Les livres que vous ne lirez jamais.

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par frankenstein le Ven 17 Déc 2010 - 23:28

Pour Squeak, il aurait fallu poser la question: Quels auteurs avez-vous lus et appréciés ? lol!
Sinon, je ne m'interdis pas de lire Hitler comme n'importe quel autre (ça permet de mieux mesurer à quel point ils sont atteints . malmaisbien lol! )

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Frisouille le Ven 17 Déc 2010 - 23:29

Et pour Dosto, quand je pense à ses romans, "description" n'est pas le 1er mot qui me vient à l'esprit... I love you

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Frisouille le Ven 17 Déc 2010 - 23:29

@frankenstein a écrit:Pour Squeak, il aurait fallu poser la question: Quels auteurs avez-vous lus et appréciés ? lol!
Sinon, je ne m'interdis pas de lire Hitler comme n'importe quel autre (ça permet de mieux mesurer à quel point ils sont atteints . malmaisbien lol! )

mdr

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par squeak le Ven 17 Déc 2010 - 23:32

Oiseau phenix: entendu, j'essaierai. merci du conseil....

Je suis prof d'anglais et j'avoue être plus branchée littérature anglo-saxonne que littérature française.

squeak
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Invité19 le Ven 17 Déc 2010 - 23:38

D'accord avec toi Frisouille (aaah, Dosto !!!!)

Squeak : depuis toute petite j'ai toujours été beaucoup plus attirée par la littérature anglo saxonne, russe, de langue germanique, que par la littérature française. La raison en est toute simple : la bibliothèque de mes parents ne contenait quasiment pas de ces classiques français, et les tranches de romans que mes yeux ont parcourus bien avant d'avoir l'âge de lire tout ça, n'étaient pas de ceux là. J'ai donc beaucoup plus fantasmé et mythifié Conrad ou Boulgakov que Flaubert et Hugo.

Mais arrivée en seconde, puis en prépa, certains professeurs m'ont fait découvrir la littérature française.

Donc ce conseil sur Balzac vient de quelqu'un qui ne "vient" justement pas de cette littérature là du tout ! (si ça peut rassurer Wink )

Invité19
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Frisouille le Ven 17 Déc 2010 - 23:48

Oh Conrad.... I love you

Frisouille
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Mélu le Ven 17 Déc 2010 - 23:55

Je ne pense pas lire un Harlequin, un bouquin d'économie ou de politique, et une autobiographie de star à la mords-moi-le-doigt.

_________________
"Pourquoi sommes-nous au monde, sinon pour amuser nos voisins et rire d'eux à notre tour ?"
[ Jane Austen ] - Extrait de Orgueil et préjugés

Mélu
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par frankenstein le Sam 18 Déc 2010 - 0:00

Ah, pour Mein Kampf que je n'ai jamais lu entièrement, (mais est-ce de la littérature ?) on trouve ceci sur Wikipedia:



L'édition française

En 1934, les Nouvelles Éditions latines — toutes nouvelles de fait, puisqu'elles ont été fondées en 1928 par Fernand Sorlot (proche de la droite maurassienne anti-hitlérienne) — publient Mein Kampf en français. L'ouvrage est ramené à un seul volume de 688 pages sous-titré Mon Combat.
L'ouvrage est traduit et publié en français contre la volonté de Hitler. Aussi, l'éditeur souligne à plusieurs reprises l'actualité du livre et l'intérêt vital pour les Français de connaître ce « qui doit devenir désormais la Bible du peuple allemand ». En exergue figure donc une phrase du maréchal Hubert Lyautey : « Tout Français doit lire ce livre ».
Dans l'« Avertissement des éditeurs », Sorlot relève les menaces très lourdes à l'endroit de la France et souligne que « [ce] livre qui, répandu en Allemagne à plus d'un million d'exemplaires, a eu sur l'orientation soudaine de tout un peuple une influence telle, qu'il faut, pour en trouver l'analogue, remonter au Coran. »18 Hitler ayant « obstinément refusé de laisser publier en français [… nous] avons pensé qu'il était de l'intérêt national de passer outre à ce refus, quelles que puissent être pour nous-mêmes et pour la jeune maison que nous avons fondée les conséquences de notre initiative. »
Indiquant qu'Hitler considère la France comme le principal obstacle à ses visées, il le cite « Ces résultats ne seront atteints ni par des prières au Seigneur, ni par des discours, ni par des négociations à Genève. Ils doivent l'être par une guerre sanglante ». Il objecte encore « Les paroles et les écrits publics d'un homme public appartiennent au public » et conclut : « M. Frick […] disait « Pour les nationaux-socialistes, le droit c'est ce qui sert le peuple allemand. L'injustice, c'est ce qui lui porte dommage. » Nous avons simplement pris à notre compte cette vigoureuse définition ».
En 1936, lors de son procès contre Hitler, Sorlot (âgé de 29 ans à l'époque) sera soutenu par la LICA, qui achètera 5 000 exemplaires pour les distribuer au gouvernement et aux députés.
La traduction - issue de l'édition allemande de 1933 parue chez Franz Eher, à Munich19 - se donne pour intégrale et neutre20, avec quelques notes éparses, mais sans commentaire.
L'opinion du traducteur.
Le 25 février 1934, le traducteur André Calmettes publie un article dans le Journal de l'École polytechnique dont il est issu : « Pourquoi j’ai traduit Mein Kampf »21.
« Je n’ai pas traduit Mein Kampf sans but ni raison. Ce pensum de huit cent pages, je me le suis infligé de bon cœur pour les miens et pour mes amis, mais aussi pour tous les hommes et pour toutes des femmes de bonne volonté, surtout pour les jeunes.
Je n’ai pas l’intention d’indiquer ici les conclusions que chacun doit tirer du livre ; autrement je l’aurais analysé et commenté, non pas traduit. Mais il ne me convient pas de laisser à la critique seule le soin de présenter mon travail ; je ne veux pas de malentendu sur mes intentions, ni les choisir après parmi toutes celles que l’on me prêtera.
Certes, cet ouvrage qui fut livré au public allemand en 1926-1928 jette une clarté singulière sur la politique allemande de l’après-guerre. En l’ignorant, nous satisfaisant de manière bien facile de révélations au compte-gouttes, nous étions ridicules et stupides ; nous découvrions des fragments minimes d’une vérité que l’on nous jetait au visage en huit cents pages serrées. Certes aussi, les prophéties de cet ouvrage engagent l’avenir. La doctrine d’action politique, complaisamment développée, demeure actuelle. Le livre constitue le dogme du parti qui mène l’Allemagne actuelle, dogme d’une agissante majorité, dogme demain de l’Allemagne entière. Je dis bien dogme, et je pense au Coran.
Mais il faut bien se garder de restreindre la portée du présent ouvrage. Il ne faut pas suivre Hitler polémiste qui dit quelque part d’un livre qu’il juge révélateur de l’esprit des juifs : « quand cet ouvrage sera devenu le livre de chevet d’un peuple, le péril Juif sera conjuré ». Il ne faut pas lire Mein Kampf en se plaçant au point de vue d’un « péril allemand » ou au point de vue de notre seule mitoyenneté.
Il faut se mettre sur un plan largement humain. L’ouvrage même autorise à le faire. Il s’agit d’un document ample, tiré à près d’un million d’exemplaires en Allemagne, traduit dans plusieurs pays. Il a été écrit par un Allemand pour les Allemands, mais il touche des problèmes politiques, sociaux, et de morale, qui se posent à tous les peuples. La traduction en est intégrale : on n’a pas le droit, sur quinze ou sur cent versets du Coran, de parler de l’islamisme, ni, sur dix pages de Mein Kampf de parler de l’hitlérisme ; et la lecture des passages secondaires sera aussi féconde que celle des passages réputés essentiels.
Ainsi lu, cet ouvrage aidera à pénétrer la mentalité allemande, une des faces de cette mentalité anglo-saxonne que nous ne daignons pas étudier et comprendre, mais dont nous ne pouvons nous défendre de subir les manifestations ; attitude bornée et dangereuse : que l’on apprécie ce que nous a coûté depuis quinze ans notre incompréhension de l’Angleterre, des États-Unis, de l’Allemagne.
Mon travail aurait atteint son but dernier s’il tournait les Français vers ce problème.
Mais on me parlera de la guerre : elle naît bien souvent de l’avidité de quelques-uns et de la peur d’une multitude ; elle ne saurait trouver de terrain plus favorable que celui de l’ignorance et de l’incompréhension mutuelles que j’ai voulu combattre. »
— André Calmettes, Journal de l'École polytechnique, 25 février 1934.
La même année, Adolf Hitler apprend avec colère que le livre a été traduit. Il intente un procès à Sorlot et saisit la Société des Gens de Lettres qui obtient du Tribunal de commerce de Paris l'interdiction de la diffusion du livre en France. La LICA soutiendra Sorlot en lui achetant 5 000 exemplaires pour les distribuer à tous les députés et ministres pour les prévenir des desseins d'Hitler22.
Après la guerre, Sorlot fut condamné à dix ans de dégradation nationale pour avoir publié sous l’Occupation les Appels aux Français du maréchal Pétain et d'autres ouvrages collaborationnistes alors même que sa maison d'édition avait été réquisitionnée par les Allemands.
En février 1936, à l'occasion d'une interview, Bertrand de Jouvenel demanda à Hitler pourquoi il n'avait pas modifié les chapitres consacrés à la France avant chaque nouvelle édition :
« J'étais en prison quand j'ai écrit ce livre, les troupes françaises occupaient la Ruhr. C'était le moment de la plus grande tension entre les deux pays. Oui, nous étions ennemis ! Et j'étais avec mon pays, comme il sied, contre le vôtre. Comme j'ai été avec mon pays contre le vôtre durant quatre ans et demi dans les tranchées ! Je me mépriserais si je n'étais pas avant tout allemand quand vient le conflit… Mais aujourd'hui, il n'y a plus de conflit. Vous voulez que je fasse des corrections dans mon livre, comme un écrivain qui prépare une nouvelle édition de ses œuvres ? Mais je ne suis pas un écrivain, je suis un homme politique. Ma rectification ? Je l'apporte tous les jours dans ma politique extérieure toute tendue vers l'amitié avec la France… Ma rectification, je l'écrirai dans le grand livre de l'Histoire !23 »
En 1938, une traduction est autorisée aux Éditions Fayard24. Elle est allégée, expurgée, voire carrément falsifiée. Une phrase comme : « […] la France nation impérialiste est l’ennemie mortelle de l’Allemagne […] » reste, mais par le biais d'une citation de l'un des discours rapporté, y devient quelques pages plus loin « La frontière entre l’Allemagne et la France est définitivement fixée. Les peuples français et allemands égaux en droit ne doivent plus se considérer comme ennemis héréditaires mais se respecter réciproquement. »
Statut juridique actuel

En Allemagne
Le Land de Bavière (qui a hérité de tous les biens d'Hitler) détient les droits d'auteur internationaux du texte et les utilise pour empêcher la publication ou la diffusion d'éditions complètes et non commentées (Adolf Hitler étant mort en 1945, son ouvrage tombera dans le domaine public en 2015). Le Land de Bavière exerce ses droits d'auteurs, donnant avec condition (éditions partielles, ajouts de commentaires critiques) ou refusant le droit aux éditeurs de republier Mein Kampf.
La réédition du livre est ainsi interdite, seule est donc autorisée la vente des livres publiés avant 1945.
Cette situation est à l'origine de débats qui opposent la liberté d'expression à la lutte contre le racisme, ou dans lesquels on présente la diffusion de l'ouvrage comme un moyen de lutter contre le nazisme : diffuser le texte permettrait de mieux faire connaître le contenu de l'idéologie nazie, et donc de mieux lutter contre elle, voire de se prémunir contre les techniques déployées pour instaurer un régime totalitaire.

En France
En France, la cour d'appel de Paris a décidé, dans un arrêt du 11 juillet 1979, d'autoriser la vente du livre, compte-tenu de son intérêt historique et documentaire, mais assortissant cette autorisation de l'insertion en tête d'ouvrage, juste après la couverture et avant les pages de garde, d'un texte de huit pages mettant en garde le lecteur, notamment en rappelant par quels aspects l'ouvrage « tombe sous le coup » de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 modifiée par la loi du 3 juillet 1972 et notamment de ce qui était à l'époque son article 23, l'alinéa 5 de l'article 24, l'alinéa 2 de l'article 32 et l'alinéa 3 de l'article 33 et en faisant suivre ce rappel des dispositions légales par un survol historique des méfaits du Troisième Reich.
En Russie
En Russie, les livres rédigés par les dirigeants de l'Allemagne nazie sont considérés comme des publications à caractère extrémiste, mais Mein Kampf n'était pas mentionné comme un ouvrage interdit jusqu'à fin mars 2010. En vente libre jusqu'alors, l'interdiction a été prise à la suite d'une décision de justice d'un tribunal à Oufa, dans l'Oural, qui l'a qualifié d'extrémiste. Le parquet général russe a depuis fait figurer Mein Kampf sur la liste des livres interdits.
Aux Pays-Bas et dans les autres pays
Aux Pays-Bas, la possession de Mein Kampf (Mijn Kamp en néerlandais) est autorisée mais pas sa vente, interdite depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, et pénalement punissable depuis 1987.
Dans la plupart des pays, la vente du livre n'est pas interdite légalement.

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Daphné le Sam 18 Déc 2010 - 6:48

heather a écrit:Les romans de Jane Austen, ça me tombe des mains

Il est vrai que c'est une autre époque mais je les apprécie bien.

Pour revenir à la question posée le problème c'est en fait tout ce que je ne connais pas, surtout en littérature étrangère, qui m'empêche de répondre.
Pour la littérature anglo-saxonne ça va mais pour le reste .......

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Daphné le Sam 18 Déc 2010 - 6:49

@cannelle21 a écrit:Ma hantise c'est que ma belle mère chérie que j'adore m'en offre un pour noël.
Je sais déjà ce que j'en ferais si c'était le cas


C'est joli Very Happy

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Daliva le Sam 18 Déc 2010 - 8:02

une biographie, en anglais, de Bogart!
Je ne sais vraiment pas pourquoi on m'a offert ce livre Rolling Eyes

Daliva
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Daphné le Sam 18 Déc 2010 - 8:04

@Daliva a écrit:une biographie, en anglais, de Bogart!
Je ne sais vraiment pas pourquoi on m'a offert ce livre Rolling Eyes

Et pourtant, il doit être intéressant !

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par doctor who le Sam 18 Déc 2010 - 8:05

Un romancier contemporain (surtout ceux qu'on m'offre à Noël).

Anecdote : une mère me demandait avec un air mutin s'y je comptais faire étudier des oeuvres de littérature contemporaine à mes secondes. "Non, répondis-je. Je n'en lis pas et je n'aime pas ça." Elle en est restée comme deux ronds de flancs.

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Reine Margot le Sam 18 Déc 2010 - 9:37

la littérature de supermarché comme Musso ou Lévy. (quoique j'aie testé Gavalda et Werber, Werber est marrant, Gavalda fade)

Je ne sais pas si je serai un jour capable de lire des pavés de philo comme la critique de la raison pure de Kant, ou le capital de marx

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Nasopi le Sam 18 Déc 2010 - 9:44

Dans les classiques je n'ai jamais réussi à lire en entier La Nouvelle Héloïse.
Sinon, comme dit marquisedemerteuil, la littérature de supermarché ne me plaît pas du tout à moi non plus.

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)

Nasopi
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Invité24 le Sam 18 Déc 2010 - 9:50

pour tous ces titres, Gibert est votre ami......

La somme est majorée de 20% si vous la prenez en bon d'achat du magasin (pour acheter ce que vous lirez, donc). Laughing

Invité24
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Vinca le Sam 18 Déc 2010 - 12:15

@cannelle21 a écrit:Ma hantise c'est que ma belle mère chérie que j'adore m'en offre un pour noël.
Je sais déjà ce que j'en ferais si c'était le cas


Waouh, où as-tu trouvé ça ?

Vinca
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par pyramide le Sam 18 Déc 2010 - 15:19

Romans de Julien Gracq (même pas sûre de l'orthographe, c'est dire). Le rivage des machins, je ne sais pas pourquoi, mais je sens que ça doit être chiant, mais chiant, mais chiant...
Claude Simon, Starobinski= sacerdoce.

Et puis aussi Belle du Seigneur. Jamais pu passer la pages 100. Au dessus du volcan, idem. Le choix de Sophie, idem.

Et la liste pourrait s'allonger...

pyramide
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Jane le Sam 18 Déc 2010 - 15:23

moi je n'irai jamais au bout des Bienveillantes: beurkkkkkkkkkkkk ! j'ai pourtant tenté de pousser jusqu'à la page 500, mais non, y a rien à faire !

Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Nasopi le Sam 18 Déc 2010 - 16:34

Ah oui, Julien Gracq et Claude Simon, je n'ai jamais pu lire moi non plus !

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)

Nasopi
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Reine Margot le Sam 18 Déc 2010 - 16:37

Gracq j'ai pas eu le choix avec le programme d'agreg il y a 2 ans, et j'ai dû me forcer, j'ai bcp aimé un balcon en forêt et le roi cophetua. par contre, oui, le rivage des syrtes y'a de sacrées longueurs...

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Carabas le Sam 18 Déc 2010 - 17:00

@Frisouille a écrit:Les grands succès de librairie français ne m'attirent pas :Levy, Musso, Gavalda et Pancoll.

J'ai lu Da Vinci code, ce sera le seul de Dan Brown.
Tout à fait pareil. Lu le Da Vinci pour me faire une idée. Ben franchement, beurk. C'est pour moi du mauvais Mary Higgins Clark (que j'ai lue aviedement à 14 ans).

Musso, Pancol, Houellebecq et cie, ça ne me branche absolument pas.

@Nasopi a écrit:Dans les classiques je n'ai jamais réussi à lire en entier La Nouvelle Héloïse.
Pareil. Je me suis arrêtée à la p. 53.

@pyramide a écrit:Romans de Julien Gracq (même pas sûre de l'orthographe, c'est dire). Le rivage des machins, je ne sais pas pourquoi, mais je sens que ça doit être chiant, mais chiant, mais chiant...
Claude Simon,
Pareil. Essayé les 2 et je n'ai pas réussi à dépasser les 30 premières pages.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par InvitéeHr le Sam 18 Déc 2010 - 17:12

Comme toi Carabas pour la Nouvelle Héloïse, j'ai quand même fini le tome 1, mais le tome 2 ça va pas être possible Smile

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Carabas le Sam 18 Déc 2010 - 17:31

heather a écrit:Comme toi Carabas pour la Nouvelle Héloïse, j'ai quand même fini le tome 1, mais le tome 2 ça va pas être possible Smile
Félicitations!

En fait, il faudrait que je lise une lettre de temps en temps. Une par mois, peut-être? D'ici quelques dizaines d'années, je l'aurais peut-être fini? Razz

Par contre, contrairement à toi, j'aime beaucoup Jane Austen.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par InvitéeHr le Sam 18 Déc 2010 - 17:35

.


Dernière édition par heather le Dim 19 Déc 2010 - 15:13, édité 1 fois

InvitéeHr
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les livres que vous ne lirez jamais.

Message par Carabas le Sam 18 Déc 2010 - 17:39

Jamais essayé Belle du Seigneur.

Mais dans Jane Austen, le côté sentimental n'est qu'un prétexte. C'est ça qui est drôle.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum