Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par jehanne le Lun 2 Nov 2009 - 8:58

[quote="Abraxas"]
@V.Marchais a écrit: Le Guillou, qui aurait dû soutenir son ministre (il est lui-m^me membre de l'UMP…) a joué contre lui, rien que pour assurer sa réélection de doyen.

Est-ce que quelqu'un pourrait m'expliquer pourquoi LG reste si longtemps doyen ? (il me semble qu'avant, ça tournait beaucoup plus rapidement, et je croyais même que c'était la règle...). D'ailleurs, quel avantage y a-t-il à être doyen de l'IG?

jehanne
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Abraxas le Lun 2 Nov 2009 - 9:02

C'est honorifique.
Et non, ça ne tournait pas plus vite avant. Catherine Weinland l'est restée longtemps — et elle en a profité pour recruter ses créatures (Harmand, Jordi, etc.), et imposer une ligne intensément pédagogiste à toute l'EN — via les programmes, sur lesquels l'IG a plus ou moins la haute main.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Thalie le Lun 2 Nov 2009 - 9:20

Pour en revenir au socle, croyez-vous que l'évaluation binaire des compétences va vraiment être mise en place ?
Cela me choque profondément et je me vois mal passer mon temps à cocher des cases au lieu de préparer mes cours.
Faudra-t-il, là encore, entrer en rébellion ?

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Invité23 le Lun 2 Nov 2009 - 9:59

Mon inspecteur a transmis la même bonne parole que Yolatengo : vu que les documents d'accompagnement n'ont pas changé, c'est qu'ils sont encore valables (non, non, ils ne sont pas rendus obsolètes par les nouveaux programmes et non, non, ils ne sont pas que des conseils, un commentaire de la loi ; ils sont LA LOI [tiens, ça me rappelle quelque chose, ça]).
Et croire que nous pouvons faire de la grammaire décrochée serait une grave erreur !

Invité23
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par V.Marchais le Lun 2 Nov 2009 - 10:03

Vous lui avez répondu, j'espère, que c'était faux et que les documents d'accompagnement n'ont aucune valeur officielle ?

RESISTEZ !

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par MS le Lun 2 Nov 2009 - 10:04

Les documents d'accompagnement encore valables? C'est une plaisanterie. Notre IPR ne nous a rien dit de tel, juste qu'il n'y aurait pas de nouveaux documents d'accompagnement, à nous de nous débrouiller. Cela vient du fait que dans le groupe de travail, il y avait deux clans très antagonistes, donc les programmes sont flous pour ménager Pierre et Paul. Maintenant à chacun de savoir dans quel camp se situe son IPR , à chacun de préparer sa contre-attaque au cas où.
Cette année il est prévu que l'IPR vienne inspecter ma jeune collègue, j'ai prévenu le CDE que je souhaitais rencontrer l'IPR car j'ai beaucoup de questions à poser, la première étant dans quel camp il se situe, il a fait partie du groupe de travail.

_________________
Pas de deuxième année d'IUFM!

MS
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Abraxas le Lun 2 Nov 2009 - 10:07

@Thalie a écrit:Pour en revenir au socle, croyez-vous que l'évaluation binaire des compétences va vraiment être mise en place ?
Cela me choque profondément et je me vois mal passer mon temps à cocher des cases au lieu de préparer mes cours.
Faudra-t-il, là encore, entrer en rébellion ?

La réponse est oui à toutes les questions.
Comme dit Véronique : Résistez !

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Celeborn le Lun 2 Nov 2009 - 12:03

Excellents documents ! On rêverait (en tous les cas, moi, j'en rêve) d'un manuel de grammaire fait sur ce modèle, reprenant le fonctionnement de la leçon sur le pronom relatif pour l'ensemble des points grammaticaux !

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par V.Marchais le Lun 2 Nov 2009 - 12:10

Eh ! Eh ! Tes désirs vont être satisfaits, Celeborn : Terre des Lettres s'enrichit, à partir du volume de 5e, à la demande générale, d'une partie grammaire. Certes, ce n'est pas Cécile qui y travaille mais j'ai été formée à son école...
C'était la page publicité.
Oui, je sais, je suis incorrigible.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Amaliah le Lun 2 Nov 2009 - 12:39

J'ai hâte de voir le Terre des lettres avec de la grammaire. Dans mon collège mes collègues l'avaient écarté d'emblée pour cette raison et je n'avais pas pu lutter... Je suis impatiente et encore plus pour les 4° et 3°!
Bon travail Véronique!

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par MS le Lun 2 Nov 2009 - 13:41

Une petite question pour Véronique : d'après ce que tu dis, tu n'es pas en odeur de sainteté auprès des corps d'inspection, comment as-tu été choisie par Nathan? Les éditeurs sont donc totalement indépendants? Excuse mon ignorance dans ce domaine.

_________________
Pas de deuxième année d'IUFM!

MS
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Abraxas le Lun 2 Nov 2009 - 14:34

Pardon de répondre à sa place : il suffit en fait que le projet soit crédible. Les éditeurs savent depuis longtemps que tout ce qui vient de l'IG n'est pas forcément d'or — ne serait-ce que parce que ce sont les profs qui choisissent, pas les IPR. Et souvent contre la pression des IPR. Même que c'est comme ça que l'on évolue.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par chevrefeuille le Lun 2 Nov 2009 - 18:33

Bonjour
Je suis néotitulaire et j'ai l'impression que les nouveaux programmes, et l'enseignement de la grammaire en particulier, sont des sujets vraiment épineux. Depuis que je ne suis plus à l'iufm je fais des des leçons de grammaire qui n'ont rien à voir avec les textes des "séquences", et cela semble fonctionner - en particulier l'analyse logique au tableau rassure les élèves et permet de bien détailler les choses. Cela prend parfois beaucoup de temps (je suis en zep et mes élèves ne savent pour certains pas reconnaître un verbe) mais je ne considère pas cela comme du temps perdu. Pourtant je n'ai pas de 6ème et je ne suis donc pas sensée faire de la grammaire de manière autonome.
Je ne comprends pas la virulence de certains, inspecteurs ou professeurs iufm car après l'essentiel n'est-il pas que les élèves progressent? Comment réagir en cas d'inspection?
Cette année je ne me suis pas syndiquée au SNES car si je suis d'accord avec eux pour ce qui est "social", je suis choquée par leur conception de la didactique du français. Je trouve les programmes de 1996 catastrophiques. Y a-t-il un syndicat qui respecterait, par exemple, l'opinion de Mme Revéret?
Merci!

chevrefeuille
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Y@nn le Lun 2 Nov 2009 - 19:04

Je trouve les programmes de 1996 catastrophiques.

Carrément ! Mais pourquoi ?

Quant à l'enseignement de la grammaire, c'est un sujet délicat. Certains auraient prétendu qu'il ne fallait plus en faire... Or il me semble que personne n'a jamais cessé d'en faire. J'aurais tendance également à penser que personne n'a jamais demandé de ne pas en faire, que c'était un malentendu...

Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par MS le Lun 2 Nov 2009 - 19:23

Chèvrefeuille, tu étais stagiaire l'an dernier et l'IUFM travaillait encore sur les programmes de 1996? Non, quand même pas, dis-moi que j'ai mal compris.

_________________
Pas de deuxième année d'IUFM!

MS
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par V.Marchais le Lun 2 Nov 2009 - 20:58

@Y@nn a écrit:
Je trouve les programmes de 1996 catastrophiques.

Carrément ! Mais pourquoi ?

Quant à l'enseignement de la grammaire, c'est un sujet délicat. Certains auraient prétendu qu'il ne fallait plus en faire... Or il me semble que personne n'a jamais cessé d'en faire. J'aurais tendance également à penser que personne n'a jamais demandé de ne pas en faire, que c'était un malentendu...

Les programmes de 1996 rendaient obligatoire le travail en séquence. Cela seul devrait suffire à les discréditer : ils vont à l'encontre de la liberté pédagogique des professeurs, inscrite dans la loi.
Par ailleurs, vous dites que personne n'a cessé de faire de la grammaire. Eh bien je vous renvoie à mon post précédent sur ce même fil : cela dépend de ce que l'on appelle grammaire. Tous ceux qui, au lieu de s'en tenir au catéchisme des IPR, se sont donné la peine de tester par eux-mêmes différentes méthodes (progression grammaticale subordonnée à la progression des séquences et progression grammaticale autonome) constatent une plus grande efficacité de la grammaire "décrochée". Elle seule permet une progression suffisamment rigoureuse et un réinvestissement permanent des notions étudiées, seul garant de leur fixation en mémoire.
Enfin, les programmes de 1996 avaient remplacé l'étude des textes par celle des discours, ce qui n'est tout de même pas la même chose. Une collègue disait sur ce fil qu'il ne fallait pa exagérer, que les professeurs de lettres n'avaient jamais renoncé à s'intéresser au sens ni aux émotions des textes ; mais il faut bien reconnaître que, lorsqu'on s'enquillait à la chaîne, à cause des programmes de 1996, des portraits de personnages dont les élèves ne savaient rien, ne connaissaient même pas les aventures, ou des descriptions les unes à la suite des autres, tirées de tout contexte, ou que l'on réduisait les palpitants romans de Jules Verne à l'explicatif (pauvre Jules, comme on l'a massacré pendant plus de dix ans !), c'était bien difficile. Ces programmes ont encouragé les approches les plus techniques et les plus asséchantes de la littérature. Feuilletez les manuels de cette époque : aucune question sur le sens littéral du texte, aucune reformulation de l'intrigue ni de ses ressorts, aucun arrêt sur les sentiments des personnages, leurs motivations, bref, tout ce qui fait de la littérature une mise en forme inégalable de l'expérience humaine. Et l'on ne comprend pas pourquoi les élèves se sont désintéressés du Français, pourquoi on a vidé la filière littéraire ! Quel gâchis !
Nous voilà enfin libérés des discours, prêts à nous intéresser aux textes littéraires : alléluïa !
Ne laissons pas quelques IPR forcenés nous imposer malgré cela une resucée indigeste de ces programmes nauséabonds.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Y@nn le Lun 2 Nov 2009 - 21:53

Ça a l'air ultrapolémique cette discussion !
Bon, allons-y franchement alors.
Je les aime bien ces programmes. Vous pouvez les trouver nauséabonds, mais je les aime bien. Évidemment, ils ont des défauts que leur âge rend d'autant plus évidents.
On peut les relire à la lumière de l'expérience ou encore, comme vous le faites, à la lumière des manuels. Alors on constate des dérives, mais ce ne sont pas, je crois, les dérives des programmes, mais desdits manuels ou encore peut-être de certains enseignants ou IPR.

La notion de discours est problématique. Elle suscite bien des erreurs, et je comprends qu'on soit satisfait de son abandon.

Quant à la notion de séquence, elle venait battre en brèche une pratique qui cloisonnait arbitrairement grammaire, analyse de texte, etc. Cela ne m'a jamais paru méphitique. Pas besoin d'entamer des louanges à dieu :-)

Au reste, les modifications apportées par les nouveaux programmes sont bien minces, et me semblent une relecture faite par le gouvernement actuel qui souhaite corriger politiquement ce qui les chagrinait, mais je peux me tromper, ce n'est qu'un sentiment, une impression.

La liberté pédagogique... l’enseignant l’a toujours prise, le texte du BO restant lettre morte tant qu’il ne lui agréait pas. Alors l’ériger en loi, c’est avant tout dire : débrouillez-vous (pas de documents d’accompagnement).

Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par V.Marchais le Lun 2 Nov 2009 - 21:59

@MS a écrit:Une petite question pour Véronique : d'après ce que tu dis, tu n'es pas en odeur de sainteté auprès des corps d'inspection, comment as-tu été choisie par Nathan? Les éditeurs sont donc totalement indépendants? Excuse mon ignorance dans ce domaine.

Oui, MS, les éditeurs sont indépendants. Ils ont un cahier des charges, évidemment (obligation de respecter les programmes en vigueur, de se conformer aux principes de la Républiques, etc.), mais dans ce cadre, ils sont souverains, et leur seul critère, c'est le chiffre de vente. J'ai refusé de signer avec un autre éditeur parce que celui-ci voulait absolument me faire faire du "Fleurs d'encre" parce que "Fleurs d'encre", c'est ce qui marche. Nathan a cru en ma volonté de renouveler l'approche des textes littéraires. J'ai su les convaincre qu'il y avait une attente de ce côté-là et qu'on n'était pas obligé de refaire du "Fleurs d'encre", justement. Le pari est gagné. J'ai eu plus de mal à les convaincre qu'on pouvait aussi renouveler l'enseignement de la grammaire, loin du bazar des séquences et de la grammaire distributive. Mais ça y est, les filles et moi avons emporté le morceau : nous allons pouvoir présenter la grammaire à notre manière et ça, ça fait plaisir.
Il faut bosser, présenter son approche - ça passe ou non.

C'est un boulot éreintant mais passionnant - et à propos des IPR, j'avoue que l'idée d'accueillir la mienne, lors de sa prochaine dragonnade, avec MON manuel, c'est un plaisir de fin gourmet... (rien que pour cela, je baise les mains de *** qui m'a poussée à m'y mettre - tiens, vous avez voulu rester discret pour une fois ?)

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par V.Marchais le Lun 2 Nov 2009 - 22:12

@Y@nn a écrit:
Au reste, les modifications apportées par les nouveaux programmes sont bien minces

- Fin de la séquence obligatoire ;
- Disparition du "discours au coeur des programmes" en littérature comme en grammaire ;
- Obligation d'en revenir à la leçon de grammaire ;
- Remise à l'honneur du vocabulaire, délaissé pendant des années...

Rien que ça, je trouve ça assez substantiel.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Reine Margot le Lun 2 Nov 2009 - 22:13

La séquence n'est plus obligatoire mais elle 'nest pas non plus interdite et reste largement pratiquée (j'avoue, c'est mon cas)

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par V.Marchais le Lun 2 Nov 2009 - 22:25

Nous sommes d'accord, Marquise. Vive la liberté !

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par Thalie le Mar 3 Nov 2009 - 1:47

Hé bien moi, je suis enchantée de ces nouveaux programmes mais pour autant je ne jette pas au feu ceux de 96. Il y avait des choses intéressantes à prendre et à garder. Par ex, l'enseignement chronologique des textes en relation avec le programme d'Histoire.
L'enseignement en séquences pratiqué avec beaucoup de raison et d'intelligence est bien intéressant (surtout pour le professeur qui admire tous les liens et les passerelles qu'il a crées, il me semble succes ). J'y étais très à l'aise et je faisais de vrais cours de grammaire décrochés MAIS je n'avais pas de progression grammaticale et donc je ne revenais jamais sur ce qui avait été fait et qui n'était pas franchement acquis cqfd je n'avais pas de progression intelligente.
Ainsi, pour moi, l'idéal est de prendre des deux et de les croiser avec intelligence.
En début d'année par exemple, installer les natures de mots, les modes et les temps etc. Je ne vois pas comment je peux le relier à mes études de textes.
Bref, cette année mes deux progressions parallèles me ravissent et quand elles se croisent, j'en suis enchantée mais je ne cours pas après. flower
D'ailleurs, je me souviens d'un manuel très moderne, il me semble, dans ces approches grammaticales (cela ne me conviendrait plus vraiment) qui prônait une vraie progression grammaticale qui induirait la progression littéraire, il s'agit du M.A.G. chez Didier, vous connaissez ?

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par V.Marchais le Mar 3 Nov 2009 - 7:22

Mais Thalie, tous les professeurs qui travaillent en "grammaire décrochée" se réjouissent comme toi des liens qu'ils peuvent établir entre leurs deux progressions, et ces liens sont d'ailleurs incessants. Il ne faut pas tomber dans la caricature du cours cloisonné : cela n'existe pas. Refuser le dogme de la séquence, ce n'est pas s'interdire ces liens, tout naturels, c'est refuser d'en faire une obligation immédiate (on peut faire un cours décroché sur le COD et réinvestir cette notion dans les texte peu après), c'est refuser de faire prévaloir le lien entre les cours sur les cours eux-mêmes. Tu dis : "cette année mes deux progressions parallèles me ravissent et quand
elles se croisent, j'en suis enchantée mais je ne cours pas après." Mais justement, ce que je reproche aux programmes de 1996, c'est qu'ils nous obligeaient à courir après. Ca, c'est intolérable.

Par contre, je suis d'accord avec toi sur la critique du remaniement de la chronologie. Le programme de 5e est devenu beaucoup trop lourd eu égard à nos pauvres 4 heures officielles, quant à celui de 3e, je me demande bien quelles oeuvres patrimoniales du XXIe siècle je vais pouvoir proposer à mes élèves. Vous en connaissez beaucoup, vous ? Mais justement, ce remaniement a été fait pour coller davantage au programme d'Histoire : le siècle de Louis XIV est passé en 5e et le programme de 4e commence désormais avec "les révolutions en Europe au XVIIIe et au XIXe siècle" (sic); par ailleurs, le XIXe, qui était au programme de 3e en Français (et c'est chouette de pouvoir étudier Balzac ou Zola avec des élèves un peu matures) n'a jamais été au programme d'Histoire, lequel commençait avec la première Guerre Mondiale. Là encore, on prouve qu'à vouloir trop systématiser le décloisonnement (Français / Histoire), on fait des bêtises.

Les nouveaux programmes ne sont pas parfaits, ce n'est pas mon propos. Je ne me remets pas de la disparition des Lumières. Et si on se penche de près sur les progressions grammaticales, il y a beaucoup à redire (il y en a beaucoup parmi vous qui étudient la proposition subordonnée interrogative avant le discours indirect ?). Mais ceux qui critiquent ces nouveaux programmes en se proclamant "Résistants" (voir l'article d'Abraxas sur le sujet) ont pour projet de les faire disparaître purement et simplement pour retourner aux programmes de 1996. Il faut être prudent, travailler à améliorer ce qui peut l'être, mais ne pas donner de grain à moudre à ces individus.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par MS le Mar 3 Nov 2009 - 7:23

@Thalie a écrit:Hé bien moi, je suis enchantée de ces nouveaux programmes mais pour autant je ne jette pas au feu ceux de 96. Il y avait des choses intéressantes à prendre et à garder. Par ex, l'enseignement chronologique des textes en relation avec le programme d'Histoire.
L'enseignement en séquences pratiqué avec beaucoup de raison et d'intelligence est bien intéressant (surtout pour le professeur qui admire tous les liens et les passerelles qu'il a crées, il me semble ). J'y étais très à l'aise et je faisais de vrais cours de grammaire décrochés MAIS je n'avais pas de progression grammaticale et donc je ne revenais jamais sur ce qui avait été fait et qui n'était pas franchement acquis cqfd je n'avais pas de progression intelligente.
Ainsi, pour moi, l'idéal est de prendre des deux et de les croiser avec intelligence.
En début d'année par exemple, installer les natures de mots, les modes et les temps etc. Je ne vois pas comment je peux le relier à mes études de textes.
Bref, cette année mes deux progressions parallèles me ravissent et quand elles se croisent, j'en suis enchantée mais je ne cours pas après.
D'ailleurs, je me souviens d'un manuel très moderne, il me semble, dans ces approches grammaticales (cela ne me conviendrait plus vraiment) qui prônait une vraie progression grammaticale qui induirait la progression littéraire, il s'agit du M.A.G. chez Didier, vous connaissez ?


Entièrement d'accord avec ce que tu dis. On peut quand même faire des séquences intelligentes sans vendre son âme au diable.
Et je rejoins aussi Véronique quant aux apports indéniables des nouveaux programmes : l'abandon de la notion de discours, le retour de la grammaire de phrase et de l'enseignement du vocabulaire.
On peut quand même étudier l'argumentation sans passer par la notion de discours argumentatif et sans tout réduire à l'argumentation.
La grammaire de phrase, j'en ai toujours fait mais avec le problème soulevé par Thalie.
Quant au vocabulaire, c'est mon grand point faible et j'attends beaucoup des manuels.
Pour le mot SEQUENCE, j'ai quand même l'impression que s'il a disparu c'est parce que c'était un gros mot d'où la liberté qui nous est donnée de le remplacer par une autre appellation moins porteuse de pédagogisme.

_________________
Pas de deuxième année d'IUFM!

MS
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par V.Marchais le Mar 3 Nov 2009 - 7:39

@MS a écrit:
@Thalie a écrit:L'enseignement en séquences pratiqué avec beaucoup de raison et d'intelligence est bien intéressant (surtout pour le professeur qui admire tous les liens et les passerelles qu'il a crées, il me semble ). J'y étais très à l'aise et je faisais de vrais cours de grammaire décrochés MAIS je n'avais pas de progression grammaticale et donc je ne revenais jamais sur ce qui avait été fait et qui n'était pas franchement acquis cqfd je n'avais pas de progression intelligente.

La grammaire de phrase, j'en ai toujours fait mais avec le problème soulevé par Thalie.

Tout est dans ce "MAIS", les filles.
Le travail en séquence tel qu'il a été élaboré dans les années 90 relève d'une bonne intention (on sait que l'enfer en est pavé) autant que d'une vision caricaturale de l'enseignement dit cloisonné. On a tenu pour négligeables les liens qui se font toujours entre les différents domaines du Français, à la faveur des lectures ou de la rédaction, et voulu les systématiser, les forcer. Le résultat est celui que vous décrivez : l'absence de réinvestissement et de fixation des connaissances. Mais dites-moi, ce n'est tout de même pas un détail ? C'est toute l'efficacité de notre enseignement qui est en cause. On va attendre encore combien de temps avant d'en prendre acte ?
Sur un autre fil, une collègue se plaint de ce que ses élèves ne retiennent rien, n'apprennent rien. Les causes en sont certainement diverses et la mauvaise interprétation du texte sur les devoirs est lourd de conséquences. Mais il faut aussi bien admettre que quand les élèves étudient les expansions du nom en novembre de l'année de 5e puis n'entendent plus jamais parler de complément du nom ni de relative avant la 4e, même époque à peu près, il est normal qu'ils n'aient plus qu'un souvenir très nébuleux de la leçon. On accuse souvent les élèves de mauvaise foi parce qu'ils sont capables de jurer que, non de non, le COD, ils ne l'ont pas étudié l'année dernière. Mais ce n'est pas de la mauvaise foi, je ne crois pas : ils ne se souviennent véritablement plus de l'avoir fait.
Bien sûr, le travail personnel des élèves est en cause, mais pas seulement. Et de toute façon, ça ne sert à rien de se lamenter sur des dimensions sur lesquelles nous ne pouvons pas agir. Par contre, nous pouvons agir sur l'organisation de nos cours, de nos exercices, de manière à réinvestir sans cesse ce qui a été étudié. On a étudié les natures de mots ? Pour chaque fonction étudiée, on devra en analyser les natures. On a étudié le sujet ? On fera des exercices mêlant analyse du sujet et du COD/COI, puis l'attribut, puis... et de l'analyse grammaticale et logique régulière. Mes élèves sont les mêmes que les vôtres - pas méchants, mais vraiment pas bosseurs - pourtant, je rabâche si bien les classes grammaticales et les principales fonctions, martelées tout au long de l'année, qu'ils finissent par acquérir ces bases. A mes yeux, c'est la seule chose qui compte. Mon attachement à une progression de grammaire autonome n'est pas une question de principe ou d'idéologie, mais une conséquence des effets constatés des deux méthodes, que j'ai essayées l'une et l'autre.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un extrait du livre à paraître de Cécile Reveret : "La sagesse du professeur de français".

Message par V.Marchais le Mar 3 Nov 2009 - 7:41

MS, pour le vocabulaire, si déjà tu travailles systématiquement celui des textes, ça fait une bonne base. Au moins, c'est régulier (pas trop d'un coup). Pas besoin d'aller chercher midi à quatorze heures.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum