Se défendre face aux IPR

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Iphigénie le Dim 19 Déc 2010 - 12:06

Il y a une très forte différence entre la formation intellectuelle des IPR ancienne mouture(dont,M.Fromont fait partie:c'est lui qui s'occupe du concours européen de grec,c'est tout dire de son allégeance à Descoings & cie) et les "nouveaux "IPR....
J'ai eu un dernier rapport où notre IPR de LM venue m'inspecter en terminale sur une oeuvre antique alors au programme ( Very Happy )a trouvé mon cours trop "érudit":"pourquoi n'avez-vous pas demandé plutôt aux élèves (terminales au mois d'avril) de raconter chacun une petite histoire au sujet de l'oeuvre,résumer un épisode,ou dire ce qu'ils avaient aimé par exemple..."
Heureusement pour eux j'ai fait autre chose:il se trouve que autre chose,c'était exactement le sujet de bac qui est tombé cette année -là....

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par V.Marchais le Dim 19 Déc 2010 - 12:15

Hélas, pour la succession, je crois que la messe est dite : pas grand changement. Qu'importe, nous continuerons de batailler. Le côté obscur ne l'emportera pas !

Véronique-Kenobi.

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par thrasybule le Dim 19 Déc 2010 - 12:17

Fromont m'avait fait mourir de rire pour une réunion entre coordonnateurs pour le bac: " pour ceux qui n'ont rien fait, vous leur mettez 5 avec comme commentaire: imposteur!"'('bac de grec)

_________________
♫Tititi tatata tititi tatata♫


Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/


J'ai mes ours!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par V.Marchais le Dim 19 Déc 2010 - 12:19

@iphigénie a écrit:Il y a une très forte différence entre la formation intellectuelle des IPR ancienne mouture(dont,M.Fromont fait partie:c'est lui qui s'occupe du concours européen de grec,c'est tout dire de son allégeance à Descoings & cie) et les "nouveaux "IPR....

Tout s'explique.
Moi, je veux une contre-inspection avec ce monsieur et personne d'autre. Sad

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Carabas le Dim 19 Déc 2010 - 12:21

Mouais. La mienne faisait partie de l'ancienne mouture, hein.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par olivier-np30 le Dim 19 Déc 2010 - 12:23

Oui les nouveaux ont été formés à la méthode moderne : si ça ne va pas, il faut que la personne s'en aille d'elle-même Laughing

Le système est assez bien fait. C'est un peu comme les pressions psychologiques chez un couple qui divorce : insidieux.

_________________
Quadra aujourd'hui, quinqua demain

olivier-np30
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Felicie le Dim 19 Déc 2010 - 13:01

@olivier-np30 a écrit: si ça ne va pas, il faut que la personne s'en aille d'elle-même Laughing .

C'est en ça que l'EN rejoint le secteur privé, ces méthodes de management y sont en vigueur depuis des années. C'était bien connu de ceux qui travaillaient dans le TPE-PME où le droit du travail est le droit du patron, ensuite cela est arrivé dans les grandes entreprises, et maintenant dans le secteur public ... veneration

Felicie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Carabas le Dim 19 Déc 2010 - 13:28

@olivier-np30 a écrit:Oui les nouveaux ont été formés à la méthode moderne : si ça ne va pas, il faut que la personne s'en aille d'elle-même Laughing
C'est bien ce que j'ai fait. Je m'en mords les doigts de leur avoir donné cette satisfaction, mais je n'aurais pas tenu le coup.


Dernière édition par Carabas le Dim 19 Déc 2010 - 14:47, édité 1 fois

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Daphné le Dim 19 Déc 2010 - 13:29

@ataraxie a écrit:Bonjour,

Je me permets de faire un copier-coller d'un fil lu sur le forum des personnels de direction concernant la notation des enseignants...

Le texte qui fait peur:


http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022593931&dateTexte=&categorieLien=id

L'analyse faite par un "perdir"


" Le chapitre Ier du présent décret n'est pas applicable aux fonctionnaires qui, en application des dispositions spéciales mentionnées au premier alinéa, n'étaient pas soumis aux régimes d'évaluation et de notation définis par les titres Ier et II du décret du 29 avril 2002. "

C'est le cas des enseignants.

Pour leurs régimes -spéciaux - de notation, il faut se référer à différents textes :

CPE : décret n° 70-738 du 12 août 1970
Agrégés : décret n° 72-580 du 4 juillet 1972
Certifiés : décret n° 72-581 du 4 juillet 1972
Professeurs d'EPS : décret n° 80-627 du 4 août 1980
Professeurs en LP : décret n° 92-1189 du 6 novembre 1992

Donc, non pas de révolution en vue dans la notation du corps enseignant.
En fait, les entretiens d'évaluation existent depuis plusieurs années dans les autres ministères, mais arrivent doucement dans l'EN. Ils concernent quasiment tous les autres personnels (TOS, administratifs, aides de labo). Je m'interroge pour les infirmières et assistantes sociales. Les AED n'ont pas d'entretien annuel non plus.


Nous pouvons, a priori, être rassurés...
Sauf que la notation va changer ataraxie, les réformes tu as entendu parler quand même Rolling Eyes
Et on veut aligner les enseignants sur les autres fonctonnaires, pour le pire mais pas le meilleur.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Provence le Dim 19 Déc 2010 - 13:34

@iphigénie a écrit:Il y a une très forte différence entre la formation intellectuelle des IPR ancienne mouture(dont,M.Fromont fait partie:c'est lui qui s'occupe du concours européen de grec,c'est tout dire de son allégeance à Descoings & cie) et les "nouveaux "IPR....
J'ai eu un dernier rapport où notre IPR de LM venue m'inspecter en terminale sur une oeuvre antique alors au programme ( Very Happy )a trouvé mon cours trop "érudit":"pourquoi n'avez-vous pas demandé plutôt aux élèves (terminales au mois d'avril) de raconter chacun une petite histoire au sujet de l'oeuvre,résumer un épisode,ou dire ce qu'ils avaient aimé par exemple..."
Heureusement pour eux j'ai fait autre chose:il se trouve que autre chose,c'était exactement le sujet de bac qui est tombé cette année -là....

Ce sont de très bonnes idées. En CE2.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par ataraxie le Dim 19 Déc 2010 - 14:00

Bonjour Daphné, esprit sacré et collègue angliciste!

Je lis régulièrement la presse syndicale mais je ne vois pas tout à fait ce à quoi tu fais allusion; quant à la notation, par exemple. Aurais-tu des textes précis, ou des annonces sous la main?

As-tu lu/vu que les IPRs allaient abandonner la notation pédagogique sur 60 avec les 3 zones "cibles"?

J'ai bien conscience qu'il est dans l'air du temps d'impliquer davantage les perdirs dans l'évaluation, le recrutement des personnels (cf. dispositif CLAIRement scandaleux pale ), mais je n'ai encore rien lu de concret...

A mon sens, nous avons encore une décennie de "tranquillité" devant nous; mais nous devons néanmoins rester vigilants et sur nos gardes.

A cet égard, je m'étonne qu'il y ait eu si peu de réaction à la mise en place des bahuts CLAIR. Ces derniers étant bien (?) la première pierre lancée contre le service PUBLIC d'éducation NATIONALE!

Désolé d'avoir dévié un peu du titre original du fil.
Embarassed

_________________
Great things are done when Men & Mountains meet
This is not Done by Jostling in the Street.
[list]
[*]William Blake, "Great Things Are Done" (c. 1807-1809), line 1
[/list:u]

ataraxie
Banni


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Daphné le Dim 19 Déc 2010 - 15:23

@ataraxie a écrit:Bonjour Daphné, esprit sacré et collègue angliciste!

Je lis régulièrement la presse syndicale mais je ne vois pas tout à fait ce à quoi tu fais allusion; quant à la notation, par exemple. Aurais-tu des textes précis, ou des annonces sous la main?
Pas encore de texte, donc rien dans la presse syndicale puisque rien de décidé. Des annonces oui en audience syndicale.

As-tu lu/vu que les IPRs allaient abandonner la notation pédagogique sur 60 avec les 3 zones "cibles"?
C'est annoncé / en projet. Plus de notation pédagogique mais une notation par le seul CDE.

J'ai bien conscience qu'il est dans l'air du temps d'impliquer davantage les perdirs dans l'évaluation, le recrutement des personnels (cf. dispositif CLAIRement scandaleux pale ), mais je n'ai encore rien lu de concret...
Non puisque rien n'est encore fixé.

A mon sens, nous avons encore une décennie de "tranquillité" devant nous; mais nous devons néanmoins rester vigilants et sur nos gardes.
Non pas une décennie mais un an tout au plus, c'est dans les tuyaux.

A cet égard, je m'étonne qu'il y ait eu si peu de réaction à la mise en place des bahuts CLAIR. Ces derniers étant bien (?) la première pierre lancée contre le service PUBLIC d'éducation NATIONALE!

Désolé d'avoir dévié un peu du titre original du fil.
Embarassed

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Hermione0908 le Dim 19 Déc 2010 - 18:24

@ysabel a écrit:

Ton IPR ressemble vachement à la mienne !

De qui parles-tu Ysabel ? En MP bien sûr.

@pallas a écrit:
-
qu'il était hors de question de terminer le cours sur une leçon (une
synthèse), qu'ils étaient là pour être en activité et que c'est
seulement par l'activité qu'ils apprendront des choses et pas en les
copiant.
- donc ce qui compte c'est l'interaction
lecture/écriture, on donne le début et hop ils doivent écrire la suite
et hop on donne la suite et puis voilà, ils font la synthèse eux-mêmes.


J'ai eu droit à ça aussi. Elle m'a reproché de ne pas faire assez d'écriture, que ça n'apparaissait pas dans mon cahier de textes. Je lui ai dit que j'en faisais en général au moins une fois par séance de lecture, que je demandais aux élèves un relevé suite à une question précise, puis de rédiger la réponse et de justifier à l'aide du relevé. Elle m'a alors demandé pourquoi je ne mettais pas "lecture/écriture" dans mon cahier de textes. Je lui ai dit que pour moi, l'écriture n'était pas le but avoué de la séance, que c'était la lecture du texte et sa compréhension et que c'était pour cela. Elle a eu l'air moyennement convaincue. L'année dernière, elle a dit à mes collègues qu'il ne fallait plus mettre "lecture/écriture" comme dominante de séance... Suspect
Je me suis montrée affreusement dirigiste, car j'ai dicté ma synthèse. Rien de ce que je leur ai dicté n'avait été imposé de ma part, mes élèves avaient trouvé tous les mots clefs de la synthèse au fur et à mesure de la séance, je n'ai rien ajouté. Elle m'a reproché de ne pas les faire suffisamment écrire, et je cite "vous ne les préparez pas à écrire".
A contrario, je les laisse trop seuls face à la lecture (bon, faudrait savoir, je suis dirigiste ou laxiste ?) et je dois tout de même savoir "qu'on ne peut plus laisser des élèves aujourd'hui seuls face à un livre" (sic). Les livres en question ? Un sac de billes, Voyage à Pitchipoï. Je ne savais pas qu'en troisième, c'était placer la barre trop haut de les laisser lire seuls ces ouvrages.Dans
Dans ma séance d'inspection (lecture d'image), je n'ai pas assez contextualisé les oeuvres et les peintres (je leur ai donné une biographie succincte avec les éléments indispensables pour interpréter et comprendre les tableaux que je leur ai proposé, ça me semblait plus judicieux qu'un cours exhaustif, manifestement non).
J'ai aussi entendu que ma séquence de 5 semaines était trop longue, alors qu'il y a deux ans en réunion sur les nouveaux programmes, on nous a dit, tableau à l'appui, que les nouvelles "unités d'enseignement" pouvaient faire jusqu'à six semaines...

Mais là où j'ai eu le plus de mal, c'est au début de l'entretien. Elle avait mon dossier administratif devant elle, et m'a demandé : "A quoi correspondent les 750€ qu'on vous a réclamés ?" Je suis tombée des nues, je lui ai dit que je n'en savais rien et que je ne voyais pas de quoi elle parlait. Elle ne m'a manifestement pas crue, et m'a reposé la question, puis m'a tendu la feuille qu'elle avait en main. En la lisant, je me susi rendu compte qu'il s'agissait d'un papier d'assurance, pour une histoire de voiture qui m'était arrivée sur le parking un an avant. Soulagée, je le lui ai dit. Réponse : "Donc vous n'avez pas à payer cette somme ? On ne vous l'a pas réclamée ?" (en quoi cela la regarde-t-il en tant qu'IPR ?)
L'autre point qui m'a fait sortir de mes gonds, c'est le fait qu'elle m'ait dit que je suis trop "tatillonne" (sic) quant au fait que je demande à ce que mes décisions d'affectation me soient transmises en temps et en heure, que les suppressions de poste ne concernent pas que les profs mais aussi les services administratifs du rectorat et qu'ils ne peuvent pas faire plus vite pour les arrêtés. Je lui ai dit que ce n'était pas les arrêtés qui me posaient problème, car je sais qu'ils arrivent plus tard, mais les décisions d'affectation, car au rectorat même, on m'avait dit que dès que la suppléance est validée dans le logiciel, la décision s'édite automatiquement. Elle ma renvoyée dans les cordes, toujours avec ce terme de "tatillonne". Elle m'a ensuite demandé si j'avais déjà refusé de prendre des élèves (oui, une fois, au bout de dix jours parce que je n'avais pas d'arrêté et bizarrement l'arrêté est arrivé dans la demi-heure...), et m'a dit que de toute façon, en cas de problème, même sans arrêté, mon cde me couvrirait (mouaaaaaaahhhh ! lol)
Elle m'a aussi demandé des précisions quant à une autorisation d'absence pour un stage syndical.







Dernière édition par Hermione0908 le Dim 19 Déc 2010 - 18:43, édité 1 fois

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par JaneB le Dim 19 Déc 2010 - 18:40

Et bien, moi qui pensais que mon IPR d'anglais était un spécimen rare ...je me rends compte que ce n'est malheureusement pas le cas!
Cette IPR ( heureusement partie à la retraite depuis cette année!) redoutable et redoutée a cassé le moral de bien de mes collègues ...elle était connue comme le loup blanc , ceci dit!
Et dire qu'on nous bassine avec la " pédagogie de l'encouragement" auprès des élèves et que nous, profs consciencieux et désireux de bien faire, on nous traite comme le dernier des cancres !
Elle m'avait dit que j'avais bien de la chance d'avoir des élèves gentils parce que vu mes cours ( inintéressants), on ne pourrait pas les blâmer de mettre le bazar!! Shocked

JaneB
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par InvitéN le Dim 19 Déc 2010 - 18:41

@V.Marchais a écrit:Bonjour à tous,

Depuis la rentrée 2009, un certain nombre de collègues de Lettres font état d'abus manifestes des IPR, qui d'une part s'ingénient à rendre nuls et non avenus les nouveaux programmes en continuant d'imposer le modèle unique de la séquence et les pratiques associées, d'autre part font preuve d'un acharnement destructeur à l'encontre des collègues qui tentent, contre vents et marrées, de pratiquer un enseignement conforme à leurs propres convictions mais différent des préconisations des IPR.

L'objet de ce post est de créer un lieu d'échange et d'entraide pour les collègues, afin de leur permettre de témoigner, mais aussi de les soutenir à chaque fois que nécessaire :
- moralement (c'est peu, mais c'est beaucoup) ;
- en construisant ensemble un argumentaire permettant de mieux défendre ses choix ;
- en partageant les références de recherches pédagogiques justifiant ces choix (il y en a, et de plus en plus) ;
- en développant des techniques de communication qui nous rendent plus incisif lors des entretiens (ça existe, et ce sont souvent de simples petits trucs facilement applicables) ;
- en conseillant pour d'éventuels recours.

La contribution de chacun est la bienvenue. Plus nous serons nombreux à défendre notre liberté pédagogique dans les mêmes termes, plus cette défense sera efficace.

NB : Il n'est pas nécessaire de travailler hors séquences pour participer à ce fil. Soyons bien clairs dès le départ : ce que nous défendons, ce n'est pas un nouveau modèle, c'est la liberté pédagogique.

En cas de difficultés avec un IPR, postez ici. Tout ce que l'on pourra faire pour vous aider, on le fera.

Courage à tous,
Véronique Marchais.

Pas étonnée avec la guerre des méthodes dans votre matière, le pire étant me semble t'il en école primaire ...

_________________
Plus on partage, plus on possède !

InvitéN
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par ysabel le Dim 19 Déc 2010 - 18:52

@Hermione0908 a écrit:
@ysabel a écrit:

Ton IPR ressemble vachement à la mienne !

De qui parles-tu Ysabel ? En MP bien sûr.

@pallas a écrit:
-
qu'il était hors de question de terminer le cours sur une leçon (une
synthèse), qu'ils étaient là pour être en activité et que c'est
seulement par l'activité qu'ils apprendront des choses et pas en les
copiant.
- donc ce qui compte c'est l'interaction
lecture/écriture, on donne le début et hop ils doivent écrire la suite
et hop on donne la suite et puis voilà, ils font la synthèse eux-mêmes.


J'ai eu droit à ça aussi. Elle m'a reproché de ne pas faire assez d'écriture, que ça n'apparaissait pas dans mon cahier de textes. Je lui ai dit que j'en faisais en général au moins une fois par séance de lecture, que je demandais aux élèves un relevé suite à une question précise, puis de rédiger la réponse et de justifier à l'aide du relevé. Elle m'a alors demandé pourquoi je ne mettais pas "lecture/écriture" dans mon cahier de textes. Je lui ai dit que pour moi, l'écriture n'était pas le but avoué de la séance, que c'était la lecture du texte et sa compréhension et que c'était pour cela. Elle a eu l'air moyennement convaincue. L'année dernière, elle a dit à mes collègues qu'il ne fallait plus mettre "lecture/écriture" comme dominante de séance... Suspect
Je me suis montrée affreusement dirigiste, car j'ai dicté ma synthèse. Rien de ce que je leur ai dicté n'avait été imposé de ma part, mes élèves avaient trouvé tous les mots clefs de la synthèse au fur et à mesure de la séance, je n'ai rien ajouté. Elle m'a reproché de ne pas les faire suffisamment écrire, et je cite "vous ne les préparez pas à écrire".
A contrario, je les laisse trop seuls face à la lecture (bon, faudrait savoir, je suis dirigiste ou laxiste ?) et je dois tout de même savoir "qu'on ne peut plus laisser des élèves aujourd'hui seuls face à un livre" (sic). Les livres en question ? Un sac de billes, Voyage à Pitchipoï. Je ne savais pas qu'en troisième, c'était placer la barre trop haut de les laisser lire seuls ces ouvrages.Dans
Dans ma séance d'inspection (lecture d'image), je n'ai pas assez contextualisé les oeuvres et les peintres (je leur ai donné une biographie succincte avec les éléments indispensables pour interpréter et comprendre les tableaux que je leur ai proposé, ça me semblait plus judicieux qu'un cours exhaustif, manifestement non).
J'ai aussi entendu que ma séquence de 5 semaines était trop longue, alors qu'il y a deux ans en réunion sur les nouveaux programmes, on nous a dit, tableau à l'appui, que les nouvelles "unités d'enseignement" pouvaient faire jusqu'à six semaines...

Mais là où j'ai eu le plus de mal, c'est au début de l'entretien. Elle avait mon dossier administratif devant elle, et m'a demandé : "A quoi correspondent les 750€ qu'on vous a réclamés ?" Je suis tombée des nues, je lui ai dit que je n'en savais rien et que je ne voyais pas de quoi elle parlait. Elle ne m'a manifestement pas crue, et m'a reposé la question, puis m'a tendu la feuille qu'elle avait en main. En la lisant, je me susi rendu compte qu'il s'agissait d'un papier d'assurance, pour une histoire de voiture qui m'était arrivée sur le parking un an avant. Soulagée, je le lui ai dit. Réponse : "Donc vous n'avez pas à payer cette somme ? On ne vous l'a pas réclamée ?" (en quoi cela la regarde-t-il en tant qu'IPR ?)
L'autre point qui m'a fait sortir de mes gonds, c'est le fait qu'elle m'ait dit que je suis trop "tatillonne" (sic) quant au fait que je demande à ce que mes décisions d'affectation me soient transmises en temps et en heure, que les suppressions de poste ne concernent pas que les profs mais aussi les services administratifs du rectorat et qu'ils ne peuvent pas faire plus vite pour les arrêtés. Je lui ai dit que ce n'était pas les arrêtés qui me posaient problème, car je sais qu'ils arrivent plus tard, mais les décisions d'affectation, car au rectorat même, on m'avait dit que dès que la suppléance est validée dans le logiciel, la décision s'édite automatiquement. Elle ma renvoyée dans les cordes, toujours avec ce terme de "tatillonne". Elle m'a ensuite demandé si j'avais déjà refusé de prendre des élèves (oui, une fois, au bout de dix jours parce que je n'avais pas d'arrêté et bizarrement l'arrêté est arrivé dans la demi-heure...), et m'a dit que de toute façon, en cas de problème, même sans arrêté, mon cde me couvrirait (mouaaaaaaahhhh ! lol)
Elle m'a aussi demandé des précisions quant à une autorisation d'absence pour un stage syndical.






Je t'ai répondu par MP.

Si c'est la même (je le pense) elle n'est pas prête de venir me voir vu le camouflet que je lui ai mis en commission d'harmonisation. En plus mon CdE me note bien, et les élèves comme les parents d'élèves m'apprécient dans leur majorité (dixit mon CdE). Ce serait donc difficile de me casser comme elle l'avait fait quand j'étais TZR en collège il y a pas mal d'années maintenant.


Dernière édition par ysabel le Dim 19 Déc 2010 - 18:57, édité 1 fois

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Invité le Dim 19 Déc 2010 - 18:54

moi, c'est sûr, je refuserai désormais d'être inspectée. J'en ai le droit.
Les inspections ne m'ont apporté que stress, insomnies et reproches, je ne vois pas pourquoi je continuerais à supporter ces fâcheux, tout ça pour les supplémentaires clopinettes hypothétiques qu'ils nous apportent.

Maintenant on arrête avec ce mythe de la progression: toucher 100 euros par mois de + pendant 6 à 12 mois que votre collègue à l'ancienneté, ça vous fait bander?

Mais vous êtes putes à ce point?


Dernière édition par Lorica le Dim 19 Déc 2010 - 18:57, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par John le Dim 19 Déc 2010 - 18:56

Tssst, du calme, du calme, Lorica...

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Invité le Dim 19 Déc 2010 - 18:58

@John a écrit:Tssst, du calme, du calme, Lorica...

quoi? je trouve que je suis très courtoise. Et ayant dit le fond de ma pensée, je m'arrêterai là.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par roxanne le Dim 19 Déc 2010 - 19:24

Je n'ai été inspectée que deux fois lors de ma carrière : une fois pour ma titularisation lors de mon stage en situation et il y a 2 ans .Les deux fois , je suis tombée sur des gens courtois, qui effectivement venaient prêcher un discours (d'ailleurs opposés à 8 ans d'écart), qui m'ont fait des remarques qui m'ont semblé honnêtes, et qui m'ont augmentée là aussi "honnêtement"..Voilà , rien de transcendant , mais rien d'humilant comme je lis ici.J'ai eu de la chance ..pourvu que ça dure !

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par InvitéN le Dim 19 Déc 2010 - 20:08

Lorica a écrit:moi, c'est sûr, je refuserai désormais d'être inspectée. J'en ai le droit.
Les inspections ne m'ont apporté que stress, insomnies et reproches, je ne vois pas pourquoi je continuerais à supporter ces fâcheux, tout ça pour les supplémentaires clopinettes hypothétiques qu'ils nous apportent.

Maintenant on arrête avec ce mythe de la progression: toucher 100 euros par mois de + pendant 6 à 12 mois que votre collègue à l'ancienneté, ça vous fait bander?

Mais vous êtes putes à ce point?

Je suis encore une fois d'accord avec toi topela

_________________
Plus on partage, plus on possède !

InvitéN
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par InvitéN le Dim 19 Déc 2010 - 20:09

@roxanne a écrit:Je n'ai été inspectée que deux fois lors de ma carrière : une fois pour ma titularisation lors de mon stage en situation et il y a 2 ans .Les deux fois , je suis tombée sur des gens courtois, qui effectivement venaient prêcher un discours (d'ailleurs opposés à 8 ans d'écart), qui m'ont fait des remarques qui m'ont semblé honnêtes, et qui m'ont augmentée là aussi "honnêtement"..Voilà , rien de transcendant , mais rien d'humilant comme je lis ici.J'ai eu de la chance ..pourvu que ça dure !

4 inspections en 18 ans
dont 3-4 en 2 ans : marre ! trop de stress à gérer et ça laisse des traces !

_________________
Plus on partage, plus on possède !

InvitéN
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Invité le Dim 19 Déc 2010 - 20:11

cool! mais je crois qu'on est bien seules... tu vas voir, c'est bientôt la campagne de notation des profs... ça va encore poster des pages et des pages sur les 0.1 qui manquent!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par Invité24 le Dim 19 Déc 2010 - 20:14

nateka a écrit:
Lorica a écrit:moi, c'est sûr, je refuserai désormais d'être inspectée. J'en ai le droit.
Les inspections ne m'ont apporté que stress, insomnies et reproches, je ne vois pas pourquoi je continuerais à supporter ces fâcheux, tout ça pour les supplémentaires clopinettes hypothétiques qu'ils nous apportent.

Maintenant on arrête avec ce mythe de la progression: toucher 100 euros par mois de + pendant 6 à 12 mois que votre collègue à l'ancienneté, ça vous fait bander?

Mais vous êtes putes à ce point?

Je suis encore une fois d'accord avec toi topela

tout à fait
Laughing

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par InvitéN le Dim 19 Déc 2010 - 20:26

Lorica a écrit:cool! mais je crois qu'on est bien seules... tu vas voir, c'est bientôt la campagne de notation des profs... ça va encore poster des pages et des pages sur les 0.1 qui manquent!

Je crois que c'est le sujet préféré des profs les IPR qui nous cassent les pieds ...

_________________
Plus on partage, plus on possède !

InvitéN
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se défendre face aux IPR

Message par cristal le Dim 19 Déc 2010 - 20:47

Lorica a écrit:cool! mais je crois qu'on est bien seules... tu vas voir, c'est bientôt la campagne de notation des profs... ça va encore poster des pages et des pages sur les 0.1 qui manquent!
Je crois qu'il s'agit plus d'orgueil que de salaire.

cristal
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum