Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Aurore
Esprit éclairé

Re: article:Repenser l'enseignement du français

par Aurore le Mer 8 Sep 2010 - 20:15
C'est tellement évident : on se dirige vers le progrès radieux que nous promettent nos "chers dirigeants" et ministres successifs de l'EN !!! lol!
avatar
Aurore
Esprit éclairé

Re: article:Repenser l'enseignement du français

par Aurore le Mer 8 Sep 2010 - 20:17
Et surtout, on "revalorise" la filière littéraire avec la meilleure conscience qui soit ! lol!
Notamment... en enlevant des heures de maths à la filière scientifique ! LOL
avatar
Y@nn
Niveau 10

Re: article:Repenser l'enseignement du français

par Y@nn le Mer 8 Sep 2010 - 20:57
@Aurore a écrit: les profs qui ne font plus de dictées et qui ne corrigent plus systématiquement les élèves lorsque ces derniers font des fautes d'orthographe (je dispose d'exemples concrets dans mon entourage le plus proche...), l'enseignement approfondi de la grammaire carrément sanctionné par certains inspecteurs

Tu penses sincèrement que les enseignants ne corrigent pas leurs élèves ? Si cela est vrai, "l'enseignement des lettres en France" est-il en danger ou ce sont les enseignants ? De façon empirique (moi aussi j'ai un entourage Very Happy), je ne connais personne qui ne fasse pas de dictées, personne qui ne fasse pas de grammaire. Et les inspecteurs ont pu dire ce qu'ils voulaient, mes collègues, moi-même, on a toujours fait de la grammaire !

Quant au "jargon techniciste abscons", "l'enseignement light et fourre-tout"... ça appellerait un long développement... Toute discipline a un jargon (ça me rappelle encore Picard vs Barthes). Le fait est qu'il faut en limiter au collège l'emploi autant que faire se peut. L'enseignement light et fourre-tout ? Qu'est-ce que c'est exactement ? Un enseignement appauvri censé touché le plus grand nombre ? Un odieux mixte de classiques et de littérature de jeunesse ? Dis-moi !
avatar
Aurore
Esprit éclairé

Re: article:Repenser l'enseignement du français

par Aurore le Mer 8 Sep 2010 - 21:37
"Tu penses sincèrement que les enseignants ne corrigent pas leurs élèves ?"
Moins qu'avant, et pas dans toutes les matières.
Maintenant un élève peut rendre une dissert' d'histoire-géo avec 40 fautes, il n'est pas pénalisé selon les instructions officielles (notamment au bac !). Ça paraît complètement ubuesque mais c'est ainsi !
L'enseignement de l'orthographe et de la grammaire n'est plus aussi systématique qu'il y a 30 ans (notamment du fait de la chute du nombre d'heures, même avec la meilleure volonté du monde tu ne peux pas tenir le cap avec une telle saignée). De plus, les objectifs et programmes de français du primaire ont été considérablement dilués dans les programmes, depuis ceux de 1989, en passant par ceux de 1995 et de 2002. Ce qui a fait que de plus en plus d'élèves arrivent au collège sans avoir le niveau. Et après on nous dit de "gérer l'hétérogénéité". Douce blague !

"Si cela est vrai, "l'enseignement des lettres en France" est-il en danger ou ce sont les enseignants ? De façon empirique (moi aussi j'ai un entourage Very Happy), je ne connais personne qui ne fasse pas de dictées, personne qui ne fasse pas de grammaire. Et les inspecteurs ont pu dire ce qu'ils voulaient, mes collègues, moi-même, on a toujours fait de la grammaire !"
Moi, je me tiens aux faits. Ma petite sœur, rentrant en 3e, est la première de sa classe, notamment en français. Ce qui ne l'empêche pas de faire en moyenne une faute tous les deux mots (!!!) lorsqu'elle m'écrit. Trouves-tu cela normal ? Une telle chose eût été impensable il y a une quinzaine d'années seulement, du temps où j'étais scolarisée.


"Quant au "jargon techniciste abscons", "l'enseignement light et fourre-tout"... ça appellerait un long développement... Toute discipline a un jargon (ça me rappelle encore Picard vs Barthes). Le fait est qu'il faut en limiter au collège l'emploi autant que faire se peut".
Oui, mais le fait est que ce n'est tout de même pas la première des priorités d'aborder ces contenus apparentés à de la linguistique au lycée, alors que la culture (littéraire et plus largement générale) des élèves est globalement embryonnaire !

"L'enseignement light et fourre-tout ? Qu'est-ce que c'est exactement ? Un enseignement appauvri censé touché le plus grand nombre ?"
Oui, puisque selon les politiques et les médias il faut "démocratiser" le lycée (puisqu'on a institué un "droit à la réussite" totalement fictif et démagogique).

"Un odieux mixte de classiques et de littérature de jeunesse ? Dis-moi !
Il arrive que certains professeurs et inspecteurs voient d'un mauvais œil l'enseignement des classiques au collège : c'est "bourgeois" et "élitiste".
avatar
Aurore
Esprit éclairé

Re: article:Repenser l'enseignement du français

par Aurore le Mer 8 Sep 2010 - 21:58
A ceux qui sont choqués par la citation d'Israël : en France, on ferait mieux de regarder de plus près le système des oulpans ayant permis, grâce à des cours très intensifs de langue, d'intégrer efficacement et en quelques mois seulement des centaines de milliers d'immigrants venus s'ajouter par vagues successives à une population de 6 millions d'habitants seulement - notamment lors des vagues massives d'immigrants en provenance d'ex-URSS au début des années 1990.
La morale de l'histoire : c'est bien la maîtrise de la langue et elle seule qui permet l'intégration et "l'acquisition de la citoyenneté", contrairement aux cours d'ECJS et autres "débats" ou admonestations moralisantes...
Contenu sponsorisé

Re: article:Repenser l'enseignement du français

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum