Une après-midi ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une après-midi ordinaire

Message par Hope le Mer 17 Mar 2010 - 0:44

Pleine d'énergie après 5h de cours et une heure trente de réunion bilan, heureuse d'avoir réussi à mettre la main sur un sandwitch rassis avant la reprise de l'après-midi, j'accueille avec le sourire la charmante classe de 5eA, réputée pour son ambiance dynamique et ses élèves de passage (entre les retards et la classe-relais, je n'en ai vu certains qu'à mi-temps depuis septembre).

Marinette, ma fayott... pardon : ma délicieuse élève très très serviable du premier rang, vient me trouver dans le brouhaha général du début de cours : Steve, un élève arrivé depuis à peine un mois, aurait les yeux rouges et la narine frémissante, et il aurait menacé plusieurs enfants devant le collège avec un couteau et un vieux compas. J'envoie un mot à tout hasard à la vie scolaire, qui me fait dire qu'on verra ça plus tard, et que c'était sans doute une lame de ciseaux, donc rien de répréhensible.

Très motivée par le brillant discours de mon CDE sur la tolérance zéro au collège, je vérifie que tout le monde a son carnet de correspondance et son badge. O surprise, cinq élèves ne sont pas munis des précieux sésames. Je m'excuse auprès du reste de la classe pour la perte de temps, rédige une courte missive et envoie le délégué accompagner les fautifs à la vie scolaire, puisqu'il ne peut plus être question de laisser passer ce genre d'épouvantables manquements.

Un quart d'heure que le cours est entamé, et je peux enfin passer dans les rangs vérifier que tout le monde a ses affaires, et surtout, a fait ses exercices. "Mais madame, on a fait un contrôle la dernière fois, alors on a pas écrit qu'il fallait terminer les exercices !", braille Walkyrie, confortablement affalée sur sa table. Adepte inconditionnelle de la pédagogie différenciée, je fais copier le règlement pendant toute l'heure à ceux qui n'ont même pas leur manuel, terminer les exos à ceux qui n'en ont fait qu'un sur 4 ("mais madame, c'est pas juste, j'ai travaillé, j'en ai fait un !"), et rédiger un petit texte d'application en plus aux quelques travailleurs sérieux.

Chacun repart satisfait, nous corrigerons la prochaine fois.

J'accueille maintenant, un sourire toujours enchanté, MA classe, la 6eA, en salle vidéo, où nous regardons depuis hier Troie histoire de nous mettre dans l'ambiance pour la séquence sur l'Iliade et l'Odyssée. Je fais aligner tout le monde à grand renfort de menaces et de chantage affectif, rappelle qu'on entre en silence et qu'on s'assied sur les bancs, pas sur les chaises (mal disposées). Je branche tout, je récupère la clé du local où est planqué le projecteur, et je me retourne.

Jarod, qui n'est plus avec nous que le mardi, est allongé sur une table et regarde le plafond. Quand il voit que je le regarde, il sourit et tout doucement, tout tout doucement, s'assied (sur la table). Pour expliquer le cas Jarod, il faudrait y passer la soirée. Il ne devrait pas être là, mais en IME. Sauf qu'il n'y a pas assez de places. Donc on l'a mis en classe relais. Mais pas le mardi. Depuis qu'il ne vient plus que de temps en temps, Jarod a la grosse tête. Il est très fier de ne pas avoir ses affaires (après tout, il est en classe relais !), et quand il est puni, il boude et me dit qu'à cause de moi, il va lui arriver des tas de choses pas sympa. Bref, j'ordonne à Jarod de se positionner sur le banc du fond, où il n'y a personne. Il obtempère en faisant de petits saluts à droite à gauche. Je l'ignore.

Lascar saute sur son banc depuis qu'on est rentrés dans la salle. Lascar est ma bête noire de 6eA. Il n'est pas méchant du tout, mais il n'a rien écrit dans son cahier depuis la rentrée, n'a jamais montré un mot à sa maman, et passe tous mes cours à essayer de distraire ses camarades, qui n'ont pas besoin de ça.
- Quoi, Lascar ?
- C'est urgent s'il vous plait j'ai pas eu le temps je peux aller aux toilettes ?
- Non.
Je coupe la parole à Lascar, qui continue à se tortiller.

Je lance enfin le film, après avoir demandé à la classe de me résumer le début vu la veille. Je fais semblant d'ignorer les 2/3 qui n'ont rien compris. Je suis trop fatiguée.

Au bout de 5 minutes, il n'y a plus que deux ou trois élèves qui essaient de regarder la suite du film, pendant que les autres mangent, parlent entre eux et changent de place en douce. J'arrête la vidéo. Si ça continue, on n'ira plus en salle vidéo. Dernier avertissement.

Une minute de répit. Hop, c'est reparti. Je note les noms des bavards. Lascar a bien changé trois fois de place. Je le prends à part et je lui demande de rester debout pour les 20 dernières minutes à 3m derrière les bancs.

Profitant de l'obscurité, Lascar avance pas à pas vers ses camarades. Au début, je doute. Je le laisse faire, quand il est à 20 cm des bancs, je suis bien obligée de me rendre à l'évidence. Je maugrée intérieurement. Trente secondes passent, je fais semblant de regarder le film, et quand je tourne la tête, Lascar est debout sur le dernier banc.

Fulminante, j'arrête le film. J'exclus Lascar. Je reprends la projection après moultes menaces.

Les bavardages et échanges divers reprennent.

Dans un sursaut de rage, j'éteins tout, rallume les néons, et fais un grand discours en criant très fort. Je dis à la classe que j'en ai marre, qu'on arrête là et que maintenant, on n'ira plus en salle vidéo, ni nulle part, et qu'ils me font honte, et qu'après une 6e comme eux, je n'ai plus envie d'être prof principale de personne. Silence atterré.

Et là, Lascar revient.

- La vie scolaire a plus de place.

J'inspire profondément.

- Mets toi au fond, regarde le mur, tu n'es plus là, je ne veux pas t'entendre.

J'ai fait écrire le reste de la classe, et quand je suis sortie, c'était avec un rapport rageur à la main, que j'ai posé sur le bureau du principal au lieu d'aller gentiment voir la CPE comme d'habitude. Dedans j'ai mis qu'on ne pouvait pas travailler sérieusement quand notre autorité était sabordée par l'administration, et que question crédibilité, là, j'étais morte. Et qu'en plus ce n'était pas la première fois.

Le principal a convoqué les parents. Moi, je suis partie trèèèès fatiguée, avec une forte envie de me reconvertir dans le compte des pontes de tortues marines sur le littoral.

Faut avoir la vocation, quand même...

_________________
Omnia mutantur nihil interit (Ovide)

Hope
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une après-midi ordinaire

Message par Albertine le Mer 17 Mar 2010 - 6:04


Albertine
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une après-midi ordinaire

Message par Invité31 le Mer 17 Mar 2010 - 6:14

Courage Hope, courage... Je suis dans le même genre d'établissement que toi, c'est dur.
mardi mes 4e se sont rendus compte que je comprenais l'arabe, ça a suffi à les perturber gravement pendant la deuxième demi-heure de cours... Et moi de répondre à leurs questions comme Sonia dans la Journée de la Jupe: "Je suis prof de français"... Bref...
Hier j'ai emmené mes 6e à l'opéra et sur le trajet de l'aller j'en vois un qui met une claque à un petit tout faible. Je le prends et le tance vertement. Il me réponds "vas-y lâche-moi! Laisse-moi!" Evidemment j'appelle les parents aujourd'hui et je fais un rapport, mais bon...
Ca décourage, c'est sûr.
Je pense qu'il fait se centrer sur ceux qui bossent, ceux qui sont gentils, ceux qui ont envie, ceux dont on peut faire quelque chose. Certains sont ailleurs, irrémédiablement ailleurs... Pour le moment en tout cas.
Quant à l'administration, oui, il faut parfois se battre. Chez nous la direction est vraiment super, mais c'est la vie scolaire qui ne nous soutient pas toujours. Alors comme toi je court-circuite.

Invité31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une après-midi ordinaire

Message par sand le Mer 17 Mar 2010 - 6:54

Courage, Hope !

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une après-midi ordinaire

Message par Frisouille le Mer 17 Mar 2010 - 13:16

Vos élèves ont des badges ? En plus du carnet de correspondance ?

Enfin c'est sûr qu'il y a des journées dont il est plus difficile d'arriver au bout que d'autres...

Courage, Hope, les vacances sont dans dix jours !
aaf

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une après-midi ordinaire

Message par ysabel le Mer 17 Mar 2010 - 19:04



Je suis fatiguée rien que d'avoir lu ce que tu subis...

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une après-midi ordinaire

Message par Abraxas le Mer 17 Mar 2010 - 19:11

Verrry funny, Hope !
Tant qu'on a de l'humour / à s'offrir en partage…
Comme disait l'autre, qui a disparu…

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une après-midi ordinaire

Message par Syl80 le Mer 17 Mar 2010 - 19:12

Je compatis. J'ai une classe d'affreux moi aussi et aucune solution devant moi...

Syl80
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum