Doctorat et chômage

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Dimka le Lun 19 Juin 2017 - 13:54

Salut,
Question peut-être stupide : a-t-il pensé aux concours de la fonction publique ? (Tous, pas juste ceux de l'enseignement)

Dimka
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Marcelle Duchamp le Lun 19 Juin 2017 - 14:06

Mon amie d'enfance est ds le même cas... Impossible de trouver du travail, elle est sur diplômée pour tous les jobs auxquels elle postule. Ne souhaitant pas dépendre du chômage, elle cumule les petits jobs: elle a lavé des trains, elle a fait dame pipi, des inventaires en supermarchés etc... Dernièrement elle a fait un bilan de compétences à l'Apec et a évoqué avec la personne en charge de son dossier l'idée de passer un concours de la fonction territoriale. On lui a dit que c'était presque du suicide vu le nombre de places disponibles, que les concours terminaient leurs recrutements en 2019 et qu'il n'y avait pas assez de travail pour le nombre de places ouvertes.
Bref, elle est désespérée et refuse de vivre des aides de l'état donc elle vivote à droite et à gauche de petites missions...
Ca vaut le coup de passer de nombreux diplômes...
avatar
Marcelle Duchamp
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Kan-gourou le Lun 19 Juin 2017 - 14:17

Marcelle Duchamp a écrit:Mon amie d'enfance est ds le même cas... Impossible de trouver du travail, elle est sur diplômée pour tous les jobs auxquels elle postule. Ne souhaitant pas dépendre du chômage, elle cumule les petits jobs: elle a lavé des trains, elle a fait dame pipi, des inventaires en supermarchés etc... Dernièrement elle a fait un bilan de compétences à l'Apec et a évoqué avec la personne en charge de son dossier l'idée de passer un concours de la fonction territoriale. On lui a dit que c'était presque du suicide vu le nombre de places disponibles, que les concours terminaient leurs recrutements en 2019 et qu'il n'y avait pas assez de travail pour le nombre de places ouvertes.
Bref, elle est désespérée et refuse de vivre des aides de l'état donc elle vivote à droite et à gauche de petites missions...
Ça vaut le coup de passer de nombreux diplômes...

Comment fait-elle ? Mon mari n'arrive même pas à se faire embaucher comme hôte de caisse...

_________________
                         Chercher à comprendre, c'est commencer à désobéir.
avatar
Kan-gourou
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par PauvreYorick le Lun 19 Juin 2017 - 14:18

Une technique consiste à mentir par omission sur son CV et ne pas mentionner le doctorat (voire, ne pas même mentionner le master).

_________________
τὸ λέγειν τοὺς λόγους τοὺς ἀπὸ τῆς ἐπιστήμης οὐδὲν σημεῖον·
avatar
PauvreYorick
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Kan-gourou le Lun 19 Juin 2017 - 14:20

PauvreYorick a écrit:Une technique consiste à mentir par omission sur son CV et ne pas mentionner le doctorat (voire, ne pas même mentionner le master).

J'y ai pensé, mais est-ce légal ? Et si on lui demande ce qu'il a fait pendant toutes ces années, qu'est-ce qu'il répond ?

_________________
                         Chercher à comprendre, c'est commencer à désobéir.
avatar
Kan-gourou
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Marcelle Duchamp le Lun 19 Juin 2017 - 14:20

Elle est inscrite en agence d'intérim (plusieurs pour maximiser ses chances).
Pour l'anecdote, on lui a proposé un job de "love enquêtrice" pour tenter des hommes potentiellement infidèles (oui oui ça existe!).
avatar
Marcelle Duchamp
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Pierre-Henri le Lun 19 Juin 2017 - 15:08

Kan-gourou a écrit:Je remonte ce sujet car j'ai besoin de conseils. Si des bonnes âmes passent par là...

Mon mari a obtenu son doctorat de microbiologie en 2013. Il a fait un an d'ATER à l'autre bout de la France mais depuis, impossible de trouver du boulot. Il a fait son deuil de l'enseignement supérieur et de la recherche mais envoyer 1000 (oui, oui, mille) CV dans toutes les boîtes de France et de Navarre et se voir refuser même le plus petit poste parce qu'on est trop diplômé, ça fait sacrément mal au luc !

Donc j'aurais voulu savoir si vous avez vécu cette situation, ou que vous connaissez quelqu'un qui l'a vécue, comment avez-vous fait pour enfin trouver un boulot ?

Merci d'avance pour vos réponses.

Tout d'abord, on est jamais trop diplômé. C'est un truc de DRH pour faire passer la pilule en douceur. C'est plus poli que de dire "je pense que vous ne convenez pas au poste".

Après mon doctorat de lettres, j'ai passé de longues années au chômage. La personne qui suivait mon dossier, au Pôle Emploi, m'a dit un jour "on a beaucoup de difficultés avec deux catégories de demandeurs : les analphabètes et les docteurs". Bien vu. J'ai passé des années à essayer de me caser dans l'édition, le journalisme, la communication d'entreprise... sans succès.

J'ai donc passé le CAFEP, qui m'a permis de monnayer mon doctorat par d'autres canaux. Pour le dire autrement, le doctorat n'a pas de valeur en lui-même, mais il peut constituer un bonus appréciable si on démontre sa compétence dans un autre domaine. C'est que, avec les docteurs, les recruteurs ne savent jamais s'ils ont affaire à un professeur Nimbus, un Diafoirus, un creux phraseur drogué au jargon académique ou quelqu'un de tellement spécialisé qu'il en devient incapable de s'adapter à des situations diverses. A cela s'ajoutent les préjugés idéologiques selon lesquels tous les universitaires seraient des beatnicks d'extrême-gauche lecteurs de Bourdieu et de Badiou, allergiques au travail. Les recruteurs ont aussi peur de tomber sur quelqu'un d'aigri par son supposé déclassement.

Ces préjugés, au demeurant, existent aussi dans l'enseignement ou la fonction publique, mais il est plus facile de les combattre une fois dans la place grâce au concours.

Il faut donc, d'abord, prouver qu'on sait faire autre chose. Pour cela, le moyen le plus évident est de passer un concours, afin d'avoir un tremplin et d'améliorer son CV. Cela permet d'avoir des perspectives devant soi. Qu'il n'hésite pas à profiter sans vergogne de la crise des recrutements dans le secondaire, selon le principe qu'au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. Les chefs des établissements un peu réputés sont tellement désespérés d'avoir des professeurs disposant des compétences disciplinaires suffisantes qu'ils offrent de réelles possibilités aux docteurs. Je parle ici de l'enseignement privé, dont le système de recrutement permet de monnayer son CV plus rapidement et plus facilement. Pour ma part, j'ai été recruté par l'un des meilleurs bahuts de mon académie dès mon année de néo-titulaire.

Ensuite, une fois qu'on a déjà un travail, il est infiniment plus facile de se présenter aux entreprises -- non comme quelqu'un en situation d'échec, mais comme quelqu'un qui souhaite voir évoluer sa carrière.




Pierre-Henri
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par alanne le Lun 19 Juin 2017 - 15:16

Tu as raison, mais le doctorat ne donne pas le capes (encore moins l'agreg). J'ai connu plusieurs personnes possédant des doctorats et restées contractuelles pendant quelques années car elles avaient des difficultés à obtenir l'un des deux concours.

_________________
Wait and see
avatar
alanne
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par KinetteKinette le Lun 19 Juin 2017 - 15:16

Bonjour,
Si vous êtes mobiles (avec en plus des facilités en langue), il y a encore du travail à l'étranger (même si ça se ferme aussi ; je viens d'entendre que la Suisse va commencer à appliquer la préférence nationale en réservant pendant un temps les offres d'emploi aux "purs suisses"...).
Il y a un temps, les grosses boîtes d'informatique recrutaient du bac+ minimum (même des littéraires) pour les former elles-même et les embaucher comme ingénieurs. L'ANPE leur envoyait même du monde.
Par exemple Sopra fait encore ça: https://www.soprasteria.com/fr/carrieres/jeunes-diplomes/parcours-de-reconversion (attention, je ne vous vend pas du rêve, mais c'est quand même pas trop mal payé).

Sinon, en microbio, il y a peut-être moyen de bosser pour les vendeurs de matériel (quand on connaît bien le matériel et son usage, on doit pouvoir monnayer ça, mais il faut aussi montrer qu'on est capable de comprendre des enjeux commerciaux, qu'on a un bon contact, etc...).
De la microbio à la pharmaco, il y a un peu de distance mais pas tant que ça. C'est un secteur qui reste dynamique, mais très centré sur la capitale...

Après, pour gagner sa croûte, les jobs saisonniers peuvent permettre de sortir un peu et ne sont pas si désagréables (j'ai vu pas mal de personnes diplômées faire les vendanges, les pommes ou les maïs pendant des périodes de chômage).

Il y a aussi les cours à domicile ou pour des boîtes de cours (cf. pas mal de sujets ici): en microbio, il doit y avoir moyen de donner des cours à des étudiants du domaine médical...

Sinon, il y a le fantastique emploi de contractuel de l'EN :-)

Voili, ce sont quelques pistes, peut-être déjà explorées... en espérant que ça puisse servir.

K

_________________
Spoiler:
avatar
KinetteKinette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par swurm le Lun 19 Juin 2017 - 15:58

Récemment, à Carrefour, j'ai surpris une discussion entre l'agent de sécurité et le caissier gérant les caisses automatiques. Ils discutaient de leurs thèses...

Triste monde.

swurm
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Kan-gourou le Lun 19 Juin 2017 - 16:42

Merci pour vos réponses. Quand il entend tout ce que je lui raconte, il n'a pas vraiment envie de devenir professeur du second degré. Étonnant, hein ? Peut-être que dans le privé, ça passerait mieux.

Pierre-Henri a écrit:Tout d'abord, on est jamais trop diplômé. C'est un truc de DRH pour faire passer la pilule en douceur. C'est plus poli que de dire "je pense que vous ne convenez pas au poste".  

N'importe qui convient à un poste de caissier. Il n'y a qu'à voir le nombre de jeunes aux caisses l'été (j'en ai fait partie). Le problème c'est que les supermarchés sont obligés de payer leurs employés selon leurs diplômes et là, évidemment, un bac -3 coûte moins cher qu'un bac +8.

KinetteKinette a écrit:Bonjour,
Si vous êtes mobiles (avec en plus des facilités en langue), il y a encore du travail à l'étranger (même si ça se ferme aussi ; je viens d'entendre que la Suisse va commencer à appliquer la préférence nationale en réservant pendant un temps les offres d'emploi aux "purs suisses"...).
Il y a un temps, les grosses boîtes d'informatique recrutaient du bac+ minimum (même des littéraires) pour les former elles-même et les embaucher comme ingénieurs. L'ANPE leur envoyait même du monde.
Par exemple Sopra fait encore ça: https://www.soprasteria.com/fr/carrieres/jeunes-diplomes/parcours-de-reconversion (attention, je ne vous vend pas du rêve, mais c'est quand même pas trop mal payé).

Sinon, en microbio, il y a peut-être moyen de bosser pour les vendeurs de matériel (quand on connaît bien le matériel et son usage, on doit pouvoir monnayer ça, mais il faut aussi montrer qu'on est capable de comprendre des enjeux commerciaux, qu'on a un bon contact, etc...).
De la microbio à la pharmaco, il y a un peu de distance mais pas tant que ça. C'est un secteur qui reste dynamique, mais très centré sur la capitale...

Après, pour gagner sa croûte, les jobs saisonniers peuvent permettre de sortir un peu et ne sont pas si désagréables (j'ai vu pas mal de personnes diplômées faire les vendanges, les pommes ou les maïs pendant des périodes de chômage).

Il y a aussi les cours à domicile ou pour des boîtes de cours (cf. pas mal de sujets ici): en microbio, il doit y avoir moyen de donner des cours à des étudiants du domaine médical...

Sinon, il y a le fantastique emploi de contractuel de l'EN :-)

Voili, ce sont quelques pistes, peut-être déjà explorées... en espérant que ça puisse servir.

K

Malheureusement, nous ne pouvons pas changer de région car nous venons d'arriver dans celle-ci. Nous sommes proches des boîtes de pharma mais elles demandent un BTS (ce diplôme que mon mari faisait passer à ses étudiants !) Et nous sommes loin des facs de bio et de médecine.

swurm a écrit:Récemment, à Carrefour, j'ai surpris une discussion entre l'agent de sécurité et le caissier gérant les caisses automatiques. Ils discutaient de leurs thèses...

Triste monde.

A qui le dis-tu !

_________________
                         Chercher à comprendre, c'est commencer à désobéir.
avatar
Kan-gourou
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par KinetteKinette le Mar 20 Juin 2017 - 0:29

Pour les boîtes pharma: il y a peu de BTS parlant couramment anglais et capables de comprendre des publications scientifiques et des statistiques...
Il faut à mon avis creuser et essayer de rencontrer des personnes du secteur: les emplois assez rares et spécifiques se retrouvent rarement dans des offres d'emploi publiées...

Normalement un docteur maîtrise bien l'anglais, et aussi l'anglais technique: il faut vendre ces compétences, qui sont parfaitement susceptibles d'intéresser le secteur privé.

K

_________________
Spoiler:
avatar
KinetteKinette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Cath le Mar 20 Juin 2017 - 9:22

Kan-gourou a écrit:
N'importe qui convient à un poste de caissier. Il n'y a qu'à voir le nombre de jeunes aux caisses l'été (j'en ai fait partie). Le problème c'est que les supermarchés sont obligés de payer leurs employés selon leurs diplômes et là, évidemment, un bac -3 coûte moins cher qu'un bac +8.


Heu non...

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Balthazaard le Mar 20 Juin 2017 - 9:27

Je ne vois pas en quoi ils seraient obligés
avatar
Balthazaard
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Sulfolobus le Mer 21 Juin 2017 - 13:33

Il est illusoire d'espérer trouver un poste dans le privé avec une thèse sans avoir pris la peine de se former au privé. La manière d'écrire un CV, de passer un entretien n'a rien à voir avec ce qu'il se fait dans le monde universitaire. Il faut le comprendre et en tenir compte. Surtout que les entreprises savent pertinemment que la plupart des docteurs français ne veut pas travailler hors du monde universitaire. Pour moi il faut commencer par là. S'il ne l'a pas déjà fait, l'association Bernard Grégory en propose.

Ensuite, il faut savoir ce qu'il veut faire et limiter ses recherches à ça. On embauche pas quelqu'un qui n'a pas de motivation.

Enfin, il faut qu'il détermine quelles sont ses compétences (scientifiques et autres) qu'il peut mettre en valeur. Ça ne manque pas avec une thèse souvent.

Enfin, je pense qu'il faut aussi savoir être mobile. C'est vrai dans de plus en plus de métiers.

Ton mari devrait regarder du côté des start-ups : elles cherchent expressément des docteurs. Surtout en microbiologie, ça ne manque pas (quoi en microbiologie ?). L'industrie pharmaceutique est aussi une bonne piste, de même que l'agro-alimentaire (sécurité alimentaire).
avatar
Sulfolobus
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Doctorat et chômage

Message par Biomick29 le Mar 19 Sep 2017 - 9:52

Bonjour Kan-gourou,
je suis MCF et je connais pas mal de jeune docteur qui patinent aussi dans leur projet. Mais il ne faut pas désespérer ! J'en connais plusieurs qui ont eu un poste de MCF des années après leur thèse (jusqu'à 10ans). En attendant, ils ont du accepter des postes de contractuels dans le supérieur. Ça devient hélas la norme dans les universités, gel des postes de titulaires et recrutement de CDD. Ton conjoint à ses qualif?
Il est aussi évident que le réseau est important, mais ça reste relativement ouvert. J'ai participé à plusieurs comités de sélection et assez régulièrement il n'y a pas de candidat local (en fait ça dépend beaucoup des disciplines).

Biomick29
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum