Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
ProfMI
ProfMI
Niveau 1

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par ProfMI le Mer 16 Oct 2019 - 13:55
Bonjour

Je viens vers vous pour recueillir vos avis pour un éventuel projet de thèse concernant la didactique de l'informatique et/ou des TIC.
J'ai trouvé une formation à l'UCA délivrant un MSc en Smart EdTech, Co-creativity and Digital Tools for Educational Innovation.
Il serait logique de pouvoir pousuivre ensuite en thèse au sein du LINE.

Je pense que c'est un moment opportun à une réflexion didactique concernant le numérique en général (SNT, NSI, PIX...).

Merci pour vos retours.
Simeon
Simeon
Niveau 8

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par Simeon le Mer 16 Oct 2019 - 19:44
Je suis un peu gêné par le mélange: "didactique de l'informatique et/ou des TIC" ce sont pour moi deux sujets radicalement différents.

Et tu enseignes en NSI ? en ISN depuis un moment ? C'est dur à dire sans trop de contexte.
ProfMI
ProfMI
Niveau 1

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par ProfMI le Jeu 17 Oct 2019 - 21:09
Merci pour votre réponse.

J'enseigne actuellement les maths et je suis une formation en parallèle qui me permettra d'enseigner l'informatique en lycée, notamment en NSI et SNT, d'ici un ou deux an(s).

Lorsqu'on parle d'enseignement des bases théoriques de l'informatique (algorithmique, théorie des graphes...), on est effectivement indépendant de l'aspect TIC. Il me semble que des spécialistes ont déjà développé des moyens didactiques intéressants (voir p. ex. les jeux de l'INRIA)

Plus généralement, il me semble que la frontières entre contenus relevant des TIC et contenus relevant de l'informatique est poreuse. Deux exemples :
Pour un TP de 2nde SNT : analyser des données (p. ex. fichier CSV)
   Si je le traite avec tableur Calc (tri, filtre, tableau croisé...) je suis du côté des TIC ?
   Si je le traite avec Python (pur ou avec une librairie p. ex. Pandas) je suis du côté purement informatique ?
   Les concepts mis en jeu sont sensiblement les mêmes (codage de l'information, opérations de base sur un jeu de données, aspect éthique...), sauf qu'on rajoute une référence aux concepts de l'algorithmique (et éventuellement de la programmation) lorsqu'on travaille avec Python. Mais pour autant, derrière mes actions (formulées de manière différente : utilisation raisonnée de fonctionnalités /vs/ enchaînement d'instructions), je ne sais pas ce que fait le tableur ni Python/Pandas. Ici, je dois explorer des concepts plus profonds (langages bas niveau, architecture...) pour aller plus loin.
Pour le projet à réaliser en NSI :
   Il inclut le plus souvent le développement d'une interface utilisateur ou de fonctionnalités élaborées (réseau, BDD...), comme c'est déjà le cas en ISN. Ceci demande une bonne culture numérique (s'inspirer d'applications existantes), une réflexion au niveau de l'ergonomie en fonction du profil d'utilisateur visé et la capacité à s'approprier une documentation technique : TIC ou informatique ?

Le problème qui subsiste relève à mon sens de l'apprentissage des technologies.
En effet, des discussions avec de nombreux collègues, ainsi que des messages sur certains fils du forum, montrent une maîtrise insuffisante de ces outils par les élèves, confirmée par des travaux de recherche.
A un certain degré, la maîtrise de ces aspects "techniques" demande l'appropriation de certaines technologies ou de certains concepts issus de l'informatique théorique.
A mon sens, c'est ici que les solutions actuelles sont inefficientes. On demande aux enseignants de saupoudrer l'apprentissage des outils numériques dans les disciplines existantes avec, à la clé, un processus de certification (B2i) lui aussi discutable.

Avec l'évolution actuelle, il me semble qu'on change (un peu) de paradigme :
La certification PIX semble plus exigente que l'ancien B2i. Des items relevant de l'informatique sont mentionnés dans les référentiels (capacités de programmation, éléments d'algorithmique...). A voir avec les modalités de mise en oeuvre...

Mais d'un autre côté, on assiste au déploiement d'outils issus de la EdTech et, pour la plupart, prêts à consommer. On distribue des tablettes et non plus des PC aux élèves : plus proches de leurs habitudes. Ce qui va à l'encontre d'une prise de recul sur les aspects aussi bien TIC qu'informatique.

L'idée serait donc éventuellement de développer une didactique disciplinaire "à l'interface", notamment dans l'enseignement commun (disons, jusqu'à la 2nde avec SNT)
Il me semble que c'est ce qui se fait dans d'autres pays comme la Belgique ou la Suisse avec le choix pour une approche constructiviste par généralisations successivre.
Ici, l'approche "Maker" et le recours au Logiciel Libre me semble une bonne option.
A voir aussi ce qui est fait du côté de l'enseignement technologique et professionnel p. ex. en SIG, SIO...

J'espère avoir été clair.
Merci pour vos réflexions.
VinZT
VinZT
Sage

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par VinZT le Jeu 17 Oct 2019 - 21:23
Mon grain de sel, qui n'engage de moi : avant de faire des thèses de didactique, s'assurer que l'on a enseigné la discipline en question suffisamment longtemps pour ne pas raconter trop de bêtises.

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
TrucOuBidule
TrucOuBidule
Niveau 4

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par TrucOuBidule le Ven 18 Oct 2019 - 10:20
Bonjour,

et si je peux me permettre, même si je rejoins ce que précise VinZT, penser en tant que discipline scolaire à inclure la "technologie au collège" dans cette étude.
Qui dit collège, dit public non trié en plus.

J'ai été formée pour appliquer les programmes de 1995 qui quantifiaient l'étude des NTIC (bah oui, c'était N à l'époque) à hauteur d'un tiers des heures de techno.
Je te renvoie aux pages 4 et 5 de ce document si tu veux trouver les intitulés des unités du programmes traitant de ce sujet (avec une recherche rapide, je ne parviens pas à trouver ces programmes sur le net, c'est intéressant).
Je cite "Les contenus spécifiques des 7 unités :
Sixième - Traitement  de  l’information  textuelle.  Elle  vise  à  faire  acquérir  à  l’élève  une utilisation raisonnée du micro-ordinateur (compétence qui s’affinera au fil des autres unités) et l’utilisation adéquate des fonctions de base d’un logiciel de traitement de texte.  L’élève  va  acquérir  ces  compétences  dans  un  souci  de  communication  de l’information textuelle. Cette unité permet à l’élève de confirmer des acquis de CM2 et de se faire une première représentation de la structure et du rôle des différents éléments d’un micro-ordinateur (utilisation raisonnée).

Cinquième - Tableur-grapheur.
Les compétences sont identiques à celles de l’unité de sixième,transférées à un logiciel de tableur-grapheur. Outre les savoir-faire, l’élève va acquérir des savoirs quant à la communication de données chiffrées et à leur exploitation.
Pilotage par ordinateur. Cette unité a pour but de familiariser les élèves avec les automatismes pilotés par un micro-ordinateur. Elle élargit leur pratique à des activités industrielles.

Quatrième - Conception et fabrication assistée par ordinateur.
Le but de cette unité est d’amener l’élève à découvrir l’ordinateur en tant que machine capable de traiter des données et de les stocker en vue de piloter une machine-outil sans rupture de la chaîne de traitement de l’information.
Consultation et transmission de l’information afin d’utiliser le micro-ordinateur comme moyen de consultation et de transmission à distance de l’information.
Communication assistée par ordinateur. Cette unité permet de comprendre l’usage de l’informatique en tant que moyen d’échange, de capitalisation et de mise en forme de l’information.

Troisième- Automatismes pilotés par ordinateur.
Cette unité est un prolongement de celle de cinquième. Elle va au delà d’une découverte des automatismes et présente deux axes : l’étude d’automatismes et leur maintenance."


Puis les programmes suivants (ceux de 2005 en 6è et jusque 2009 en 5-4-3è) ont commencé à diluer sans flécher les enseignements liés aux TIC.
Puis les programmes de 2015 mixent sans réellement départager entre maths et techno l'enseignement de "la programmation".

Au passage, les heures de technologie pouvaient être dédoublées dans les programmes de 1995, je crois qu'un BO le mentionnait, que c'était deux heures par semaine prof pour 1,5 heure élève en 6-5-4è et deux heures hebdo élève en 3è.
Puis en 2005, les dédoublements ne furent plus que conseillés pour la 6è, les 5 et 4è ont gardé 1,5 heure élève et les 3è 2 heures ; les dédoublements pour 5-4-3è sont donc devenus à négocier...
Puis 2015, disparition de l'heure de labo (labo contenant pas mal de matos info et/ou des maquettes didac mais le prof de techno est un roi du bénévolat), elle aussi à négocier et les nouveaux programmes dans leur application, ultrascratchiens et MBotiens (oui, parce que disons que la liberté péda n'existe plus en techno).

Et je n'ai jamais autant eu à expliquer des choses ultra basiques qui s'enseignaient sous les programmes 1995 (comme pour le clavier  : comment on fait un ê, un €, un ?, un @, la différence entre la touche shift, celle du verrouillage pour la majuscule etc.). Un leurre de nos instances sur les "digital native"... Un leurre aussi sur un élève qui ne lit pas sur papier, ne lira pas vraiment plus sur écran.

L'ordi est un outil. On ne peut savoir s'en servir de façon innée vu l'étendue de ses possibilités, et ce, génération smartphone ou pas smartphone.
Et je ne parle pas de la notion de réseau... (Les élèves de collège actuel n'imaginent pas qu'un ordi puisse faire fonctionner quelque chose sans intervention de l'Internet et/ou du cloud).

TrucOuBidule
"prof de technologie collège"
ProfMI
ProfMI
Niveau 1

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par ProfMI le Ven 18 Oct 2019 - 17:58
Merci pour vos remarques.

Pour être clair, je n'envisage pas de commencer une thèse dans l'instant et sans avoir enseigné la discipline mais, au contraire, l'idée de mon premier post était double :
- Recueillir des avis sur la formation en Master proposée par l'UCA qui me paraît prometteuse car elle propose une approche nouvelle (proche de la cullture Maker il me semble) en lien avec les sciences de l'éducation pour apporter un éclairage nouveau sur l'enseignement du numérique.
- Discuter de la pertinence d'une telle démarche.

Je conçois tout à fait qu'il se peut que je raconte des "bêtises" dans mes posts. Dans ce cas, il serait constructif de me les signaler.

TrucOuBidule : merci pour ton témoignage. Et je confirme, les compétences numériques des élèves sont très faibles.
A la lecture de tes extraits de programmes, j'ai la même impression que toi : le recours à l'outil informatique était envisagée dans le cadre des STI.
Aujourd'hui, on n'a plus vraiment d'ancrage (à part peut-être un peu sur la partie programmation). On ne sait plus pour quoi on doit le mobiliser donc on ne sait plus quoi enseigner.
C'est là où je pense qu'un enseignement dans le cadre d'une problématique informatique serait intéressant. On commence par explorer l'outil (avec des démarches pérennes et généralisables, pas la dernière appli à la mode...) puis on tâche de comprendre les principes qui sont derrière et on arrive aux connaissances d'informatique "pure".

C'est étrange car je pensais que la liberté pédagogique était plus grande en techno qu'en maths. En maths, c'est aussi Scratch qui est imposé de facto (cf sujets du DNB) même si des alternatives fort intéressantes (et parfois mieux adaptées à l'objectif mathématique) ne manquent pas (voir par exemple certains articles de la revue MathemaTICE).
De plus, en maths, les notions de programmations sont peu liées à des problèmes mathématiques. Le contexte est plutôt orienté création de jeux. C'est intéressant mais ça nous éloigne de l'aspect maths donc beaucoup de profs de maths ont du mal à le faire et se limitent à des exos type brevet (reproduire des figures en mode Tortue).

A suivre...
TrucOuBidule
TrucOuBidule
Niveau 4

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par TrucOuBidule le Ven 18 Oct 2019 - 19:44
@ProfMI a écrit:
TrucOuBidule : merci pour ton témoignage. Et je confirme, les compétences numériques des élèves sont très faibles.
A la lecture de tes extraits de programmes, j'ai la même impression que toi : le recours à l'outil informatique était envisagée dans le cadre des STI.
Aujourd'hui, on n'a plus vraiment d'ancrage (à part peut-être un peu sur la partie programmation). On ne sait plus pour quoi on doit le mobiliser donc on ne sait plus quoi enseigner.
C'est là où je pense qu'un enseignement dans le cadre d'une problématique informatique serait intéressant. On commence par explorer l'outil (avec des démarches pérennes et généralisables, pas la dernière appli à la mode...) puis on tâche de comprendre les principes qui sont derrière et on arrive aux connaissances d'informatique "pure".
Je dirais que c'était le côté "informatique industrielle" en fait....
Pierre Jacque (dont le suicide a été "reconnu imputable au service", qui était prof d'électro, forcé à la reconversion en STI2D en SIN (systèmes d'information et numériques) en 2011 lors de la réforme STI) mentionne des éléments dans sa lettre ayant trait aux compétences réelles des élèves...
Mais concrètement, il y a toujours l'idée d'un immense marché du numérique éducatif qu'il faut développer, avec des enseignants comme prescripteurs d'achat ...
Et un bel entrisme des GAFAM (l'ENT de mon département ne propose que du Office pour la bureautique, j'ai déjà suivi des journées de "formation" du CERPEP il y a 2 ans chez Google France ("enseigner l'informatique en primaire et au collège"), l'an passé chez Facebook ("Respect Zone - sur les cyberviolence et cyberharcèlement avec entre autres, intervention de la gendarmerie nationale"...), j'ajouterais pour l'an passé, l'histoire des serveurs irlandais d'Amazon qui hébergent les données élève pour les évaluations du primaire...

@ProfMI a écrit:
C'est étrange car je pensais que la liberté pédagogique était plus grande en techno qu'en maths. En maths, c'est aussi Scratch qui est imposé de facto (cf sujets du DNB) même si des alternatives fort intéressantes (et parfois mieux adaptées à l'objectif mathématique) ne manquent pas (voir par exemple certains articles de la revue MathemaTICE).
De plus, en maths, les notions de programmations sont peu liées à des problèmes mathématiques. Le contexte est plutôt orienté création de jeux. C'est intéressant mais ça nous éloigne de l'aspect maths donc beaucoup de profs de maths ont du mal à le faire et se limitent à des exos type brevet (reproduire des figures en mode Tortue).
A suivre...
Ayant subi le PPCR en 2017 et donc avoir eu l'honneur de voir un IPR STI, je confirme qu'il n'y a pas de liberté péda en techno. Il n'y a quasi plus que de la "robotique". La techno s'est bien appauvrie dans ses contenus.
Après, pour les scratcheries, c'est l'idée de ludification, qu'on peut voir un peu partout parce que "si c'est ennuyeux, ce n'est pas possible d'apprendre". J'avais également assisté à ce stage d'été : http://maths.ac-creteil.fr/spip.php?article189 ; nos repas du midi étaient payés par Google (si, si, encore eux).
Alors les élèves cliquent, partout, en pensant que cela peut marcher (sur un malentendu ?). Mais qu'apprennent-ils ?

En attendant, les conversions mm/cm, ne serait-ce que pour les dimensions d'une pièce à faire à l'imprimante 3d ou la fraiseuse... c'est pas gagné, même en 3è.
Et qu'utiliser correctement les outils physiques de mesure et de tracé devrait être un prérequis à l'utilisation de Geogebra ou autre. Tout cela n'engage que moi bien sûr.

Bon courage en tous les cas, perso, j'ai passé ma phase où cela me déprimait réellement. Dur de se résigner ; au final, je pense bien à quitter l'EN.
Mais il ne faut pas se leurrer, vous avez récupéré un truc pas sympa, les maths au lycée, si j'ose dire.

TrucOuBidule
Pat B
Pat B
Fidèle du forum

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par Pat B le Ven 18 Oct 2019 - 20:44
@ProfMI a écrit: beaucoup de profs de maths ont du mal à le faire et se limitent à des exos type brevet (reproduire des figures en mode Tortue).

A mon avis, ce n'est pas qu'ils ont du mal à le faire... c'est plutôt qu'ils savent que les autres notions à faire passer en cours de maths sont extrêmement importantes pour la suite, que les élèves ont des lacunes énormes à combler, alors Scratch, finalement, c'est un peu anecdotique...

(mais je rejoins ce qui est dit plus haut : l'enseignement du traitement de texte, du fonctionnement d'un ordinateur, du tableur, étaient une très bonne chose... pourquoi les avoir dilués ?)
ProfMI
ProfMI
Niveau 1

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par ProfMI le Sam 19 Oct 2019 - 19:56
TrucOuBidule : effectivement, j'ai l'impression que tout est allé très vite et on a pris le tournant de l'uniformisation et du recours quasi-systématique aux solutions propriétaires (GAFAM et sociétés de la EdTech), ce qui n'aide pas nos élèves à prendre du recul sur les technologies qu'ils utilisent. Je pense effectivement aussi que le mythe des "digital natives" y est aussi pour quelque chose.
Il me semble que les écoles d'ingénieurs et les départements d'informatique des universités sont encore épargnés (les postes tournent souvent sous Linux, les dossiers sont rédigés en LaTeX...).
En tout cas, l'utilisation d'un OS libre est préconisée dans les programmes de NSI et des thématiques associé au traitement des données personnelles sont posées en SNT. Si on travaille avec du 100% libre pour toute l'informatique du lycée, c'est déjà très bien.
Pour la formation que tu as suivie sur Scratch, je dirais que tu as eu la chance d'y voir des interventions de personnalités de l'informatique théorique compétentes... De ma petite expérience des formations en informatique, j'ai connu bien pire...

Pat B : je me suis mal exprimé. Si certains profs ont "du mal" à le faire, ce n'est pas par manque de concepts ou de compétences techniques (Scratch est censé être utilisable par des enfants) mais plutôt à le faire entrer dans leurs pratiques pédagogiques.
Effectivement, on peut saluer les enseignants qui s'efforcent, au collège, de donner un niveau en maths correct à leurs élèves car le pas entre les attendus de #collège2016 et du programme de 2nde 2019 et important.
VinZT
VinZT
Sage

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par VinZT le Sam 19 Oct 2019 - 20:48
Tiens, en parlant de libre …
La semaine dernière, un collègue, heureux élu convié à une réunion pour élaborer des sujets pour la banque nationale, a dit qu'il enverrait ses sujets en LaTeX et PDF. Tollé des ipéhères : « quoi ? non, on ne connait pas ça, on a essayé c'est trop dur, il faut l'envoyer en Word ». Le collègue a tenu bon en disant que ce serait LaTeX ou rien. Je pense que ce sera rien.

_________________

« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François
« Un économiste est un expert qui saura demain pourquoi ce qu'il avait prédit hier ne s'est pas produit aujourd'hui. » Laurence J. Peter
ProfMI
ProfMI
Niveau 1

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par ProfMI le Sam 19 Oct 2019 - 21:46
Sincèrement, je me demande ce qu'il gagnent à récupérer du .docx plutôt qu'un fichier texte qui compile...
"On a essayé, c'est trop dur"... bref... tout est dit.
On voit ce qui freine la mise en place d'un écosystème libre d'une part, et d'un vrai enseignement d'informatique d'autre part.

Le pire, c'est qu'ils doivent faire partie de ceux qui utilisent Word sans utiliser les styles.

Allez, je me lâche. J'ai eu droit à un fonction du type :
Code:
def sortie(x):
    return(print(x))
par un formateur Python pour pouvoir faire plusieurs return sans sortir d'une boucle "for" au premier.
ProfMI
ProfMI
Niveau 1

Thèse didactique de l'informatique / des TIC Empty Re: Thèse didactique de l'informatique / des TIC

par ProfMI le Dim 20 Oct 2019 - 8:23
Au niveau des projets créatifs en Scratch, j'ai testé avec une classe de 4e l'an dernier.
Ils avaient déjà fait un peu de Scratch en techno et en maths les années précédentes.
Au final pas mal de groupes se sont contentés de recopier les exemples de scripts proposés en changeant les lutins ou de suivre les tutoriels intégrés au logiciel.
Après la plupart semblent avoir compris le déplacement avec les flèches du clavier et les clones. C'est déjà ps mal.
Certains utilisaient Scratch pour des projets perso donc m'ont fait des jeux assez avancés donc ils ont ensuite aider les autres groupes.
En tout cas, beaucoup de "ça marche pas" sans chercher à comprendre pourquoi, effectivement.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum