Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Abraxas
Doyen

Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Abraxas le Ven 4 Fév 2011 - 18:53
De récentes et douloureuses affaires de suicides de jeunes ont incité le gouvernement — Jeannette Bougrab, en l'occurrence — à lancer une vaste enquête sur cette question.
À qui diable confier la mission, sinon à l'apôtre de la "résilience", Boris Cyrulnik ?
Alors, voilà : il a commencé à penser, le grand homme…
Ci-dessous, ses premières conclusions, résumées aujourd'hui par l'AEF.
Quand on croit avoir touché le fond, il y a toujours plus abyssal.

"Il faut que l'opinion publique s'approprie le débat autour du suicide des jeunes, car il n'est pas uniquement le fait de l'école, du ministère, mais le fait de tous », indique Jeannette Bougrab, secrétaire d'État à la Jeunesse et la Vie associative, jeudi 3 février 2011. Elle lance une mission visant à analyser les causes du suicide des enfants et des adolescents (AEF n°144531), confiée à Boris Cyrulnik, éthologue, neuropsychiatre et psychanalyste. « Nous voulons apporter une vision nouvelle de la compéhension du phénomène du suicide. Elle prend en compte deux dimensions : le développement affectif et l'entourage socio-culturel » explique Boris Cyrulnik.

La « dimension » de l'entourage socio-culturel inclut l'école. Pour Boris Cyrulnik, « l'école joue surtout un rôle pour insécuriser [l'enfant] actuellement. Elle crée les conditions expérimentales de l'angoisse ». Il explique que trois facteurs « permettent de lutter contre l'angoisse : l'action, l'affection et la mentalisation ». Or, selon lui, ces trois facteurs ne sont pas ou peu présents à l'école : « Il n'y a pas d'action à l'école, on dit aux élèves de rester assis et de se taire. L'affection, il y en a peu, les compagnons changent d'école facilement. Et la mentalisation il n'y en a pas, il y a l'intellectualisation, on apprend des règles, on ne parle pas de soi, ni de son histoire », estime le neuropsychiatre.
>
> Ainsi Boris Cyrulnik avance qu' « il y a probablement des solutions à trouver en modifiant l'école ». Il relève que « des pays l'ont fait : en Finlande les enfants ont deux fois moins d'heure de cours, ils sont premiers ou deuxièmes aux évaluations Pisa ». Mais selon lui, des pays comme la Finlande ou le Japon « en mettant la barre très très haut, angoissent leurs enfants. L'école prend un tel effet socialisant qu'il y a un pic de suicide à l'adolescence dû à cette angoisse à l'école ».
>
> Boris Cyrulnik souhaite également prendre en compte « l'attachement de quartier, entre compagnons, ceux-ci pouvant avoir une fonction sécurisante ». Le rôle des structures socio-culturelles dans la prévention de la souffrance est selon lui important : « À Mons en Belgique, l'effondrement économique a provoqué un effondrement scolaire. Les seuls enfants qui se sont maintenus à niveau sont ceux qui allaient dans des clubs, artistiques ou sportifs, avaient des niches péri-familiales et ce, alors que leurs parents étaient en grande difficulté » économique et morale, illustre-t-il.
Cath
Esprit sacré

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Cath le Ven 4 Fév 2011 - 18:55
De la part de quelqu'un qui dit tant de choses intelligentes, c'est affligeant...
Depuis combien de temps n'a-t-il pas mis les pieds dans une école?
avatar
Abraxas
Doyen

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Abraxas le Ven 4 Fév 2011 - 18:56
Je rappelle au passage que ce même Cyrulnik fait partie du quarteron d'illuminés qui ont prêché récemment le renoncement aux notes, si traumatisantes…

Voir
http://bonnetdane.midiblogs.com/archive/2010/11/24/la-dictature-des-notes.html
avatar
Chocolat
Guide spirituel

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Chocolat le Ven 4 Fév 2011 - 18:59
:shock: Est-ce que qq'un pourrait me dire que c'est une blague, svp?

Le problème vient surtout du fait que l'école joue tous les rôles, aujourd'hui.
Alors forcément, dès qu'il y a quelque chose qui ne va pas - c'est l'école, qui est fautive, et ces hordes d'enseignants, les uns plus sadiques que les autres!

A force d'entendre les élèves, les parents, les CDE, les IPR, les "experts" divers et variés le claironner... tout le monde va finir par le croire! (si ce n'est déjà fait)
Rolling Eyes


Dernière édition par Chocolat le Ven 4 Fév 2011 - 19:02, édité 2 fois

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/
avatar
Reine Margot
Demi-dieu

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Reine Margot le Ven 4 Fév 2011 - 19:01
"ces trois facteurs ne sont pas ou peu présents à l'école : « Il n'y a pas d'action à l'école, on dit aux élèves de rester assis et de se taire. L'affection, il y en a peu, les compagnons changent d'école facilement. Et la mentalisation il n'y en a pas, il y a l'intellectualisation, on apprend des règles, on ne parle pas de soi, ni de son histoire », estime le neuropsychiatre."


Il a oublié le rôle de l'école, d'instruire, le bon monsieur...qu'il retourne auprès de ses patients, et qu'il laisse de côté ce qu'il ne connaît pas... :colere: :colere: :colere:
avatar
Finrod
Expert spécialisé

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Finrod le Ven 4 Fév 2011 - 19:05
Mouais puis "se taire" c'est pas la spécialité des élèves. De même que le manque d'affection, vu la cadence de certaines relations.

Sur 100, j'ai un seul élève qui correspond au profil dont parle le monsieur. Stressé un peu aussi sans doute car les parents le pousse pas mal et qu'il est uniquement moyen-bon.

avatar
Angua
Doyen

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Angua le Ven 4 Fév 2011 - 19:10
Le massacre des bébés phoques, c'est la faute à l'école.

(il fallait que quelqu'un ose le dire, non?)

_________________
journalsemilitteraire.over-blog.com
avatar
Abraxas
Doyen

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Abraxas le Ven 4 Fév 2011 - 19:13
Je sens qu'il y en a, au lycée, à qui je vais prodiguer de l'affection… lol!
Je vais enrayer les suicides potentiels de toutes les élèves de plus de 18 ans à longues jambes…
avatar
doublecasquette
Prophète

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par doublecasquette le Ven 4 Fév 2011 - 19:35
De tels propos, c'est incroyable de la part de quelqu'un qui, il y a peu, écrivait cela :

" Dans notre culture, on encourage l’enfant blessé à faire une carrière de victime. C’est trop souvent le regard de l’adulte qui bloque son développement. J’ai entendu des psys dire: « Madame, vous avez été violée par votre père, vous serez frigide. » C’est criminel ! Un gamin est foutu parce qu’on l’a pensé foutu. Pendant longtemps, dans les orphelinats, on s’est contenté de soigner les enfants, de les nourrir, de les laver. C’était nécessaire, bien sûr, mais insuffisant. La résilience jaillit de l’imaginaire : un enfant traumatisé qui ne rêve pas reste soumis au réel délabrant. Un jour ou l’autre, le trauma devient souvenir. Si l’on en fait un spectacle, une réflexion, un éclat de rire, on devient celui qui donne et on répare l’estime de soi. "
Cath
Esprit sacré

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Cath le Ven 4 Fév 2011 - 21:07
@Abraxas a écrit:Je rappelle au passage que ce même Cyrulnik fait partie du quarteron d'illuminés qui ont prêché récemment le renoncement aux notes, si traumatisantes…

Voir
http://bonnetdane.midiblogs.com/archive/2010/11/24/la-dictature-des-notes.html

@doublecasquette a écrit:De tels propos, c'est incroyable de la part de quelqu'un qui, il y a peu, écrivait cela :

" Dans notre culture, on encourage l’enfant blessé à faire une carrière de victime. C’est trop souvent le regard de l’adulte qui bloque son développement. J’ai entendu des psys dire: « Madame, vous avez été violée par votre père, vous serez frigide. » C’est criminel ! Un gamin est foutu parce qu’on l’a pensé foutu. Pendant longtemps, dans les orphelinats, on s’est contenté de soigner les enfants, de les nourrir, de les laver. C’était nécessaire, bien sûr, mais insuffisant. La résilience jaillit de l’imaginaire : un enfant traumatisé qui ne rêve pas reste soumis au réel délabrant. Un jour ou l’autre, le trauma devient souvenir. Si l’on en fait un spectacle, une réflexion, un éclat de rire, on devient celui qui donne et on répare l’estime de soi. "


Faudrait pas vieillir...
avatar
John
Médiateur

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par John le Ven 4 Fév 2011 - 21:49
C'est pas grave : selon ce jeune sarkozyste, les suicides d'ados, c'est la faute des homos :

http://leblogdearthurnouaillat.blogspot.com/2011/02/la-mode-est-au-suicide.html

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Carabas
Vénérable

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Carabas le Ven 4 Fév 2011 - 22:09
Mais voyons, il faudrait s'entendre.
Je croyais, comme un certain candidat aux présidentielles à une certaine époque, que c'était génétique?

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
avatar
John
Médiateur

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par John le Ven 4 Fév 2011 - 22:14
@Carabas a écrit:Mais voyons, il faudrait s'entendre.
Je croyais, comme un certain candidat aux présidentielles à une certaine époque, que c'était génétique?
Le suicide ? Il a dit ça ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Carabas
Vénérable

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Carabas le Ven 4 Fév 2011 - 22:24

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett
avatar
John
Médiateur

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par John le Ven 4 Fév 2011 - 22:29
Ah j'avais oublié que ça concernait le suicide !

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
avatar
Clint
Niveau 6

Re: Les suicides d'ados, c'est la faute à l'école.

par Clint le Ven 4 Fév 2011 - 22:46
Bon si je résume les représentations actuelles :
En classe, nous avons donc
- des élèves traumatisés et tristes, tellement terrorisés par leurs professeurs, qu'ils osent à peine prendre la parole pour répondre à leurs questions.
- des élèves muets et immobiles, entièrement concentrés sur leurs tâches, incapables de faire partager à leurs camarades ne serait-ce que le récit des évènements de la dernière récréation.
- des élèves affectivement frigides, inaptes à nouer toute relation sentimentale, même de courte durée
- des élèves tellement centrés sur leurs apprentissages qu'ils n'accordent aucune importance à leur petite personne et répriment avec force leur ça.

Alors, quel est le miracle qui fait qu'en 10 ans de tzriat, je tombe systématiquement sur des établissements scolaires qui constituent des exceptions à ces règles ? Et je n'ai fait qu'un an de ZEP..... Rolling Eyes


P........n, mais qu'ils viennent visiter de manière anonyme un bahut, tous ces penseurs. Pas même la peine de venir en classe, une immersion en cour de récréation pourrait suffire.... Twisted Evil
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum