Etude d'un cas, le mien en fait...

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par cavecattum le Jeu 2 Déc 2010 - 18:30

Bonsoir tous,


C'est le coin "carrière" ici, c'est ici je pense que je peux poster la chose...

Je vous rends visite chaque semaine depuis que je me suis inscrite et je n’avais pas encore osé soumettre à cette communauté de futurs collègues ce qui me passe en ce moment par la tête, et s’y est installé comme une scie, plutôt lancinante. Je me lance. Ce post n’est pas évident à écrire, je déteste parler de moi et surtout, je ne souhaite blesser personne, croyez-le bien. Mais je suis persuadée que certains auront vécu cela et sauront me répondre. Si ce n’est pas le cas, je suppose qu’il s’agira en soi aussi d’une réponse. Excusez-moi d’avance, ce sera long, et sans doute pas bon…- fin des précautions oratoires-.

J’ai passé cette année l’agrégation externe (LM). Il s’agit à ce jour du seul concours que j’ai jamais tenté (une tuile familiale m’avait empêché de passer celui d’Ulm, et pas eu envie de « cuber ») . A l’annonce de cette réussite, une réaction étrangement atone. Rien. J’ai d’abord supposé que la tension n’était pas retombée, qu’il me faudrait peut-être du temps pour réaliser. Qu’avoir enchaîné une année de concours et un été à travailler dans une entreprise ( besoin d’argent…) n’était pas la meilleure façon de me ménager. Bref, nous sommes début décembre, et toujours rien, ou plus exactement, un sentiment plutôt désagréable, dont je peux retracer à peu près la généalogie.

Il y a d’abord le contexte général, le temps pourri, la radio que j’allume tous les jours et qui beugle « Professeurs stagiaire désespérés », « démission à L’EN taux record »… Cette espèce d’empathie neuve des journalistes pour la cause des enseignants me donne la nausée, car il y a encore un an, on nous donnait de la « grogne des profs »… Bref, les enseignants font pitié, après avoir agacé, lequel est le pire ?

Plus personnel, certaines réactions que j’ai recueillies dans mon entourage. Un ancien professeur de lycée qui a ma sœur en cours, lui demande de mes nouvelles, elle s’exécute. Sa réaction ? « Quel gâchis ». La mère d’une élève à qui je donne des cours particuliers me propose de m’augmenter de 3 euros de l’heure si j’accepte en plus des cours de faire la baby-sitter pour le petit frère de quatre ans ; bain, goûters... Cette proposition, émise comme si elle allait de soi, et déclinée sans méchanceté, m’a miné le moral. Pour qui passe-t-on donc ? De la valetaille bien servile ? D’autant que, quand on donne des cours particuliers, on en entend de belles de la part des parents, sur les enseignants…Un vieil ami , d’un ton quasi-dégoûté : « Mais l’agreg’, c’est pour faire prof, non ? » . C’est comme si je découvrais d’un coup tout le mépris que le gens peuvent avoir pour cette profession, et je ne suis pas certaine de pouvoir le porter…Ne pas le partager ne m’empêchera pas de le subir.

Voilà. Je suis en report de stage. J’ai l’impression de reculer … pour mieux tomber. Je commence une thèse avec le sentiment d’élever un enfant que je devrai abandonner dans trois ans. Je donne des cours à la fac : aucune illusion sur l’enseignement supérieur, c’est querelles de clochers entre labos pour savoir à qui iront les maigres subventions de l’état, et à qui fera passer son copain dans l’équipe…Bon, ça cherche et ça colloque, tout de même.

A ce stade du pâté, je ne sais pas trop à quelle conclusion aboutir, ni quelles questions vous poser…Vous y verrez peut-être des choses que je n’ ai pas vues, je me débrouille fort mal dans l’analyse de mes propres textes…N’hésitez pas à réagir, quoi qu’il en soit. Surtout si vous êtes déjà passés par là, pour un point ou un autre. Si vous n’êtes pas en phase, répondez aussi, pas de souci!

Bonne soirée à tous,
Cavecattum, qui ne sait toujours pas si elle doit être contente ou pas...

calimero


Dernière édition par cavecattum le Sam 9 Avr 2011 - 19:38, édité 2 fois

cavecattum
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par cannelle59 le Jeu 2 Déc 2010 - 19:08

et pourquoi ne pas essayer de dépasser tout ce que tu entends, les préjugés des uns et des autres, des "non-profs", les expériences des professeurs que tu connais et te lancer dans le grand, essayer pour te faire un avis, un vrai et ne rien regretter, confirmer ou pas tes impressions et ressentir (ou pas) ce que tu attendais à l'annonce de tes résultats au concours....
je veux dire, que risques-tu? un report de stage n'est pas éternel et tu seras fixée

_________________
On se demande parfois si la vie a un sens... et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie.

cannelle59
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Reine Margot le Jeu 2 Déc 2010 - 19:12

je serais toi je me dirigerais vers le supérieur, surtout si tu es bien classée.

Tu verras assez vite que la réalité du métier n'a rien à voir avec les connaissances qu'on demande pour l'agreg ou le capes. Une seule chose pour savoir si tu as fait le bon choix:

- aimes-tu les ados, devoir les éduquer, te battre pour pouvoir transmettre qqch? supporterais-tu de devoir faire la police toute l'année avec une classe pénible?

c'est le rapport affectif à l'ado qui aide à tenir dans ce métier, si tu n'aimes pas faire de l'affectif et de l'éducatif avec des ados, tes connaissances de l'agreg ne te seront d'aucune utilité.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par clemiecamie le Jeu 2 Déc 2010 - 19:21

Je pense que tu pourrais aller voir comment ça se passe dans un collège lamba, faire un stage. Je trouve que pour vulgariser un certain nombre de notion, il faut une réflexion intellectuelle très pointue. Je viens d'entendre parler d'une méthode d'enseignement de la grammaire qui repose sur la manipulation par les élèves (papier de couleurs, légo). Je trouve que c'est un métier très stimulant, enfin quand on peut l'exercer (dixit une TZR qui a travaillé 11 jours en 3 mois!)
En tout cas, je trouve ton questionnement normal, mais je pense qu'il faut se lancer pour voir si ça te plait ou pas.

clemiecamie
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Invité le Jeu 2 Déc 2010 - 19:29

Mais qu'est-ce que tu t'embêtes à faire une thèse!? prépare et réussis plutôt d'autres concours cat A+ -ou A mais dans d'autres ministères que l'EN...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Invité13 le Jeu 2 Déc 2010 - 19:34

Lorica a écrit:Mais qu'est-ce que tu t'embêtes à faire une thèse!? prépare et réussis plutôt d'autres concours cat A+ -ou A mais dans d'autres ministères que l'EN...

+1 !

Invité13
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Karine B. le Jeu 2 Déc 2010 - 19:36

@cavecattum a écrit:

Enfin, plus personnel encore – ça n’engage que moi, hein ! -, je découvre les subtilités de la profession, et je ne suis pas du tout sûre d’aimer ce que je découvre. Pour citer mon médecin : « Quand on ouvre un ventre, ça pue »…
La sœur d’une amie, professeur depuis peu, qui a passé 5 fois son capes – ne bondissez pas, ce n’est pas du mépris envers les certifiés, cela dramatise la chute de l’histoire- , fait passer l’allergie alimentaire de son fils (allergie au seul …kiwi , goûtez bien l’acidité de l’anecdote) pour handicap, ramasse le paquet de points associés pour obtenir un poste dans un très bon lycée de centre-ville, auquel les profs n’accèdent normalement qu’en fin de carrière. Mais Papounet copain d’escalade de l’IG…Tout ne se passe pas comme cela bien-sûr, je ne verse pas dans la théorie du complot, mais disons que le simple fait que ce soit possible me débecte. La façon dont doit selon moi se dérouler une carrière professionnelle ne devrait dépendre que de critères professionnels…Pas du nombre d’enfants ou du conjoint fonctionnaire. Et des billets d’humeurs satiriques à la Desproges me viennent spontanément quand je pense à cette histoire de points: « Comment réussir dans L’EN quand on est une vieille fille – ou un vieux garçon - stérile ? ».


avoir des pts handicap nécessite d'avoir convaincu par son dossier médical le médecin du rectorat assermenté, on a ensuite des points sur un voeu large et pas sur un lycée, alors qu'un agrégé aura des pts sur un voeu précis lycée et rien sur un voeu large

_________________
Le SNES, what else ?

Stagiaire à la rentrée 2015



Blog Maison Avant / Après Mise à jour en août 2013

Karine B.
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par cavecattum le Jeu 2 Déc 2010 - 19:46

Merci Cannelle. c'est juste, "les autres" occupent beaucoup de place dans mon déballage. J'ai du mal à ne pas bondir quand j'entends certains propos, le mépris ambiant , et me dire qu'ils me concernent aussi. Mais ma position est ambivalente: j'ai détesté, et a raison vraiment, certains de mes professeurs. Impression d'être passé du côté ennemi. Rapport bizarre à cela, dire "je suis professeur", je n'y arrive pas encore. Le report me permet encore le vague "étudiante". Du ressort de Sigmund tout cela...Ce que je risque? rien, bien-sûr. Je suis même curieuse de faire ce stage. Malheureusement, il ne s'agit pas d'un boulot d'été, j'ai vaguement peur de me faire happer ensuite par la bête. Combien d'entre vous expriment ici même leur lassitude!
Marquise: le supérieur, oui, bien-sûr. J'y pense en composant chaque page de mes recherches. Mais mon directeur de recherche, un bras fort long, ne peut rien me promettre. Les ados, je les aime...les moins ados possibles! c'est à dire, cet être à l'idéalisme sans fond, qui ne fonctionne qu'à l'affect...ben, il m'effraie un peu. Faut voir comment j'étais, moi! Je n'aimerai pas m'avoir en cours... Je les connais un peu, BAFA et tout le tutim, je donnais des cours d'équitation en colo. Là ça allait. Mais vous allez me dire, rien à voir...
Clemie: encore une fois, c'est vrai que je parle sans savoir. Faire un stage n'est pas une mauvaise idée du tout. a voir au rectorat.... Mais j'ai du mal à croire à l'exaltation pédagogique...désabusée d'avance.
Lorica, tu résumes en une phrase ce que je ne me dis que trop souvent...Ou serait-ce ironique de ta part? je préferais presque, car sinon cela veut dire que tu détestes ce que tu fais?

cavecattum
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Invité le Jeu 2 Déc 2010 - 19:59

non, ce n'est pas ironique.
Je suis dans le métier depuis 15 ans, et je me demande aujourd'hui ce que j'y fiche. Et si c'était à refaire, je ferais ce que je te conseille.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Marie Laetitia le Jeu 2 Déc 2010 - 20:01

Pas simple de te répondre. Surtout que les interrogations sont floues.
Bon. En vrac.

- est-ce si important que quelques crétins n'estiment pas notre métier? Ils peuvent être méprisants, et tout ce qu'ils veulent. Nous sommes nécessaires. Quand ils auront fini de cracher, ils verront bien qu'il manque des profs pour éduquer leurs chers bambins. Je réagis peut-être comme ça parce que pour survivre, je me suis fait une carapace, j'ignore ceux qui me méprisent, je ne les vois plus, ils n'existent plus.

- il y a une urgence, un, deux, dix, quinze gamins qui dans sa chaque classe vont s'en sortir parce qu'ils auront eu des profs, exigeants, humains et attentifs. Et ça, ça mérite encore de s'y coller. Même s'ils ne connaissent pas les règles sociales, même s'ils ont une culture extrêmement pauvre (ah non pardon ils connaissent Secret Story Lool ). Que ta camarade soit choquée, je la comprends entièrement, le choc est rude, surtout quand on débarque d'années d'université, de prépa, de l'agrég ou du CAPES, bref d'années théoriques centrées sur le savoir en compagnie d'adultes à peu près civilisés. Même en venant d'un milieu pauvre comme le mien, ça m'a choqué. Ce n'est pas nécessairement du mépris. Il y a la première confrontation avec des mômes par définition immatures, qui testent les limites, qui profitent de la moindre faille, oui c'est usant. Il y a dans ses propos de l'impuissance, du découragement. L'indigence de ces copies de 6e ou de 5e, ça peut faire un choc quand, je le répète, on sort d'années dans le sup quand on n'a pas fait énormément de soutien scolaire avant.

- pour les mutations par points, même s'il y a des abus, le système est nécessaire. Sans rapprochement de conjoints, je risquais de rester des années dans l'académie de Versailles quand mon mari a une maison en province et un profond désir de quitter Paris. Vivre séparés, ouais, bof. Comment faire dans ce cas quand on veut des enfants? J'en accouche et je les confie à l'année à mon mari en attendant d'avoir un assez bon dossier au mérite pour espérer voir mes enfants au quotidien quand ils auront 15 ans? En d'autre termes, si j'étais restée célibataire, l'académie de Versailles ou celle d'Alsace, quelle importance? La donne change quand on vit avec quelqu'un. Me semble-t-il.

- pourquoi fais-tu une thèse? Par amour de la recherche? Par désir d'enseigner ta matière dans le sup, à des étudiants? Alors oui, fais-une thèse. Sinon, effectivement, songe à autre chose. Même si la vocation, moi, je ne sais pas ce que cela veut dire. Il a fallu un paquet d'années (et encore dans de bonnes conditions, un monitorat à l'université et deux trois années d'ATER) pour que je commence à aimer, à partir du moment où j'ai su que "mes" étudiants m'appréciaient.

Après je ne sais pas si je suis capable de te comprendre, chacun a son parcours. Moi, j'ai tellement voulu faire ce métier pour être autonome financièrement (mon graal depuis que je suis gamine, mais c'est lié à mon milieu familial) et blablabla donner ce que j'avais reçu.



_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par cavecattum le Jeu 2 Déc 2010 - 20:04

[/quote]

avoir des pts handicap nécessite d'avoir convaincu par son dossier médical le médecin du rectorat assermenté, on a ensuite des points sur un voeu large et pas sur un lycée, alors qu'un agrégé aura des pts sur un voeu précis lycée et rien sur un voeu large[/quote]

Mais c'est pourtant vrai... La manipulation a bien eu lieu. Après, je le reconnais, ce n'est pas d'une très grande élégance démonstrative d'utiliser ainsi l'exemple d'une mesquinerie. Chacun son truc. Non, ce que je voulais dire: ça truque, ça bidouille, ça "triche" un peu parfois, quoi. J'en apprendrai d'autre quand j'y serai, c'est sûr. Et ça: :colere: Il faut dire que je suis une furie de la rectitude, un truc un peu désuet...Mais c'est un problème qui dépasse largement le métier d'enseignant.

D'accord, Lorica. Mince... Neutral

cavecattum
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Ruthven le Jeu 2 Déc 2010 - 20:06

Lorica a écrit:Mais qu'est-ce que tu t'embêtes à faire une thèse!? prépare et réussis plutôt d'autres concours cat A+ -ou A mais dans d'autres ministères que l'EN...

+10000

La thèse, c'est du temps perdu sur une reconversion possible ; mieux vaut faire du droit ou de la gestion pour compléter ton profil.

Quant à dire que les élèves sont "mal élevés" ou "ignares", ce n'est pas l'expression d'un mépris de classe comme tu sembles le penser, c'est le simple constat d'une dissolution des normes qui régissent le rapport des enfants aux adultes (et l'origine sociale ne fait pas tout dans l'histoire, loin de là !).

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Ruthven le Jeu 2 Déc 2010 - 20:07

marquisedemerteuil a écrit:je serais toi je me dirigerais vers le supérieur, surtout si tu es bien classée.

Bonne blague ... Le classement n'a rien à voir dans l'histoire, c'est le réseau qui prime.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Marie Laetitia le Jeu 2 Déc 2010 - 20:14

@Ruthven a écrit:
marquisedemerteuil a écrit:je serais toi je me dirigerais vers le supérieur, surtout si tu es bien classée.

Bonne blague ... Le classement n'a rien à voir dans l'histoire, c'est le réseau qui prime.

Ouais, euh le réseau mais la qualité du travail, les compétences comme chercheur (et aussi comme enseignant) aussi, quand même...

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Ruthven le Jeu 2 Déc 2010 - 20:18

@Marie Laetitia a écrit:
@Ruthven a écrit:
marquisedemerteuil a écrit:je serais toi je me dirigerais vers le supérieur, surtout si tu es bien classée.

Bonne blague ... Le classement n'a rien à voir dans l'histoire, c'est le réseau qui prime.

Ouais, euh le réseau mais la qualité du travail, les compétences comme chercheur (et aussi comme enseignant) aussi, quand même...

Si peu ... Le réseau est la condition première du recrutement, vient ensuite l'examen du dossier.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Reine Margot le Jeu 2 Déc 2010 - 20:19

@Ruthven a écrit:
marquisedemerteuil a écrit:je serais toi je me dirigerais vers le supérieur, surtout si tu es bien classée.

Bonne blague ... Le classement n'a rien à voir dans l'histoire, c'est le réseau qui prime.

une amie que j'avais, élève de l'ENS et 1ere à l'agreg, a eu son poste grâce à ses relations et ses articles, mais son rang au concours a aussi aidé.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Ruthven le Jeu 2 Déc 2010 - 20:22

marquisedemerteuil a écrit:
@Ruthven a écrit:
marquisedemerteuil a écrit:je serais toi je me dirigerais vers le supérieur, surtout si tu es bien classée.

Bonne blague ... Le classement n'a rien à voir dans l'histoire, c'est le réseau qui prime.

une amie que j'avais, élève de l'ENS et 1ere à l'agreg, a eu son poste grâce à ses relations et ses articles, mais son rang au concours a aussi aidé.

Le cas du major est effectivement à part, mais ensuite le rang est indifférent (ce qui peut aussi se comprendre vu qu'il s'agit aussi de faire de la recherche).

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Reine Margot le Jeu 2 Déc 2010 - 20:23

@Ruthven a écrit:
Lorica a écrit:Mais qu'est-ce que tu t'embêtes à faire une thèse!? prépare et réussis plutôt d'autres concours cat A+ -ou A mais dans d'autres ministères que l'EN...

+10000

La thèse, c'est du temps perdu sur une reconversion possible ; mieux vaut faire du droit ou de la gestion pour compléter ton profil.

Quant à dire que les élèves sont "mal élevés" ou "ignares", ce n'est pas l'expression d'un mépris de classe comme tu sembles le penser, c'est le simple constat d'une dissolution des normes qui régissent le rapport des enfants aux adultes (et l'origine sociale ne fait pas tout dans l'histoire, loin de là !).

pourtant moi-même en reconversion, je n'irais pas forcément dire de partir sans avoir essayé, mais en effet les élèves, quelle que soit leur origine sociale, sont très à 'laise avec les adultes et n'ont plus de limites. il vaut mieux le savoir avant. si ce n'est pas qqch qui attire notre agrégée, alors elle pourra tenter les autres concours...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par JPhMM le Jeu 2 Déc 2010 - 20:25

@Ruthven a écrit:
Lorica a écrit:Mais qu'est-ce que tu t'embêtes à faire une thèse!? prépare et réussis plutôt d'autres concours cat A+ -ou A mais dans d'autres ministères que l'EN...

+10000

La thèse, c'est du temps perdu sur une reconversion possible ; mieux vaut faire du droit ou de la gestion pour compléter ton profil.

Quant à dire que les élèves sont "mal élevés" ou "ignares", ce n'est pas l'expression d'un mépris de classe comme tu sembles le penser, c'est le simple constat d'une dissolution des normes qui régissent le rapport des enfants aux adultes (et l'origine sociale ne fait pas tout dans l'histoire, loin de là !).

On peut aussi (et surtout) faire une thèse pour le plaisir.
C'est dans mes cartons, même si je sais que cela n'a pratiquement aucune utilité.
Je ne suis pas loin de penser que beaucoup de thésards le sont 1. par goût et curiosité personnelles pour la discipline 2. pour le plaisir d'arriver à une forme d'aboutissement. Et surement pas pour les éventuelles débouchés de la thèse en France...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par cavecattum le Jeu 2 Déc 2010 - 20:26

Ruthven, admettons. Constat d'une dissolution des normes. Sauf que quand dans la même phrase on me rajoute l'"odeur", ça me fait plutôt songer à Chirac et le métro parisien...Mais je suis très sensible sur le sujet, c'est vrai. Le mépris de classe n'a pas disparu avec la disgrâce de Bourdieu, selon moi...

Pour le reste, le droit, j'y ai bien pensé. Plus utile qu'une contribution scientifique inédite à l'étude du théâtre sous la Révolution...
Prep'ena, tous ces trucs-là. Mais c'est peut-être un peu ambitieux de ma part...ou miné. Ou sortir du fonctionnariat. Après tout j'y suis pas encore.

Quand au réseau...je le crois bien plus utile que le DVD "tenue de classe" pour la suite de ma carrière. Où ça s'achète?

cavecattum
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Invité24 le Jeu 2 Déc 2010 - 20:28

Mais qu'as tu à nous opposer lorsqu'on te conseille d'essayer pour fonder ta décision sur ton expérience et non des témoignages et des préjugés?
Que risques-tu?

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par liliepingouin le Jeu 2 Déc 2010 - 20:30

Ah mais les ados, avec toutes leurs hormones en folie, ça sent fort, c'est un fait. Very Happy
Bon, suffit d'aérer la salle de temps en temps.

_________________
Spheniscida qui se prend pour une Alcida.

"Laissons glouglouter les égouts." (J.Ferrat)
"Est-ce qu'on convainc jamais personne?" (R.Badinter)
Même si c'est un combat perdu d'avance, crier est important.

liliepingouin
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Reine Margot le Jeu 2 Déc 2010 - 20:30

Tu disais que ton directeur de thèse avait le bras long...

Sinon, je te confirme pour avoir eu récemment des élèves très bobos, qu'ils manquent autant de respect aux profs que les autres. pas du tout une question de classe, mais d'éducation.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par liliepingouin le Jeu 2 Déc 2010 - 20:32

marquisedemerteuil a écrit:

Sinon, je te confirme pour avoir eu récemment des élèves très bobos, qu'ils manquent autant de respect aux profs que les autres. pas du tout une question de classe, mais d'éducation.

+1
et je me fais beaucoup plus plaisir dans ma seconde de lycée technologique que dans la seconde de centre ville que j'ai eu en stage
(c'est pas une vérité générale non plus, mais ça se vérifie cette année.)

_________________
Spheniscida qui se prend pour une Alcida.

"Laissons glouglouter les égouts." (J.Ferrat)
"Est-ce qu'on convainc jamais personne?" (R.Badinter)
Même si c'est un combat perdu d'avance, crier est important.

liliepingouin
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude d'un cas, le mien en fait...

Message par Chocolat le Jeu 2 Déc 2010 - 20:35

@Marie Laetitia a écrit:
Ouais, euh le réseau mais la qualité du travail, les compétences comme chercheur (et aussi comme enseignant) aussi, quand même...

Pardon mais... lol!


Sinon, Cavecattum, je ne comprends très sincèrement pas pour quelle raison tu as souhaité devenir enseignante. scratch heu

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum