Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par John le Jeu 27 Jan 2011 - 1:05


_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par Tzipora le Jeu 27 Jan 2011 - 10:18

Ah ! je suis contente, c'est près de chez moi !!
Merci John !
flower

Tzipora
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par Mélu le Jeu 27 Jan 2011 - 10:28

Il est bien son discours à la madame ! I love you

_________________
"Pourquoi sommes-nous au monde, sinon pour amuser nos voisins et rire d'eux à notre tour ?"
[ Jane Austen ] - Extrait de Orgueil et préjugés

Mélu
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par Sessi le Jeu 27 Jan 2011 - 11:14

Oui, j'ai bien aimé aussi!

_________________
- Tout ce que nous pouvons faire est d'ajouter à la création, le plus que nous le pouvons, pendant que d'autres travaillent à la destruction. C'est ce long, patient et secret effort qui a fait avancer réellement les hommes depuis qu'ils ont une histoire.-
Albert Camus

Sessi
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par InvitéN le Jeu 27 Jan 2011 - 11:54

Quel joli discours..et empli de modestie !

Je la vois bientôt : http://www.theatredubeauvaisis.com/spectacle.php?idsp=56 .

_________________
Plus on partage, plus on possède !

InvitéN
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par mel93 le Jeu 27 Jan 2011 - 12:01

bisous

mel93
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par Nasopi le Jeu 27 Jan 2011 - 16:24

C'est pas loin de chez moi non plus, Quint Fonsegrives Very Happy !
J'ai bien aimé son discours, moi aussi.

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)

Nasopi
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par John le Mar 1 Fév 2011 - 0:33

C’est un grand honneur et un grand bonheur de baptiser ce collège qui porte mon nom. Non seulement parce que l’enseignement a été au centre de ma vie, mais avant tout parce que l’école est l’institution la plus importante de la République. Sans elle, le triptyque républicain est un objectif purement utopique, sans moyen de réalisation. Chacun sait bien que l’école, à la différence des moyens modernes de communication, est la seule voie de l’apprentissage de l’esprit critique et donc de la liberté de pensée ; qu’elle est aussi le premier instrument de l’égalité des chances (… ), ce qui ne signifie pas à mes yeux l’obligation de l’égalité de résultats. Mais depuis quelque temps, on tend un peu trop à oublier qu’elle est aussi au cœur, sinon de la fraternité, du moins de la construction d’une identité culturelle partagée, de notre sentiment d’appartenance au même pays, c’est-à-dire au cœur de la prise de conscience d’un destin commun. En apprenant la même langue, la même histoire, en lisant les mêmes auteurs, nous intégrons pour la vie un socle commun de connaissances et de valeurs qui nous unit. C’est pourquoi il est essentiel d’exiger que les enfants laissent à a porte de l’école leurs différences d’origine, de culture, de religion, comme il est indispensable de défendre bec et ongles notre principe de laïcité. Si l’on veut que l’école continue à être ce creuset de notre cohésion à tous, il faut cesser de proclamer le droit à la différence dès le berceau et au contraire lutter pour préserver ce lieu d’apprentissage de nos valeurs communes. Il faut lutter pour renforcer ce qui nous unit plutôt que de sacraliser ce qui nous distingue. Faut-il encore que les parents d’élèves et l’ensemble de la communauté éducative en soient bien convaincus pour que les enfants le soient aussi. En effet, l’école est une institution qui implique la participation de trois types d’acteurs différents : les professeurs, les parents d’élèves et leurs enfants. Ayant été pour ma part professeur, parent et élève, je voudrais m’adresser un instant à chacun d’entre vous.

D’abord, mes collègues enseignants qui m’ont fait l’honneur de me désigner come marraine de cet établissement. Je sais que leur tâche a bien changé depuis vingt ans et qu’elle est certainement plus difficile aujourd’hui qu’hier. Je tiens à leur dire ma profonde solidarité, car j’observe que la société pèse de tout son poids sur la communauté enseignante sans pour autant lui simplifier la tâche. De l’école, c’est-à-dire de vous, professeurs, on attend tout : non seulement d’instruire et former l’esprit des enfants, mais aussi les éduquer, les écouter, voire les soigner psychologiquement lorsqu’ils ne vont pas bien, autrement dit réparer les difficultés sociales et pallier les difficultés familiales Pour le public de consommateurs que nous sommes devenus, l’école est tenue responsable de tous les échecs de la société. Tant et si bien que pas une semaine ne se passe sans qu’un journal ne fasse le procès de l’école. Elle n’intègre plus, lit-on, les enfants d’origine étrangère, elle n’apprend plus bien à lire, à écrire et à compter, et même le Monde de l’éducation il y a une quinzaine de jours titrait en une « le malaise des jeunes : la faute de l’école ». Il fustigeait une orientation par l’échec et des diplômes qui ne donnent plus accès à l’emploi. De la responsabilité du politique, de celle des parents et de nous tous qui avons choisi la posture passive des victimes, il n’est jamais question. Le bouc émissaire, aujourd’hui, c’est vous, les enseignants, les seuls responsables des maux de la société. Au passage, on a oublié l’immense majorité des enfants que vous avez formés, accompagnés jusqu’à l’âge adulte, ces moments de grâce où vous les avez fait progresser, malgré les difficultés des uns et des autres. A vous, mes collègues, je dis merci.

Un mot maintenant aux parents d’élèves. Je les supplie d’être toujours solidaires des enseignants de leurs enfants. Et je le leur dis avec d’autant plus de force, mais aussi de honte, qu’il m’est arrivé de ne pas observer cette règle. Oui, parfois, j’ai pris le parti de mes enfants et je le regrette profondément. J’ai eu tort. Non que les professeurs soient des saints qui ont toujours raison, mais l’élève doit être convaincu de la totale cohésion entre professeurs et parents pour pouvoir avancer. Prendre le parti de ses enfants contre les enseignants est un mal de plus en plus répandu qui affaiblit considérablement l’institution. Si les parents ne montrent pas un vrai respect du professeur, et vice-versa, il est inévitable que les enfants fassent de même et que l’autorité du professeur en pâtisse irrémédiablement. Mesdames et messieurs, il faut se résoudre à admettre que nos enfants ne sont pas toujours les petits anges studieux que nous voulons imaginer et que la patience d’un enseignant a parfois des limites.

Enfin je dirai aux élèves qui sont là (…) que je n’ai as oublié leur âge et leur condition. Loin d’être une élève brillante qui comprend tout au quart de tour, j’appartenais à la catégorie nombreuse des élèves moyens. Je me souviens encore des difficultés à comprendre la géométrie que des professeurs patients tentaient vainement de me faire pénétrer. Je sais l’ennui et le découragement que l’on peut ressentir, l’envie de jeter l’éponge et de se dire « c’est pas pour moi, donc je m’en détourne ». Au contraire, je dis aux enfants : accrochez-vous, faites tout ce que vous pouvez, rattrapez-vous sur d’autres disciplines. Toutes les connaissances acquises sont des richesses pour la vie. Tout ce que vous apprenez, tout ce que vous comprenez, personne, jamais, ne pourra vous le reprendre. Même si l’apprentissage n’est pas toujours un chemin parsemé de roses, sachez bien que l’école est le plus beau cadeau que l’on puisse faire à des enfants.

Alors à tous, bon vent dans ce nouveau collège, mes vœux les plus chaleureux vous accompagnent, pour toujours.

Élisabeth Badinter, 2 décembre 2010, Discours lors du baptême du collège de Quint-Fonsegrives (académie de Toulouse) qui porte désormais le nom du collège Élisabeth Badinter.

http://enseigner-comment.blogspot.com/2011/01/discours-delisabeth-badinter.html

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par Daphné le Mar 1 Fév 2011 - 7:10

Je croyais qu'on ne pouvait baptiser un établissement scolaire, comme une rue/ avenue....... que par le nom de quelqu'un de décédé.
Je dois me tromper alors, la preuve.
Très bon choix cependant.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par Marie Laetitia le Mar 1 Fév 2011 - 8:06

Tiens, pour une fois que ce qu'elle dit est bien... (je n'aime pas Badinter quand elle s'occupe d'histoire de l'amour maternel, parce qu'il y a des choses en manière de faire de l'histoire qu'elle n'a toujours pas compris)

ça ils pourraient le mettre en gros sur les murs de l'établissement

Toutes les connaissances acquises sont des richesses pour la vie. Tout ce que vous apprenez, tout ce que vous comprenez, personne, jamais, ne pourra vous le reprendre.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par Fourseasons le Mar 1 Fév 2011 - 8:46

@Marie Laetitia a écrit:
ça ils pourraient le mettre en gros sur les murs de l'établissement

Toutes les connaissances acquises sont des richesses pour la vie. Tout ce que vous apprenez, tout ce que vous comprenez, personne, jamais, ne pourra vous le reprendre.

+ 1 !

Très beau discours...

Non que les professeurs soient des saints qui ont toujours raison, mais l’élève doit être convaincu de la totale cohésion entre professeurs et parents pour pouvoir avancer. Prendre le parti de ses enfants contre les enseignants est un mal de plus en plus répandu qui affaiblit considérablement l’institution. Si les parents ne montrent pas un vrai respect du professeur, et vice-versa, il est inévitable que les enfants fassent de même et que l’autorité du professeur en pâtisse irrémédiablement.

Très juste ! Comment y remédier ? Question naïve...

Fourseasons
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par mel93 le Mar 1 Fév 2011 - 15:41

Merci John ! Je vais pourvoir me le lire et me le relire avant d'aller dormir !

mel93
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par Clarianz le Mar 1 Fév 2011 - 15:45

@mel93 a écrit:Merci John ! Je vais pourvoir me le lire et me le relire avant d'aller dormir !

il est particulièrement émouvant!

_________________
Mama's Rock

Clarianz
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le collège de Quint Fonsegrives s'appelle désormais le collège Elisabeth Badinter

Message par John le Mar 1 Fév 2011 - 18:23

@Marie Laetitia a écrit:Tiens, pour une fois que ce qu'elle dit est bien... (je n'aime pas Badinter quand elle s'occupe d'histoire de l'amour maternel, parce qu'il y a des choses en manière de faire de l'histoire qu'elle n'a toujours pas compris)
Ca tombe bien : elle fait de la philosophie, Elisabeth Badinter... Tu ne lis pas Hegel comme tu lis Fustel de Coulanges ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)

John
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum