Se protéger dans ce métier

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par Invité31 le Jeu 13 Mai 2010 - 10:45

Je n'ai pas répondu car je ne sais pas me protéger.

J'ai la chance après quelques années en APV et une petite expérience en ZEP APV que ça se passe plutôt bien avec mes élèves. Ca se passe même souvent bien. D'ailleurs les insultes dont j'ai parlé dans un autre fil n'ont pas été proférées par des élèves que j'ai, mais par d'autres que je n'ai pas (dont une ancienne 6e qui m'en veut car je lui avais proposé une SEGPA).
Je ne sais pas à quoi ça tient; l'expérience, probablement, le fait d'être en poste fixe depuis quelques années là-bas très certainement aussi.

Tant mieux pour moi car je suis très émotive et je ne sais pas séparer le professionnel du privé, d'autant que mes collègues pour certains sont de véritables amis. Là, j'ai appris que notre CDE s'en allait, je le trouvais vraiment bien et j'ai du mal à digérer la nouvelle. Enfin ça sort du sujet, mais c'est pour dire que je mets beaucoup d'affectif dans le boulot, c'est bizarre.
D'ailleurs je commets souvent un lapsus révélateur: "maison" au lieu de "collège".

Invité31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par Hermione0908 le Jeu 13 Mai 2010 - 16:59

Je ne vais pas révolutionner ce topic, mais il est vraiment important de prendre un jour après l'autre, une classe après l'autre, et surtout voir les petits moments qui éclairent une journée. Et aussi d'apprendre à respirer par le ventre, ça évite les complications administratives quand on se sent l'envie d'en retourner une à un grumeau qui outrepasse les limites...
Pour exemple, hier, avec ma classe d'affreux (des STI d'adapt, de vrais poètes à 6 de moyenne...), j'ai passé un super bon moment, et même eu une bonne surprise. On termine la séquence sur le théâtre, visionnage de plusieurs scènes de la mise en scène de Mesguich de Dom Juan, et là, ils ont adoré, j'ai même réussi à parler normalement d'un sujet qui a un lien avec le français avec celui avec qui je me fritte régulièrement, ils veulent que je leur prête le DVD... Un enthousiasme rarement vu dans cette classe. Mardi, ils seront peut-être détestables, mais au moins, j'ai ce bon souvenir. Et ça fait avancer.
La pause salutaire avant de rentrer chez soi, en râlant un bon coup autour de la machine à café, ça permet aussi de laisser au bahut ce qui doit y rester et d'éviter de le ruminer.
Pour ma part, j'essaie de garder aussi le sport comme soupape, en l'occurrence l'équitation.
Et aussi, il faut pouvoir parler quand on se sent un peu à la limite de ce qu'on peut supporter. On a tous des exemples de collègues qui assurent la bouche en cœur que "tout va bien chez eux" alors qu'on sait pertinemment que c'est faux. Ça, ce n'est pas de la protection, c'est du déni. Il ne faut pas tomber là-dedans. Les endroits où j'ai vu le plus d'entraide entre profs (j'ai fait 6 bahuts en 4 ans) sont ceux où les collègues essayaient d'envisager ensemble des solutions et où on n'hésitait pas à dire nos doutes et nos échecs.

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par Sessi le Jeu 13 Mai 2010 - 19:27

@Jane a écrit:
@Sessi a écrit: Dis-toi une chose: ce n'est pas à TOI qu'ils s'attaquent mais au PROFESSEUR, à l'autorité et à la fonction que tu représentes. Quand ils te parlent, quand ils crient ou je ne sais quoi d'autre, cela s'adresse non pas à toi personnellement mais au professeur. Quand on était élève et qu'on avait un prof devant nous, c'était pareil, on n'y voyait pas "l'humain" mais quelqu'un qui représentait une autorité.
Je comprends ce que tu ressens, couper les ponts entre vie professionnelle et vie privée est ce qui m'a causé le plus de problème. Tu dois réussir à te dire que c'est un rôle que tu joues, comme au théâtre, et que quand tu es en classe, tu n'es pas Mask tu la laisses à la porte), humaine, sensible, fragile, tu es le prof, qui maîtrise, qui sanctionne, qui enseigne et qui ne se laisse pas atteindre par la bêtise. Il faut que tu te crées une carapace. Cette année, une collègue m'a dit qu'elle me trouvait distante avec les élèves. Ben oui, c'est ma carapace à moi. Si je ne mets pas cette distance, je me laisse attendrir, et j'ai déjà assez de mal comme ça à garder un climat de travail dans certaines classes.

Essaie aussi, pendant quelques temps au moins, de ne pas prévoir de boulot pour le soir, mais au contraire quelque chose que tu aimes faire. Pas de corrections, pas de préparation. Ainsi, tu peux laisser ton sac au travail et rentrer chez toi pour te faire plaisir.

Oui et non; quand ils se moquent de toi parce que tu es vieux/gros/moche/mal sapé (par ex), c'est quand même à toi qu'ils s'en prennent. Ce n'est peut-être qu'un moyen pour dénigrer l'autorité qu'on est supposé représenter, mais ils peuvent se montrer particulièrement blessants.

De plus, en ce qui me concerne, c'est moins tant ce qu'ils disent (effet "copains" et groupe à prendre en compte) que ce qu'ils font ou sont qui peut me perturber. J'ai eu des gamins dans de telles situations que ça m'a vraiment touchée... finalement, c'est plus à force d'absorber malgré eux et malgré moi la misère humaine (et intellectuelle) que ce métier a pu, à un certain moment, me rendre malheureuse.

Justement, ce n'est qu'un moyen. Il n'y a rien d'autre derrière si ce n'est de la jalousie. Je parle pour le niveau collège. Niveau lycée c'est sans doute différent, je ne sais pas. J'ai eu le cas un coup cette année, au retour des vacances de Pâques j'ai changé de coupe de cheveux. Une 4° vient et me sort: "Madame, je peux être franche avec vous? Ca vous va pas du tout!" J'ai souri poliment et je lui ai répondu un truc du style: "toujours aussi aimable!" et basta. Pas de temps à perdre avec ce genre de c...

Pour ta deuxième remarque en gras, j'ai connu ça à n'en pas dormir la nuit, et ça m'a bouffé une année complète. J'avais une classe de 4°AS, et il n'y avait que des élèves "à problèmes". A l'usure, il faut vraiment en arriver à se dire, même si c'est moche, qu'on fait tout ce qu'on peut avec les moyens qu'on a et qu'on ne peut pas faire plus. De la misère, il y en a toujours et chacun a déjà assez à faire pour gérer ses propres problèmes, on ne peut pas s'embarrasser de ceux des autres. C'est très dur, parce qu'on fait un boulot où on nous demande à la fois d'être très ouvert (cela sous-entend "humain") et à la fois de faire preuve de détachement.

_________________
- Tout ce que nous pouvons faire est d'ajouter à la création, le plus que nous le pouvons, pendant que d'autres travaillent à la destruction. C'est ce long, patient et secret effort qui a fait avancer réellement les hommes depuis qu'ils ont une histoire.-
Albert Camus

Sessi
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par Jane le Jeu 13 Mai 2010 - 19:39

Je suis d'accord Sessi, il faut passer sur les remarques désagréables. En général (je suis d'un naturel très ironique), je leur retourne un "compliment" bien senti qui leur fait passer l'envie de me faire une autre remarque; parfois, j'en ris avec eux, ce qui fait tomber leur vanne à l'eau.
Et surtout, surtout, je ne m'énerve jamais devant eux (même si ça me fait bouillir intérieurement), ce qui leur laisse croire que leurs bêtises n'ont aucun effet sur moi. De fait, ils lâchent prise.

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par lene75 le Jeu 13 Mai 2010 - 20:00

Vous êtes sûrs que Mask parlait de remarques personnelles ? J'avais plutôt compris qu'il s'agissait du bordel : "bruits, cris, ou autres". Mais je projette peut-être des situations que je trouve moi-même usantes : une remarque sur ma coupe de cheveux ou des trucs de ce genre, je n'en ai strictement rien à cirer, sur un coup pareil, j'aurais plutôt tendance à plaisanter, en revanche, quand ils balancent des trucs dès qu'on tourne le dos, font des bruits pour perturber le cours, refusent de travailler, refusent d'obéir, s'interpellent, répondent de manière insolente et j'en passe et que tout le cours dure comme ça, là, je trouve ça vraiment usant et je rumine ça longtemps ensuite (surtout si ça se reproduit à chaque cours...).

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par Sessi le Jeu 13 Mai 2010 - 20:01

@Jane a écrit:Je suis d'accord Sessi, il faut passer sur les remarques désagréables. En général (je suis d'un naturel très ironique), je leur retourne un "compliment" bien senti qui leur fait passer l'envie de me faire une autre remarque; parfois, j'en ris avec eux, ce qui fait tomber leur vanne à l'eau.
Et surtout, surtout, je ne m'énerve jamais devant eux (même si ça me fait bouillir intérieurement), ce qui leur laisse croire que leurs bêtises n'ont aucun effet sur moi. De fait, ils lâchent prise.

Bon ben, je ne trouve plus le smiley qui médite! En fait, ça doit être ça: rester zen pour se chevalier et pouvoir mieux les :boxe: ou les :bangbang: ou encore les :marteau: et :mitrailler:

flower

_________________
- Tout ce que nous pouvons faire est d'ajouter à la création, le plus que nous le pouvons, pendant que d'autres travaillent à la destruction. C'est ce long, patient et secret effort qui a fait avancer réellement les hommes depuis qu'ils ont une histoire.-
Albert Camus

Sessi
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par Sessi le Jeu 13 Mai 2010 - 20:06

@lene75 a écrit:Vous êtes sûrs que Mask parlait de remarques personnelles ? J'avais plutôt compris qu'il s'agissait du bordel : "bruits, cris, ou autres". Mais je projette peut-être des situations que je trouve moi-même usantes : une remarque sur ma coupe de cheveux ou des trucs de ce genre, je n'en ai strictement rien à cirer, sur un coup pareil, j'aurais plutôt tendance à plaisanter, en revanche, quand ils balancent des trucs dès qu'on tourne le dos, font des bruits pour perturber le cours, refusent de travailler, refusent d'obéir, s'interpellent, répondent de manière insolente et j'en passe et que tout le cours dure comme ça, là, je trouve ça vraiment usant et je rumine ça longtemps ensuite (surtout si ça se reproduit à chaque cours...).

Tu as raison Lene, j'en suis restée surtout à sa première phrase qui évoquait les insultes au prof ... Embarassed Embarassed

Bon, après avoir bien pourri le topic, je me retire bien gentiment en espérant que Mask ne m'en voudra pas trop...

_________________
- Tout ce que nous pouvons faire est d'ajouter à la création, le plus que nous le pouvons, pendant que d'autres travaillent à la destruction. C'est ce long, patient et secret effort qui a fait avancer réellement les hommes depuis qu'ils ont une histoire.-
Albert Camus

Sessi
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par Jane le Jeu 13 Mai 2010 - 20:57

oups je fais pareil, je ne peux pas t'aider Mask, je n'ai jamais vraiment été confrontée au problème que tu évoques (bruits, cris etc...)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par sand le Ven 14 Mai 2010 - 15:40

C'est quand même un métier particulièrement dificile que le nôtre. Le moindre échec peut nous plonger dans la culpabilité et se défaire d'une image négative n'est pas facile. Mais avec les années, on s'affermit, il me semble. J'ai vu une collègue affreusement chahutée, capable de fondre en larmes en classe, finir par s'imposer et obtenir le respect de ses élèves. Peut-être es-tu plus fragile en ce moment, et cela amoindrit ton autorité ?
Je te souhaite de prendre confiance, et tu blufferas n'importe quel ado. Mon point de vue est qu'en classe, il suffit souvent (pas toujours, je te le concède) de se croire forte. Courage !

sand
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par Carabas le Ven 14 Mai 2010 - 15:41

@Mask a écrit:C'est de l'ordre du ressenti, j'ai beau tout faire comme une prof, ils ne me croient pas convaincante parce que je doute trop.

J'avais le même problème, mais avec des classes non difficiles.
C'est pour ça que j'ai lâché l'affaire. Ca aurait viré au cauchemar.

@Mask a écrit:Mon problème est de comprendre pourquoi ça marche (à peu près) avec les autres et moins avec moi.
Jamais trouvé la réponse à cette question et c'est très frustrant. Ce n'est ni par manque de travail, ni par manque de sérieux, encore moins par manque de volonté vu que je voulais faire ce métier.

@Mask a écrit:Et j'ai bien peur que ce problème de confiance ne me soit fatal dans d'autres métiers...

Peut-être... je n'ai jamais été retenue à un entretien d'embauche en bibliothèque. Peut-être est-ce dû à ça. Mais ce n'est qu'une supposition. En tout cas, il est évident qu'on est infiniment moins exposé dans le métier de bibliothécaire. Une fois la porte fermée, tu ne penses plus au boulot.

Mais pourquoi dis-tu que tu es contrainte de quitter ce métier? Tu y arrives avec des classes pas trop dures. Si c'était mon cas, je serais restée.



En tout cas, c'est pénible de se battre pour avoir le droit qu'on nous fiche la paix.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Se protéger dans ce métier

Message par lene75 le Lun 17 Mai 2010 - 16:49

Tenez, pour ce qui est de se détacher un peu, moi qui ai un rapport très (trop) affectif à mon métier, je viens de me prendre une sacrée claque ce matin. Alors que je demandais à mes élèves qui sont en plein rush de révisions de bac s'ils allaient bien, s'ils tenaient le coup, s'ils n'étaient pas trop fatigués, il y en a un qui m'a répondu, calmement et gentiment : "C'est pas la peine de faire semblant de vous intéresser à nous... comme si les profs en avaient quelque chose à faire de nous." J'avoue que je n'ai pas bien compris, c'est une classe que j'aime beaucoup et je ne suis pas la seule, leur prof principale se préoccupe et s'occupe vraiment beaucoup d'eux et en particulier, nous apprécions toutes les deux beaucoup cet élève. J'ai démenti (pas de la manière qui précède, hein ) et il a continué en disant : "Je suis sûr qu'au mois de mai de l'année prochaine, vous ne vous souviendrez même plus de nous".

J'ai été très étonnée par sa remarque (et --- preuve que j'ai un rapport trop affectif --- vexée, même si je ne l'ai pas montré), je ne comprends pas bien ce que ça cache, si ça cache quelque chose, mais en tout cas, je me dis qu'il a raison, c'est à ça qu'il faudrait que j'arrive : ne pas "rapporter" mes élèves chez moi et ne pas penser encore, un an après, à mes élèves de l'année dernière, ce qui est pourtant bien le cas actuellement !

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...

lene75
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum