Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
CherCollègue
Banni

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par CherCollègue le Mar 15 Sep 2009 - 21:39
morgane9513 a écrit:
Quand je vois les propos tenus ici, je me dis que vous avez une bien piètre opinion de nos amis vacataires et contractuels...

En revanche, vous avouerez, ma chère, que certains se font une très haute idée d'eux-mêmes.
Les petits sixièmes ont vraiment une chance indécente d'être éclairés par de telles lumières.

Mais je vous laisse. Je ne suis pas au niveau pour débattre avec de telles intelligences ! Bonne nuit.
avatar
MS
Neoprof expérimenté

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par MS le Mar 15 Sep 2009 - 22:22
@Audrey a écrit:
morgane9513 a écrit:Je ne parle pas de toi en particulier, quand je dis vous je généralise peut être abusivement.
Autant je comprends Audrey par rapport à tout ce qui concerne le nombre de postes, le côté matériel on va dire, autant j'ai du mal avec les histoires de niveaux au collège.

Beh euh... je pense qu'un prof doit avoir un niveau pointu dans sa discicipline quel que soit son niveau d'enseignement...

Hier, des élèves de 3è latin m'ont demandé de leur dire combien de modes et de temps il y avait en latin, s'il y en avait qui n'existaient pas du tout en français...Je leur ai donc parlé de l'impératif futur. Et en toute logique, mes élèves m'ont demandé dans quel cas on l'utilise, quelle est la différence avec l'impératif présent, et le subjonctif à valeur jussive....et ça, beh je ne suis pas certaine que tous les collègues de modernes le maîtrisent. Mes élèves ne sont pas des génies, ni des anges super snobs et friqués..non, ce sont des gosses normaux. J'estime que c'est mon devoir de répondre à leur curiosité, et que cette curiosité, quand elle obtient des réponses solides de spécialistes, ne peut mener qu'à une plus grande curiosité, un meilleur niveau de compétence bien sûr,et à un désir sans cesse accru de poursuivre l'étude du latin.

Voilou.

Dans la mesure où j'ai appris la grammaire française en l'enseignant , je pense être capable de maîtriser la grammaire latine en l'enseignant. Certes, à l'heure actuelle je n'aurais pas l'outrecuidance de dire que j'en connais autant en GR latine qu'un LC, mais si on me laissait l'opportunité de l'enseigner de manière continue pendant quelques années, je pense que je ferais aussi bien qu'eux.

_________________
Pas de deuxième année d'IUFM!
Dwarf
Dwarf
Grand Maître

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Dwarf le Mar 15 Sep 2009 - 22:32
@MS a écrit:
Dans la mesure où j'ai appris la grammaire française en l'enseignant , je pense être capable de maîtriser la grammaire latine en l'enseignant. Certes, à l'heure actuelle je n'aurais pas l'outrecuidance de dire que j'en connais autant en GR latine qu'un LC, mais si on me laissait l'opportunité de l'enseigner de manière continue pendant quelques années, je pense que je ferais aussi bien qu'eux.

Si tu as le goût et la sensibilité qui vont avec, effectivement : c'est en forgeant qu'on devient forgeron...
avatar
MS
Neoprof expérimenté

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par MS le Mar 15 Sep 2009 - 22:35
Merci Dwarf, de la part d'un LC, cela fait plaisir et montre un bel esprit d'ouverture que j'attendais en vain depuis que le sujet est lancé.

_________________
Pas de deuxième année d'IUFM!
Audrey
Audrey
Oracle

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Audrey le Mar 15 Sep 2009 - 22:40
Beaucoup d'aspects se sont superposés MS... si la validation des compétences en latin est créée un jour, bien sûr qu'on t'accueillera...

Mais faudra que ça aille de pair avec un fort soutien donné aux LC et surtout, au grec.....

Dans les circonstances actuelles, pour être franche, ce n'est pas une "passerelle" que je souhaiterais voir mise en place... mais ce n'est pas, tu l'as compris, une attaque ad hominem...

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.
Dwarf
Dwarf
Grand Maître

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Dwarf le Mar 15 Sep 2009 - 22:49
@MS a écrit:Merci Dwarf, de la part d'un LC, cela fait plaisir et montre un bel esprit d'ouverture que j'attendais en vain depuis que le sujet est lancé.

Beuh... Certes, mais disons surtout que prétendre le contraire est anti-humaniste! Je n'ai jamais prétendu qu'il était impossible à un LM de pouvoir enseigner le latin dans ces conditions (c'est à dire avec principaement un véritable intérêt dès l'origine), j'ai juste insisté sur certaines limites imposées par le cursus LM, qui n'incite pas forcément les étudiants (puis professeurs pour la plupart) LMs à franchir spontanément le pas en général.
avatar
MS
Neoprof expérimenté

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par MS le Mer 16 Sep 2009 - 7:20
Tout à fait d'accord avec vous deux.

_________________
Pas de deuxième année d'IUFM!
Emeraldia
Emeraldia
Érudit

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Emeraldia le Sam 11 Sep 2010 - 18:32
Je fais remonter ce post pour dire que non, décidément, on n'a pas le choix de refuser qd on est TZR... Je l'ai déjà fait, je me répète pour une affectation au CDI, je me suis pris une mise en demeure (menacée de gel de salaire et d'être virée dc) alors q je n'avais rien fait...
Là, on me claque trois heures de latin, je n'ai pas envie de l'enseigner, je l'ai dit au Rectorat qui m'a annoncé q c'était une décision des Inspecteurs...
Il ne ft pas tjs condamner les TZR qui se retrouvent bien seuls qd il s'agit de sanctions ou de Tribunal... Je m'en suis pris des vannes à ce sujet, y compris de la part des docs q je défendais...
Presse-purée
Presse-purée
Grand sage

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Presse-purée le Dim 12 Sep 2010 - 0:35
Merci Dwarf, de la part d'un LC, cela fait plaisir et montre un bel esprit d'ouverture que j'attendais en vain depuis que le sujet est lancé.

Si tu veux passer du côté obscur, sache qu'il existe un dispositif pour changer de matière.J'ai un ami LM qui est passé LC, par goût pour l'enseignement de la matière (il a halluciné lorsque je lui ai montré les ressources disponibles sur le net dans le cadre de l'enseignement du latin), par goût pour la civi et aussi un peu par intérêt. TZR depuis huit ans, il a enfin obtenu un poste fixe (loin de chez lui, mais il s'en fout, c'est FIXE).

La querelle de clocher LM/LC, c'est bon pour les années fac. Après, un LC qui sent le vent des boulets tirés sur les sections dans les établissements qu'il connaît est bien content de trouver du monde pour assurer la continuité de l'option, en transmettant, d'une manière ou d'une autre, le goût pour la matière et l'envie de la voir se perpétuer plus tard en devenant prof, archéologue, conservateur de musée, écrivain ou que sais-je encore.

_________________
Homines, dum docent, discunt.Sénèque, Epistulae Morales ad Lucilium VII, 8

"La culture est aussi une question de fierté, de rapport de soi à soi, d’esthétique, si l’on veut, en un mot de constitution du sujet humain." (Paul Veyne, La société romaine)
"Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres". La Boétie
"Confondre la culture et son appropriation inégalitaire du fait des conditions sociales : quelle erreur !" H. Pena-Ruiz
"Il vaut mieux qu'un élève sache tenir un balai plutôt qu'il ait été initié à la philosophie: c'est ça le socle commun" un IPR
*Ombre*
*Ombre*
Fidèle du forum

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par *Ombre* le Mar 8 Jan 2019 - 9:42
Je ne sais pas trop où poster pour vous faire part de notre situation étrange et de mes questions, aussi, je remonte ce fil.

Nous avons des heures de latin, enfin ce qu'il en reste après la dernière réforme, et une collègue de LC pour les assurer. Mais voilà, celle-ci n'en peut plus. Je ne lui jette pas la pierre, connaissant trop bien le sort fait à cette matière. Elle estime à raison qu'avec le peu d'heures qu'il lui reste, elle ne peut de toute façon plus faire du bon travail. Elle refuse, et c'est tout à son honneur, de réduire les LCA à un petit vernis ludique. Et depuis cette année, avec la réouverture des sections euros, elle vit une véritable hémorragie. Je vous la fais courte : des parents ont râlé que les règles du jeu ont changé en cours de route et ont obtenu, à force d'insistance, le départ de leur enfant au profit de cette section euro. Je vous laisse imaginer ce qui s'est produit une fois la brèche ouverte. Ma collègue est écoeurée. Je la comprends, je ne juge pas sa réaction, mais nous nous retrouvons dans une situation inédite : elle ne veut tout simplement plus enseigner le latin dans ces conditions, estimant que c'est devenu une imposture. Elle s'est disputée à ce sujet avec le CDE, déclarant tout net que l'an prochain, elle entendait faire tout son service en français et qu'elle ne demanderait pas de latin dans la DHG.

J'ai essayé d'en parler avec elle. Je trouve inimaginable que nous laissions disparaître cette option dans un établissement comme le nôtre. Quelle perte pour les élèves ! Pour le collège en général ! Quel nouveau creusement des inégalités ! C'est d'autant plus absurde que personne ne lui dispute ces heures, tout insuffisantes qu'elles soient. Étant au CA, je compte demander le maintien de l'option, cela me paraît fou de l'enterrer alors que, malgré toutes les avanies, elle tourne encore bien. Mais après ? Je ne veux pas entrer en conflit avec ma collègue, qui est une personne droite, loyale, courageuse, intelligente, ni la mettre dans une situation impossible.

Sur quoi une telle situation peut-elle déboucher ? Le CDE peut-il contraindre le professeur de LC à assurer l'enseignement du latin ? J'imagine que oui, mais du point de vue purement humain, est-ce vraiment souhaitable (question rhétorique) ? Quelle autre solution ? On ne va pas créer, j'imagine, un autre poste de LC alors qu'il en existe déjà un dans l'établissement et que le mien est sur la sellette. Il n'y a tout simplement pas d'heures.

D'ailleurs, le CDE est venu me voir pour me dire qu'il avait peut-être une proposition à me faire pour conserver mon poste. Ma collègue m'ayant fait part de leur discussion houleuse au sujet du latin, je vois venir gros comme une maison un truc qui m'effraie.

Avez-vos déjà rencontré une situation semblable ? Comment vous en êtes-vous sortis ? J'espère que ma collègue va reprendre du poil de la bête, une fois cette énième couleuvre digérée, mais rien ne garantit qu'elle changera d'avis.
Nicétas
Nicétas
Niveau 6

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Nicétas le Mar 8 Jan 2019 - 12:37
Du cadre juridique, je ne suis sûr de rien, en revanche... je comprends ta collègue et je pense comme elle. Je préfère que le latin disparaisse quand on n'a plus le droit de l'enseigner correctement. Je trouve sa décision normale. Si certains profs de LC ne faisaient pas du tort à la matière en acceptant (et en appréciant même) le tout-ludique, si comme elle, ils refusaient d'enseigner, enfin d'animer, de s'intégrer à cette mascarade générale qu'est l'enseignement au collège... Le latin est déjà mort, à peu près partout.

_________________
« Quand un discours naturel peint une passion ou un effet, on trouve dans soi-même la vérité de ce qu'on entend, laquelle on ne savait pas qu'elle y fût, en sorte qu'on est porté à aimer celui qui nous le fait sentir ; car il ne nous a pas fait montre de son bien, mais du nôtre ; et ainsi ce bienfait nous le rend aimable, outre que cette communauté d'intelligence que nous avons avec lui incline nécessairement le cœur à l'aimer. »
Pascal, Pensées
*Ombre*
*Ombre*
Fidèle du forum

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par *Ombre* le Mar 8 Jan 2019 - 13:04
Et donc on arrête tout l'an prochain, et les élèves de 5e et 4e qui ont commencé le latin et veulent continuer, on leur dit tant pis ?

C'est désespérant.
Elaïna
Elaïna
Esprit sacré

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Elaïna le Mar 8 Jan 2019 - 13:15
Pour te répondre rapidement. Une amie chartiste agrégée d'histoire, en l'absence de prof de LC, a assuré un enseignement de latin dans son lycée pendant plusieurs années. Et ça s'est très bien passé.
Donc oui je pense que tu peux le faire !

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
*Ombre*
*Ombre*
Fidèle du forum

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par *Ombre* le Mar 8 Jan 2019 - 13:33
Moi non. Mais il y a peut-être des ressources du côté des collègues d'HG, si vraiment ma collègue ne veut plus. Je n'y aurais pas pensé. Merci.
lemigou
lemigou
Niveau 6

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par lemigou le Mar 8 Jan 2019 - 17:46
A quel niveau de perversion est arrivé le système pour pousser des profs LC à bout au point qu'ils ne veuillent plus enseigner leur propre matière !! Tout cela est vraiment horrible... Je le sais pour avoir subi aussi cela... Tout mon soutien pour ta collègue Ombre.
*Ombre*
*Ombre*
Fidèle du forum

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par *Ombre* le Mar 8 Jan 2019 - 18:16
Oui, il y a là beaucoup de souffrance. J'ai de la peine pour ma collègue. Tout cela est absurde.
musa
musa
Fidèle du forum

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par musa le Mar 8 Jan 2019 - 18:19
C'est "marrant" parce que moi aussi parfois j'ai envie de laisser tomber. Avec ces histoires de classes euros, cette année, j'ai 5 élèves de latin en 5è alors que jusqu'ici j'avais une vingtaine d'élèves sans problèmes. Je suis à temps partiel et j'ai un emploi du temps tout pourri du genre 8h-9h / 15h30-16h30. Et avec le peu d'heures qu'on a, il est vraiment difficile de faire du bon travail. Bref, J'en ai touché un mot au chef la semaine avant les vacances et il a tenté de me dissuader.
Armide
Armide
Esprit éclairé

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Armide le Mar 8 Jan 2019 - 18:21
Je comprends tellement cette collègue !
Austrucheerrante
Austrucheerrante
Niveau 8

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Austrucheerrante le Mar 8 Jan 2019 - 18:23
Je comprends bien ta collègue, Ombre, étant moi-même dans une situation proche. Bon, pas au point de ne plus vouloir faire de latin l'an prochain, mais au point de 1) devoir toujours être en conflit avec mes élèves pour pouvoir simplement les faire travailler et leur faire faire du vrai latin en cours de latin, 2) en arriver au point où les heures de latin sont mes pires heures (en particulier avec ma classe de quatrième, où, à sept élèves, ils me pompent plus d'énergie que tous mes élèves de français réunis), et 3) conséquemment, craindre la saignée pour l'option l'an prochain.

Je n'ai pas vraiment de solution à apporter, juste qu'effectivement, si c'est comme ça, le latin peut très bien disparaître des programmes que je n'apporterai guère moins aux élèves.

Edit : eh bien, la mélancolie latine est semble-t-il un sentiment fort répandu Razz   Neutral

_________________
Spoiler:
"- Alors ? Pourquoi que tu veux l'être, institutrice ?
- Pour faire *** les mômes, répondit Zazie.  Ceux qu'auront mon âge dans dix ans, dans vingt ans, dans cinquante ans, dans cent ans, dans mille ans, toujours des gosses à emmerder.
- Eh bien, dit Gabriel.
- Je serai vache comme tout avec elles. Je leur ferai lécher le parquet. Je leur ferai manger l'éponge du tableau noir. Je leur enfoncerai des compas dans le derrière. Je leur botterai les fesses. Parce que je porterai des bottes. En hiver. Hautes comme ça (geste). Avec de grands éperons pour leur larder la chair du derche.
- Tu sais, dit Gabriel avec calme, d'après ce que disent les journaux, c'est pas du tout dans ce sens-là que s'oriente l'éducation moderne. C'est même tout le contraire. On va vers la douceur, la compréhension, la gentillesse."
Lefteris
Lefteris
Empereur

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Lefteris le Mar 8 Jan 2019 - 19:07
Les réformes ont en effet créé des situations impossibles, entre l’impossibilité d'enseigner, les horaires biscornus et différents d'un établissement à l'autre, les conflits éventuels sur la DHG. Le discours méprisant des autorités administratives a aussi fait beaucoup de mal : le latin n'est plus une matière, mais un enseignement de complément, au même rang que les guignolades qu'on voit fleurir. Ça conforte des élèves et des parents dans l'idée qu'on doit en faire un amusement permanent, avec chantage permanent à la fermeture dans certains établissements. Je comprends que certains ne veuillent plus l'enseigner dans ces conditions. Moi-même, je mets l'accent sur la langue , qui prend plus de place, puisque c'est la civilisation qui passe par le fenêtre avec les baisses horaires (sauf bien entendu l'histoire romaine, les institutions, nécessaires à la compréhension ds textes), et ça passe ou non. Je préfère dans l'absolu le latin au français, mais justement pour cette raison, je ne cèderai pas et advienne que pourra. Plutôt pas de latin qu'un pseudo enseignement digne d'un EPI ou de je ne sais quelle foutaise à la mode.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
*Ombre*
*Ombre*
Fidèle du forum

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par *Ombre* le Mar 8 Jan 2019 - 19:39
Je suis bien d'accord avec ce que tu dis, Lefteris.

Vos différents témoignages me dépriment. J'en viens à me demander si ça vaut vraiment la peine de demander encore du latin l'an prochain, sans prof de LC pour l'assurer. Pourtant, personne ne remet en cause l'option en elle-même. Et je pense à tous ces élèves encore contents d'étudier le latin (et connaissant ma collègue, elle fait VRAIMENT du latin, pas un EPI douteux avec de vagues bouts d'étymologie dedans).

J'espère que ce n'est pas à moi qu'on va tenter de refourguer les heures (parce que ça, je le vois bien venir, étant donné ma situation précaire), d'autant que j'ai beau tourner les choses dans tous les sens, je ne vois pas comment ça pourrait m'ajouter des heures sans en enlever à la collègue. Je ne vais pas lui piquer ses heures après tout ce qu'elle a enduré, encore moins devenir une prof de latin sans français, ce qui serait le comble pour une LM.
Nicétas
Nicétas
Niveau 6

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Nicétas le Mar 8 Jan 2019 - 21:02
Bon, j'avais réagi un peu fort pensant que d'autres LC nuanceraient mon propos, mais je vois que tout le monde est aussi déprimé que moi...

_________________
« Quand un discours naturel peint une passion ou un effet, on trouve dans soi-même la vérité de ce qu'on entend, laquelle on ne savait pas qu'elle y fût, en sorte qu'on est porté à aimer celui qui nous le fait sentir ; car il ne nous a pas fait montre de son bien, mais du nôtre ; et ainsi ce bienfait nous le rend aimable, outre que cette communauté d'intelligence que nous avons avec lui incline nécessairement le cœur à l'aimer. »
Pascal, Pensées
Lefteris
Lefteris
Empereur

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Lefteris le Mar 8 Jan 2019 - 21:21
@Nicétas a écrit:Bon, j'avais réagi un peu fort pensant que d'autres LC nuanceraient mon propos, mais je vois que tout le monde est aussi déprimé que moi...
Il n'y a plus beaucoup d'espoir de redressement je crois, en étant réaliste. Ils auront tous réussi à détruire ces matières honnies, et cela entraîne moins d'élèves, donc moins d'étudiants, donc moins d'enseignants, et ainsi de suite. La  palme revient à la réforme du collège première version, qui mettait purement et simplement fin, brutalement, aux langues anciennes (et l'aménagement n'aura été qu'une mise en survie artificielle).

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
Nicétas
Nicétas
Niveau 6

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Nicétas le Mar 8 Jan 2019 - 21:29
Je pensais tout de même que ma position en ferait bondir ! J’espérais, même, des contre-exemples.
Je ne sais pas trop ce que j'enseignerai dans 20 ans, et je n'aurai même pas 45 ans. ça fait un peu peur.

_________________
« Quand un discours naturel peint une passion ou un effet, on trouve dans soi-même la vérité de ce qu'on entend, laquelle on ne savait pas qu'elle y fût, en sorte qu'on est porté à aimer celui qui nous le fait sentir ; car il ne nous a pas fait montre de son bien, mais du nôtre ; et ainsi ce bienfait nous le rend aimable, outre que cette communauté d'intelligence que nous avons avec lui incline nécessairement le cœur à l'aimer. »
Pascal, Pensées
Lefteris
Lefteris
Empereur

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Lefteris le Mar 8 Jan 2019 - 21:32
@Nicétas a écrit:Je pensais tout de même que ma position en ferait bondir ! J’espérais, même, des contre-exemples.
Je ne sais pas trop ce que j'enseignerai dans 20 ans, et je n'aurai même pas 45 ans. ça fait un peu peur.
Du français :  ceux qui restent seront professeurs de français (le but de la destruction était de récupérer des heures-postes en français) , tandis qu'il y aura de moins en moins d'entrants, et même un jour plus du tout. Dans vingt ans, tu seras un fossile , un professeur de français ayant fait du latin et du grec.  Et encore en français, tu n'enseigneras peut-être plus de littérature, jugée elle aussi inutile.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble". La stratégie du puzzle, expliquée sans détours par F. Robine.

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet
Nicétas
Nicétas
Niveau 6

latin pour une prof de lettres modernes - Page 10 Empty Re: latin pour une prof de lettres modernes

par Nicétas le Mar 8 Jan 2019 - 21:41
C'est gentil de me prédire mon avenir gratuitement ! Je le vois à peu près comme ça aussi, heureusement que j'ai d'autres choses à côté. Et avec l'agreg, c'est quand même une sécurité de plus je pense, non ?

_________________
« Quand un discours naturel peint une passion ou un effet, on trouve dans soi-même la vérité de ce qu'on entend, laquelle on ne savait pas qu'elle y fût, en sorte qu'on est porté à aimer celui qui nous le fait sentir ; car il ne nous a pas fait montre de son bien, mais du nôtre ; et ainsi ce bienfait nous le rend aimable, outre que cette communauté d'intelligence que nous avons avec lui incline nécessairement le cœur à l'aimer. »
Pascal, Pensées
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum