Quand la classe est amorphe...

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Dwarf le Mer 16 Sep 2009 - 0:33

L'an dernier : la pire classe dans le genre que j'aie jamais eu. Une année de perdu, potentiellement. J'ai eu beau TOUT essayer, que dalle.

Deux conseils:
- interroger les élèves directement
- ne pas accepter leur "je ne sais pas" qui sont en fait des "je ne veux pas savoir"

Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Daphné le Mer 16 Sep 2009 - 8:06

Je vous laisse imaginer le bonheur quand on a ça en LV !!
Une année j'ai eu une classe dont je n'ai pu sortir ni yes ni no, brillants à l'écrit mais impossible de leur faire sortir un mot !!
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Mermoz le Mer 16 Sep 2009 - 9:31

@Dwarf a écrit:L'an dernier : la pire classe dans le genre que j'aie jamais eu. Une année de perdu, potentiellement. J'ai eu beau TOUT essayer, que dalle.

Deux conseils:
- interroger les élèves directement
- ne pas accepter leur "je ne sais pas" qui sont en fait des "je ne veux pas savoir"
Oui, dès le début d'année et tout au long de l'année, quand je pose une question vraiment facile, je ne lâche pas le gamin à qui je la pose et qui baisse juste la tête en attendant que je passe à une autre victime (je sais, je l'ai fait en allemand dans ma jeunesse)... En règle général, j'annonce à ceux qui lèvent la main de façon désespérée "je suis comme le vautour, une fois que j'ai repéré une proie, je ne la lâche plus" (bon, je n'entre pas dans les détails comme quoi c'est juste une réputation pour les vautours qui ne sont en fait que des charognards)... du coup, c'est tjs une épreuve de force, entre le gamin choisi et moi, je le titille jusqu'à ce qu'il finisse par chercher (ce qu'il fait au bout d'un moment quand il voit que les autres finissent par s'énerver et que je leur colle des punitions) et qu'il trouve... En règle général, un coup ou deux suffit, une fois que certains sont passés par là (ils ont quand même la honte auprès des autres à ne pas répondre pour un truc évident), les autres évitent de se retrouver à leur place... Donc ils répondent trèèèèès vite après!

_________________
De même que Louis Pasteur inventa la pasteurisation, c'est à Jean-Pierre Démoral que nous devons la démoralisation, et je dis bravo. Jean-Pierre Démoral commença humblement ses expériences sur sa logeuse, Mme Brouchard, qu'il démoralisa le 12 Septembre 1847.
Concierge : Y fait beau.
Démoral : Ca va pas durer.
Concierge : Je suis démoralisée.
avatar
Mermoz
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Dwarf le Mer 16 Sep 2009 - 10:08

CQFD! Mais on peut aussi tomber sur des champions du monde quand la mauvais alchimie d'une classe rend tout cela vain (rare mais possible)

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu
avatar
Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Adri le Mer 16 Sep 2009 - 11:19

Tu annonces que tu donnes une note d'oral, que tout le monde doit participer (tu mets des petits bâtons), et tu leur suggères qu'il vaut mieux qu'ils lèvent la main pour répondre à une question très facile à laquelle ils savent répondre (où qu'ils se portent volontaires pour lire) que de se faire interroger et de rester sec.
Si leur cas n'est pas complètement désespéré, certains vont lever la main pour les trucs faciles, pour gagner des bâtons et la dynamique sera lancée ...
Après, tu mets un petit coef à la note...

Les bâtons, c'est fastidieux, mais avec certains ça marche.
avatar
Adri
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Esméralda le Mer 16 Sep 2009 - 16:04

Et que fais-tu Dwarf de ceux qui, comme tu dis lâchent des " je sais pas" qui sonnent comme " je ne veux pas savoir" ( ou m'en fous...) ? J'ai râlé sur mes petits 6ème parce que j'avais entendu un "je sais pas" hier quand j'ai posé une question trèèès simple qui sentait la mauvaise foi ...
avatar
Esméralda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Dwarf le Mer 16 Sep 2009 - 16:27

Comme toujours : je leur donne les enjeux du savoir dans le monde moderne. S'ils veulent être les suiveurs ou les décideurs!

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu
avatar
Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par doctor who le Mer 16 Sep 2009 - 16:35

Et bien, Dwarf, c'est raide comme philosophie !
avatar
doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Sylvia le Mer 16 Sep 2009 - 16:37

@Dwarf a écrit:Comme toujours : je leur donne les enjeux du savoir dans le monde moderne. S'ils veulent être les suiveurs ou les décideurs!
Ce que je fais également, mais cela reste vide de sens pour certains...
avatar
Sylvia
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Dwarf le Mer 16 Sep 2009 - 21:01

@doctor who a écrit:Et bien, Dwarf, c'est raide comme philosophie !

Personnellement je suis humaniste et récuse ce modèle de société, mais va parler de la gratuité du savoir à des élèves qui ne marchent - ainsi que leurs parents - qu'à la carotte et au bâton! Cette dialectique effectivement simpliste (et libérale dans l'âme, quand on y songe un peu) a au moins l'avantage de les secouer un minimum alors que mes anciens beaux discours d'héritier de la Renaissance ne marchaient qu'avec les élèves qui y étaient DEJA sensibles à l'origine. Je fais preuve de pragmatisme, c'est tout.

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu
avatar
Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Vipère le Lun 16 Oct 2017 - 20:28

Bonsoir à tous,

Je relance ce sujet car je suis confrontée pour la première fois à une vraie classe amorphe... c'est ma troisième année et c'est la première fois que je vois ça. Je n'ai pas l'impression de faire des cours chiants, je me base toujours sur des exemples concrets, je fais des blagues, et ma discipline (la philo) m'autorise à traiter des tas de choses qui intéressent normalement les ado. L'année dernière, j'ai passé une super année avec des classes très investies, bref, le pied. Et cette année, je découvre un vrai OVNI... une terminale ES, dont je me réjouissais du sérieux au début: pas un chuchotis de bavardage, prise de note impeccable, cours bien appris, rien à redire. Mais au fil des semaines, je découvre aussi le revers de la médaille: c'est une classe totalement éteinte. Certains bons élèves ont littéralement les yeux dans le vide quand je parle. J'ai de la participation, mais c'est une participation totalement scolaire (genre quand je pose une question qui fait référence au cours précédent, les élèves sérieux vont lever la main pour donner la "bonne réponse") mais aucune participation spontanée, et encore moins de discussion qui s'engage entre les élèves. Même quand je les ai en demi groupes, j'ai cette ambiance là... et je le vis finalement assez mal. Je suis angoissée pendant ces heures là parce que j'ai l'impression de parler toute seule, et une partie de ma progression est calculée sur les objections que ne manquent pas de faire en général les élèves, or là, je n'ai rien.. juste une écoute polie et totalement passive. Quand je les fais travailler en groupe c'est un peu mieux, mais à peine. Du coup je suis vraiment désemparée et je ne sais pas comment aborder ces heures là... Je prends tous les conseils, je vais commencer à appliquer ceux que j'ai lus plus haut d'ailleurs.

Merci pour votre aide éventuelle!
avatar
Vipère
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par capucine42 le Lun 16 Oct 2017 - 20:57

Vipère, je ne vais pas t'aider car j'ai majoritairement eu ce genre de classe au lycée dans ma carrière et ça me convient plutôt bien. Ce sont souvent des élèves qui progressent et réussissent bien, à l'écrit comme à l'oral. C'est sûr que ça te demande de toujours alimenter le cours...Mais bon, est-ce si grave?

_________________
Age des enfants
avatar
capucine42
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Vipère le Lun 16 Oct 2017 - 21:04

Perso ça m'embête quand même beaucoup. Déjà parce que mes cours sont conçus pour se dérouler de manière interactive, et que sans apport de la part des élèves, eh bien c'est toute la progression qui pâtit... et d'autre part, parce que l'absence totale d'investissement pose quand même problème sur le long terme. Je peux leur présenter des thèses philosophiques aberrantes pour les faire réfléchir, et ils ne vont pas ciller mais se contenter de noter consciencieusement... ça me rend folle! Peut-être qu'il faut juste que je m'habitue...
avatar
Vipère
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par capucine42 le Lun 16 Oct 2017 - 21:12

Je ne sais pas. Si j'avais construit des progressions sur les objections des élèves, je n'aurais pas progressé beaucoup mais on n'est pas dans la même matière. Et de manière tout à fait personnelle, je préfère les classes dans la retenue. Maintenant comme toi, il m'est arrivé d'en avoir marre de l'absence de réaction de certaines classes mais j'ai toujours géré ça en les faisant beaucoup préparer leurs réponses à l'écrit avant et en mettant une note de participation après leur lecture des travaux écrits. Au final, je trouve que ça leur a plus rendu service qu'une participation désordonnée et des bavardages entre eux, même sur le sujet du cours- Mais ce n'est pas au goût du jour et on m'a souvent dit que ma gestion de classe était trop forte- ce que je veux dire, c'est qu'on peut survivre à une classe très scolaire et peu participative quand-même.

_________________
Age des enfants
avatar
capucine42
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Dadoo33 le Mar 17 Oct 2017 - 0:03

Vipère, je crois que tu es tombée sur la classe de « consommateur »,
ceux qui viennent prendre le cours. Sleep
Je suis comme toi. Je préfère les classes réactives.

Tu peux tester la méthode des notes orales de Capucine. Si ça ne marche pas, je te souhaite bon courage.
J’avais une classe de tle S comme la tienne qui, au début, m’a déstabilisée. Ils faisaient le travail en classe et à la maison. Cependant, très peu participait. La carotte « note de participation » était inutile.
J’ai fini par renoncer et faire du magistral/dialogué. J’échangeais beaucoup avec eux lors des corrections des DST. Ils n’hésitaient pas à m’interpeller. J’ai compris que c’était leur mode de fonctionnement et que c’était moi qui me prenait le chou. J’ai passé une excellente année.
Je crois que parfois il ne faut pas forcer. S’ils font le boulot, notent le cours et ne parlent pas, que demander de plus? Conseil de ma tutrice que j’ai trouvé fort judicieux.

avatar
Dadoo33
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par capucine42 le Mar 17 Oct 2017 - 14:46

Disons que mes notes d'oral ne peuvent pas ne pas marcher parce que de toute façon, au terme du temps imparti, j'interroge et je note. S'il n'y a rien, c'est 0 mais avec une classe sérieuse, il y a toujours quelque chose, et de bonne qualité souvent. Attention, ça ne rend pas une classe amorphe réactive, mais au moins il y a un échange, le cours avance. Je suis plutôt de l'avais de ta tutrice Dadoo.

_________________
Age des enfants
avatar
capucine42
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par JPhMM le Mar 17 Oct 2017 - 14:50

Fais du théâtre.
Arrange-toi avec un élève.
Fais semblant de le pourrir pour avoir parlé.
Sois ignoble avec lui (comédie organisée avec lui). Que ce soit scandaleux.
Attends les réactions. Leurs révoltes. Qu'ils bougent, enfin.
Et une fois que la comédie a été dévoilée, commence un cours sur la justice.

PS : je ne sais même plus si le message ci-dessus est du premier ou second degré. Les classes amorphes m'épuisent aussi.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke
avatar
JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par jonjon71 le Mar 17 Oct 2017 - 14:56

@Sylvia a écrit:Comment faites-vous pour dynamiser votre classe? J'en ai  assez que ce soit toujours les mêmes qui répondent aux questions posées. J'ai beau interroger les autres, les "muets", j'ai souvent droit à deux mots comme réponse ou à un "Je ne sais pas" ou à du silence. Du coup, je me retourne à nouveau vers les quatre ou cinq qui agitent frénétiquement le doigt depuis le début de l'heure car autrement c'est la moitié seulement du travail prévu en séance qui est faite. J'avoue que cela m'enerve de plus en plus. Les motivés s'ennnuient (et moi aussi!!), les autres sont de pauvres spectateurs n'attendant qu'une seule chose: la fin du cours.

Au moins, tu as 4 ou 5 élèves qui participent et qui dynamisent le cours. J'ai connu une classe de 3e où 0 élève participait, vraiment aucun ne levait le main même pour des questions simples.

Au bout d'un certain temps, je crois que je finirais par abandonner et par me focaliser sur ces 4 ou 5 élèves. Après tout, s'investir en participant permet aux élèves de mieux progresser. Autant le permettre aux élèves motivés.
avatar
jonjon71
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par 288 le Mar 17 Oct 2017 - 15:10

@Vipère a écrit:ma discipline (la philo) m'autorise à traiter des tas de choses qui intéressent normalement les ado
Tu sais, quand j'étais en TL, j'avais 8 heures de philo par semaine, je ne me rappelle pas avoir jamais participé et pourtant, je notais tout, j'étais absorbé par le cours de mon professeur qui pratiquait le magistral intégral - il s'indignait après tel philosophe, raillait tel autre - et j'étais bien plus stimulé qu'en cours d'anglais où j'étais invité à tchatcher sans cesse. Je n'oublierai jamais ces cours.
avatar
288
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par laMiss le Mar 17 Oct 2017 - 19:18

@Vipère a écrit:Perso ça m'embête quand même beaucoup. Déjà parce que mes cours sont conçus pour se dérouler de manière interactive, et que sans apport de la part des élèves, eh bien c'est toute la progression qui pâtit... et d'autre part, parce que l'absence totale d'investissement pose quand même problème sur le long terme. Je peux leur présenter des thèses philosophiques aberrantes pour les faire réfléchir, et ils ne vont pas ciller mais se contenter de noter consciencieusement... ça me rend folle! Peut-être qu'il faut juste que je m'habitue...

Ce n'est peut-être pas l'idée du siècle, mais quand tu attends une réaction de leur part, essaye peut-être de les faire repasser par l'écrit en leur posant une question simple, genre "Etes-vous d'accord ou pas avec cette thèse ? Pourquoi ?" ou "Dans quelle situation cette thèse peut-elle s'appliquer (ou non) ?" : tout le monde a l'obligation de réfléchir et d'écrire sa réflexion. Ensuite, tu tentes de leur faire lire ce qu'ils ont écrit.
Certains ont besoin d'écrire pour réfléchir.
Certes, cela va couper la dynamique orale et la spontanéité. Mais comme il n'y en a pas...Very Happy

_________________
Faut lui laisser sa chance ! Jusque là tout va bien ...

laMiss
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par capucine42 le Mar 17 Oct 2017 - 19:24

@288 a écrit:
@Vipère a écrit:ma discipline (la philo) m'autorise à traiter des tas de choses qui intéressent normalement les ado
Tu sais, quand j'étais en TL, j'avais 8 heures de philo par semaine, je ne me rappelle pas avoir jamais participé et pourtant, je notais tout, j'étais absorbé par le cours de mon professeur qui pratiquait le magistral intégral - il s'indignait après tel philosophe, raillait tel autre - et j'étais bien plus stimulé qu'en cours d'anglais où j'étais invité à tchatcher sans cesse. Je n'oublierai jamais ces cours.
Ça fait du bien de lire ce genre de choses. C'est totalement suranné et pourtant tellement vrai à mon sens...

_________________
Age des enfants
avatar
capucine42
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par Fesseur Pro le Mar 17 Oct 2017 - 19:46

+ 1
Vive le magistral !

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
avatar
Fesseur Pro
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand la classe est amorphe...

Message par capucine42 le Mar 17 Oct 2017 - 21:04

En tout cas, moi qui ai vraiment trouvé satisfaction à prendre en notes de bons cours magistraux et plutôt moins aimé les ambiances où chacun était amené à dire son mot sur tel ou tel sujet sans réel travail de fond derrière, je m'aperçois que j'ai souvent des classes peu participatives avec des élèves pourtant plutôt impliqués, quelque part, on doit reproduire ce qu'on a vécu.
J'ai au contraire des collègues qui aiment que ça fuse dans tous les sens et qui sont même angoissés par le silence alors que pour moi, silence =concentration. C'est amusant. Ça dépend vraiment des gens.

_________________
Age des enfants
avatar
capucine42
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum