Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
polkafrik
polkafrik
Niveau 5

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Enseigner à l'étranger : états d'âme

par polkafrik le Mer 23 Jan 2019 - 23:14
Bon, je ne sais pas si c'est vraiment le lieu, mais à force de lire ce forum, je sais que je ne suis pas la seule à me faire des noeuds au cerveau pendant ces fichus mois de janvier et de février, et comme mes collègues ici ne comprennent pas vraiment...
J'ai envoyé un certain nombres de candidatures pour les postes de résidents mais je suis consciente de la difficulté à obtenir un poste... Mais à bientôt 40 ans (oups!) et après avoir déjà travaillé plusieurs fois à l'étranger, j'ai envie d'un peu de confort, d'être dans un pays qui me plaise (donc plutôt demandé, forcément) et dans des conditions financières pas forcément extraordinaires mais qui permettent au moins de profiter du pays et d'éviter les angoisses (départ en famille avec 3 enfants, et envie d'un 4ème...) À côté de ça, ça fait 6 ans que je suis en France et j'en ai super marre, j'ai vraiment envie de partir, ma fille aînée va rentrer en 6ème et pour moi c'est vraiment le bon moment. Donc je suis sans arrêt entre l'envie de faire plein de demandes pour être sûre de partir quelque part, quitte à être en poste en local, ou dans un pays moins attirant, et celle de demander des postes qui me font vraiment envie, au risque de ne pas pouvoir partir, avec la responsabilité d'emmener mes enfants qui n'ont rien demandé dans une galère. Je passe mon temps à googler "vivre avec des enfants à ..." avec le nom de toutes les villes imaginables, à faire un tableau excel de mes envois et à rafraîchir ce forum pour avoir le sentiment d'échanger avec des gens qui vivent la même chose que moi... (parce que en France, quand on a un poste fixe, des enfants, les gens ne comprennent vraiment pas ce qui vous passe par la tête de vouloir lâcher tout ça!)
Bref, je lirais vos états d'âme similaires ou non avec plaisir histoire de me sentir moins seule, et d'attendre sereinement ou presque la fin du mois de février...


Dernière édition par Thalia de G le Jeu 24 Jan 2019 - 5:54, édité 1 fois (Raison : Titre précisé)
Mehitabel
Mehitabel
Doyen

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Mehitabel le Jeu 24 Jan 2019 - 7:48
Je comprends parfaitement ce que tu vis et ressens Wink pas de conseils à te donner, tu connais les réalités du terrain, de l'AEFE actuellement, il faut tabler sur ces effectifs que le gouvernement souhaite "doubler" pour que des contrats locaux avec détachement fleurissent un peu partout. Oui les contrats résident sont menacés, je ne parle même pas des expatriés bien sûr, mais il y aura d'autres types de contrat qui permettront de partir quand même, tout ne sera pas assuré à 100% par des locaux, je n'y crois pas, surtout dans certains pays.
Tu as le droit d'être exigeante si ce n'est pas source de souffrance, car si tu veux VRAIMENT partir à tout prix (ce qui était mon cas en 2013), il faudra que tu fasses des concessions.
Et puis il y a pays confortables et pays qui ont l'air confortables, d'autres sont écartés alors qu'on y vit très bien, je suis passée par ce type de pays. En somme, commence par faire le tri de ce qui est non négociable, par exemple pour moi, c'était la sécurité intérieure, je préférais un pays moisi mais safe dans la vie quotidienne, qu'une jolie ville plaisante où j'aurais risqué une agression ou un cambriolage (oui je sais, chez nous aussi, bla bla). Quand tu auras posé ce qui est non négociable, tu joues. Et tu joues vraiment, même là où tu te dis que tu n'as aucune chance, tu envoies, et tu verras bien! N'hésite pas à envoyer des candidatures spontanées pour les écoles sans contrat résident pour dire que tu es intéressée.
Bref, forzzzzzzaaaaaaaaa
Courage!
egomet
egomet
Doyen

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par egomet le Jeu 24 Jan 2019 - 9:48
De toute façon, ça ne coûte rien de se renseigner.

Une prise de contact n'est pas un contrat.


Tu as un poste fixe en France? Ca te laisse le temps de chercher sereinement. Si tu ne pars pas pour la rentrée prochaine, ce sera la suivante. Si tu repères un pays intéressant, tu peux même envisager d'y faire une petite reconnaissance à l'occasion des vacances. Ca demande un budget, mais ce n'est pas forcément excessif quand on veut avoir l'esprit tranquille.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
Isidoria
Isidoria
Vénérable

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Isidoria le Jeu 24 Jan 2019 - 10:11
Ah mais je comprends totalement! En fin de contrat d'expatriée l'année dernière, j'ai postulé un peu partout et participé aux mutations en France. Convoquée aux entretiens pour un poste d'expatriée, entretiens pour New York, Londres, Bali, classement pour les postes de résident, et ensuite, attente trèèèèèèèès longue pour le détachement. Pendant tout ce temps là, j'ai été affectée à Créteil, puis en collège de la Courneuve...
L'idée de rentrer en France dans ces conditions me rendait malade. Je me suis littéralement effondrée au lycée un jour après deux mois d'attente pour mon détachement, jour où les déménageurs venaient prendre mes affaires pour... nulle part puisque je ne savais toujours pas si ce serait la France ou le Moyen orient.

Bref, oui, je comprends, je te soutiens, et si je peux te conseiller un truc c'est vas-y, fonce, tente! Aujourd'hui il existe des contrats locaux détachés qui proposent de très bonnes conditions de vie, il ne faut pas les écarter d'office.

Et bon courage. Toutes ces épreuves l'année dernière m'ont convaincue d'une chose: si je rentre, ce ne sera pas dans l'académie de Créteil, voire pas pour être prof...
Lovelace314
Lovelace314
Niveau 2

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Lovelace314 le Jeu 24 Jan 2019 - 11:28
@Mehitabel a écrit: des contrats locaux avec détachement fleurissent un peu partout.

@Isidoria a écrit: Aujourd'hui il existe des contrats locaux détachés qui proposent de très bonnes conditions de vie.

Attention aux termes employés ! Le contrat local avec détachement n'existe pas ! Soit on est détaché (c'est ce qu'on appelle poste de résident ou d'expatrié) et on reste donc fonctionnaire de l'éducation nationale avec les avantages qui y sont attachés (avancement, retraite, etc). Soit on est sur un poste en contrat local et dans ce cas là on est en disponibilité par rapport à l'éducation nationale. Et là vous n'avancez plus au niveau carrière et vous cotisez dans le pays d'accueil pour la retraite. De plus il faut savoir que la disponibilité est limité dans le temps. Après un certain temps (10 ans il me semble) vous devez soit démissionner soit réintégrer.
En ce moment l'AEFE ne crée pas de poste comme annoncé par le gouvernement. Actuellement la majorité des postes de résidents sont fermés puis transformés en postes locaux voire carrément supprimés. Les postes de résidents qui vont rester seront limités à 3 ans renouvelable une fois apparemment.
Bien sûr l'expérience à l'étranger est très enrichissante et je conseille aux gens de faire l’expérience mais attention à ne pas accepter n'importe quoi comme conditions de travail. En ce moment les postes apparaissant comme résidents sur le site de l'AEFE sont pour la majorité transformés en postes locaux ! Donc en mise en disponibilité et non en détachement.
Polkafrik je vois que tu es prof de lettre, si tu veux essayer l’Espagne envois ton CV dans les lycées d'Espagne. Des postes qui n’apparaissent pas vont sans doute se libérer... Bon courage !

_________________
Ada Lovelace I love you
Isidoria
Isidoria
Vénérable

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Isidoria le Jeu 24 Jan 2019 - 11:50
Lovelace, je t'assure qu'existent les contrats locaux détachés, et que ce format se multiplie. C'est le cas dans les lycées des USA, à Mexico, et dans les lycées homologués sans résidents. Dans les lycées conventionnés avec résidents, en effet le détachement est impossible, mais quand il n'y a pas de résidents, il existe ce contrat local avec détachement. Nous savons très bien, Mehitabel et moi, de quoi nous parlons, et nous employons les termes avec mesure.
Mehitabel
Mehitabel
Doyen

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Mehitabel le Jeu 24 Jan 2019 - 11:54
@Lovelace314 a écrit:
@Mehitabel a écrit: des contrats locaux avec détachement fleurissent un peu partout.

@Isidoria a écrit: Aujourd'hui il existe des contrats locaux détachés qui proposent de très bonnes conditions de vie.

Attention aux termes employés ! Le contrat local avec détachement n'existe pas ! Soit on est détaché (c'est ce qu'on appelle poste de résident ou d'expatrié) et on reste donc fonctionnaire de l'éducation nationale avec les avantages qui y sont attachés (avancement, retraite, etc). Soit on est sur un poste en contrat local et dans ce cas là on est en disponibilité par rapport à l'éducation nationale. Et là vous n'avancez plus au niveau carrière et vous cotisez dans le pays d'accueil pour la retraite. De plus il faut savoir que la disponibilité est limité dans le temps. Après un certain temps (10 ans il me semble) vous devez soit démissionner soit réintégrer.
En ce moment l'AEFE ne crée pas de poste comme annoncé par le gouvernement. Actuellement la majorité des postes de résidents sont fermés puis transformés en postes locaux voire carrément supprimés. Les postes de résidents qui vont rester seront limités à 3 ans renouvelable une fois apparemment.
Bien sûr l'expérience à l'étranger est très enrichissante et je conseille aux gens de faire l’expérience mais attention à ne pas accepter n'importe quoi comme conditions de travail. En ce moment les postes apparaissant comme résidents sur le site de l'AEFE sont pour la majorité transformés en postes locaux ! Donc en mise en disponibilité et non en détachement.
Polkafrik je vois que tu es prof de lettre, si tu veux essayer l’Espagne envois ton CV dans les lycées d'Espagne. Des postes qui n’apparaissent pas vont sans doute se libérer... Bon courage !

Oui merci je vis à l'étranger depuis 2002 et j'ai eu tous les types de contrat. Et il y a bien une différence entre un contrat résident et un contrat local avec détachement. Un contrat résident est une protection, car non soumis à la loi locale du pays, le contrat local même avec détachement relève de la stricte juridiction du droit du travail local. En cas de problème entre le CG de l'école et vous, en contrat local cela relève des autorités locales, et là il vaut mieux être en Espagne qu'en Corée du Nord. Donc oui cela fait une différence et les termes ne relèvent pas du tout de la même réalité sur place.


Dernière édition par Mehitabel le Ven 1 Fév 2019 - 19:33, édité 1 fois
Phocea
Phocea
Niveau 5

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Phocea le Jeu 24 Jan 2019 - 12:03
@Isidoria a écrit:Lovelace, je t'assure qu'existent les contrats locaux détachés, et que ce format se multiplie. C'est le cas dans les lycées des USA, à Mexico, et dans les lycées homologués sans résidents. Dans les lycées conventionnés avec résidents, en effet le détachement est impossible, mais quand il n'y a pas de résidents, il existe ce contrat local avec détachement. Nous savons très bien, Mehitabel et moi, de quoi nous parlons, et nous employons les termes avec mesure.

Si j'ai bien compris certains pays ne proposent pas de postes de résident mais peuvent proposer des contrats locaux avec détachement (donc possibilité avancement et retraite). Par contre si des postes de résident existent dans l'établissement alors les contrats locaux éventuellement proposés seront nécessairement sans détachement (donc pas possibilité avancement et retraite)

Ai je bien compris ? Neutral
Isidoria
Isidoria
Vénérable

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Isidoria le Jeu 24 Jan 2019 - 12:04
Oui, c'est ça.
nautie
nautie
Habitué du forum

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par nautie le Jeu 24 Jan 2019 - 12:04
Les contrats locaux avec détachement ont d'ailleurs tendance à se multiplier avec la multiplication des établissements partenaires AEFE!! Mais tout est bien expliqué sur la circulaire concernant le détachement pour enseigner à l'étranger (par exemple ici http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=133155)
mm123
mm123
Niveau 1

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par mm123 le Jeu 24 Jan 2019 - 12:32
Moi aussi je suis prise dans des dilemmes sans fin.... très envie de partir, et de plus en plus à force d'envoyer des candidatures et de faire des recherches sur les pays, établissements....
J'ai postulé pour des postes de résidents, dont certains qui me tiennent à coeur, mais après une fréquentation assidue des différents sujets de ce forum (merci à tous les contributeurs) je postule également sur des contrats locaux, établissements partenaires, homologués... Je vise large.

Mais le problème qui se pose maintenant c'est les retours rapides des offres en contrat local, est-ce que je suis prête à prendre le risque d'accepter un contrat local pour être sûre d'avoir quelque chose mais de rater un poste de résident, ou le risque de refuser des contrats locaux en espérant un miraculeux poste de résident ?
Faut-il continuer à postuler dès maintenant sur des postes en contrat local et se mettre dans cette situation stressante en cas de retour positif, ou attendre le mois de mars en se disant maintenant il n'y a plus rien à perdre. Est-ce qu'il y a encore des postes en contrat local en mars, parce que j'imagine que je ne suis pas la seule à postuler dès maintenant.
C'est la première fois que je participe à cette grosse machine et je n'ai aucune visibilité sur mes chances, sur les atouts de mon dossier.
Je navigue à vue, et c'est stressant.

Euh, l'académie de Créteil et La Courneuve? Je croyais qu'en enseignant à l'étranger, l'avancement était plus rapide et qu'il y avait des points pour le retour...
Parce que, pour enseigner à proximité, La Courneuve en Lettres, c'est peu réjouissant, encore plus j'imagine après avoir connu les Lycées de l'étranger...
nautie
nautie
Habitué du forum

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par nautie le Jeu 24 Jan 2019 - 12:46
Concernant les états d'âme, me voilà aussi dans cet immense grand-huit émotionnel: la campagne des postes à l'étranger!!
je veux quitter l'établissement (et le pays par la même occasion) où je suis, car il n'y a pas de lycée pour mon fils qui entrera en 1e. Mais je ne souhaite pas rentrer en France (même si j'ai la chance de dépendre d'un DOM sympa!). J'ai donc fait des demandes tout azimut... mais en étant quand même restrictive parce que je ne veux pas me retrouver dans un lieu dans lequel je me sentirais pas bien! Je suis en Asie, et j'ai demandé en résident et en local tous les pays d'Europe, d'Asie, d'Amérique du Nord... Bref rien de facile à obtenir!!
Tous mes dossiers ont été envoyés... et maintenant vient le doute... J'aurais du élargir mes voeux (je peux toujours...) mais au fond de moi, je n'ai pas envie de tenter les pays difficiles, ou qui suivent le calendrier Sud (pour le bac de mon fils...), ou tout simplement qui ne m'attire pas...
Moi aussi j'ai fait un tableau excel Razz Ah qu'il me tarde d'être fixé!!!
Isidoria
Isidoria
Vénérable

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Isidoria le Jeu 24 Jan 2019 - 12:49
Non non, on ne nous attend pas et on ne nous déroule pas le tapis rouge. En termes de points, tu as tes points d'échelon (et même en avançant un poil plus vite qu'en France, c'est pas le Pérou), les points de stabilité sur poste, et 1000points sur le voeu "tout poste dans le département d'origine". Voilà, pour moi ça a marché du feu de Dieu, j'ai obtenu un collège de La Courneuve, parce que je ne suis pas pacsée, que je n'ai pas d'enfant, donc ni éloignement ni rapprochement de conjoint,... Surtout à ceux qui sont à l'étranger, ne croyez pas que vous obtiendrez un super poste au retour.
nautie
nautie
Habitué du forum

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par nautie le Jeu 24 Jan 2019 - 12:51
@mm123 a écrit:Moi aussi je suis prise dans des dilemmes sans fin.... très envie de partir, et de plus en plus à force d'envoyer des candidatures et de faire des recherches sur les pays, établissements....
J'ai postulé pour des postes de résidents, dont certains qui me tiennent à coeur, mais après une fréquentation assidue des différents sujets de ce forum (merci à tous les contributeurs) je postule également sur des contrats locaux, établissements partenaires, homologués... Je vise large.

Mais le problème qui se pose maintenant c'est les retours rapides des offres en contrat local, est-ce que je suis prête à prendre le risque d'accepter un contrat local pour être sûre d'avoir quelque chose mais de rater un poste de résident, ou le risque de refuser des contrats locaux en espérant un miraculeux poste de résident ?
Faut-il continuer à postuler dès maintenant sur des postes en contrat local et se mettre dans cette situation stressante en cas de retour positif, ou attendre le mois de mars en se disant maintenant il n'y a plus rien à perdre. Est-ce qu'il y a encore des postes en contrat local en mars, parce que j'imagine que je ne suis pas la seule à postuler dès maintenant.
C'est la première fois que je participe à cette grosse machine et je n'ai aucune visibilité sur mes chances, sur les atouts de mon dossier.
Je navigue à vue, et c'est stressant.

Euh, l'académie de Créteil et La Courneuve? Je croyais qu'en enseignant à l'étranger, l'avancement était plus rapide et qu'il y avait des points pour le retour...
Parce que, pour enseigner à proximité, La Courneuve en Lettres, c'est peu réjouissant, encore plus j'imagine après avoir connu les Lycées de l'étranger...

Je viens d'être confrontée à cette problématique!! J'ai postulé tout azimut et j'ai eu une proposition ferme pour un pays que je voyais comme "pourquoi pas". J'ai tourné le probleme dans tous les sens longtemps mais finalement je le refuse, non pas parce que j'espère mieux, mais parce que ce contrat ne me convient pas. Le résultat est le même mais si à la fin, je n'ai rien d'autre, il n'y aura aucun regret car même en avril, je n'aurais pas signé (ou par dépit et cela aurait sûrement été une erreur!).

Sinon, non, tu n'as pas de points particuliers en revenant de l'étranger...


Dernière édition par nautie le Jeu 24 Jan 2019 - 13:20, édité 2 fois
Isidoria
Isidoria
Vénérable

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Isidoria le Jeu 24 Jan 2019 - 12:54
Oui, l'année dernière j'ai refusé deux postes: le LFNY et Bali, beaucoup m'ont dit que j'étais folle... Mais j'ai fait des choix, et je ne regrette pas. Après, les lycées ne sont pas fous, certains essayent de couper l'herbe sous le pied de la campagne de recrutement des résidents pour recruter. Pour l'instant la voie royale c'est le poste de résident, peu peuvent s'aligner sur les conditions qu'il offre.
polkafrik
polkafrik
Niveau 5

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par polkafrik le Jeu 24 Jan 2019 - 13:24
J’hesite pour Bali, mais le poste a l’air de demander tous les niveaux, plus philo... bref un peu prof à tout faire... Et les filles ne veulent pas parce qu’on y a vécu un tremblement de terre cet été! (Mais bon ça aussi c’est un risque partout). J’ai vraiment envie d’etre dans un établissement homologué pour l’instant, la plupart de ceux que j’ai repérés ont des résidents donc pas de local en détachement, mais je vais fouiller encore... Et j’hésite pour les locaux sans détachement, mais si c’est vraiment dans un super pays avec bonnes conditions je penche plutôt pour...
L’Espagne pour l’instant ça ne me fait pas envie, je regarderai pour plus tard, je me garde l’Europe et les USA pour la fin de carrière! :-D Mais c’est difficile d’imaginer sa vie tant qu’on y est pas...
Isidoria
Isidoria
Vénérable

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Isidoria le Jeu 24 Jan 2019 - 13:26
Le poste qu'on me proposait était Lettres-HG, or moi, j'étais prête à prendre le lettres-philo, mais HG ça ne me disait pas. C'est limité à deux matières, en tout cas, je peux te l'assurer.
mm123
mm123
Niveau 1

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par mm123 le Jeu 24 Jan 2019 - 14:10
@Isidoria a écrit:Non non, on ne nous attend pas et on ne nous déroule pas le tapis rouge. En termes de points, tu as tes points d'échelon (et même en avançant un poil plus vite qu'en France, c'est pas le Pérou), les points de stabilité sur poste, et 1000points sur le voeu "tout poste dans le département d'origine". Voilà, pour moi ça a marché du feu de Dieu, j'ai obtenu un collège de La Courneuve, parce que je ne suis pas pacsée, que je n'ai pas d'enfant, donc ni éloignement ni rapprochement de conjoint,...  Surtout à ceux qui sont à l'étranger, ne croyez pas que vous obtiendrez un super poste au retour.

Naïvement, je pensais que l'expérience à l'étranger était valorisée. Ok, encore une illusion de moins. Il ne va plus m'en rester beaucoup....
Li-Li
Li-Li
Érudit

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Li-Li le Jeu 24 Jan 2019 - 16:45
Je comprends les questionnements, pour le moment je suis sur un poste au moins pour deux ans mais forcément on s'interroge.
Une question pour les postes en local vous écrivez pour demander les conditions avant de postuler ?
nautie
nautie
Habitué du forum

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par nautie le Jeu 24 Jan 2019 - 16:52
@Li-Li a écrit:Je comprends les questionnements, pour le moment je suis sur un poste au moins pour deux ans mais forcément on s'interroge.
Une question pour les postes en local vous écrivez pour demander les conditions avant de postuler ?

Personnellement, non. J'envoie et je vois ensuite... Je ne sais pas si c'est la bonne méthode mais comme 9 fois sur 10 mon dossier reste lettre morte, pas la peine que je m'emballe à propos des conditions!! Wink
Li-Li
Li-Li
Érudit

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Li-Li le Jeu 24 Jan 2019 - 16:57
@nautie a écrit:
@Li-Li a écrit:Je comprends les questionnements, pour le moment je suis sur un poste au moins pour deux ans mais forcément on s'interroge.
Une question pour les postes en local vous écrivez pour demander les conditions avant de postuler ?

Personnellement, non. J'envoie et je vois ensuite... Je ne sais pas si c'est la bonne méthode mais comme 9 fois sur 10 mon dossier reste lettre morte, pas la peine que je m'emballe à propos des conditions!! Wink

Oui, c'est vrai en plus je suis bien du style à me faire des noeuds au cerveau. Je sais que dans mon etb quand ils ont recruté un remplaçant pour mon congé maternité (Oui j'ai eu la bonne idée de partir en congé mat dès la Toussaint de mon nouveau poste) il y  avait une marge de négociation pas trop pour le salaire mais quelques avantages.
polkafrik
polkafrik
Niveau 5

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par polkafrik le Jeu 24 Jan 2019 - 17:36
Oh tu m’interesses! Nan parce qu’en plus je suis sur bb4 depuis... genre 1 an et demi et c’est la grosse galère, et j’ai cette espèce d’image de cauchemar dans la tête d’avoir le même jour une réponse positive du pays de mes rêves et un test positif... (malheureusement on en est encore loin pour les 2...) Dans ce cas-là évidemment je ne mentirai pas mais est-ce que je risque de perdre le poste? Et si je tombe enceinte juste après? Ils risquent de m’en vouloir mais on ne choisit pas le moment, surtout quand ça prend du temps...
exvivo
exvivo
Niveau 7

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par exvivo le Jeu 24 Jan 2019 - 18:27
@Lovelace314 a écrit:il faut savoir que la disponibilité est limité dans le temps. Après un certain temps (10 ans il me semble) vous devez soit démissionner soit réintégrer.

Ça dépend en fait. En gros (ce n'est pas exhaustif) il y a :
-la dispo pour convenance personnelle sous réserve des nécessités de service : 3 ans renouvelable et max 10 ans,
-de droit, notamment pour suivi de conjoint : 3 ans renouvelable sans plafond.

Pour les résidents, la grande nouveauté est le détachement max. de 6 ans.
avatar
mariange19
Niveau 5

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Questionnement

par mariange19 le Ven 25 Jan 2019 - 11:17
Bonjour,

Je pense de plus en plus à partir enseigner à l'étranger et je me pose pas mal de questions.

Je suis celibataire sans enfant, j'ai 45 ans donc libre comme l'air...Je n'ai jamais enseigné à l'étranger, ne maîtrise pas vraiment une langue étrangère et là ou cela se complique c'est que je suis dans le privé et donc si j'ai bien suivi, je ne peux postuler que sur des postes à contrat local c'est cela ?

Je voudrai savoir quelles sont les difficultés pour un premier poste à l'étranger,les salaires?

Le fait de partir seule n 'est ce pas de la folie ?

Merci pour vos conseils
Séverine
Li-Li
Li-Li
Érudit

Enseigner à l'étranger : états d'âme Empty Re: Enseigner à l'étranger : états d'âme

par Li-Li le Ven 25 Jan 2019 - 11:38
@polkafrik a écrit:Oh tu m’interesses! Nan parce qu’en plus je suis sur bb4 depuis... genre 1 an et demi et c’est la grosse galère, et j’ai cette espèce d’image de cauchemar dans la tête d’avoir le même jour une réponse positive du pays de mes rêves et un test positif... (malheureusement on en est encore loin pour les 2...) Dans ce cas-là évidemment je ne mentirai pas mais est-ce que je risque de perdre le poste? Et si je tombe enceinte juste après? Ils risquent de m’en vouloir mais on ne choisit pas le moment, surtout quand ça prend du temps...

Alors je suis tombée enceinte 15 jours après avoir accepté le poste, c était voulu on voulait un enfant mais mon mari n étant avec moi qu'à peine deux mois je pensais plutôt tomber enceinte dans l été ou début d année. 
Franchement le proviseur, les collègues, les élèves pas de soucis ainsi que la plupart des parents. Mais certains parents ont râle au conseil comme quoi je n aurai pas dû accepter, après je ne suis pas dans un pays attractif et dans l ensemble ils sont très contents que je sois là. 
Ce n est pas la position la plus confortable pour moi non plus mais c est ainsi. A partir du moment où ils embauchent des femmes et bien voilà. Je te dirai de ne pas remettre ton projet bébé car finalement il y a toujours une bonne raison sinon.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum