Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Nuits
Fidèle du forum

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Nuits le Jeu 27 Jan 2011 - 7:45
Je trouve ça dingue en effet cette idée qu'il ne devrait y avoir aucun contact physique avec les élèves, surtout que certains d'entre eux en jouent.

Personnellement, cette année, je me permets d'attraper les élèves par le bras (ou la capuche ou le cartable) lors de l'entrée en classe, pour les sortir du rang s'ils ne sont pas calmes et silencieux au moment où ils franchissent le seuil. Je le fais sans la moindre hésitation: jamais je n'ai eu la moindre réflexion ou plainte. Je crois que si l'on se montre convaincu de sa légitimité (et qu'on ne franchit pas les limites), les élèves ne pipent pas mot.
avatar
Aurey
Niveau 2

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Aurey le Ven 9 Mar 2012 - 12:02
attraper un élève c'est toucher un élève physiquement car il y a contact.. mais pour l'empêcher de sortir de la classe, est-ce grave ?
est-ce que vous connaissez des textes qui parlent de ça ? qui règlemente?

_________________
PES à la rentrée 2013 Very Happy
avatar
Mufab
Esprit sacré

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Mufab le Ven 9 Mar 2012 - 12:25
Dur dur en élém d'éviter les contacts, notamment lors des petites blessures, de la prise frontale de température, pour séparer des bagarreurs (et là, les mots ne suffisent souvent pas : on est parfois amené à user de notre force d'adultes), pour remettre des enfants en rang, lors des sorties surtout... et il m'arrive parfois de prendre un élève par la main, pour l'avoir sous surveillance serrée (et certaines instits de plus petits prennent les enfants par la main lors des déplacements juste parce que certains aiment bien, qu'ils se sentent privilégiés...), et à la piscine, pour aider les aquaphobes à affronter leur peur, le fait qu'on soit dans l'eau avec eux et parfois les tienne les rassurent, en sport pour guider un geste de lancer par exemple, lors de séances de graphisme... et je ne parle même pas des petits gestes de réconfort quand il y a un gros chagrin. C'est quasi quotidien.

Tout dépend, à mon avis, du respect lequel on effectue ces gestes qui impliquent un contact, et leur but : respect pour la pudeur de l'enfant, lors des soins, nécessité de fermeté pour protéger autrui ou l'enfant lui-même, lors d'affrontements entre eux ou de chahut sur les trottoirs lors de sorties... bienveillance et toujours distance (qui, si elle n'est pas physique, est quand même là), même dans le réconfort ou l'aide...

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")
avatar
Dhaiphi
Sage

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Dhaiphi le Ven 9 Mar 2012 - 22:26
@Docteur OX a écrit:Ah en Zep, déjà certains considéraient comme une offense des les regarder les yeux dans les yeux ! Alors les toucher, il valait mieux éviter...
affraid Ce ne sont plus des comportements d'élèves mais de (futurs) taulards.

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par JPhMM le Ven 9 Mar 2012 - 22:34

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
MelanieSLB
Doyen

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par MelanieSLB le Ven 9 Mar 2012 - 22:37
Eh oui, Dhaiphi. Mais ce n'est pas inhabituel dans le secondaire, malheureusement. Et pas seulement en ZEP d'ailleurs.


Dernière édition par MelanieSLB le Sam 10 Mar 2012 - 12:01, édité 1 fois (Raison : Bou, les fautes!)

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
avatar
Provence
Enchanteur

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Provence le Ven 9 Mar 2012 - 22:55
@Aurey a écrit:attraper un élève c'est toucher un élève physiquement car il y a contact.. mais pour l'empêcher de sortir de la classe, est-ce grave ?
est-ce que vous connaissez des textes qui parlent de ça ? qui règlemente?

Je crois que c'est avant tout une question de bon sens. Le gamin qui est sous ta responsabilité, tu ne vas pas le laisser se faire écraser par une voiture ni le laisser cogner un camarade parce que tu n'auras pas voulu le retenir.

Il y a quelques années, une élève a fait un malaise dans ma classe. On nous avait tellement répété, à l'IUFM, qu'il ne fallait surtout pas toucher les élèves que je n'ai même pas osé lui prendre la main. C'est idiot. En revanche, méfiance avec un gamin agressif...
avatar
nanoueva
Niveau 10

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par nanoueva le Ven 9 Mar 2012 - 23:32
Petite, j'avais une instit qui avait une joli règle de bois dont elle se servait pour taper le bout des doigts des élèves désobéissants (ils devaient tendre la main et hop hop hop, ça y allait). Une autre qui aimait tirer les petits cheveux de ses élèves quand ceux-ci l'agaçaient... Et je ne vous parle pas de mon cousin qui devait rester assis sur les genoux sur une règle (encore!), le nez collé au mur de la classe pendant de longs moments. C'était il y a 25-30 ans. Je trouve que les contacts ont prof-élèves ont évolué plutôt favorablement.
avatar
Provence
Enchanteur

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Provence le Ven 9 Mar 2012 - 23:45
@nanoueva a écrit:Petite, j'avais une instit qui avait une joli règle de bois dont elle se servait pour taper le bout des doigts des élèves désobéissants (ils devaient tendre la main et hop hop hop, ça y allait). Une autre qui aimait tirer les petits cheveux de ses élèves quand ceux-ci l'agaçaient... Et je ne vous parle pas de mon cousin qui devait rester assis sur les genoux sur une règle (encore!), le nez collé au mur de la classe pendant de longs moments. C'était il y a 25-30 ans. Je trouve que les contacts ont prof-élèves ont évolué plutôt favorablement.

On ne doit pas parler de la même chose.
avatar
Nemuyoake
Niveau 9

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Nemuyoake le Sam 10 Mar 2012 - 1:58
Puisque tout le monde parle de sa vie...

J'ai reçu une vraie fessée de la part de mon prof de CE2. C'était pendant une sortie scolaire, je n'étais pas sortie assez vite de la tente pour renjoindre le groupe et il était super énervé.

J'ai eu un prof de maths au collège qui donnait des vraies baffes sur la tête des élèves, très souvent. Il a jamais essayé sur moi, j'aurais fait un scandale.

Deux établissements privés catholiques. Années 90.
avatar
roxanne
Devin

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par roxanne le Sam 10 Mar 2012 - 10:25
@nanoueva a écrit:Petite, j'avais une instit qui avait une joli règle de bois dont elle se servait pour taper le bout des doigts des élèves désobéissants (ils devaient tendre la main et hop hop hop, ça y allait). Une autre qui aimait tirer les petits cheveux de ses élèves quand ceux-ci l'agaçaient... Et je ne vous parle pas de mon cousin qui devait rester assis sur les genoux sur une règle (encore!), le nez collé au mur de la classe pendant de longs moments. C'était il y a 25-30 ans. Je trouve que les contacts ont prof-élèves ont évolué plutôt favorablement.
enfin, 25-30 ans, c'est hier ..Ca me semble assez hallucinant ...Mais effectivement, ce n'est pas le sujet et les pratiques dont tu parles sont inadmissibles.
avatar
zabriskie
Expert spécialisé

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par zabriskie le Sam 10 Mar 2012 - 18:28
J'ai peut-être tort, mais je ne me pose pas vraiment de questions... Je n'hésite pas à
- remettre un élève dans le rang au sens propre quand il ne se range pas,
- donner de légères tapes sur la tête en passant dans les rangs pour qu'ils se taisent ou se retournent, avec ma main ou ce que j'ai en main
- échanger une bise avec mes élèves de 3è qui quittent le collège en fin d'année
- prendre par l'épaule une pôv gamine en larmes,
... et j'en oublie.

Je précise que je parle d'élèves de collège ; je ne permets pas les mêmes choses avec les lycéens, en particulier avec les garçons, pour des raisons évidentes... (je parle des gestes plutôt sympas... par contre, bousculer gentiment un lycéen qui chahute en le tirant par la manche, ça ne me pose pas de problème)

Tant que le contact est assumé, mais aussi tant qu'il n'y a pas proximité QUE dans la fermeté ou dans les situation limites, je crois que ça se passe. "Toucher" ses élèves ou s'interdire tout contact, ça fait partie de notre style. En tout cas, je n'ai jamais eu de problèmes. J'ai juste senti à un ou deux moments qu'il fallait que je m'arrête pour ne pas m'en prendre une au moment de séparer 2 élèves ou de calmer un excité.
Dans une telle situation, je sais que je ne m'en prendrai qu'à moi si jamais je me prends un marron...
avatar
Thalia de G
Médiateur

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Thalia de G le Dim 11 Mar 2012 - 6:38
@zabriskie a écrit:J'ai peut-être tort, mais je ne me pose pas vraiment de questions... Je n'hésite pas à
- remettre un élève dans le rang au sens propre quand il ne se range pas,
- donner de légères tapes sur la tête en passant dans les rangs pour qu'ils se taisent ou se retournent, avec ma main ou ce que j'ai en main
- échanger une bise avec mes élèves de 3è qui quittent le collège en fin d'année
- prendre par l'épaule une pôv gamine en larmes,
... et j'en oublie.

Je précise que je parle d'élèves de collège ; je ne permets pas les mêmes choses avec les lycéens, en particulier avec les garçons, pour des raisons évidentes... (je parle des gestes plutôt sympas... par contre, bousculer gentiment un lycéen qui chahute en le tirant par la manche, ça ne me pose pas de problème)

Tant que le contact est assumé, mais aussi tant qu'il n'y a pas proximité QUE dans la fermeté ou dans les situations limites, je crois que ça se passe. "Toucher" ses élèves ou s'interdire tout contact, ça fait partie de notre style. En tout cas, je n'ai jamais eu de problèmes. J'ai juste senti à un ou deux moments qu'il fallait que je m'arrête pour ne pas m'en prendre une au moment de séparer 2 élèves ou de calmer un excité.
Dans une telle situation, je sais que je ne m'en prendrai qu'à moi si jamais je me prends un marron...
Tu décris parfaitement bien ce que je pratique et ressens.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie, et l'été un goût de cendres.
avatar
Li-Li
Neoprof expérimenté

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Li-Li le Dim 11 Mar 2012 - 9:53
Oh là là vos descriptions vont donner des malaises à mes formateurs d'IUFM.... Ce sujet c'est vraiment leur bête noire, et vous me rassurez vraiment car j'ai tendance aussi à "toucher" s'il faut, pousser gentiment mon élève infernal qui ne peut rester assis vers sa chaise, tapoter une épaule... Ouf je ne suis pas une prof dégénérée.
Ensuite en théâtre je me permets des choses différentes, plus de contact mais nous sommes dans une situation différente.
avatar
deya
Niveau 10

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par deya le Dim 11 Mar 2012 - 9:59
@nanoueva a écrit:Petite, j'avais une instit qui avait une joli règle de bois dont elle se servait pour taper le bout des doigts des élèves désobéissants (ils devaient tendre la main et hop hop hop, ça y allait). Une autre qui aimait tirer les petits cheveux de ses élèves quand ceux-ci l'agaçaient... Et je ne vous parle pas de mon cousin qui devait rester assis sur les genoux sur une règle (encore!), le nez collé au mur de la classe pendant de longs moments. C'était il y a 25-30 ans. Je trouve que les contacts ont prof-élèves ont évolué plutôt favorablement.

Mon instit de CM1 m'avait arraché une mèche de cheveux que j'avais ramassée et mise dans ma trousse pour la montrer à mes parents. C'était il y a 20 ans (bon, je n'ai jamais revu cette instit après puisque mes parents m'ont directement changée d'école)...
avatar
Mufab
Esprit sacré

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Mufab le Dim 11 Mar 2012 - 10:36
J'ai l'impression que les enseignants actuels ont parfaitement intégré (et c'est même, comme l'évoquait JphMM, un surmoi très actif) le fait de ne pas toucher un élève, et surtout dans le but ou l'hypothèse de lui faire "mal".
C'est finalement assez récent, dans le monde éducatif, puisque les châtiments corporels, bien que rares, existaient encore et, en tout cas, n'étaient pas condamnés, il y a encore plus ou moins 30 ans. Ils faisaient partie des pressions éducatives que l'on pouvait se permettre d'infliger à l'enfant.

Je ne regrette pas cette époque, loin de là, mais je me demande si, instit il y a 30 ans, je n'aurais pas donné quelques baffes - ce dont, je le répète, je n'ai même pas la pulsion aujourd'hui, même devant les enfants les plus difficiles.

Ce que je veux dire, c'est : est-ce que la fessée ou la gifle d'antan est condamnable, dans la mesure où la conception de l'éducation n'était pas la même ?

Dans le même temps, on assiste à une recrudescence de la violence inter-élèves (c'est complètement subjectif : je n'ai pas de chiffres, mais il me semble que les petites agressions -coups de pieds, insultes, bousculades...- se banalisent dans les cours d'école.)
Y a-t-il un lien ?
Alors que maîtres et parents sont de plus en plus des modèles de retenue et de négociation verbale, que l'enfant se sait protégé des adultes par la loi (et c'est très bien, hein), il bénéficie en même temps de l'impunité la plus grande lorsque lui-même est violent.

C'est-à-dire qu'il faudrait trouver, aujourd'hui, quelque chose qui fasse suffisamment pression sur lui, une crainte, pour enrayer ses pulsions à lui, sans avoir recours à la violence physique.
Et c'est là qu'on se trouve un peu démuni avec de jeunes enfants.

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")
avatar
gelsomina31
Grand Maître

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par gelsomina31 le Dim 11 Mar 2012 - 10:39
@Mufab a écrit:(...)
Alors que maîtres et parents sont de plus en plus des modèles de retenue et de négociation verbale, que l'enfant se sait protégé des adultes par la loi (et c'est très bien, hein), il bénéficie en même temps de l'impunité la plus grande lorsque lui-même est violent.

C'est-à-dire qu'il faudrait trouver, aujourd'hui, quelque chose qui fasse suffisamment pression sur lui, une crainte, pour enrayer ses pulsions à lui, sans avoir recours à la violence physique.
Et c'est là qu'on se trouve un peu démuni avec de jeunes enfants.

Même réflexion. Suis intéressée par pistes d'actions. Wink
avatar
egomet
Grand sage

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par egomet le Dim 11 Mar 2012 - 20:59
@Mufab a écrit:
Alors que maîtres et parents sont de plus en plus des modèles de retenue et de négociation verbale, que l'enfant se sait protégé des adultes par la loi (et c'est très bien, hein), il bénéficie en même temps de l'impunité la plus grande lorsque lui-même est violent.

C'est-à-dire qu'il faudrait trouver, aujourd'hui, quelque chose qui fasse suffisamment pression sur lui, une crainte, pour enrayer ses pulsions à lui, sans avoir recours à la violence physique.
Et c'est là qu'on se trouve un peu démuni avec de jeunes enfants.

S'il s'agit de protéger l'enfant violent lui-même ou un de ses camarades, j'irai jusqu'à dire que c'est parfois un devoir moral que de faire usage de la force.
Si l'enfant est petit, il est d'ailleurs assez facile de mesurer cet usage tout en étant efficace. Un adulte contrôle beaucoup mieux sa force qu'un enfant. Il vaut mieux une gifle éducative qu'une bagarre entre gamins.
C'est plus difficile avec des ados...

Maintenant, aujourd'hui en France, compte tenu des réactions des enfants et de leurs parents, ça devient à la fois très risqué et de moins en moins efficace. Puisqu'on risque d'être désavoué légalement, il n'y a plus rien entre les admonestations et l'intervention policière.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
LadyC
Empereur

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par LadyC le Dim 11 Mar 2012 - 22:54
@Thalia de G a écrit:
@zabriskie a écrit:J'ai peut-être tort, mais je ne me pose pas vraiment de questions... Je n'hésite pas à
- remettre un élève dans le rang au sens propre quand il ne se range pas,
- donner de légères tapes sur la tête en passant dans les rangs pour qu'ils se taisent ou se retournent, avec ma main ou ce que j'ai en main
- échanger une bise avec mes élèves de 3è qui quittent le collège en fin d'année
- prendre par l'épaule une pôv gamine en larmes,
... et j'en oublie.

Je précise que je parle d'élèves de collège ; je ne permets pas les mêmes choses avec les lycéens, en particulier avec les garçons, pour des raisons évidentes... (je parle des gestes plutôt sympas... par contre, bousculer gentiment un lycéen qui chahute en le tirant par la manche, ça ne me pose pas de problème)

Tant que le contact est assumé, mais aussi tant qu'il n'y a pas proximité QUE dans la fermeté ou dans les situations limites, je crois que ça se passe. "Toucher" ses élèves ou s'interdire tout contact, ça fait partie de notre style. En tout cas, je n'ai jamais eu de problèmes. J'ai juste senti à un ou deux moments qu'il fallait que je m'arrête pour ne pas m'en prendre une au moment de séparer 2 élèves ou de calmer un excité.
Dans une telle situation, je sais que je ne m'en prendrai qu'à moi si jamais je me prends un marron...
Tu décris parfaitement bien ce que je pratique et ressens.

Très exactement.
Et j'ajoute que ça dépend énormément de qui j'ai en face de moi ; et de l'ambiance de la classe.
Cette année j'ai une 4e avec qui ça se passe franchement mal, et les "contacts" sont rares - et toujours "hostiles" : agripper un élève par la manche ou par le sac pour l'empêcher de sortir sans mon autorisation (ou rentrer idem), le prendre par les épaules pour le retourner face au tableau ; j'ai eu parfois des "hé vous me touchez pas", voire "je vais me plaindre à Mme Truc" (la principale), mais ça n'est jamais allé plus loin.
Avec toutes les autres, où l'ambiance est bonne (même s'il y a des insupportables et que je crie régulièrement), c'est beaucoup plus fréquent, beaucoup plus "cordial" même si c'est toujours pour remettre dans le fil du cours un élève inattentif ou excité - ça va parfois jusqu'àune petite tape avec la feuille de cours que j'ai en main, accompagnée d'une fausse colère (jouée ostensiblement), dans le cas d'une réponse qui me fait grimper au rideau par son absurdité, et les élèves en rient et le prennent très bien. Je suis très "physique" de toute façon (j'arpente la classe, je fais de grands gestes, je suis volontiers théâtrale), ça va avec, et me restreindre rendrait les cours bien plus froids. En fonction de notre caractère et de celui de la classe, je dirais qu'on sent bien les limites.

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
avatar
LadyC
Empereur

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par LadyC le Dim 11 Mar 2012 - 22:58
Ah, et comme il a été dit, c'est plus difficile pour les profs hommes...
Sans doute parce que, malheureusement :
- une femme va moins être soupçonnée d'une intention douteuse (à caractère sexuel, pour mettre les pieds dans le plat)
- une femme est considérée comme "maternelle", et une mère, ça touche, donc le contact avec une femme prof est plus "naturel"

Je suis triste de cet état de fait pour les collègues hommes (JPhMM, ton anecdote... Sad ).

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
avatar
Hermione0908
Modérateur

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Hermione0908 le Dim 11 Mar 2012 - 23:25
Il m'arrive de toucher mes élèves aussi, pour mettre le troupeau en ordre avant de rentrer en classe, j'ai déjà donné des petites tapes sur la tête comme toi LadyC, de façon humoristique, après une réponse absurde par exemple, mais surtout, lorsque j'étais stagiaire, j'ai dû ceinturer un élève qui avait décidé de régler physiquement un contentieux avec un autre élève (sans compter le chevalier blanc qui est venu mettre son grain de sel). Il aurait fallu que je les regarde se battre en attendant le CPE (que j'ai envoyé chercher seul par un autre élève, autre faute majeure, n'est-ce pas) ?
Il est des moments où on ne peut pas ne pas avoir de contact physique.
J'ai déjà aussi consolé des larmes.

_________________
Certaines rubriques de Neoprofs.org sont en accès restreint.
Pour en savoir plus, c'est par ici : http://www.neoprofs.org/t48247-topics-en-acces-restreint-forum-accessible-uniquement-sur-demande-edition-2018
avatar
LadyC
Empereur

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par LadyC le Dim 11 Mar 2012 - 23:30
@Hermione0908 a écrit:Il m'arrive de toucher mes élèves aussi, pour mettre le troupeau en ordre avant de rentrer en classe, j'ai déjà donné des petites tapes sur la tête comme toi LadyC, de façon humoristique, après une réponse absurde par exemple, mais surtout, lorsque j'étais stagiaire, j'ai dû ceinturer un élève qui avait décidé de régler physiquement un contentieux avec un autre élève (sans compter le chevalier blanc qui est venu mettre son grain de sel). Il aurait fallu que je les regarde se battre en attendant le CPE (que j'ai envoyé chercher seul par un autre élève, autre faute majeure, n'est-ce pas) ?
Il est des moments où on ne peut pas ne pas avoir de contact physique.
J'ai déjà aussi consolé des larmes.

Heureusement pour moi, je n'ai pas (encore ?) eu à ceinturer d'élève... Le cas échéant, je serais bien embêtée (peur de faire mal à la victime, ou même de "ne pas mesurer ma force" (oui, même si je pèse moins que lui... on a des inhibitions quand on est "bien élevé") face à l'agresseur que je voudrais maîtriser).

Pour les larmes, bizarrement, c'est ce avec quoi je me sens le plus maladroite (grosse envie de prendre l'élève dans mes bras, m'est arrivé deux fois, et j'ai été retenue par une pudeur que je projetais peut-être simplement sur l'élève, par une crainte que ce soit déplacé, mal interprété, rejeté... peut-être aussi parce que je les vouvoie et que prendre dans ses bras quelqu'un qu'on vouvoie est un peu bizarre...).

_________________
Life is what happens to you while you're making other plans. John Lennon
Life is not governed by will or intention. Life is a question of nerves, and fibres, and slowly built-up cells in which thought hides itself and passion has its dreams. Oscar Wilde


Bien que femme, je me suis permis_ / demandé_ / rendu_ compte / fait_ désirer... etc._  Smile
avatar
JEMS
Modérateur

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par JEMS le Lun 12 Mar 2012 - 6:42
Je sais qui je peux toucher (petite tape derrière la tête, deux mains sur les épaules pour les faire rentrer, ceinturage quelques fois) ou pas !
Certains de mes élèves me serrent la main dehors, ou même lorsque je rencontre les parents. En LP, tu as une certaine proximité avec tes élèves car tu travailles avec eux parfois plus de 10 heures par semaine. Et puis, quand tu as des SEGPA, tu es leur "papa". Il y a des liens, des gestes coutumiers... Je pense aussi que c'est lié à nos origines (je viens du sud, nous sommes assez "tactiles" et expressifs).
avatar
Aurey
Niveau 2

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Aurey le Mar 13 Mar 2012 - 17:42
J'ai lu vos témoignages et je suis d'accord avec vous...Si on assume,si on sait dans quel intérêt on le fait et surtout à partir du moment on respecte l'enfant, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas "toucher" les élèves.
Dur dur entre l'iufm et la réalité du terrain...

_________________
PES à la rentrée 2013 Very Happy
avatar
Hermione0908
Modérateur

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Hermione0908 le Mar 13 Mar 2012 - 20:14
Encore ce matin, j'ai pensé à ce post. J'ai tapoté sur la tête d'un élève de sixième, lui et moi on se posait la question de savoir s'il y avait du vent ou pas dedans (cherchez pas, parfois, j'ai des délires bizarres avec mes élèves Wink ). Ça l'a fait rire, il se l'est tapotée aussi et m'a dit "Ça sonne creux", et on en a déduit tous les deux qu'il y avait du vent. Qu'est-ce que je risque pour ça ? (bon, quand j'étais stagiaire ou néotit, jamais je n'aurais osé faire ça, trop peur de me faire fumer sur le thème "On touuuuuuuuche paaaaaaaas un élèèèèèèèève !", cris d'orfraie compris).

_________________
Certaines rubriques de Neoprofs.org sont en accès restreint.
Pour en savoir plus, c'est par ici : http://www.neoprofs.org/t48247-topics-en-acces-restreint-forum-accessible-uniquement-sur-demande-edition-2018
avatar
Mufab
Esprit sacré

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Mufab le Mar 13 Mar 2012 - 20:20
Moi aussi, j'ai pensé à ce post : je me suis autorisée à tapoter la tête d'un élève du premier rang avec une trousse vide, juste pour rappeler que "la trousse de la classe", elle n'était pas là pour se servir allègrement dedans et me la rendre vide, mais que pour quand on avait oublié la sienne à la maison, ou que pour quand la maîtresse avait envie de signifier à Y*** d'arrêter de bavarder. Et tap ! tap ! Je joins le geste à la parole.

Bon, c'est pas méchant. J'ai pris un risque aussi ?

_________________
Poky et Lucas, dessin de Phi :

"Là où on ne lit pas, là où on n'élit pas, on ne rigole pas tous les jours. Lire est le propre de l'homme."
(Yvan Pommaux, auteur "Jeunesse")
Contenu sponsorisé

Re: "Toucher un élève"... c'est à dire?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum