Vous et votre IPR...

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Miguel le Lun 23 Nov 2009 - 9:06

@Dinaaa a écrit: Je suis tout à fait d'accord avec toi, et en général, je me fiche royalement des notes, non parce que j'ai envie de revendiquer quoi que ce soit, mais parce que j'ai bien conscience que les conséquences sur notre carrière sont très limitées

Sur ce point-là, je ne suis pas d'accord. La différence est énorme entre une carrière à l'ancienneté et une carrière au grand choix. Si l'on peut s'en moquer, tant mieux, c'est bon signe. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde (familles monoparentales, familles dont c'est le seul revenu etc.).
Quand je suis entré dans l'EN, on parlait de 150 000 euros d'écart. A l'époque, ça faisait une maison. Si quelqu'un peut compléter ça, voire corriger... ça m'intéresse.

Miguel
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Miguel le Lun 23 Nov 2009 - 9:07

@MS a écrit:Je suis effarée par les récits d'inspection que je lis ici.

Il aurait fallu proposer un sondage au début du post : je ne suis pas sûr que les inspections qui se sont mal passées soient majoritaires.

_________________
"Puisque ces mystères me dépassent, feignons d'en être les organisateurs", Cocteau, Les Mariés de la Tour Eiffel.

Miguel
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Lun 23 Nov 2009 - 9:13

Une remarque sur les IPR, pour nuancer un peu mon propos et éviter les généralisations excessives. C'est vrai qu'il en existe de très bien.
Mon chemin a croisé celui de M. X, alors IPR en Seine-Saint-Denis, qui a été avec moi d'une bienveillance extraordinaire et qui m'a sacrément aidée, administrativement et moralement. Je sais que ce monsieur est maintenent IPR à Paris et qu'il est un des rares à dire qu'avec les nouveaux programmes, le travail en séquences n'est plus obligatoire. C'est un monsieur respectueux des collègues, de leur liberté et de leur responsabilité.
Oui, ça existe. Tu as de la chance, MS, si tu as une telle personnalité dans ta circonscription : à cause du système de cooptation à la base du recrutement des IPR, ça devient rare.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Lun 23 Nov 2009 - 9:17

@Miguel a écrit:
@MS a écrit:Je suis effarée par les récits d'inspection que je lis ici.

Il aurait fallu proposer un sondage au début du post : je ne suis pas sûr que les inspections qui se sont mal passées soient majoritaires.

Ce n'est pas la question.

Je pense qu'elles ne le sont pas, effectivement. Ne serait-ce que, parce que le jour de l'inspection, même les collègues qui ne sont pas dans le moule s'y coulent vite fait bien fait, par peur de représailles. Il n'en demeure pas moins que ceux qui se font allumer pour des questions purement idéologiques ont besoin de soutien. Il y en a tout de même beaucoup.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Miguel le Lun 23 Nov 2009 - 9:19

@V.Marchais a écrit:
@Miguel a écrit:
@MS a écrit:Je suis effarée par les récits d'inspection que je lis ici.

Il aurait fallu proposer un sondage au début du post : je ne suis pas sûr que les inspections qui se sont mal passées soient majoritaires.

Ce n'est pas la question.

Je pense qu'elles ne le sont pas, effectivement. Ne serait-ce que, parce que le jour de l'inspection, même les collègues qui ne sont pas dans le moule s'y coulent vite fait bien fait, par peur de représailles. Il n'en demeure pas moins que ceux qui se font allumer pour des questions purement idéologiques ont besoin de soutien. Il y en a tout de même beaucoup.

Je suis d'accord là-dessus. Mais l'exemple que j'évoquais hier soir montre que ce n'est pas parce qu'on ne respecte pas la doxa qu'on se fait systématiquement allumer aussi.

_________________
"Puisque ces mystères me dépassent, feignons d'en être les organisateurs", Cocteau, Les Mariés de la Tour Eiffel.

Miguel
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Lun 23 Nov 2009 - 9:33

@Miguel a écrit:
@Dinaaa a écrit: Je suis tout à fait d'accord avec toi, et en général, je me fiche royalement des notes, non parce que j'ai envie de revendiquer quoi que ce soit, mais parce que j'ai bien conscience que les conséquences sur notre carrière sont très limitées

Sur ce point-là, je ne suis pas d'accord. La différence est énorme entre une carrière à l'ancienneté et une carrière au grand choix. Si l'on peut s'en moquer, tant mieux, c'est bon signe. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde (familles monoparentales, familles dont c'est le seul revenu etc.).
Quand je suis entré dans l'EN, on parlait de 150 000 euros d'écart. A l'époque, ça faisait une maison. Si quelqu'un peut compléter ça, voire corriger... ça m'intéresse.

C'est vrai que, quand on cumule dans le temps la différence de salaire perçu chaque mois par un professeur promu à l'ancienneté et un professeur promu au gand choix, c'est relativement sensible. Mais il faut savoir que la corrélation entre le rapport de l'IPR et cet avancement est finalement bien faible. Ce pour plusieurs raisons.

D'abord, notre avancement se fait sur la base de deux notes : administrative et pédagogique. J'ai eu la chance, en ce qui me concerne, de tomber sur des chefs qui reconnaissaient mon investissement et la qualité de mon travail et ont gonflé cette note administrative pour compenser la note pédagogique. Évidemment, si on cumule IPR teigneux et petit chef autoritaire, c'est plus compliqué.

Ensuite, notre note pédagogique est fixée en commission et, à l'intérieur de ces commissions, le poids des grilles de référence est de plus en plus écrasant, car se conformer à ces grilles donne à tous les acteurs de la commission un sentiment d'équité. Cela explique que des collègues qui n'ont pas été inspectés en quinze ans, et qui partaient avec une note faible, voient cette note parfois augmentée de dix point sur la base d'un rapport correct mais non dithyrambique, alors que d'autres, au rapport fort élogieux, mais déjà au sommet de cette grille, voient leur note progresser d'un petit point à peine. Cela explique aussi les cas comme les miens : rapport désastreux, mais note augmentée quand même (si, si), sinon je me retrouve hors des grilles, et ça fait hurler les syndicats, et je suis syndiquée (une autre dimension à ne pas négliger). Le mot d'ordre de toute administration qui se respecte est : pas de vagues.

Par ailleurs, depuis qu'un rattrapage substantiel a été instauré pour les collègues à l'ancienneté, la différence financière entre promus et non promus s'estompe. D'où le T-Shirt qu'arborait fièrement le collègue d'un ami, il y a quelques semaines, après avoir cumulé les mauvais rapports, fait toute une carrière à l'ancienneté et touché cette prime : "Sucer moins pour gagner plus."

Eloquent, non ?

Bref, une norme se dessine, pour calmer les foules, qui est celle de l'équivalent d'un petit choix pour tout le monde (c'est ça, la démocratie), avec un petit nombre d'élus au grand choix. La question qui reste est : est-ce que cela vaut la peine de renoncer à ses convictions pour faire partie de ce petit nombre ? Bof.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Miguel le Lun 23 Nov 2009 - 9:36

@V.Marchais a écrit: Bref, une norme se dessine, pour calmer les foules, qui est celle de l'équivalent d'un petit choix pour tout le monde (c'est ça, la démocratie), avec un petit nombre d'élus au grand choix. La question qui reste est : est-ce que cela vaut la peine de renoncer à ses convictions pour faire partie de ce petit nombre ? Bof.

Merci pour cette explication, Véronique. Tout cela est en général assez opaque.
En tout cas, comme je le dis sur l'autre post, tout le monde gagne à la transparence lors des inspections.

_________________
"Puisque ces mystères me dépassent, feignons d'en être les organisateurs", Cocteau, Les Mariés de la Tour Eiffel.

Miguel
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Lun 23 Nov 2009 - 9:36

@Miguel a écrit:l'exemple que j'évoquais hier soir montre que ce n'est pas parce qu'on ne respecte pas la doxa qu'on se fait systématiquement allumer aussi.

Nous sommes d'accord, Miguel. Mais force est de convenir que les inspecteurs tolérants et constructifs sont de plus en plus rares, parce que le recrutement par cooptation favorise la reproduction idéologique.
Si tu veux faire un sondage, demande aux collègues dans quelles académies les IPR ont dit que les collègues avaient à nouveau le choix de leur méthode pédagogique. Ca, ce serait révélateur. M'est avis que M. X doit se sentir bien seul (et bien las : quelle misère, quand il prendra sa retraite, celui-là !).

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Lun 23 Nov 2009 - 9:39

@Miguel a écrit:
En tout cas, comme je le dis sur l'autre post, tout le monde gagne à la transparence lors des inspections.

Quel autre post ?

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Miguel le Lun 23 Nov 2009 - 9:42

@V.Marchais a écrit:
@Miguel a écrit:
En tout cas, comme je le dis sur l'autre post, tout le monde gagne à la transparence lors des inspections.

Quel autre post ?

M'enfin le vôtre ! lol!
http://www.neoprofs.org/l-enseignement-au-quotidien-f1/se-defendre-face-aux-ipr-t15300.htm#236752

_________________
"Puisque ces mystères me dépassent, feignons d'en être les organisateurs", Cocteau, Les Mariés de la Tour Eiffel.

Miguel
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Lun 23 Nov 2009 - 9:51

Ah oui ! Bien vu !
J'ai encore un peu de mal avec l'ubiquité, mais je fais des efforts...
Là, ça y est, j'ai répondu...

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par John le Lun 23 Nov 2009 - 11:24

Tant que l'IPR viendra pour sanctionner une séance (au sens neutre du mot), il est évident qu'il faudra maquiller.

Véronique Marchais, quand vous comprendrez que cette phrase signifie qu'il faut réformer le sens et les modalités de l'inspection, vous arrêterez de gaspiller votre énergie pour rien, et de me faire perdre mon temps !

Je vous renvoie à l'article de Thomas Clerc : demandez à Chocolat, elle a eu le lien en MP hier, à moins que je ne l'aie mis sur le forum général.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Lun 23 Nov 2009 - 11:43

Je comprends bien votre phrase, John, mais je pense qu'hélas, votre
axiome est réversible : tant que nous "maquillerons" majoritairement le
contenu de nos cours, les IPR viendront sanctionner les autres, ceux qui ne maquillent pas leurs "écarts de méthodes" (sic), sur la base de cette approbation implicite.
Oui, mes propos sont durs. Mais la situation vécue par certains collègues est plus dure encore.
Je ne puis qu'exprimer mon complet désaccord avec ce que vous dites.
On peut militer pour une réforme des modalités d'inspections (d'ailleurs, c'est dans les tuyaux, mais je ne suis pas sûre que les nouvelles modalités prévues nous protègent davantage de l'arbitraire) mais pas dire qu'en attendant, le mieux est de cacher ce que l'on fait en classe. Je ne suis pas d'accord, j'ai longuement développé pourquoi, je n'y reviens pas.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Lun 23 Nov 2009 - 15:07

Pour calmer un peu les esprits, John, je veux bien admettre que mes propos ont dépassé ma pensée dans une phrase : quand je dis que mes collègues, mercredi, ce sont comportés comme vous. Je savais bien en l'écrivant que ces propos n'étaient pas adéquats mais c'est tout ce qui m'est venu sur le moment, ce qui est assez maladroit car je ne renvoie aucunement à ce que vous feriez, que j'ignore totalement, mais à ce que vous dites. J'aurais dû écrire : ils se sont comportés comme vous semblez le préconiser. Pour le reste, votre indignation ne saurait me faire changer d'avis.

Maintenant, si, comme vous me le dites en privé, votre phrase ne voulait pas dire qu'il serait nécessaire, en cas d'inspection, de maquiller le contenu de ses cours, il serait peut-être bon de reformuler votre propos, car, encore une fois, je ne vois pas bien comment la collègue qui demandait si, le jour d'une inspection, il faut jouer carte sur table ou non aurait pu interpréter votre phrase comme une invitation à repenser les modalités d'inspection (ce qui n'est pas vraiment de notre ressort), ni moi-même, d'ailleurs.

Je serais ravie d'apprendre que tout cela n'est qu'un malentendu et qu'aucun des administrateurs de Néoprofs n'appelle au statu quo ni au silence docile.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par John le Lun 23 Nov 2009 - 20:14

J'ai complété le premier message en conséquence.

Franchement, le coup de la "colère saine", gardez-le pour d'autres circonstances ; là c'était tout à fait injustifié dans les faits. Je ne préconise à personne de mentir, je dis juste que l'inspection, telle qu'elle est organisée aujourd'hui, est faite pour être l'évaluation d'une séance en fonction des critères pédagogiques académiques et nationaux en vigueur à l'instant T. C'est ce qu'il faudrait selon moi changer. Je ne préconise rien à personne, entre autres pour les raisons que je vous ai indiquées par MP.

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par SW5 n roos' valley le Lun 23 Nov 2009 - 20:41

Je me permets d'intervenir, (certes sans avoir lu l'ensemble de l'échange John vs Véronique)

John dit:

je dis juste que l'inspection, telle qu'elle est organisée aujourd'hui, est faite pour être l'évaluation d'une séance en fonction des critères pédagogiques académiques et nationaux en vigueur à l'instant T

Et il a tout à fait raison!

Dieu merci, nous pouvons faire comme bien nous semble au quotidien dans nos classes (Enfin, Dieu merci pour les profs en question! Dans la grande famille de l'EN, l'on ne dénonce pas nos collègues qui...

Bon allez: une digression,

Un collègue de Lettres modernes dans la salle mitoyenne: dans le meilleur des cas: un MONOLOGUE du prof / et dans le pire des cas avec les 4è-3è un chahut immonde!

fin de la digression

Pour en revenir donc à Véronique.

Une séance d'inspection, c'est pour moi allez un peu de poudre sur les yeux des élèves, voire même du rouge à lèvre...

Mais n'est-ce pas la chose normale? Si l'on se décarcasse quotidiennement pour mettre en place tel ou tel rituel de PPC / POI (prise de parole en continu / prise de parole en interaction) l'on a envie que cela marche du tonnerre le jour de l'inspection!

Pour moi ce n'est pas maquiller. C'est juste leur rappeler de BIEN SE MAQUILLER.

je ne sais pas si je me fais bien comprendre

Peut-être les collègues de LVE comprendront mieux!

SW5 n roos' valley
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Lun 23 Nov 2009 - 20:54

Effectivement, je n'ai pas compris le dernier post. je dois commencer à fatiguer. Mais sur le fait que l'inspection évalue un moment T, je suis d'accord, c'est un simple constat.

A ce propos, vous savez très certainement que le MEN envisage de modifier nos conditions d'évaluation en donnant plus de poids au chef d'établissement. Pour le coup, nous ne serons plus limité au moment T, mais je ne suis pas sûre que nous gagnions beaucoup au change en terme d'arbitraire. Comment un chef, même consciencieux, pourra-t-il éviter l'amalgame avec les heures sups acceptées ou refusées, les projets vitrines pris en charge ou non, les absences ? Par ailleurs, quelles compétences a-t-il pour nous évaluer autrement que sur le plan purement administratif dès lors qu'il n'est pas un spécialiste de notre discipline ?
Je me demande si je ne préfère pas me friter avec mon IPR : au moins, après, je ne la revois plus...

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par doctor who le Lun 23 Nov 2009 - 21:44

Je reviens sur l'histoire des 63.
Ce qui me frappe, c'est la réactivité des profs quand il s'agit de se battre pour des conditions de travail matérielles (horaires, nombres d'élèves par classe, salaire...) et notre apathie complète quand il s'agit de défendre une manière d'enseigner ou même une conception de l'enseignement.
Tout se passe comme si, en sortant du concours, et hors des murs de sa classe, le prof cessait subtement d'être un intellectuel.

Le silence des 63 n'aurait pas été le même si on avait parlé réduction d'horaires, heures sup, horaires de présence en établissement. Mais là, 63 spécialistes de leur discipline n'ont rien à dire! Je comprends l'agacement de Véronique.

Et je suis un peu grande gueule. Je l'aurais ouverte, juste pour le fun.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Daphné le Mar 24 Nov 2009 - 11:55

@V.Marchais a écrit:
@Miguel a écrit:
@Dinaaa a écrit: Je suis tout à fait d'accord avec toi, et en général, je me fiche royalement des notes, non parce que j'ai envie de revendiquer quoi que ce soit, mais parce que j'ai bien conscience que les conséquences sur notre carrière sont très limitées

Sur ce point-là, je ne suis pas d'accord. La différence est énorme entre une carrière à l'ancienneté et une carrière au grand choix. Si l'on peut s'en moquer, tant mieux, c'est bon signe. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde (familles monoparentales, familles dont c'est le seul revenu etc.).
Quand je suis entré dans l'EN, on parlait de 150 000 euros d'écart. A l'époque, ça faisait une maison. Si quelqu'un peut compléter ça, voire corriger... ça m'intéresse.

C'est vrai que, quand on cumule dans le temps la différence de salaire perçu chaque mois par un professeur promu à l'ancienneté et un professeur promu au gand choix, c'est relativement sensible. Mais il faut savoir que la corrélation entre le rapport de l'IPR et cet avancement est finalement bien faible. Ce pour plusieurs raisons.

D'abord, notre avancement se fait sur la base de deux notes : administrative et pédagogique. J'ai eu la chance, en ce qui me concerne, de tomber sur des chefs qui reconnaissaient mon investissement et la qualité de mon travail et ont gonflé cette note administrative pour compenser la note pédagogique. Évidemment, si on cumule IPR teigneux et petit chef autoritaire, c'est plus compliqué.

Ensuite, notre note pédagogique est fixée en commission et, à l'intérieur de ces commissions, le poids des grilles de référence est de plus en plus écrasant, car se conformer à ces grilles donne à tous les acteurs de la commission un sentiment d'équité. Cela explique que des collègues qui n'ont pas été inspectés en quinze ans, et qui partaient avec une note faible, voient cette note parfois augmentée de dix point sur la base d'un rapport correct mais non dithyrambique, alors que d'autres, au rapport fort élogieux, mais déjà au sommet de cette grille, voient leur note progresser d'un petit point à peine. Cela explique aussi les cas comme les miens : rapport désastreux, mais note augmentée quand même (si, si), sinon je me retrouve hors des grilles, et ça fait hurler les syndicats, et je suis syndiquée (une autre dimension à ne pas négliger). Le mot d'ordre de toute administration qui se respecte est : pas de vagues.

Par ailleurs, depuis qu'un rattrapage substantiel a été instauré pour les collègues à l'ancienneté, la différence financière entre promus et non promus s'estompe. D'où le T-Shirt qu'arborait fièrement le collègue d'un ami, il y a quelques semaines, après avoir cumulé les mauvais rapports, fait toute une carrière à l'ancienneté et touché cette prime : "Sucer moins pour gagner plus."

Eloquent, non ?

Bref, une norme se dessine, pour calmer les foules, qui est celle de l'équivalent d'un petit choix pour tout le monde (c'est ça, la démocratie), avec un petit nombre d'élus au grand choix. La question qui reste est : est-ce que cela vaut la peine de renoncer à ses convictions pour faire partie de ce petit nombre ? Bof.

Il n'y a pas que l'avancement au choix, grand choix ou ancienneté dans une carrière.
L'accès à la hors-classe est tributaire des points attribués par l'IPR et le CDE, sans cette reconnaissance du "mérite", impossible d'y accéder.
Ce qui peut expliquer que certains collègues ne souhaitent pas se friter avec l'IPR ou le CDE.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Daphné le Mar 24 Nov 2009 - 12:16

@V.Marchais a écrit:Effectivement, je n'ai pas compris le dernier post. je dois commencer à fatiguer. Mais sur le fait que l'inspection évalue un moment T, je suis d'accord, c'est un simple constat.

A ce propos, vous savez très certainement que le MEN envisage de modifier nos conditions d'évaluation en donnant plus de poids au chef d'établissement. Pour le coup, nous ne serons plus limité au moment T, mais je ne suis pas sûre que nous gagnions beaucoup au change en terme d'arbitraire. Comment un chef, même consciencieux, pourra-t-il éviter l'amalgame avec les heures sups acceptées ou refusées, les projets vitrines pris en charge ou non, les absences ? Par ailleurs, quelles compétences a-t-il pour nous évaluer autrement que sur le plan purement administratif dès lors qu'il n'est pas un spécialiste de notre discipline ?
Je me demande si je ne préfère pas me friter avec mon IPR : au moins, après, je ne la revois plus...

CQFD
Nous serons sous leur coupe et l'autonomie des établissements ne va rien arranger.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Invité le Mar 24 Nov 2009 - 20:23

@V.Marchais a écrit:Par ailleurs, depuis qu'un rattrapage substantiel a été instauré pour les collègues à l'ancienneté, la différence financière entre promus et non promus s'estompe. D'où le T-Shirt qu'arborait fièrement le collègue d'un ami, il y a quelques semaines, après avoir cumulé les mauvais rapports, fait toute une carrière à l'ancienneté et touché cette prime : "Sucer moins pour gagner plus."

j'ai eu un mail concernant ce rattrapage, mais je n'ai toujours rien perçu alors que je suis concernée. Quand est-ce qu'on touche nos sous?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Mar 24 Nov 2009 - 21:34

@Daphné a écrit:
Il n'y a pas que l'avancement au choix, grand choix ou ancienneté dans une carrière.
L'accès à la hors-classe est tributaire des points attribués par l'IPR et le CDE, sans cette reconnaissance du "mérite", impossible d'y accéder.
Ce qui peut expliquer que certains collègues ne souhaitent pas se friter avec l'IPR ou le CDE.

Merci Daphné. Je ne connais rien à la hors-classe.
En ce qui concerne les conséquences de cette information... chacun ses choix, dans la vie. C'est long, toute une carrière à cirer des pompes... Tout cela est-il bien raisonnable ?

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Neva le Mer 25 Nov 2009 - 17:17

[quote="V.Marchais"]
Sur 65, nous avons été deux à contre-argumenter (la deuxième était une jeune collègue à qui je tire mon chapeau).
Wouah, on parle de moi sur Néoprofs
je ne participe habituellement pas sur le forum, je me contente de lire les discussions, mais là, comme les sirènes de la célébrité m'appellent, je me sens obligée d'intervenir.
Je ne suis absolument pas une "grande gueule", bien au contraire, mais la présence de Véronique et ses interventions m'ont poussée à défendre mes opinions. J'espère poursuivre la bataille de mon côté maintenant. Plus nous serons nombreux à réclamer notre liberté pédagogique, plus nous serons forts et entendus. Et je crois profondément à l'utilité d'un tel post ou à celle du post jumeau (pour développer un argumentaire face aux IPR). Je n'ai jamais été inspectée mais je peux vous dire que le jour J, je serai préparée à répondre à toutes les objections, programmes à l'appui.

Et je suis tout à fait d'accord avec Dr Who (en plus, je suis depuis longtemps amoureuse du personnage, ça tombe bien ), en salle des profs, tout le monde est prêt à faire la révolution pour demander une nouvelle machine à café, mais pour contester le livret de compétences, c'est autre chose...

Neva
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Chocolat le Mer 25 Nov 2009 - 17:57

@V.Marchais a écrit:

Merci Daphné. Je ne connais rien à la hors-classe.
En ce qui concerne les conséquences de cette information... chacun ses choix, dans la vie. C'est long, toute une carrière à cirer des pompes... Tout cela est-il bien raisonnable ?

Perso, je dirais non.
Et j'ai tourné la question dans tous les sens avant de répondre.
Mais j'ai peur que si je devais élaborer ma progression et assurer mes cours en fonction d'autre chose que le respect de l'aspect pertinent des programmes, le niveau de mes élèves, le bon sens, l'expérience (des autres, bien profitable, puis la mienne) et un peu mes goûts littéraires et mon plaisir de travailler la langue française... heu... je changerais de job, car je serais terriblement frustrée. Et moi, les frustrations, je les aime à petite dose, j'avoue... Embarassed

On va rigoler parce que je tiens régulièrement ce genre de discours, IRL, et je sens que je vais finir par me faire incendier un de ces jours.
Adieu hors classe, avancement au mérite et palmes académiques! (soupir) lol!

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par V.Marchais le Mer 25 Nov 2009 - 20:51

Bonjour Néva,

Ca fait plaisir de te lire ici. Bienvenue à toi. Nous avons besoin d'esprits critiques et indépendants. Je tiens à saluer ta prestation de mercredi. Il fallait du courage pour monter au filet comme tu l'as fait. Ce courage, tu es la seule à l'avoir eu. Et je précise que tu es toute jeunette. Comme quoi, la vertu n'attend pas toujours le nombre des années... Ca fait plaisir, des collègues comme toi, et ça redonne confiance en l'avenir.

Amicalement,
Véronique.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous et votre IPR...

Message par Dinaaa le Mer 25 Nov 2009 - 22:51

@V.Marchais a écrit:C'est long, toute une carrière à cirer des pompes... Tout cela est-il bien raisonnable ?


Pour moi la réponse est toute trouvée. Je ne suis pas une révolutionnaire, mais je n'ai pas non plus l'intention de m'écraser pendant 40 ans. (50 ? Suspect )

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum