Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
pseudo-intello
Neoprof expérimenté

Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 Empty Re: Une institutrice de 61 ans meurt à l'école

par pseudo-intello le Lun 9 Sep 2019 - 22:29
60 ans et 30 ans de service. Ça me va bien. J'aurais une surcote.


Dernière édition par pseudo-intello le Mar 10 Sep 2019 - 15:02, édité 1 fois
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Esprit éclairé

Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 Empty Re: Une institutrice de 61 ans meurt à l'école

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 10 Sep 2019 - 6:28
En tant que TZR, 55 ans pour moi Razz

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
Zagara
Zagara
Guide spirituel

Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 Empty Re: Une institutrice de 61 ans meurt à l'école

par Zagara le Mar 10 Sep 2019 - 8:24
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@Pseudo-intello a écrit:
@Zagara a écrit:La retraite à 55 n'a pas grand chose à voir avec la pénibilité du métier (qui l'était d'ailleurs beaucoup moins à cette époque). C'est le fruit d'un état du rapport de forces entre État et syndicats, et on peut aussi la voir comme une compensation face à des salaires des fonctionnaires qui ont toujours été plus bas que dans le privé.
Tout à fait.
C'est d'ailleurs une des principales raisons de mon entrée dans la maison : un salaire relativement inférieur à ma valeur sur le marché du travail, mais possibilité de tomber malade, d'avoir une retraite, de ne pas trop morfler lors des accidents de la vie.
J'étais jeune et naïve, je n'avais pas vu venir tout ce bazar.

Ce n'était même pas si novateur. La loi du 9 juin 1853 imposait les conditions suivantes pour le droit à pension :
- 60 ans et 30 ans de service pour les fonctionnaires sédentaires (ceux qui ne changeaient pas d’affectation)
- 55 ans et 25 ans de service pour les fonctionnaires actifs (ceux qui changeaient d’affectation : chargeurs de malle, facteurs, gardes forestiers, agents de douane...).

Ouais ben ta loi du XIXe siècle elle est même pas novatrice parce qu'au XVe siècle les serviteurs du duc de Bourgogne obtenaient leur retraite à 60 ans (ou environ) par charité du prince alors hein pouet pouet. Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 1633028200

60 ans a toujours été un âge-seuil en fait. Du coup c'est assez marrant qu'on soit la première époque où ça paraît "jeune".
egomet
egomet
Doyen

Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 Empty Re: Une institutrice de 61 ans meurt à l'école

par egomet le Mar 10 Sep 2019 - 11:51
@Balthazaard a écrit:Ce principe de responsabilité peut même aller très loin.....

https://www.ladepeche.fr/2019/09/07/un-salarie-meurt-apres-un-rapport-sexuel-pour-la-justice-cest-un-accident-du-travail,8399495.php

Sur ce coup-là, j'attendrais quand même les conclusions de la Cour de Cassation. Mais il est vrai qu'on assiste depuis pas mal de temps à une extension du principe de responsabilité, même aux marges de l'activité, même sans faute... Tendance lourde de conséquences pour tous ceux qui ont un petit peu de pouvoir, qu'il s'agisse des patrons, des élus ou... des professeurs. Pas sûr que ce soit toujours une bonne chose.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
egomet
egomet
Doyen

Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 Empty Re: Une institutrice de 61 ans meurt à l'école

par egomet le Mar 10 Sep 2019 - 12:02
@Zagara a écrit:La retraite à 55 n'a pas grand chose à voir avec la pénibilité du métier (qui l'était d'ailleurs beaucoup moins à cette époque). C'est le fruit d'un état du rapport de forces entre État et syndicats, et on peut aussi la voir comme une compensation face à des salaires des fonctionnaires qui ont toujours été plus bas que dans le privé.

Au demeurant, ce serait un très mauvais pari de revendiquer une retraite anticipée en raison de la pénibilité, alors qu'il n'y a aucune raison fondamentale pour que le métier d'enseignant soit si usant. Doit-on s'infliger 35 ans de souffrances parce que ça nous permettra de partir 5 ans plus tôt? S'il y a quelque chose à améliorer dans l'Education Nationale, c'est du côté des conditions de travail, du respect dû à la fonction, et de la possibilité pour les enseignants de prendre les décisions adéquates dans leurs classes respectives. Pas besoin de partir à 60 ans ou 65 ans, si on est heureux dans son travail et qu'on est encore en forme.
D'ailleurs, je crois qu'on devrait laisser beaucoup plus de choix aux travailleurs quant à l'âge du départ à la retraite. Les situations sont variées. Attention aux généralisations abusives.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Mes livres, mes poèmes, quelques réflexions pédagogiques assez terre-à-terre: http://egomet.sanqualis.com/
Balthazaard
Balthazaard
Sage

Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 Empty Re: Une institutrice de 61 ans meurt à l'école

par Balthazaard le Mar 10 Sep 2019 - 12:29
@Zagara a écrit:
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@Pseudo-intello a écrit:
@Zagara a écrit:La retraite à 55 n'a pas grand chose à voir avec la pénibilité du métier (qui l'était d'ailleurs beaucoup moins à cette époque). C'est le fruit d'un état du rapport de forces entre État et syndicats, et on peut aussi la voir comme une compensation face à des salaires des fonctionnaires qui ont toujours été plus bas que dans le privé.
Tout à fait.
C'est d'ailleurs une des principales raisons de mon entrée dans la maison : un salaire relativement inférieur à ma valeur sur le marché du travail, mais possibilité de tomber malade, d'avoir une retraite, de ne pas trop morfler lors des accidents de la vie.
J'étais jeune et naïve, je n'avais pas vu venir tout ce bazar.

Ce n'était même pas si novateur. La loi du 9 juin 1853 imposait les conditions suivantes pour le droit à pension :
- 60 ans et 30 ans de service pour les fonctionnaires sédentaires (ceux qui ne changeaient pas d’affectation)
- 55 ans et 25 ans de service pour les fonctionnaires actifs (ceux qui changeaient d’affectation : chargeurs de malle, facteurs, gardes forestiers, agents de douane...).

Ouais ben ta loi du XIXe siècle elle est même pas novatrice parce qu'au XVe siècle les serviteurs du duc de Bourgogne obtenaient leur retraite à 60 ans (ou environ) par charité du prince alors hein pouet pouet. Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 1633028200

60 ans a toujours été un âge-seuil en fait. Du coup c'est assez marrant qu'on soit la première époque où ça paraît "jeune".
Ça parait surtout jeune à ceux qui n'y sont pas encore....
amalricu
amalricu
Habitué du forum

Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 Empty Re: Une institutrice de 61 ans meurt à l'école

par amalricu le Mar 10 Sep 2019 - 12:39
@egomet a écrit:
@Balthazaard a écrit:Ce principe de responsabilité peut même aller très loin.....

https://www.ladepeche.fr/2019/09/07/un-salarie-meurt-apres-un-rapport-sexuel-pour-la-justice-cest-un-accident-du-travail,8399495.php

Sur ce coup-là, j'attendrais quand même les conclusions de la Cour de Cassation. Mais il est vrai qu'on assiste depuis pas mal de temps à une extension du principe de responsabilité, même aux marges de l'activité, même sans faute... Tendance lourde de conséquences pour tous ceux qui ont un petit peu de pouvoir, qu'il s'agisse des patrons, des élus ou... des professeurs. Pas sûr que ce soit toujours une bonne chose.

Sur ce coup là abi , je devine surtout une responsabilité de l'employeur en tant que donneur d'ordre et de déplacement : le salarié était dans un cadre professionnel de mission.
Sylvain de Saint-Sylvain
Sylvain de Saint-Sylvain
Esprit éclairé

Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 Empty Re: Une institutrice de 61 ans meurt à l'école

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 10 Sep 2019 - 16:33
@Zagara a écrit:
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@Pseudo-intello a écrit:
@Zagara a écrit:La retraite à 55 n'a pas grand chose à voir avec la pénibilité du métier (qui l'était d'ailleurs beaucoup moins à cette époque). C'est le fruit d'un état du rapport de forces entre État et syndicats, et on peut aussi la voir comme une compensation face à des salaires des fonctionnaires qui ont toujours été plus bas que dans le privé.
Tout à fait.
C'est d'ailleurs une des principales raisons de mon entrée dans la maison : un salaire relativement inférieur à ma valeur sur le marché du travail, mais possibilité de tomber malade, d'avoir une retraite, de ne pas trop morfler lors des accidents de la vie.
J'étais jeune et naïve, je n'avais pas vu venir tout ce bazar.

Ce n'était même pas si novateur. La loi du 9 juin 1853 imposait les conditions suivantes pour le droit à pension :
- 60 ans et 30 ans de service pour les fonctionnaires sédentaires (ceux qui ne changeaient pas d’affectation)
- 55 ans et 25 ans de service pour les fonctionnaires actifs (ceux qui changeaient d’affectation : chargeurs de malle, facteurs, gardes forestiers, agents de douane...).

Ouais ben ta loi du XIXe siècle elle est même pas novatrice parce qu'au XVe siècle les serviteurs du duc de Bourgogne obtenaient leur retraite à 60 ans (ou environ) par charité du prince alors hein pouet pouet. Une institutrice de 61 ans meurt à l'école - Page 2 1633028200

60 ans a toujours été un âge-seuil en fait. Du coup c'est assez marrant qu'on soit la première époque où ça paraît "jeune".

Ben ta loi du XVe siècle est assez naze comparé à ce qui se faisait dans certaines régions de l'Angleterre, où les communautés paysannes s'organisaient elles-mêmes pour fournir aux vieux une pension de retraite.

Oui pour l'âge-seuil. J'ai hésité à le dire parce que ça me paraît trop facile à retourner en "oui bon ben voilà 55-65 c'est la fourchette habituelle alors râlez pas". Ça paraît jeune parce que les gens se souviennent du temps d'avant Mitterand, mais pas des temps d'encore avant.

Ceci dit, pour 1853, j'aimerais bien savoir si 60-55 fut l'aboutissement d'une discussion où aurait œuvré je ne sais quel proto-syndicat. J'imagine assez mal pour cette époque.

_________________
« Les hommes en vinrent, pour qualifier les actes, à modifier arbitrairement le sens habituel des mots. » (Thucydide)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum