petite question de vocabulaire à mes collègues de lettres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

petite question de vocabulaire à mes collègues de lettres

Message par fgers le Dim 4 Avr 2010 - 8:10

Dois-je pour évoquer l'informatique ou de la téléphonie portable avec mes élèves parler des nouvelles techniques ou des nouvelles technologies. Un technopôle regroupe-t-il des industries de haute technologie ou de haute-technicité?

Pour moi, technologie s'applique à la connaissance au discours sur la technique. Mais l'usage est de dire technologie. On dit nanotechnologies et non nanotechniques.

Bref, que faire pour parler et écrire correctement? S'en tenir à l'étymologie ou l'usage le plus répandu est-il acceptable?

_________________
Le courrier de S1 est ton meilleur ami

fgers
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: petite question de vocabulaire à mes collègues de lettres

Message par Aredius le Dim 4 Avr 2010 - 10:27

Je suis pour les économies !
Choisissons l'usage le plus répandu et en conséquence, supprimons bien des postes de profs de français.
Les publicitaires les remplacent très bien. Et un logiciel répondra facilement à votre préoccupation.

Tiens, un mot buzz, "méthodologie" ... pour "méthode". Surtout NE pas faire de méthodologie (i.e. d'étude des méthodes), c'est trop dangereux.

P.S. : vous posez ce que je considère comme une très bonne question à débattre. Luc votre Ministre, un gars du marqétinge a certainement une réponse.

_________________
Aredius, Nantes,http://lefenetrou.blogspot.com
"Homo sum et nihil humani a me alienum puto" (Terence)
"Quis custodiet ipsos custodes? " (Juvenal)

Aredius
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: petite question de vocabulaire à mes collègues de lettres

Message par Ruthven le Dim 4 Avr 2010 - 11:31

Voici ce qu'écrit un philosophe, J.P.Séris, dans son introduction à son livre sur La technique :



La technologie ne doit pas nous cacher les techniques. Elle devrait même nous aider à mieux les comprendre. Renversant la formule de Kant, l'homme d'aujourd'hui dirait volontiers, quand on attire son attention sur une technique comme l'écobuage, les « techniques du corps » (M. Mauss) ou la préparation de l'huile d'olive : « ce n'est pas de la technologie, ce n'est que du savoir-faire (voulant dire par là : « ce n'est pas de la science, ce n'est que de la technique »). C. Lévi-Strauss a fait justice du préjugé (ethnocentrique) qui qualifie d'« arriérées » les techniques des sociétés traditionnelles. La survie en milieu arctique (esquimaux) ne peut évidemment pas être dissociée d'une étonnante adaptation des techniques aux conditions climatiques. La pharmacopée et la médecine par les simples, l'agriculture céréalière dès ses débuts, mésopotamiens ou aztèques, représentent des performances de haute technicité, indépendamment du fait qu'elles ne reposent pas sur une botanique, une physiologie ou une génétique préalables. On aurait tort de tirer argument de ce dernier fait pour prétendre que les techniques (en raison de leur « faible » développement) jouaient un rôle plus secondaire dans ces sociétés que dans la nôtre, où elles occupent enfin le devant de la scène, ou qu'elles faisaient l'objet d'un plus faible investissement non seulement économique mais aussi culturel, politique et social en général.



La technologie ou le logos perdu

L'attention aux techniques, et donc au technique, n'a jamais été aussi envahissante que dans nos sociétés post-industrielles. Sous la double forme, propice à toutes les ambiguïtés, de la confiance aveugle à l'efficacité des ressources techniciennes, et du sentiment de dépossession en présence de la « technocratie » ambiante.



Il est d'autant plus curieux de noter, en cette circonstance, le retrait du vocable « la technique » ou « les techniques », dans la langue courante d'aujourd'hui, au bénéfice de celui de « technologie ». Nos contemporains ne sont pas éloignés de penser que les techniques accèdent au stade de la technologie lorsqu'un discours savant, et même un discours scientifique leur sert de support, de justification et de caution. Les technologies sont des conduites, des opérations et des fabrications intégrées à un complexe ou à un corps à la fois théorique et pratique, celui de la « techno-science ». Les techniques restent pour leur part des transformations opératoires de la nature ou de l'environnement humain, voire du corps humain (ou de l'environnement symbolique...), qui se disent ou s'écrivent dans une langue naturelle, parfois propre à elles (les argots de métiers), comme les métiers et les arts trouvent leur écriture et leur graphie dans l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert, après la diffusion et, la transmission plus confidentielle et sélective des ateliers et des champs. Quant à « la » technique, si on ne la spécifie pas davantage, elle désigne les savoir-faire développés par l'entraînement et l'apprentissage, par la pratique (et pas seulement par l'exemple ou par l'enseignement verbal et scolaire), et opposés à l'art (« cette patineuse a une excellente technique, mais il lui manquera toujours la grâce qui fait les artistes ») comme le métier l'est au génie.



Il n'est pas suffisant de voir là l'effet d'une mode, dont on peut rire ou s'indigner vertueusement, au nom de la défense de notre langue. Dans la chronique « Langage » du Monde (23 mars 1980), J. Cellard constatait que technologie est devenu une espèce de superlatif, savant ou pédant, de technique, « au point que l'on est tout étonné de rencontrer encore technique dans la presse écrite ou parlée », « cet abus prétentieux et révélateur » étant « aujourd'hui systématique ». Cellard, et bien d'autres, ont bien raison de dénoncer, dans quatre-vingt-quinze pour cent de ces emplois, « un faux sens emphatique et lourd », une transposition indue du terme anglo-américain technology, oublieuse du sens que le mot avait antérieurement dans notre langue. Mais la question est, à mon sens, plus grave.



On a recours à technologie parce que le terme parait chargé d'une dignité que technique n'a pas. Différence de valeur : seuls auront droit à l'appellation les procédés les plus révolutionnaires, les méthodes les plus sophistiquées, mobilisant les ressources scientifiques les plus diverses et les développements les plus récents de la recherche de pointe. L'usage trahit un besoin diffus de valoriser, par l'adjonction naïve du suffixe techno-logie, une technique reconnue de plus en plus comme non seulement affaire de spécialistes (cela, beaucoup de techniques l'ont été, dans le passé, sans être pour autant l'objet d'un jugement laudatif), mais comme relevant d'une entreprise intellectuelle heuristique (pour éviter le mot « théorique », trop associé à « désintéressé »). La fortune du mot apporte un témoignage intéressant sur l'état présent des mentalités à propos des techniques et des sciences. On serait tenté de dire : ce qu'il y a de plus dans technologie, c'est le suffixe, dérivé de logos, c'est la référence à la dimension logique, discursive, rationnelle, scientifique, d'une pratique consciente d'elle-même, de ses finalités et de ses besoins, informée et instruite, soucieuse de sa place dans un réseau de savoirs et de pouvoirs, disciplinée. Les techniques ainsi qualifiées sont celles où est à l'œuvre le logos, ou qui sont l'œuvre d'un logos.



A supposer que l'abus du terme soit ainsi motivé, pour désigner les secteurs de pointe, les zones de haute technicité, il reste à remarquer que par une extension également significative, la technologie ainsi conçue en vient non seulement à désigner la technique en général, mais passe pour constituer le noyau dur de toute technique, le modèle essentiel et la forme complète, achevée et enfin pleinement intelligible du phénomène technique. Il faut être attentif à ne pas céder à ce préjugé, générateur d'anachronismes, et conduisant à une vision déformée de l'histoire, aussi bien qu'à une interprétation partiale du phénomène.



Ces jugements et ces préjugés sont historiquement datés. Ils sont tributaires de la situation présente, dont ils révèlent en particulier un trait essentiel. C'est sous l'aspect du changement et de la mutation que les techniques nous sont le plus directement saisissables. Nous nous en avisons particulièrement dans les innovations ; nous sommes avant tout sensibles aux changements. Si bien que nous en venons à concevoir la technique comme une fonction de révolution permanente, de rectification et de révi-sion continuelle de ses propres méthodes, objet d'une mise à l'épreuve de tous les instants. Projets et bilans, programmes et audits inscrivent l'entreprise technicienne dans une perspective de confrontation et de com-paraison, de chiffrage et d'évaluation, appelant à la fois le discours (logos) qui anticipe et l'écriture qui résume et conserve. Notre époque est celle de la technique pensée non seulement comme technologie, mais comme technographie.



Mais la fortune du mot technologie est encore révélatrice d'autre chose. Comme le remarque François Sigaut dans la preface à Haudricourt, La technologie, science humaine :



“Si les deux termes peuvent être pris l'un pour l'autre, c'est qu'aucun des deux n'a de sens bien précis pour nos contemporains. Car, contrairement à une opinion trop courante, notre vie quotidienne à tous est de moins en moins mar-quée, de moins en moins façonnée, structurée par la technique. La technique suppose le contact direct de l'homme avec la nature, avec la matière. Or les machines nous dispensent ou nous privent de plus en plus de ce contact, sans que l'enseignement général (dont les techniques sont exclues) apporte aucune compensation. Ce qui fait illusion, c'est que le capital de savoir technique accu-mulé dans notre société est aujourd'hui infiniment plus grand qu'il ne le fut jamais. Mais la part de chacun de nous dans ce capital n'a jamais été aussi négligeable” (p. 9-10).



Première difficulté : pouvons-nous dire que « notre vie quotidienne est de moins en moins marquée, de moins en moins façonnée, par la technique » ? Nous sommes habitués à dire et à entendre le contraire. G. Friedmann disait que nous évoluons désormais dans un « milieu technique », entendant par là un « conditionnement » de l'individu par l'action « puissante et multiforme d'un ensemble de plus en plus dense de techniques, dont les stimulations s'exercent jour et nuit »... (p. 204). Il montrait aussi qu'une manière de percevoir « plus interprétante, plus débordante par rap-port au signe et par conséquent plus intellectualisée » était induite par les transformations du nouveau milieu, et tout particulièrement par l'omni-présence des machines. Nous sommes prêts à énumérer les objets techni-ques dont nous ne pouvons plus nous passer dans notre vie quotidienne, depuis le four M.O. du petit déjeuner jusqu'au radio-réveil que nous pro-grammons avant de nous endormir. Mais l'omniprésence des objets tech-niques, des réseaux denses de liaisons techniques, ne signifie pas que nous ayons des opérations techniques délicates, ajustées et difficiles à accomplir pour en user. Exemple trivial : le téléphone me permet de communiquer (avec retour immédiat de la communication, si mon interlocuteur est pré-sent à l'autre bout du fil) sans préparatifs et autres accessoires ; il ne demande de ma part que la connaissance d'un numéro de huit chiffres, alors que l'échange de lettres implique de ma part et de la sienne des gestes techniques plus élaborés. L'objet technique, au moins dans la vie quoti-dienne, se caractérise par la conjonction de deux traits : caractère très éla-boré de sa construction et de son fonctionnement, et commodité de son usage, réduisant à zéro la compétence exigée de l'utilisateur. Le micro-ordinateur, devenu par la grâce de ses logiciels, « convivial » en est l'exem-ple frappant. Nous vivons dans un monde où le « capital » de savoir technique accumulé est colossal, et en même temps, nous sommes bien plus que nos ancêtres dispensés de tout savoir-faire technique. Dire que nous en sommes dispensés est insuffisant : en être dispensés, en effet, c'est en être exclus. Cette dispense, cette exclusion, cette forclusion sont selon moi responsables du retrait de la technique, observé plus haut.



Notre contemporain n'a plus besoin de faire appel à ses propres ressources techniques. Tout se passe comme si le plus économique et le plus efficace était de laisser la « technologie » aux techniciens ou technologues. La technologie, c'est l'affaire de l'autre. Si j'en fais moi-même; ce sera un métier, une profession, un aspect bien délimité de ma vie, consacré à un aspect étroitement spécialisé de quelque technologie particulière, au nom de la division du travail.



Le « capital technique accumulé » c'est aussi la prépondérance de la machine par rapport au geste technique. La machine-outil incorpore dans une matière extérieure et étrangère les savoir-faire originellement manuels (pour la calculatrice, les savoir-faire intellectuels). Aujourd'hui, ce mouvement depuis longtemps engagé est parvenu à un saut qualitatif : c'est l'autonomisation d'un monde technologique, et de ses réseaux, dont la connexion fait un conglomérat autosuffisant, ayant ses lois de fonctionnement et ses exigences propres.



L'homo faber contemporain est technologiquement dispensé d'être lui-même en tant qu'individu, technicien. Sigaut a tout à fait raison d'évoquer le mythe de Robinson, comme mythe (truqué) de la révolution industrielle. « Defoe a triché, en faisant trouver par Robinson dans l'épave de son navire tous les outils qu'il n'aurait pas su fabriquer lui-même ». La reconstitution, par un seul, de l'ensemble technique était déjà, en 1719, un idéal impossible, impossibilité dont la faille dans la logique du récit est l'aveu. Cette impossibilité est un fait attesté. On pourra la nommer « aliénation », « Entaüsserung », « Entfremdung ». Technologie, dans cette optique, c'est le nom de la technique dont nous nous sentons dépossédés. Elle se fait, hors de nous, sans nous. Même si nous sommes convaincus que c'est bien ainsi, force est de constater que la technologie n'est pas alors une technique habitée par le logos, mais bien une, technique qui a perdu son logos. Celui-ci en effet n'est plus tout à fait, et même plus du tout un logos, s'il est devenu incommunicable et étranger aux sujets techniques. La technicisation du milieu, de la vie tout entière a pour effet un divorce entre les sujets techniques et le rationnel dans la technique (la technologie). Mais est-ce vraiment comme un divorce entre la technique et sa rationalité qu'il faut lelire, ? En outre, quelle est la part du jugement préfabriqué, et celle de l'attitude mentale authentique, dans ce que l'on vient d'exposer



Les discours sur la technique



L'emploi trivial du mot technologie est aux yeux du puriste répréhensible parce qu'il oublie le suffixe : il fait comme si technologie (à la manière de l'anglo-américain technology) pouvait signifier la technique elle-même, l'opération et la pratique effective, alors que le suffixe indique clairement qu'il s'agit d'un discours sur la technique, antérieur ou postérieur, c'est selon, mais jamais contemporain et indissociable. L'embryologie n'est pas confondue avec le développement effectif du foetus, la criminologie n'est pas assimilée à l'accomplissement du crime.



Pour prendre les choses d'un peu loin, quel genre de discours sur les techniques, ou sur la technique, peut-il avoir une légitimité, un intérêt, une fonction ? De qui les techniques peuvent-elles alimenter le discours ?

A. 1. Discours fonctionnel, discours-savoir, celui de l'enseignement, de la didactique, de la transmission. La librairie technique, du manuel au mode d'emploi. Le livre de cuisine, avec ses recettes et ses conseils pratiques, le guide pratique de l'utilisateur, qui accompagne les appareils.

A. 2. Discours légitimant : principalement un discours de type scientifique, déduisant d'une base scientifique des applications pratiques, ou fondant sur un savoir éprouvé scientifiquement des procédures dont l'efficience est par là établie ou confirmée. Un manuel de résistance des matériaux ou de mécanique des fluides, à l'usage de l'ingénieur des ponts et chaussées, ou du dessinateur de carènes.

B. Pourrait-on penser qu'il n'est pas nécessaire d'aller plus loin ? Adoptant le point de vue « pragmatique » des techniques et des techniciens eux-mêmes, les cyniques diront qu'il n'est pas besoin d'autre chose. Ils auront du mal néanmoins à passer sous silence des enquêtes auxquelles les techniciens ne peuvent rester totalement insensibles, au nom même de la prise au sérieux du phénomène technique.

B. 1. Sans m'y étendre maintenant, je signale l'intérêt de l'enquête historique (et historienne) sur les techniques, les arts, les métiers, et la base matérielle de la vie des sociétés : l'histoire peut de moins en moins s'en passer. Non plus que la préhistoire, l'anthropologie, l'ethnologie. Cet intérêt est d'autant plus sensible, que les techniques sont la part la plus ignorée et la plus méconnue de bon nombre de cultures, qu'elles sont restées souvent de l'ordre du non-dit.

B. 2. Une technologie non plus empirique et descriptive, mais rationnelle et critique, à la façon de celle qui a créé le vocable, en Allemagne, en France et en Angleterre à la fin du xviii- siècle (sciences « camérales », écoles d'ingénieurs, revues techniques, rationalisation de la grande industrie) ou dans le sillage de ces disciplines. La question sera de savoir si elle se confine à la tâche traditionnelle d'articulation des sciences et des techniques, connue sous le nom de « sciences appliquées », ou si elle prend la dimension, entrevue et revendiquée par quelques-uns, d'une science générale de l'action opératoire ou d'une science de l'artificiel, comme dit H. Simon (The Sciences of the Artificial).

“ Il n'est pas inutile, peut-être, d'examiner ce « problème de la technologie », dont les termes peuvent se résumer de la façon suivante :

1. Nous avons besoin de connaître les techniques, pour un ensemble de raisons que nous pouvons qualifier de culturelles, et indépendamment de toutes considérations d'ordre utilitaire.

2. Cette connaissance ne peut pas être une accumulation de recettes. Elle doit être organisée suivant une logique, une cohérence, qui sont le propre de toute connaissance scientifique.

3. Or les disciplines techniques traditionnelles, quelle que soit l'appellation qu'on leur donne (technologies, sciences appliquées, sciences de l'ingénieur...), ne satisfont qu'incomplètement cette exigence.

4. Il est donc nécessaire d'élaborer une technologie qui soit une véritable science des techniques. Une science, c'est-à-dire une discipline désintéressée, n'ayant pas d'autre but que la connaissance cohérente de son objet. Et une science humaine, puisque les techniques sont évidemment des activités humaines.” (François Sigaut, Préface de Haudricourt, La technologie science humaine, p. ii).

C. Porteurs d'intérêt, de légitimité et de fonctionnalité (mais non-instrumentale), d'autres discours : les discours critiques, mettant les techniques en question.

C. 1. Si la technique donne matière à discussion, si elle préoccupe et inquiète la conscience de notre époque, c'est évidemment en dehors des limites du champ étroit des intérêts purement utilitaires et pragmatique, au nom d'une critique de ces intérêts. Précisément, l'interrogation la plus insistante en cette fin de xx- siècle est l'interrogation éthique, qui centre sa querelle ou son procès sur la notion de responsabilité'.

C. 2. Avant le passage au premier plan des questions éthiques, une entreprise têtue de critique de la technique au nom d'exigences fondamentales s'est employée et déployée au cours du siècle. Il n'est pas question de les aborder ici. On se contentera de mentionner les noms de Heidegger, d'H. Arendt, de Marcuse, de Habermas.



Notre propre discours sur la technique ne peut s'en tenir à aucune de ces positions : il essaiera de les situer, et la tâche de se situer par rapport à elles ne peut pas être un préliminaire.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum