à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Reine Margot le Mar 7 Oct 2008 - 18:16

il semblerait que cette loi ait été votée, qui supposerait qu'un fonctionnaire sans poste se voie proposer une autre place dans une autre administration, et qu'en cas de deux refus sucessifs soit mis en disponibilité d'office (sans solde). je vois que certains collègues, notamment dans les disciplines qui ne feront pas partie du fameux "tronc commun", commencent à paniquer et se voient déja licenciés.
que risquons-nous vraiment?

les tzr sont-ils autant, plus, moins menacés que les autres? et si on est agrégé (je l'aurai, je l'aurai!) ça change qqch?
bref si les syndicalistes au courant du secret des dieux pouvaient faire un tour ici et nous en dire plus...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Daphné le Mar 7 Oct 2008 - 18:39

Non nous ne sommes pas menacés, et les TZR sont TITULAIRES de leur poste, celui-ci n'étant pas en établissement mais c'est une ZR.
C'est pour les fonctionnaires territoriaux à qui on fait des propositions et qui pouvaient refuser : nous, on nous envoie à Créteil point barre !

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Reine Margot le Mar 7 Oct 2008 - 18:56

oui, je posais cette question par rapport à un collègue sur un autre site qui a un poste fixe en physique en lycée et qui est en dépression: il ne cesse de dire que bientôt il va se faire virer et bien que je ne pense pas que le danger soit aussi imminent, je ne vois pas quoi lui dire.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Pierre_au_carré le Mar 7 Oct 2008 - 18:57

@Daphné a écrit:Non nous ne sommes pas menacés, et les TZR sont TITULAIRES de leur poste, celui-ci n'étant pas en établissement mais c'est une ZR.
C'est pour les fonctionnaires territoriaux à qui on fait des propositions et qui pouvaient refuser : nous, on nous envoie à Créteil point barre !

C'est ce qui me semblait et que j'avais écrit dans un message...
S'ils baissent les recrutements, déjà, ils ne vont pas licencier les personnels, car ils savent très bien que c'est limite...

Et entreprises type France Telecom en partie privatisée...

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Pierre_au_carré le Mar 7 Oct 2008 - 19:01

marquisedemerteuil a écrit:oui, je posais cette question par rapport à un collègue sur un autre site qui a un poste fixe en physique en lycée et qui est en dépression: il ne cesse de dire que bientôt il va se faire virer et bien que je ne pense pas que le danger soit aussi imminent, je ne vois pas quoi lui dire.

Pff... Après réflexion sur les maths pas dans le tronc commun :
les horaires de maths ont été baissés par soucis de "démocratisation de l'enseignement" (c'est bien trop dur les maths...) et là ce sera l'occasion pour ceux qui veulent faire des études scientifiques d'en faire plus qu'actuellement et d'avoir un bon niveau...

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Reine Margot le Mar 7 Oct 2008 - 19:06

mais même si ça devient une option pour les "meilleurs élèves' les "plus motivés" , ça va quand même supprimer pas mal de postes...et en plus en tant que prof de latin je vois comment les "bons" élèves travaillent en option facultative: par-dessus la jambe et tu as intérêt à ce que ça soit ludique et pas trop dur sinon comme ils regrettent d'avoir pris un truc qui demande de bosser...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par neo le Mar 7 Oct 2008 - 19:08

La loi sur la mobilité dans la fonction publique, votée en été, concerne tous les fonctionnaires titulaires de leur poste , y compris la Fonction Publique d'Etat. La loi prévoit que si l'administration ne trouve pas de poste correspondant à notre fonction, nous pouvons être affectés dans un autre service; si on refuse et qu'il n'y a toujours pas de poste au bout de 2 ans, c'est une mise en disponibilité d'office (pas de licenciement au sens propre, mais une mise en dispo, çàd plus aucun salaire).
Les 80.000 suppressions de postes à l'EN promises sur 5 ans et la réforme des lycées risque de faire des victimes dans certaines matières et académies...

neo
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Pseudo le Mar 7 Oct 2008 - 19:10

A votre place, je ne serais pas si optimiste. Certaines disciplines ont déjà connu des "reconversions" forcées : allemand, profs de matières techniques. Il sera plus simple de se débarasser d'un enseignant qui traine des pieds pour changer de discipline (surtout que le nombre de postes décroît dans toutes les disciplines) plutôt que de s'user la santé à le reconvertir. Quand à recaser les profs dans d'autres administrations, sortez la boite à rire : on ne les attend nulle part.

Pseudo
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Ruthven le Mar 7 Oct 2008 - 20:35

@Pseudo a écrit:A votre place, je ne serais pas si optimiste. Certaines disciplines ont déjà connu des "reconversions" forcées : allemand, profs de matières techniques.

Même analyse. Pas trop de danger pour les grosses disciplines, toutefois des MCS pour répartir la masse, mais les petites disciplines (langues plus ou moins exotiques comme l'allemand, la philo, les disciplines technologiques, et peut-être la physique et les SVT) ne vont pas y échapper.

Quant à supprimer les maths du tronc commun, cela fait quand même partie de la culture fondamentale d'un homme du XXIème siècle; sans mathématique, beaucoup d'études supérieures deviennent impossibles (au moins sous la forme minimale de statistiques en sciences humaines). Un cursus sans maths obligatoires, c'est comme un cursus sans français; c'est la discipline de la rigueur par excellence, nécessaire à tout élève (ou alors on met au choix du thème latin obligatoire). On peut se réjouir de la hausse du niveau que cela entraînerait, mais cela ne concernerait qu'une toute petite fraction des élèves, celle qui déjà en TS prend l'option maths (une minorité par rapport à l'option SVT d'abord, et à la Physique ensuite). Ce n'est pas la vocation du lycée, me semble-t-il, de faire des spécialistes, mais il s'agit plutôt de leur donner un maximum d'instruments pour qu'ils puissent faire les études qu'ils désirent (et des fois, ces instruments, ce n'est pas drôle d'apprendre à les manier). Chaque fois que j'ai des TS, je suis toujours frappé par leur absence de goût pour les mathématiques (il y a très peu de passionnés qui y trouvent une forme d'exaltation intellectuelle), pourtant il faut bien qu'ils en fassent!
La ruine de la TL n'est pas venue de la philosophie comme le pensent pas mal de monde mais de son ultraspécialisation avec la suppression des maths (merci Allègre, encore une idée géniale de ce savant que nous aurions dû exporter depuis longtemps); le retour de l'option math en Terminale ne s'est fait que sous la pression et n'a jamais réussi à reconquérir les élèves (parce qu'il fallait sacrifier alors une autre option). Un horaire de 2h30/3h de maths par semaine aurait limité les dégâts, avec un programme adapté, stats, un peu de proba., un peu d'analyse simple et un peu de géométrie.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Pierre_au_carré le Mar 7 Oct 2008 - 20:46

@Ruthven a écrit:
@Pseudo a écrit:A votre place, je ne serais pas si optimiste. Certaines disciplines ont déjà connu des "reconversions" forcées : allemand, profs de matières techniques.

Même analyse. Pas trop de danger pour les grosses disciplines, toutefois des MCS pour répartir la masse, mais les petites disciplines (langues plus ou moins exotiques comme l'allemand, la philo, les disciplines technologiques, et peut-être la physique et les SVT) ne vont pas y échapper.

Quant à supprimer les maths du tronc commun, cela fait quand même partie de la culture fondamentale d'un homme du XXIème siècle; sans mathématique, beaucoup d'études supérieures deviennent impossibles (au moins sous la forme minimale de statistiques en sciences humaines). Un cursus sans maths obligatoires, c'est comme un cursus sans français; c'est la discipline de la rigueur par excellence, nécessaire à tout élève (ou alors on met au choix du thème latin obligatoire). On peut se réjouir de la hausse du niveau que cela entraînerait, mais cela ne concernerait qu'une toute petite fraction des élèves, celle qui déjà en TS prend l'option maths (une minorité par rapport à l'option SVT d'abord, et à la Physique ensuite). Ce n'est pas la vocation du lycée, me semble-t-il, de faire des spécialistes, mais il s'agit plutôt de leur donner un maximum d'instruments pour qu'ils puissent faire les études qu'ils désirent (et des fois, ces instruments, ce n'est pas drôle d'apprendre à les manier). Chaque fois que j'ai des TS, je suis toujours frappé par leur absence de goût pour les mathématiques (il y a très peu de passionnés qui y trouvent une forme d'exaltation intellectuelle), pourtant il faut bien qu'ils en fassent!
La ruine de la TL n'est pas venue de la philosophie comme le pensent pas mal de monde mais de son ultraspécialisation avec la suppression des maths (merci Allègre, encore une idée géniale de ce savant que nous aurions dû exporter depuis longtemps); le retour de l'option math en Terminale ne s'est fait que sous la pression et n'a jamais réussi à reconquérir les élèves (parce qu'il fallait sacrifier alors une autre option). Un horaire de 2h30/3h de maths par semaine aurait limité les dégâts, avec un programme adapté, stats, un peu de proba., un peu d'analyse simple et un peu de géométrie.

Mais c'est bien dit ça veneration Smile
Ce que je ne comprends pas c'est que même les L ont besoin de Maths, par ne pas trop se spécialiser : concours d'instits, catég. B et C toutes fonctions publiques, rudiments de statistiques pour des études type sciences-Po ou journalisme... Bref comme les matheux ont besoin de savoir écrire, s'exprimer et avoir une certaine culture.
Donc pourquoi ne pas les mettre dans les matières obligatoires avec modules différenciés comme le disait Gaudemar. (!)

Ils n'aiment pas les maths (des TS...) car il y a une accumulation de théorèmes sans la moindre perspective historique qui pourrait pimenter les choses ou découvertes fondatrices pour les sciences expérimentales, tout comme une oeuvre littéraire...

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Reine Margot le Jeu 9 Oct 2008 - 8:57

je ne comprends toujours pas la nécessité d'un réforme: les S faisaient de la philo et du français, les L des maths. à part supprimer des postes (ce qu'on savait déja), que vont en retirer les élèves, je n'arrive pas à comprendre comment darcos, gaudemar et co peuvent justifier cela d'un point de vue pédagogique.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par fafacroft le Jeu 9 Oct 2008 - 10:18

On se dirige de plus en plus vers un enseignement à la carte, je le crains... "Tu n'aime pas les maths? Et bien n'en fais pas! Ce n'est pas grave!"
Sauf que si, c'est grave... parce que souvent les élèves de lycée ne savent pas ce qu'ils feront après leur bac, et qu'ils vont se retrouver avec une multitude de portes fermées car ils n'auront pas étudié telle ou telle matière...
Pour en revenir à la mobilité des fonctionnaires... il faut voir ce que cela implique concrètement pour les enseignants. Perso je ne sais rien faire d'autre qu'enseigner, alors me retrouver à travailler dans un bureau, par exemple, risque d'être peu productif... à part faire les photocopies ou bosser au standard, je ne sais pas à quoi je pourrais servir! Ou alors, il faut former les gens... mais quand on a une vocation, par exemple enseigner, peut-on se remotiver pour apprendre un nouveau métier, qui de surcroit ne va pas forcemment nous intéresser?

fafacroft
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Ruthven le Jeu 9 Oct 2008 - 10:19

marquisedemerteuil a écrit:je ne comprends toujours pas la nécessité d'un réforme: les S faisaient de la philo et du français, les L des maths. à part supprimer des postes (ce qu'on savait déja), que vont en retirer les élèves, je n'arrive pas à comprendre comment darcos, gaudemar et co peuvent justifier cela d'un point de vue pédagogique.

Non justement les L ne faisaient presque plus de maths (un tout petit peu en première). L'alibi pédagogique est la disproportion entre les filières, la S absorbant la moitié des effectifs (ou plus, je n'ai pas les stats sous les yeux). Mais jamais n'est mis en avant le fait que la S attire les élèves parce que c'est une filière généraliste; il aurait simplement suffi de redonner un aspect généraliste à la L (notamment en réintroduisant des maths en Terminale). Quant à la S, filière d'élite, c'est un mythe qui a vécu; depuis deux ou trois ans, je vois des S dont le niveau est calamiteux et dont le sérieux traditionnel a disparu, et des L de très bonne tenue (en centre-ville il est vrai).
Le deuxième alibi vient des organisations lycéennes elles-mêmes et leur volonté de travailler autrement. Le lycée, ce n'est pas fun, on y bachote, il y a trop d'heures de cours, alors qu'il serait tellement mieux de s'exprimer dans des activités épanouissantes type TPE et recherche qui préparent vraiment à l'enseignement supérieur (quinzième degré); mais les voilà prises dans une position paradoxale, elles viennent de se rendre compte que pour qu'il y ait soutien, modules etc... il faudra prendre sur du temps de cours, et que finalement, c'est peut-être un peu risqué. En tout cas, si XD trouve un accord avec les lycéens (il commence d'ailleurs à jouer cette carte), on peut dire adieu à l'exigence disciplinaire, les horaires seront noyés dans des "activités".

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Pierre_au_carré le Jeu 9 Oct 2008 - 11:10

@Ruthven a écrit: Quant à la S, filière d'élite, c'est un mythe qui a vécu; depuis deux ou trois ans, je vois des S dont le niveau est calamiteux et dont le sérieux traditionnel a disparu, et des L de très bonne tenue (en centre-ville il est vrai).

Parce qu'il "faut" faire un Bac S.
Le neveu d'une connaissance a gagné une cure d'antidépresseurs...

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Maissa le Jeu 9 Oct 2008 - 17:40

"Pas trop de danger pour les grosses disciplines, toutefois des MCS pour répartir la masse, mais les petites disciplines (langues plus ou moins exotiques comme l'allemand, la philo, les disciplines technologiques, et peut-être la physique et les SVT) ne vont pas y échapper."

J'ignore ce que sont les MCS (compléments de service ?). Mais le français n'est pas épargné dans certaines académies (Créteil, Paris, par exemple).

Maissa
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Ruthven le Jeu 9 Oct 2008 - 17:46

MCS = mesure de carte scolaire

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: à propos de la loi sur la mobilité des fonctionnaires...

Message par Maissa le Jeu 9 Oct 2008 - 17:54

Merci Ruthven !!

Qu'est-ce vous me conseillez ? Je voulais demander Paris l'année prochaine mais je n'aurai qu'une centaine de points en intra (donc TZR). Est-ce la galère dans l'académie lorsqu'on y entre comme prof de lettres ?
Merci. Very Happy

Maissa
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum