Enseignant : profession sinistrée

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Thalie le Ven 6 Nov 2009 - 11:57

@carine a écrit:

PS : Je ne crois pas que les habitudes alimentaires allemandes tiennent au système scolaire.

Je ne crois pas avoir dit cela. Simplement, leur alimentation éparpillée tout au long de la journée a étonné nos élèves.

Moi, par contre commencer tous les jours à 8h c'est ma hantise, quelle horreur ! Je suis un oiseau de nuit ! sorcire

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Dwarf le Ven 6 Nov 2009 - 18:07

Durant mon auxilariat, j'eus une année durant un emploi du temps sur mesure (l'enseignante que je remplaçais était l'épouse du CdE, ça aide à avoir un emploi du temps de ce genre) : tous les jours 8h-12h/13h (sauf le mercredi, pas cours du tout) : une année de rêve! Et oui, sitôt rentré, boulot (et j'étais assez frais pour en rentrant de cours après une matinée entière, contrairement aux retours en début de soirée actuels) : mais en m'organisant bien, j'avais du temps et travaillais avec une bien plus grande efficacité qu'aujourd'hui (toute usure mise à part) et mon emploi du temps à trous... A l'époque (indépendamment du fait que je n'avais pas à m'occuper d'un enfant), je profitais de toutes mes soirées et de mes WE... Ca a bien changé depuis!

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu

Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Pierre_au_carré le Ven 6 Nov 2009 - 18:27

@Abraxas a écrit:D'après le ministère lui-même, un prof travaille en moyenne 39h1/2 par semaine.

Le matheux parle :
39 h 1/2 sur l'année scolaire (toute l'année - moins les grandes vacances) ou vraiment sur toute l'année ?

Car il me semble que, globalement, un prof travaille un peu plus de 40 h sur le temps scolaire mais pondéré par les vacances on doit s'approcher des 35 h des autres salariés sur l'année (1 500 h sur l'année environ, je crois).

De toutes façons, dans certains métiers dont le métier de prof, le nombre d'heures travaillées n'est que relatif puisque ce n'est pas un métier "au bureau".

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Reine Margot le Ven 6 Nov 2009 - 19:07

Dans ce cas on va aussi compter les heures en vacances passées à corriger des copies ou préparer des séquences...et là on n'en sort plus.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par frimoussette77 le Ven 6 Nov 2009 - 19:13

Bon et puis c'est aussi variable en fonction des matières.

frimoussette77
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Circé le Ven 6 Nov 2009 - 19:53

Si je mets bout à bout, la prépa des cours + les cours en eux-mêmes + la correction des copies, je bosse plus de 40 heures par semaine...et largement.
Et moi qui vient du secteur public (entreprise) où je gagnais 40% de plus pour "un vrai" 35 heures (et avec un bac+2) , je sens nettement la différence.

Cette histoire de revalorisation de 100 euros en début de carrière est un foutage de gueule monumentale. Je suis scandalisée que l'on puisse une seule minute penser que cela puisse être une revalorisation de la profession.

Suis énervée tiens!

Circé
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Pierre_au_carré le Ven 6 Nov 2009 - 21:12

marquisedemerteuil a écrit:Dans ce cas on va aussi compter les heures en vacances passées à corriger des copies ou préparer des séquences...et là on n'en sort plus.

Elle sont comptées, je pense.
Je pensais surtout aux grandes vacances ou à certaines vacances où le "nombre" baisse : une moyenne, comme pour les notes, peut baisser très vite.

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Pierre_au_carré le Ven 6 Nov 2009 - 21:15

@Circé a écrit:Si je mets bout à bout, la prépa des cours + les cours en eux-mêmes + la correction des copies, je bosse plus de 40 heures par semaine...et largement.
Et moi qui vient du secteur public (entreprise) où je gagnais 40% de plus pour "un vrai" 35 heures (et avec un bac+2) , je sens nettement la différence.

Cette histoire de revalorisation de 100 euros en début de carrière est un foutage de gueule monumentale. Je suis scandalisée que l'on puisse une seule minute penser que cela puisse être une revalorisation de la profession.

Suis énervée tiens!

Tu commences plus bas, mais tu finiras plus haut, non ?
Il n'y a pas de grosse évolution dans le privé, sauf formation et poste plus élevé ?

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par neo le Ven 6 Nov 2009 - 21:43

@frimoussette77 a écrit:Bon et puis c'est aussi variable en fonction des matières.
Et en fonction du nombre de classes, donc de copies (souvent 6 voire 7 classes en langues, plus de 12 en sciences...)

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par neo le Ven 6 Nov 2009 - 21:46

@Pierre_au_carré a écrit:
marquisedemerteuil a écrit:Dans ce cas on va aussi compter les heures en vacances passées à corriger des copies ou préparer des séquences...et là on n'en sort plus.

Elle sont comptées, je pense.
Je pensais surtout aux grandes vacances.
Qui ont été bien raccourcies au fil des ans, sans aucune compensation financière, au contraire...
Quand j'étais collégien, les cours reprenaient vers le 9 septembre, et on n'avait pas encore "reconquis le mois de juin"... humhum

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Fourseasons le Ven 6 Nov 2009 - 21:49

@neo a écrit:
@frimoussette77 a écrit:Bon et puis c'est aussi variable en fonction des matières.
Et en fonction du nombre de classes, donc de copies (souvent 6 voire 7 classes en langues, plus de 12 en sciences...)

Dire que l'année dernière lors d'un long remplacement j'avais 2 classes (cette année 6 classes). Cela dit quand vous avez 8 heures de cours (12h prof) avec une même classe les DS reviennent très très vite...

Fourseasons
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Chocolat le Ven 6 Nov 2009 - 22:04

lunelaure a écrit:Disons que SI on pouvait travailler vraiment au lycée, et seulement 35 heures... peut-être...

Parce qu'honnêtement, comptez vos heures, vous travaillez combien de temps chaque semaine? Et en période de conseil de classe, d'orientation, etc ?

J'enseigne deux disciplines, mais par contre, là, j'estime que c'est un choix personnel, et en l'occurence, c'est quand même proche, disons que c'est la pédagogie qui diffère. Je ne me verrais pas enseigner l'histoire par exemple !

Et malgré les différences d'exercices, les différences de salaire sont quand même scandaleuses. On a vu récemment un post sur les difficultés financières de nombreux d'entre nous ! C'est quand même grave que ceux qui forment la jeunesse de demain, qui disent aux futurs citoyens "travaillez si vous voulez réussir !" soient eux-mêmes si mal payés !
Avant, l'instit' du village, c'était quelqu'un ! Aujourd'hui, on se moque de nous. Mais il a raison, Kévin, de nous dire "zyva!" ; c'est ce que nous dit notre gouvernement !


Je ne peux que partager ton avis (hélas)... mais qu'est-ce que j'aimerais pouvoir te contredire... humhum

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Haruki le Ven 6 Nov 2009 - 22:26

@Circé a écrit:t.
Et moi qui vient du secteur public (entreprise) où je gagnais 40% de plus pour "un vrai" 35 heures (et avec un bac+2) , je sens nettement la différence.

Heu, t'étais où?

Haruki
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par vinvin le Sam 7 Nov 2009 - 8:07

Si l'on compare, j'ai l'impression que le système espagnol ressemble énormément au système allemand. Mais il es directement lié à un mode de vie. Ils ont adapté le système scolaire à leur mode de vie et non le contraire. Les espagnols mangent tard (15 ou 16h pour le déjeuner).
J'ai travaillé pendant un an dans un Collège-lycée. La bas aussi, les profs sont présents environ 30 h par semaine (6hx5j). Ils commencent à 8h25 et terminent à 14h30. Il y a deux pauses de 10 minutes ou tout le monde se retrouve à la cafet (prof et élèves) pour un petit grignotage et ou café.
Quant au nombre d'heures de cours, ils font comme nous 18h, ont des heures de trous pendant lesquels ils peuvent travailler, voir des collègues, discuter de tels problèmes... (comme nous) et ensuite on leur demande de faire des heures de garde "fixe" en cas de profs absents, ils doivent prendre la relève (si personne ils sont libres) car pas de surveillants. De même pendant la récréation, ils doivent l'assurer une fois par semaine. Et si j'ai bon souvenir ils gagnent environ comme nous. Maintenant le niveau de vie était un peu inférieur au notre...

vinvin
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Leclochard le Sam 7 Nov 2009 - 8:39

@neo a écrit:
@frimoussette77 a écrit:Bon et puis c'est aussi variable en fonction des matières.
Et en fonction du nombre de classes, donc de copies (souvent 6 voire 7 classes en langues, plus de 12 en sciences...)

Heureux les profs d'EPS ! Smile

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par vinvin le Sam 7 Nov 2009 - 8:41

TU vas te mettre à dos les collègues d'EPS... (rires)

vinvin
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Leclochard le Sam 7 Nov 2009 - 9:07

@vinvin a écrit:TU vas te mettre à dos les collègues d'EPS... (rires)

Pourquoi ils ont des copies maintenant ? Laughing

Leclochard
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Reine Margot le Sam 7 Nov 2009 - 9:12

NOn et puis avec tous les machins qu'on nous ajoute (bédeuzi et cie, bientôt le livret de compétences) on va bientôt largement les dépasser les 40 heures.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par henriette le Sam 7 Nov 2009 - 10:28

Je voudrais juste préciser que, pour l'avoir vécu de l'intérieur, le système allemand tel que vous semblez en parler n'existe pas.
D'abord car les Länder sont totalement autonomes en matière d'éducation, et donc les disparités sont très grandes entre la Bavière par exemple, et la Sarre.
En plus, vous oubliez deux choses :
- lorsqu'un enseignant décroche son accréditation à enseigner, la galère commence pour lui, car cela ne veut pas dire titularisation : à lui de trouver un poste, d'aller démarcher les CDE, d'accepter les situations précaires avant de décrocher enfin un poste de tituliare - il peut se passer de nombreuses années avant qu'il y parvienne.
- les statuts et la rémunération des profs ont beaucoup changé : dans le bahut où j'ai enseigné 6 ans, il y avait au moins trois types de profs allemands différents : les "vieux de la vieille" très très bien pyés en effet (plus que moi qui étais expat, c'est vous dire...), et d'autres bien moins lotis, qui voyaient leur salaire ponctionné des cotisations retraite (ce qui n'était pas le cas pour les anciens), et en enfin les derniers arrivés qui étiaent vraiment mal payés et en situation précaire, ne sachant où (et si !) ils travailleraient l'année d'après !
Ensuite, la bivalence, parlons-en : souvent, j'ai vu comme 2e matière l'histoire, et avec l'absence de programme par niveau (et oui, c'est ça aussi, le modèle allemand : des capacités, mais pas des savoirs - je caricature à peine), j'avais des collègues l'un "spécialiste" de Napoléon le faisant tous les ans avec toutes ses classe de la 6. à la 12. Klasse (enseignement de toute façon pas pris en compte au bac), un autre du IIIe Reich faire de même.
Enfin, leur charge de travail s'est accrue très lourdement de plusieurs heures : je veux dire par là que leur service dû a été augmenté (de mémoire de 3 préiodes de 45 min là où j'étais), et ce sans aucune augmentation de salaire. Imaginez-vous quelque chose de semblable chez nous ? Le problème, c'est que les fonctionnaires allemands n'ont pas le droit de grève, alors...
Là où j'étais, la loi du Land imposait par trimestre 2 évaluations : résultat de tout cela, l'immense majorité des profs allemands n'en faisaient pas une de plus. Et pour "acheter" la paix avec les parents, les notes descendaient très très rarement en dessous de 8 ou 9 sur 20.
Mais il est vrai que les cours étaient finis au plus tard à 15 heures, et le plus souvent à 13h30...
Est-ce vraiment cela que vous voulez comme modèle ??

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Daphné le Sam 7 Nov 2009 - 11:13

Heuuuuuuuu, je suis étonnée de voir que les anciens ne payent pas de retraite

Tu es sûre, ça me semble ahurissant.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par henriette le Sam 7 Nov 2009 - 11:28

Je suis formelle : l'Etat - en l'occurrence le Land - paye à leur place. D'où les rémunérations très élevées.

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par neo le Sam 7 Nov 2009 - 11:32

Merci Henriette de nous faire part de cette expérience intéressante, qui nous montre ce qu'il ya de bon et, désormais, de moins bon dans le système allemand.

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Reine Margot le Sam 7 Nov 2009 - 12:56

En effet c'est très éclairant, merci!!

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par John le Sam 7 Nov 2009 - 13:02

Je voudrais juste préciser que, pour l'avoir vécu de l'intérieur, le système allemand tel que vous semblez en parler n'existe pas.
D'abord car les Länder sont totalement autonomes en matière d'éducation, et donc les disparités sont très grandes entre la Bavière par exemple, et la Sarre.
En plus, vous oubliez deux choses :
- lorsqu'un enseignant décroche son accréditation à enseigner, la galère commence pour lui, car cela ne veut pas dire titularisation : à lui de trouver un poste, d'aller démarcher les CDE, d'accepter les situations précaires avant de décrocher enfin un poste de tituliare - il peut se passer de nombreuses années avant qu'il y parvienne.
- les statuts et la rémunération des profs ont beaucoup changé : dans le bahut où j'ai enseigné 6 ans, il y avait au moins trois types de profs allemands différents : les "vieux de la vieille" très très bien payés en effet (plus que moi qui étais expat, c'est vous dire...), et d'autres bien moins lotis, qui voyaient leur salaire ponctionné des cotisations retraite (ce qui n'était pas le cas pour les anciens), et enfin les derniers arrivés qui étiaent vraiment mal payés et en situation précaire, ne sachant où (et si !) ils travailleraient l'année d'après !
Ensuite, la bivalence, parlons-en : souvent, j'ai vu comme 2e matière l'histoire, et avec l'absence de programme par niveau (et oui, c'est ça aussi, le modèle allemand : des capacités, mais pas des savoirs - je caricature à peine), j'avais des collègues l'un "spécialiste" de Napoléon le faisant tous les ans avec toutes ses classe de la 6. à la 12. Klasse (enseignement de toute façon pas pris en compte au bac), un autre du IIIe Reich faire de même.
Enfin, leur charge de travail s'est accrue très lourdement de plusieurs heures : je veux dire par là que leur service dû a été augmenté (de mémoire de 3 préiodes de 45 min là où j'étais), et ce sans aucune augmentation de salaire. Imaginez-vous quelque chose de semblable chez nous ? Le problème, c'est que les fonctionnaires allemands n'ont pas le droit de grève, alors...
Là où j'étais, la loi du Land imposait par trimestre 2 évaluations : résultat de tout cela, l'immense majorité des profs allemands n'en faisaient pas une de plus. Et pour "acheter" la paix avec les parents, les notes descendaient très très rarement en dessous de 8 ou 9 sur 20.
Mais il est vrai que les cours étaient finis au plus tard à 15 heures, et le plus souvent à 13h30...
Est-ce vraiment cela que vous voulez comme modèle ??

Je dois ajouter qu'en géographie, en 2001, le lycée où je suis allé utilisait encore des manuels avec marqué "Die heutige Lage der Landwirtschaft in der UdSSR", ce qui signifie "La situation actuelle de l'agricultue en URSS".


Dernière édition par John le Sam 7 Nov 2009 - 13:02, édité 1 fois

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par sand le Sam 7 Nov 2009 - 13:02

Merci Henriette, ce que tu décris est en effet nettement moins séduisant que je le croyais.

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enseignant : profession sinistrée

Message par Dwarf le Sam 7 Nov 2009 - 13:45

Merci de remettre les pendules à l'heure, Henriette!

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu

Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum