Conflit avec un élève de seconde+ dernier cours de la semaine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Conflit avec un élève de seconde+ dernier cours de la semaine.

Message par Bee le Lun 7 Fév 2011 - 10:03

Bonjour à tous
mon cours de samedi s'est mal passé et malheureusement ça me trotte encore dans la tête. La première raison c'est que j'avais prévu quelque chose de bien trop dense (la correction d'une question faite au préalable à la maison sous forme de mini commentaire --> prise de notes) qui a duré bien plus longtemps que prévu! Je reconnais donc que ce que j'avais prévu n'était pas assez adapté... (une erreur que j'ai faite en début d'année à plusieurs reprises: je suis donc un peu énervée contre moi de l'avoir refaite)

Néanmoins, tous les samedi ou presque, c'est laborieux de faire cours avec cette seconde. Entre S. le bébé qui demande de l'attention permanente (si je ne le reprends pas il parle), M. à qui il faut systématiquement rappeler de se séparer de son amie (décision de l'équipe suite à une bêtise faite ensemble--> état d'ébriété avancée en cours de SVT) et le bruit de fond, je patauge. J'ai horreur de hausser la voix mais j'ai l'impression d'osciller entre cours et régulièrement émission d'un "Ho" pour les rappeler à l'ordre. Je déteste faire cours dans ces conditions pas sereines: les autres qui bossent sont pénalisés.
Ce samedi, j'ai même dû arrêter le cours à deux reprises et épuisée leur dire honnêtement que c'était un manque de respect pour la transmission des connaissances. Ils sont pas méchants et m'ont donc affirmé que non que c'était moi qui voyait ça comme ça et ils se sont tus... qq minutes. J'ai continué qd même puisque je n'allais pas passer mon temps à faire ça et j'ai fait cours pour la rangée qui écoutait.

Enfin, cerise sur le gâteau je n'arrive absolument pas à nouer le dialogue avec un élève de cette classe. Plutôt volontaire au début de l'année, il est devenu (ou a révélé cet aspect) méprisant: il a toujours un chewing-gum alors que les autres finissent pas le jeter. Il dessine des labyrinthes en cours de français... bref il affiche ouvertement que mon cours l'emm.... Enfin quand je lui ai dit (enfin ordonné sèchement) de se taire. Il a continué à parler. Je me suis énervée et je lui ai hurlé de se taire en lui demandé si l'impératif n'était pas assez clair. Enfin il a une tendance générale à avoir du mépris pour ses camarades et leurs réponses: je lui ai déjà dit que je ne tolérais pas cela mais en vain.
Excédée, par tout cela je lui ai dit que je collais 6 heures... Voilà je m'en veux de ne pas être capable de nouer le dialogue. J'ai essayé de lui parler en fin de cours à deux reprises mais rien hormis son silence et une envie de partir.
Je vais donc quand même mettre la colle puisque je l'ai décidé devant la classe et lui ai rappelé que j'allais le faire car son comportement flirtait avec l'insolence depuis le début de l'année. Mais j'ai peur de passer pour la folle furieuse qui colle le gentil gamin auprès de mes collègues. Je sais que je ne dois pas me soucier de ça mais une petite voix me le dit quand même...

Une dernière chose: ce gamin en dbt d'année m'a même ouvertement fait remarquer que mon cours était nul (ce qui était le cas: j'avais pas pu faire les photocop prévues et me retrouvais à devoir avancer sur qq ch que je n'avais pas préparé en détails...). Je suis rentrée chez moi en pleurs en me disant plus jamais ça... je crains que ce mauvais début ne m'ait qq peu braquée.


Ça fait du bien de vider son sac... Auriez-vous des conseils pour mieux gérer ces cours du samedi? Ces élèves sont loin d'être méchants mais bavards et peu disciplinés (mes sixièmes comprenaient mieux qu'ils fallait lever la main l'année dernière ...). Et en ce qui concerne l'élève de seconde, j'essaie de mettre au maximum de côté le fait qu'il ne m'est guère sympathique (je suis pas là pour ça) néanmoins, sans pour autant accepter une quelconque forme d'irrespect. Je suis donc preneuse de conseils pour pacifier la situation.

Bee
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflit avec un élève de seconde+ dernier cours de la semaine.

Message par Angua le Lun 7 Fév 2011 - 10:37

Si tu as dit que tu le collais et qu'il te casse les pieds, n'aies aucun remords. Il arrive que des gamins adorables avec les autres aient un prof dans le nez, avec ou sans raison!

Et pour ce cours du samedi, rien de bien extraordinaire à te conseiller... Sur ce genre de créneau "sinistré" (je pense aux dernières heures ou au vendredi soir... ou à ma dernière heure du jeudi: la 8e pour des élèves de 4e! affraid ), je la réserve aux évaluations et à des activités qui demandent du silence et surtout du boulot personnel de la part des élèves... Mais ça ne marche pas toujours.

_________________
journalsemilitteraire.over-blog.com

Angua
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflit avec un élève de seconde+ dernier cours de la semaine.

Message par Brontë le Lun 7 Fév 2011 - 10:49

Arf, rien de plus difficile que de se savoir en partie responsable, lorsque l'on n'a pas préparé comme on l'aurait dû son travail. J'ai déjà vécu ce genre de situation, où manque de bol, le jour où je n'avais pas fait comme j'aurais dû (comme toi, problème de photocopies, d'exercice oublié, etc), et que justement je suis tombée sur LE gamin qu'il fallait convaincre!
Il y en a comme ça, des gosses qui ont besoin d'être convaincus que nous savons où nous allons.
Alors, je ne suis pas sûre d'avoir de bons conseils, je peux te dire comment j'ai réagi, et ce que je regrette, ça sera toujours ça.J'ai pris ce môme en grippe. Bon, il était de toute façon odieux et très condescendant, provocateur et insolent, mais le bougre le faisait toujours dans ce que j'appelle "les limites du raisonnable" (en gros, ça ne pouvait jamais justifier une punition, ce qu'il faisait, il connaissait bien le règlement mais l'accumulation était pénible).
J'allai en cours avec la boule au ventre, me demandant ce qu'il allait faire/dire ce jour-là. Je l'observais toujours du coin de l'oeil, redoutant sa réaction, et l'année fut horrible.
Déjà, bosse mieux tes préparations de cours, car c'est l'essentiel: cela te permettra de reprendre confiance en toi. Mine de rien, lorsque l'on a confiance en soi, en son cours, ça se voit et les élèves le ressentent aussi.
Si ton cours suit une progression et que tu arrives à emmener les autres, il finira par suivre.
Lorsque j'ai un souci de cours oublié chez moi ou de photocopies pas faites par manque de temps/photocopieuse en panne/photocopieuse prise d'assaut par les collègues, je consacre l'heure à des exercices d'écriture. Nul besoin d'avoir préparé, un sujet s'invente assez rapidement (pas besoin de chercher midi à quatorze heure, faire simple), et leur permet de réutiliser ce qu'ils ont vu en cours. Peu importe la matière enseignée, je dirai. Je ne ramasse pas forcément, c'est davantage une mise en pratique, quoi, je peux même simplement leur demander de nous lire leur travail à voix haute. Je n'ai pas fait attention à la matière que tu enseignes, mais bon, voilà ce que je peux te dire.
Dans un premier temps ignore-le.
S'il voit que son attitude te blesse, il va s'engouffrer dedans et ne plus te lâcher. Qu'il dessine ses labyrinthes, tant qu'il ne te provoque pas ni ne perturbe le déroulement de ton cours, à la limite.
Concernant les provocations, établis sur ton cours une liste de menaces et de punitions, par degrés, et garde-la toujours à portée de vue: attention, untel, si tu persistes, c'est ça...". N'hésite pas non plus à verbaliser ses actions: "Oh, tu me dis que mon cours est nul? Mais tu sais, c'est souvent lorsque l'on ne comprend pas que l'on trouve les choses nulles, c'est beaucoup plus facile que de chercher à comprendre!". Pof, ça marche, ça, parfois.
Concernant la gestion de classe, tu as affaire à des élèves déjà plus matures que les miens (je suis en collège), alors un petit conseil: le "ho!" ne sert absolument à rien, sauf à te faire plaisir lol.
Perso, je fais plutôt un tir groupé: je nomme les bavards: "Alors quand unetelle aura remis sa brosse dans son sac, que untel aura terminé sa conversation au sujet de ...(et je cite ce que j'ai entendu), et que untel aura terminé de raconter sa soirée à untel, nous pourrons reprendre le cours ?". Le fait de les nommer marche un peu mieux que le "silence" ou le "chut" global pour lequel personne ne se sent concerné.

J'espère t'avoir aidée Wink


Dernière édition par Brontë le Lun 7 Fév 2011 - 15:41, édité 1 fois

_________________
Professeur contractuelle en Lettres Modernes
4 ans de CFA privés (Lettres/ H-G)
4 ans en collège (Lettres)

Brontë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflit avec un élève de seconde+ dernier cours de la semaine.

Message par Bee le Lun 7 Fév 2011 - 11:25

Merci des conseils!

En te lisant Brontë, je me rends compte que quand il m'est arrivé d'appliquer ton dernier conseil (nommer les élèves) il est vrai que ça marche mieux.

Pour l'élève à la limite de l'insolence je vais appliquer tes conseils... en espérant que ça fonctionne.

Et pour les prép' ça ne pourra qu'aller mieux au fil de l'année (c'est déjà mieux qu'en septembre ^^).

Bee
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflit avec un élève de seconde+ dernier cours de la semaine.

Message par Brontë le Lun 7 Fév 2011 - 12:38

Les petits trucs, les petites astuces, on les trouve avec le temps, de toute façon. Faut aussi accepter de faire un peu n'importe quoi au début, tâtonner, commettre des erreurs.
Et puis, parfois un truc marche avec une classe ou un élève, pas avec d'autres...C'est comme ça.
Bon courage.

_________________
Professeur contractuelle en Lettres Modernes
4 ans de CFA privés (Lettres/ H-G)
4 ans en collège (Lettres)

Brontë
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflit avec un élève de seconde+ dernier cours de la semaine.

Message par Provence le Lun 7 Fév 2011 - 14:14

Mon conseil est de cesser de culpabiliser et de trouver des circonstances atténuantes aux élèves. Arriver bourré en cours, ce n'est pas une petite bêtise. Garder son chewing-gum en cours, c'est insolent si tu exiges qu'il parte à la poubelle. Bavarder est irrespectueux au possible, que les élèves en aient conscience ou pas. N'aie pas de honte à punir. Le dialogue ne peut pas ne fonctionner que dans un sens.

Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum