Nos dernières lectures (tome 4)

Page 1 sur 40 1, 2, 3 ... 20 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Leil le Sam 4 Sep 2010 - 9:07

Allez, j'ouvre un nouveau topic, l'autre sujet étant arrivé à 43 pages ...



En vue de la bataille finale contre l’armée de Kronos, Percy et ses amis ont passé l’année à constituer une armée de jeunes demi-dieux. Cependant ils savent que leurs chances sont faibles face aux redoutables Titans. Et le temps est compté pour Percy : bientôt, il aura seize ans et la prophétie se réalisera - il devra prendre une décision remettant le sort du monde entier entre ses mains. Mais attention aux oracles trompeurs...

Un 5ème tome qui clôt cette série en beauté ! Very Happy

_________________
http://www.bricabook.fr/

Leil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Nestya le Lun 6 Sep 2010 - 18:01

Une lecture qui devrait surtout interesser Angua: je viens de terminer le 3ème tome des Merry Gentry. Je suis un peu restée sur ma faim. Je m'attendais à beaucoup de choses qui finalement n'ont pas eu lieu. Il faut probablement attendre le tome 4 (le mois prochain il me semble?).
Angua, tu me diras ce tu en penses?

_________________
"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une."
George R.R.Martin

Nestya
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Angua le Lun 6 Sep 2010 - 18:17

Je viens justement de noter dans un coin qu'il faut vite que je me le procure! par contre, je croule sous les livres à lire ces temps-ci, et je crains que le tome 4 n'arrive aussi chez moi avant que je n'aie lu le 3...
C'est si décevant que ça?heu
J'avoue que j'en attends beaucoup, depuis le temps que j'espérais la traduction de la suite...

Rien de bien folichon sinon dans mes dernières lectures...
- Millecrabes, le dernier P.J. Héraut encensé partout (enfin, dans les milieux autorisés) comme un grand romancier populaire, etc, etc... m'a beaucoup déçue. Style ourd, ponctuation très hasardeuse (mais que fait l'éditeur?)
- Serpentine, recueil de nouvelles fantastiques de M.Fazi: très sympa au début et puis... je ne sais pas. J'ai dû fatiguer en cours de route.

Et là je lis en parallèle Sorcières et Magiciennes, le recueil des Imaginales, et ... je n'accroche pas trop, je finis par me dire qu'au fond je ne dois aps aimer la fantasy... heureusement, pour ne pas perdre l'habitude du lire du bel et bon, j'alterne avec des nouvelles de Fictions, de Borgès, et là, ça va beaucoup mieux!

_________________
journalsemilitteraire.over-blog.com

Angua
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Nestya le Lun 6 Sep 2010 - 18:20

@Angua a écrit:Je viens justement de noter dans un coin qu'il faut vite que je me le procure! par contre, je croule sous les livres à lire ces temps-ci, et je crains que le tome 4 n'arrive aussi chez moi avant que je n'aie lu le 3...
C'est si décevant que ça?heu
J'avoue que j'en attends beaucoup, depuis le temps que j'espérais la traduction de la suite...

Non, non, ce n'est pas décevant. Les Unseelies sont toujours aussi interessants mais disons que je m'attendais à certaines choses dans le tome 3 et qu'elles sont vraisemblablement repoussées au tome 4, d'où une petite déception...ou plutôt une impatience accrue quant à la sortie du tome 4.

_________________
"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une."
George R.R.Martin

Nestya
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Hermione0908 le Mar 7 Sep 2010 - 9:13

J'ai lu pendant les vacances L'Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon. c'est pas une nouveauté, j'en avais entendu parler un certain nombre de fois, et je n'ai pas été déçue du voyage ! J'ai A-DO-RE ! C'est bien, simple, je n'ai pas pu le lâcher, je l'ai dévoré. l'ambiance est particulièrement prenante et les personnages sont attachants, on vit et on aime et on souffre avec eux. Je ne suis pas très douée pour parler de mes lectures, car je fonctionne beaucoup à l'affect, mais pour celles et ceux qui ne l'auraient pas encore lu, je ne saurais que trop vous le conseiller (D'ailleurs, je le conseille à tout le monde en ce moment Wink )

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par clochette le Mar 7 Sep 2010 - 10:22

Lecture plaisante :

Malavita, dont on a déjà parlé ici.



Passage préféré : la gazette du bled qui finit par se retrouver aux Etats-Unis !


J'oublie de dire que j'avais reçu ce livre du swap litt de Néo l'an dernier
Merci Ornella !

_________________
"Sans grain de folie, il n'est point d'homme raisonnable"
La Rochefoucauld

http://clochette06.canalblog.com/

clochette
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Leil le Mar 14 Sep 2010 - 10:38


Une station balnéaire de la côte atlantique, en hiver. Pascal Labarthe, le narrateur, arrive un soir de brume, par l’autocar. Il s’installe à l’Océanic, à Royan, dont il est le seul client avec Serge Castel, un VRP en mal de clientèle : Marsac, le patron de l’hôtel, s’apprête à prendre sa retraite.

Jardin d’hiver tisse, entre les berges de la Seine et les rives de l’Atlantique, les fils ténus, presque invisibles, d’une intrigue où dialoguent histoire d’amour et histoire tout court, où, le temps d’un hiver, s’entrelacent finement un présent traversé de personnages singuliers et un passé hanté par la figure d’une jeune femme aimée. Peuplé de lieux à l’abandon auxquels la mémoire se raccroche, ce roman est celui d’un amour perdu, jamais oublié…

_________________
http://www.bricabook.fr/

Leil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par clochette le Mar 14 Sep 2010 - 11:12



Elle aime la photo, il est passionné par les mathématiques. Elle sesent exclue du monde, il refuse d'en faire partie. Chacun se reconnaîtdans la solitude de l'autre. Ils se croisent, se rapprochent puiss'éloignent, avant de se frôler à nouveau. Leurs camarades de lycéesont les premiers à voir ce qu'Alice et Mattia ne comprendront que biendes années plus tard: le lien qui les unit est indestructible.

Beau portrait de deux ado très mal dans leur peau.

_________________
"Sans grain de folie, il n'est point d'homme raisonnable"
La Rochefoucauld

http://clochette06.canalblog.com/

clochette
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par InvitéeHr le Mer 15 Sep 2010 - 12:04

Voici un petit livre de R. Harrison très agréable et accessible, sur les jardins, de la Bible en passant par Boccace et les jardins japonais.

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par thrasybule le Mer 15 Sep 2010 - 13:34

@Hermione0908 a écrit:J'ai lu pendant les vacances L'Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon. c'est pas une nouveauté, j'en avais entendu parler un certain nombre de fois, et je n'ai pas été déçue du voyage ! J'ai A-DO-RE ! C'est bien, simple, je n'ai pas pu le lâcher, je l'ai dévoré. l'ambiance est particulièrement prenante et les personnages sont attachants, on vit et on aime et on souffre avec eux. Je ne suis pas très douée pour parler de mes lectures, car je fonctionne beaucoup à l'affect, mais pour celles et ceux qui ne l'auraient pas encore lu, je ne saurais que trop vous le conseiller (D'ailleurs, je le conseille à tout le monde en ce moment Wink )
Oui je l'ai lu en espagnol et c'est vraiment bien: ça donne envie de retourner à Barcelone!

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par lulucastagnette le Mer 15 Sep 2010 - 14:52

Moi, en cette rentrée, je n'ai plus du tout le temps de lire... (mais j'ai le temps de poster des photos sur néo lol! )

Pourtant j'ai le dernier Zafon en attente ainsi qu'un Oates.

lulucastagnette
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Reine Margot le Mer 15 Sep 2010 - 19:43

le gai savoir de Nietzsche. j'ai du mal mais je m'accroche! titanic

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Marillion le Mer 15 Sep 2010 - 19:49

@Hermione0908 a écrit:J'ai lu pendant les vacances L'Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon. c'est pas une nouveauté, j'en avais entendu parler un certain nombre de fois, et je n'ai pas été déçue du voyage ! J'ai A-DO-RE ! C'est bien, simple, je n'ai pas pu le lâcher, je l'ai dévoré. l'ambiance est particulièrement prenante et les personnages sont attachants, on vit et on aime et on souffre avec eux. Je ne suis pas très douée pour parler de mes lectures, car je fonctionne beaucoup à l'affect, mais pour celles et ceux qui ne l'auraient pas encore lu, je ne saurais que trop vous le conseiller (D'ailleurs, je le conseille à tout le monde en ce moment Wink )

Mon roman coup de coeur 2005.
Je devais préparer les cartons de mon déménagement et je ne pouvais me défaire du livre tant je le trouvais passionnant. J'avais tellement hâte de le terminer.
Il m'est arrivé une année d'inventer un sujet de rédac sur la Bibliothèque des Livres oubliés.

Le Jeu de l'Ange est également passionnant et tu y retrouveras la même atmosphère.

Marillion
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par InvitéN le Jeu 16 Sep 2010 - 20:03

« Silex and the city », tome 2 « Réduction du temps de trouvaille », de Jul. Dargaud

Une caricature savoureuse qui use d'anachronisme et joue constamment avec les mots.

Un bon moment de détente en attendant la sortie du dernier tome de Profs...


_________________
Plus on partage, plus on possède !

InvitéN
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par InvitéN le Jeu 16 Sep 2010 - 20:05

*angie* a écrit:
@Hermione0908 a écrit:J'ai lu pendant les vacances L'Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon. c'est pas une nouveauté, j'en avais entendu parler un certain nombre de fois, et je n'ai pas été déçue du voyage ! J'ai A-DO-RE ! C'est bien, simple, je n'ai pas pu le lâcher, je l'ai dévoré. l'ambiance est particulièrement prenante et les personnages sont attachants, on vit et on aime et on souffre avec eux. Je ne suis pas très douée pour parler de mes lectures, car je fonctionne beaucoup à l'affect, mais pour celles et ceux qui ne l'auraient pas encore lu, je ne saurais que trop vous le conseiller (D'ailleurs, je le conseille à tout le monde en ce moment Wink )

Mon roman coup de coeur 2005.
Je devais préparer les cartons de mon déménagement et je ne pouvais me défaire du livre tant je le trouvais passionnant. J'avais tellement hâte de le terminer.
Il m'est arrivé une année d'inventer un sujet de rédac sur la Bibliothèque des Livres oubliés.

Le Jeu de l'Ange est également passionnant et tu y retrouveras la même atmosphère.

J'ai vraiment adoré veneration yesyes Quelle imagination et quel univers ! Une fois entamé je n'ai pas quitté ce livre...Heureusement que c'était les vacances cheers

_________________
Plus on partage, plus on possède !

InvitéN
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par thrasybule le Jeu 16 Sep 2010 - 20:05

Fini depuis plusieurs jours le Houellebecq: intellectellement interessant, mais d'un point de vue romanesque, j'ai pas accroché: je trouvais que dans d'autres les deux aspects étaieny mieux articulés...là je me replonge dans Alison Lurie que j'adore

thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par thrasybule le Jeu 16 Sep 2010 - 20:07

*angie* a écrit:
@Hermione0908 a écrit:J'ai lu pendant les vacances L'Ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafon. c'est pas une nouveauté, j'en avais entendu parler un certain nombre de fois, et je n'ai pas été déçue du voyage ! J'ai A-DO-RE ! C'est bien, simple, je n'ai pas pu le lâcher, je l'ai dévoré. l'ambiance est particulièrement prenante et les personnages sont attachants, on vit et on aime et on souffre avec eux. Je ne suis pas très douée pour parler de mes lectures, car je fonctionne beaucoup à l'affect, mais pour celles et ceux qui ne l'auraient pas encore lu, je ne saurais que trop vous le conseiller (D'ailleurs, je le conseille à tout le monde en ce moment Wink )

Mon roman coup de coeur 2005.
Je devais préparer les cartons de mon déménagement et je ne pouvais me défaire du livre tant je le trouvais passionnant. J'avais tellement hâte de le terminer.
Il m'est arrivé une année d'inventer un sujet de rédac sur la Bibliothèque des Livres oubliés.

Le Jeu de l'Ange est également passionnant et tu y retrouveras la même atmosphère.
El Juego del Angel: je veux le lire mais j'espère que je mettrai moins de temps pour le lire en espganol que la sombra del viento


thrasybule
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par InvitéN le Jeu 16 Sep 2010 - 20:10

Quand j'aurai le temps le dernier Virginie Despentes Apocalypse Bébé que je suis de près depuis King Kong Théorie !

_________________
Plus on partage, plus on possède !

InvitéN
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Passerose le Ven 17 Sep 2010 - 20:00

Je suis en train de lire un Van Gulik sur la Chine ancienne, Assassins et poètes. Je n'ai pas réussi à trouver dans quel ordre il fallait les lire : la liste donnée en exergue n'est pas chronologique. Peut-être les n°s des volumes dans la collection ?

_________________
Si tes paroles ne valent pas mieux que le silence, alors mieux vaut le silence.
(Kwai Chang Caine)

Passerose
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Reine Margot le Dim 19 Sep 2010 - 18:07

je suis, après le gai savoir, dans un roman de jennifer Conelly, "l'ange de whitechapel", un truc assez fleur bleue et romanesque mais qui se lit bien et avec plaisir, c'est l'histoire d'India Selwyn Jones, une jeune aristocrate ayant quitté sa famille en 1900 pour être médecin dans le quartier pauvre de Whiptechapel, où Jack L'éventreur officiait une douzaine d'années auparavant. Elle fait face à la misère mais surtout rencontre Sid malone, un chef de gang...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Leil le Mar 21 Sep 2010 - 10:22



Professeur dans une université du Connecticut, Jack Griffin est invité au cap Cod avec sa femme Joy, le temps d’un mariage. C’est l’occasion rêvée d’une escapade en amoureux. Mais le week-end, qui s’annonçait enchanteur, se révèle dévastateur. Il sonne le glas du couple, réveille les espoirs déçus, les conflits jamais résolus.

Joy regagne le Connecticut, tandis que Jack part pour Los Angeles. Un an plus tard, le mariage de leur propre fille scelle leurs retrouvailles. Elles sont d’autant plus mouvementées que, cette fois, Jack transporte non seulement les cendres de son père qu’il trimballait depuis un an et demi dans le coffre de sa voiture mais aussi celles de sa mère, décédée six mois plus tôt, et dont l’esprit sarcastique ne le lâche pas une seconde.

Dans Les Sortilèges du cap Cod, Richard Russo déploie subtilement ses thèmes de prédilection, tels que la famille, la transmission ou encore le couple et ses compromis, avec un humour grinçant qui sait faire place à l’émotion pure.


_________________
http://www.bricabook.fr/

Leil
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Frisouille le Mar 21 Sep 2010 - 11:55

Relu (et fini cette nuit ) Tendre est la nuit de F.S Fitzgerald.

Lu une première fois à 15 ans, je n'y avais pas compris grand chose.
A 29 ans, la trajectoire du couple me touche plus.

Dans 10 ou 15 ans peut-être le comprendrai-je encore mieux...

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Adri le Mar 21 Sep 2010 - 15:31

ça se lit, mais j'ai été globalement déçue, j'ai trouvé ça un peu plat...

Adri
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par Abraxas le Mer 22 Sep 2010 - 14:57

Trouvé sur Bonnetdane cette apologie de Bélard et Loïse, de Jean Guerreschi - un livre fort bien écrit et même fascinant, pour des enseignants...

Note de lecture Jean Guerreschi

Dans le fatras de la rentrée, il est un roman dont on parle peu (j’ai dû lire une bonne critique, dans le Nouvel Obs ou dans Marianne — c’est à peu près tout), sinon pour en dire qu’il narre une histoire scandaleuse, et que l’on peine à trouver chez les libraires. Jean Guerreschi, dans Bélard et Loïse, raconte les amours violentes d’un vieux prof de fac et d’une jeune étudiante. Quasi vieillard, vraiment jeunette. Le genre de situation présumée scabreuse dont on sait pertinemment qu’elles arrivent tous les jours, mais dont il est paraît-il décent de ne rien dire, sinon en faisant les gros yeux — et le héros se fait d’ailleurs admonester sévèrement par son président d’université. Quoi ! Humbert Humbert et Lolita, le retour ?! Mais peu lui chaut : l’amour est aveugle et sourd.

Quant à savoir pourquoi un tel récit, qui aurait paru à l’étiage, si je puis dire, durant les swinging seventies, est aujourd’hui inconcevable, c’est une autre histoire. En pleine épidémie de jeunisme, quand la télévision confronte à fil d’antenne des imbéciles immatures, immaculés et bronzés, dans de quelconques îles de la tentation, le corps à corps heureux d’un épiderme qui a beaucoup vécu et d’une peau de pêche a sans doute quelque chose de scandaleux pour les hypocrites qui sévissent dans les étranges lucarnes. Et, subséquemment, sur la morale publique. Tout juste de quoi alimenter une émission de Jean-Luc Delarue, quand il sera revenu du purgatoire auquel la même hypocrisie le condamne aujourd’hui. Parce qu’enfin, si l’on suspendait d’antenne — ou de politique, ou… — tous les camés plus ou moins notoires, on en reviendrait à l’âge de pierre — quand on se contentait de lire au coin du feu.

Lire donc, par exemple, Bélard et Loïse…

Mauvais titre. Bien sûr, Héloïse et Abélard. Mais le bandeau rouge apposé par Gallimard dit bien mieux les choses : « Eloge de la foudre » ! C’est cela, le vrai titre.

Du coup, que l’un ait un peu plus de soixante ans, et l’autre pas tout à fait vingt devient très secondaire : Eros est aveugle et tire au petit bonheur, au petit malheur. D’autant que Bélard n’est peut-être pas, dans les faits, si âgé que cela : « Son charme était celui de l’enfant, étonné toujours d’être aimé pour ce qu’il sait bien qu’il n’est pas, et malgré les méchancetés qu’il se connaît. » Allez savoir pourquoi une telle phrase me parle.



Sombre histoire, d’ailleurs, que cette liaison tout à fait fatale — c’est le seul reproche réel que je ferais à l’auteur : il leur concocte une fin d’apocalypse, victime, pour l’une, des circonstances du 11 septembre 2001, pour l’autre d’une intempérie magistrale. On s’en fiche : quand ils disparaissent, cela faisait beau temps qu’ils étaient passés dans le mythe originel de leurs patronymes tronqués — légende oblige. Dans la vie réelle, on meurt moins facilement que dans les romans. On dure. On perdure. Heureusement. Malheureusement.



Encore un livre ostensiblement tissé de livres — et de textes. Très finement, Guerreschi combine à peu près tous les types d’écrits — récit omniscient, journal, mails, textos, messages codés et décodés, répertoire complet des modes d’écrire et de déchiffrer — fine suggestion de lire l’histoire autrement qu’elle ne se présente, autrement que la relation croustillante d’un pygmalionisme un peu plus poussé que d’habitude — ce à quoi se sont arrêtés les critiques. D’autant qu’il n’y a rien de Pygmalion dans Bélard, grand universitaire cloué par la flèche du dieu — et rien de Galatée dans Loïse, belle et grande enfant, heureuse en ménage, soudain rivée à cet être un peu bedonnant, qu’elle rêve de déplier, comme elle se rêve défaite, écartelée. Pour ne pas parler de Pièra, l’autre des deux autres, si je puis dire, plus jolie peut-être, plus chargée de ces seins dont, dans un livre précédent, Guerreschi s’était fait le chantre (1), plus intelligente sûrement — aimée aussi, mais différemment : aimer intelligemment est peut-être un oxymore, même si c’est parfois une réalité.



« Le bruit courait toutefois que certains, certaines — il courait plus souvent à propos de certains que de certaines —, n’hésitaient pas à puiser chaque année dans ce cheptel de poulains et de pouliches à l’âge maintenu constamment vert du fait du renouvellement par le bas et de la fuite des plus âgés par le haut. Les séminaires bruissaient des colportages de la vie tribale endogamique réelle ou supposée des maîtres de conférences et des professeurs. »

Le plus étrange, c’est qu’un tel roman fasse aujourd’hui scandale — au point qu’une œuvre constamment maîtrisée, souvent admirablement écrite, soit boycottée par des journalistes plus pressés de rendre compte des pauvretés nothombiennes ou houelbecquiennes. « Elle se donnait pourtant. Mais c’était à défaut de s’immoler. Hommes la prenaient. Mais nul, la prenant, n’avait su encore la retourner comme peau de lapin ni, une fois écorchée vive, la fendre de la base au sommet, et qu’elle se vît ouverte dans l’ahurissement de ses yeux. » Il y a souvent du Cohen chez Guerreschi — les mots du sexe en plus. On est très précis dans ce livre — autre difficulté pour la critique : doit-on la ranger dans la catégorie « érotique », dans le roman de mœurs, ou dans le témoignage indirect auquel il faudrait chercher des clefs ? Auquel cas nous serions dans le même embarras qu’en 1782, quand a paru le roman de Laclos, tant les modèles abondent. Dans l’université, il s’en passe peut-être moins que ce que l’on raconte, mais sans doute davantage que ce que l’on en dit.

Et alors ? David Lodge a bâti sa fortune littéraire sur les histoires de fesses d’universitaires quinquagénaires encombrés d’étudiantes et de collègues complaisantes. Sans doute est-il normal d’être séduit par des gens que l’on admire — ou séduit par des intelligences encore jeunes, pas encore matoises. Après, bien sûr, peut survenir le corps à corps, sans que pour autant s’abolisse la politesse, ni la distance. « Même après qu’ils se furent touchés, léchés, compénétrés, le vouvoiement était encore là, entre eux, à des moments inattendus. Alors que plus rien ou presque de leur intimité corporelle ne demeurait caché ni interdit aux fantaisies invasives de l’autre, quelque chose encore résistait dans le langage. Ils en souriaient sans bien comprendre. Pourquoi cette feuille de cigarette de politesse glissée entre elle et lui ? Et, quand un « vous » leur échappait, pourquoi avec un tel bonheur ? »

Ma foi, je me souviens d’une vieille, très vieille chanson de Catherine Leforestier — la sœur de l’autre : « Les mots d’amour, quand on quitte le vous / N’ont plus rien dans la tête… » Le « tu » prétend ne plus rien cacher — le « vous » donne incessamment l’espoir qu’il reste des îles à découvrir.



Bref, un très beau livre, constamment « tenu », d’une plume parfois presque précieuse — ce qui me rend le livre délicat, et rare. Non que j’y voie un plaidoyer pour les amours pédagogiques — Guerreschi dit fort bien qu’il ne s’agit plus, très vite, d’un prof de fac et d’une étudiante, mais de deux êtres abîmés dans une passion commune, deux improbabilités qui se sont rencontrées — puis séparées au gré d’une improbabilité encore plus grande : ni morale, ni déterminisme. Les choses se passent — puis trépassent. Les livres se lisent — et durent, dans la mémoire. Celui-là, au moins.

(1) Seins, Gallimard, 2006. Voir http://www.lmda.net/din/tit_lmda.php?Id=52822

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Nos dernières lectures (tome 4)

Message par JPhMM le Sam 25 Sep 2010 - 21:57



En un mot : Indispensable.

Extrait :
"Ce que Galilée se propose en effet ce n'est pas de vulgariser la science, c'est-à-dire d'en abaisser le niveau et d'en compromettre la rigueur rationnelle, mais c'est de diffuser la science en donnant à ses arguments "une clarté perceptible à un grand nombre là où, jusqu'ici, leur présentation en rendait la compréhension très difficile". Clarté ne signifie pas, pour lui, manque de précision et de cohérence : ce mot signifie, au contraire, précision des concepts, détermination des rapports et, par conséquent, véritable compréhension. En d'autres termes, rigueur et obscurité n'ont pour Galilée aucune équivalence. La pensée obscure ne peut être vraiment scientifique ; le savoir rigoureux est, par sa rigueur même, tellement clair que chacun peut aisément en suivre tous les raisonnements et tours les principes les plus profonds."
(Page 96)

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 40 1, 2, 3 ... 20 ... 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum