Interprétation farfelue ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Interprétation farfelue ?

Message par miss terious le Lun 15 Fév 2010 - 18:11

Je prépare un questionnaire sur "Soleils couchants VI" de Hugo.


Soleils couchants
Le soleil s'est couché ce soir dans les nuées;
Demain viendra l'orage, et le soir, et la nuit ;
Puis l'aube, et ses clartés de vapeurs obstruées ;
Puis les nuits, puis les jours, pas du temps qui s'enfuit !

Tous ces jours passeront ; ils passeront en foule
Sur la face des mers, sur la face des monts,
Sur les fleuves d'argent, sur les forêts où roule
Comme un hymne confus des morts que nous aimons.

Et la face des eaux, et le front des montagnes,
Ridés et non vieillis, et les bois toujours verts
S'iront rajeunissant ; le fleuve des campagnes
Prendra sans cesse aux monts le flot qu'il donne aux mers.

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde immense et radieux !
(Les Feuilles d'Automne)
Après avoir observé l'opposition entre le poète et la Nature, j'en arrive à expliquer le pluriel du titre en disant que Hugo est un soleil couchant - puisqu'il va mourir, cf. "refroidi", "je m'en irai" - qui s'oppose au soleil couchant de la nature qu'il observe - qui lui reviendra -.
C'est n'importe quoi ?

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par Abraxas le Lun 15 Fév 2010 - 18:24

Un peu. Puisque le soleil couchant, lui, revient. Hugo…
Opposition classique entre le temps circulaire (et infini) de la Nature et le temps linéaire (et fini) de l'Homme.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par Gryphe le Lun 15 Fév 2010 - 18:30

@miss terious a écrit:Je prépare un questionnaire sur "Soleils couchants VI" de Hugo.
Soleils couchants

Mais moi, sous chaque jour courbant plus bas ma tête,
Je passe, et, refroidi sous ce soleil joyeux,
Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde immense et radieux !
Après avoir observé l'opposition entre le poète et la Nature, j'en arrive à expliquer le pluriel du titre en disant que Hugo est un soleil couchant - puisqu'il va mourir, cf. "refroidi", "je m'en irai" - qui s'oppose au soleil couchant de la nature qu'il observe - qui lui reviendra -.
C'est n'importe quoi ?
Ben pourquoi ce serait n'importe quoi ?
Ça paraît assez clair au contraire...

En lisant uniquement le titre, et pas le poème, je trouve :

Soleils couchants au pluriel =

* Au sens premier
- dans le temps, succession des jours après lesquels on voit un nouveau coucher de soleil tous les soirs. "Tous ces jours passeront"...
- dans l'espace : une infinité de soleils couchants tout autour du globe à quelques heures d'intervalle. Mais le poème ne va pas dans ce sens là.

* Métaphore pour d'autres choses
- le poète qui décline...
- la société qui décline...

Avec "morts que nous aimons", le texte penche vers "soleil couchant = la mort des gens qu'on aime".

Bon, ben je ne suis pas prof de français, mais je trouve ton interprétation tout à fait naturelle, "dans le sens du texte", et pas du tout tirée par les cheveux. C'est ce qui découle simplement de la lecture du texte.

Avec en prime l'opposition "le soleil va se relever" / "et moi le poète, je vais partir sans laisser de trace, et sans que personne ne me regrette". Ouh, il est nostalgique, là, le poète.

Je ne connais pas suffisamment Victor Hugo pour savoir si c'est dans son style habituel ou pas.

Que veut dire "VI" dans le titre ?

Voilà. Ça me rappelle le bac de français...
Merci pour ce petit quart d'heure culturel.


_________________
Τί ἐστιν ἀλήθεια ;

Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par Gryphe le Lun 15 Fév 2010 - 18:32

@Abraxas a écrit:Opposition classique entre le temps circulaire (et infini) de la Nature et le temps linéaire (et fini) de l'Homme.
Voilà, c'est ça que je voulais dire.
Il faut toujours demander à Abraxas pour les questions de littérature...


Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par miss terious le Lun 15 Fév 2010 - 18:47

@Abraxas a écrit:Un peu. Puisque le soleil couchant, lui, revient. Hugo…
Opposition classique entre le temps circulaire (et infini) de la Nature et le temps linéaire (et fini) de l'Homme.
C'est bien ce que je dis...

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par liliepingouin le Lun 15 Fév 2010 - 19:01

le pluriel du titre n'est-il pas dû au fait qu'il y a plusieurs poèmes sur le thème?
ce qui n'enlève rien à la qualité de ton interprétation Leil qui m'a par ailleurs convaincue

liliepingouin
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par lilith888 le Lun 15 Fév 2010 - 19:57

humf, je ne suis pas convaincue, puisqu'il me semble dans ce poème qu'il y a plus opposition qu'autre chose...

Pour moi, le pluriel, c'est clairement un signe de temporalité inéluctable

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par leyade le Lun 15 Fév 2010 - 20:32

@miss terious a écrit:
@Abraxas a écrit:Un peu. Puisque le soleil couchant, lui, revient. Hugo…
Opposition classique entre le temps circulaire (et infini) de la Nature et le temps linéaire (et fini) de l'Homme.
C'est bien ce que je dis...

En même temps Hugo avait un tel ego que je l'imagine bien se voir en soleil...

leyade
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par Raizel le Lun 15 Fév 2010 - 21:19

D'accord avec Abraxas, même si c'est vrai que question ego...il est plutôt surdimensionné.

Raizel
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par miss terious le Lun 15 Fév 2010 - 21:28

Ceci est pour Lilith et Abraxas, notamment :
Ce que je veux dire c'est qu'il y a plusieurs soleils couchants (d'où le pluriel du titre) :
- le soleil couchant que Hugo observe ("le soleil s'est couché ce soir") et qui se renouvelera, lui ;
- le soleil couchant (cf. "sous chaque jour courbant plus bas ma tête) qu'est le poète qui s'éteint et ne se réchauffera plus ("refroidi", "je m'en irai").
Je n'ai pas l'impression d'être si à la masse.
Il y a bien opposition.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par Audrey le Lun 15 Fév 2010 - 21:31

dès le début t'as précisé que Hugo lui, ne se relèverait pas après sa mort... t'inquiète pas Miss, t'es pas à la masse du tout.

_________________
B.V., aka Beuglato Vociferature,
Irae Laudatrix pour les cérémonies en son honneur,
Divinité Tarpéienne dont le culte subsiste en Bresse.
Elle protège les orateurs et les sophistes pro-Bayrou.
On peut invoquer sa fureur en lui sacrifiant des laitues vierges.
Identifiée à Boudicca, elle est représentée sur un char Clio orné de noeuds rouges en tulle.

Signez la pétition pour sauver les langues anciennes! Clic!

Audrey
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par Celeborn le Lun 15 Fév 2010 - 21:32

@miss terious a écrit:
Ceci est pour Lilith et Abraxas, notamment :
Ce que je veux dire c'est qu'il y a plusieurs soleils couchants (d'où le pluriel du titre) :
- le soleil couchant que Hugo observe ("le soleil s'est couché ce soir") et qui se renouvelera, lui ;
- le soleil couchant (cf. "sous chaque jour courbant plus bas ma tête) qu'est le poète qui s'éteint et ne se réchauffera plus ("refroidi", "je m'en irai").
Je n'ai pas l'impression d'être si à la masse.
Il y a bien opposition.


Je pense qu'il y a plusieurs soleils couchants dans le titre pour marquer le côté cyclique et éternel de la marche du monde : il y a des aubes, des soleils couchants, des nuits, etc. Je trouve ça plutôt joli (et ce n'est pas souvent que je trouve Hugo "plutôt joli" ).

Qu'ensuite le moment du soleil couchant soit un moment propice à la mélancolie et à la réflexion sur la fuite du temps et sa propre finitude, ça va presque de soi.

Mais de là à dire qu'Hugo se représente comme un "soleil couchant" lui-même, il y a un pas que, personnellement, je ne franchirais pas.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par Raizel le Lun 15 Fév 2010 - 21:36

Oui, c'est un peu du Héraclite

Raizel
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Interprétation farfelue ?

Message par lilith888 le Mar 16 Fév 2010 - 9:22

@miss terious a écrit:
- le soleil couchant (cf. "sous chaque jour courbant plus bas ma tête) qu'est le poète qui s'éteint et ne se réchauffera plus ("refroidi", "je m'en irai").

Là, à part le "refroidi" qui a vaguement un rapport d'opposition, en lisant les deux autres relevés, on ne pense pas immédiatement à un soleil... Plutôt un euphémisme pour "je m'en irai"

lilith888
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum