Gagnez le dernier roman de Roberto Bolano

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gagnez le dernier roman de Roberto Bolano

Message par John le Mer 5 Mai 2010 - 13:56

Le roman Les détectives sauvages de Roberto Bolaño vient de paraître chez Folio.

A cette occasion, Gallimard organise un tirage au sort pour gagner ce roman. 20 participants seront récompensés :

http://www.folio-lesite.fr/Folio/actualite.action?idActu=514

Résumé du livre

« Je crois que mon roman comporte autant de lectures qu'il contient de voix. Il peut se lire comme une agonie. Mais aussi comme un jeu. » Le jeune Juan García Madero abandonne ses études de droit pour déambuler dans les bas-fonds de Mexico. Avant de partir, moderne Don Quichotte, en compagnie de la prostituée Lupe, en quête de Cesàrea Tinajero, poètesse mythique dont la trace se perd dans le désert… La littérature et la vie sont-elles deux choses différentes ? Ce roman polyphonique, d’une richesse et d’une drôlerie rares, marque le début d’une nouvelle ère dans la littérature latino-américaine. La critique internationale l’a comparé aux grandes œuvres de Cortázar, de Borges et de Kerouac. De Barcelone à Paris, d’Israël à la Californie, Roberto Bolaño nous offre l’épopée lyrique, tragi-comique, d’hommes en quête de la vraie vie, « le voyage infini de gens qui furent jeunes et désespérés mais ne s’ennuyèrent jamais » (Enrique Vila-Matas).

L'auteur

Roberto Bolaño est né à Santiago du Chili en 1953 mais vit l’essentiel de son enfance au Mexique. Après un bref retour dans son pays natal qu’il quitte à cause du coup d’état de 1973, il commence à publier des poèmes. Il s’installe en Espagne en 1977 où il se marie et exerce divers métiers, de plongeur à gardien de camping. S’il ne délaissera jamais la poésie, il se fait connaître par ses romans et nouvelles, dont La littérature nazie en Amérique, Nocturne du Chili, Les détectives sauvages et le posthume 2666. Il reçoit le prix espagnol le plus important, le Prix Herralde, en 1998 et le Prix Romulo Gallegos, le plus prestigieux d’Amérique Latine, en 1999. Héritier hétérodoxe de Borges, de Cortázar, de Artl et d’Onetti, il saisit à bras le corps la littérature et l’histoire de sa génération et est passé maître du brassage des registres, situations et personnages. Roberto Bolaño est décédé en juillet 2003 à Barcelone à l’âge de 50 ans. La majorité de son œuvre est disponible en France aux Éditions Bourgois.

La presse en parle

« Bolaño fait comme si le monde entier était un gisement de matière poétique. Tout dépend du regard posé sur les choses. Et celui de Bolaño joue magnifiquement des écarts, des petits et grands déplacements de l'œil qui permettent d'obtenir des angles inconnus... La langue de Bolaño, sa façon de construire des textes à la fois déroutants, pleins de scintillements et infiniment proches, sont une manière de résister au mal, à l'adversité, à la médiocrité. » (Le Monde des Livres)

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum