Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Pseudo le Mer 31 Mar 2010 - 8:39

Le truc qui me mine régulièrement : devoir donner les mêmes informations, les mêmes fiches, toujours complétées avec les mêmes infos, à chaque occasion.
La dernière en date : devoir compléter une fiche papier avec des informations aussi secrètes que ma date de naissance, mes états de service, mes notes administrative et pédagogique, etc... en recopiant i-prof , et devoir joindre un cv (qui reprend donc mon expérience pro). C'est pour faire des recoupements ?
Et le pompon, c'était quand les fiches idividuelles et familliale d'état civil existaient encore. Pas un papelard, pas une demande, qui ne devait être accompagné d'une ou l'autre de ces fiches. J'ai longtemps imaginé qu'il y avait quelque part des salles entières vouées uniquement à l'archivage de ces précieuses fifiches, avec un personnel pléthorique uniquement dédié à cette tâche fort utile...

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Pseudo le Mer 31 Mar 2010 - 8:52

J'ai connu aussi une affectation en temps que tzr particulièrement croquignolette.

acte 1 : le poste ou je suis depuis deux ans en remplacement/complément d'une cpa n'intéresse personne. Le chef d'établissement m'assure de son soutien pour être là l'année prochaine.
acte 2 : je suis affectée en juillet dans un bahut à 45 bornes de là. De colère, j'envoie une lettre pour souligner le souci de la continuité pédagogique à l'oeuvre dans cette décision et demande à ne pas passer à la comission d'aout qui révisait normalement seulement les cas litigieux. Je cherche à déménager.
Mon syndicat m'indique que le chef d'étab de mon établissement d'origine a fait le forcing pour donner le poste à un ami à lui qui n'a pas obtenu de poste fixe.
acte 3 : en aout, je suis ré-affectée sur un poste non-enseignant au CIO. Heureusement que je n'ai pas trouvé d'appart. Le poste dans le bahut à 45 bornes est filé à une fille, en même temps qu'un appart de fonction sur place. J'apprendrais dans l'année, en passant dans le dit bahut pour une info sur les métiers, que la fille est en congé maladie : tout le monde sais qu'elle est la maîtresse du chef d'étab, elle ne supporte plus cette situation.
acte 4 : la secrétaire de mon bahut d'origine (et voisine) vient me voir le lendemain de la rentrée : le copain du chef a finalement obtenu une affectation en classe européenne, le poste est dispo pour moi, je peux revenir, le chef n'a qu'un coup de fil à donner. Vexée, je décline avec amphase lol
acte 5 : une pauvre fille doit faire 250 km pour venir sur le poste pendant que moi, souvenez-vous, je suis sur un poste non-enseignant (sur lequel je subirais ma première inspection...et m'entendrais dire : "je ne peux pas beaucoup augmenter votre note, vous n'êtes pas en CDI")

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par leyade le Mer 31 Mar 2010 - 8:55

Ouh, là, c'est du lourd!

leyade
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par doctor who le Mer 31 Mar 2010 - 9:11

heather a écrit:Une amie qui a reçu un arrêté d'affectation (remplacement) jusqu'en 2099. Donc affectation post-mortem.
*

Une affectation emphytéotique. A la fin, on creuse et on ramasse les bouts de cervelle qui restent.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Parenthèse le Mer 31 Mar 2010 - 9:46

Début de l'année PLC2, on vient d'apprendre où se passe notre année de stage. En moyenne à 3 heures de route de chez nous (cela se passe le 31 aout, nous sommes à la 1ère réunion de l'année des PLC2, celle qui nous dit à quelle sauce on doit être mangé...). La rentrée prof est le 2.Et là, les formateurs nous annoncent que nous devons assister à une 1ère formation le 1er septembre. Uniquement le matin, ce qui nous laisse une après-midi pour visiter des apparts, trouver le financement, rassembler les papiers et signer le contrat de location !
J'ai ressenti plus de stress que lors des oraux.

Parenthèse
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par clems le Mer 31 Mar 2010 - 10:19

Je suis prof de secondaire, mon conjoint, prof du primaire....on ne peut pas muter ensemble, il n'existe pas de mutation simultanée entre 1er et 2nd degré dans l'EN......Du coup, on doit faire au pti bonheur la chance pour espérer tomber dans la même académie.........j'aurais été infirmière scolaire, on pouvait, là prof de français, on peut pas.....

clems
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Frisouille le Mer 31 Mar 2010 - 15:30

@clems a écrit:Je suis prof de secondaire, mon conjoint, prof du primaire....on ne peut pas muter ensemble, il n'existe pas de mutation simultanée entre 1er et 2nd degré dans l'EN......Du coup, on doit faire au pti bonheur la chance pour espérer tomber dans la même académie.........j'aurais été infirmière scolaire, on pouvait, là prof de français, on peut pas.....

Ça, c'est assez fort dans l'absurdité...!

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Cilou le Mer 31 Mar 2010 - 16:05

@Raph a écrit:1er jour à l'IUFM - A babord et à tribord, des stagiaires furieux d'être affectés à 2h de chez eux, parfois sans moyen de locomotion. Les réclamations s'élevant, tous se rendent compte qu'il y a dans la salle des gens qui seraient ravis d'échanger leur établissement de stage avec eux. Mais c'est interdit.

Autre situation ubuesque: Passer le CAPES en candidat libre dans son académie. Etre envoyé dans une autre académie (déficitaire) pour l'année de stage contre sa volonté car les lauréats sont trop nombreux, voir des gens de liste complémentaire rappelés dans l'académie d'origine car finalement il manque des profs en novembre et râter le retour dans l'académie de départ à 0,1 point lors des muts (les 0,1 points quand on fait son stage dans l'académie où on a passé le CAPES évidemment).

Moi tout pareil que toi pour la deuxième situation...va comprendre!!! surtout que la dernière entrée dans l'académie était ma meilleure amie, plus jeune que moi...j'en ai pleuré! Bon, mais l'année suivante, je l'ai (enfin!) eu cette académie! d'abord en TZR pendant 3 ans, puis poste fixe depuis l'an dernier... j'y suis, j'y reste !!!

Cilou
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Cilou le Mer 31 Mar 2010 - 16:07

@Fourchette a écrit:Quand j'étais TZR, avec une collègue TZR aussi sur la même zone, de même ancienneté, même échelon, même discipline cela nous aurait arrangées d'inverser nos remplacements (qui allaient commencer en même temps) pour simple commodité géographique. Ben non, impossible, jamais compris pourquoi...

Euh, ça aussi, je l'ai vécu...on faisait chacune de notre côté 100 bornes AR, à l'opposé, elle pour venir près de chez moi, moi près de chez elle...

Cilou
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par bea33 le Mer 31 Mar 2010 - 16:25

Pour un seul poste : 1 titulaire en complément de service + 2 vacataires !!

bea33
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Lornet le Mer 31 Mar 2010 - 16:37

@Cilou a écrit:
@Fourchette a écrit:Quand j'étais TZR, avec une collègue TZR aussi sur la même zone, de même ancienneté, même échelon, même discipline cela nous aurait arrangées d'inverser nos remplacements (qui allaient commencer en même temps) pour simple commodité géographique. Ben non, impossible, jamais compris pourquoi...

Euh, ça aussi, je l'ai vécu...on faisait chacune de notre côté 100 bornes AR, à l'opposé, elle pour venir près de chez moi, moi près de chez elle...

Peut-être une question de zone limitrophe ?
Quand j'étais TZR, j'enseignais dans la zone limitrophe à l'est de la mienne parce que dans l'établissement voisin de mon RAD, on avait placé un TZR venant de la zone limitrophe à l'ouest de la mienne, qui n'aurait pas pu aller faire mon remplacement puisque la zone à l'est n'était pas limitrophe de sa zone à l'ouest...

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Cilou le Mer 31 Mar 2010 - 16:58

non non même zone...

Cilou
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par DH le Mer 31 Mar 2010 - 18:01

Sur ma fiche de paie:

déduction MGEN pour moi et une pour ma fille depuis six ans notée de façon très claire (je l'aie sous les yeux):

M.G.E.N. - enfant(s): 6.50

Et en même temps, ils n'ont jamais corrigé la case qui précède l'échelon

"enfant à charge: 00".


J'ai beau appeler et avoir fourni (deux fois) un acte de naissance, fait les modifs sur I -prof, ma fille est assurée mais n'existe pas...

_________________
Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l'attitude stérile du spectateur, car la vie n'est pas un spectacle, car une mer de douleurs n'est pas un proscenium, car un homme qui crie n'est pas un ours qui danse...

DH
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par henriette le Mer 31 Mar 2010 - 18:08

Sur I-prof, pendant des années, mon adresse indiquait ROME - ALLEMAGNE.
J'ai écrit x messages pour signaler l'erreur, en vain...

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Violet le Mer 31 Mar 2010 - 18:55

Quelle erreur ? Quoi, Rome n'est pas en Allemagne ? Razz

Violet
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par John le Mer 31 Mar 2010 - 19:02

Ah oui :

Aller chercher un document A dans l'établissement A. Faire signer le document A de l'établissement A par l'établissement B qui me le renvoie. Faire ensuite signer (l'ordre est impératif) ce même document A par l'établissement A qui me le renvoie à son tour. Il faut compter environ un mois par étape...

En parallèle, aller chercher un document B dans l'établissement B, qui comprend à peu près les mêmes informations (!). Faire signer le document B par l'établissement A qui me le retourne. Renvoyer ensuite à l'établissement B le document B signé par l'établissement A pour que l'établissement B le signe et me le retourne.

Et il faut là aussi compter un mois par étape.

Vous avez compris ou je recommence ?

elephantrose

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par InvitéeHr le Mer 31 Mar 2010 - 20:28

Le rectorat a décidé que je serai en MCS, puis se décide pour X, puis de nouveau pour moi. Tout cela est véridique. Furax j'appelle le château ou la DPE6 si l'on préfère pour tenter de comprendre. Réponse floue de la fille gênée. Puis message sur mon répondeur 1 h plus tard pour me signaler que mon dossier est remonté au chef de service pour être réexaminé.

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Jane le Mer 31 Mar 2010 - 20:29

alors tu ne sais toujours pas si tu dois demander une mut ou pas ?

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par InvitéeHr le Mer 31 Mar 2010 - 20:33

Non. De toute façon je me fous des délais de cette mut.

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Jane le Mer 31 Mar 2010 - 20:35

put*
y a de quoi être dégoûtée en effet. Faut poser la question aux collègues qui assistent aux CAPA, mais il me semble quand même que c'est risqué, non, de pas faire de mut si la MCS se confirme...

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par InvitéeHr le Mer 31 Mar 2010 - 20:39

Tant pis ils n'ont qu'à assurer et au point où j'en suis...

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Jane le Mer 31 Mar 2010 - 20:40

Bon courage, je sais ce que c'est (et j'y ai échappé d'un poil à nouveau cette année)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Gryphe le Mer 31 Mar 2010 - 21:03

Il me revient une histoire digne de figurer dans cette rubrique :

Un professeur de lettres TZR commence son service dans un établissement.

A la moitié de l'année, elle doit changer de service dans le même établissement :
elle a dû expliquer à ses classes qu'elle allait désormais prendre d'autres classes du même bahut.

Eh oui : Mme X partait en congé et avait besoin d'être remplacée tandis que M. Y revenait de congé et n'avait plus besoin d'être remplacé.

Il n'y a pas eu moyen de permuter les services, ne me demandez pas pourquoi, je ne me souviens plus des détails...


Gryphe
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par papillonbleu le Mer 31 Mar 2010 - 21:11

Je suis désolée de ce qui t'arrive, Heather... No
C'est vraiment se moquer du monde !!!

papillonbleu
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par InvitéeHr le Mer 31 Mar 2010 - 21:41

Je n'en resterai pas là en tout cas, s'ils imaginent que je vais plier ils rêvent.

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le château de Kafka : les pires absurdités observées dans l'exercice de notre métier

Message par Xana le Mer 31 Mar 2010 - 21:55

@Jane a écrit:
heather a écrit:Une amie qui a reçu un arrêté d'affectation (remplacement) jusqu'en 2099. Donc affectation post-mortem.
J'adore !

J'en ai littéralement pleuré de rire puis brusquement, j'ai pleuré tout court. Comme une révélation de ce que je vis depuis quelques années...jusqu'en 2099 peut-être!

Xana
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum