Rédaction en 5e

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rédaction en 5e

Message par Invité22 le Sam 6 Fév - 10:25

Comment faire progresser les élèves en rédaction? Il me semble qu'ils ne parviennent pas à comprendre ce que l'on attend d'eux et ce malgré l'énoncé des critères. D'autre part, ils négligent la forme et bâclent la mise en page de leur travail. Comment faire pour améliorer la situation?
Disposez-vous d'activités leur permettant d'analyser un sujet?
MERCI

Invité22
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par lulucastagnette le Sam 6 Fév - 10:47

Je leur donne systématiquement le plan de leur rédaction.
Je détaille le nombre de paragraphes qu'ils ont à faire et ce qu'ils vont y raconter.
du genre :
1er paragraphe : je décris la salle du château
2è : un homme entre et lance un défi au roi
3è : le combat a lieu
etc..

Ca marche beaucoup mieux, ne bride pas l'imagination des meilleurs et rassure les plus en difficulté.

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par Invité22 le Sam 6 Fév - 10:51

J'ai l'impression de penser à leur place!

Invité22
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par lulucastagnette le Sam 6 Fév - 11:10

Ils sont encore jeunes, et même si ça semble très directif, ils ont besoin de structure !
Après, tout dépend de ce qu'on attend d'une rédaction : pour moi, c'est de faire écrire aux gamins quelques paragraphes bien structurés, ponctués, corrects grammaticalement. L'originalité, ça viendra après !

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par Invité22 le Sam 6 Fév - 11:14

Oui, tu as ss doute raison! Merci de m'avoir livré ton pt de vue

Invité22
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par melaniguiz le Sam 6 Fév - 17:20

En 5e j'ai renoncé à les laisser seuls face à leur sujet de rédac : aucun intéret à les laisser mijoter dans leur hors-sujet deux heures pour leur coller un 3 et marre de corriger des rédacs sans ponctuation et mal constuites.

On commence toujours par lire le sujet et les consignes ensemble. Ils me posent toutes les questions qu'ils veulent (est-ce qu'on a le droit de... ?). Ca nous prend env 20mn, parfois 30. Ensuite ils commencent leur brouillon et m'appellent dès qu'ils en ont besoin. Ca me permet de supprimer les hors-sujet, de leur souligner les fautes les plus importantes (par ex je souligne toutes les fautes de passé simple, ils doivent corriger, me rappeler, je leur resouligne un autre type de faute etc). Je leur dis si une consigne manque, je leur indique où insérer l'élément manquant etc. Ce n'est pas vraiment leur mâcher leur travail, car ça leur demande de retravailler leur brouillon correctement et tous n'ont pas la même volonté. Je ne fais que leur indiquer les fautes, je leur laisse dico et fiche de conjugaison, mais je ne corrige rien moi même. Ca aide en tout cas beaucoup les élèves en difficulté, ceux qui bloquent au bout de deux phrases en disant qu'ils n'y arriveront jamais alors qu'ils ont juste besoin de passer le cap de la feuille blanche et qu'on leur dise qu'ils sont sur la bonne voie. Pour ceux qui n'arrivent pas "à trouver d'idée" comme ils disent, je donne une aide à la rédaction, un peu comme Lulucastagnette : 1er paragraphe raconter telle chose, 2ème paragraphe telle autre chose.

Je leur mets au tableau aussi la marche à suivre pour relire leur brouillon et le corriger sans m'appeler ou en attendant que j'arrive : vérifier la ponctuation, les conjugaisons, les accords etc.

Cela me permet d'avoir des rédacs "lisibles". On fait la rédac sur deux ou trois heures. Comme ça, ils arrivent tous à construire leur texte et à respecter les consignes. Reste ensuite la syntaxe, l'orthographe, mais ça fait quand même des textes qui tiennent debout.

Je fais le même principe en 4e aussi. Ils m'appellent beaucoup moins, mais ça sert à certains aussi. En 5e je remarque aussi que certains ne m'appellent plus du tout, ou alors juste une fois avant de passer au propre, et que d'une manière générale plus les mois passent, moins ils ont besoin d'aide.

melaniguiz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par doctor who le Sam 6 Fév - 18:23

D'accord avec Lulu. Ce qui marche, c'est aussi de poser des questions en donnant des possibilités ("Que fait-il? Il rentre, il décide de rebrousser chemin, il boude devant la porte?"). Il faut leur dire exactement ce qu'il faut faire.
Tu peux même introduire un paragraphe par "mais", ou "soudain"...

C'est comme cela qu'on faisait en primaire il y a 50 ans.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par V.Marchais le Dim 14 Fév - 10:33

Au risque de paraître hyper-vaniteuse, je dirai que je suis vraiment contente de ce que j'élabore doucettement pour la rédaction depuis quelques années. Je vois les élèves progresser - pour certains que j'ai pour la 3e année consécutive c'est flagrant.
Je vais essayer de donner quelques grandes pistes qui fonctionnent, même si je ne peux pas tout développer ici, et que c'est un domaine sur lequel je travaille encore beaucoup. Il s'agit, en gros, de la démarche que j'ai reproduite dans Terre des Lettres, même si je continue à l'améliorer.

D'abord, l'analyse du sujet. Discussion avec les élèves. Nous discutons de ce que chacun a compris, de ce qu'il va falloir "raconter", des erreurs à éviter ; en même temps, nous faisons apparaître à gauche, sur le tableau, les contraintes formelles : temps, personne, cadre spatio-temporel, dialogue, description... Nous laissons une 2e colonne vide et nous nous lançons à droite, dans le plan. Nous nous mettons d'accord sur un plan qui sera le même pour tous (donc plan imposé, comme Lulucastagnette), détaillé paragraphe par paragraphe. Je peux même imposer des mots de liaison entre les paragraphes. Ensuite, en couleur, nous repartons des contraintes (dialogues, descriptions...), réfléchissons à l'endroit où il sera pertinent de les placer et les insérons au plan.
Dans la 2e colonne, nous rappelons certains points à respecter pour que chaque contrainte de la colonne 1 soit traitée avec succès : verbes introducteurs du dialogue précis et variés, description ordonnée et détaillée, vocabulaire précis dans l'expression des émotions, etc.

Ca, c'est pour la préparation du plan. Jusque là, je crois ne pas être très originale. Mon travail personnel a davantage porté sur la recherche d'apports très concrets destinés à pallier les déficits linguistiques de nos élèves et à organiser ces apports selon une progression.

Ces déficits sont de trois ordres :
- au niveau lexical : vocabulaire insuffisant ;
- syntaxique : phrases mal construites, ou d'une syntaxe rudimentaire : çe ne "décolle pas", ne produit aucun effet particulier.
- au niveau du texte : difficulté à organiser les idées, à structurer le travail en paragraphes et à utiliser les mots de liaison.

Il faut agir, à chaque devoir, sur ces trois dimensions à la fois, en choisissant pour chacune les points les plus pertinents pour la réussite de tel travail particulier, et en essayant d'avoir à l'esprit ce qui va pouvoir être réinvesti, donc plus facilement intégré.

Pour le troisième point, il s'agit du travail sur le plan que l'on peut renforcer par des exercices sur les mots de liaison (pronom, mots de reprise, liens logiques, CC...).

Pour le premier point, je conseille de faire une séance de vocabulaire avant chaque rédaction d'importance, en donnant aux élèves des mots dont ils auront besoin pour réussir. On fait différents exercices (recherches de def, classements, association d'antonymes, de synonymes, phrases à trous...) qui se terminent par des phrases à rédiger, que l'élève pourra réemployer dans sa rédaction.

Pour le deuxième point, il faut entrer dans le détail des structures que nous convoquons intuitivement, nous, lettrés, pour réussir tel ou tel travail, lui donner vie et force. C'est là que j'ai porté mes plus grands efforts, pour rendre consciente cette utilisation de la langue, l'anticiper pour les élèves et leur permettre cette appropriation intuitive. Je pense que là, vous ne comprenez rien à ce que je dis, aussi je vais donner un exemple concret. Nous savons tous que, pour rédiger un portrait, il faut éviter être et avoir. Nous faisons tous, je pense, des exercices dans ce sens. Mais le réinvestissement des élèves est souvent décevant, dans le meilleur des cas effectif mais très artificiel. Car il ne s'agit pas seulement d'une petite mécanique de la phrase : il faut relier avec pertinence une forme et un propos. C'est ce que vous faites déjà quand vous demandez aux élèves d'enrichir une description dans le but de faire peur, par exemple, sujet en général mieux traité, parce que là, nous lions des procédés et une intention. Pour revenir au portrait, voici ce dont témoigne une collègue de l'académie de Marseille (je me permets de reproduire son propos parce qu'il est publié sur le site de l'académie) :
« Objectif : Rédiger le portrait de la cadette en utilisant les renseignements et le vocabulaire donnés par le texte et vu en séance 2.
Tâche : les élèves travaillent au brouillon.
Après avoir relevé et lu les brouillons je m’aperçois :
- que les élèves n’ont pas su utiliser mon « portrait- modèle » ou n’y ont pas pensé…
- que certains élèves ne font pas la différence entre description et narration.
- que c’est très difficile pour eux tant au niveau de l’expres​sion(utilisation de l’énumération ou emploi répété de l’auxiliaire être) que de l’organisation des idées. Aussi je décide qu’à l’heure suivante nous allons faire un exercice d’écriture collective en prenant comme modèle le paragraphe écrit par moi-même. Et cela a donné :
« La cadette était une jeune fille agréable : modeste, elle regardait toujours les autres avec une infinie bonté. Son visage avait la beauté d’une rose et elle s’exprimait avec douceur. Serviable, elle exécutait tout ce qu’on lui demandait sans bougonner. C’était le portrait de son père. »
Le texte proposé par le professeur est ce qu’on aurait pu attendre des élèves, et ce que n’importe quel professeur aurait écrit en substance si on lui avait demandé de réaliser ce travail. Mais je vois bien ce que cela peut donner chez des élèves pas assez préparés du point de vue syntaxique : juxtaposition de phrases attributives avec idées trop peu développées, trop abstraites, style répétitif à outrance et effet catalogue. Pas besoin de me mettre une copie sous les yeux : j’ai donné. Or, qu’observe-t-on dans le modèle du texte attendu ? Pour faire le portrait moral de quelqu’un en évitant le verbe être, il convient de détacher l’adjectif et de développer chaque trait de caractère par une attitude caractéristique : immédiatement, le portrait va s’incarner, devenir vivant, à la fois parce qu’on aura utilisé des verbes d’action mais aussi parce qu’on sera passé dans le concret. Cela peut se préparer de manière assez simple avec des élèves, sans passer par de longues analyses, juste en travaillant par imitation. Voici, par exemple, un tout petit exercice que je donne à mes élèves avant de travailler le portrait :
Pour le portrait moral : détacher l’adjectif en tête de phrase et poursuivre la phrase en décrivant l’attitude du personnage par un verbe d’action.
3. Détachez l’adjectif en tête de phrase et poursuivez par une suite logique.
Ex : Elle était silencieuse.  Silencieuse, elle restait immobile.
Ex : Elle était taciturne.  Taciturne, elle se tenait souvent à l’écart.
a) Le professeur était autoritaire.
b) Ce roi était très bon.
c) La nouvelle venue était très intimidée.
d) J’étais mal à l’aise.
e) Il était curieux et intelligent.

De même, avant un texte narratif, je peux faire travailler, sans jargon ni théorie, de façon purement intuitive, par imitation, le développement des actions, leur expression plus précise et rythmée, à l'aide de participes présents. Ex :
1. Recopiez les phrases suivantes en mettant les verbes entre parenthèse au participe présent.
a) Lucien s’occupait merveilleusement bien des invités, (accueillir les nouveaux arrivants), (faire les présentations), (passer d’un groupe à l’autre), (avoir un mot aimable pour chacun).
b) Les policiers fouillèrent toute la pièce, (vider les tiroirs), (jeter à terre livres et vêtements), (décrocher les tableaux), (crever même les coussins).
c) Lola hésitait devant la glace, (passer un robe), (l’enlever), (la remettre aussitôt), (changer de chaussures).
2. Recopiez les phrases suivantes en les complétant par une série de participes présents qui préciseront l’action, comme dans l’exercice précédent.
a) Marie consacra toute sa journée aux préparatifs de la fête…
b) Ils s’amusèrent toute la soirée…
c) En une journée, Tom remit le jardin en état…
d) Les enfants firent toutes sortes de bêtises…

Ces exercices sont corrigés en classe et, selon les classes, les difficultés des élèves, celle du sujet, j'impose soit de réutiliser la structure travaillée, soit carrément de placer dans la rédaction les phrases préparées en classe.

J'arrête là pour les exemples car mon mail est déjà très long. J'espère que j'ai réussi à expliquer la démarche.

Quand on analyse les copies des bons élèves, on se rend compte que la réussite à l'écrit tient souvent à l'utilisation d'un nombre relativement limité de structures principales. Ce sont donc ces structures qu'il convient de faire acquérir prioritairement. Les exercices préparatoires, l'obligation de réemploi dans la rédaction, la correction ciblée en classe (surtout, ne pas s'éparpiller dans la correction de dizaines de phrases relevées dans les copies posant des problèmes très divers, cela ne sert à rien) permettent une réelle appropriation, devoir après devoir, de ces structures et là, le travail de certains élèves commence vraiment à décoller.

De cela, je suis très contente. Dans la préparation, nous avons donc une progression du mot à la phrase (on fait des phrases avec des mots imposés, puis des phrases sur une structure imposée) et de la phrase au texte. A l'intérieur d'une séquence, je pense de plus en plus chaque exercice d'écriture court comme une préparation à la rédaction finale (c'est manifeste dans TDL 5e par rapport au volume de 6e !), cela me fait gagner du temps sur la préparation de cette rédaction et donne de la cohérence à l'ensemble. Il me reste à améliorer la conception de ce travail de séquence en séquence, de manière à avoir une véritable progression dans la mise en oeuvre de ces structures, permettant à la fois une complexification progressive, des réinvestissements réguliers, et des ponts avec la progression en grammaire. J'y travaille avec toute l'intensité dont je suis capable. Je ne manquerai pas de vous faire part de propositions de progressions à l'écrit par "structures de phrase".

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par doctor who le Dim 14 Fév - 10:59

Super.

Il resterait à penser une porgression des types de rédaction demandés aux élèves : portraits, résumés, amplification, récit...

Un exercice qui commence à porter ses fruits chez moi : l'écriture de vers. J'en fais à chaque "séquence", en amenant progressivement quelques règles à respecter : césure, mots importants à la fin des mesures métriques, et quelques "trucs" : inversion, synonymes...

Je constate que l'exercice rend nécessaire un certain soin, une attention )à la matérialité des mots, une conscience de la présence des "e" muets (au présent notamment), manipulation aisée des notions grammaticales.

Ce n'est pas encore parfait, et je pourrais être plus systématique, mais c'est assez prometteur, selon moi.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par V.Marchais le Dim 14 Fév - 11:02

Là, Doctor Who, si tu as des choses à partager, j'en bénéficierai avec plaisir. Le travail du vers, dans la lecture, pas de problème, pas pour ce qui est de faire écrire, je me sens assez nulle. Heureusement que Catherine est là pour m'aider dans ce domaine !
Comment procèdes-tu ?

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par doctor who le Dim 14 Fév - 11:18

Je suis en train de réfléchir à une progression, qui pourrait être mise en oeuvre en 6è, ou en CM2. C'est pas encore vraiment au point, notamment dans le travail de la rime, qui me semble être une contrainte difficilement surmontable si on cherche à faire des vers réguliers.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par paffutella le Dim 14 Fév - 11:43

@V.Marchais a écrit:
Ces déficits sont de trois ordres :
- au niveau lexical : vocabulaire insuffisant ;
- syntaxique : phrases mal construites, ou d'une syntaxe rudimentaire : çe ne "décolle pas", ne produit aucun effet particulier.
- au niveau du texte : difficulté à organiser les idées, à structurer le travail en paragraphes et à utiliser les mots de liaison.

Pour le premier point, je conseille de faire une séance de vocabulaire avant chaque rédaction d'importance, en donnant aux élèves des mots dont ils auront besoin pour réussir. On fait différents exercices (recherches de def, classements, association d'antonymes, de synonymes, phrases à trous...) qui se terminent par des phrases à rédiger, que l'élève pourra réemployer dans sa rédaction.

Pour le deuxième point, il faut entrer dans le détail des structures que nous convoquons intuitivement, nous, lettrés, pour réussir tel ou tel travail, lui donner vie et force. C'est là que j'ai porté mes plus grands efforts, pour rendre consciente cette utilisation de la langue, l'anticiper pour les élèves et leur permettre cette appropriation intuitive.

Il me reste à améliorer la conception de ce travail de séquence en séquence, de manière à avoir une véritable progression dans la mise en oeuvre de ces structures, permettant à la fois une complexification progressive, des réinvestissements réguliers, et des ponts avec la progression en grammaire. J'y travaille avec toute l'intensité dont je suis capable. Je ne manquerai pas de vous faire part de propositions de progressions à l'écrit par "structures de phrase".

Tout d'abord, Merci (!!) pour ce long mail qui "relance " l'envie( C'est mon week end correction de rédaction... je ne sais pas si je survivrai, au moins professionnellement, à mon paquet de sixième).
Concrètement, combien de temps passes-tu à ces préparatifs?
Je fais un peu la même chose aussi, en tous cas pour les heures de vocabulaire avant les rédactions. Parfois je pousse le vice ( ou l'auto flagellation) jusqu'à donner une rédaction d'entraînement à faire à la maison avec peu ou prou le même sujet ou une partie selon la classe et qu'on corrige ensuite en classe ( avec construction du plan, recherche d'idées et de structures utiles. Cela ressemble à ta séance avec tableau à trois colonnes, en moins raffiné cependant), mais encore trop d'élèves ne réutilisent pas le vocabulaire de la leçon ou font encore des quasi hors-sujet, sans parler des phrases construites n'importe comment... je désespère un peu.
J'ai l'impression de pas aller au bout de mes projets faute de temps ( correction un peu hâtive, exercices de réutilisation du vocabulaire insuffisamment variés ou diversifiés,temps laissés aux élèves pour les faire insuffisamment long, que sais-je encore...). J'envisage de donner aux élèves ces exercices préparatifs à faire dans un DM ( relevés et notés. Hélas dans beaucoup de classe, cela reste le seul moteur), mais je ne suis pas sûre d'y gagner du temps (faudra bien les corriger) et j'ai un peu peur de dégoûter de l'écriture les élèves en grande difficultés.
Fais-tu ensuite une correction de la rédaction en classe? Sous quelle forme? en combien de temps?

J'ai hâte de lire les propositions de progressions.( je ne suis pas bien convaincue par la concertation à tous crins, mais à tout hasard, peut-être peux-tu ouvrir un post.)

paffutella
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rédaction en 5e

Message par doctor who le Dim 14 Fév - 12:06

Pour les vers, l'astuce consiste à laisser tomber la rime dans un premier temps. Les vers faits par mes 5è sont blancs. On aborde un vers après l'autre : j'ai commencé par le décasyllabe, avec Roland, puis les alexandrins (avec le mariage de Roland de Hugo), et nous allons faire l'octosyllabe avec Renart.

Premier sujet : un combat épique, en 6 vers (après séance de voca et sur le déroulement de la bataille : ils ont des billes).
Second sujet : Roland brise Durendal, en alexandrins.

Tout de suite, j'ai introduit le principe des chevilles, qui rassure les élèves en leur permettant de faire un vers immédiatement.

Autre technique,vite abordée : l'inversion.

Dernier point vu : les mots importants en fin de mesure (car des petits malins me faisaient des vers en découpant, pas mal d'ailleurs, leur prose en morceaux de 12 syllabes).

C'est empirique et un peu le bordel (faire les déca en premier est très con, mieux vaudrait faire des hexa, vers siples sans césure, avec lesquels on peut faire des vers composés).

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum