Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Circé
Expert spécialisé

Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Circé le Dim 13 Fév 2011 - 22:39
Voilà, j'ai un charmant et brillant élève de 15 ans en 1°S à qui j'ai fait passé son oral blanc (élève d'une collègue) qui m'a demandé après une papote littérature si je voulais bien corriger un commentaire de texte qu'il avait fait. J'accepte un peu craintive car je connais les qualités littéraires de l'animal et là, je me retrouve avec un commentaire de texte de Tocqueville pour concours d'entrée IEP et je n'ai absolument pas les compétences pour corriger un truc pareil, plus habituée à spécifier que champ lexical ne prend pas de s au singulier...
Bref je me sens nulle et coincée .... pale 😢 boulet

Qui aurait l'amabilité de bien vouloir me dire ce qu'il y aurait à redire...je vous préviens, c'est un truc de dingue pour un môme de 15 ans et il s'exprime à l'oral comme il écrit...si...si ! lecteur

A vot' bon coeur !! Je suis désespérée car j'aimerais vraiment pouvoir l'aider. calimero

J'envoie le fichier par MP ou messagerie perso (par MP bien sûr et sans utilisation abusive)




Dernière édition par John le Dim 13 Fév 2011 - 23:11, édité 1 fois (Raison : Titre vague + Majuscules à supprimer)
avatar
Finrod
Expert

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Finrod le Dim 13 Fév 2011 - 22:44
Le titre : "HELP !!!! AUX PROFS DE LETTRE POST-BAC" (je sais que c'est déjà dans la rubrique lettre mais ça se voit point trop)

Je ne peux pas t'aider mais ça fait plaisir de se dire qu'il en reste des comme ça.

Abraxas aurait le niveau pour t'aider normalement et plein d'autres je suis sur.
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Circé le Dim 13 Fév 2011 - 23:01
Merci, c'est vrai que j'ai oublier de spécifier que cela concerne les lettres et j'espère bien que nos pointures du forum m'aideront.
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Circé le Lun 14 Fév 2011 - 17:11
Merci au (à la ?) modo qui a changé le titre !
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Circé le Mer 16 Fév 2011 - 19:10
Hop hop hop !!
Invité
Invité

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Invité le Mer 16 Fév 2011 - 19:37
je n'ai aucune idée de ce qui est demandé à ScPo maintenant.
Il faut faire un commentaire historique/ histoire-philosophie des idées politiques: contexte de production, réception, destin des idées présentées, en quoi sont-elles encore d'actualité/ ou à nuancer, ont-elles fait débat etc etc


Dernière édition par Lorica le Mer 16 Fév 2011 - 19:54, édité 2 fois
Invité
Invité

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Invité le Mer 16 Fév 2011 - 19:50
j'ai retrouvé mes cours de l'AP (Michel Winock) de 1989:

je vous mets juste la conclusion:
T est à la fois un philosophe, un sociologue et un historien de la liberté. Son originalité vient du fait qu'il est le 1er à penser que la démocratie et la liberté sont compatibles dans certaines conditions alors qu'elles ne sont pas encore réalisées en France. A pensé contre les idées reçues de son temps, a essayé de concilier réactionnaires et révolutionnaires et s'est aliéné les 2
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Circé le Mer 16 Fév 2011 - 20:13
Merci Lorica, c'est ce qui me fait le plus flipper c'est qu'il s'agit bien d'un commentaire d'idée politique... 😢

Tenez, juste l'intro pour vous mettre en appétit, y'a les connecteurs qui vont pas mais pour le reste??


« Serait-il sage de croire qu’un mouvement social qui vient de si loin pourra être suspendu par les efforts d’une génération ? Pense-t-on qu’après avoir détruit la féodalité et vaincu les rois la démocratie reculera devant la bourgeoisie et les riches ? S’arrêtera-t-elle maintenant qu’elle est devenue si forte et ses adversaires si faibles ? » (De la démocratie en Amérique, « Introduction »). Car Tocqueville est bien, comme le note Jean Touchard, celui qui « pousse au plus haut degré l’art de comprendre ce qui lui répugne ». Alexis de Tocqueville, en effet, naît à Paris le 29 juillet 1805 au sein d’une famille aristocratique issue de la plus ancienne noblesse normande. Il est très tôt intrigué par l’idée démocratique, mouvement « le plus continu le plus ancien et le plus permanent que l’on connaisse dans l’histoire » selon l’auteur lui-même. Le jeune magistrat part donc pour le Nouveau-Monde, accompagné de son ami Gustave de Beaumont, afin d’y mener une étude politique et sociologique d’envergure. Lorsqu’il est de retour à Paris en 1835, il publie ce qui constitue probablement à ce jour l’étude de morale politique la plus argumentée et approfondie : De la démocratie en Amérique. Cette dernière œuvre dépasse cependant le cadre des États-Unis pour donner un écrit inédit, une réflexion subversive et véritablement implacable sur la démocratie. Le texte ici étudié est extrait des derniers chapitres de l’essai, et en constitue un des passages les plus emblématiques dans le sens où il livre la pensée profonde du sociologue. Mais en quoi Tocqueville construit-il une description et une analyse minutieuses d’un despotisme inédit, implacable et absolu qui menace les nations démocratiques ? Tout d’abord nous verrons comment cette « tyrannie moderne » pénètre progressivement et insidieusement la société démocratique, puis dans un second temps nous préciserons en quoi elle représente, selon l’auteur, une menace réelle.
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Circé le Mer 16 Fév 2011 - 20:14
Et je vous dis pas le reste...
avatar
John
Médiateur

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par John le Jeu 17 Fév 2011 - 0:46
j'ai retrouvé mes cours de l'AP (Michel Winock) de 1989:
C'est quoi, l'AP ?

_________________
En achetant des articles au lien ci-dessous, vous nous aidez, sans frais, à gérer le forum. Merci !


"Celui qui ne participe pas à la lutte participe à la défaite" (Brecht)
"La nostalgie, c'est plus ce que c'était" (Simone Signoret)
"Les médias participent à la falsification permanente de l'information" (Umberto Eco)
Invité
Invité

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Invité le Jeu 17 Fév 2011 - 8:52
c'était la 1ere année de ScPo Paris du temps où le cursus durait 3 ans. AP= Année Préparatoire, qui préparait à l'entrée en 2e année, puisqu'il y avait un examen pour les élèves de l'AP et pour les titulaires d'une licence.

C'est bien un concours qui s'adresse à des bacheliers?
je pense que lire le passage du Touchard (histoire des idées politiques) suffira. Ce qui compte, c'est de pouvoir développer une réflexion personnelle à partir des idées du texte; pas vraiment de faire une dissertation historique. Donc faire quelque chose qui ressemble à une dissert de philo.
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Circé le Jeu 17 Fév 2011 - 17:26
Ben je suis paumée car c'est un commentaire qui utilise les procédés littéraires (ex: épitrochasme...il a fallu que j'aille regarder ce que c'était... Embarassed ) comme tout bon lycéen le ferait mais il mêle l'histoire politique et prend des exemples dans d'autres oeuvres...ce qu'on ne fait pas dans une commentaire de lycée.
Je crois qu'il faut vraiment que je lui fasse me préciser l'objectif de ce commentaire.
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Circé le Ven 18 Fév 2011 - 17:38
Alexis de Tocqueville


Démocratie comme despotisme

extrait de
De la Démocratie en Amérique, vol II
(Quatrième Partie : Chapitre VI)
(1840)

"Je pense donc que l'espèce d'oppression dont les peuples démocratiques sont menacés ne ressemblera à rien de ce qui l'a précédée dans le monde; nos contemporains ne sauraient en trouver l'image dans leurs souvenirs. Je cherche en vain moi-même une expression qui reproduise exactement l'idée que je m'en forme et la renferme; les anciens mots de despotisme et de tyrannie ne conviennent point. La chose est nouvelle, il faut donc tacher de la définir, puisque je ne peux la nommer.
Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde: je vois une foule innombrable d'hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d'eux, retiré à l'écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres: ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l'espèce humaine; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d'eux, mais il ne les voit pas; il les touche et ne les sent point; il n'existe qu'en lui-même et pour lui seul, et s'il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu'il n'a plus de patrie.
Au-dessus de ceux-la s'élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d'assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l'âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu'à les fixer irrévocablement dans l'enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu'ils ne songent qu'à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l'unique agent et le seul arbitre; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre?
C'est ainsi que tous les jours il rend moins utile et plus rare l'emploi du libre arbitre; qu'il renferme l'action de la volonté dans un plus petit espace, et dérobe peu a peu chaque citoyen jusqu'à l'usage de lui-même. L'égalité a préparé les hommes à toutes ces choses: elle les a disposés à les souffrir et souvent même à les regarder comme un bienfait.
Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l'avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière; il en couvre la surface d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige; il force rarement d'agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation a n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger.
J'ai toujours cru que cette sorte de servitude, réglée, douce et paisible, dont je viens de faire le tableau, pourrait se combiner mieux qu'on ne l'imagine avec quelques unes des formes extérieures de la liberté, et qu'il ne lui serait pas impossible de s'établir a l'ombre même de la souveraineté du peuple.
Nos contemporains sont incessamment travaillés par deux passions ennemies: ils sentent le besoin d'être conduits et l'envie de rester libres. Ne pouvant détruire ni l'un ni l'autre de ces instincts contraires, ils s'efforcent de les satisfaire à la fois tous les deux. Ils imaginent un pouvoir unique, tutélaire, tout-puissant, mais élu par les citoyens. Ils combinent la centralisation et la souveraineté du peuple. Cela leur donne quelque relâche. Ils se consolent d'être en tutelle, en songeant qu'ils ont eux mêmes choisi leurs tuteurs. Chaque individu souffre qu'on l'attache, parce qu'il voit que ce n'est pas un homme ni une classe, mais le peuple lui-même, qui tient le bout de la chaîne."

Sur l'en-tête du "devoir" il est spécifié:
Entrée en Institut d'Etudes Politiques
Devoir de Culture générale-Lettres
Commentaire de texte
avatar
Abraxas
Doyen

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Abraxas le Lun 21 Fév 2011 - 7:05
Rien à voir avec ce que nous appelons commentaire de textes en Lettres.
Il s'agit de bâtir une dissert, en général en deux parties / deux sous-parties. Dégager l'idée / les idées principales du texte en intro, bâtir une problématique, annoncer un plan.
Ne plus citer le texte que par allusions ou brèves citations. On débat d'idées, pas de littérature.
Brève conclusion ouvrant forcément sur le monde moderne (qui sera la référence en filigrane, Tocqueville passant pour l'un des premiers des Modernes, en politique).

Noter quand même quelque part (en intro, probablement) que tout ça part de Montesquieu — il s'agit pour Tocqueville de redéfinir démocratie et despotisme après la Révolution, qui a fait entrer la France (et les pays qui la suivront dans la voie démocratique, nous sommes juste quelques années avant le "printemps des peuples") dans une modernité qui n'a point d'exemple — qui se définit "contre".
Suis-je clair ?
avatar
Circé
Expert spécialisé

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Circé le Lun 21 Fév 2011 - 17:56
Oui, ça a l'air clair pour moi mais je trouve que c'est un "mix" entre un commentaire et une dissertation.
Je l'ai croisé aujourd'hui.
Il me dit se préparer à l'IEP Paris et s'entraîne pour cela.
Contenu sponsorisé

Re: Help : un élève me demande de l'aide pour un commentaire type IEP sur Tocqueville.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum