Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
henriette
Médiateur

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par henriette le Jeu 22 Juil 2010 - 12:50
Donne-moi ton adresse mail en MP, et je t'envoie le doc.
avatar
Ruthven
Monarque

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Ruthven le Jeu 22 Juil 2010 - 13:18
@henriette a écrit:surtout j'impose qu'il y ait un thème commun entre ces poèmes : l'objet en poésie, la femme aimée, la mort, l'enfance, ce qu'ils veulent, mais ils doivent d'abord m'en parler et je le valide ou pas (certains ont de ces idées...).

Des exemples, des exemples !
avatar
ysabel
Devin

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par ysabel le Jeu 22 Juil 2010 - 13:33
@faun51 a écrit:Cette fois je pense avoir fini (n'ayez pas peur de me le dire si ce n'est pas le cas, en dépit de mon précédent message un peu défaitiste ) :


Programmation Première ES



Séquence 1 : argumentation GT « L’amour de la vérité »

Je ne ferais pas de LA comparée car alors souvent à l'oral les élèves sont interrogés sur un seul texte et ça les perturbe beaucoup (d'autant que les ES sont souvent faibles)
En outre , j'en profiterais pour faire un texte poétique en LA (j'aime bcp faire des GT transgenre pour l'argumentation



Séquence 3 : Le roman et ses personnages GT – « Mensonge romantique et vérité romanesque »

j'ai du mal à comprendre l'intitulé de ton GT "mensonge romantique" alors que les textes balaient les siècles (ça c'est bien).
Evite les traductions en LA



Séquence 4 : OI Le roman, Madame bovary, Flaubert

Personnellement je ne me lancerais pas dans ce roman avec des ES... mais ils sont peut-être d'un bon niveau dans ton lycée.


Séquence 5 : Un Mouvement littéraire et culturel, LA POESIE, le baroque _

Problématique : « L’illusion lyrique peut-elle être plus vraie que la vie elle-même ? »

J'aime bien ta pbq mais je ferais sur un GT diachronique ce qui permettrait aux élèves de voir l'évolution de la poésie et du lyrisme dans le temps.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
Ruthven
Monarque

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Ruthven le Jeu 22 Juil 2010 - 13:40
@ysabel a écrit:

j'ai du mal à comprendre l'intitulé de ton GT "mensonge romantique" alors que les textes balaient les siècles (ça c'est bien).


C'est le titre d'un ouvrage critique de René Girard qui analyse les grands romans européens (au passage, faun51, tu pourrais mettre un extrait de Girard en texte complémentaire).


Je me cite moi-même :
"Cette vérité des comportements humains, Girard l’a d’abord trouvée dans les grands classiques de la littérature mondiale : Cervantès, Dostoïevski, Stendhal, Flaubert, Proust mais aussi chez Shakespeare. La littérature dirait ce que personne ne veut entendre, à savoir la triangularisation du désir. Spontanément nous croyons que nous sommes autonomes et libres, que les objets de nos désirs valent en eux-mêmes, que le désir est l’expression de notre singularité, c’est ce que Girard nomme le mensonge romantique. Or, la vérité est toute autre : le désir est toujours médiatisé, c’est-à-dire que nous désirons ce que l’autre désire, l’objet de notre désir ne nous est pas propre ; plus encore notre désir imite le désir de l’autre (on parle de désir mimétique) et donc est sans objet réel ; c’est la leçon des grands romanciers comme du théâtre de Shakespeare, dont la valeur n’est pas simplement esthétique, il y a une vérité romanesque."
avatar
henriette
Médiateur

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par henriette le Jeu 22 Juil 2010 - 13:50
@Ruthven a écrit:
@henriette a écrit:surtout j'impose qu'il y ait un thème commun entre ces poèmes : l'objet en poésie, la femme aimée, la mort, l'enfance, ce qu'ils veulent, mais ils doivent d'abord m'en parler et je le valide ou pas (certains ont de ces idées...).

Des exemples, des exemples !
En vrac ce qui me revient : les engins mécaniques, la figure de Jésus incarné ( ), la cigarette (parce qu'un élève avait fait un truc super sur la pipe et qu'il avait voulu copier sans trop copier), le sanatorium, le monde et l'univers (dans la série plus vague tu meurs), l'herbe, et bien sûr le sexe féminin, les seins, les fesses et autre du même acabit (et dans "acabit" il y a "aca" ) ...
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Iphigénie le Jeu 22 Juil 2010 - 13:53
Je conseillerais modestement de ne pas perdre de vue le coefficient de l'oral à l'EAF et se demander si les élèves vont avoir à coeur de se défoncer au boulot pour ce coefficient:je vous trouve pour beaucoup très ambitieux,et surtout je trouve la masse de travail demandé aux élèves qui voudraient bien le faire colossale:s'ils sont passionnés,on le comprend bien sinon ce sera très mal fait ou du copié collé ou du pas fait du tout.
Quant à l'écrit,penser que chaque séquence doit faire le tour de toutes les problématiques possibles en dissertation c'est courir après l'impossible (et c'est selon moi la grande stupidité de nos programmes par "séquences" bâties non sur les oeuvres ou les idées mais sur les genres.)Sauf à contruire une soupe monstrueuse où tout vient se fondre en une boullie indigeste.
Il me semble que moins de doc complémentaires,et parfois des textes moins ambitieux pourraient davantage les inciter à un réel travail en français.En particulier je ne trouve pas très raisonnable l'exercice si courant( sans doute à cause de l'effet weblettres) de demander une anthologie poétique aux élèves.D'abord parce que c'est très discriminant ensuite parce qu'une anthologie demande une très grande culture ou alors on fait n'importe quoi ou enfin on se transmet le travail d'autrui via internet.....
Mes remarques font suite à des années d'interrogations orales où beaucoup,beaucoup d'élèves n'ont pas lu le quart de ce qui est sur leur liste,et souvent pas même les oeuvres complètes qu'ils sont censés avoir étudiées en classe:alors les cursives!.....
Comme dirait Montaigne cher à certains,"à quoi servent ces hauts sommets si pointus où nul ne peut s'asseoir"(il parlait du stoïcisme mais bon,mutatis mutandis)....
avatar
ysabel
Devin

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par ysabel le Jeu 22 Juil 2010 - 14:33
@Ruthven a écrit:
@ysabel a écrit:

j'ai du mal à comprendre l'intitulé de ton GT "mensonge romantique" alors que les textes balaient les siècles (ça c'est bien).


C'est le titre d'un ouvrage critique de René Girard qui analyse les grands romans européens (au passage, faun51, tu pourrais mettre un extrait de Girard en texte complémentaire).


Je me cite moi-même :
"Cette vérité des comportements humains, Girard l’a d’abord trouvée dans les grands classiques de la littérature mondiale : Cervantès, Dostoïevski, Stendhal, Flaubert, Proust mais aussi chez Shakespeare. La littérature dirait ce que personne ne veut entendre, à savoir la triangularisation du désir. Spontanément nous croyons que nous sommes autonomes et libres, que les objets de nos désirs valent en eux-mêmes, que le désir est l’expression de notre singularité, c’est ce que Girard nomme le mensonge romantique. Or, la vérité est toute autre : le désir est toujours médiatisé, c’est-à-dire que nous désirons ce que l’autre désire, l’objet de notre désir ne nous est pas propre ; plus encore notre désir imite le désir de l’autre (on parle de désir mimétique) et donc est sans objet réel ; c’est la leçon des grands romanciers comme du théâtre de Shakespeare, dont la valeur n’est pas simplement esthétique, il y a une vérité romanesque."

oui, je connais ce texte de Girard mais c'est trop compliqué pour des élèves.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
henriette
Médiateur

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par henriette le Jeu 22 Juil 2010 - 14:36
On peut toutefois présenter et expliquer en classe la théorie de Girard : je l'ai fait en 1S, et cela les a beaucoup intéressés : ils ont ensuite vu d'un autre œil la scène de bal du Rouge et le Noir par exemple.
avatar
ysabel
Devin

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par ysabel le Jeu 22 Juil 2010 - 14:37
@henriette a écrit:On peut toutefois présenter et expliquer en classe la théorie de Girard : je l'ai fait en 1S, et cela les a beaucoup intéressés : ils ont ensuite vu d'un autre œil la scène de bal du Rouge et le Noir par exemple.

tout à fait d'accord ; mais essayer d'y arriver si la classe suit, ne pas partir de cela.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
faun51
Niveau 6

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par faun51 le Jeu 22 Juil 2010 - 17:38
Ma séquence sur l'OE "le roman et ses personnages" n'a pour objectif d'exposer la théorie de Girard (pourquoi voudrais-je faire ça? ). Il s'agit simplement de leur montrer que, si certains romans continuent à attirer des lecteurs, siècle après siècle, c'est peut-être parce qu'ils "disent" quelque chose sur l'être humain, les rapports humains. Que les "sujets" abordés par les romans du XIXème peuvent être d'actualité. J'ai choisi ce thème - du désir mimétique (pour employer des mots barbares que je n'utilise pas en cours) parce que je trouve qu'il est d'une extrême actualité (pardon pour l'expression plutôt moche). Je désire ce que désire l'autre. Vous pensez vraiment que ça ne dit rien à un ado d'aujourd'hui? Il faut traduire les termes de Girard, et surtout, amener les élèves à découvrir cet aspect-là (qui est loin d'être discret donc ouf!) dans les textes. Les romans d'apprentissage sont farcis de ça : le rêve de l'ascension sociale au XIXème, à l'heure du "travailler plus pour gagner plus"-look bling-bling-positive attitude, a quelque chose à nous dire. L'apparition de la consommation de masse, de la publicité, dans Au Bonheur des dames c'est intéressant aussi pour discuter de leurs préoccupations (le conformisme, l'intégration par la consommation).

Quant aux lectures cursives, c'est difficile en effet d'obtenir que tous les élèves lisent, quelque soit le niveau. Moi-même, en Seconde, , bon. Mais ce que m'ont appris mes 7 ans en lycée professionnel (CAP avec des classes issues de segpa, BEP très faibles) c'est que :
1) les classiques ne dissuadent pas nécessairement les élèves de la lecture : en revanche, ils nécessitent une traduction, en classe, il faut expliquer et surtout faire expliquer en termes simples le roman.
2) je trouve qu'il vaut mieux accompagner la lecture (plutôt que d'exiger qu'ils lisent d'un bloc le bouquin avant la séquence), par exemple en divisant le roman en quatre parties. On donne à lire une partie pour telle date. Le jour dit, on vérifie la lecture effective en interrogeant au hasard un élève à l'oral en début d'heure. C'est noté. Une partie de la classe a donc lu (par crainte de la note). Certains y ont pris goût et vont continuer par plaisir. D'autres n'ont pas lu. Ils réalisent qu'ils vont devoir s'y mettre (toujours pas crainte de la note ) puisque l'évaluation devient concrète et va se répéter. Et surtout, l'intrigue a été reformulée à l'oral, par un camarade, ce qui peut constituer une entrée en lecture plus accrocheuse que celle que je leur propose (toujours) en début de séquence.
3) quand ils ne lisent décidément pas, même sous la torture, je compte au moins sur les extraits vidéo des adaptations cinématographiques / théâtrâles. Certes, le but est toujours de comparer avec la version texte, mais dans le cas où ils n'ont pas lu, il n'empêche que ça leur donne un semblant de vernis de culture. C'est toujours mieux que rien, et là encore, c'est une chance supplémentaire de les inciter à lire (parce qu'ils peuvent finalement trouver l'historie intéressante).

C'est drôle parce qu'à vous lire j'ai l'impression de faire des choses très, très compliquées, alors que mon défaut, devant les élèves est plutôt de trop guider la compréhension, en simplifiant beaucoup, beaucoup, en répétant, en inscrivant toutes les grandes étapes sous forme de "traces écrites" lapidaires etc...


Dernière édition par faun51 le Jeu 22 Juil 2010 - 18:10, édité 1 fois
avatar
faun51
Niveau 6

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par faun51 le Jeu 22 Juil 2010 - 18:07
@iphigénie a écrit:Je conseillerais modestement de ne pas perdre de vue le coefficient de l'oral à l'EAF et se demander si les élèves vont avoir à coeur de se défoncer au boulot pour ce coefficient:je vous trouve pour beaucoup très ambitieux,et surtout je trouve la masse de travail demandé aux élèves qui voudraient bien le faire colossale:s'ils sont passionnés,on le comprend bien sinon ce sera très mal fait ou du copié collé ou du pas fait du tout.
Quant à l'écrit,penser que chaque séquence doit faire le tour de toutes les problématiques possibles en dissertation c'est courir après l'impossible (et c'est selon moi la grande stupidité de nos programmes par "séquences" bâties non sur les oeuvres ou les idées mais sur les genres.)Sauf à contruire une soupe monstrueuse où tout vient se fondre en une boullie indigeste.
Il me semble que moins de doc complémentaires,et parfois des textes moins ambitieux pourraient davantage les inciter à un réel travail en français.En particulier je ne trouve pas très raisonnable l'exercice si courant( sans doute à cause de l'effet weblettres) de demander une anthologie poétique aux élèves.D'abord parce que c'est très discriminant ensuite parce qu'une anthologie demande une très grande culture ou alors on fait n'importe quoi ou enfin on se transmet le travail d'autrui via internet.....
Mes remarques font suite à des années d'interrogations orales où beaucoup,beaucoup d'élèves n'ont pas lu le quart de ce qui est sur leur liste,et souvent pas même les oeuvres complètes qu'ils sont censés avoir étudiées en classe:alors les cursives!.....
Comme dirait Montaigne cher à certains,"à quoi servent ces hauts sommets si pointus où nul ne peut s'asseoir"(il parlait du stoïcisme mais bon,mutatis mutandis)....

Oui, cette préoccupation d'adapter nos exigences aux capacités des élèves je crois que nous l'avons tous (nécessairement! ), et je comprends ta perplexité parce que moi aussi, souvent, je me suis demandé souvent comment réagir face au désintérêt de certains pour la littérature... et même plus généralement, face au désintérêt croissant de l'ensemble de la société pour la culture, la stigmatisation des binoclards, la suppression des budgets de la recherche, l'exigence toujours plus grande de rentabilité, la mise au placard des sciences "pures" au profit des sciences appliquées, la préférence affichée de nos gouvernants (et des patrons) pour les savoirs jetables, ceux qu'on apprend en "formation continue" et qui se périment tous les 7 ans (innovations technologiques oblige), au détriment de la culture humaniste qui était considérée jadis comme la nécessaire formation du citoyen... bref. A quoi peut bien servir d'enseigner la littérature aujourd'hui? Pourquoi un élève (indépendamment même des coef du bac) pourrait avoir envie de lire? Quand tout, autour de lui, démontre l'inutilité d'une telle pratique. Ils ne sont pas bêtes nos jeunes, ils s'adaptent. Alors pourquoi en effet, ne pas choisir les livres à étudier en fonction de leur épaisseur par exemple, histoire de ne pas trop les dissuader? Je l'ai fait. Sans plus de succès. Et au final, quel résultat?

Oui nous avons des exigences, et nous essayons autant que possible d'aider les jeunes à esclader cette montagne pointue dont tu parles. Ils en sont capables, autant que nous l'avons été. Sinon quoi? Nous baissons la garde? Nous abdiquons? Nous nous soumettons? Quand je dis que les classiques ont quelque chose à dire, j'y crois, ce ne sont pas des mots. Je crois qu'avant d'être des classiques, ces auteurs étaient des écrivains, c'est-à-dire des hommes de lettres, pas toujours plus appréciés que les binoclards d'aujourd'hui. S'ils ont écrit - quoiqu'il leur en a coûté - c'est parce qu'ils ont résisté : très peu ont tiré avantage, de leur vivant, à le faire! Et aujourd'hui nous passons cette culture (qui d'autre le fera sinon?).

Il est légitime de se sentir parfois découragé. Mais ça n'empêche que nous avons tort dans ces cas-là! Parce qu'en faisant lire des classiques au lycée (même si les élèves ne font que les survoler en cours), on plante des graines pour l'avenir : ces jeunes-là, dans 10 ans, auront suffisamment vécu pour comprendre un peu différemment ce que nous leur faisons lire aujourd'hui. Alors ça ne se voit pas forcément immédiatement, mais c'est utile, je crois. Moi ça me renvoie à des questions de société ce que tu dis, et même à des doutes existentiels... tiens, à propos, n'est-il pas judicieux de les amener à se poser ces questions qu'ils croiseront forcément,de manière un peu plus approfondie, en classe de philo, quelques mois plus tard?

Voilà, c'est un peu polémique, peut-être, mais je ne crois pas être "folle" de penser comme cela, ou alors, j'assume
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Iphigénie le Jeu 22 Juil 2010 - 18:34
Non il n'y a pas de polémique.Je partage tes goûts et ambitions pour les élèves.
Je prêche simplement pour qu'on ne tombe pas d'un excès dns l'autre .Et je parle en mère d'élève(s) et pas seulement en prof:ça aide de voir le fonctionnement de "l'intérieur".Mes enfants ont déjà passé le bac français(I8 et20 pour l'un,19 et 20 pour l'autre)Et je sais ce que cela m'a coûté de temps pour leur donner toutes les informations qu'ils n'avaient pas digérées en classe parce qu'elles étaient indigérables,si je puis dire (alors qu'ils sont de très bons élèves à la compréhension rapide et à la culture relativement ample:c'est dire l'injustice pour les autres , ceux dont les parents ne sont pas profs de français.).Mais enfin,le collègue a été content de sa réussite.....
Un programme trop ambitieux ne fait que satisfaire le professeur,l'élève lui a besoin d'un programme cohérent où on donne le temps d'ingérer le contenu:la littérature ce n'est pas le gavage des oies.
avatar
faun51
Niveau 6

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par faun51 le Jeu 22 Juil 2010 - 18:47
"la littérature ce n'est pas le gavage des oies" : complètement d'accord Smile
Et d'accord aussi sur la prise en compte des contraintes familiales : je suis maman aussi (même s'ils ne passeront pas leur bac avant un moment...hi,hi) : c'est pourquoi je donne très peu de devoirs à la maison. Donc je fais beaucoup de choses en cours. Donc je simplifie vraiment, je me limite au strict nécessaire, sans dévier de mes objectifs de séance (parce que je n'ai pas le temps de faire autrement).
Mais c'est certain qu'on ne peut pas transmettre en 4h hebdo ce que nous avons étudié en 10h hebdo....
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Iphigénie le Jeu 22 Juil 2010 - 19:16
donc nous sommes d'accord
De toutes façons mes remarques étaient de caractère général,et ne portait pas spécialement sur tes intentions de programme que je n'ai lues qu'en diagonale. Simplement en voyant la discussion sur l'anthologie -type d'exercice qui m'a laissé des souvenirs impérissables lorsqu'on l'a demandé à l"un de mes "grands "et à leurs copains de classe(...)je plaidais la cause des bons élèves qui essaient de bien faire ce qu'on leur demande à condition que ce soit faisable ....
avatar
Ruthven
Monarque

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Ruthven le Jeu 22 Juil 2010 - 19:31
@ysabel a écrit:
oui, je connais ce texte de Girard mais c'est trop compliqué pour des élèves.

Je n'ai pas l'impression qu'ils trouvent cela trop compliqué ; je le travaille généralement en Terminale avec l'analyse girardienne du Songe d'une nuit d'été et cela passe plutôt bien - il y a des trucs bien pires à faire passer en philo. ! Le mécanisme mimétique et le déchaînement de violence leur parlent immédiatement quand on le transpose dans leur vie sentimentale (pourquoi vouloir absolument piquer la petite copine de son meilleur ami ?).

Maintenant, est-ce indispensable pour un élève ? Je ne sais pas, je ne suis pas girardien du tout, sa théorie, à force de vouloir être intégrale et exhaustive, perd de sa force et de son intérêt (il force d'ailleurs un peu les textes quand ces derniers ne rentrent pas dans ses cases), mais cela permet à un élève de comprendre ce qu'est interpréter.
avatar
Ruthven
Monarque

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Ruthven le Jeu 22 Juil 2010 - 19:35
@henriette a écrit:
@Ruthven a écrit:
@henriette a écrit:surtout j'impose qu'il y ait un thème commun entre ces poèmes : l'objet en poésie, la femme aimée, la mort, l'enfance, ce qu'ils veulent, mais ils doivent d'abord m'en parler et je le valide ou pas (certains ont de ces idées...).

Des exemples, des exemples !
En vrac ce qui me revient : les engins mécaniques, la figure de Jésus incarné ( ), la cigarette (parce qu'un élève avait fait un truc super sur la pipe et qu'il avait voulu copier sans trop copier), le sanatorium, le monde et l'univers (dans la série plus vague tu meurs), l'herbe, et bien sûr le sexe féminin, les seins, les fesses et autre du même acabit (et dans "acabit" il y a "aca" ) ...

Honte à moi, mais je les trouve plutôt sympas leurs thèmes ...

Comment on note une anthologie ? Qu'est-ce qui est évalué ? L'originalité des poèmes ? Leur conformité au thème choisi ?
avatar
faun51
Niveau 6

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par faun51 le Jeu 22 Juil 2010 - 20:01
Je compte noter cette anthologie en fonction des critères que je leur donne :
- choix de vingt textes présentés dans leur version originale (donc on vérifie dans un manuel ou au cdi ou sur un site digne de confiance);
- présentés par ordre chronologique ou suivant une thématique explicitée en préface (ce deuxième choix serait valorisé par des points bonus);
- présentation correcte des références : auteur, titre du recueil souligné, citation correcte du titre du poème, brève présentation situant l'oeuvre dans son mouvement littéraire et le poème dans son recueil;
- je crois que j'accorderais une grande partie des points à la qualité de la préface, notée comme une écriture d'invention portant sur l'oe argumentation (respect de la consigne, texte cohérent et structuré en paragraphes, présence d'au moins trois arguments, articulés de manière pertinente - points bonus pour tout ce qui peut renforcer l'argumentation : exemples, utilisation des figures de style, de l'argumentation indirecte le cas échéant...)
- j'accorderais aussi des points bonus pour l'illustration.
- je noterais sur maxi 5 points/20 la qualité orthographique et le soin...
avatar
henriette
Médiateur

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par henriette le Jeu 22 Juil 2010 - 20:39
@Ruthven a écrit:
@henriette a écrit:
@Ruthven a écrit:
@henriette a écrit:surtout j'impose qu'il y ait un thème commun entre ces poèmes : l'objet en poésie, la femme aimée, la mort, l'enfance, ce qu'ils veulent, mais ils doivent d'abord m'en parler et je le valide ou pas (certains ont de ces idées...).

Des exemples, des exemples !
En vrac ce qui me revient : les engins mécaniques, la figure de Jésus incarné ( ), la cigarette (parce qu'un élève avait fait un truc super sur la pipe et qu'il avait voulu copier sans trop copier), le sanatorium, le monde et l'univers (dans la série plus vague tu meurs), l'herbe, et bien sûr le sexe féminin, les seins, les fesses et autre du même acabit (et dans "acabit" il y a "aca" ) ...

Honte à moi, mais je les trouve plutôt sympas leurs thèmes ...


Je ne dis pas le contraire, mais vu les critères imposés (poèmes sur au moins 4 siècles différents, et de formes différentes) pour certains thèmes, bine du plaisir !
Et les fesses à tout cran, bof bof tout de même : il faut pouvoir ensuite le cas échéant être capable d'en parler sans bafouiller à l'oral devant un examinateur potentiellement de l'autre sexe, impressionnant, ou sévère, ou séduisant...(c'est du reste cet argument en général qui les a fait changer d'idée).
avatar
faun51
Niveau 6

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par faun51 le Jeu 22 Juil 2010 - 21:33
Très bon cet argument Henriette! et moi aussi l'an passé en collège j'étais un peu excédée par les débordements hormonaux de nos chers adolescents (et je promets que je ne suis pas aigrie )
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Iphigénie le Ven 23 Juil 2010 - 12:02
Mais vous n'avez pas l'impression que pour trouver ces poèmes liés par des thèmes,il faut d'abord les connaître?Vous comptez vraiment qu'ils vont lire des recueils entiers de poésie pour fabriquer votre anthologie?et sinon,ils font comment selon vous?
Et déjà pour distinguer les thèmes littérairement porteurs et les thèmes qui leur viennent à l'esprit?
Je trouve votre ironie bien facile:imaginez qu'on vous demande de trouver des exercices de maths à sujets liés (si comme moi vous n'avez pas fait un cursus scientifique):vous faites quoi?

J'explicite mon point de vue:loin de moi de prêcher pour baisser le niveau et renoncer à toute exigence.Mais:
la classe de première ne peut pas à elle seule compenser tout ce qui n'a pas été fait avant.
Je précise,car à lire ce que font les professeurs de collège,c'est considérable.
Mais il faudrait quand même se demander pourquoi il n'en reste que si peu:les élèves ont depuis la sixième un tel meli melo de textes et notions qu'ils préfèrent zapper le français qu'essayer de suivre une logique inexistante.(je parle de la notion même de "séquence par genre "qui est absurde.)Ce n'est pas parce qu'on a lu une page de Barthes que l'on maîtrise Barthes,and so on:un exemple concret.En lecture complémentaire de Dom Juan,mon fils avait (parmi 15 autres documents complémentaires,dont certains seulement lus en classe,certains,même pas!)un extrait de Claudel(je ne sais plus quelle pièce)en lecture cursive.Son examinateur lui a demandé:Vous pouvez me parler de Claudel?Il a répondu :non;je ne connais que cette page.Heureusement,l'examinateur avait le même sens de l'humour que moi et les mêmes opinions sur les textes complémentaires,il lui a mis 20 quand même au vu de sa prestation sur Dom Juan.

Je suis excédée par l'hypocrisie de notre système:des listes érudites dont les élèves n'ont pas les moyens de comprendre le quart.Des sujets sur le papier très riches mais notés avec une tolérance extravagante (valorisant déjà le"phonétiquement compréhensible",comme disent les autres).
Avez-vous déjà "cobayé" des sujets actuels de bac?C'est un exercice extrêmement intéressant.Surtout quand c'est le sujet que vous avez cobayé qui "tombe" et que vous voyez ce qu'il en advient,ce que les concepteurs attendraient,ce que les professeurs interpréteraient,et enfin ce que les élèves sont capables de donner.


Dernière édition par iphigénie le Sam 24 Juil 2010 - 18:46, édité 1 fois
avatar
henriette
Médiateur

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par henriette le Ven 23 Juil 2010 - 12:17
Il est clair que je ne les balance pas sans aide dans la constitution d'une anthologie, que je ne leur demande pas de lire des recueils de poèmes entiers comme tu le penses, et que je leur donne des pistes : d'abord, lire tous les poèmes présents dans leur manuel - peu le font spontanément.
Puis aller au CDI consulter d'autres manuels scolaires pour y lire les poèmes présents, et relever ceux qui leur plaisent vraiment. Bien souvent à ce stade, à partir d'un ou deux poèmes qui leur ont plu, commence à émerger l'idée d'un thème, sachant que je leur ai donné des exemples de thèmes possibles (certains ne chercheront pas plus loin et piocheront dans ces exemples du reste, ils sont là pour ça).
Ensuite, je leur indique aussi deux ou trois anthologies poétiques présentes au CDI (là encore, il n'est pas question de lire des recueils entiers), et puis ils trouvent tout seuls les sites Internet intéressants qui proposent justement des classement thématiques de poèmes.
Je ne pense vraiment pas que ce travail ait des exigences démesurées, au contraire. Du reste, je n'ai jamais eu de problème avec les classes, les élèves ayant toujours plébiscité cette réalisation et constitué des objets-recueils souvent très beaux, très bien illustrés et mis en page.
Je précise que les ambitions restent modestes : 15 poèmes maxi, cela veut dire en général une petite dizaine de textes. Ce n'est pas la mer à boire. Et ces textes qu'ils ont trouvé et apprécié seuls, les élèves les retiennent bien mieux que ceux vus en LC par exemple. Ceux qui sont interrogés sur leur anthologie à l'oral s'en sortent toujours très très bien car ils les maîtrisent, leurs poèmes - contrairement aux textes complémentaires pourtant vus en classe.
Et en ce qui concerne la préface, puisqu'il s'agit d'un sujet extrêmement "bateau" de l'écriture d'invention au bac, on l'a traité en méthodologie.
Au final, ce travail a toujours été un succès, même en S et ES.
avatar
Daniel
Niveau 9

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Daniel le Ven 23 Juil 2010 - 12:20
Je suis d'ac avec henriette, je fais de même chaque année en première et cela marche très bien !
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Iphigénie le Ven 23 Juil 2010 - 12:27
eh bien moi je peux vous dire ce qu'en pensent les élèves d'une (excellente) classe euro:mais je ne doute pas que leur prof est persuadé que son travail a marché du tonnerre de dieu
http://www.toutelapoesie.com/poemes.htm


Dernière édition par iphigénie le Ven 23 Juil 2010 - 15:32, édité 1 fois
avatar
henriette
Médiateur

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par henriette le Ven 23 Juil 2010 - 12:45
Disons que les retours enthousiastes des élèves me l'ont toujours laissé penser en effet...
Contenu sponsorisé

Re: [1ère ES] avis sur ma progression

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum