Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
VicomteDeValmont
VicomteDeValmont
Sage

Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education Empty Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education

par VicomteDeValmont le Ven 10 Mai 2019 - 22:27
Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education Captur64

Le SNES et la FSU appellent à une grande manifestation à Paris le samedi 18 mai pour l'éducation:

Partout en France, depuis de nombreux mois, les actions locales se multiplient, démontrant l’ancrage et la vigueur de la mobilisation de tous les personnels contre les réformes : loi sur l’école de la confiance, lycée Blanquer, enseignement professionnel et Fonction publique. La coupe est pleine!

Les tentatives d’intimidation n’y feront rien. Pour la FSU, il est temps de montrer que le gouvernement ne peut pas poursuivre sa politique de destruction de l’Éducation nationale. C’est la raison pour laquelle, elle appelle tous les personnels à manifester à Paris le samedi 18 mai 2019.

La course de fond « éducation » a commencé avec la loi relative à l’Orientation et à la réussite des étudiants de mars 2018 pour se poursuivre avec les réformes du lycée et du baccalauréat de juillet 2018. En septembre 2018 sortait la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », confiant l’information sur l’orientation scolaire aux Régions, et imposant aux lycées professionnels d’accueillir dans les mêmes classes élèves et apprentis. Puis vint la réforme de la voie professionnelle, diminuant les horaires des enseignements généraux (novembre 2018, avril 2019). Dans le même temps sortait le projet de loi « pour une école de la confiance ». Attaqué d’abord sur le plan pédagogique par les évaluations nationales des élèves et par une flambée des prescriptions, le premier degré l’est maintenant sur la maternelle et la direction d’école telle qu’elle apparaît dans les établissements des savoirs fondamentaux. Ainsi s’empilent des réformes qui remettent en cause 30 ans de démocratisation.

En même temps, la détérioration des conditions d’exercice des personnels se poursuit :

- les créations de postes dans le 1er degré ne permettent même pas de répondre aux ambitions du ministre et ont pour conséquence la fermeture de nombreuses classes,
- le ministre tente de masquer les suppressions d’emplois dans le 2nd degré (2 650 à la rentrée prochaine) par la flambée des heures supplémentaires (dont une deuxième imposable),
- le ministre poursuit sa politique de suppression d’emplois de personnels administratifs alors même que le président annonce sa volonté de mettre plus de fonctionnaires sur le terrain,
- le ministre n’envisage aucune création d’emploi dans les corps des personnels sociaux et de santé ou de direction alors même que les besoins sont toujours plus criants,
- le ministre entend mettre au pas les personnels en s’appuyant sur les hiérarchies intermédiaires,
- la réforme de la Fonction publique va détruire les collectifs de travail (contractualisation, individualisation des rémunérations et mise à mal du paritarisme).

Cela dans un contexte où le gouvernement anticipe systématiquement la mise en œuvre des lois et textes d’application.

Une riposte durable et multiforme
Aux journées d’actions nationales qui rassemblent autour des grands mots d’ordre (revalorisation des salaires, créations de postes pour faire baisser les effectifs par classe, abandon des réformes en cours – école de la confiance, lycées, Fonction publique) s’ajoutent nombre d’initiatives locales. Se relayant, bien retransmises dans les médias, elles gênent, des chefs d’établissement au ministre, en passant par les DASEN et les recteurs. Les réformes voulues par le ministre sont destructrices pour nos métiers et hypothèquent l’ambition de la réussite pour tous. Continuons de le faire savoir par tous les moyens : pétitions (contre l’article 1 de la loi Blanquer, pour le pouvoir d’achat des fonctionnaires…), adresse aux parlementaires, tracts aux parents…

Après le 30 mars, le 4 avril et les manifestations du 1er mai, nous serons en grève nationale pour la Fonction publique à l’appel de toutes les organisations syndicales le 9 mai, et nous manifesterons toutes et tous à Paris le 18 mai pour l’éducation.

http://fsu.fr/Le-18-mai-mobilisation-generale-pour-l-education.html

Les sections syndicales académiques s'organisent pour faire venir les militants à Paris, n'hésitez pas à jeter un oeil sur le site de votre section SNES/SNUipp départementale/académique.

_________________
Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
VicomteDeValmont
VicomteDeValmont
Sage

Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education Empty Re: Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education

par VicomteDeValmont le Dim 12 Mai 2019 - 13:09
La FCPE Paris appelle également:

Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education 59989810

_________________
Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
Aurevilly
Aurevilly
Niveau 10

Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education Empty Re: Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education

par Aurevilly le Dim 12 Mai 2019 - 15:08
Et ça vous motive, vous, ce type d'action ? Quant à l'expression la "casse " du service publique d'éducation, elle est tout simplement affligeante.
Une passante
Une passante
Érudit

Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education Empty Re: Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education

par Une passante le Dim 12 Mai 2019 - 16:30
@Aurevilly a écrit:Et ça vous motive, vous, ce type d'action ? Quant à l'expression la "casse " du service publique d'éducation, elle est tout simplement affligeante.

Pourquoi trouves-tu l'expression "affligeante", c'est malheureusement ce qui est en train de se passer, depuis plusieurs années d'ailleurs...
Aurevilly
Aurevilly
Niveau 10

Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education Empty Re: Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education

par Aurevilly le Dim 12 Mai 2019 - 17:16
Cette expression "casse de" est un poncif simpliste et passe-partout.
VicomteDeValmont
VicomteDeValmont
Sage

Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education Empty Re: Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education

par VicomteDeValmont le Mer 15 Mai 2019 - 23:31
La FCPE nationale appelle également:

Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education Captur65

_________________
Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
Verdurette
Verdurette
Modérateur

Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education Empty Re: Samedi 18 mai : manifestation à Paris pour l'Education

par Verdurette le Jeu 16 Mai 2019 - 6:22
Non, ça ne me motive pas.  La "casse" n'a pas attendu Blanquer, donc le prendre pour unique cible pour des raisons purement politiques m'énerve, et le faire en brandissant l'étendard de la  scolarité obligatoire à trois ans qui serait un "cadeau pour le privé", c'est tout simplement ridicule.

Je veux bien aller lutter contre le recours massif aux contractuels, pour l'amélioration du salaire, contre la violence des élèves et des parents, pour le fait de redonner aux enseignants un statut de décisionnaire sur le plan pédagogique en remettant les parents à leur place (ce que je n'ai jamais lu nulle part), et aussi contre l'inclusion à outrance, surtout quand elle est mal gérée. Mais tout cela date d'avant Blanquer.
Et je ne lutterai certainement pas contre les classes dédoublées , les effectifs diminués dans les classes, ni les évaluations.

Les syndicats aussi manipulent les chiffres, au bout du compte on ne sait absolument plus qui croire, et c'est bien dommage. J'ai lu hier la publication du baromètre de l'ENSA, à les entendre, nous étions trèèès heureux ces dernières années, et là, subitement, c'est la rupture de la confiance. Moi, ça fait des années que je n'ai plus confiance (pourquoi rester, me direz-vous, ben parce que je n'ai pas d'autre choix à mon âge, ce n'est pas faute d'avoir essayé).  D'après eux, les jeunes enseignants se sentent mal, méprisés et mal payés, mais les vieux dans mon genre vont très bien, se sentent respectés et tout, ça doit être parce qu'ils n'ont pas eu beaucoup de réponses ...

Certes, il y a la réforme du lycée et du bac, je sais que c'est mal, mais en tant que PE dont la dernière fille a passé le bac l'an dernier, je ne me suis (égoïstement) pas suffisamment penchée dessus pour avoir une opinion. Et je n'ai pas légitimité pour manifester sur ce point.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum