help: contrôle comparaison métaphore 5eme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

help: contrôle comparaison métaphore 5eme

Message par Galadriel29 le Mer 7 Avr 2010 - 20:32

bonjour
est ce que quelqu'un aurait ca en stock, ca me ferait gager du temps
merci
mim29@free.fr

Galadriel29
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: help: contrôle comparaison métaphore 5eme

Message par Thalie le Jeu 8 Avr 2010 - 16:02

J'ai des exercices que tu peux copier/coller pour faire un contrôle. Ecris-moi sur mon mail. Sous mon avatar, tu le trouveras.

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: help: contrôle comparaison métaphore 5eme

Message par Galadriel29 le Jeu 8 Avr 2010 - 22:53

désolée, ca m'amène sur outlook et je ne sais pas le configurer.

Galadriel29
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: help: contrôle comparaison métaphore 5eme

Message par miss sophie le Ven 9 Avr 2010 - 19:02

Un exercice que je fais en classe:

comparaison OU métaphore ?
Trouvez dans chacune des phrases la figure de style employée et complétez le tableau.

Elément
comparé

Elément
comparant

Outil
de comparaison

Points
communs









a) Ce catcheur, véritable menhir de chair, était impressionnant.
b) Dans le soleil couchant, le lac devenait rouge ainsi qu’un gros rubis.
c) Le soleil, coquelicot géant, décorait l’horizon.
d) Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur.(Jules Renard)
e) Sur un clocher la lune / Comme un point sur un i. (Paul Verlaine)
f) La terre est bleue comme une orange (Paul Eluard)
g) Soudain, il reçut la gifle noire d’un tunnel. (Henri Troyat)
h) Tel un aigle, il fondit sur sa victime.
i) Les crabes, ces galets qui marchent. (Jules Renard)
j) Ses sacs de grains semblaient des fontaines publiques. (Victor Hugo)

Des ressources aussi... Pour les comparaisons:
Comme à cette fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté. (Ronsard)
La terre est bleue comme une orange (Paul Eluard)
Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire. (Guillaume Apollinaire)
Le firmament semblait une mer d’azur. (Gustave Flaubert, Madame Bovary)
La lune se leva derrière la ville et elle avait l’air d’un phare énorme et divin. (Guy de Maupassant)
Le cœur humain, beau comme un sismographe. (André Breton)
La rivière, comme un serpent boa, sur la vallée entière, étendu, s’élançait pour les entortiller. (Gérard de Nerval)
Une voix, comme un tambour, voilée (Robert Desnos, « La voix »)
Tandis qu’autour de moi les petits sont joyeux
Comme des oiseaux sur les grèves (V.Hugo)
Tels que la haute mer contre les durs rivages
A la grande tuerie ils se sont tous rués. (Leconte de Lisle)
Et des rires s’élevèrent, pareils au clapotement des flots. (G. Flaubert)
Les claviers résonnaient ainsi que des cigales. (Lamartine)
Et la Sainte-Chapelle a l’air de s’envoler. (A. Samain)
Et sur la cité, monstre aux écailles de toits,
Le silence descend, doux comme une paupière. (A. Samain)

et des métaphores:
Ta chevelure, un troupeau de chèvres dévalant la montagne de Galaad. (Cantique des cantiques)
Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe (Victor Hugo, « Demain dès l’aube »)
Ma jeunesse en fauteuil à roulettes avec des oiseaux sur le manche de l’avenir (André Breton, Philippe Soupault, surréalisme)
Le palmier, ce jet d’eau végétal. (Lucien Dumas)
Une pendeloque de glace s’était formée au faîte du sapin, index de cristal pointé vers les étoiles.
L’incendie du matin montait en jets de flamme. (Emile Zola, Au bonheur des dames)
Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur. (Jules Renard)
L’aiguille du clocher va faire une reprise au nuage déchiré. (Lucien Dumas)
Les tiges grandirent, et ce fut la mer des céréales, roulante, profonde, sans bornes. (Emile Zola, La terre)
Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin (Guillaume Apollinaire, « Zone », Alcools)
Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage. (Charles Baudelaire, « L’ennemi »)·
Ma joie, mon ravissement ne diminuèrent un peu que lorsque je devins dragon au 6e régiment et encore ce ne fut qu’une éclipse. (Stendhal, La vie de Henri Brulard )
Et sur la cité, monstre aux écailles de toits,
Le silence descend, doux comme une paupière. (A. Samain)
Dans la feuillée, écrin vert taché d’or (…)
Un faune effaré montre ses deux yeux. (A. Rimbaud)
La bouilloire se mit à jouer d’une cornemuse si grêle, qu’il fallait, si j’ose dire, s’enchâsser dans l’oreille une loupe d’horloger pour arriver à suivre cette mélopée microscopique qui créait entre nous une solitude sans
bornes, de même que la flûte arabe crée le désert autour d’elle.
(André Obey)
La plage de sable fin où viennent continuellement balbutier les petites langues bleues des vagues… (Lamartine)
Mon cœur gronde et bouillonne, et je sens lentement,
Couvercle soulevé par un flot écumant,
S’entrouvir mon front plein de rêves. (V. Hugo)

miss sophie
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: help: contrôle comparaison métaphore 5eme

Message par Galadriel29 le Sam 10 Avr 2010 - 18:37

merci bcp!

Galadriel29
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum