/quote]

Voilà, c'était le sens de ma remarque.
Jenny
Jenny
Modérateur

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Jenny le Mer 16 Jan 2019 - 19:00
Ah oui, je n'avais pas compris ça, pardon.

Concrètement, on habite loin de Paris si on veut une surface décente, même avec un conjoint cadre... Des jeunes collègues vivent effectivement en chambre de bonne, même en étant en couple. L'indemnité de résidence est une honte.


Dernière édition par Jenny le Mer 16 Jan 2019 - 19:03, édité 1 fois
Madame_Prof
Madame_Prof
Empereur

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Madame_Prof le Mer 16 Jan 2019 - 19:02
cassiopella, un néo-titulaire, donc à l'échelon 2, en Île-de-France (avec la prime de résidence), gagne environ 1700€ net. Tu as vu large aussi avec un tiers à 610€ ^^

Bref, oui ça craint.

_________________
2017-2020 - 10ème établissement, en poste fixe ! Et, militante (encore, malgré tout...) ! 
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
cassiopella
cassiopella
Niveau 8

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par cassiopella le Mer 16 Jan 2019 - 19:07
@Madame_Prof a écrit:cassiopella, un néo-titulaire, donc à l'échelon 2, en Île-de-France (avec la prime de résidence), gagne environ 1700€ net. Tu as vu large aussi avec un tiers à 610€ ^^

Bref, oui ça craint.
C'est pire donc. J'avais trouvé sur internet que c'était 1850 net environ. Avec le budget de 566€ pour un studio, même en 5ième zone c'est presque impossible.

_________________
Moi et l'orthographe, nous ne sommes pas amis. Je corrige les erreurs dès que je les vois. Je m'excuse pour celles que je ne vois pas...
Jenny
Jenny
Modérateur

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Jenny le Mer 16 Jan 2019 - 19:12
J'habite en zone 5, c'est trouvable (un studio dans ma commune, c'est 450/550 euros par exemple). Mais ça fait loin quand on travaille à Paris, je rêve de me rapprocher, d'autant plus qu'en étant sur deux établissements, ça commence à faire beaucoup de trajets. cafe
PrCosinus
PrCosinus
Niveau 5

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par PrCosinus le Mer 16 Jan 2019 - 19:15
J'ajoute que l'inflation est sous estimée par l'INSEE, particulièrement pour les Parisiens :
Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 G1

_________________
"Plus j'aime mon métier et moins je supporte ma profession." (J-L Godard).
avatar
Bouboule
Sage

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Bouboule le Mer 16 Jan 2019 - 19:18
@cassiopella a écrit:
@Hermiony a écrit:
@cassiopella a écrit:
@Lefteris a écrit:
Oui, raison de plus , près de 19 enseignants sur 20 ne sont pas agrégés, alors qu'est-ce que ça doit être. Sachant qu'il faut disposer d'un revenu trois fois supérieur au loyer, et que le moindre studio est à 700-800 €  minimum... Rolling Eyes
Je me suis toujours posée la question, comment font les néo-titulaires en IdF quand ils y sont affectés? Par exemple une personne a un poste à Créteil. Cette personne n'a pas de conjoint riche, ni de logement. Elle doit louer donc. Il faut débourser au moins 1000/mois. Heu.... J'imagine qu'elle ne peut pas dire à l'employeur "je ne peux pas prendre ce poste parce que je n'ai pas d'argent pour déménager en IdF"? Alors, que faire?

Tu loues tout petit, ou assez loin de ton établissement, tu prends des HS...Dans tous les cas, tu dégrades tes conditions de vie et ce n'est pas l'indemnité de résidence qui y change grand-chose.
Un tiers de salaire du titulaire c'est 610 environ. Plus petit = chambre de bonne??? Je considère que c'est absolument inacceptable pour un professeur! D'après mon expérience, les seuls studios en IdF qui sont autours de 600 sont dans la 5ième zone. Chouette, 2h-4h de transport par jour...
Je viens de regarder, il y a des petites primes dans l'académie de Créteil.... qui sont versées en novembre/décembre ou plus tard...

@Madame_Prof, je suis très risque averse, je prends donc large Razz

Je suis d'accord.
Et là, augmenter l'indemnité de résidence IdF, ce n'est pas augmenter toute la fonction publique.
avatar
Lisak35
Niveau 10

Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat - Page 2 Empty Re: Enseignants : les vingt dernières années de perte de pouvoir d'achat

par Lisak35 le Mer 16 Jan 2019 - 19:36
La plupart des profs en IDF que je connais (dont moi) depensent plutôt la moitié de leur salaire dans le loyer et pour une surface minus et / ou souvent un domicile très éloigné de leur lieu de travail, et de ce qui à termes peut faire tout le charme de la vie dans la capitale (sorties, loisirs, culture, etc.). Ceux que ce mode de vie n'interessent pas peuvent toujours se loger dans la très lointaine banlieue, mais il faut bien avouer que c'est tous les inconvénients de la "campagne" sans aucun de ses avantages, surtout quand tu es muté en tant que néotit' dans un établissement de banlieue sensible souvent très éloigné de ton domicile aussi et que tu dois donc te fader en plus du reste le RER / trasilien 5 zones avec tous les charmants à côtés : retards, odeurs, foule, etc.
Y'a pas à dire : bac + 5 + concours et année de stage pesante + établissement "sensible" du 93/95/92 ou ailleurs + élèves qui n'ont parfois pas dépassé le stade du 1aire sur le plan scolaire / développement intellectuel et moral + vivre dans un 20m2 pour la moitié de ton salaire au fond d'une banlieue délaissée ou 10 m2 si c'est une banlieue sympa + 2h minimum de RER / Transilien par jour A/R + 40h de boulot par semaine minimum + mépris absolu du public élève / parents / direction / grand public (pas toujours quand même) voire parfois amis et connaissances ; et tout cela pour heu 200 euros de plus que le smic (qui peut s'obtenir même si on n'a que le brevet du moment qu'on est à plein temps), ça fait rêver ce job ! Et on se demande encore pourquoi on a du mal à recruter ? Very Happy


Dernière édition par Lisak35 le Mer 16 Jan 2019 - 19:48, édité 1 fois
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum