Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Jean-François
Niveau 5

Re: les perles de l'oral

par Jean-François le Ven 9 Juil 2010 - 9:01
Caveat lector : dans ce qui suis, je n'attaque personne, je pose des questions qui n'ont rien de rhétorique. Merci de votre compréhension.

@Soizic a écrit:Je pense surtout qu'il faut se méfier des "ressentis" des élèves après l'oral.

Effectivement, on peut tout à fait envisager que l'élève retranscrive mal le déroulement de la séance, ou qu'il cherche une excuse à un échec qui se profile, consciemment ou inconsciemment. C'est sans doute le cas le plus fréquent.

Mais enfin tout de même, il est également possible que l'examinateur ait eu effectivement une interprétation différente de l'oeuvre, non ? J'ai l'impression que ce genre de problèmes, qui existe forcément compte tenu de la nature de la matière enseignée, et plus largement chaque fois qu'un épreuve se déroule à l'abri des regards entre un examinateur et un candidat, est passé sous silence. Est-ce au nom de la solidarité de corps ? Vu ce que les enseignants se prennent dans la figure de tous les côtés (élèves, parents, direction, administration, opinion publique...), je peux très bien le comprendre, mais je trouve ça un peu dommage. Ne vaudrait-il pas mieux réfléchir à une façon de limiter l'impact de la subjectivité de l'examinateur ?
avatar
snow
Niveau 10

Re: les perles de l'oral

par snow le Ven 9 Juil 2010 - 10:31
J'ai eu quelques jolies perles pendant les oraux également.

Notamment au sujet du poème d'Apollinaire "Le pont Mirabeau" (d'ailleurs j'ai cru tomber de ma chaise quand j'ai lu "Appolinaire" sur le descriptif des élèves...enfin pour le coup c'est plutôt perle de profs ça).
L'élève interrogé ne comprenait pas ce que Mirabeau venait faire sur le pont, comment il coulait la Seine. Ben oui, "Sur le pont Mirabeau coule la Seine", c'est pas clair non plus.

avatar
snow
Niveau 10

Re: les perles de l'oral

par snow le Ven 9 Juil 2010 - 10:32
Ah oui j'oubliais...

Vous saviez que Voltaire était un philosophe des frères Lumières?
avatar
aposiopèse
Expert

Re: les perles de l'oral

par aposiopèse le Ven 9 Juil 2010 - 10:50
La prof dont je faisais passer les élèves avait laissé une coquille sur le texte de Candide, on avait donc une "boucherie héroque". Et bien, tous les candidats que j'ai interrogés ont lu "héroque" et ont commenté "héroque" Laughing

Après, beaucoup de candidats qui n'avaient lu ni l'oeuvre intégrale, ni la cursive...

Sur Une Vie :
moi : dans le passage que vous avez commenté, jeanne rêve à l'amour. Va -t-elle tomber amoureuse ensuite ? (je voulais que le candidat embraye sur un résumé de l'oeuvre).
élève : non, elle ne tombe amoureuse.
moi : Et est-ce qu'elle se marie ?
élève, croyant qu'il y a un piège : ah non, elle ne se marie pas !

moi : est-ce que le mariage de Jeanne est un mariage heureux ?
élève : non, il la trompe avec plein de monde.
moi : avec combien de personnes sommes-nous sûrs qu'il commet-il l'adultère ?
élève : oh, plein, une vingtaine...
moi : euh... Et, comment réagit Jeanne ?
élève : bah, elle demande le divorce ! [réflexion] Ah non, à cette époque ce n'était pas possible ! Je suppose donc qu'elle le quitte pour vivre seule.
moi : et comment se termine le roman ?
élève : je n'ai pas lu jusqu'au bout.
moi : jusqu'où avez-vous lu le roman ?
élève : j'ai lu le premier chapitre et je n'ai rien compris, alors j'ai arrêté.


moi : vous avez étudié en document complémentaire La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. A quel texte fait-il référence ?
élève : gné ? je n'ai pas compris la question.
moi : vous avez lu ce texte ? A quel autre texte célèbre Olympe de Gouge veut-elle répondre ?
élève : à Simone de Beauvoir.
moi : ah non, elle n'était pas encore née, Simone !
élève : ah oui, je suis bête, elle répond à Marguerite Yourcenar !


moi : que savez-vous des Lumières ?
élève : euh... c'est un truc en rapport avec le feu d'artifices ? enfin, le 14 juillet ?
moi : c'est-à-dire ?
élève : ah non, c'est tout ce que je sais.

élève, en réponse à la question "pourquoi Voltaire nous donne-t-il ici deux visions de la guerre (Candide, chapitre 3) : donc Voltaire nous donne dans le premier paragraphe une vision positive de la guerre pour nous dire que la guerre, c'est pas seulement mal comme les blessés du deuxième paragraphe, il veut nous montrer que la guerre c'est aussi quelque chose de positif parce que c'est joli, qu'il y a de la musique. Bref, il a une opinion nuancée, rien n'est jamais totalement mauvais pour lui. La guerre, c'est cruel mais c'est aussi bien.
moi : :shock:
avatar
Libé-Ration
Guide spirituel

Re: les perles de l'oral

par Libé-Ration le Ven 9 Juil 2010 - 10:55
Oh, je suis contente de ne pas avoir subi ça !
avatar
Lo
Enchanteur

Re: les perles de l'oral

par Lo le Ven 9 Juil 2010 - 12:35
@snow a écrit:J'ai eu quelques jolies perles pendant les oraux également.

Notamment au sujet du poème d'Apollinaire "Le pont Mirabeau" (d'ailleurs j'ai cru tomber de ma chaise quand j'ai lu "Appolinaire" sur le descriptif des élèves...enfin pour le coup c'est plutôt perle de profs ça).
L'élève interrogé ne comprenait pas ce que Mirabeau venait faire sur le pont, comment il coulait la Seine. Ben oui, "Sur le pont Mirabeau coule la Seine", c'est pas clair non plus.


avatar
Mélane
Niveau 6

Re: les perles de l'oral

par Mélane le Ven 9 Juil 2010 - 13:42
Tout cela est ATROCE !!!!!!! Comment peut-on décemment donner le bac à ces élèves ?
Quelle immonde mascarade ! +

Aux examinateurs: jusqu'où descendez-vous dans la notation à l'oral de tels candidats ?
avatar
snow
Niveau 10

Re: les perles de l'oral

par snow le Ven 9 Juil 2010 - 16:32
Je suis descendue jusqu'à 3/20 cette année mais ce n'était pas pour ma perle-Mirabeau.
Le plus surprenant c'est que l'élève en question a fait une analyse plutôt intéressante du poème, sur la fuite du temps symbolisée par celle de l'eau, sur le lyrisme et la musicalité.
il avait travaillé son cours mais pas assez réfléchi tout seul comme un grand en somme.
avatar
doublecasquette
Prophète

Re: les perles de l'oral

par doublecasquette le Ven 9 Juil 2010 - 17:44
@Ruthven a écrit:Le rapport totalement brouillé à la chronologie est inquiétant. J'ai souvent rencontré cette difficulté à situer les choses dans le temps chez les élèves, comme si la notion de durée n'avait plus de sens pour eux qui vivent dans l'instant permanent.

L'autre jour, je me suis rendu compte d'un truc tout bête, avec ma fille qui est en Seconde. Elle écrit en introduction d'une explication de texte "Rimbaud, auteur du XVII° XVIII° Siècle écrit le poème *** en 18**". Evidemment, c'était corrigé en rouge et je lui demande comment elle peut écrire un tel non-sens. C'est tout simple, en fait. C'est la panade totale, non pas tant sur le plan de la chronologie que sur:
0-100 = I° siècle
100-200= II° siècle
etc
Donc, elle sait que Rimbaud a écrit en 18**, même en fin 18** mais ensuite, et surtout dans le stress d'un DS, elle ne sait plus s'il faut rajouter, ôter ou ne rien faire. Donc, elle commence par ôter, ce qui lui semble incongru, rajoute, se panne, enfin bref, ça donne cette ânerie.
avatar
Carabas
Vénérable

Re: les perles de l'oral

par Carabas le Ven 9 Juil 2010 - 19:21
@doublecasquette a écrit:
@Ruthven a écrit:Le rapport totalement brouillé à la chronologie est inquiétant. J'ai souvent rencontré cette difficulté à situer les choses dans le temps chez les élèves, comme si la notion de durée n'avait plus de sens pour eux qui vivent dans l'instant permanent.

L'autre jour, je me suis rendu compte d'un truc tout bête, avec ma fille qui est en Seconde. Elle écrit en introduction d'une explication de texte "Rimbaud, auteur du XVII° XVIII° Siècle écrit le poème *** en 18**". Evidemment, c'était corrigé en rouge et je lui demande comment elle peut écrire un tel non-sens. C'est tout simple, en fait. C'est la panade totale, non pas tant sur le plan de la chronologie que sur:
0-100 = I° siècle
100-200= II° siècle
etc
J'en ai pas mal comme ça. Bref, ils font comme les Italiens : le Quattrochento = les années 1400!

Je constate aussi cette absence de sens de la chronologie, même chez des bons. Est-ce dû aux cours? C'est clair qu'étudier les XIX-XXe siècles avant les XVI-XVII-XVIII est pour moi une aberration totale...


Dernière édition par Carabas le Ven 9 Juil 2010 - 19:24, édité 1 fois

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
avatar
roxanne
Devin

Re: les perles de l'oral

par roxanne le Ven 9 Juil 2010 - 19:23
@aposiopèse a écrit:La prof dont je faisais passer les élèves avait laissé une coquille sur le texte de Candide, on avait donc une "boucherie héroque". Et bien, tous les candidats que j'ai interrogés ont lu "héroque" et ont commenté "héroque" Laughing

Après, beaucoup de candidats qui n'avaient lu ni l'oeuvre intégrale, ni la cursive...

Sur Une Vie :
moi : dans le passage que vous avez commenté, jeanne rêve à l'amour. Va -t-elle tomber amoureuse ensuite ? (je voulais que le candidat embraye sur un résumé de l'oeuvre).
élève : non, elle ne tombe amoureuse.
moi : Et est-ce qu'elle se marie ?
élève, croyant qu'il y a un piège : ah non, elle ne se marie pas !

moi : est-ce que le mariage de Jeanne est un mariage heureux ?
élève : non, il la trompe avec plein de monde.
moi : avec combien de personnes sommes-nous sûrs qu'il commet-il l'adultère ?
élève : oh, plein, une vingtaine...
moi : euh... Et, comment réagit Jeanne ?
élève : bah, elle demande le divorce ! [réflexion] Ah non, à cette époque ce n'était pas possible ! Je suppose donc qu'elle le quitte pour vivre seule.
moi : et comment se termine le roman ?
élève : je n'ai pas lu jusqu'au bout.
moi : jusqu'où avez-vous lu le roman ?
élève : j'ai lu le premier chapitre et je n'ai rien compris, alors j'ai arrêté.


moi : vous avez étudié en document complémentaire La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. A quel texte fait-il référence ?
élève : gné ? je n'ai pas compris la question.
moi : vous avez lu ce texte ? A quel autre texte célèbre Olympe de Gouge veut-elle répondre ?
élève : à Simone de Beauvoir.
moi : ah non, elle n'était pas encore née, Simone !
élève : ah oui, je suis bête, elle répond à Marguerite Yourcenar !


moi : que savez-vous des Lumières ?
élève : euh... c'est un truc en rapport avec le feu d'artifices ? enfin, le 14 juillet ?
moi : c'est-à-dire ?
élève : ah non, c'est tout ce que je sais.

élève, en réponse à la question "pourquoi Voltaire nous donne-t-il ici deux visions de la guerre (Candide, chapitre 3) : donc Voltaire nous donne dans le premier paragraphe une vision positive de la guerre pour nous dire que la guerre, c'est pas seulement mal comme les blessés du deuxième paragraphe, il veut nous montrer que la guerre c'est aussi quelque chose de positif parce que c'est joli, qu'il y a de la musique. Bref, il a une opinion nuancée, rien n'est jamais totalement mauvais pour lui. La guerre, c'est cruel mais c'est aussi bien.
moi : :shock:
meme mes 4° qui étaient pourtant des gros neuneus en auraient plus su sur les Lumières !!!!
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: les perles de l'oral

par Circé le Ven 22 Avr 2011 - 16:28
Ce matin, oraux blancs, série L
Question:

Connaissez-vous d'autres philosophes des Lumières en dehors de ceux que vous avez étudiés.

Oui, Freud et Socrate.

Suspect

Question:
Qu'est-ce que Les Lumières? Pourriez-vous m'en donner une définition?

Euh, c'est un groupe de philosophes qui ont une lampe pour guider le peuple à travers l'obscurantisme.
pale pale pale

avatar
Nasopi
Bon génie

Re: les perles de l'oral

par Nasopi le Ven 22 Avr 2011 - 20:11
affraid affraid

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)
avatar
totoro
Guide spirituel

Re: les perles de l'oral

par totoro le Lun 25 Juin 2012 - 22:08
Je fais remonter:

Je pose une question invitant à réfléchir sur l'évolution des formes poétiques:
"Avant [Apollinaire], les auteurs avaient du mal à faire des rimes avec les alexandrins."
Je m'acharne car dans un corpus de documents complémentaires figure un calligramme d'Apollinaire; je précise donc : forme inhabituelle et XXe siècle...
"Les poétes romantiques... à travers le roman, les auteurs expriment ce qu'ils pensent."
J'interrogeais le jeune homme sur Poèmes à Lou: il n'a pas compris que Lou était une femme, que le poète faisait la guerre, il a cru que Lou était mort...

Pourquoi est-il venu???????

EDIT: il n'avait pas de stylo Evil or Very Mad

_________________
avatar
Libellulou
Niveau 5

Re: les perles de l'oral

par Libellulou le Lun 25 Juin 2012 - 22:42
Allez quelques-une entendues, il y a 15 jours.
Une classe que de mec en S, je n'ai mis que 3 notes au-dessus de la moyenne, je sens qu'on va me demander de remonter les notes, mais là c'était incroyable, ils n'avaient pas leurs textes ou leurs textes en double et surtout avaient l'air de n'avoir aucune idée du déroulement de l'oral, résultat métho= 0 pas d'intro, pas de conclusion, d'annonce de plan ou d'analyse linéaire, 2 minutes de paraphrase et hop il y en a même que ça amusait !! ça a duré 2 jours: une horreur!!

- "Ronsard est un poète romantique du 17ème siècle"
- "Ah vraiment, vous maintenez"
- "Euh ouais pourquoi ça pose problème"
- "Oh non pas du tout !! voyons"

-"Monsieur, quelle est la conception du bonheur pour Lucrèce ?"
- " Euh .. ben ... se rouler dans l'herbe "
- "Ah, si vous le dites"
- "Si si madame, je l'ai vu dans le texte"

- "Alors les liaisons dangereuses ont été écrites par Lancelot !"
-"Lancelot de Kamelot ? Monsieur "
- "Ouais ... Ouais"

et une petite dernière pour la route

'Pangloss est un philosophes des lumières ayant travaillé avec Baudelaire"
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: les perles de l'oral

par User5899 le Lun 25 Juin 2012 - 23:16
@Invité a écrit:Aga, qui finit par comprendre que Kevina n'a pas lu l'oeuvre : peux-tu me résumer l'Etranger ?
Kevina : Oui c'est l'histoire de Meursault qui déménage quand sa mère meurt.
Ah ! Cette polysémie sur "déménage", c'est sublime Very Happy lol!
J'en voudrais des comme ça moi aussi, histoire de rire. On écrit tout sur le PV bien soigneusement, on met 1 ou 0, c'est rigolo Very Happy
avatar
Collier de Barbe
Neoprof expérimenté

Re: les perles de l'oral

par Collier de Barbe le Mar 26 Juin 2012 - 0:17
J'essaie de rester zen avec ces sympathiques candidats.
Que voulez dire à cette jeune fille qui me regarde désolée quand je lui demande de préciser un peu la chronologie d'évènements qu'elle me sert tous à la suite sans presque de pause:
"Oh vous savez moi, ces trucs de date, j'ai jamais pu"

Bon courage à tous!

_________________
CdB
@AbbeCordillere
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: les perles de l'oral

par Palombella Rossa le Mar 26 Juin 2012 - 0:44
Pour vous consoler du niveau du bac...
LE "WORST OF" du CAPES DE LETTRES CLASSIQUES 2005


Sujet de dissertation : lecture et relecture ("Relire n'est pas lire une seconde fois, c'est nouer un rapport nouveau avec ce qui s'est fait reconnaître comme texte", citation de Claude Lefort dans sa préface du Discours sur la servitude volontaire de La Boétie).


 ON ÉCRIT COMME ON PARLE (ET ON NE SAIT PAS PARLER)

Cette ouvrage (souvent)
Un paysage hostil
Les échelons sociales
Prise de contacte
Il pourrait être intéressant de comprendre comment cette ambiguïté a-t-elle pu…
Le théâtre de l'absurde, dont Ionesco et Beckett en sont les plus grands représentants
Comment envisager la littérature s'en prendre en compte la lecture ?
Calderon, dramaturge espagnole
Boulversement (fréquent)
Nous suivons le fils du texte
Évènement (dans la plupart des copies)
Quoiqu'il en soit (idem)
Exhaltant (…)
Désué
La pérénité
Un playdoyer
Dans toute l'acceptation du terme (très fréquent)
"soit-disant" (aussi)
Synthagmatique (…) paradygmatique (dans plusieurs copies… ils sont aussi censés avoir fait du grec, non ?)
L'Iliade et L'Odyssée, empruntes de tradition orale…
Le commentaire composé déscelle les finesses du texte
"à priori" (CAPES de lettres classiques !!!)
La "mos majorum"(…), la furor
Un rapsode
"docere, placere, emouere" (CAPES de lettres classiques !!!)
"pallier à " et parfois même "palier à"
le délivrement du message que voudrait faire passer l'auteur


 L'OUTRECUIDANCE DES NÉOPHYTES

Seules les œuvres contemporaines sont polysémiques.
Les œuvres romantiques sont faites pour ne pas être relues.
Les personnages de En attendant Godot sont bêtes.
Le lecteur naïf se fie à ses connaissances. (no comment)
La poesie des poetes petrarquistes est une poesie avec de nombreuses figures de style.
Les références scatologiques dans le D. Juan de Molière.
Les fables de La Fontaine sont appelées à être récitées, ce qui leur vaut leur place en primaire et au collège. (Miam, ça sent bon l'IUFM)
Corneille a été mis en butte par Racine.
Mallarmé veut amener le lecteur à une lecture passive.
Robbe-Grillet prône une littérature de la lecture émotive, pour faire ressentir le fugasse. (aux anchois ?)


 CULTURE LITTÉRAIRE : LA CONFUSION LA PLUS TOTALE !

Basil de Césarée
Amphitrion (CAPES de lettres classiques, ne l'oublions pas !!!)
L'Énéïde
Servantès
Les fables de Lafontaine (plusieurs fois dans la copie)
Les fables de La Fontaine comportent toutes une morale à la fin : "Rien ne sert de courir, il faut partir à point".
La mort d'Hyppolite (il passe quel CAPES, déjà ?)
Titus et Bérénice de Racine
Robinson Crusoé de William Dafoë
Saint-Priest et M. de Vermer, héros de La Nouvelle Héloïse
Dans L'Ingénue, le Héron…
On peut endosser le personnage de Candide ou de son maître (?)
L'ironie de Montesquieu dans Les Lois
Renée de Chateaubriand
Fabrice à Vaterlot
Une soirée perdu de Vigny
Avec L'Education sentimentale, Flaubert a voulu faire "un livre sur rien"
Le roman expérimental, avec Benjamin Constant …
Mallarmé, poète abscond
Dans l'Education sentimentale, Frédérique (plusieurs fois dans la copie)
Le Vallon de Rimbaud
Beaudelaire (depuis le collège, sans doute…)
Les textes de Beaudelaire sont souvent le résultats du hachish
Théophile Gauthier fait parti de la veine des surréalistes qui pratique une écriture mécanique
Dans Les Rougon-Macquart, Balzac dit que…
Au début du roman éponyme, Madame Bovary fait l'acquisition d'un nain de jardin (MA PRÉFÉRÉE !! JE M'EN REMETS PAS !!! IL DOIT CONFONDRE AVEC AMÉLIE POULAIN !)
L'Assomoir (parfois L'Asomoir, voire L'Assomoire)
L'absente de tout bouquet, comme dit Lautréamont
Dans le Nouveau Roman, Gide…
Huit-clos de Sartre (Sarthre, dans d'autres copies, voire Sarthe)
La Route des Flandres de Michel Butor
Le mille-pattes dans Le labyrinthe de Robbe-Grillet
Les Essais critiques de Bakhtine
Psychanalyse des contes de fée, de Jung
Le Vampire du CDI (???!!!) est un roman très intéressant
Marine d'Appolinaire (Chantre ???)
Philippe Soulpault
Aragon s'insurge contre la montée du totalitarisme dans Retour d'URSS : ce texte préfigure les Goulags et les exportations massives en Sibérie.
Zazie dans le métro, texte de facture surréaliste, reproduit une histoire selon différents points de vue…
"Et rose elle a vécu ce que vivent les roses / l'espace d'un printemps"
"Abeli bibelot…"

Les Chattes de Baudelaire (J’ADOOORE)
Le Chaplin décoiffé de Boileau
L'Amant de Marguerite Yourcenar
La Cigale et la foumis
Le banquier et le savetier
Monsieur Madelaine
Les Verdurins


 REGISTRE DE LANGUE

Qui n'a pas relu cette tirade, pour, à nouveau, être emballé ?
La petite fille qui se ballade seule dans la forêt
Proust débute la Recherche
Le "vous" débute La Modification
L'auteur mène son lecteur par le bout de son nez.
On peut relever Stéphane Mallarmé (MAIS DANS QUEL ÉTAT !!!)
Le père Goriot se laisse démolir par sa gentillesse.
L'auteur se rappelle du passé


 TENTATIVES DE DISCOURS CRITIQUE ("LA VOIX DE SON MAÎTRE…")

Relire sous-entend l'acte physique de relire plusieurs fois.
La critique a consacré ses études sur la notion d'auteur : l'être humain a tendance à le définir (…) mais le critique, lui (…), critique.
La lecture est en fait le premier contact que le lecteur a avec le texte de l'œuvre.
La lecture est une des premières approches de l'oeuvre après l'avoir choisi.
Depuis qu'il a été donné à l'homme de communiquer, il produit des textes.
Lire est déjà bien assez difficile à définir, alors, lorqu'il s agit de donner un sens précis et bien déterminé de "relire", cela l'est encore plus.
J'accuse est un article de journal dont la relecture est à relire une seconde fois.
Il faut relire pour ne pas se laisser tromper par l'auteur (quelle idéologie !!! on sent le Viala là-dessous…)
Ce n'est pas toujours en comprenant qu'on découvre les meilleurs aspects.
La relecture du mythe d'Amphitrion est relue par Giraudoux afin de dénoncer, en s'en moquant, de l'audace des hommes.
Dès le début du XXe siècle, il y a un grand changement aux theories litteraires.
Tout texte littéraire est destiné à quelqu'un ou à quelque chose, et délivre des signifiants et des signifiés.
Tu as bien fait de partir, Arthur Rimbaud, la parataxe profuse et déstabilise le lecteur ; néanmoins, ce que le texte apporte au lecteur est réciproquement possible.


 ET POUR LA BONNE BOUCHE, UN EXTRAIT DE LA COPIE DU MAIRE DE CHAMPIGNAC :

"Le livre, tel une cloche qui frissonne encore, teintant son œil de différentes émotions…"


 …CELLE DE M. DE LA PALISSE :

"Proust s'illustre par ses périodes proustiennes qui nous emmènent dans l'univers proustien."
"L'éclairage d'informations complémentaires qui illumine le texte…"
"Les Antiquités de Rome abordent des thèmes liés à l'Antiquité."


 ET LES ILLETTRÉ(E)S DE SERVICE (QUI, POUR SE PRÉSENTER AU CAPES, ONT, RAPPELONS-LE, OBTENU LEUR LICENCE)

D'autres lectures d'ouvrages ayant étudiées le texte, permet un éclairage à chaque fois pour le lecteur à chaque fois
Chez les Anciens de l'Antiquité, à leurs élèves, ils leur faisaient apprendre par cœur L'Odyssé d'Homere (…) et la Tôra
On pourrait rapprocher cette relecture aux premiers poèmes (…) qu'on ne sait pas vraiment ce qu'ils veulent dire
Une relecture où on en développe des hypothèses de sens.



User5899
Dieu de l'Olympe

Re: les perles de l'oral

par User5899 le Mar 26 Juin 2012 - 1:13
@Palombella Rossa a écrit:[justify]Pour vous consoler du niveau du bac...
LE "WORST OF" du CAPES DE LETTRES CLASSIQUES 2005


Sujet de dissertation : lecture et relecture ("Relire n'est pas lire une seconde fois, c'est nouer un rapport nouveau avec ce qui s'est fait reconnaître comme texte", citation de Claude Lefort dans sa préface du Discours sur la servitude volontaire de La Boétie).


 ON ÉCRIT COMME ON PARLE (ET ON NE SAIT PAS PARLER)

Cette ouvrage (souvent)
Un paysage hostil
Les échelons sociales
Prise de contacte
Il pourrait être intéressant de comprendre comment cette ambiguïté a-t-elle pu…
Le théâtre de l'absurde, dont Ionesco et Beckett en sont les plus grands représentants
Comment envisager la littérature s'en prendre en compte la lecture ?
Calderon, dramaturge espagnole
Boulversement (fréquent)
Nous suivons le fils du texte
Un émule de Doubrowski, probablement Very Happy
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: les perles de l'oral

par User5899 le Mar 26 Juin 2012 - 1:14
@Palombella Rossa a écrit:[justify]Pour vous consoler du niveau du bac...
LE "WORST OF" du CAPES DE LETTRES CLASSIQUES 2005


Sujet de dissertation : lecture et relecture ("Relire n'est pas lire une seconde fois, c'est nouer un rapport nouveau avec ce qui s'est fait reconnaître comme texte", citation de Claude Lefort dans sa préface du Discours sur la servitude volontaire de La Boétie).


 ON ÉCRIT COMME ON PARLE (ET ON NE SAIT PAS PARLER)

Cette ouvrage (souvent)
Un paysage hostil
Les échelons sociales
Prise de contacte
Il pourrait être intéressant de comprendre comment cette ambiguïté a-t-elle pu…
Le théâtre de l'absurde, dont Ionesco et Beckett en sont les plus grands représentants
Comment envisager la littérature s'en prendre en compte la lecture ?
Calderon, dramaturge espagnole
Boulversement (fréquent)
Nous suivons le fils du texte
Évènement (dans la plupart des copies)
Quoiqu'il en soit (idem)
Tiens ! Des Néos diable
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: les perles de l'oral

par User5899 le Mar 26 Juin 2012 - 1:16
@Palombella Rossa a écrit:[justify]Pour vous consoler du niveau du bac...
LE "WORST OF" du CAPES DE LETTRES CLASSIQUES 2005


Sujet de dissertation : lecture et relecture ("Relire n'est pas lire une seconde fois, c'est nouer un rapport nouveau avec ce qui s'est fait reconnaître comme texte", citation de Claude Lefort dans sa préface du Discours sur la servitude volontaire de La Boétie).


 ON ÉCRIT COMME ON PARLE (ET ON NE SAIT PAS PARLER)

Cette ouvrage (souvent)
Un paysage hostil
Les échelons sociales
Prise de contacte
Il pourrait être intéressant de comprendre comment cette ambiguïté a-t-elle pu…
Le théâtre de l'absurde, dont Ionesco et Beckett en sont les plus grands représentants
Comment envisager la littérature s'en prendre en compte la lecture ?
Calderon, dramaturge espagnole
Boulversement (fréquent)
Nous suivons le fils du texte
Évènement (dans la plupart des copies)
Quoiqu'il en soit (idem)
Exhaltant (…)
Désué
La pérénité
Un playdoyer
Dans toute l'acceptation du terme (très fréquent)
"soit-disant" (aussi)
Synthagmatique (…) paradygmatique (dans plusieurs copies… ils sont aussi censés avoir fait du grec, non ?)
L'Iliade et L'Odyssée, empruntes de tradition orale…
Le commentaire composé déscelle les finesses du texte
Bah, c'est pas faux lol!
avatar
Libé-Ration
Guide spirituel

Re: les perles de l'oral

par Libé-Ration le Mar 26 Juin 2012 - 1:23
Palombella, c'est vraiment effrayant ! :shock: Je veux bien croire au stress de l'examen, mais il y a des limites...
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: les perles de l'oral

par Celadon le Mar 26 Juin 2012 - 8:01
Evénement issu d'une coquille s'écrit dorénavant évènement, non ?
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: les perles de l'oral

par Palombella Rossa le Mar 26 Juin 2012 - 8:09
@Celadon a écrit:Evénement issu d'une coquille s'écrit dorénavant évènement, non ?

Certes, mais le jury 2005, chatouilleux, tenait à l'accent aigu.
His dictis, s'il n'y avait eu que cela à relever ... araignée
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: les perles de l'oral

par Celadon le Mar 26 Juin 2012 - 8:12
Il faut savoir où arrêter les "exigences" tout de même !
avatar
Palombella Rossa
Érudit

Re: les perles de l'oral

par Palombella Rossa le Mar 26 Juin 2012 - 8:12
@Libellune a écrit:Palombella, c'est vraiment effrayant ! :shock: Je veux bien croire au stress de l'examen, mais il y a des limites...

Oui, il y a des limites, surtout quand on pense que pour passer le CAPES il fallait avoir obtenu sa licence de lettres classiques.
Et j'ai gardé pour la bonne bouche les perles de l'oral du CAPES, qui, là encore, même en tenant compte du stress du concours, ne sont pas piquées des hannetons. 😢
Contenu sponsorisé

Re: les perles de l'oral

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum