[3ème] txt à la P3 en point de vue interne / thème guerre14-18

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[3ème] txt à la P3 en point de vue interne / thème guerre14-18

Message par hermione le Mar 1 Sep 2009 - 19:23

..et bien je crois que tout est dans le titre.
dans le cadre de l'étude des points de vue sur le thème de la guerre 14-18, je suis à la recherche d'un texte au point de vue interne mais à la 3°pers...

si quelqu'un a une petite idée...

merci et bonne rentrée à tous!!

_________________
Il faut toujours un coup de folie pour bâtir un destin.
Marguerite Yourcenar

hermione
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] txt à la P3 en point de vue interne / thème guerre14-18

Message par namilha le Mar 1 Sep 2009 - 19:44

Initiales, me semble-t-il a des passages au point de vue interne, mais c'est à vérifier. C'est une nouvelle qu'on trouve dans le texto collège 3ème et la GM1 est en toile de fond.

namilha
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] txt à la P3 en point de vue interne / thème guerre14-18

Message par miss terious le Mar 1 Sep 2009 - 21:45

C'est pas évident parce que les textes sur la WW1 sont souvent à la P1. Je peux te proposer ça (un 2ème extrait dans un prochain message) :


Le narrateur, Jacques Larcher, un bleu (jeune soldat nouvellement recruté), sert dans l’armée française. Il se trouve avec ses compagnons d’armes dans une tranchée face aux lignes allemandes. Une bataille est annoncée…










5








10









15

Par-dessus les sacs à terre on regardait les lignes allemandes, ensevelis sous un panache de fumée où craquaient des éclairs ; plus loin encore, dans la plaine, trois villages semblaient brûler, et notre artillerie tirait toujours, dans un tonnerre rejaillissant où se confondaient les arrivées et les départs. Les champs tanguaient sous cette fureur, et je sentais, contre mon coude, la tranchée frémir et s’effriter.

À tout moment, Gilbert regardait sa montre. Cette attente angoissante lui crispait le cœur ; il eût voulu entendre le signal, partir tout de suite, en finir. Il pensa tout haut :

— Ils font durer le plaisir. […]

— Attention, il va être l’heure, prévint un officier sur notre droite.

Plus près, Cruchet commanda :

— Baïonnette au canon... Les grenadiers en tête.

Un frisson d’acier courut tout le long de la tranchée. Penché, Gilbert observait toujours ses insectes ; il n’écoutait pas battre son cœur. Le scarabée secouait sa lourde carapace, mais l’autre l’avait saisi entre ses longues antennes, et il le maintenait, ne le lâchait plus.

Posément, Cruchet serrait sa jugulaire1.

Roland Dorgelès, Les Croix de bois, © Éd. Albin Michel, (1919).


_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] txt à la P3 en point de vue interne / thème guerre14-18

Message par miss terious le Mar 1 Sep 2009 - 21:45

Deuxième extrait :


Jean Amila (1911-1995) : Jean Amila est le pseudonyme de Jean Meckert. Son père sera fusillé pour l’exemple lors des mutineries des soldats du Chemin des Dames, en 1917. Sa mère, internée deux ans en hôpital psychiatrique, vivra ensuite de ménages. Cette tragédie fait la trame du Boucher des Hurlus (1982). Jean Amila a écrit d’autres romans qui mêlent à l’intrigue policière la dénonciation constante des injustices.
LIRE

Enfant de lâche !




Voici les premières pages du roman. L’action se déroule en 1919. Michou, huit ans, cherchera ensuite à se venger du général Des Gringues, responsable de la boucherie de Perthes-les-Hurlus (près de Verdun) et de la mort de son père.













5











10












15











20






La mère était rentrée tard et elle avait directement filé à la cuisine. Il n’y avait pas de salle de bains et le petit garçon pouvait entendre [qu’elle se lavait à l’évier]. Il faisait ses devoirs et n’avait pas voulu intervenir. Il ignorait [ce qui s’était passé exactement], mais il se doutait [qu’on baignait encore dans le drame]. Plusieurs fois déjà des commères avaient jeté des œufs pourris ou des immondices sur la Maman. Alors elle revenait toute sale et, simplement, elle lavait sa peau, son linge, sa coiffure. Il se demandait [si elle savait] [qu’il était au courant] ou [si elle faisait juste semblant de ne pas savoir].

Au bout d’un moment il avait entendu [qu’elle ouvrait la cuisine].

— Ne regarde pas !

C’était pudeur, il la savait déshabillée, [qui traversait la petite salle à manger] pour aller dans la chambre. Mais c’était un tel cri assourdi de bête blessée [qu’il avait levé la tête de ses cahiers] et il l’avait vue.

Elle n’avait guère que son linge du dessous et tenait sa longue jupe et son corsage contre sa poitrine [qui était nue]. Elle était décoiffée, avec tout un côté du chignon [qui tombait en longs cheveux noirs jusqu’à la taille]. Et puis il avait constaté [qu’elle avait du sang sur le front et sur une oreille].

Elle avait disparu, [avant qu’il ait le temps de prononcer un mot]. Il s’était levé, s’approchant de la porte de chambre refermée et avait demandé à sa mère [ce qu’elle avait].

— T’occupe pas. Je suis tombée.

Il savait que ce n’était pas vrai, pas si simple. Une fois déjà, au marché, il avait entendu les sales commères qui ricanaient au passage de la Maman. Elles disaient salope ! Bolchevik1 !... Et même à lui une espèce de grosse pouffiasse avait craché :














25




« Enfant de lâche ! »

Car c’était comme ça dans le quartier où il vivait. Il y avait des veuves de guerre, donc femmes de héros morts pour la Patrie. Et d’autres encore avec des bonshommes revenus avec une médaille en plus et une patte en moins, et peut-être aussi un zizi en déroute parce qu’elles roumionaient que le jules était marqué par la guerre et que c’était elles les vraies victimes. Alors, d’autant plus exorbitées contre les mutins de 17, les révolutionnaires qui n’avaient plus voulu monter au feu.
D’après Jean Amila, Le Boucher des Hurlus, © Gallimard (1982).


1. Bolchevik : communiste russe.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] txt à la P3 en point de vue interne / thème guerre14-18

Message par hermione le Mer 2 Sep 2009 - 6:30

merci beaucoup!!!!

v'êtes trop chouettes!!


yesyes succes

_________________
Il faut toujours un coup de folie pour bâtir un destin.
Marguerite Yourcenar

hermione
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum