se reconvertir dans la traduction

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: se reconvertir dans la traduction

Message par Pierre_au_carré le Mer 13 Oct 2010 - 23:15

@varia a écrit:Quel métier était inenvisageable pour elle car trop bouffeur d'énergie ? Prof ou journaliste (puisqu'elle est pigiste) ?
Et ton autre copine, elle écrivait quoi?
Pour revenir à la question du salaire, dans les fiches métiers de l'ONISEP (j'ai l'impression de redevenir lycéenne Laughing ) ils disent qu'un traducteur débute à env.1900 € (moi je veux bien débuter comme ça et même rester comme ça !)

Attention, souvent ils donnent des salaires bruts, donc il peut falloir multiplier par 0,8.

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: se reconvertir dans la traduction

Message par varia le Jeu 14 Oct 2010 - 1:02

OK... donc je veux bien la version x 0, 8... pour commencer ! Laughing
Sinon moi aussi je pense que c'est un boulot que j'ai d'autant plus de mal à supporter quand c'est à plein temps, je comprends tout à fait ton amie, heather... Bosser toute sa carrière à mi-temps, avec un complément à côté, pq pas, ça vaut la peine d'y réfléchir...
Par contre laisse tomber pour celle qui écrit, ce n'est pas la peine, je te remercie.

varia
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: se reconvertir dans la traduction

Message par John le Jeu 14 Oct 2010 - 1:20

Moi je veux bien savoir ce qu'écrit la collègue de Heather ! Very Happy

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: se reconvertir dans la traduction

Message par papillonbleu le Jeu 14 Oct 2010 - 16:18

Lu ce jour.


Les pauvres manquent d'interprètes

En Europe, la pénurie est particulièrement sévère dans les tribunaux

Le monde manque d'interprètes. L'Europe et ses vingt-trois langues officielles en particulier. " L'industrie des langues ", qui couvre à la fois la traduction, l'interprétation, le sous-titrage, le doublage... est en plein essor. Son chiffre d'affaires devrait augmenter d'au moins 10 % par an au cours des prochaines années, rappelle la Commission européenne, qui lance une campagne auprès des universités pour les encourager à multiplier les formations de traducteur " de qualité ".

Interprètes de conférence ou traducteurs aguerris aux questions économiques et financières, mais aussi tous ces " interprètes des pauvres " appelés à la rescousse dans les centres de santé ou dans les prétoires. Cette dernière demande devrait encore être renforcée par l'adoption, le 7 octobre, par le Conseil européen, d'une directive instaurant un " droit à l'interprétation " pour tous les citoyens européens dans les procédures pénales, de l'interrogatoire de police jusqu'à l'audience.

Risques de corruption

Loin, très loin du métier d'interprète de conférence, " l'interprétation sociale " - dans le jargon de la profession - est dédaignée, car peu reconnue et mal rémunérée. " Les citoyens européens ne sont pas égaux dans un pays autre que le leur. Et pour les citoyens des pays tiers, c'est encore pire ", témoignait Catherine Teule-Martin, ancienne directrice de l'Ecole supérieure d'interprétariat et de traduction, lors des Assises de l'interprétariat et de la traduction à Paris.

Le besoin est tel dans les tribunaux que " tout le monde peut s'improviser traducteur ", faute de cadre légal de la profession, assure la Compagnie des experts traducteurs et interprètes. Attirés par le bouche-à-oreille, " des gens qui n'ont aucune base linguistique font le siège des greffes ", dénonce ce regroupement de professionnels indépendants. Les Russes traduisent le russe, les Chinois le chinois, les Roumains, le roumain... : l'interprétariat est devenu " communautaire ", avec des risques de corruption et de perte de confidentialité " énormes ".

Sous les ors des palais de justice, le travail au noir est devenu la règle. On y rencontre même des sans-papiers. Il arrive que la femme de ménage portugaise soit appelée à la rescousse au tribunal de Bobigny. Ou qu'un policier se contente de la traduction de l'enfant qui accompagne ses parents venus porter plainte.

Indigente en France, l'interprétation judiciaire a fait son chemin en Allemagne, où il existe des traducteurs assermentés et formés aux questions juridiques. " Même si de grosses lacunes demeurent en droit de la famille et en droit du travail ", estime Catherine Driesen, vice-présidente d'Eulita (European Legal Interpreters and Translators Association).

Comme en France, un gros problème se pose outre-Rhin pour " les langues à faible diffusion ", telles les langues de l'Inde, le tagalog, parlé aux Philippines, le twi du Nigeria et bien d'autres.

Brigitte Perucca

© Le Monde




papillonbleu
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: se reconvertir dans la traduction

Message par Pierre_au_carré le Jeu 14 Oct 2010 - 16:44

myfarenier a écrit:Lu ce jour.

Les pauvres manquent d'interprètes


Tiens, j'ai vu le titre et je voulais mettre l'article, mais entre-temps je me suis dit que ça ne parlait surement pas de la même chose... cafe

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum