Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Message par Amaliah le Jeu 13 Mai 2010 - 12:49

Je pensais à "Il pleure dans mon coeur", "Le Pont Mirabeau", un calligramme d'Apollinaire, "Nuit rhénane" si j'élargis au vin. Auriez-vous d'autres idées?

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Message par Jane le Jeu 13 Mai 2010 - 12:52

le lac
oceano nox
(trop compliqués et trop longs ? mais un passage...)

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Message par Ornella le Jeu 13 Mai 2010 - 12:52


Ornella
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Message par Stered le Jeu 13 Mai 2010 - 12:54

Marine de Verlaine ?
Et l'amour et la mer de Marbeuf ?

Stered
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Message par Mélu le Jeu 13 Mai 2010 - 12:56


Embarassed

Chanson Bambi La chanson de la pluie

[Choeur]
Clap, clip, clap, petite pluie d'avril
Tombe du ciel en jolis diamants.
Clap, clip, clap, petite pluie d'avril
Ta mélodie est un enchantement,
Enchantement, enchantement.
Clip, clap, clip, clap.

Clap, clip, clap, quand le ciel se voile,
Ton gai refrain met du bleu dans le coeur.
Clap, clip, clap, giboulée d'étoiles
Peint l'arc-en-ciel aux couleurs du bonheur
Comme elle est jolie ta musique.

Clap, clip, clap, petite pluie d'avril
Larmes de joie, symphonie de cristal.
Clap, clip, clap, petite pluie d'avril
Dans la forêt tu donnes un récital.

Clap, clip, clap, quand le ciel se voile...
Ton gai refrain ...
Clap, clip, clap, ton refrain met du soleil dans le coeur.
Clap, clip, clap, quand le ciel se voile...
Ton gai refrain ...
Clap, clip, clap, ton refrain met du soleil dans le coeur.

Ciel come elle est jolie,
Ciel come elle est jolie,
La chanson de la pluie,
La chanson de la pluie.

Dans l'orage philharmonique
Chaque goutte est une musique
Qu'on écoute et que l'on goûte
C'est le bonheur au goutte à goutte

Clap, clip, clap, petite pluie d'avril.
Ta mélodie est une enchantement
Clap, clip, clap, petite pluie d'avril.
Clap, clip, clap, petite pluie d'avril.
Elle chante gaiement.

Clap, clip, clap, petite pluie d'avril
Tombe du ciel en jolis diamants.
Clap, clip, clap, petite pluie d'avril
Ta mélodie est un enchantement,
Enchantement, enchantement...

re Embarassed

_________________
"Pourquoi sommes-nous au monde, sinon pour amuser nos voisins et rire d'eux à notre tour ?"
[ Jane Austen ] - Extrait de Orgueil et préjugés

Mélu
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Message par pimousse le Jeu 13 Mai 2010 - 13:34

Je te copie-colle un GT que j'avais sélectionné pour mes 6e :



La mer, Maurice Carême

Juste au milieu du jour,

La mer est toute ronde

Comme une belle montre

Que le soleil remonte.



Mais le soir elle est plate

A vous déconcerter,

Et le soleil fâché

En devient écarlate.



La nuit, c’est encore pis.

On n’en voit qu’une aiguille

Lorsque la lune brille

Sur son verre terni.



N’empêche qu’elle chante

De jour comme de nuit,

Qu’elle est bien moins méchante

Qu’on ne me l’avait dit



Et qu’au grand vent du nord,

Elle berce les heures

Comme des barques d’or

Dans la main du Seigneur.

Il pleure dans mon cœur, Verlaine

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville.
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un cœur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s'écœure.
Quoi ! nulle trahison ?
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine,
Mon cœur a tant de peine.


Chanson de la Seine, Prévert (début)



La Seine a de la chance
Elle n'a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et elle sort de sa source
Tout doucement, sans bruit,
Et sans se faire de mousse
Sans sortir de son lit


Elle s'en va vers la mer
En passant par Paris.
La Seine a de la chance
Elle n'a pas de souci
Et quand elle se promène
Tout au long de ses quais
Avec sa belle robe verte
et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse, immobile et sévère
De haut de toutes ses pierres
La regarde de travers




Chanson de la Seine, Prévert (fin)





La Seine a de la chance
Elle n'a pas de souci
Et quand elle se promène
Tout au long de ses quais
Avec sa belle robe verte
et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse, immobile et sévère
De haut de toutes ses pierres
La regarde de travers
Mais la Seine s'en balance
Elle n'a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et s'en va vers le Havre,


Et s'en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères
Des misères de Paris.






La goutte de pluie (Dieu parle), Jules Supervielle

Je cherche une goutte de pluie
Qui vient de tomber dans la mer.
Dans sa rapide verticale
Elle luisait plus que les autres
Car seule entre les autres gouttes
Elle eut la force de comprendre
Que, très douce dans l'eau salée,
Elle allait se perdre à jamais.
Alors je cherche dans la mer
Et sur les vagues, alertées.
Je cherche pour faire plaisir
A ce fragile souvenir
Dont je suis seul dépositaire.
Mais j'ai beau faire, il est des choses
Où Dieu même ne peut plus rien
Malgré sa bonne volonté
Et l'assistance sans paroles
Du ciel, des vagues et de l'air.




Le crapaud, Desnos

Sur les bords de la Marne,
Un crapaud il y a,
Qui pleure à chaudes larmes
Sous un acacia.

- Dis-moi pourquoi tu pleures
Mon joli crapaud ?
- C'est que j'ai le malheur
De n'être pas beau.

Sur les bords de la Seine
Un crapaud il y a,
Qui chante à perdre haleine
Dans son charabia.

Dis-moi pourquoi tu chantes
Mon vilain crapaud ?
- Je chante à voix plaisante,
Car je suis très beau,
Des bords de la Marne aux bords de la Seine
Avec les sirènes.


Le piège, Queneau



Gentils coquillages

Courant sur les algues

Sautant sur le sable

Agrippés aux rocs

Ou volant peut-être

Evitez les plages

Où le lourd bipède

Recherche avec rage

Vos formes parfaites

Pour y écouter

Le bruit de la mer

Si vous êtes là

Il vous mangera

Pour laisser la place

A un peu d’espace

Pour donner le la

Du long chant des vagues

Gentils coquillages

Evitez les places.



Mer, Alain Bosquet



La mer écrit un poisson bleu,

Efface un poisson gris.

La mer écrit un croiseur qui prend feu,

Efface un croiseur mal écrit.

Poète plus que les poètes,

Musicienne plus que les musiciennes,

Elle est mon interprète,

La mer ancienne,

La mer future,

Porteuse de pétales,

Porteuse de fourrure.

Elle s’installe

Au fond de moi : la mer écrit un soleil vert,

Efface un soleil mauve.

La mer écrit un soleil entrouvert

Sur mille requins qui se sauvent.





Chambre d’auberge un jour de pluie, Raymond Queneau (début)



Il pleut à gros bouillons

- Alors elle est bonne la soupe ? –

Il pleut à gros bouillons

Sur l’édredon



Qui a tiré la chasse d’eau

D’une main si énergique ?

Qui a tiré la chasse d’eau

Là haut



C’est peut-être un anticyclone

Un truc météorologique

C’est peut-être un anticyclone

Qui fait le clown



Il tombe des seaux et des seaux

De hallebardes helvétiques

Il tombe des seaux et des seaux

D’eau



Chambre d’auberge un jour de pluie, Raymond Queneau (fin)



Il tombe des seaux et des seaux

De hallebardes helvétiques

Il tombe des seaux et des seaux

D’eau



Une odeur de champignons

Anciens se fait entendre

Le nez s’emplit de ce son

et coule



Le crépuscule vient de tomber

Sur la fenêtre en déroute

Et les volets vont claquer

Dans la nuit morte



L’eau multiplie ses trajets

Il faut attendre il faut attendre

Les heures passent passent noyées

Dans l’ombre.



La source, Théophile Gautier

Tout près du lac filtre une source,
Entre deux pierres, dans un coin
;

Allègrement l’eau prend sa course
Comme pour s’en aller bien loin.

Elle murmure
: « Oh! quelle joie!
Sous la terre il faisait si noir!
Maintenant ma rive verdoie,
Le ciel se mire à mon miroir.

« Les myosotis aux fleurs bleues
Me disent
: ‹Ne m’oubliez pas!
Les libellules de leurs queues
M’égratignent dans leurs ébats
;

« À ma coupe l’oiseau s’abreuve...
Qui sait
? après quelques détours
Peut-être deviendrai-je un fleuve
Baignant vallons, rochers et tours.

« Je broderai de mon écume
Ponts de pierre, quais de granit,
Emportant le steamer qui fume
À l’Océan où tout finit. »




L’eau vive, Claude Roy

L’eau des fontaines de la pluie,

La gentille eau, la fraîche aux joues,

L’eau qui a peur quand vient la nuit,

L’eau qui tout bas chante tout doux,



L’eau qui murmure, l’eau qui dort,

L’eau qui joue avec les anguilles,

Avec Inès ou Léonor,

Avec les longs cheveux des filles,



L’eau qui paresse, l’eau qui bout,

L’eau qui bouillonne méchamment,

L’eau qui désaltère les loups,

L’eau d’Ophélie lit des amants,



L’eau file et fuit comme la mort,

Comme le temps de notre amour,

Ainsi qu’Inès ou Léonor,

L’eau glisse et fuit comme le jour.



La source tombée à la mer, Victor Hugo



La source tombait du rocher

Goutte à goutte à la mer affreuse

L’Océan, fatal au nocher,

Lui dit : « Que me veux-tu, pleureuse ?



« Je suis la tempête et l’effroi ;

« Je finis où le ciel commence.

« Est-ce que j’ai besoin de toi,

« Petite, moi qui suis l’immense ? »



La source dit au gouffre amer :

« Je te donne sans bruit ni gloire,

« Ce qui te manque, ô vaste mer !

« Une goutte d’eau qu’on peut boire. »



Histoires d’eau, Pierre Ferran



L’eau d’Alibour rapproprie vos atours.

L’eau de Mélisse éclaircit les pelisses.

L’eau de Vittel rend éclatantes les dentelles

L’eau de fleurs d’Orangers décrasse sans danger.

L’eau de lavande lave mieux le lin de Hollande.

L’eau gazeuse convient à toutes les vareuses.

L’eau d’Evian : Excellent dissolvant !

L’eau de Cologne nettoie les vestes de vigogne.

L’eau de javel : spécial pour lingeries bleu-ciel !

Et l’eau de Lourdes, dans tout ça, quel est son rôle ?

C’est un bon détachant ! Mais gare aux auréoles…











Automne, Jean Desmeuzes



Automne

L’eau tonne

Sur le toit;

Toi, tu ronronnes.

Toiture : on ronne,

Et le rat monne

Et la scie monne

Ah ! la Simone

Dort sur le toit.

On scie mon toit

Mais Simon, toi,

Tu t’en moques,

Le chat ronronne,

Le charron ronne

Et le rat monne

Sur le toit.

L’eau tonne,

L’automne !

Eh, que m’importe ?

Car je t’ai toi.

Tais-toi.

Ferme la porte

Dessous mon toit …

Dessous mon toit,

Le chat rond ronne,

Le chat ronronne

Le gros rat monne

Et la scie monne

Ah ! la Simone

Comme l’eau rage

Comme l’eau tonne !

pimousse
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Message par nuages le Jeu 13 Mai 2010 - 14:38

La fable de La Fontaine Le torrent et la rivière est très accessible et cela te fait un poème à but moral
Plus difficile le poème en prose Pluie de Ponge (dans Le Parti pris des choses)

nuages
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Message par thrasybule le Jeu 13 Mai 2010 - 15:49

La pierre rebondit sur l’eau,
La fumée n’y pénètre pas.
L’eau, telle une peau
Que nul ne peut blesser
Est caressée
Par l’homme et par le poisson.

Claquant comme corde d’arc,
Le poisson, quand l’homme l’attrape,
Meurt, ne pouvant avaler
Cette planète d’air et de lumière.

Et l’homme sombre au fond des eaux
Pour le poisson
Ou pour la solitude amère
De l’eau souple et toujours close.

Mouillé d Eluard mais j'aime moyennement ce texte

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Des poèmes autour de l'eau ou du liquide?

Message par Amaliah le Lun 24 Mai 2010 - 15:21

Merci pour vos propositions!

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum