"Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Docteur OX le Ven 4 Fév 2011 - 14:02

http://www.valeursactuelles.com/parlons-vrai/parlons-vrai/pour-sauver-l%E2%80%99%C3%A9cole20110203.html

je suis presque d'accord sur tout ce qu'il dit...mais c'est un politique, donc méfiance.

Docteur OX
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Finrod le Ven 4 Fév 2011 - 14:08

“L’école est mise en danger par la restriction des effectifs d’enseignants” : tout n’est pas question de moyens. Il est grand temps que la gauche cesse de se retrancher sur la question des moyens pour masquer ses errements.

Il sait ce que c'est un moyen le monsieur? Chez nous c'est des options langues, des heures de Physique, de maths, de bio, de français, de langues, supprimées pour les élèves. D'autres options en dangers. Une classe européenne qui devra peut être s'arrêter.

(genre les moyens supprimés, ils devaient penser qu'ils servaient à payer du vin aux profs à la cantine ? )

Il est grand temps que la droite cesse de se retrancher sur la question des moyens pour masquer ses errements.

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par deroute le Ven 4 Fév 2011 - 14:12

"Je veux rendre au bac ses lettres de noblesse en écartant les matières exotiques "


Quand je lis ce genre de choses, en tant que prof de LC, j'ai toujours peur de ce qui est inclus dans ce "matières exotiques"

deroute
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Marie Laetitia le Ven 4 Fév 2011 - 14:12

@Finrod a écrit:
“L’école est mise en danger par la restriction des effectifs d’enseignants” : tout n’est pas question de moyens. Il est grand temps que la gauche cesse de se retrancher sur la question des moyens pour masquer ses errements.

Il sait ce que c'est un moyen le monsieur? Chez nous c'est des options langues, des heures de Physique, de maths, de bio, de français, de langues, supprimées pour les élèves. D'autres options en dangers. Une classe européenne qui devra peut être s'arrêter.

(genre les moyens supprimés, ils devaient penser qu'ils servaient à payer du vin aux profs à la cantine ? )

Il est grand temps que la droite cesse de se retrancher sur la question des moyens pour masquer ses errements.

je ne crois pas que son propos soit de dire qu'il ne faut pas des moyens financiers, mais plutôt que ce n'est pas qu'une question de moyen. Il y a d'autres choses à faire qui ne coûte pas nécessairement de l'argent, comme contrôler les CDE sur leur manière de gouverner leur bahut.

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Daphné le Ven 4 Fév 2011 - 14:18

Entre autre !!
Et faire respecter un minimum le règlement intérieur.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Finrod le Ven 4 Fév 2011 - 14:22

Il voulait surtout dire qu'il n'était pas contre la restriction des effectifs et vu que je suis du lot, ça me met en rogne.

Je ne défend pas la gauche. mais il n'y a pas que la gauche qui critique la réforme, j'avais lu un truc du modem aussi (c'est mieux que rien). Je vais voir si je le retrouve.


trouvé : http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/wehrling-confpresse-education-010211.html

C'est pas franchement bien vu de Wehrling, qui malheureusement trouve par exemple intéressant l'apprentissage de l'anglais dès le plus jeune âge. Après il se contente de dénoncer les suppressions de postes.

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Aurore le Ven 4 Fév 2011 - 14:31

@Finrod a écrit:Il voulait surtout dire qu'il n'était pas contre la restriction des effectifs et vu que je suis du lot, ça me met en rogne.

Je ne défend pas la gauche. mais il n'y a pas que la gauche qui critique la réforme, j'avais lu un truc du modem aussi (c'est mieux que rien). Je vais voir si je le retrouve.

Je ne lis pas la même chose que toi.
Citation : "Quant à Nicolas Sarkozy, il n’a pas mené les ruptures qu’il avait promises, et ce n’est pas la réduction des effectifs jusqu’à un stade critique qui pourra l’y aider".

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Aurore le Ven 4 Fév 2011 - 14:31

@Finrod a écrit:Il voulait surtout dire qu'il n'était pas contre la restriction des effectifs et vu que je suis du lot, ça me met en rogne.

Je ne défend pas la gauche. mais il n'y a pas que la gauche qui critique la réforme, j'avais lu un truc du modem aussi (c'est mieux que rien). Je vais voir si je le retrouve.


trouvé : http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/wehrling-confpresse-education-010211.html

C'est pas franchement bien vu de Wehrling, qui malheureusement trouve par exemple intéressant l'apprentissage de l'anglais dès le plus jeune âge. Après il se contente de dénoncer les suppressions de postes.

Il y a des doux rêveurs au Modem. En particulier en Alsace...

Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Invité le Ven 4 Fév 2011 - 14:33

Ce programme est plein de bon sens, mais ça manque de concret.

Une petite digression sur les "matières exotiques":

Je vais me faire taper mais je considère que ma discipline (physique-chimie) est secondaire au collège... Ça ne me dérangerait pas plus que ça qu'elle disparaisse des programmes (plutôt que de voir apparaître un enseignement de sciences ludiques en 6ème furieux ).
Je pense que les sciences ont besoin d'une certaine maturité dans le raisonnement, maturité que n'ont pas les collégiens. Les mathématiques de collège leur apprennent progressivement la rigueur, la logique et la cohérence. Sans cela, nous ne pouvons faire, en physique-chimie, qu'un vague enseignement de culture générale sur les choses de l'univers (et non de culture générale scientifique): "le laser c'est dangereux", "l'acide ça pique", "l'électricité ça peut électrocuter", "les ombres c'est trop super comme phénomène"... Mes élèves sont incapables de comprendre pourquoi on fait une expérience, alors leur demander d'analyser des résultats...

C'est dommage pour les postes mais le saupoudrage, décidément, non je ne peux pas... je préfère qu'on se focalise sur les matières plus importantes que la mienne: français (parce que sans la langue, impossible de décrire une expérience ou analyser un résultat), mathématiques (pour le raisonnement) et histoire-géographie (car nos modèles ont une histoire/une évolution qu'on ne peut déconnecter de l'époque où ils ont été mis en place).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Finrod le Ven 4 Fév 2011 - 14:37

@Aurore a écrit:
Je ne lis pas la même chose que toi.
Citation : "Quant à Nicolas Sarkozy, il n’a pas mené les ruptures qu’il avait promises, et ce n’est pas la réduction des effectifs jusqu’à un stade critique qui pourra l’y aider".

Au temps pour moi.

edit : @Al C'est pas faux. Mais dans mes souvenirs de sciences physiques au collège (1994,1995), on en faisait quand même plus que ça. les programmes ont tant bougé ?



Dernière édition par Finrod le Ven 4 Fév 2011 - 14:39, édité 1 fois

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Augustin le Ven 4 Fév 2011 - 14:38

D'accord avec Dupont. Le problème c'est qu'il va faire 2%. Sad
Par contre, les idées avancent et se diffusent, ça c'est positif.

Augustin
Banni


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par deroute le Ven 4 Fév 2011 - 14:41

Oui je comprends ton point de vue Al et je suis évidemment d'accord avec toi à propos de l'importance des matières que tu cites.
Ce qui me dérange c'est quand il évoque la possibilité de ne plus tenir compte de ces matières "exotiques" pour le bac... Je sais que la plupart de mes élèves (ou en tous cas leurs parents) continuent le latin pour la carotte que représentent les points au bac. Il y en a certains qui découvrent ainsi une matière qu'ils n'auraient pas connu autrement.
Mais je suis tout à fait d'accord pour que les matières principales soient davantage coéfficientées, ce n'est pas la question.

deroute
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par kensington le Ven 4 Fév 2011 - 14:46

@Augustin a écrit:D'accord avec Dupont. Le problème c'est qu'il va faire 2%. Sad
Par contre, les idées avancent et se diffusent, ça c'est positif.

topela

Il faudra peut-être encore un quinquennat de dégradations, quelques autres livres comme celui de Coignard et des témoignages effarants soutenus par des voix médiatiques pour que la prise de conscience soit suffisamment importante.

kensington
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Daphné le Ven 4 Fév 2011 - 14:56

Encore un quinquénat et on est mort !
Que dis-je, on sera mort bien avant.

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Invité le Ven 4 Fév 2011 - 15:22

@deroute a écrit:Oui je comprends ton point de vue Al et je suis évidemment d'accord avec toi à propos de l'importance des matières que tu cites.
Ce qui me dérange c'est quand il évoque la possibilité de ne plus tenir compte de ces matières "exotiques" pour le bac... Je sais que la plupart de mes élèves (ou en tous cas leurs parents) continuent le latin pour la carotte que représentent les points au bac. Il y en a certains qui découvrent ainsi une matière qu'ils n'auraient pas connu autrement.
Mais je suis tout à fait d'accord pour que les matières principales soient davantage coéfficientées, ce n'est pas la question.

Je suis bien d'accord avec toi, pour le bac, nos matières "exotiques" en collège ne le sont plus en lycée. D'ailleurs je pense que le latin et le grec devraient faire partie d'un enseignement de tronc commun des classes L, qu'ils devraient correspondre à un choix d'options obligatoires dans les autres sections (au lieu de faire des trucs foireux comme MPS, L&S, etc) et ne devraient plus être relégués aux dernières heures de la journée/aux heures de pause du midi.

Pour ceux qui se posent des questions sur les programmes de sciences physiques au collège:
- les lois les plus compliquées vues au collège : U=RI en 4ème, P=mg en 3ème, et encore on balance le résultat sans expliquer (ah si on fait un graphe montrant la proportionnalité mais comme nos élèves ne savent pas ce qu'est une fonction linéaire, ne comprennent pas le sens physique du coefficient directeur, hein, bein on balance);
- surtout pas de par cœur: connaître 4 pauvres tests de reconnaissance d'ions c'est le mal, connaître des noms d'atomes c'est le mal (d'ailleurs savoir ce qu'est atome c'est presque le mal), connaître des formules chimiques c'est le mal, etc, alors il faut tout donner en devoir (et on les interroge sur quoi nos élèves?);
- savoir équilibrer une réaction chimique, savoir faire des conversions entre plusieurs unités, faire des exercices d'entraînement: ouh la la mais vous allez les tuer!
- la démarche d'investigation c'est le Graal: l'élève doit deviner tout seul une problématique, un protocole expérimental pour tester son hypothèse, faire des observations et une interprétation, avoir un regard critique sur son travail... euh mais ils ne savent même pas suivre un protocole à la lettre (et pour ceux qui ne savent pas à quoi ça ressemble, ça revient à suivre une recette de cuisine...)? pas grave, l'important c'est que l'élève construise son savoir
- chaque chapitre a son petit paragraphe sécurité: le laser pour les ombres en 5ème (vous voyez un rapport vous? moi pas), l'électrocution en mettant les doigts dans la prise secteur (même si en cours on travaille avec des piles 4,5V...) en 5ème, les dangers des acides en 3ème, les énergies renouvelables et les autres en 3ème (où est le rapport avec la physique? ah si, il y a énergie, euh oui mais on n'en parle pas vraiment en cours...), le feu en 4ème (pour les combustions), la distance de freinage en 3ème, etc
- en 5ème, on apprend à filtrer l'eau et que quand on met un sucre dans l'eau, il se dissout, on apprend que le métal conduit l'électricité mais pas le plastique, on s'intéresse aux ombres
- en 4ème, on apprend à faire une combustion et à mettre en évidence ce qui est alors produit, on voit la notion de réaction chimique mais uniquement pour la combustion, on équilibre des réactions dures comme C+O2 -> CO2 (et on se limite à deux réactions pas plus), on apprend quelques lois dans un circuit électrique (loi des mailles, loi des nœuds mais il est interdit de les appeler comme ça) et on fait joujou avec des lumières colorées
- en 3ème, on s'intéresse aux centrales électriques, on utilise un oscilloscope si le collège en a, on survole les notions de puissance et énergie électrique parce qu'on n'a pas le temps de finir le programme, on essaie de comprendre d'où vient la conduction électrique mais on ne prouve rien, on fait des tests de reconnaissance qu'il ne faut pas retenir, on fabrique une pile et on fait une synthèse chimique pour le plaisir (surtout pas de formules ni de réaction), on apprend que P=mg et on calcule l'énergie cinétique dans des cas très simples (une bille qui roule par exemple), on sait que l'énergie mécanique existe mais on ne donne pas sa formule (et du coup on n'y comprend rien mais c'est pas grave).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Finrod le Ven 4 Fév 2011 - 15:53

@Daphné a écrit:Encore un quinquénat et on est mort !
Que dis-je, on sera mort bien avant.

Et la mort nous rendra enfin célèbres et reconnus.

Comme Van Gogh.

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Edgar le Ven 4 Fév 2011 - 16:18

Il semble, et c'est quand même rassurant malgré tout, que l'éducation va devenir un enjeu électoral pour les prochaines présidentielles. Même si chacun va tenter de se démarquer nettement sur le sujet, probablement pour gagner une part d' électorat, mais c'est le jeu de la démocratie, il faut bien reconnaître un état des lieux assez inquiétant qui demande que l'on s'attarde sur le sujet sans préjugés, et c'est une partie du mérite de cet article. L'école, dépassée par les événements et par les enjeux idéologiques qui lui ont été imposés, s'est vue contrainte d'adapter ses exigences aux élèves, tant sur le plan de la place du professeur dans le système, que de la licence verbale ou physique accrue des élèves, et enfin sur le plan du niveau des cours. Je constate que nous avons une pression importante exercée sur nous pour que le maximum d'élèves aient le brevet au collège par exemple, ce qui implique que nous trouvions nombres d'astuces pour compenser leurs performances réelles en évaluations (bonifications diverses, notes truquées dans les bulletins si le niveau est trop faible pour remonter la moyenne, validations en langues et B2i bidon pour ne pas pénaliser les élèves). Aujourd'hui, un professeur qui donne des bonnes notes est un bon professeur, en tout cas un professeur qui rend service à tout le monde en ne montrant pas ce qui est grippé dans le système et qui assure sa survie.

Nous sommes bien au delà de la pédagogie de l'encouragement ou de la pédagogie positive, dont je suis le premier à reconnaître les bienfaits indéniables.

Nous sommes confrontés à un effet de masse qu'il est difficile, voire impossible, d'absorber sans changer totalement les règles du jeu. C'est une réalité.

Par ailleurs, tant que des personnes sont élèves ou étudiantes, elles ne rentrent pas dans les statistiques du chômage ou du Ministère de l'Intérieur. C'est un peu pessimiste comme vision, mais comment expliquer que l'on garde en serre des hommes de 20/21/22 ans dans des terminales de LP si ce n'est pas pour cela?

Malgré tout, je reste très sceptique quant à la possibilité qu'aurait un gouvernement de mettre en place les mesure préconisées par cet homme politique. Un irréalisme s'oppose à un autre irréalisme, antagoniste.

Cela implique une rupture totale avec les habitudes prises depuis longtemps et risque de créer un blocage net dans les rouages. Monter les exigences, c'est aussi potentiellement remettre en question l'accès généralisé aux diplômes tels qu'ils sont attribués aujourd'hui, qui bien que dévalorisés mécaniquement par le manque de sélection opérée, permettent d'adoucir artificiellement le climat social (j'insiste sur artificiellement, car on voit bien pourquoi de nombreux diplômés se plaignent en sortant de ne pas correspondre à la demande) .

Je souhaite de l'inspiration et du courage à ceux qui oseront mettre les pieds dans le plat, et si possible tout autrement que ne le fait notre Ministère en ce moment.

J'espère vivement en tout cas que l'Ecole publique aura encore une raison d'être dans les années à venir.



Edgar
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Finrod le Ven 4 Fév 2011 - 17:11

Je me demande si la guerre "pédago-républicains" (ou pédagogistes-réactionnaires) ne risque pas d'embrouiller encore l'opinion.

J'ai lu des commentaires assez agressifs de pédagodéfenseurs sur le dernier article de Brighelli.

J'ai été notamment surpris de lire voir qu'ils disent que c'était Brighelli et les "réacs" (selon leurs mots) qui sont derrière la politique du gouvernement...
Meirieu n'étant lui cité que comme spectateur impuissant. L'hypocrisie semble faire loi.

Enfin, si le débat se porte vraiment sérieusement sur le sujet, ce sera une bataille rangée. C'est pas gagné.

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Jean le Ven 4 Fév 2011 - 18:02

@Finrod a écrit:Je me demande si la guerre "pédago-républicains" (ou pédagogistes-réactionnaires) ne risque pas d'embrouiller encore l'opinion.

J'ai lu des commentaires assez agressifs de pédagodéfenseurs sur le dernier article de Brighelli.

J'ai été notamment surpris de lire voir qu'ils disent que c'était Brighelli et les "réacs" (selon leurs mots) qui sont derrière la politique du gouvernement...
Meirieu n'étant lui cité que comme spectateur impuissant. L'hypocrisie semble faire loi.

Enfin, si le débat se porte vraiment sérieusement sur le sujet, ce sera une bataille rangée. C'est pas gagné.

Où ça, l'article de Brighelli?

Jean
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Jean le Ven 4 Fév 2011 - 18:06

@Docteur OX a écrit:http://www.valeursactuelles.com/parlons-vrai/parlons-vrai/pour-sauver-l%E2%80%99%C3%A9cole20110203.html

je suis presque d'accord sur tout ce qu'il dit...mais c'est un politique, donc méfiance.

"Il est très bien, ce jeune homme!"
(Le Voyage de M.Perrichon) Tenez, encore un succès garanti auprès des 5èmes et des 4èmes, et même des 3èmes, pour ne rien dire des 6èmes ! Je le lis par morceaux chaque fois que je fais un remplacement ponctuel. Ils adorent, tous.

Jean
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par doctor who le Ven 4 Fév 2011 - 18:08

Aliks a écrit:Il semble, et c'est quand même rassurant malgré tout, que l'éducation va devenir un enjeu électoral pour les prochaines présidentielles. Même si chacun va tenter de se démarquer nettement sur le sujet, probablement pour gagner une part d' électorat, mais c'est le jeu de la démocratie, il faut bien reconnaître un état des lieux assez inquiétant qui demande que l'on s'attarde sur le sujet sans préjugés, et c'est une partie du mérite de cet article. L'école, dépassée par les événements et par les enjeux idéologiques qui lui ont été imposés, s'est vue contrainte d'adapter ses exigences aux élèves, tant sur le plan de la place du professeur dans le système, que de la licence verbale ou physique accrue des élèves, et enfin sur le plan du niveau des cours. Je constate que nous avons une pression importante exercée sur nous pour que le maximum d'élèves aient le brevet au collège par exemple, ce qui implique que nous trouvions nombres d'astuces pour compenser leurs performances réelles en évaluations (bonifications diverses, notes truquées dans les bulletins si le niveau est trop faible pour remonter la moyenne, validations en langues et B2i bidon pour ne pas pénaliser les élèves). Aujourd'hui, un professeur qui donne des bonnes notes est un bon professeur, en tout cas un professeur qui rend service à tout le monde en ne montrant pas ce qui est grippé dans le système et qui assure sa survie.

Nous sommes bien au delà de la pédagogie de l'encouragement ou de la pédagogie positive, dont je suis le premier à reconnaître les bienfaits indéniables.

Nous sommes confrontés à un effet de masse qu'il est difficile, voire impossible, d'absorber sans changer totalement les règles du jeu. C'est une réalité.

Par ailleurs, tant que des personnes sont élèves ou étudiantes, elles ne rentrent pas dans les statistiques du chômage ou du Ministère de l'Intérieur. C'est un peu pessimiste comme vision, mais comment expliquer que l'on garde en serre des hommes de 20/21/22 ans dans des terminales de LP si ce n'est pas pour cela?

Malgré tout, je reste très sceptique quant à la possibilité qu'aurait un gouvernement de mettre en place les mesure préconisées par cet homme politique. Un irréalisme s'oppose à un autre irréalisme, antagoniste.

Cela implique une rupture totale avec les habitudes prises depuis longtemps et risque de créer un blocage net dans les rouages. Monter les exigences, c'est aussi potentiellement remettre en question l'accès généralisé aux diplômes tels qu'ils sont attribués aujourd'hui, qui bien que dévalorisés mécaniquement par le manque de sélection opérée, permettent d'adoucir artificiellement le climat social (j'insiste sur artificiellement, car on voit bien pourquoi de nombreux diplômés se plaignent en sortant de ne pas correspondre à la demande) .

Je souhaite de l'inspiration et du courage à ceux qui oseront mettre les pieds dans le plat, et si possible tout autrement que ne le fait notre Ministère en ce moment.

J'espère vivement en tout cas que l'Ecole publique aura encore une raison d'être dans les années à venir.



Aliks, je ne t'ai pas encore lu, mais ton avatar est vraiment génial ! veneration

_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Abraxas le Ven 4 Fév 2011 - 19:03

Debout la république" tient convention sur l'Ecole demain à l'Assemblée nationale.
La Vieille Néotit y prendra la parole.
C'était elle ou moi… humhum

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Reine Margot le Ven 4 Fév 2011 - 19:06

@Daphné a écrit:Encore un quinquénat et on est mort !
Que dis-je, on sera mort bien avant.

+1000 humhum

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Finrod le Ven 4 Fév 2011 - 19:10

@Jean a écrit:
@Finrod a écrit:Je me demande si la guerre "pédago-républicains" (ou pédagogistes-réactionnaires) ne risque pas d'embrouiller encore l'opinion.

J'ai lu des commentaires assez agressifs de pédagodéfenseurs sur le dernier article de Brighelli.

J'ai été notamment surpris de lire voir qu'ils disent que c'était Brighelli et les "réacs" (selon leurs mots) qui sont derrière la politique du gouvernement...
Meirieu n'étant lui cité que comme spectateur impuissant. L'hypocrisie semble faire loi.

Enfin, si le débat se porte vraiment sérieusement sur le sujet, ce sera une bataille rangée. C'est pas gagné.

Où ça, l'article de Brighelli?

Celui là : http://www.marianne2.fr/Candide-face-au-chaos-de-l-Education-nationale_a202364.html?com#comments

Le commentaire 45 est .... intéressant dans la mesure ou en dehors de cela on ne voit pas beaucoup d'opposition frontales des deux points de vus. Dans les lycée et collège le débat est évité.

Finrod
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Pour sauver l’école" par Nicolas Dupont-Aignan

Message par Aurore le Ven 4 Fév 2011 - 22:08

@Finrod a écrit:Celui là : http://www.marianne2.fr/Candide-face-au-chaos-de-l-Education-nationale_a202364.html?com#comments

Le commentaire 45 est .... intéressant dans la mesure ou en dehors de cela on ne voit pas beaucoup d'opposition frontales des deux points de vus. Dans les lycée et collège le débat est évité.

Je ne serais pas si catégorique...
Enfin, c'est surtout l'un des deux points de vue qu'on entend. humhum


Aurore
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum