Urgent sujet brevet autobio facile ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Esméralda le Mar 8 Déc 2009 - 20:58

Je cherche un sujet type brevet - du moins la 1ère partie me suffirait- pour mes 3ème moyens-faibles-pas très motivés et ricaneurs en diable...
Il me faudrait un texte pas trop dur, des questions avec pas trop de point de grammaire compliqué ( type rapport logique ou figure de style car on n'a pas revu...) , mais des questions sur formations des mots, valeurs du présent ou autre temps, ça irait !!
Je cherche autre chose que le texte de Sarraute extrait d'Enfance car je l'ai donné l'an passé et j'ai une élève redoublante ... Laughing
Donc là, je suis dans la mouise totale après conseil ( c'est pour jeudi mais bon ...)

Esméralda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Aëmiel le Mar 8 Déc 2009 - 21:01

Rien de scanné ni de tapé, mais si tu as des annbrevets sous le coude (ou en recherche google), je pense que le brevet sur le texte d'Alain Remond "chaque jour est un adieu" (euhhh, de mémoire, hein) devrait coller. Pas trop difficile, si mes souvenirs sont bons.

_________________
Auteur jeunesse
le site : http://www.anne-ferrier.fr
le blog : http://anne-ferrier.blogspot.fr/

Aëmiel
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Barnafée la Patouille le Mar 8 Déc 2009 - 21:03

J'ai éventuellement un sujet pour toi, celui donné l'an dernier à mes 3e. Donne-moi ton mel et je t'envoie ça!

Barnafée la Patouille
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Esméralda le Mar 8 Déc 2009 - 21:16

Sérafina, je crois que le sujet dont tu parles est dans des annales un peu plus anciennes car je ne l'ai pas vu dans les dernières... Sinon, si c'est le sujet auquel je pense ( dans lequel il parle de lecture ?) , c'est vrai que je l'avais repéré mais je dois modifier une ou deux questions ...Ah oui, et j'oubliais de dire : tant qu'à faire, je cherche aussi les corrigés...

Esméralda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Ornella le Mar 8 Déc 2009 - 21:17

"Souvenirs" de Giono

Ornella
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Aëmiel le Mar 8 Déc 2009 - 21:18

Oui, c'est celui-ci, il y parle de son amour de la lecture, et de la mort de sa mère. Mais tu as raison, il n'est sans doute pas très récent.

_________________
Auteur jeunesse
le site : http://www.anne-ferrier.fr
le blog : http://anne-ferrier.blogspot.fr/

Aëmiel
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Esméralda le Mar 8 Déc 2009 - 22:04

Le texte de Giono, je me demande si on ne l'a pas donné en brevet blanc il y a quelques années ( je garde le fichiers car je suis coordo...) , je vais regarder ( mais il me semble qu'il y a une question sur expansion du nom ( et bien sûr, mes zébulons ne sauront pas ... )=

Esméralda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par charlottofraise le Mar 8 Déc 2009 - 22:09

Dans ce cas, tu supprimes la question et tu modifies le barême / tu remplaces la question sans modifier le barême !

charlottofraise
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Barnafée la Patouille le Mar 8 Déc 2009 - 23:24

Je t'ai envoyé un sujet.

Barnafée la Patouille
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par miss sophie le Mer 9 Déc 2009 - 19:58

Et ce texte de Michel Leiris?



Agé de cinq ou six ans, je fus victime d’une agression. Je veux dire que je subis dans la gorge une opération qui consista à m’enlever les végétations[1] ; l’intervention eut lieu d’une manière très brutale, sans que je fusse anesthésié. Mes parents avaient d’abord commis la faute de m’emmener chez le chirurgien sans me dire où ils me conduisaient. Si mes souvenirs sont justes, je m’imaginais que nous allions au cirque ; j’étais donc très loin de prévoir le tour sinistre que me réservaient le vieux médecin de la famille, qui assistait le chirurgien, et ce dernier lui-même. Cela se déroula, point par point, ainsi qu’un coup monté et j’eus le sentiment qu’on m’avait attiré dans un véritable guet-apens. Voici comment les choses se passèrent : laissant mes parents dans le salon d’attente, le vieux médecin m’amena jusqu’au chirurgien, qui se tenait dans une autre pièce en grande barbe noire et blouse blanche (telle est, du moins, l’image d’ogre que j’en ai gardé) ; j’aperçus des instruments tranchants et, sans doute, eus-je l’air effrayé car, me prenant sur ses genoux, le vieux médecin dit pour me rassurer : « Viens, mon petit coco ! On va jouer à faire la cuisine. » A partir de ce moment, je ne me souviens de rien, sinon de l’attaque du chirurgien qui plongea un outil dans ma gorge, de la douleur que je ressentis et du cri de bête qu’on éventre que je poussai. Ma mère, qui m’entendit à côté, fut effarée.

Dans le fiacre qui nous ramena je ne dis pas un mot ; le choc avait été si violent que pendant vingt-quatre
heures il fut impossible de m’arracher une parole ; ma mère, complètement désorientée, se demandait si je n’étais pas devenu muet. Tout ce que je me rappelle de la période qui suivit immédiatement l’opération, c’est le retour en fiacre, les vaines tentatives de mes parents pour me faire parler puis, à la maison : ma mère me tenant dans ses bras devant la cheminée du salon, les sorbets qu’on me faisait avaler, le sang qu’à diverses reprises je dégurgitai et qui se confondait pour moi avec la couleur fraise des sorbets.

Ce souvenir est, je crois, le plus pénible de mes souvenirs d'enfance. Non seulement je ne comprenais pas que l'on m'eût fait si mal, mais j'avais la notion d'une duperie[2], d'un piège, d'une perfidie[3] atroce de la part des adultes, qui ne m'avaient amadoué que pour se livrer sur ma personne à la plus sauvage agression. Toute ma représentation de la vie en est restée marquée : le monde, plein de chausse-trappes[4], n'est qu'une vaste prison ou salle de chirurgie ; je ne suis sur terre que pour devenir chair à médecins, chair à canons, chair à cercueil ; comme la promesse fallacieuse[5] de m'emmener au cirque ou de jouer à faire la cuisine, tout ce qui peut m'arriver d'agréable en attendant n'est qu'un leurre, une façon de me dorer la pilule pour me conduire plus sûrement à l'abattoir où, tôt ou tard, je dois être mené.

Michel Leiris (1901-1990), L'âge d'homme, 1939

[1] Opération des amygdales.
[2] Tromperie.
[3] Trahison, action déloyale.
[4] Trou recouvert cachant un piège.
[5] Fausse.


Dernière édition par miss sophie le Mer 9 Déc 2009 - 19:59, édité 2 fois (Raison : mise en page)

miss sophie
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Invité24 le Mer 9 Déc 2009 - 20:00

le brevet blanc autobio extrait d'annie duperey, un grand auteur français, est TRES facile.
tu le trouveras sur le net

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par miss sophie le Mer 9 Déc 2009 - 20:03

Avec ces questions:

Questions /20

I La situation d’énonciation /7
1. A quel genre littéraire appartient ce texte ? Justifiez votre réponse en précisant notamment qui sont l’auteur, le narrateur et le personnage principal. /1
2. Quelle est la différence entre le « je » de la ligne 1 (« je fus victime d’une agression ») et le « je » de la
ligne 26 (« je crois ») ? /1
3. Dans « je veux dire » (l.1) et « je ne me souviens » (l.15), quel temps est utilisé et quelle est sa valeur ? /1
4. Relevez les expressions qui traduisent les difficultés que rencontre l’auteur pour raconter avec précision cet épisode de sa vie. A quel problème est-il confronté ? /1,5
5. Décomposez le verbe « se remémorer » et donnez son sens. Citez un mot de la même famille. /2,5

II Un souvenir douloureux /6,5
1. Montrez en vous appuyant sur le premier paragraphe la violence de cette expérience. /1
2. A quoi sert la parenthèse de la ligne 11-12 ? Commentez le mot « ogre ». /1
3. Relevez dans le dernier paragraphe les mots appartenant au champ lexical du mensonge. /1
4. Comment appelle-t-on une progression comme celle de la ligne 28 ? /0,5
5. Donnez la classe et la fonction précise de ces expressions et précisez la nuance temporelle exprimée par chacune : « pendant vingt-quatre heures » (l.19), « à diverses reprises » (l.24) et « tôt ou tard » (l.35). /3

III Le traumatisme /4,5
1. Quelle est valeur du présent aux lignes 31 à 35 ? /0,5
2. Dans le dernier paragraphe, l’auteur montre que la douleur la plus profonde qu’il a ressentie lors de cet épisode était morale et non physique. Expliquez. /1
3. Quelle influence l’opération a-t-elle eue sur la vie de l’auteur ? Développez. /2
4. Donnez des raisons pour lesquelles on choisit de raconter sa vie. /1

Expression /2
>> Toute réponse non rédigée (phrase complète : sujet-verbe-complément) sera sanctionnée de -0,25 point.
>> Toute faute d’orthographe sur un mot du cours ou du texte et tout relâchement du langage (mot familier, chiffre pas écrit en lettres) sera pénalisé aussi de - 0,25, jusqu’à - 1 point.

miss sophie
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par miss sophie le Mer 9 Déc 2009 - 20:07

Bon, ce n'est peut-être pas si facile... Je te mets le corrigé quand même:

Correction de l’Evaluation sur l’autobiographie
« Gorge coupée » de Michel Leiris

I La situation d’énonciation /7
1. Ce texte appartient au genre de l’autobiographie ; en effet, l’auteur, Michel Leiris, y raconte sa propre vie : il est à la fois l’auteur, le narrateur et le personnage principal de cette histoire. /1
2. Le « je » de la ligne 1 (« je fus victime d’une agression ») désigne le Michel Leiris enfant qui a vécu cet épisode alors que le « je » de la ligne 26 (« je crois ») se réfère au Michel Leiris adulte qui écrit ce souvenir. Il s’agit de la même personne, mais à des moments différents de sa vie. /1
3. Dans « je veux dire » (l.1) et « je ne me souviens » (l.15), le temps utilisé est le présent de l’indicatif ; il a une valeur d’énonciation : il se réfère au moment de l’écriture. /1
4. Les expressions « « si mes souvenirs sont justes » (l.5), « à partir de ce moment, je ne me souviens de rien » (l.14-15), « tout ce que je me rappelle de la période qui suivit » (l.20) traduisent les difficultés que rencontre l’auteur pour raconter avec précision cet épisode de sa vie, difficultés liées au problème de la mémoire parfois
défaillante. /1,5
5. Le verbe pronominal « se remémorer » comporte le pronom réfléchi « se » et « remémorer » qui se compose comme suit : le préfixe « re- » indiquant une répétition, le radical « mémor » qui donne l’idée de base : la mémoire, et le suffixe « -er » qui fait de ce mot un verbe du premier groupe à l’infinitif. « se remémorer » signifie se rappeler, se souvenir. Les mots « commémorer », « immémorial », « mémorable », « mémorisation » sont de la même famille. /2,5

II Un souvenir douloureux /6,5
1. Cette expérience a été très violente, comme l’atteste ce champ lexical relevé dans le premier paragraphe : agression, subis, brutale, guet-apens, ogre, tranchants, attaque, douleur, cri, éventre. /1
2. La parenthèse de la ligne 11-12 énonce un commentaire du narrateur adulte émettant un doute sur la véracité de l’image qu’il a gardée en mémoire (l’expression « du moins » indique bien cette nuance de doute). Le mot « ogre » rend compte de l’impression ressentie par l’enfant qu’il était alors. /1
3. Dans le dernier paragraphe figurent plusieurs mots appartenant au champ lexical du mensonge : duperie, piège, perfidie, chausse-trappes, fallacieuse, leurre, dorer la pilule. /1
4. On trouve à la ligne 28 (« j'avais la notion d'une duperie, d'un piège, d'une perfidie atroce de la part des adultes ») une gradation ascendante. /0,5
5. Le groupe nominal prépositionnel « pendant vingt-quatre heures » (l.19) est complément circonstanciel de temps du verbe « fut » et exprime la durée. Le groupe nominal prépositionnel « à diverses reprises » (l.24) est complément circonstanciel de temps du verbe « dégurgitai » et exprime la fréquence. Les adverbes « tôt ou tard » (l.35) sont le complément circonstanciel de temps du verbe « être mené » (ou du verbe « dois ») et expriment le moment, la date. /3

III Le traumatisme /4,5
1. Le présent de l’indicatif des lignes 31 à 35 est un présent de vérité générale : l’auteur énonce quelque chose qui pour lui est une vérité absolue. /0,5
2. Dans le dernier paragraphe, la douleur la plus profonde est morale. En effet la souffrance physique ressentie par l’enfant a été précédée des mensonges de ses parents et du médecin : « je m’imaginais que nous allions au cirque » (l.5), « Le vieux médecin dit pour me rassurer : « Viens, mon petit coco ! On va jouer à faire la cuisine. » (l.14). C’est ce décalage entre l’amusement auquel l’enfant s’attendait et ce qui lui est vraiment arrivé qui a été le plus violent, d’où un sentiment de trahison des adultes que Michel Leiris qualifie d’« atroce » (l.28) : « Non seulement je ne comprenais pas que l’on m’eût fait si mal, mais j’avais la notion d’une duperie, d’un piège » (l.28). /1
3. Cette opération a eu sur la vie de l’auteur une influence essentielle, comme il l’indique lui-même : « Toute ma représentation de la vie en est restée marquée ». L’incompréhension qui a été la sienne lors de cet épisode et le fort sentiment de trahison qu’il a ressenti alors lui ont ôté toute confiance et l’ont persuadé que tout était mensonge (le monde est « plein de chausse-trappes », l.30), que tout ce qu’on pouvait lui annoncer de bien cachait quelque chose de mal : « tout ce qui peut m’arriver d’agréable en attendant n’est qu’un leurre » (l.33). L’idée de la mort et de la souffrance est fortement ancrée en lui : les promesses de la vie ne visent qu’à transformer l’homme en « chair à médecins, chair à canons, chair à cercueil » (l.32) et à le mener à «l’abattoir» (l.35). /2
4. Les raisons pour lesquelles on choisit de raconter sa vie sont diverses, mais il s’agit toujours de garder une trace de ce que l’on a vécu, soit pour soi, soit pour témoigner (lorsque l’on a vécu un événement important) pour que les autres sachent et n’oublient pas. Ecrire son autobiographie, c’est aussi chercher qui l’on était et qui l’on est devenu, s’interroger sur soi-même... /1

Expression /2

miss sophie
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par cristal le Mer 9 Déc 2009 - 20:25

Merci Miss Sophie. Je connaisais le texte (Je l'ai pris dans le Fleur d'encre) mais je ne connaissais pas la fin car elle est tronquée dans le manuel et, du coup, je trouve cela bien dommage...

cristal
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Angua le Mer 9 Déc 2009 - 21:09

J'avais donné à une classe très faiblarde un extrait d'Une fois Sept de Michelet, qui doit trainer quelque part dans mes dossiers. je crois que je l'avais bricolé à partir d'un sujet pour séries techno, ça t'intéresse?

_________________
journalsemilitteraire.over-blog.com

Angua
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Urgent sujet brevet autobio facile ...

Message par Esméralda le Mer 9 Déc 2009 - 21:15

Merci Miss Sophie pour ce sujet, je connais le texte ( je l'ai travaillé oralement en fait !) mais je trouve que certaines questions sont un peu dures. Je stocke pour donner en DM peut-être. Le sujet Duperey n'était pas mal mais je ne l'ai pas retrouvé ! Finalement, j'ai opté pour un extrait de Chaque jour est un adieu d'Alain Rémond qui est assez intéressant, qui devrait faire l'affaire. Au pire, je donnerai un DM pour rattraper les cata...
MErci encore ( et pour le corrigé, trop cool ! )

Esméralda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum