Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Garance
Neoprof expérimenté

registres ?

par Garance le Mar 23 Fév 2010, 13:17
quels sont les registres dominants dans ces deux textes ?



Texte A - Marivaux, L’Ile des esclaves, acte I, scène 1 (1725).

Iphicrate,
citoyen d’Athènes, et son esclave Arlequin ont survécu à un naufrage et
ont échoué sur une île où les esclaves deviennent les maîtres et
réciproquement.


Iphicrate - Eh ! ne sais-tu pas que je t'aime ?
Arlequin
- Oui ; mais les marques de votre amitié tombent toujours sur mes
épaules, et cela est mal placé. Ainsi, tenez pour ce qui est de nos
gens , que le ciel les bénisse ! s'ils sont morts, en voilà pour
longtemps ; s'ils sont en vie, cela se passera, et je m'en goberge.
Iphicrate, un peu ému - Mais j'ai besoin d'eux, moi.
Arlequin, indifféremment - Oh ! cela se peut bien, chacun a ses affaires : que je ne vous dérange pas !
Iphicrate - Esclave insolent !
Arlequin, riant - Ah ! ah ! vous parlez la langue d'Athènes ; mauvais jargon que je n'entends plus.
Iphicrate - Méconnais-tu ton maître, et n'es-tu plus mon esclave ?
Arlequin,
se reculant d'un air sérieux - Je l'ai été, je le confesse à ta honte ;
mais va, je te le pardonne ; les hommes ne valent rien. Dans le pays
d'Athènes, j'étais ton esclave ; tu me traitais comme un pauvre animal,
et tu disais que cela était juste, parce que tu étais le plus fort. Eh
bien ! Iphicrate, tu vas trouver ici plus fort que toi ; on va te faire
esclave à ton tour ; on te dira aussi que cela est juste, et nous
verrons ce que tu penseras de cette justice là ; tu m'en diras ton
sentiment, je t'attends là. Quand tu auras souffert, tu seras plus
raisonnable ; tu sauras mieux ce qu'il est permis de faire souffrir aux
autres. Tout en irait mieux dans le monde, si ceux qui te ressemblent
recevaient la même leçon que toi. Adieu, mon ami ; je vais trouver mes
camarades et tes maîtres. (Il s'éloigne.)
Iphicrate, au désespoir,
courant après lui, l'épée à la main - Juste ciel ! peut-on être plus
malheureux et plus outragé que je le suis ? Misérable ! tu ne mérites
pas de vivre.
Arlequin - Doucement ; tes forces sont bien diminuées, car je ne t'obéis plus, prends-y garde.

Texte B – Eugène Ionesco, Rhinocéros, Acte III, scène finale (1959).

Dans une petite ville, tous les habitants se sont transformés peu à peu en rhinocéros. Seul Bérenger reste encore humain.


Je
ne suis pas beau, je ne suis pas beau. ( Il décroche les tableaux, les
jette par terre avec fureur, il va vers la glace. ) Ce sont eux qui
sont beaux. J’ai eu tort ! Oh ! comme je voudrais être comme eux. Je
n’ai pas de corne, hélas ! Que c’est laid, un front plat. Il m’en
faudrait une ou deux, pour rehausser mes traits tombants. Ça viendra
peut-être, et je n’aurai plus honte, je pourrai aller tous les
retrouver. Mais ça ne pousse pas ! ( Il regarde les paumes de ses
mains. ) Mes mains sont moites. Deviendront-elles rugueuses ? ( Il
enlève son veston, défait sa chemise, contemple sa poitrine dans la
glace. ) J’ai la peau flasque. Ah, ce corps trop blanc, et poilu !
Comme je voudrais avoir une peau dure et cette magnifique couleur d’un
vert sombre, d’une nudité décente , sans poils, comme la leur !( Il
écoute les barrissements .) Leurs chants ont du charme, un peu âpre,
mais un charme certain ! Si je pouvais faire comme eux. ( Il essaye de
les imiter. ) Ahh, ahh, brr ! Non, ça n’est pas ça ! Essayons encore,
plus fort ! Ahh, ahh, brr ! Non, non, ce n’est pas ça, que c’est
faible, comme cela manque de vigueur ! Je n’arrive pas à barrir. Je
hurle seulement. Ahh, ahh, brr ! Les hurlements ne sont pas des
barrissements ! Comme j’ai mauvaise conscience, j’aurais dû les
suivre
à temps. Trop tard maintenant ! Hélas, je suis un monstre, je suis un
monstre. Hélas, jamais je ne deviendrai un rhinocéros, jamais, jamais !
Je ne peux plus changer, je voudrais bien, je voudrais tellement, mais
je ne peux pas. Je ne peux plus me voir. J’ai trop honte ! ( Il tourne
le dos à la glace. ) Comme je suis laid ! Malheur à celui qui veut
conserver son originalité !( Il a un brusque sursaut. ) Eh bien, tant
pis ! Je me défendrai contre tout le monde !
Ma carabine, ma
carabine ! ( Il se retourne face au mur du fond où sont fixées les
têtes des rhinocéros, tout en criant : ) Contre tout le monde, je me
défendrai ! Je suis le dernier homme, je le resterai jusqu’au bout ! Je
ne capitule pas !
avatar
liliepingouin
Érudit

Re: registres ?

par liliepingouin le Mar 23 Fév 2010, 17:01
Pour le premier, registre comique

pour le deuxième, registre pathétique? et puis comique aussi
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum