Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
nitescence
nitescence
Érudit

Lettres persanes

par nitescence le Sam 9 Mar 2019 - 13:05
Si l'on en croit les rumeurs, pour l'objet d'étude de l'argumentation l'année prochaine en 1ère, on aurait le choix entre Montaigne, La Fontaine et Montesquieu : les coches et les canibales me gavent, La Fontaine ne m'enchante guère (trop compliqué sous la simplicité apparente), reste les Lettres persanes (choix par défaut).
Si le parcours imposé (le regard étranger) ne me pose aucune difficulté, le livre est en revanche bien compliqué à aborder : je le trouve lisse, sans aspérités et sans intérêt.
Si l'on veut éviter l'étude des personnages et les thèmes rebattus de l'orientalisme, de la critique de la monarchie ou la satire de la société, sous quel angle un peu sexy aborder le livre ?
Je sais faire tout ce qui précède mais je vais m'ennuyer à mourir (et par conséquent ennuyer les élèves) : n'y a-t-il pas un problème d'écriture à étudier (à part le pastiche du style oriental) ?

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
Kilmeny
Kilmeny
Guide spirituel

Re: Lettres persanes

par Kilmeny le Sam 9 Mar 2019 - 13:13
Pour être franche, je dirais que je m'en inquiéterais quand le programme sera paru. Pas avant.
Pourquoi ne pas traiter les thèmes ordinaires sur lesquels les élèves seront interrogés ? Le but est de les former, non de traiter des thèmes pointus qui briseraient l'ennui du professeur.


Dernière édition par Kilmeny le Sam 9 Mar 2019 - 13:15, édité 1 fois

_________________
Un petit clic pour les animaux : http://www.clicanimaux.com/catalog/accueil.php?sites_id=1
trompettemarine
trompettemarine
Grand sage

Re: Lettres persanes

par trompettemarine le Sam 9 Mar 2019 - 13:15
L'oeuvre est tombée il y a deux ans en CPGE sous le thème "servitude et soumission".
En revanche, je ne suis pas d'accord avec toi, c'est une oeuvre complexe, loin d'être lisse. La fin de ce roman épistolaire est magistrale.
Les chapitres sur la satire de la société du XVIIe ne représentent qu'une infime partie de l'oeuvre et si l'on ne tient compte que du début de l'oeuvre, on risque le faux sens sur le roman (car c'est un roman).
L'édition GF est de qualité.
nitescence
nitescence
Érudit

Re: Lettres persanes

par nitescence le Sam 9 Mar 2019 - 13:22
Je ne demande pas mieux que d'être détrompé : en quoi est-elle complexe et en quoi la fin est-elle magistrale ?

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
trompettemarine
trompettemarine
Grand sage

Re: Lettres persanes

par trompettemarine le Sam 9 Mar 2019 - 13:33
La mort de Roxane quand même !
Pour la complexité de l'oeuvre et les "beaux passages", je manque de temps. Mais si l'oeuvre est effectivement au programme, ce sera l'occasion, lorsque nous préparerons les cours, d'en parler.
La difficulté et la complexité de l'oeuvre résident selon moi dans l'entrelacement de l'aspect philosophique non dogmatique et le genre littéraire du roman, mais je ne suis pas une spécialiste.
nitescence
nitescence
Érudit

Re: Lettres persanes

par nitescence le Sam 9 Mar 2019 - 13:39
Je n'ai jamais compris l'engouement pour la petite madeleine de Proust et la mort de Roxane me laisse froud. Je dois être frigide. En revanche., j'avais surkiffé Les aventures de Télémaque qui barbe tout le monde d'habitude.

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
ernya
ernya
Niveau 9

Re: Lettres persanes

par ernya le Sam 9 Mar 2019 - 13:53
Il y a aussi l'intrigue orientale en elle-même : l'aveuglement d'Uzbek quant à ce qui se passe dans son sérail avec la précipitation des dernières lettres (ce qui permet d'évoluer le rythme du roman, et ne pas trop rester sur le côté "réflexion propre aux lumières et au regard étranger". Mettre en relation l'acuité du regard persan et l'aveuglement sur son propre univers.
Oudemia
Oudemia
Empereur

Re: Lettres persanes

par Oudemia le Sam 9 Mar 2019 - 14:00
@trompettemarine a écrit:L'oeuvre est tombée il y a deux ans en CPGE sous le thème "servitude et soumission".
En revanche, je ne suis pas d'accord avec toi, c'est une oeuvre complexe, loin d'être lisse. La fin de ce roman épistolaire est magistrale.
Les chapitres sur la satire de la société du XVIIe ne représentent qu'une infime partie de l'oeuvre et si l'on ne tient compte que du début de l'oeuvre, on risque le faux sens sur le roman (car c'est un roman).
L'édition GF est de qualité.
Tout à fait d'accord : le complot dans le sérail, la diversité de l'écriture des lettres (celle du vieux gardien stupide est magnifique) ce sont des éléments occultés par la satire de la société européenne à quoi on réduit actuellement ce roman.
Edit : je n'avais pas envoyé... D'accord avec ernya aussi.
Illiane
Illiane
Habitué du forum

Re: Lettres persanes

par Illiane le Sam 9 Mar 2019 - 14:45
@ernya a écrit:Il y a aussi l'intrigue orientale en elle-même : l'aveuglement d'Uzbek quant à ce qui se passe dans son sérail avec la précipitation des dernières lettres (ce qui permet d'évoluer le rythme du roman, et ne pas trop rester sur le côté "réflexion propre aux lumières et au regard étranger". Mettre en relation l'acuité du regard persan et l'aveuglement sur son propre univers.

+1. C'est quelque chose qui me fascine tout particulièrement dans ce roman, et ce d'autant plus que ce n'est jamais explicité tel quel : Usbek, philosophe éclairé en France et despote chez lui...
nitescence
nitescence
Érudit

Re: Lettres persanes

par nitescence le Sam 9 Mar 2019 - 14:57
@ernya a écrit:Il y a aussi l'intrigue orientale en elle-même : l'aveuglement d'Uzbek quant à ce qui se passe dans son sérail avec la précipitation des dernières lettres (ce qui permet d'évoluer le rythme du roman, et ne pas trop rester sur le côté "réflexion propre aux lumières et au regard étranger". Mettre en relation l'acuité du regard persan et l'aveuglement sur son propre univers.

Bien vu (si je puis dire) !

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
polie2046
polie2046
Niveau 5

Re: Lettres persanes

par polie2046 le Sam 9 Mar 2019 - 16:15
Jean Starobinski (qui nous a quittés lundi) : Montesquieu par lui même. Si je me souviens bien, une partie est consacrée aux Lettres persanes. On trouve aussi certains extraits de ses entretiens sur internet, en accès libre.
Fichiers joints
RM05_entretien_Starobinski_173-181.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(89 Ko) Téléchargé 14 fois

_________________
POLIE
cannelle21
cannelle21
Grand Maître

Re: Lettres persanes

par cannelle21 le Sam 9 Mar 2019 - 16:35
En prépa, j'avais eu à traiter cette question :
« Avec des personnages (…) dont le regard est pour ainsi dire générateur de discontinuité, Montesquieu a éprouvé, en écrivant ce livre, le besoin d’une compensation. (…) La discontinuité telle qu’elle apparaît de toutes parts, est prise en charge par un écrivain qui veut rétablir – dans la construction du livre- une nouvelle continuité. Discontinuité ne veut donc pas dire désordre. »

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
FloFlexLettres
FloFlexLettres
Niveau 5

Re: Lettres persanes

par FloFlexLettres le Sam 9 Mar 2019 - 16:35
En se focalisant sur le "roman du sérail" et ses enjeux liés à l'enfermement, dénonciation de l'incarcération des femmes, du panoptikon où tout est vu, tout est su, où l'intimité n'existe pas. Bel apologue sur la frustration, le contrôle (même à distance), oeuvre tout à fait visionnaire de ce point de vue.
tannat
tannat
Habitué du forum

Re: Lettres persanes

par tannat le Sam 9 Mar 2019 - 16:52
Merci pour ce partage.

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues
Thalie
Thalie
Grand sage

Re: Lettres persanes

par Thalie le Sam 9 Mar 2019 - 16:54
Oui, c'est passionnant et donne envie de reprendre mon vieil ouvrage.
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Expert

Re: Lettres persanes

par Sylvain de Saint-Sylvain le Sam 9 Mar 2019 - 18:36
@cannelle21 a écrit:En prépa, j'avais eu à traiter cette question :
«  Avec des personnages (…) dont le regard est pour ainsi dire générateur de discontinuité, Montesquieu a éprouvé, en écrivant ce livre, le besoin d’une compensation. (…) La discontinuité telle qu’elle apparaît de toutes parts, est prise en charge par un écrivain qui veut rétablir – dans la construction du livre- une nouvelle continuité. Discontinuité ne veut donc pas dire désordre. »

Je chercherais mon angle d'attaque de ce côté-là, je crois : la question de la continuité. Qu'est-ce qui fait que ce n'est pas un "tas de lettres", avec plusieurs auteurs, mais bien un roman, uni par une subjectivité. Comme raconte-t-on en laissant les personnages parler. Pourquoi ne pas narrer pépouze comme tout le monde. Comme peut-on être épistolaire ?  Razz On dira que je suis trop compliqué, mais une question qui ne tiendrait pas compte du fait qu'il s'agit d'un roman fait de lettres serait sans doute incapable de me satisfaire.


Dernière édition par Sylvain de Saint-Sylvain le Sam 9 Mar 2019 - 18:41, édité 2 fois

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
cannelle21
cannelle21
Grand Maître

Re: Lettres persanes

par cannelle21 le Sam 9 Mar 2019 - 18:38
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@cannelle21 a écrit:En prépa, j'avais eu à traiter cette question :
«  Avec des personnages (…) dont le regard est pour ainsi dire générateur de discontinuité, Montesquieu a éprouvé, en écrivant ce livre, le besoin d’une compensation. (…) La discontinuité telle qu’elle apparaît de toutes parts, est prise en charge par un écrivain qui veut rétablir – dans la construction du livre- une nouvelle continuité. Discontinuité ne veut donc pas dire désordre. »

Je chercherais mon angle d'attaque de ce côté-là, je crois : la question de la continuité. Qu'est-ce qui fait que ce n'est pas un "tas de lettres", avec plusieurs auteurs, mais bien un roman, uni par une subjectivité. Comme peut-on être épistolaire ?  Razz On dira que je suis trop compliqué, mais une question qui ne tiendrait pas compte du fait qu'il s'agit d'un roman fait de lettres serait sans doute incapable de me satisfaire.

J'ai toujours ma dissert et la correction proposée par la prof.

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Expert

Re: Lettres persanes

par Sylvain de Saint-Sylvain le Sam 9 Mar 2019 - 18:40
Ah tiens, ça me plairait bien de la lire !

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
cannelle21
cannelle21
Grand Maître

Re: Lettres persanes

par cannelle21 le Sam 9 Mar 2019 - 18:42
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:Ah tiens, ça me plairait bien de la lire !

Je prendrai un jour le temps de la taper.

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
Contenu sponsorisé

Re: Lettres persanes

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum