Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
kero
Grand sage

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par kero le Dim 16 Juin 2019 - 19:05
En tout cas, sur France Info (que j'ai la mauvaise habitude d'écouter presque en continu, au désespoir de ma chère et tendre), ils ont en parlé plusieurs fois, aujourd'hui. Ainsi que ces derniers jours.
Balthamos
Balthamos
Grand sage

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Balthamos le Dim 16 Juin 2019 - 19:10
Je ne vois pas ce qui gêne dans la réflexion.
Pas de culpabilisation à avoir. On ne veut pas nuire aux candidats, ce n'est pas l'objectif ni notre intérêt.
Les revendications sont autres et la responsabilité incombe à l'institution, au ministre, et non à nous qui voulons exercer notre droit.


Quant au fait qu'on parle peu de la réussite, le problème est bien visible ici. Quand les syndicats en parlent, les collègues veulent les revendications catégorielles et salariales avant tout. Quand celles ci sont mises en avant, les collègues veulent des revendications sur le système et la réussite des élèves.
Leroy86
Leroy86
Niveau 9

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Leroy86 le Dim 16 Juin 2019 - 19:24
@Poupoutch a écrit:
@Ramanujan974 a écrit:
@Poupoutch a écrit: car tant que nous serons aussi massivement individualistes (combien de profs de collège ne se mettront pas en grève car ça concerne le lycée, et à l'inverse combien n'ont pas fait grève en lycée contre la réforme du collège ?)  

Il faut aussi être lucide, on n'obtiendra rien à 800000, surtout que les problématiques sont souvent différentes (primaire, collège, lycée, lycée pro, CPGE, fac et agrégés, certifiés, PLP, PE, MCF, contractuels)
Les revendications catégorielles seraient sûrement plus mobilisatrices.
Une partie au moins des revendications (revalorisations salariales/dégel du point d'indice ; retrait de certains articles de la loi "confiance" ; protection du statut) sont communes à la plupart des enseignants.
Par ailleurs, si vraiment on veut categoriser les luttes, les profs du supérieur (MCF et PU, ATER, PRCE et PRAG) relèvent d'un autre ministère.
À mon sens ceci dit, il faut éviter de trop categoriser. Comme je le disais au temps de la réforme du collège à mes collegues du lycée, une réforme, même à un niveau, reflète une logique qui concerne l'ensemble du système et ne fait généralement qu'annoncer une réforme à suivre pour un autre niveau (la preuve...). Je ne crois donc pas tant que ça à la catégorisation des luttes car nous relevons tous, pour l'instant, de la notion d'éducation nationale et pour moi, nationale n'est pas un vain mot et nous savons depuis la réforme du collège que nous allons vers moins d'égalité suivant les territoires.

Remarque frappée au coin du bon sens. Il y a une catégorie de profs qui n'a plus vraiment le droit de grève depuis dix ans, ce sont les PE qui ""doivent envoyer une déclaration d'intention individuelle 48h ouvrables à l'avance" et les non-grévistes sont tenus d'accueillir les élèves présentés même si ce ne sont pas les leurs, si ça dépasse leur effectif habituel ils doivent prévenir l'Ien qui en général leur demande de les garder (rassurez-vous, les collègues de ma compagne ne font plus cours dans ces cas-là, ça devient plutôt un centre de loisirs). C'est arrivé il y a plus de dix ans et ça n'a, me semble-t'il, pas ému grand monde. Le collège s'est fait estourbir sans plus d'émotion. Du coup, même si je garde espoir, j'ai un mauvais pressentiment pour le lycée. PE, PLC, PRCE, PRAG, MCF, CPGE et PU, voilà la gradation de la profession (que l'on modifiera à son aise) et chacun s'est battu dans son coin sans succès, mode désabusé ON:je me demande si nous ne méritons pas ce qui nous arrive. mode désabusé OFF Je dois couver quelque chose Neutral
Madame_Prof
Madame_Prof
Empereur

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Madame_Prof le Dim 16 Juin 2019 - 19:27
Poupoutch, les collègues de collège peuvent aussi réserver leurs jours de grève pour le DNB. Personnellement, je ne peux pas me permettre X grèves dans le mois.

Que ce soit BAC ou DNB, tout va reposer sur les reconductions...

_________________
2017-2020 - 10ème établissement, en poste fixe ! Et, militante (encore, malgré tout...) ! 
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
avatar
pseudo-intello
Érudit

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par pseudo-intello le Dim 16 Juin 2019 - 19:37
Idem. Je me réserve pour les examens, comme mes collègues de lycée (mais pas à la même date). Donc pas gréviste demain, sauf si bien sûr on me demandait d'ici là d'aller surveiller pour remplacer des collègues grévistes.
Poupoutch
Poupoutch
Sage

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Poupoutch le Dim 16 Juin 2019 - 19:37
@pogonophile a écrit:Je ne parle pas des revendications, mais de la forme de l'action.
On ne peut pas dans le même temps refuser de surveiller l'épreuve, donc l'empêcher sciemment d'avoir lieu, et vouloir que les candidats la réussissent.

Que le mouvement porte sur la réussite des élèves en général, soit (encore qu'on en parle peu mais bref), mais là on parle de celle des candidats de demain lundi.
Je souhaite la réussite de mes élèves. Mais je pense qu'ils réussiront aussi si les épreuves sont annulées et reportées (enfin, pour les rares susceptibles de réussir, vue ma terminale L de cette année...).
Ce n'est pas incompatible. Et ce ne sont certainement pas les profs et leur grève qui, sans le système actuel, empêchent le plus la réussite des élèves.

@Madame_Prof a écrit:Poupoutch, les collègues de collège peuvent aussi réserver leurs jours de grève pour le DNB. Personnellement, je ne peux pas me permettre X grèves dans le mois.

Que ce soit BAC ou DNB, tout va reposer sur les reconductions...
Ben justement, je me disais l''inverse : si un max de collègues font grève le 17,si l' épreuve est annulée à plusieurs endroits, si l'on ne peut recruter dans les collèges des remplaçants aux profs de lycee en grève (cela se verra dans les cités scolaires notamment), alors le rapport de force institué poussera au dialogue et la reconduction sera moins nécessaire ou moins longue.

Accessoirement, c'était aussi un moyen de dire que je comprenais que les collègues de collège se sentent un peu refroidis car ils n'ont pas bénéficié de l'aide qu'ils auraient dû avoir au moment de la réforme du collège. Ce qui fait notre force c'est le nombre. Si nous étions vraiment, vraiment nbreux à nous mettre en grève au même moment, cela pourrait peut-être avoir un poids mais cela n'arrive plus depuis des années (décennies ?).

_________________
Es ist nicht deine Schuld, dass die Welt ist wie sie ist. Es wär nur deine Schuld wenn sie so bleibt...
Mathador
Mathador
Esprit éclairé

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Mathador le Dim 16 Juin 2019 - 19:45
@Leroy86 a écrit:Remarque frappée au coin du bon sens. Il y a une catégorie de profs qui n'a plus vraiment le droit de grève depuis dix ans, ce sont les PE qui ""doivent envoyer une déclaration d'intention individuelle 48h ouvrables à l'avance" et les non-grévistes sont tenus d'accueillir les élèves présentés même si ce ne sont pas les leurs, si ça dépasse leur effectif habituel ils doivent prévenir l'Ien qui en général leur demande de les garder (rassurez-vous, les collègues de ma compagne ne font plus cours dans ces cas-là, ça devient plutôt un centre de loisirs).
Je vois cela plutôt comme une obligation de suivre les grèves faites par les collègues Wink. Dans tous les cas c'est scandaleux.

@Leroy86 a écrit:Je dois couver quelque chose Neutral
Oui, l'envie de te tirer de la pétaudière et de ne pas y revenir. J'en suis atteint aussi.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
Manu7
Manu7
Niveau 10

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Manu7 le Dim 16 Juin 2019 - 20:06
Franchement, faire la grève contre la réforme du lycée alors que nous avons déjà effectué les répartitions de services c'est avouer qu'on a déjà perdu la bataille...

La réforme pouvait être renversée très facilement pendant la crise des gilets jaunes. Nous débutions une grève reconductible un lundi et je suis certain que la réforme était rentrée au placard avant le samedi.


Mais il n'y a aucune volonté sérieuse contre la réforme donc on va la mettre en place comme celle du collège. Je précise au passage que la réforme du lycée n'est pas cohérente avec celle du collège qui prévoyait un cycle 5 au lycée et des évaluations de compétences...

On peut se plaindre des médias qui ne parlent pas d'une hypothétique grève, mais vous connaissez beaucoup d'entreprise dont on parle de leur premier jour de grève ? Chaque jour, des grévistes se battent pour sauver leur boulot et on commence à en entendre parler après 15 jours de grève et quand ils menacent de mettre le feu à l'entreprise... Alors que le mouvement de demain, on en entend tout de même parler, pour ma part j'en entends parler tous les jours depuis plus d'une semaine.

Et si la grève réussissait alors la réforme tombe à l'eau et on revient aux séries donc nous devrions refaire tous les conseils de classe ? C'est absurde, personne n'y croit.
Madame_Prof
Madame_Prof
Empereur

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Madame_Prof le Dim 16 Juin 2019 - 20:13
Il n'y a pas que la réforme du lycée en jeu. Parce que, sur les éléments que tu commentes, tu as raison...

_________________
2017-2020 - 10ème établissement, en poste fixe ! Et, militante (encore, malgré tout...) ! 
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
Manu7
Manu7
Niveau 10

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Manu7 le Dim 16 Juin 2019 - 20:13
Ce qui fait notre force c'est le nombre. Si nous étions vraiment, vraiment nbreux à nous mettre en grève au même moment, cela pourrait peut-être avoir un poids mais cela n'arrive plus depuis des années (décennies ?).

Oui tout le problème est là. Et le nombre c'est nous. Donc on ne peut pas accuser les autres.
Mathador
Mathador
Esprit éclairé

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Mathador le Dim 16 Juin 2019 - 20:27
@Manu7 a écrit:Mais il n'y a aucune volonté sérieuse contre la réforme donc on va la mettre en place comme celle du collège. Je précise au passage que la réforme du lycée n'est pas cohérente avec celle du collège qui prévoyait un cycle 5 au lycée et des évaluations de compétences...
D'un autre côté, la tendance depuis un certain temps, c'est plus le socle commun et le bac-3/bac+3 que le second degré uni… avec donc une coupure collège/lycée, qui pourrait être opérante si l'on l'accompagnait de la sélectivité à l'entrée des filières du lycée qui s'impose.

_________________
« Se qualche notte tu sogni che,
Sei tra le braccia di un Mathador,
Non indagare la colpa è del flamenco » (Dalida, Flamenco)
yseult
yseult
Fidèle du forum

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par yseult le Dim 16 Juin 2019 - 20:32
Je suis étonnée que personne ne parle de l'interview de 12h... Certes sur rtl.... Personne n'écoute ? Je ne sais pas qui était interviewé mais c'était un envoyé de Blanquer
La question des salaires a été abordée. La réponse était la suivante: 1- le ppcr a revalorisé de l'équivalent d'un 13eme mois ceux qui travaillent en rep, de plus nous aurons une augmentation en 2020 grâce au ppcr ! Et la meilleure est le petit 2: la question des salaires des enseignants n'a pas été prévue dans la réforme de la fonction publique mais ta ta Taaaaa!!!! Elle sera intégrée à la réforme des retraites. Comprendre que nous aurons une augmentation de nos salaires quand la réforme des retraites passera.
zigmag17
zigmag17
Habitué du forum

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par zigmag17 le Dim 16 Juin 2019 - 20:35
Ca me donne de l'espoir. Je n'ose même pas imaginer le montant mirobolant de mon salaire quand je reposerai au cimetière.
Leroy86
Leroy86
Niveau 9

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Leroy86 le Dim 16 Juin 2019 - 20:41
@yseult a écrit:Je suis étonnée que personne ne parle de l'interview de 12h... Certes sur rtl.... Personne n'écoute ? Je ne sais pas qui était interviewé mais c'était un envoyé de Blanquer
La question des salaires a été abordée. La réponse était la suivante: 1- le ppcr a revalorisé de l'équivalent d'un 13eme mois ceux qui travaillent en rep, de plus nous aurons une augmentation en 2020 grâce au ppcr ! Et la meilleure est le petit 2: la question des salaires des enseignants n'a pas été prévue dans la réforme de la fonction publique mais ta ta Taaaaa!!!! Elle sera intégrée à la réforme des retraites. Comprendre que nous aurons une augmentation de nos salaires quand la réforme des retraites passera.

Aucune vergogne!
somac
somac
Niveau 1

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par somac le Dim 16 Juin 2019 - 20:43
@Manu7 a écrit:
On peut se plaindre des médias qui ne parlent pas d'une hypothétique grève, mais vous connaissez beaucoup d'entreprise dont on parle de leur premier jour de grève ?

Oui, mais L'Education Nationale est une entreprise qui compte près de 800 000 profs. Sans compter le personnel non enseignant.

Et l'éducation concerne tout le monde... ou devrait...
*Ombre*
*Ombre*
Fidèle du forum

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par *Ombre* le Dim 16 Juin 2019 - 20:45
@pogonophile a écrit:
On ne peut pas dans le même temps refuser de surveiller l'épreuve, donc l'empêcher sciemment d'avoir lieu, et vouloir que les candidats la réussissent.

Mais si, on peut. Et je suis bien placée pour le dire. Mon fils passe son bac cette année. J'ai bien évidemment envie qu'il réussisse. Mais j'ai aussi envie que nous soyons entendus. Je serai en grève demain. Et j'espère que les collègues seront assez nombreux à l'être pour obliger le gouvernement à discuter - ce qu'il n'a encore jamais fait, jamais vraiment. Et je ne m'inquiète pas. Si les épreuves ne peuvent pas avoir lieu demain, elles auront lieu plus tard.
En 68, le taux de réussite au bac a été exceptionnellement haut.
avatar
pseudo-intello
Érudit

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par pseudo-intello le Dim 16 Juin 2019 - 21:14
Étant donné la valeur du diplôme aujourd’hui, en tout cas pour un élève qui l'aurait sans mention, pour moi, "réussir" et "avoir son bac" sont deux concepts bien distincts.

Quand je vois les meilleurs éléments de nos classes de troisième être si gauches pour chercher une information sur un page Internet (parce qu'il faut liiiire et que c'est looooong), quand je vois leur niveau de culture général presque tous domaines confondus (culturels, les domaines, hein ; ils en savent bien plus long que moi sur Nabilla), quand je jette un œil à leur orthographe et leur syntaxe, je me dis que le vrai scandale, ce ne serait pas qu'il manquent le brevet pour cause d'annulation des examens ; le vrai scandale, c'est qu'on les envoie en seconde comme ça, et pire, en leur faisant croire que tout va bien.

Je sais bien que ce n'est pas nouveau, et que personnellement, je n'ai jamais eu la moindre goutte de stress que ce soit pour le bac ou le brevet quand j'étais élève, mais là, c'est encore pire. A diplôme supposément égal, je suis recruteur, si j'ai le choix, je prends un trentenaire, un quadra, ou au-dessus, plutôt qu'un djeune ayant son bac mention XXIe siècle.

Je ne parle pas pour moi égoïstement, car croyez bien que je veillerai à ce que ma petite tribu personnelle n'ai pas à regretter son année de naissance, et que je pense savoir combler les lacunes qui leur seraient laissées par l'EN telle qu'elle est devenue. Mais si j'ai embrassé la profession, ce n'est pas pour mettre mes mômes sur une voie raoyale en enfonçant tous les autres, c'était pour bouffer, vivre décemment, avoir des vacances et pour permettre au plus d'élèves possible de s'en sortir le mieux possible, avec un maximum d'élévation culturelle, de rigueur, et de tout ce qui peut aider à réussir sa vie dans divers domaines.
avatar
Ramanujan974
Habitué du forum

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Ramanujan974 le Lun 17 Juin 2019 - 5:00
@pseudo-intello a écrit:
Quand je vois les meilleurs éléments de nos classes de troisième être si gauches pour chercher une information sur un page Internet (parce qu'il faut liiiire et que c'est looooong), quand je vois leur niveau de culture général presque tous domaines confondus (culturels, les domaines, hein ; ils en savent bien plus long que moi sur Nabilla), quand je jette un œil à leur orthographe et leur syntaxe, je me dis que le vrai scandale, ce ne serait pas qu'il manquent le brevet pour cause d'annulation des examens ; le vrai scandale, c'est qu'on les envoie en seconde comme ça, et pire, en leur faisant croire que tout va bien.

Je sais bien que ce n'est pas nouveau, et que personnellement, je n'ai jamais eu la moindre goutte de stress que ce soit pour le bac ou le brevet quand j'étais élève, mais là, c'est encore pire. A diplôme supposément égal, je suis recruteur, si j'ai le choix, je prends un trentenaire, un quadra, ou au-dessus, plutôt qu'un djeune ayant son bac mention XXIe siècle.

J'aimerais bien savoir si un élève qui faisait 3 fautes par ligne en 1975 rentrait en 2de.
Je ne suis déjà pas sûr qu'il dépassait la 5e.
Leroy86
Leroy86
Niveau 9

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Leroy86 le Lun 17 Juin 2019 - 6:04
Entendu sur France Inter: "...mais les grévistes ne sont pas obligés de se déclarer à l'avance". On sent les regrets. Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 558662839

_________________
"On ne peut pas plier la réalité à ses désirs." Thomas A. Anderson
"Ça rapporterait des milliers de milliers de dollars." "Ça s'appelle des millions."
Sphinx
Sphinx
Devin

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Sphinx le Lun 17 Juin 2019 - 7:42
@Poupoutch a écrit:

@Madame_Prof a écrit:Poupoutch, les collègues de collège peuvent aussi réserver leurs jours de grève pour le DNB. Personnellement, je ne peux pas me permettre X grèves dans le mois.

Que ce soit BAC ou DNB, tout va reposer sur les reconductions...
Ben justement, je me disais l''inverse : si un max de collègues font grève le 17,si l' épreuve est annulée à plusieurs endroits, si l'on ne peut recruter dans les collèges des remplaçants aux profs de lycee en grève (cela se verra dans les cités scolaires notamment), alors le rapport de force institué poussera au dialogue et la reconduction sera moins nécessaire ou moins longue.

Accessoirement, c'était aussi un moyen de dire que je comprenais que les collègues de collège se sentent un peu refroidis car ils n'ont pas bénéficié de l'aide qu'ils auraient dû avoir au moment de la réforme du collège. Ce qui fait notre force c'est le nombre. Si nous étions vraiment, vraiment nbreux à nous mettre en grève au même moment, cela pourrait peut-être avoir un poids mais cela n'arrive plus depuis des années (décennies ?).

Je ne suis pas trop d'accord, Poupoutch. Ça fait des années qu'on dit que la petite grève sur les jours de cours ne sert à rien, qu'elle n'est pas visible, qu'il faut faire la grève des examens. Là il y a enfin une grève des examens, tu voudrais qu'on fasse la petite grève sur une journée de cours. C'est le jour du bac de philo ! Qui va regarder les grévistes en collège ? Qui en a quelque chose à faire ? Si encore il n'y avait rien de prévu pour le brevet on pourrait discuter, mais il y a bien une grève de prévue et je compte me réserver pour celle-là. Parce que premièrement l'heure est au mouvement sur la durée et non plus à la grégrève d'un jour, et deuxièmement parce que vous êtes bien gentils les collègues de lycée de vouloir qu'on perde un jour de salaire pour vous soutenir (alors que comme je l'ai dit personne ne nous comptabilisera), mais qui d'entre vous rempilera le 27 ? Wink

Les cités scolaires moi je veux bien mais ce doit être une minorité de cas quand même...

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Livre11
Laotzi
Laotzi
Fidèle du forum

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Laotzi le Lun 17 Juin 2019 - 8:50
Un article globalement élogieux sur Blanquer dans Le Monde de ce matin... : https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/06/17/brique-apres-brique-la-strategie-blanquer-pour-batir-une-education-a-sa-facon_5477117_3224.html

Le premier ministre aurait aussi pu évoquer le « lycée à la carte », le « moratoire » sur les fermetures d’écoles rurales ou encore les « petits déjeuners gratuits », ces autres mesures dont les annonces ont rythmé la première partie de la présidence Macron. Elles ont rencontré un écho plutôt favorable auprès de l’opinion publique mais aussi du monde enseignant, quoiqu’en disent leurs syndicats qui, tôt dans le quinquennat, ont étrillé un « excès de communication » et des « mesures slogans ».

Ces journalistes qui adorent raconter les coulisses de l'action politique sont quand même à mille lieux des réalités d'un établissement et d'une salle de classe...
Que c'est désespérant d'avoir comme seul écho d'une souffrance en salle des profs la citation d'une élue locale... Incapable d'aller voir par eux-mêmes...

_________________
"Trouvez donc bon qu'au lieu de vous dire aussi, adieu comme autrefois, je vous dise, adieu comme à présent."
Poupoutch
Poupoutch
Sage

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Poupoutch le Lun 17 Juin 2019 - 9:05
@Sphinx a écrit:
@Poupoutch a écrit:

@Madame_Prof a écrit:Poupoutch, les collègues de collège peuvent aussi réserver leurs jours de grève pour le DNB. Personnellement, je ne peux pas me permettre X grèves dans le mois.

Que ce soit BAC ou DNB, tout va reposer sur les reconductions...
Ben justement, je me disais l''inverse : si un max de collègues font grève le 17,si l' épreuve est annulée à plusieurs endroits, si l'on ne peut recruter dans les collèges des remplaçants aux profs de lycee en grève (cela se verra dans les cités scolaires notamment), alors le rapport de force institué poussera au dialogue et la reconduction sera moins nécessaire ou moins longue.

Accessoirement, c'était aussi un moyen de dire que je comprenais que les collègues de collège se sentent un peu refroidis car ils n'ont pas bénéficié de l'aide qu'ils auraient dû avoir au moment de la réforme du collège. Ce qui fait notre force c'est le nombre. Si nous étions vraiment, vraiment nbreux à nous mettre en grève au même moment, cela pourrait peut-être avoir un poids mais cela n'arrive plus depuis des années (décennies ?).

Je ne suis pas trop d'accord, Poupoutch. Ça fait des années qu'on dit que la petite grève sur les jours de cours ne sert à rien, qu'elle n'est pas visible, qu'il faut faire la grève des examens. Là il y a enfin une grève des examens, tu voudrais qu'on fasse la petite grève sur une journée de cours. C'est le jour du bac de philo ! Qui va regarder les grévistes en collège ? Qui en a quelque chose à faire ? Si encore il n'y avait rien de prévu pour le brevet on pourrait discuter, mais il y a bien une grève de prévue et je compte me réserver pour celle-là. Parce que premièrement l'heure est au mouvement sur la durée et non plus à la grégrève d'un jour, et deuxièmement parce que vous êtes bien gentils les collègues de lycée de vouloir qu'on perde un jour de salaire pour vous soutenir (alors que comme je l'ai dit personne ne nous comptabilisera), mais qui d'entre vous rempilera le 27 ? Wink

Les cités scolaires moi je veux bien mais ce doit être une minorité de cas quand même...
Eh bien je prédis à la grève du DNB le même succès que notre grève d'aujourd'hui. J'entends vos arguments ils me désespèrent, mais je sais bien que la majorité de mes collègues de lycée auraient le même discours si la situation était inversée. Nous n'obtiendrons rien. Nous ne savons plus lutter. Je suis amère et il est à peine 9h.

_________________
Es ist nicht deine Schuld, dass die Welt ist wie sie ist. Es wär nur deine Schuld wenn sie so bleibt...
Leroy86
Leroy86
Niveau 9

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par Leroy86 le Lun 17 Juin 2019 - 9:44
L'édito de T.Legrand sur France Inter qui rappelle la surdité du ministre m'a bien plu. Ce dernier a montré son agacement dans son interview Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 437980826  .
oxa
oxa
Niveau 9

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par oxa le Lun 17 Juin 2019 - 9:45
@Manu7 a écrit:Franchement, faire la grève contre la réforme du lycée alors que nous avons déjà effectué les répartitions de services c'est avouer qu'on a déjà perdu la bataille...

La réforme pouvait être renversée très facilement pendant la crise des gilets jaunes. Nous débutions une grève reconductible un lundi et je suis certain que la réforme était rentrée au placard avant le samedi.


Mais il n'y a aucune volonté sérieuse contre la réforme donc on va la mettre en place comme celle du collège. Je précise au passage que la réforme du lycée n'est pas cohérente avec celle du collège qui prévoyait un cycle 5 au lycée et des évaluations de compétences...

On peut se plaindre des médias qui ne parlent pas d'une hypothétique grève, mais vous connaissez beaucoup d'entreprise dont on parle de leur premier jour de grève ? Chaque jour, des grévistes se battent pour sauver leur boulot et on commence à en entendre parler après 15 jours de grève et quand ils menacent de mettre le feu à l'entreprise... Alors que le mouvement de demain, on en entend tout de même parler, pour ma part j'en entends parler tous les jours depuis plus d'une semaine.

Et si la grève réussissait alors la réforme tombe à l'eau et on revient aux séries donc nous devrions refaire tous les conseils de classe ? C'est absurde, personne n'y croit.

+1000

Les programmes sont prêts. Les livres en impressions. Les choses se sont jouées l'année dernière. le gouvernement est déjà sur son prochain coup bas et nous avons toujours un train de retard. ce qui se joue en ce moment, c'est déjà la réforme des retraites.

Je ne comprend pas que certains syndicats qui ont votés pour cette réforme (ou se sont abstenus) en comité technique ministériel appellent à la grève à présent. C'est ridicule.

Et la 2° heure supplémentaire imposable qui compense les 3600 suppressions de postes est passée comme un lettre à la poste...
Colère... Dégoûté...


fabienne7564
fabienne7564
Niveau 10

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par fabienne7564 le Lun 17 Juin 2019 - 9:46
Je suis en collège et je fais grève aujourd'hui. Lors de la réforme du collège, je travaillais en lycée et j'avais fait grève contre la réforme du collège (nous étions 2)... Histoire de te mettre du baume au coeur Poupoutch, beaucoup de collègues de mon collège étaient motivés et envisageaient de faire grève aujourd'hui.
avatar
faer
Niveau 7

Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?  - Page 2 Empty Re: Lundi 17 juin : comment la presse traite-t-elle de la grève des surveillances ?

par faer le Lun 17 Juin 2019 - 10:03
Je suis en collège et je fais grève aussi. Mais je m'inquiète, parce que les syndicats, finalement un peu à l'image de la profession quand on lit ce fil, passent maintenant leur temps à se justifier sur le bac de peur qu'on les accuse d'irresponsabilité, et parlent peu des revendications pourtant affichées en gros sur l'appel à la grève (augmentation des salaires et retrait des lois Blanquer et fonction publique qui, elles, ne sont pas encore passées). A mon sens le véritable enjeu de cette grève n'était pas de gagner l'opinion en anticipant les arguments cyniques du ministère sur notre responsabilité (laquelle ? n'importe qui peut surveiller un examen...) mais bien de réussir à faire porter le véritable message de cette grève jusqu'à l'opinion en criant à tort et à travers ce que nous refusons et revendiquons.

Là, pour tout dire, je me sens trahi, et je me sens mal pour les collègues que j'ai essayé de mobiliser. "C'est la dernière chance" que j'leur ai dit ! Le résultat ? Pas de manif organisée dans ma région, mon syndicat plus occupé à organiser des réunions et des permanences pour les collègues qui auraient peur des représailles, un message inaudible dans la presse où l'on continue à se justifier alors que tout le monde croit que cette grève ne concerne que le nouveau bac... Je vois tout ça et je me dis qu'après tout, c'est peut-être juste qu'on y va collectivement et qu'il n'y a donc plus rien à attendre du collectif.

Pensez-vous vraiment que la grève du DNB sera suivie si nous n'arrivons pas à mobiliser dès maintenant ? Le DNB est beaucoup moins médiatisé que le bac, bon courage pour motiver les troupes si la journée d'aujourd'hui est un flop. Mais je continuerai probablement à faire des grèves, ne serait-ce que pour moi et pour récupérer les heures sup qu'on m'impose de faire dans l'année et qui me les finance, du coup.

@pogonophile a écrit:Je ne parle pas des revendications, mais de la forme de l'action.
On ne peut pas dans le même temps refuser de surveiller l'épreuve, donc l'empêcher sciemment d'avoir lieu, et vouloir que les candidats la réussissent.

Que le mouvement porte sur la réussite des élèves en général, soit (encore qu'on en parle peu mais bref), mais là on parle de celle des candidats de demain lundi.

Merci d'illustrer ce que j'ai dit plus haut. Avec votre intervention vous avez vous aussi réussi à faire porter ce fil sur la responsabilité des enseignants. Nous faisons grève pour nous, car c'est nous qui sommes devant les élèves, c'est nous qui les portons, et si nous allons mal, alors les élèves en pâtiront dans tous les cas. La situation est grave, parce que nous sommes menacés dans notre statut de professeur, ce qui est déjà inquiétant, mais également dans notre statut de citoyen et d'acteurs de notre société, ce qui est encore plus inquiétant ! Je suis en début de carrière, j'aime ce que je fais, je me sens bien en classe avec mes élèves, mais j'ai objectivement peur que le métier que j'exerce devienne rapidement insupportable. A bon entendeur.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum