Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
ysabel
Devin

Re: les registres, on continue ?

par ysabel le Dim 18 Sep 2011 - 10:39
@Carabas a écrit:
@lebrudu84 a écrit:Je n'arrive même pas à concevoir ce qu'est un "registre dramatique" 😕 Qu'est ce que le manuel ou le prof ont bien voulu dire??? Suspect
Dramatique : "qui finit mal?" ; "théâtral"?
Ben oui, c'est bien le problème.

C'est comme didactique et polémique : vous les rangez dans les registres, vous?

absolument pas, je m'y refuse totalement.
avatar
ysabel
Devin

Re: les registres, on continue ?

par ysabel le Dim 18 Sep 2011 - 10:41
@totoro a écrit:
@lebrudu84 a écrit:Je n'arrive même pas à concevoir ce qu'est un "registre dramatique" 😕 Qu'est ce que le manuel ou le prof ont bien voulu dire??? Suspect
Dramatique : "qui finit mal?" ; "théâtral"?

Ma tutrice le faisait en tant que registre: repérable grâce à la multiplication des verbes d'action...

le dramatique est un genre littéraire pas un registre Suspect et après on s'étonne que les gamins ne comprennent rien... à vouloir faire du technicisme sur la littérature on a obtenu une usine à gaz complètement folle.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
lebrudu84
Niveau 9

Re: les registres, on continue ?

par lebrudu84 le Dim 18 Sep 2011 - 10:41
@totoro a écrit:
@lebrudu84 a écrit:Je n'arrive même pas à concevoir ce qu'est un "registre dramatique" 😕 Qu'est ce que le manuel ou le prof ont bien voulu dire??? Suspect
Dramatique : "qui finit mal?" ; "théâtral"?

Ma tutrice le faisait en tant que registre: repérable grâce à la multiplication des verbes d'action...

Moi, je faisais relever les verbes d'action aux 6ème et aux 5ème pour trouver le discours narratif en opposition au discours descriptif : je "dramatisais" sans le savoir? Laughing Laughing Laughing

_________________
cheers Bravo, tu as saisi la différence entre l'auxiliaire "être" et l'auxiliaire "avoir"! veneration
avatar
ysabel
Devin

Re: les registres, on continue ?

par ysabel le Dim 18 Sep 2011 - 10:42
@Thalia de G a écrit:Et pour être un peu plus complet, un extrait d'Antigone d'Anouilh

LE CHOEUR.

Et voilà. Maintenant le ressort est bandé. Cela n’a plus qu’à se dérouler tout seul. C’est cela qui est commode dans la tragédie. On donne le petit coup de pouce pour que cela démarre, rien, un regard pendant une seconde à une fille qui passe et lève les bras dans la rue, une envie d’honneur un beau matin, au réveil, comme de quelque chose qui se mange, une question de trop qu’on se pose un soir... C’est tout. Après, on n’a plus qu’à laisser faire. On est tranquille. Cela roule tout seul. C’est minutieux, bien huilé depuis toujours. La mort, la trahison, le désespoir sont là, tout prêts, et les éclats, et les orages, et les silences, tous les silences : le silence au commencement quand les deux amants sont nus l’un en face de l’autre pour la première fois, sans oser bouger tout de suite, dans la chambre sombre, le silence quand les cris de la foule éclatent autour du vainqueur – et on dirait un film dont le son s’est enrayé, toutes ces bouches ouvertes dont il ne sort rien, toute cette clameur qui n’est qu’une image, et le vainqueur, déjà vaincu, seul au milieu de son silence...

C’est propre, la tragédie. C’est reposant, c’est sûr... Dans le drame, avec ces traîtres, avec ces méchants acharnés, cette innocence persécutée, ces vengeurs, ces terre-neuve, ces lueurs d’espoir, cela devient épouvantable de mourir, comme un accident. On aurait peut-être pu se sauver, le bon jeune homme aurait peut-être pu arriver à temps avec les gendarmes. Dans la tragédie on est tranquille. D’abord, on est entre soi. On est tous innocents en somme ! Ce n’est pas parce qu’il y en a un qui tue et l’autre qui est tué. C’est une question de distribution. Et puis, surtout, c’est reposant, la tragédie, parce qu’on sait qu’il n’y a plus d’espoir, le sale espoir ; qu’on est pris, qu’on est enfin pris comme un rat, avec tout le ciel sur le dos, et qu’on n’a plus qu’à crier, – pas à gémir, non, pas se plaindre, – à gueuler à pleine voix ce qu’on avait à dire, qu’on n’avait jamais dit et qu’on ne savait peut-être même pas encore. Et pour rien : pour se le dire à soi, pour l’apprendre, soi. Dans le drame, on se débat parce qu’on espère en sortir. C’est ignoble, c’est utilitaire. Là, c’est gratuit. C’est pour les rois. Et il n’y a plus rien à tenter, enfin !

j'utilise souvent cet extrait pour définir la tragédie et le drame.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
ysabel
Devin

Re: les registres, on continue ?

par ysabel le Dim 18 Sep 2011 - 10:43
@lebrudu84 a écrit:
@totoro a écrit:
@lebrudu84 a écrit:Je n'arrive même pas à concevoir ce qu'est un "registre dramatique" 😕 Qu'est ce que le manuel ou le prof ont bien voulu dire??? Suspect
Dramatique : "qui finit mal?" ; "théâtral"?

Ma tutrice le faisait en tant que registre: repérable grâce à la multiplication des verbes d'action...

Moi, je faisais relever les verbes d'action aux 6ème et aux 5ème pour trouver le discours narratif en opposition au discours descriptif : je "dramatisais" sans le savoir? Laughing Laughing Laughing

lol! tu te prenais pour M. Jourdan ?

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
Carabas
Vénérable

Re: les registres, on continue ?

par Carabas le Dim 18 Sep 2011 - 11:25
@totoro a écrit:
@lebrudu84 a écrit:Je n'arrive même pas à concevoir ce qu'est un "registre dramatique" 😕 Qu'est ce que le manuel ou le prof ont bien voulu dire??? Suspect
Dramatique : "qui finit mal?" ; "théâtral"?

Ma tutrice le faisait en tant que registre: repérable grâce à la multiplication des verbes d'action...
Je parle de dimension, dans ce cas-là, et non de registre.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: les registres, on continue ?

par User5899 le Dim 18 Sep 2011 - 11:47
@ysabel a écrit:
@totoro a écrit:
@lebrudu84 a écrit:Je n'arrive même pas à concevoir ce qu'est un "registre dramatique" 😕 Qu'est ce que le manuel ou le prof ont bien voulu dire??? Suspect
Dramatique : "qui finit mal?" ; "théâtral"?

Ma tutrice le faisait en tant que registre: repérable grâce à la multiplication des verbes d'action...

le dramatique est un genre littéraire pas un registre Suspect et après on s'étonne que les gamins ne comprennent rien... à vouloir faire du technicisme sur la littérature on a obtenu une usine à gaz complètement folle.
On n'est pas des mamies qui étiquetons des pots de confitures dans la ve ! Marre de ces cours où l'essentiel consiste à ranger dans des tiroirs.
thrasybule
Prophète

Re: les registres, on continue ?

par thrasybule le Dim 18 Sep 2011 - 11:51
"Que dire à ces gens, qui, croyant posséder une clef, n'ont de cesse qu'ils aient disposé votre oeuvre en forme de serrure ?": pauvre Gracq, s'il était témoin de toutes ces conneries...




avatar
Hannibal
Habitué du forum

Re: les registres, on continue ?

par Hannibal le Dim 18 Sep 2011 - 13:09
Il y a des procédés de dramatisation, d'ailleurs fort divers, qui peuvent servir à un registre ou à un autre. Inutile de s'encombrer d'un registre dramatique.

Sinon les étiquettes ont de l'intérêt quand elles servent de point de départ et non de point d'arrivée.
L'intéressant, ce n'est certes pas que tel texte soit lyrique, c'est de savoir quel lyrisme spécifique il pratique.

Le lyrisme de Baudelaire n'est pas celui de V.Hugo, et on approche tout de même de l'essentiel quand entre dans les spécificités de chacun.









Dernière édition par Hannibal le Dim 18 Sep 2011 - 14:28, édité 1 fois
User5899
Dieu de l'Olympe

Re: les registres, on continue ?

par User5899 le Dim 18 Sep 2011 - 13:44
@thrasybule a écrit:"Que dire à ces gens, qui, croyant posséder une clef, n'ont de cesse qu'ils aient disposé votre oeuvre en forme de serrure ?": pauvre Gracq, s'il était témoin de toutes ces conneries...




Vous êtes en forme aujourd'hui Laughing Excellent, encore une fois. Oui, pauvre Gracq !
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: les registres, on continue ?

par NLM76 le Ven 23 Sep 2011 - 23:22
Eh ben dis donc, être professeur de lettres n'empêche pas d'être sot ! Bande d'horribles sorbonagres !
A part ça, vous avez lu Zola ? Vous savez pourquoi il réussit à me faire pleurer devant Miette et Silvère?

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
Lo
Enchanteur

Re: les registres, on continue ?

par Lo le Mar 25 Oct 2011 - 17:15
Bon, je fais remonter, encore...
Voilà ce que j'ai: comique, burlesque, héroïcomique, élégiaque, lyrique, pathétique, tragique, satirique, épique.

Une collègue parle de registre fantastique/merveilleux mais ça je dis non.

Je doute pour épidictique/polémique/didactique. Et l'ironie, est-ce un registre pour vous?
avatar
Serge
Médiateur

Re: les registres, on continue ?

par Serge le Mar 25 Oct 2011 - 17:25
@Carabas a écrit:
@nuages a écrit:
@Carabas a écrit:
Dramatique, c'est vraiment un registre?

mais non, pas du tout, c'était pour montrer comme les notions sont confuses chez les élèves!
C'est ce que je me suis dit en voyant les guillemets.
Mais je répète, j'ai vu ça dans des manuels et dans des fiches, et même dans le cours d'un prof. humhum

Je confirme avoir lu "tonalité dramatique" dans plusieurs manuels aussi. :shock:

Mais j'yai aussi lu ... le registre fantastique, merveilleux, ironique ...

Tant mieux cette notion de registre se trouve allégée ou éclaircie finalement.

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI
avatar
Lo
Enchanteur

Re: les registres, on continue ?

par Lo le Mar 25 Oct 2011 - 17:39
Ai-je tort?
avatar
doctor who
Vénérable

Re: les registres, on continue ?

par doctor who le Mar 25 Oct 2011 - 18:02
@Lo a écrit:Bon, je fais remonter, encore...
Voilà ce que j'ai: comique, burlesque, héroïcomique, élégiaque, lyrique, pathétique, tragique, satirique, épique.

Une collègue parle de registre fantastique/merveilleux mais ça je dis non.

Je doute pour épidictique/polémique/didactique. Et l'ironie, est-ce un registre pour vous?

"Epidictique" qualifie un genre de discours, et n'est pas lié à une émotion particulière de l'auditeur ou du lecteur.
"Polémique " qualifie le contenu d'un texte ou d'un discours (une controverse, une dispute). S'il peut s'agir d'un ton particulier (en rapport avec le ton de la voix qui parle), il n'envisage pas une quelconque réaction de l'auditeur.
Un texte "didactique "qualifie encore une fois le contenu, et s'adresse à la raison et non à la sensibilité : pas un registre, donc.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com
avatar
Lo
Enchanteur

Re: les registres, on continue ?

par Lo le Mar 25 Oct 2011 - 18:39
Donc mon intuition était la bonne...
Pour ironique en revanche ça marche alors!
avatar
Lo
Enchanteur

Re: les registres, on continue ?

par Lo le Mar 25 Oct 2011 - 19:10
Je trouve dans tous les manuels "registre polémique", "registre épidictique"...
Ça m'éneeerve... Bon, au moins ils ont des trucs à dire sur le texte... mais moi je ne sais pas ce que je DOIS leur apprendre. Y a-t-il une bible à lire?
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: les registres, on continue ?

par Thalia de G le Mar 25 Oct 2011 - 19:23
Une citation
Les registres. Une lecture attentive du programme 2001 (seconde et
première) permettrait peut-être d’en recenser six : le comique, le tragique, le polémique,
l’épique, le lyrique, l’élégiaque. La recension dans les manuels situerait le nombre du côté
de la douzaine. Tout y devient registre, l’ironie et le réalisme, l’élégiaque – qui en est
bien un - et l’épidictique, le polémique et l’oratoire. Le champ d’extension des registres
s’avère quasi infini. L’examen de cette même notion sur quelques sites internet signalés
par un moteur de recherche à l’entrée «registres littéraires » fait osciller le nombre entre
13 et … 33 : à côté des « registres » communs à tous, on trouve entre autres et par ordre
alphabétique l’absurde, le badinage, la diatribe, la dérision, la fantaisie verbale, la
réfutation et le sublime. En l’absence de recherche universitaire qui fasse le point, il faut
admettre que ce terme, fort commode, synonyme grosse modo de tonalités, n’est jamais
défini selon des critères convaincants : est- il même défini, aut rement que par cet énoncé
emprunté aux documents d’accompagnement : les registres seraient ces «attitudes qui
correspondent à des façons fondamentales de ressentir »). Les enseignants sont perplexes,
désorientés et cherchent vainement une référence.
Sur le plan de la simplification didactique, quels sont les « registres » les plus
opératoires, les plus pragmatiquement utiles ? Il est très difficile, reconnaissons- le, de
cerner la notion de «registre ». Tout registre – nous semble-t- il - est lié à l’effet à
produire et se situe au croisement d’un genre premier privilégié, de thèmes qui lui sont
propres, souvent même de topoi, de procédés singuliers récurrents. Quatre critères
articulés donc : un effet visé, un genre «premier », des thèmes singuliers, des procédés
spécifiques. Le registre est atemporel : il parcourt la littérature et l’art universels et ne
saurait donc se confondre avec un mouvement. Le réalisme n’est pas un registre, comme
on le voit trop souvent dans les cahiers de textes, pas davantage le symbolisme. Le
comique en revanche constitue bel et bien un registre : l’effet à produire est explicite, les
thèmes (situations / fonction du langage) apparaissent aisés à recenser, les procédés bien
connus, le genre premier (la comédie) où il s’incarne s’avère facile à définir en seconde.
Le tragique, l’épique obéissent sans difficulté à ces critères de classification, ainsi que le
fantastique, le pathétique, le lyrique et l’élégiaque. Avons-nous besoin en classe de plus
de sept registres, pléiade pertinente pour aider à définir les tonalités et les effets des textes
littéraires ? On pourrait y ajouter le burlesque (le contre épique). Cette liste sera, parionsle,
remise en cause ; du moins permet-elle de limiter la notion et les dégâts
, en
n’autorisant pas l’entrée de prétendus registres qui doivent tout à l’énonciation (l’ironie)
ou à l’histoire d’un genre (l’éloge, le pamphlet,) ou à un mouvement (le réalisme). On a lu
dans un cahier de textes qu’il y avait un « registre classique » dont on a attendu vainement
la définition. Et le programme ne clarifie pas les choses en évoquant à propos de
l’argumentation le registre « polémique ». Il est indispensable que l’institution – les corps
d’inspection, les responsables en Lettres de la formation initiale et continue, des serveurs
académiques – unissent leurs efforts pour faire de cette «perspective littéraire » un objet
aux contours et aux contenus mieux définis. L’apport des universitaires s’avérerait en ce
domaine, comme dans bien d’autres, très précieux.

Trouvée ici
http://www.neoprofs.org/t37638-les-nouveaux-programmes-lettres-en-lycee
p. 2

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
Soleil noir de mes mélancolies.
avatar
Lo
Enchanteur

Re: les registres, on continue ?

par Lo le Mar 25 Oct 2011 - 19:27
Merci! Mais donc polémique serait un registre? Aaaaargh
avatar
Lo
Enchanteur

Re: les registres, on continue ?

par Lo le Mar 25 Oct 2011 - 19:29
Et le fantastique aussi? pffff je suis désespérée...
avatar
Serge
Médiateur

Re: les registres, on continue ?

par Serge le Mar 25 Oct 2011 - 19:35
Ne t'inquiète pas, ce sera infimé par un autre lien, et quelqu'un trouvera peut-être ailleurs que "culinaire" est aussi un registre Wink

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI
avatar
Lo
Enchanteur

Re: les registres, on continue ?

par Lo le Mar 25 Oct 2011 - 19:36
Je comprends bien que l'essai de définition est vain, mais je ne veux pas dire de bêtises à mes élèves...
avatar
Serge
Médiateur

Re: les registres, on continue ?

par Serge le Mar 25 Oct 2011 - 20:02
Tu en diras forcément.

Depuis qu'un champ lexical est un réseau de mots, que le conditionnel devient un temps de l'indicatif, que l'épithète détachée devient une apposition, que les séquences "hors desquelles point de salut" ne sont plus obligatoires, peu importe ce que tu racontes de juste, on le déclarera faux quelque part ... et la plus belle ânerie qu'on pourrait sortir sera bien tôt ou tard auréolée de gloire.

Je plaisante, mais j'avoue que tout ce flou est fatigant. En tout cas, il n'y aura pas mort d'homme s'ils ignorent des choses sur lesquelles les éminences grises qui pondent les notions au programme n'arrivent pas à se mettre d'accord Wink


Dernière édition par Serge le Mer 26 Oct 2011 - 11:07, édité 1 fois

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI
avatar
Lo
Enchanteur

Re: les registres, on continue ?

par Lo le Mar 25 Oct 2011 - 20:04
Je sais bien...autant être exhaustif alors? Et mentionner polémique/ironique/épidictique? Je m'arrache les cheveux.
avatar
doctor who
Vénérable

Re: les registres, on continue ?

par doctor who le Mar 25 Oct 2011 - 20:34
Je définis à mes élèves l'ironie comme le fait de dire le contraire de ce que l'on veut faire comprendre. Pas d'effet, pas de registre.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: les registres, on continue ?

par NLM76 le Mar 25 Oct 2011 - 22:32
Vraiment, on est mieux sans ces f... registres. Pour ma part, j'avais compris que les registres référaient aux genres, et n'étaient pas directement liés à l'effet produit. "tragique" = ce qui est le propre de la tragédie, dans la tragédie ou ailleurs ; "épique" = ce qui est le propre de l'épopée, dans l'épopée ou ailleurs.
Si registre = effet, alors pourquoi ne pas dire "effet" ?!?

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
Contenu sponsorisé

Re: les registres, on continue ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum