«A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par pandora51 le Sam 26 Fév 2011 - 23:06

Ce que tu racontes est intéressant. Ma question est: peux tu enseigner toutes les notions de cette façon? Que retiennent les élèves ? Dans le cadre des projets est ce qu'il y a une phase d'apprentissage de la "théorie" par rapport à la notion (par exemple une partie leçon sur ce qu'est un solide)? (je ne sais pas si tu as déjà répondu à ces questions, j'ai lu en diagonal).

pandora51
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Mr le Dim 27 Fév 2011 - 6:51

GuillaumeCaron a écrit:
Leperenoelnoir a écrit:Je n'osais reprendre une métaphore concrète... Pour peindre un mur convenablement, ne vaut-il pas mieux aller apprendre auprès de quelqu'un qui sait le faire ou lire une bonne fiche méthode plutôt que de se lancer à l'arrache et tirer -éventuellement- parti de ses erreurs ? On gagne quand même pas mal de temps...

Quand j'ai commencé la menuiserie avec les machines (et hop, un cross over avec le topic vous et vos meubles en bois), j'ai demandé à mon beau père comment les utiliser. J'ai écouté attentivement et j'ai fais quelques essais. Je me suis ensuite perfectionné tout seul au fil du temps. Si j'avais construit mon propre savoir, il est fort probable que j'aurais des doigts en moins à cette heure...

Bref tout ça pour dire que le cours magistral me paraît un préalable nécessaire à tout apprentissage.

Oui, ok donc tu avais un projet, un objectif ...


A ce compte là, tout devient projet et objectif... Je parlais de la manière d'apprendre.

Autrement si par nouvelle pédagogie on entend mettre un peu de ludique dans l'apprentissage (un extrait vidéo, une anecdote, un récit, un jeu d'échec, un petit débat, une devinette...), je ne vois pas ce que cela a de nouveau.

Mr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Mr le Dim 27 Fév 2011 - 7:04

Natacha Polony a écrit:
Rien de plus universel qu’un camembert au lait cru, un agneau de pré-salé ou un verre de Savennières.

Il semble que Natacha Polony s'y connait en vin. Un bon point pour elle ! Le Savennières est effectivement très bon. J'ai une prédilection pour le Roche aux Moines.

Mr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Abraxas le Dim 27 Fév 2011 - 7:42

Avant de lire des critiques de ce qu'écrit Polony, j'attendrai de croiser quelqu'un qui prétend la contredire et qui a le même niveau intellectuel.

Abraxas
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Invité8 le Dim 27 Fév 2011 - 9:50

@pandora51 a écrit:Ce que tu racontes est intéressant. Ma question est: peux tu enseigner toutes les notions de cette façon? Que retiennent les élèves ? Dans le cadre des projets est ce qu'il y a une phase d'apprentissage de la "théorie" par rapport à la notion (par exemple une partie leçon sur ce qu'est un solide)? (je ne sais pas si tu as déjà répondu à ces questions, j'ai lu en diagonal).

Tu peux faire des moments de synthèse ... certains élèves en ont besoin de toute façon ...
Enseigner toutes les notions de cette façon ... pourquoi pas mais il faut réussir à avoir les idées et tout caser ... les créneaux 1h/1prof/1 matière n'aident pas ... les IDD permettent ce genre d'approche

Invité8
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par User5899 le Dim 27 Fév 2011 - 11:58

Ce qui me gêne vraiment beaucoup dans tous ces projets, c'est que jamais n'est abordée de front la question du fonds commun de l'éducation. C'est d'ailleurs amusant de constater qu'on parle beaucoup d'un socle commun, mais que jamais les enfants n'ont eu un savoir aussi émietté et aussi partiel, selon les enseignants ou les méthodes qu'ils ont croisés. J'habite à la campagne, une très large partie des habitants âgés ont quitté l'école très jeunes, et pourtant ils ont des références communes en grammaire, en orthographe, en calcul, en histoire, en géographie. Certes, ce ne sont pas des références très développées, mais elles leur permettent de lire (je l'ai vu lors de la campagne sur le referendum de 2005), de discuter, elles leur ont ouvert modestement des portes, elles ont permis des choix. Aujourd'hui, les lycéens de seconde que je côtoie tous les jours sont ignorants de presque tout, même s'ils ont mis "la main à la pâte" et s'ils ont vécu pleinement leurs projets (enfin, ceux de leurs profs). Alors oui, je préférerais moins de verbiage et plus de connaissances dogmatiques, quitte à ce que ceux qui feront des études apprennent ensuite à les mettre en question.
Étant passionné du monde ferroviaire par ailleurs, donc un secteur en dehors de l'éducation nationale, je suis frappé de constater que tout y repose sur une transmission verticale d'un savoir à ingurgiter tel quel par les employés et les candidats à tel ou tel poste. On apprend d'abord, on réfléchit après, en utilisant ce qu'on a appris. Figurez-vous que je ne trouve pas cela aberrant. Et figurez-vous que ça marche.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Carabas le Dim 27 Fév 2011 - 12:08

Cripure a écrit:Étant passionné du monde ferroviaire par ailleurs, donc un secteur en dehors de l'éducation nationale, je suis frappé de constater que tout y repose sur une transmission verticale d'un savoir à ingurgiter tel quel par les employés et les candidats à tel ou tel poste. On apprend d'abord, on réfléchit après, en utilisant ce qu'on a appris. Figurez-vous que je ne trouve pas cela aberrant. Et figurez-vous que ça marche.
Ben oui, c'est évident. Et des exemple comme ça, on en a à la pelle. Imaginez un chirurgien qui construise son propre savoir... Il passe forcément par un savoir théorique, puis par des dissections, avant d'opérer de la chair vivante...

Et le permis de conduire? On vous file les clefs de la bagnole et vous vous démerdez?



Dernière édition par Carabas le Dim 27 Fév 2011 - 12:35, édité 1 fois

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell

Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par User5899 le Dim 27 Fév 2011 - 12:28

@Carabas a écrit:
Cripure a écrit:Étant passionné du monde ferroviaire par ailleurs, donc un secteur en dehors de l'éducation nationale, je suis frappé de constater que tout y repose sur une transmission verticale d'un savoir à ingurgiter tel quel par les employés et les candidats à tel ou tel poste. On apprend d'abord, on réfléchit après, en utilisant ce qu'on a appris. Figurez-vous que je ne trouve pas cela aberrant. Et figurez-vous que ça marche.
Ben oui, c'est évident. Et des exemple comme ça, on en a à la pelle. Imaginez un chirurgien qui construise son propre savoir... Il passe forcément par un savoir théorique, puis par des dissections, avant d'opérer de la chair vivante...

Et le permis de conduire? On vous file les clefs de la bagnole et vous démerdez?

Ce ne semble pas être évident pour tout le monde, en tout cas, d'où beaucoup de temps perdu.
Pour la bagnole, toutefois, à la campagne, ça ressemble souvent à votre version Smile

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Filnydar le Dim 27 Fév 2011 - 12:30

GuillaumeCaron a écrit:
dans le collège où je bosse, seul 20% des élèves vont en seconde et beaucoup sont réorientés à la fin de celle-ci ... donc bon la maitrise technique du calcul litteral avec les signes et les parenthèses, on ne considère pas cela comme prioritaire ... ce qui n'empeche pas qu'on en fait faire à tous et de manière plus poussé aux meilleurs ...

Mais ce taux de passage de 20% n'est pas un fait intangible ! C'est lui qu'il faut faire changer en priorité.

Et, pour cela, la maîtrise du calcul littéral en fin de troisième est aussi fondamentale que celle des tables de multiplication en fin d'école primaire.

Filnydar
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Mr le Dim 27 Fév 2011 - 12:59

Cripure a écrit:Ce ne semble pas être évident pour tout le monde, en tout cas, d'où beaucoup de temps perdu.
Pour la bagnole, toutefois, à la campagne, ça ressemble souvent à votre version Smile

Avec parfois, le tracteur... Wink

Mr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Ruthven le Dim 27 Fév 2011 - 13:09

On peut aussi questionner les élèves de Terminale sur leur TPE pour avoir un retour direct de l'efficacité du dispositif ; généralement, ils se marrent bien et ne sont pas dupes sur les points du bac. Pas un de mes élèves n'a mobilisé ce qu'il aurait pu apprendre en TPE au cours de cette année dans un de mes cours.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par ysabel le Dim 27 Fév 2011 - 13:18

@Carabas a écrit:
Cripure a écrit:Étant passionné du monde ferroviaire par ailleurs, donc un secteur en dehors de l'éducation nationale, je suis frappé de constater que tout y repose sur une transmission verticale d'un savoir à ingurgiter tel quel par les employés et les candidats à tel ou tel poste. On apprend d'abord, on réfléchit après, en utilisant ce qu'on a appris. Figurez-vous que je ne trouve pas cela aberrant. Et figurez-vous que ça marche.
Ben oui, c'est évident. Et des exemple comme ça, on en a à la pelle. Imaginez un chirurgien qui construise son propre savoir... Il passe forcément par un savoir théorique, puis par des dissections, avant d'opérer de la chair vivante...

Et le permis de conduire? On vous file les clefs de la bagnole et vous vous démerdez?



Fiston faisait un stage en entreprise cette semaine et bien son patron lui a expliqué et montré comment poser un radiateur avant de le mettre au boulot.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)

ysabel
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Chocolat le Dim 27 Fév 2011 - 13:29

@Abraxas a écrit:Avant de lire des critiques de ce qu'écrit Polony, j'attendrai de croiser quelqu'un qui prétend la contredire et qui a le même niveau intellectuel.

C'est gentil de la soutenir, mais j'ose espérer que ce n'est pas les yeux fermés et sur toute la ligne...
(Il y a tout de même des sujets sur lesquels ses prises de positions laissent pantois; ce n'est pas le cas sur ce fil, j'éviterai donc le hors-sujet.)

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Mr le Dim 27 Fév 2011 - 13:33

Un article de Polony me procure les mêmes sensations qu'un verre de Savennières Roche aux Moines... J'aime bien. Mais, il y a parfois de mauvaises années.

Mr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Chocolat le Dim 27 Fév 2011 - 13:42

Trop minéral pour moi...

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par User5899 le Dim 27 Fév 2011 - 16:08

@Ruthven a écrit:On peut aussi questionner les élèves de Terminale sur leur TPE pour avoir un retour direct de l'efficacité du dispositif ; généralement, ils se marrent bien et ne sont pas dupes sur les points du bac. Pas un de mes élèves n'a mobilisé ce qu'il aurait pu apprendre en TPE au cours de cette année dans un de mes cours.
C'est vrai. Quand on fait cours en terminale, évoquer les TPE ou l'ECJS est un excellent moyen de mettre en œuvre une connivence amusée avec eux lorsque cela apparaît nécessaire.

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Mr le Lun 28 Fév 2011 - 7:12

@Chocolat a écrit:Trop minéral pour moi...


Very Happy

Mr
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Marie Laetitia le Lun 28 Fév 2011 - 17:30

GuillaumeCaron a écrit:

Je préfère bosser le contenu de mes cours, pour éveiller la curiosité, pour les surprendre, pour leur apprendre l'esprit critique face aux documents, en exigeant d'eux un travail d'apprentissage de fond, plutôt que de donner dans ces autocritiques mille fois entendues et toujours aussi peu convaincantes. Si vous réussissez de cette manière à captiver vos élèves, à leur ouvrir de nouvelles portes, très bien ! Mais chacun sa méthode..
.

Ce que tu dis faire pour tes cours me semble déjà être de la pédagogie constructiviste... provoquer le questionnement, les ruptures, faire preuve d'esprit critique ...

Juste parce que j'y repense, j'ignore si c'est de la pédagogie constructiviste, c'est d'abord la démarche des historiens de l'école des Annales (et même de leurs prédécesseurs), soit une méthode qui a entre un siècle et un siècle et demi... Quid novi?

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Fantômette le Lun 28 Fév 2011 - 17:35

GuillaumeCaron a écrit:

Ce que tu dis faire pour tes cours me semble déjà être de la pédagogie constructiviste... provoquer le questionnement, les ruptures, faire preuve d'esprit critique ...

Ah bah je pratique la pédagogie constructiviste sans le savoir alors! Et on doit être nombreux à être des constructivistes à l'insu de notre plein gré!

Fantômette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: «A l’école, l’état des lieux est apocalyptique» interview de Natacha Polony

Message par Invité8 le Lun 28 Fév 2011 - 21:14

Après tout dépend de la manière dont ce que tu dis préparé est utilisé en cours ...

_________________
Prof de Math en éducation prioritaire

Invité8
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum