pénibilité de... la grammaire

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Y@nn le Mer 25 Nov 2009 - 20:39

C'est si mystérieux...

La Grammaire méthodique du français explique tout ça.

Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Y@nn le Mer 25 Nov 2009 - 20:42

Au fait, pourquoi est-ce mystérieux ? Vous avez dû en avaler de la linguistique, non ?

Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Saraswati le Mer 25 Nov 2009 - 20:43

@alinette a écrit:Mon classement provient des docs d'accompagnement donc d'après eux les actes de parole font partie de la gram. du discours. Et pour les différents discours c'est une erreur de ma part.
OK, je te crois sur parole, mais c'est vrai que je n'ai pas le courage de réfléchir au classement des paroles rapportées dans l'étude de la grammaire ! pour le reste on est donc d'accord.

Camélionne, il n'est pas question de parler de ça aux élèves ! ça reste entre nous.
Moi aussi j'ai appris avec ça, c'était la mode quand j'ai passé le Capes et j'écrivais scrupuleusement dans mes préparation de séance, en tant que stagiaires : le support / la dominante / l'objectif / etc... et quand la dominante était "langue" je précisais "grammaire de phrase / texte / discours".
Voilà à quoi ça sert, c'est tout.

Saraswati
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Camélity Jane le Mer 25 Nov 2009 - 20:50

Ah non, pour moi, le grand mystère, c'est la raison pour laquelle la terminologie ne cesse de changer.
niveau de langue ou registre de langue? style direct, ou discours direct? forme de discours ou type de texte? Voix ou forme pronominale? Le Complément d'attribution a disparu, le complément d'agent itou, la phrase composée n'est plus qu'un lointain souvenir, et l'épithète détachée n'a plus la cote.... pour le moment en tout cas.
Oui, vraiment, le grand mystère, pour moi, c'est celui de savoir pourquoi des gens trouvent capital de se gargariser avec des bons mots qu'ils décrieront plus tard. N'ont-ils rien d'autre à faire, que des vols planés au-dessus du dictionnaire?
Pourquoi faut-il parler d'analepse en seconde à des élèves à qui, deux mois plus tôt, on a soutenu qu'on appelait ce jeu temporel un retour en arrière?
Mystère...


Dernière édition par camélionne le Mer 25 Nov 2009 - 20:51, édité 1 fois

Camélity Jane
Banni


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Colonel le Mer 25 Nov 2009 - 20:50

Y@ann, j'ai fait de la linguistique comme tout le monde. Ce n'est juste pas mon école et au RPR je préfère la bonne grammaire à papa. C'est triste, mais les élèves comprennent mieux Maquet et Flot. Question d'époque. Je ne suis pas vieux, mais je me méfie des modes.

Colonel
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par MS le Mer 25 Nov 2009 - 20:50

Mais tout ça disparaît des nouveaux programmes non? Peut-être encore une légère trace à partir de la 4°?
Pour ma part, j'ai allègrement jeté à la poubelle les types de textes, les modalisateurs, la situation d'énonciation et j'en oublie sûrement.

_________________
Pas de deuxième année d'IUFM!

MS
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Invité24 le Mer 25 Nov 2009 - 20:52

mais des fois, vous vous demandez pas à quoi sert d'apprendre la grammaire...tout court?????????????

j'en ai marre de rabacher les mêmes trucs d'une année sur l'autre....on ne devrait faire que des textes, ce serait pareil...

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Colonel le Mer 25 Nov 2009 - 20:59

Bon, on ne va pas tout brûler ce soir. Au final, j'arrive au tableau suivant :


Grammaire du discours et de texte

Situation d’énonciation (message/émetteur/récepteur)

Paroles rapportées (discours direct et indirect)

Repérer discours narratif, descriptif, explicatif

Récit passé / récit au présent


Valeurs des temps du discours

Valeurs des temps du récit


La modalisation


Les déictiques


Notion de paragraphe


Reprise et substituts du nom


Les connecteurs spatiaux temporels et logiques

Colonel
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Y@nn le Mer 25 Nov 2009 - 20:59

@ colonel
Je me doutais bien que vous aviez fait de la linguistique :-)

@ MS
Ce n'est sûrement pas plus mal comme ça.

@ camélionne

Ça ne peut pas en être autrement ! Parce que la terminologie est multiple, parce qu'elle est perfectible, et qu'elle tente parfois vainement ou maladroitement de rendre compte de tel ou tel phénomène.
Par exemple, le mot "discours" du fait de sa polysémie est problématique. L'épithète détachée pose un problème également (l'épithète étymologiquement, c'est ce qui est lié au nom, alors que ce soit lié et détaché... ). En revanche, le terme d'apposition n'est pas neutre non plus, etc.

Et puis des choix sont faits dans les programmes, pas toujours heureux. Parler d'analepse... pourquoi ne pas parler aux élèves de narrateur hétérodiégétique dès leur plus jeune âge ?

Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Y@nn le Mer 25 Nov 2009 - 21:03

@ rose

Non non, j'aime bien. Je plonge dans une douce et monotone torpeur dès que j'évoque pour la énième fois un sujet que les élèves devraient maîtriser parfaitement après cinq années de primaire et quatre de collège :-)

Du coup, je débite mon cours le regard absent avec un sentiment de sécurité intense !

Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Invité24 le Mer 25 Nov 2009 - 21:04

tout ce qu'on aime dans le métier quoi......... ça fait rever, hein....

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Colonel le Mer 25 Nov 2009 - 21:06

Bon, j'vais vous laisser...
Ce fut bref, ce fut intense !
Match nul !

Colonel
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Dwarf le Mer 25 Nov 2009 - 21:15

rose a écrit:mais des fois, vous vous demandez pas à quoi sert d'apprendre la grammaire...tout court?????????????

j'en ai marre de rabacher les mêmes trucs d'une année sur l'autre....on ne devrait faire que des textes, ce serait pareil...

Non, il faut s'y tenir, plus que jamais!

"La grammaire est la première partie de l'art de penser" Condillac (je la mets pour la troisième fois sur le forum)

un exemple de l'utilité fondamentale de la grammaire pour COMPRENDRE, cette question que j'ai soumise par écrit à mes troisièmes (sur Le Meilleur des mondes d'Huxley), bons élèves au demeurant mais qui ne l'ont comprise qu'après analyse grammaticale, précisément:



"Quel monde la multiplication des données chiffrées tout au long de ce chapitre contribue-t-elle à décrire ?"

ou encore cette phrase de Depsroges qui avait résisté à mes meilleurs éléments il y a six ans, et que seule l'analyse logique leur avait permis de comprendre vraiment :



"Les plus sourds de nos auditeurs auront entendu parler de cet aimable gigolo poudré qui traversa le XVIIème siècle en squatterisant les mondains versaillais qu’il éblouissait d’une plume alerte, dont il nourrissait la verve en piratant sans vergogne les fabliers d’Esope. "

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu

Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Saraswati le Mer 25 Nov 2009 - 22:49

camélionne a écrit:Ah non, pour moi, le grand mystère, c'est la raison pour laquelle la terminologie ne cesse de changer.
ça c'est vrai, je suis d'accord.

Depuis quelques temps, j'essaie de faire simple : pour les petites classes (6e en fait, surtout) je garde des termes basiques qui évoquent quelque chose pour eux.
Pour les 4e - 3e, j'utilise la même terminologie qu'au lycée, pour que le bouleversement ne soit pas total.
Et j'essaie de ne pas me mélanger les pinceaux (c'est ça le + dur).
Par ex je ne parle pas de "registres de langue" mais de "niveaux de langage", ce qui ne m'empêche pas de leur dire qu'ils pourront voir "registres" dans des manuels, mais qu'au lycée ça désignera toute autre chose.

En fait, je me suis surtout rendue compte que je n'avais plus envie d'apprendre des notions et des termes qui me semblent barbares et incompréhensibles. Je fais ce qui me semble vraiment indispensable. (quelle rebelle !! )
Et je me suis mise au mime aussi, ça marche pour faire comprendre certaines notions !

Saraswati
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Colonel le Mer 25 Nov 2009 - 22:57

Moi au bricolage : les propositons sont des tuyaux de différentes tailles qui se raccordent avec des joints (mots subordonnants)...
Bien dit en tout cas !

Colonel
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: pénibilité de... la grammaire

Message par Dinaaa le Mer 25 Nov 2009 - 23:01

Eh bien moi je joue aux cartes : la carte la plus importante, c'est le roi ?
Le verbe de cette phrase est le roi, les autres mots dépendent de lui.
(eh oui, on en est là, je suis contente quand ils arrivent à reconnaître un verbe).

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum