Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Zarko le Sam 06 Mar 2010, 22:32

Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?
Personnellement , je ne comprends pas! J'ai bien souvent mieux travaillé avec des classes moins chargées . D'autant que de plus en plus, on doit accueillir des élèves handicapés (moteurs ou mentaux) au primaire (ce qui va donc bientôt arriver au collège)diable sans aucune aide supplémentaire ou une aide complètement aléatoire (personne au chômage, en CDD ou démotivée, non formée...).
Je veux bien croire que l'on puisse diminuer les effectifs de 16 000 postes (en % , c'est vrai, les "formateurs" d'IUFM, ça ne me dérange pas) mais au bout d'un moment, les suppressions de poste se feront ressentir durement dans les classes. De plus, je me souviens que le discours de nos dirigeants actuels était :"Diminuer le nombre de fonctionnaires pour les payer correctement". La phase 1 ayant commencé depuis un moment déjà, quand est-ce que la phase 2 va débuter ?


http://www.neoprofs.org/l-enseignement-au-quotidien-f1/l-ecole-ne-serait-elle-pas-psychiquement-fatiguee-t18167-240.htm

je ne suis pas d'accord du tout avec Zarko : penser encore que ce n'est qu'une question d'effectif par classe, c'est se voiler la face, parce que la vérité ne serait peut-être pas belle à voir...
Comme réclamer plus de surveillants lorsqu'un établissement est au bord de l'implosion, comme rajouter des dizaines d'heures de soutien pour des gamins qui savent à peine lire : du colmatage, de la poudre aux yeux, voilà ce que c'est.
lilith 888


A 100% d'accord
chocolat


Tu m'enlèves les mots de la bouche ! sand

_________________
Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort. (Gandhi)
La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. (Albert Einstein)

Tout ce qui ne tue pas rend plus fort...ou bien très malade ! (Nietzsche...et moi, mais pas malade !)

Zarko
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Invité le Sam 06 Mar 2010, 22:55

@Zarko a écrit: De plus, je me souviens que le discours de nos dirigeants actuels était :"Diminuer le nombre de fonctionnaires pour les payer correctement". La phase 1 ayant commencé depuis un moment déjà, quand est-ce que la phase 2 va débuter ?

réponse: jamais

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Zarko le Sam 06 Mar 2010, 23:04

Lorica a écrit:
@Zarko a écrit: De plus, je me souviens que le discours de nos dirigeants actuels était :"Diminuer le nombre de fonctionnaires pour les payer correctement". La phase 1 ayant commencé depuis un moment déjà, quand est-ce que la phase 2 va débuter ?

réponse: jamais
Méchante... Very Happy Tu vas nous dire que tous les personnels politiques nous mentent et après on va en faire un constituant de notre identité nationale. C'est pas bien et c'est pas citoyen. lol!

_________________
Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort. (Gandhi)
La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. (Albert Einstein)

Tout ce qui ne tue pas rend plus fort...ou bien très malade ! (Nietzsche...et moi, mais pas malade !)

Zarko
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par miss terious le Sam 06 Mar 2010, 23:19

Je pense aussi que des moyens sont nécessaire MAIS qu'ils ne feront pas tout. Tant que les élèves - la société - n'auront pas changé d'état d'esprit, n'auront pas compris l'intérêt du Savoir, la nécessité de l'effort pour y accéder, l'utilité de savoir bien écrire, continueront à mépriser ceux qui veulent les instruire, des moyens supplémentaires ne seront qu'un cataplasme sur une jambe de bois.
Quant à une véritable revalorisation de nos salaires, je n'y crois plus non plus...

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Héliandre le Sam 06 Mar 2010, 23:29

Faire changer d'état d'esprit la société... voilà un objectif qui laisse rêveur. Enthousiasmant mais qui semble bien utopique... ça pourrait reposer sur nos frêles épaules ? Avec plus de moyens, peut-être... Par moyen je ne pense pas qu'à du personnel en plus, (ou des élèves en moins), mais aussi du temps de concertation (pas sur néoprof, mais avec mes collègues non virtuels), de réflexion... Changer la société, ah...

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par miss terious le Sam 06 Mar 2010, 23:36

Je sais bien que ce que j'attends (espère) relève de l'utopie. Mais, ce soir, j'ai envie d'être optimiste (c'est rare, mais ça m'arrive).
J'ajouterais qu'il faudrait aussi que les collègues parviennent à retrouver la foi en leur métier, car nombreux sont ceux qui se résignent face à la situation.
Un exemple récent : dans mon etb, nous avons cherché des petites solutions pour que le collège tourne mieux. Nous nous sommes concertés et avons établi une liste de petites choses simples à mettre en place. L'une d'elle est le suivi des carnets de liaison. Nous sommes censés vérifier que tous les élèves l'ont en première heure des matin et après-midi et noter les oublis sur le cahier de présence des élèves. 3 oublis sont censés entraîner une retenue. De même, nous devons signaler les oublis des cahiers (texte/présence) ; même sanction. Et bien, nous devons être 4-5 seulement à le faire. Et la vie scolaire qui devrait gérer l'après notification ne le fait pas. Ce sont des petits riens, certes, mais si cela déjà était fait...

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par gautier le Sam 06 Mar 2010, 23:45

@miss terious a écrit:Je sais bien que ce que j'attends (espère) relève de l'utopie. Mais, ce soir, j'ai envie d'être optimiste (c'est rare, mais ça m'arrive).
J'ajouterais qu'il faudrait aussi que les collègues parviennent à retrouver la foi en leur métier, car nombreux sont ceux qui se résignent face à la situation.
Un exemple récent : dans mon etb, nous avons cherché des petites solutions pour que le collège tourne mieux. Nous nous sommes concertés et avons établi une liste de petites choses simples à mettre en place. L'une d'elle est le suivi des carnets de liaison. Nous sommes censés vérifier que tous les élèves l'ont en première heure des matin et après-midi et noter les oublis sur le cahier de présence des élèves. 3 oublis sont censés entraîner une retenue. De même, nous devons signaler les oublis des cahiers (texte/présence) ; même sanction. Et bien, nous devons être 4-5 seulement à le faire. Et la vie scolaire qui devrait gérer l'après notification ne le fait pas. Ce sont des petits riens, certes, mais si cela déjà était fait...


"Nous" c'est les profs si je comprends bien.
Une solution plus simple serait que les carnets soient vérifiés à l'entrée du collège et j'ai la faiblesse de penser que c'est du ressort de la vie scolaire.

gautier
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Héliandre le Sam 06 Mar 2010, 23:47

@miss terious a écrit: dans mon etb, nous avons cherché des petites solutions pour que le collège tourne mieux. Nous nous sommes concertés et avons établi une liste de petites choses simples à mettre en place.

Déjà, rien que ça, ça me semble très encourageant. il y a au moins cette volonté, même si elle n'a pas été trop suivi d'effet pour l'instant (d'ailleurs je pense aussi que c'est plutôt le boulot de la vie scolaire.).
Dans mon établissement, pourtant tout petit, rien de cela, ce serait impossible. 3-4 seraient partant, mais les autres ne voient pas l'intérêt, beaucoup fonctionnent seuls. Il y a peu les 23 et moi on a eu envie de demander une heure syndicale (il y en a eu une il y a 4 ans... !), et bien la 1ère collègue à laquelle j'en ai parlé m'a dit que ça ne servirait à rien, que les gens ne dirait rien, etc... et dire que je me suis proposée pour rédiger la demande, pfff... (je me rends compte que c'est le 2ème message dans lequel j'écris "pfff..". Pas très optimiste, ce soir !). set même s'ils trouvent qu'on manquent de moyens, ils ne disent rien.

Je trouve que l'initiative dans ton etb présage de bonnes choses -enfin, je te le souhaite.

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Chocolat le Dim 07 Mar 2010, 00:09

@Zarko a écrit:Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?
Personnellement , je ne comprends pas! J'ai bien souvent mieux travaillé avec des classes moins chargées . D'autant que de plus en plus, on doit accueillir des élèves handicapés (moteurs ou mentaux) au primaire (ce qui va donc bientôt arriver au collège) sans aucune aide supplémentaire ou une aide complètement aléatoire (personne au chômage, en CDD ou démotivée, non formée...).
Je veux bien croire que l'on puisse diminuer les effectifs de 16 000 postes (en % , c'est vrai, les "formateurs" d'IUFM, ça ne me dérange pas) mais au bout d'un moment, les suppressions de poste se feront ressentir durement dans les classes. De plus, je me souviens que le discours de nos dirigeants actuels était :"Diminuer le nombre de fonctionnaires pour les payer correctement". La phase 1 ayant commencé depuis un moment déjà, quand est-ce que la phase 2 va débuter ?


http://www.neoprofs.org/l-enseignement-au-quotidien-f1/l-ecole-ne-serait-elle-pas-psychiquement-fatiguee-t18167-240.htm

je ne suis pas d'accord du tout avec Zarko : penser encore que ce n'est qu'une question d'effectif par classe, c'est se voiler la face, parce que la vérité ne serait peut-être pas belle à voir...
Comme réclamer plus de surveillants lorsqu'un établissement est au bord de l'implosion, comme rajouter des dizaines d'heures de soutien pour des gamins qui savent à peine lire : du colmatage, de la poudre aux yeux, voilà ce que c'est.
lilith 888


A 100% d'accord
chocolat


Tu m'enlèves les mots de la bouche ! sand



Certains collègues ne pensent pas que des moyens supplémentaires sont inutiles.

Mais certains pensent sûrement (moi, par exemple) que les moyens supplémentaires sont inutiles à eux seuls dans l'état actuel des choses.

Sans réflexion, sans bon sens et sans cohérence d'ensemble, les moyens supplémentaires seraient gaspillés. C'est comme si pour qq'un qui est très malade, au lieu de lui trouver un remède efficace pour qu'il guérisse, on lui offre des soins palliatifs et un peu plus d'infirmières...

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Celeborn le Dim 07 Mar 2010, 00:13

Entièrement d'accord avec Chocolat. L'idée est que la revendication du "+ de moyens" ne peut être une fin en soi (comme son nom l'indique). On a des problèmes de moyens, c'est clair, mais on a avant tout un problème général de système. Si on ne le résout pas (ou à tout le moins si on n'améliore pas un peu le fonctionnement), on pourra recruter des surveillants, des profs, et mettre des ordis partout, ça ne résoudra en rien les carences actuelles du système éducatif. Il faut une réflexion globale qui inclura évidemment la question des moyens, mais qui n'en fera pas son unique cheval de bataille.

Le problème de la revendication perpétuelle des moyens est aussi qu'elle empêche à mon sens la naissance d'un vrai mouvement de fond sur la question des fins.

_________________
"On va bien lentement dans ton pays ! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit. Si on veut aller ailleurs, il faut courir au moins deux fois plus vite que ça !" (Lewis Carroll)
Mon Blog

Celeborn
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Chocolat le Dim 07 Mar 2010, 00:24

C'est du reste le reproche principal que je fais aux syndicats.

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Héliandre le Dim 07 Mar 2010, 00:33

@Celeborn a écrit:Le problème de la revendication perpétuelle des moyens est aussi qu'elle empêche à mon sens la naissance d'un vrai mouvement de fond sur la question des fins.

@Chocolat a écrit:C'est du reste le reproche principal que je fais aux syndicats.

Je suis d'accord. Ce sont souvent les mots d'ordres, les revendications mises en avant, et encore plus celles relayées par les média, qui donnent une mauvaise image de nous et font que certains collègues renoncent à faire grève (c'est du moins la raison qu'ils donnent).
C'est vrai qu'on a pas l'impression que les questions de fond sont abordées. Peut-être parce qu'elles sont trop complexes.

Héliandre
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Zarko le Dim 07 Mar 2010, 00:35

C'est comme si pour qq'un qui est très malade, au lieu de lui trouver un remède efficace pour qu'il guérisse, on lui offre des soins palliatifs et un peu plus d'infirmières...
C'est ce qui se fait, les remèdes n'existent pas toujours...
Pour le reste, même si je suis assez d'accord sur certains points de vue , d'autres sont quand même assez ridicules (l'histoire de la concertation pour vérifier les carnets de liaison.... Suspect )
Mais pour l'augmentation du nombre d'élèves par classe, l'intégration obligée des élèves handicapés (même mentaux) sans moyens supplémentaires, des locaux même pas aux normes etc. j'attends encore des réponses précises...
Ah, on pourra aussi ouvrir un post "spécial gaspillage dans l'EN", plus tard; ça sera intéressant...

_________________
Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort. (Gandhi)
La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. (Albert Einstein)

Tout ce qui ne tue pas rend plus fort...ou bien très malade ! (Nietzsche...et moi, mais pas malade !)

Zarko
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Chocolat le Dim 07 Mar 2010, 00:51

@Zarko a écrit:C'est ce qui se fait, les remèdes n'existent pas toujours...

Arf!
J'ai l'impression que l'on n'a pas vraiment cherché de remèdes, depuis trente ans; on a surtout cherché à remplacer certains mots pas d'autres puis on s'est aussi illustré à en inventer de nouveaux.

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Zarko le Dim 07 Mar 2010, 01:01

@Chocolat a écrit:
@Zarko a écrit:C'est ce qui se fait, les remèdes n'existent pas toujours...

Arf!
J'ai l'impression que l'on n'a pas vraiment cherché de remèdes, depuis trente ans; on a surtout cherché à remplacer certains mots pas d'autres puis on s'est aussi illustré à en inventer de nouveaux.
heu Ben, il y a des maladies incurables, non ? Je ne comprends pas ce que tu veux dire, il faut bien prendre en charge les mourants, et ne pas économiser la morphine il est vrai...Mais ce n'est pas le sujet .

_________________
Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort. (Gandhi)
La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. (Albert Einstein)

Tout ce qui ne tue pas rend plus fort...ou bien très malade ! (Nietzsche...et moi, mais pas malade !)

Zarko
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par charlottofraise le Dim 07 Mar 2010, 01:15

@Zarko a écrit:Pour le reste, même si je suis assez d'accord sur certains points de vue , d'autres sont quand même assez ridicules (l'histoire de la concertation pour vérifier les carnets de liaison.... Suspect ).
Ridicule, cette concertation ? Bien au contraire, je suis étonnée que pour une fois une concertation ait aboutit à une décision pratique et appliquable (sinon appliquée…). En plus, ça ne mange pas de pain…L'absence de carnet de liaison donne souvent l'impression à l'élève d'être intouchable puisque ses parents sont "injoignables" : quand il doit le poser à chaque cours sur le coin de sa table, son statut et le réglement intérieur lui sont rappelés de façon quasi subliminale. À quoi bon n'avoir que 25 élèves par classe si ceux-ci ne comprennent pas qu'ils sont en classe ? 

charlottofraise
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Chocolat le Dim 07 Mar 2010, 01:16

@Zarko a écrit: Ben, il y a des maladies incurables, non ? Je ne comprends pas ce que tu veux dire, il faut bien prendre en charge les mourants, et ne pas économiser la morphine il est vrai...Mais ce n'est pas le sujet .

Ben... si le système éducatif d'un Etat a une maladie incurable, l'Etat en question est mort!

Alors non hein, je ne suis pas d'accord pour dire cela, tu vois...

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Dwarf le Dim 07 Mar 2010, 01:25

là, encore, sujet qui fut largement discuté et débattu dans le passé... Les moyens ne peuvent remplacer les méthodes et les statuts humains, c'est tout.

_________________
NOM CACHE "[...] Mais fondent les eaux dures, déborde la vie, vienne le torrent dévastateur plutôt que la Connaissance !" Victor Segalen, Stèles

"La laïcité n'est pas aménageable : elle est, ou elle n'est pas. Toute concession est un anéantissement. Encore un effort, et elle ne sera plus." J-P Brighelli

"La difficulté est une monnaie que les savants emploient comme les joueurs de passe-passe pour ne découvrir l’inanité de leur art." Montaigne

"C’est dans le gouvernement républicain qu’on a besoin de toute la puissance de l’éducation." Montesquieu

Dwarf
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Chocolat le Dim 07 Mar 2010, 01:33

Tiens, Dwarf!

Ton armure et toi m'avez manqué hier, sur un fil enervant.

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par miss terious le Dim 07 Mar 2010, 02:36

@Zarko a écrit:Pour le reste, même si je suis assez d'accord sur certains points de vue , d'autres sont quand même assez ridicules (l'histoire de la concertation pour vérifier les carnets de liaison.... Suspect )
Si tu as bien lu ce que j'ai écrit, tu auras vu que nous ne nous sommes pas concertés que pour le carnet... Il y a bien des problèmes dans mon etb, et notamment une vie sco et une ppale inefficaces (pour ne pas dire incompétentes). Alors, comme la CPE refuse tout échange avec les enseignants et que les discussions avec la ppale tournent systématiquement au dialogue de sourds (depuis 4 ans qu'on essaie), on cherche que faire de notre côté. Et l'idée du carnet était une idée parmi d'autres.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Zarko le Dim 07 Mar 2010, 02:46

@charlottofraise a écrit:
@Zarko a écrit:Pour le reste, même si je suis assez d'accord sur certains points de vue , d'autres sont quand même assez ridicules (l'histoire de la concertation pour vérifier les carnets de liaison.... Suspect ).
Ridicule, cette concertation ? Bien au contraire, je suis étonnée que pour une fois une concertation ait aboutit à une décision pratique et appliquable (sinon appliquée…). En plus, ça ne mange pas de pain…L'absence de carnet de liaison donne souvent l'impression à l'élève d'être intouchable puisque ses parents sont "injoignables" : quand il doit le poser à chaque cours sur le coin de sa table, son statut et le réglement intérieur lui sont rappelés de façon quasi subliminale. À quoi bon n'avoir que 25 élèves par classe si ceux-ci ne comprennent pas qu'ils sont en classe ? 
Si ça marche tant mieux ! Mais j'avoue ne pas comprendre ton premier post:

Un exemple récent : dans mon etb, nous avons cherché des petites solutions pour que le collège tourne mieux. Nous nous sommes concertés et avons établi une liste de petites choses simples à mettre en place. L'une d'elle est le suivi des carnets de liaison. Nous sommes censés vérifier que tous les élèves l'ont en première heure des matin et après-midi et noter les oublis sur le cahier de présence des élèves. 3 oublis sont censés entraîner une retenue. De même, nous devons signaler les oublis des cahiers (texte/présence) ; même sanction. Et bien, nous devons être 4-5 seulement à le faire. Et la vie scolaire qui devrait gérer l'après notification ne le fait pas. Ce sont des petits riens, certes, mais si cela déjà était fait... calimero
Dans certains collèges, je doute de l'impact sur les élèves et encore moins sur la "vie scolaire" ...Le carnet de liaison, considéré comme un objet sacré (une espèce de Sainte Ecriture ou un viatique pour le Savoir), je n'y crois pas beaucoup...mais bon, tant mieux si cela suffit dans ton bahut.

Evidemment, qu'il y a des absurdités; c'est d'ailleurs pour cette raison que je ne peux pas défendre les IUFM ou les autres dégénérescences de ce système. Comme toutes ces réunions-bidon, projets en tous genres ou ces stages de"formation" réservés dont l'intitulé est: "Réflexions-projet sur la formation des formateurs de formateurs"... affraid
Où s'arrêtera-t-on ? lol! Un chien tourne en rond en essayant de se mordre la queue durant qq instants, chez certaines personnes, c'est toute leur vie !
Dans l'EN, j'en connais des tas...
Est-ce pour autant une raison pour supprimer des postes d'enseignants de terrain ? Des personnels réellement présents devant les élèves ? Est-ce une raison pour accepter de se coltiner 30 gamins dans des locaux inadaptés ? Des élèves handicapés non accompagnés sous prétexte "d'intégration" alors qu'ils vont "désintégrer"les classes ?
Dire qu'il faut accepter tout cela parce que "ce sera mal géré de toute façon" n'est pas une réponse acceptable...
A moins de se sentir à l'abri ou espérer y échapper. Twisted Evil

_________________
Chacun a raison de son propre point de vue, mais il n'est pas impossible que tout le monde ait tort. (Gandhi)
La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. (Albert Einstein)

Tout ce qui ne tue pas rend plus fort...ou bien très malade ! (Nietzsche...et moi, mais pas malade !)

Zarko
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par fgers le Dim 07 Mar 2010, 06:22

Appliquons la logique des moyens aux langues vivantes.
Une heure de cours = 55 mn effectives. Imaginons que le prof parle 5 mn en début de cours et 5mn à la fin et que l'es élèves écrivent ou réfléchissent 10mm. Tout le reste du temps les élèves parlent la langue. Reste pour s'exprimer à l'oral: 35 mn. Soit une classe de 30 élèves, à raison de 3 h semaine, 36 semaines par an, pendant 7 ans. Cela fait sur une scolarité collège / lycée un peu moins de 15 d'heures d'expression orale. La réalité n'est bien entendu pas celle-ci et on peut considérer que l'élève qui s'exprime 7 h, soit une heure par an a déjà bien de la chance. Comment imagine t-on que nos élèves puisse être à l'aise dans une conversation en sortant du lycée.

Je sais ce que se calcul a d'artificiel, que le vocabulaire s'apprend à la maison, comme les règles de grammaire. Soit. Mais quand même la question des moyens horaires en langue est déterminante.

Soit une société qui considère que l'anglais est la langue de communication universelle et qu'il convient que l'ensemble de sa population puisse le parler avec une certaine aisance; que ses élites puissent l'écrire, le comprendre, le parler couramment. Cette société met en place l'apprentissage de l'anglais dès le primaire à raison d'1/2 heure par jour par groupes de 8. Elle lui consacre 1h/jour au collège par groupes de 12 avec l'objectif d'une maîtrise de la langue orale de communication et d'une capacité d'écrire des choses simple. Elle lui consacre 4 h semaine par groupes de 20 au lycée pour parfaire la communication orale mais surtout pour accéder convenablement à l'écrit, à la littérature, à la presse, à certains éléments du langage technique -selon les filières. Le tout, à tous les niveau -y compris en primaire- réalisé par des enseignants formés.

Cette démarche totalement utopique aurait un coût élevé. Mais ce serait un véritable investissement, à mon avis assez rapidement rentable. La France est le premier pays touristique du monde. Elle ne peut penser son développement en dehors de la mondialisation économique. Elle doit miser sur le haut niveau de qualification de ses salariés. Elle a comme principale matière première la matière grise de ses chercheurs, ingénieurs et autres.

Bref, les moyens doivent être au service d'un projet. Mais sans moyens ce n'est pas la peine de se la raconter comme on le fait actuellement avec les langues vivantes.

Les moyens à la hauteur des enjeux sont absolument indispensables mais il faut les cibler. J'enseigne l'H-G dans une cité scolaire. Honnêtement je peux travailler convenablement avec mes 35 élèves de seconde. Mes collègues du collège ne peuvent pas le faire avec 30 élèves. Il faudrait au maximum 25 et dans certains collèges que je connais ce devrait être 20, voire 15 pour certaines classes.
J'ai une fille qui est (miraculeusement) dans une classe de CP à 18 (l'ordinaire dans ma cambrousse c'est 25 -28). Pour apprendre à lire et à écrire 20 c'est un maximum et ça me semble beaucoup plus utile que de faire un cycle CP-CE1. En CM2 on peut, là où il n'y a pas trop de problèmes être 25.

Il y a quelques années l'EN a recruté 4000 (5000?) PE de plus, ce qui a fait baisser les effectifs des classes de 1-2 élèves. Cela n'a bien entendu eu aucun effet sur le niveau. Si on avait utilisé ces moyens pour avoir maximum de 15 élèves dans les écoles choisies, cela aurait eu un effet important.

Bref, il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Ce n'est pas parce que les moyens n'ont pas toujours été utilisés comme il fallait qu'on peut en déduire le la question des moyens est une fausse question. A mon sens, la seule véritable discrimination positive qui vaille se trouve là.

_________________
Le courrier de S1 est ton meilleur ami

fgers
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Abraxas le Dim 07 Mar 2010, 07:28

La France est le pays d'Europe qui consacre proportionnellement le plus gros budget à l'Education.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que ces moyens sont bien mal utilisés.
L'un des reproches les plus constants que l'on peut aire aux syndicats est d'exiger que tout effort quantitatif soit réparti "équitablement" : cette équité-là est une fausse image de la justice.
Il y a des classes que l'on gère très bien à 35 (et même 45, en ce qui me concerne). D'autres où 18 élèves, c'est déjà trop. Il y a des profs qui n'envisagent absolument pas de partir à la retraite à 60 ans (et que l'on force), d'autres qui sont explosés à 55 — tout dépend des conditions de travail, et de la facilité personnelle avec laquelle on le fait. Entre les deux, on peut imaginer toutes sortes de fonctions intermédiaires, où l'on ne serait pas forcément en face des élèves, tout en ayant une utilité vraie.
Et il y a des établissements où deux pions de plus ne serviraient à rien, d'autres où il en faudrait 10 de plus. Mais le saupoudrage exigé par els syndicats fait que 'on a 0,75 surveillants de plus par établissement, ce qui ne fait de bien à personne, et pas davantage au budget.
Quand donc allons-nous cesser de prétendre que nous faisons tous le même métier ?
Ça, c'est le quantitatif. Reste le qualitatif.
Il faut repenser les programmes de fond en comble, en prenant comme priorité la transmission des savoirs, et non je ne sais quel apprentissage de la pédagogie, qui bouffe du temps et de l'énergie. Il faut repenser le collège unique, nous sommes tous d'accord là-dessus — mais à part le SNALC, je ne vois aucun syndicat prêt à discuter du dogme autour d'une table. Repenser l'orientation, en disant clairement, et une fois pour toutes, que tous les enfants n'ont pas les mêmes dispositions, et en tout cas pas en même temps (tête des associations de parents d'élèves — dont je me passerais bien, franchement). Il convient d'étendre à tous les établissements (mais ce sera difficile, dans le contexte actuel d'autonomie) les procédures disciplinaires qui marchent ailleurs (pour ainsi dire aucun incident sérieux dans mon bahut, et pourtant, le centre de Marseille, en fait de carte scolaire, croyez-moi, c'est terriblement craignons).
Et, sans doute, en finir avec la grille uniforme des salaires. Les débutants, dans l'EN, touchent un salaire absolument dérisoire, mais toute augmentation au départ, nous explique-t-on, doit se répercuter automatiquement au-dessus. Quanbt aux primes de ZEP, c'est tout au plus une allocation-tranxène…
Voilà - c'étaient juste deux ou trois idées en passant — je les martèle de livre en livre depuis des années sans que rien ne bouge. Il faut décréter, tout de suite, des négociations globales rue de Grenelle sur ces bases — en négociant tout à la fois, et en bloc : les Iroquois, quand ils avaient un gros problème, enfermaient leurs chefs dans une cahute, et ne les laissaient sortir qu'une fois l'accord entériné. Il faut entamer une négociation avec un ordre du jour clair, et virer, définitivement, les syndicats qui ne s'y reconnaissent pas — masos un jour, masos toujours. Je suis absolument persuadé qu'il y a un consensus sur les questions que j'évoque plus haut, mais qu'aucun syndicat ne laisse vraiment ses ouailles s'exprimer. C'est à la base de reprendre la parole, pas aux directions parisiennes. C'est à la base d'émettre des avis, à ceux qui vont au charbon tous les jours, pas à des gens qui n'ont plus vu un élève depuis des lustres. Mettons nos pré-convictions et nos idéologies de côté, et reprenons le pouvoir — parce que tout enseignant doit s'assimiler cette vérité, que le pouvoir est au bout de son stylo.
Ce sont des comités d'enseignants, qu'il faut former à la base. C'est à eux de décider ce qui localement leur est nécessaire. Et ne pas faire remonter les informations, qui sont sans cesse déformées tout au long de la chaîne : c'est aux profs de base de rencontrer le ministre — et en masse.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par fgers le Dim 07 Mar 2010, 08:05

J'ai un choc! Le texte d'Abraxas se termine par un appel à la création de soviets.

Après avoir appelé à réunir syndicats et ministère autour d'une table pour repenser le collège - en excluant quand même tous les syndicats sauf le SNALC - il lance un appel à la spontanéité révolutionnaire des masses. Je n'ai jamais pour ma part été très enthousiaste de cette procédure.

Un peu de sérieux tout de même sur le collège unique. Il n'est peut-être pas inutile de se souvenir du système éducatif qui existait avant, ni du fait que ce sont des gouvernements de droite successifs qui l'ont mis en place. Le collège unique n'est pas un délire de gauchistes mais la traduction institutionnelle d'une volonté, j'espère partagée largement, de démocratisation de l'enseignement.

Le collège unique est à revoir. Fort bien! Le SNES défend d'ailleurs un "collège pour tous" ce qui n'est pas exactement pareil.

A la différence d'Abraxas, je suis convaincu que s'il faut réformer le collège -le diagnostique est assez partagé contrairement à ce qu'on veut croire - cela ne peut se faire que dans le consensus. Je suis aussi convaincu que ce consensus est possible à réaliser. Encore faut-il le vouloir.

Le SNALC n'est pas le village d'Astérix, résistant seul contre tous. Il s'associe très régulièrement aux actions intersyndicales. C'est encore le cas le 12 d'ailleurs.

_________________
Le courrier de S1 est ton meilleur ami

fgers
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi certains collègues pensent que des moyens supplémentaires sont inutiles ?

Message par Abraxas le Dim 07 Mar 2010, 08:28

Qui dirigeait de fait le ministère dans les années 7à ? Les mêmes qui le dirigeaient dans les années 80. Des idéologues catho-gauchistes. Meirieu.
Démocratisation ? Oui-da — tant que ça n'implique pas une baisse de niveau catastrophique. C'est cela que veut le SNES ? Allons donc ! Vous savez bien que ce n'est pas le cas. Pas ses membres de base, en tout cas.
Moindrot ou ses séides, en revanche, Bernadette Groison par exemple, je ne dis pas : sans doute souhaitent-ils que personne ne les dépasse.
(Franchement, pendant que j'y pense, les profs de la FSU supportent vraiment l"idée d'être dirigés par une instit spécialiste des sciences de l'éducation ? Qui me disait que nombre de membres du SNES envisageaient sérieusement d'aller vers la CGT — ou ailleurs ?)

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum