Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
ar_angar
Niveau 8

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par ar_angar le Jeu 7 Fév 2019 - 6:52
@Nina85 a écrit:Le conseil étant la semaine dernière, j'étais choquée, la moyenne de mat était 18 !!! Il est très claire que les élèves sont surnotés. Il s'agit d'un lycée pro, c'est des élèves qui sont là non pas pour apprendre ou parce qu’ils sont bon en mat mais parce que il n'étaient acceptés nul part. Le prof de mat, un contractuel, qui veut juste avoir la paix. Il me dis, dès qu'ils travaillent un peu je leur mets des bonnes notes, hallucinant.


Il faut savoir que les contractuels sont potentiellement soumis à des pressions des CdE (bin, oui, vous comprennez il faut que je vous note, et vous n'avez pas fait ce que je voulais, donc ca va être compliqué de vous reprendre l'année prochaine, etc), et étant précaire, ils ne peuvent pas forcément se permettre de faire différement. D'autant plus qu'ils n'ont en général pas de formation spécifique à l'enseignement, mais il font le même boulot que les titulaires, en apprenant sur le tas.
Thalia de G
Thalia de G
Médiateur

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par Thalia de G le Jeu 7 Fév 2019 - 7:01
@Ha@_x a écrit:
@Fenrir a écrit:Aussi loin que je sois de la perfection dans mes écrits
et paf !

ces profs de calcul faut tout leur apprendre
Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 437980826
Et alors ? Il ne t'est jamais arrivé au terme de la correction d'une copie particulièrement infâme d'être dans un tel état que tu commets des fautes en écrivant tes annotations ?

Fenrir n'a pas tort : un peu plus de vigilance dans l'orthographe et la syntaxe ne peuvent nuire.
HS off.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
Fenrir
Fenrir
Niveau 10

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par Fenrir le Jeu 7 Fév 2019 - 7:08
@Maellerp a écrit:
@Fenrir a écrit:
@Ha@_x a écrit:Pourquoi chut ? Non mais faut faire tourner les infos, moi je déménage si le collège de secteur dispose de vrais profs de maths, faut que je pense à mes mômes !

oui, alors, personnellement je ne mettrai pas mes enfants dans mon collège (qui n'est pas mon collège de secteur) pas à cause des collègues mais à cause du bruit, des bagarres, du harcèlement, du temps perdu en tout et n'importe quoi...

Tandis que moi j'ai regretté de ne pas l'avoir fait. J'ai eu trop peur de l'étiquette "enfant de", pour le reste ce n'est pas pire chez nous que dans le collège non estampillé quoi que ce soit où elle se trouvait. Et globalement, en comparant le contenu de ses cours à l'époque avec ceux de mes collègues, elle y a perdu au change.

Oh, ce n'est même pas le côté "fils de" qui me dérange tant que ça. Je n'aurais pas envie que mes enfants entendent ce que moi j'entends dans les couloirs et voient le monde par le filtre déformant du "ghetto" qu'ont la plupart de mes élèves devant les yeux.

_________________
À quoi bon mettre son pédigrée, on est partis pour 40 ans
Austrucheerrante
Austrucheerrante
Niveau 9

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par Austrucheerrante le Jeu 7 Fév 2019 - 7:44
Pour en revenir à la question titre, enseignant dans un collège défavorisé, j'y suis arrivé en me disant qu'avec moi, au moins, les élèves auraient des notes correspondant réellement à leur travail, qu'on était encore employés par l'éducation nationale et qu'il n'y avait pas de raison de, etc. etc.

J'ai tenu à peu près un mois et demi. Depuis, je surnote ; je reste clairement le prof infligeant la plus basse moyenne à mes classes, mais je surnote.

Un certain nombre de raison à cela :

- les élèves ; ben oui, on les tellement habitués à se gaver de 16 pour écrire trois mots, et à ne faire attention qu'aux chiffres qui vont se trouver sur le bulletin (de ce point de vue pronote est particulièrement néfaste, je trouve), que quand tu leurs annonces qu'il n'y a que deux personnes qui ont la moyenne, ils font la gueule ; et ils se braquent.
Je ne cherche pas à être gentil avec les élèves, ce n'est absolument pas le propos (ni mon rôle) ; mais une classe qui se braque, du moins avec moi, est une classe qui ne travaille plus - et, les adolescents étant ce qu'ils sont, les bons éléments rejoignent rapidement les mauvais dans leur sentiment d'injustice. Donc, en lâchant du lest sur les notes, on peut se remettre à leur apprendre des choses ; certainement pas à tous, et sans doute pas grand-chose, mais au moins des choses.

- les collègues : quand un élève qui ne sait objectivement pas écrire une ligne sans faire trois fautes d'orthographe et sans adopter une syntaxe de l'enfer peut atteindre 12, ou 14, ou 16, dans la plupart des matières (et notamment des matières comme le français et l'HG), difficile de lui mettre dans la tête (les adolescents, etc.) que ce n'est pas moi qui saque injustement.
J'en suis d'autant plus navré que je suis persuadé que les gens qui notent ainsi, au moins mes collègues, le font avec les meilleures intentions du monde.

- le latin : cas particulier, mais qui va peut-être s'étendre avec la réforme du lycée (quoique je suppose que les collègues d'allemand soient déjà dans une situation similaire) ; ben oui, car à l'ère des élèves-clients, une matière où on n'a pas de bonnes notes (et en latin, si on ne glande rien, avoir des mauvaises notes va très vite et très loin), si on peut l'abandonner, on l'abandonne ; et on décourage les petits camarades de s'y inscrire ; donc menace à terme de fermeture de l'option, avec les complications qui vont avec.

_________________
Spoiler:
"- Alors ? Pourquoi que tu veux l'être, institutrice ?
- Pour faire *** les mômes, répondit Zazie.  Ceux qu'auront mon âge dans dix ans, dans vingt ans, dans cinquante ans, dans cent ans, dans mille ans, toujours des gosses à emmerder.
- Eh bien, dit Gabriel.
- Je serai vache comme tout avec elles. Je leur ferai lécher le parquet. Je leur ferai manger l'éponge du tableau noir. Je leur enfoncerai des compas dans le derrière. Je leur botterai les fesses. Parce que je porterai des bottes. En hiver. Hautes comme ça (geste). Avec de grands éperons pour leur larder la chair du derche.
- Tu sais, dit Gabriel avec calme, d'après ce que disent les journaux, c'est pas du tout dans ce sens-là que s'oriente l'éducation moderne. C'est même tout le contraire. On va vers la douceur, la compréhension, la gentillesse."
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par Elaïna le Jeu 7 Fév 2019 - 8:24
Sur le premier point, je suis d'accord. Je ne vois pas bien l'utilité de faire plonger les notes dès le premier devoir en balançant un sujet difficile et en le notant limite comme si on était au bac. Si je fais ça à mes secondes, je les désespère et surtout je les braque. Ce n'est pas très constructif.
En revanche, je les préviens à chaque devoir que ça sera un peu plus dur que le précédent, parce que bon voilà on progresse. En les prévenant à l'avance, ça passe mieux.

Ce qui m'amuse beaucoup, c'est que j'ai eu des collègues et des CDE qui venaient me trouver pour me dire "han madame Elaïna vos moyennes sont basses". C'est vrai. Mais c'est parce que je sanctionne impitoyablement le travail non fait (par des zéros) et surtout que je n'ai aucun problème à utiliser toute l'échelle des notes de 0 à 20. Je n'ai aucun problème à mettre 19 ou 20, je n'en ai pas plus pour mettre 0 ou 1. Quand c'est nul, c'est nul, quand c'est excellent on met 20 et voilà.

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
Babarette
Babarette
Grand Maître

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par Babarette le Jeu 7 Fév 2019 - 8:40
Je fonctionnais comme toi, Elaïna. J'ai mis plusieurs 20 en rédaction. C'était mérité. J'ai aussi mis de très mauvaises notes. Ben c'était mérité aussi. Mais, étrangement, personne ne m'a fait de scandale pour les 20. Mettre un zéro, en revanche, c'était un combat.

_________________
“Google peut vous donner 100 000 réponses, un bibliothécaire vous donne la bonne.” Neil Gaiman.

elephantrose lecteur
roxanne
roxanne
Prophète

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par roxanne le Jeu 7 Fév 2019 - 9:08
D'ailleurs c'est ce qui m'a toujours "étonnée" (enfin, non) dans les réunions d'harmonisation (où en fait, il faut juste atteindre une moyenne). L'IPR donne comme "modèle" une moyenne, celle de l'année d'avant (qui augmente un peu chaque année) et dit qu'il ne faut pas être à moins d'un point de cette moyenne , et donc "invite" à rependre un paquet de copies qui serait à 10.2 au lieu de 10.4. Par contre, une moyenne de 14, là, c'est normal. Donc, ce n'est pas de l'harmonisation.
Sphinx
Sphinx
Modérateur

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par Sphinx le Jeu 7 Fév 2019 - 9:27
Juste pour m'attarder sur un point que j'ai lu dans plusieurs messages de ce fil (que je ne cite pas parce que je ne souhaite pas viser tel ou tel et parce que ça ne signifie pas que je sois en désaccord avec le fond des messages en question). Oui on peut avoir 14 de moyenne en français en faisant trois fautes par mot. J'ai trois élèves dans ce cas-là en 3e cette année. Elles sont adorables, travaillent, écoutent et retiennent, lisent soigneusement tous les livres que je donne y compris les lectures facultatives, suivent scrupuleusement les consignes en rédaction, font des réponses développées en citant le texte, etc. Mais elles ont une orthographe épouvantable et perdent bêtement des points aux questions de grammaire basique dans les sujets brevet. Voilà. Moi je m'arrache les cheveux, et elles, elles ont 14 au lieu de 18. Mais oui, on peut être un bon élève et faire des fautes horribles, ce n'est pas incompatible, et on n'évalue pas que l'orthographe en français. (Au passage, c'est moi qui ai la plus mauvaise moyenne dans cette classe). Fin du HS.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Livre11
Lord Steven
Lord Steven
Fidèle du forum

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par Lord Steven le Jeu 7 Fév 2019 - 9:36
J'aimerais bien qu'un jour qui que ce fût se permette de critiquer ma notation, commission d'harmonisation ou où que ce soit. Cela ne vous convient pas? Voici mes copies débrouillez vous avec. Au bac l'année dernière j'ai évalué entre 0,5 et 19, sans aucun état d'âme pour les copies en dessous de 5. Cela fait des décennies que j'agis de la sorte et malgré mes moyennes "basses" très curieusement on ne m'a jamais oublié pour ce damné bac. Donc inutile de surnoter, si la copie vaut 6 elle ne vaut pas 16, cela ne rend service à personne que de leurrer un élève sur ses capacités, ensuite ils se retrouvent dans des situations d'échec psychologiquement encore plus difficile à gérer.

_________________
If you play with a cat, you should mind his scratch Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 2320853811
Pourquoi 3,14159
Pourquoi 3,14159
Habitué du forum

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par Pourquoi 3,14159 le Jeu 7 Fév 2019 - 10:06
@Lord Steven a écrit:J'aimerais bien qu'un jour qui que ce fût se permette de critiquer ma notation, commission d'harmonisation ou où que ce soit. Cela ne vous convient pas? Voici mes copies débrouillez vous avec. Au bac l'année dernière j'ai évalué entre 0,5 et 19, sans aucun état d'âme pour les copies en dessous de 5. Cela fait des décennies que j'agis de la sorte et malgré mes moyennes "basses" très curieusement on ne m'a jamais oublié pour ce damné bac. Donc inutile de surnoter, si la copie vaut 6 elle ne vaut pas 16, cela ne rend service à personne que de leurrer un élève sur ses capacités, ensuite ils se retrouvent dans des situations d'échec psychologiquement encore plus difficile à gérer.
Avec l'évaluation par compétences c'est un peu ce qu'il se passe. Nous validons ou pas les compétences des élèves et la note est calculée sans que l'on ait totalement la main dessus. Ainsi une personne ayant la possibilité de moduler les coefficients rattachés aux compétences peut faire varier la notation finale. C'est comme cela que nous sommes passés miraculeusement de 70% de réussite à la certification intermédiaire du BEP à 100% cheers cheers cheers cheers avec les mêmes résultats aux compétences. Et l'année prochaine ce sera idem pour le bac pro aai aai aai

J'ai honte de ce qui sort de ma formation Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 2950807625

_________________
"Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez vous auprès d'une jolie fille une heure et ça vous semble durer une minute. C'est ça la relativité. " (Albert Einstein).
Jacq
Jacq
Grand Maître

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par Jacq le Jeu 7 Fév 2019 - 11:43
Est-ce que plus que de "surnoter" ce ne sont pas les exigences qui sont plutôt revues à la baisse avec le temps alors que dans un lycée plus favorisé les exigences sont tirées à la hausse ?
Surnoter implique de tricher volontairement, acheter la paix sociale, revoir ses exigences à la baisse revient à malheureusement s'adapter progressivement à la baisse du niveau des élèves.
A terme, nous arrivons au même résultat (des notes/résultats ou même compétences qui ne correspondent pas à la réalité), mais la volonté n'est pas la même.

Plus que de penser en spatial, n'est-ce pas ce que nous avons tous (ou presque) fait avec le temps. Il suffit simplement d'observer des cours d'il y a une dizaine ou une vingtaine d'année et les cours actuels. Une collègue partie à la retraite il y a une dizaine d'année maintenant, jetant ses cours qu'elle avait toujours gardés, revoyant ses cours d'histoire et de français en CAP lorsqu'elle a débuté a constaté qu'ils étaient d'un niveau supérieur à ce qu'elle faisait avec ses terminales bac pro en fin de carrière.

Par contre, quand je pense à un collège très défavorisé que je connais par des amis qui y sont : jadis ils étaient les derniers en % de réussite au brevet dans leur secteur, maintenant ils sont devant le collège privé sélectif voisin où fuit tous les élèves favorisés du secteur... Cherchez l'erreur. Vive le contrôle continu, vive l'évaluation par compétences ! Il est évident que le nouveau bac va clairement renforcer les inégalités entre établissements pour l'orientation.
avatar
angelxxx
Niveau 10

Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro - Page 6 Empty Re: Les lycées [et collèges] défavorisés surnotent-ils leurs élèves ? Article du Figaro

par angelxxx le Jeu 7 Fév 2019 - 12:49
Je me suis aussi adapté au bout d'un trimestre à mon nouvel établissement. C'est contre toutes mes idees mais impossible de travailler avec des élèves si personne n'a la moyenne et que la moyenne est proche de 3 ou 4.

Pour l'argument qui parlait de l'ascenseur intellectuel que devrait etre l'école, c'est bien dans l'idee mais en pratique les plus favorisés se cultivent aussi.

_________________
"La lumière pense voyager plus vite que quoi que ce soit d'autre, mais c'est faux. Peu importe à quelle vitesse voyage la lumière, l'obscurité arrive toujours la première, et elle l'attend. Terry Pratchett."
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum