Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Igniatius le Dim 6 Mar 2011 - 21:26

@Y@nn a écrit:Mais les erreurs se sont toujours diffusées très facilement. Ça avait déjà commencé avec l'apparition de l'imprimerie. C'est le dada d'U. Eco : en bibliophile qu'il est, il collectionne les livres faux, pleins de contre-vérités, de mensonges... Il y a quelque temps, il donnait l'exemple d'un incunable, le Malleus maleficarum, un manuel pour les inquisiteurs et chasseurs de sorcières, relié avec un Moïse cornu...

Pour en revenir à Internet, c'est vrai que ce réseau n'a rien arrangé ! Il faut donc apprendre à filtrer les sources de renseignement et les comparer. Ça peut se faire dès le collège.

De toute façon, pour accéder à la vérité, il faut savoir ce qui est faux. Pour comprendre Galilée, il faut connaître Ptolémée !
Pas le moins du monde : la théorie scientifique de Galilée se suffit à elle-même.
En revanche, l'aspect historique de la recherche de la vérité est en effet intéressant, cela fait tjrs relativiser les certitudes que l'on peut avoir dans les "nouvelles" théories scientifiques.

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Xana le Lun 7 Mar 2011 - 10:09

@Thalie a écrit:
@V.Marchais a écrit:Ouaip. Je trouve au contraire qu'il a fait mieux. Ce discours donne dans la fascination du jeune, du nouveau. Je n'ai pas le temps d'entrer dans le détail, mais beaucoup d'assertions me semblent très critiquables. "Les connaissances sont partout, accessibles à tous" (en substance). C'est très relatif. Les connaissances sont accessibles a celui qui a reçu une très bonne formation de base, qui est capable de lire correctement, trier, sélectionner l'information, la mettre en relation... Cela suppose déjà de bonnes connaissances de base, notamment dans la maîtrise de la langue, cette connaissance fondamentale que l'école peine tant à transmettre. Et c'est cette non maîtrise qui fait obstacle à l'utilisation de cet immense réseau de connaissance. Ce qui me conforte dans mon idée que l'essentiel n'est pas la maîtrise des 2I mais bien celle de la langue. S'émerveiller sur l'inventivité de ces jeunes qui envoient des SMS avec adresse ne résout pas le problème de la transmission d'une langue capable de tout dire, tout comprendre.

+1. M'a énervée avec son Poucet, Poucette. Il y a toutefois des choses intéressantes dans le début de l'article sur une nouvelle civilisation "hors sol", déterritorialisée, sans passé.

Tout à fait d'accord avec V.Marchais et Thalie. La facilité d'accès aux savoirs est une illusion à laquelle les adolescents (et certains adultes) croient dur comme fer. De toute façon, ce n'est pas parce qu'on sait manier une souris qu'on saura où trouver une information, la comprendre et l'exploiter. Placer le B2I comme la priorité des priorités, c'est oublier qu'il s'agit de moyens pas de finalités!
Quant à Poucet, Poucette... c'est un peu poussé! La fascination de Michel Serres pour la dextérité des jeunes composant des SMS me laisse pantoise.
En revanche, la première partie du texte est passionnante "sur une nouvelle civilisation "hors sol", déterritorialisée, sans passé" (je cite Thalie).

Xana
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par retraitée le Lun 7 Mar 2011 - 10:39

Les élèves trouvent sur le net une montagne d'informations , qu'ils sont incapables de trier, critiquer, utiliser. Cela me fait penser à ces professeurs de fac qui nous abreuvaient d'une interminable bibliographie en début d'année, au lieu de nous indiquer deux ou trois ouvrages majeurs à lire en priorité;
Je me souviens avoir demandé en première une brève recherche sur Mérimée.
Une élève m'a copié/collé la base Mérimée concernant le patrimoine.
Nous mêmes avons parfois du mal à sélectionner des articles intéressants ou pertinents sur internet, alors les élèves.
Le drame, c'est que c'est pour eux parole d'Évangile.
Un ami, prof d'histoire à l'université, s'amusait beaucoup lorsque ses étudiants d'extrême gauche pompaient des articles écrits par d'infâmes "réactionnaires dans leurs devoirs.


retraitée
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Pierre_au_carré le Lun 7 Mar 2011 - 11:22

@V.Marchais a écrit:Ouaip. Je trouve au contraire qu'il a fait mieux. Ce discours donne dans la fascination du jeune, du nouveau. Je n'ai pas le temps d'entrer dans le détail, mais beaucoup d'assertions me semblent très critiquables. "Les connaissances sont partout, accessibles à tous" (en substance). C'est très relatif. Les connaissances sont accessibles a celui qui a reçu une très bonne formation de base, qui est capable de lire correctement, trier, sélectionner l'information, la mettre en relation...
Moi aussi, ça partait bien et puis j'ai eu les mêmes réserves...
Il envie surtout les jeunes d'avoir "tout" à construire.
Idem pour la connaissance.


Dernière édition par Pierre_au_carré le Lun 7 Mar 2011 - 13:32, édité 1 fois

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par V.Marchais le Lun 7 Mar 2011 - 12:27

@retraitée a écrit:Les élèves trouvent sur le net une montagne d'informations , qu'ils sont incapables de trier, critiquer, utiliser. Cela me fait penser à ces professeurs de fac qui nous abreuvaient d'une interminable bibliographie en début d'année, au lieu de nous indiquer deux ou trois ouvrages majeurs à lire en priorité;

Ca me rappelle qqn sur un autre fil... Ah ! la pédagogie, c'est pas donné à tout le monde ! Laughing

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Igniatius le Lun 7 Mar 2011 - 13:01

@V.Marchais a écrit:
@retraitée a écrit:Les élèves trouvent sur le net une montagne d'informations , qu'ils sont incapables de trier, critiquer, utiliser. Cela me fait penser à ces professeurs de fac qui nous abreuvaient d'une interminable bibliographie en début d'année, au lieu de nous indiquer deux ou trois ouvrages majeurs à lire en priorité;
Ca me rappelle qqn sur un autre fil... Ah ! la pédagogie, c'est pas donné à tout le monde ! Laughing

Bien vu ! Razz

_________________
"Celui qui se perd dans sa passion est moins perdu que celui qui perd sa passion."
St Augustin

"God only knows what I'd be without you"
Brian Wilson

Igniatius
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Y@nn le Lun 7 Mar 2011 - 13:21

@Xana a écrit:La facilité d'accès aux savoirs est une illusion à laquelle les adolescents (et certains adultes) croient dur comme fer.

Ce n'est pas une illusion, c'est une réalité, un fait indéniable : il y a sur internet une multitude de choses auxquelles on peut accéder. Un bête exemple : le Trésor de la Langue Française ! Avant, je ne le consultais que dans une bibliothèque. Aujourd'hui, je l'ai (gratuitement qui plus est) sur mon ordinateur et sur mon téléphone via internet.

@Xana a écrit:De toute façon, ce n'est pas parce qu'on sait manier une souris qu'on saura où trouver une information, la comprendre et l'exploiter.

Là, je suis d'accord. D'ailleurs, je ne dis pas autre chose. Ce n'est pas parce que tout est accessible que l'on sait s'en servir, etc.


Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Y@nn le Lun 7 Mar 2011 - 13:26

@Aurore a écrit:Donner une importance exagérée à l'informatique [...]

Eh bien... il me semble que la place de l'informatique dans l'enseignement n'est pas exagérée, hélas! En revanche, je suis d'accord pour admettre que je n'ai pas vraiment de temps à y consacrer dans le cadre de mon enseignement, en tout cas pas dans l'état actuel des choses, ce que je peux aussi regretter.

Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Pierre_au_carré le Lun 7 Mar 2011 - 13:34

@Y@nn a écrit:
@Xana a écrit:La facilité d'accès aux savoirs est une illusion à laquelle les adolescents (et certains adultes) croient dur comme fer.

Ce n'est pas une illusion, c'est une réalité, un fait indéniable : il y a sur internet une multitude de choses auxquelles on peut accéder. Un bête exemple : le Trésor de la Langue Française ! Avant, je ne le consultais que dans une bibliothèque. Aujourd'hui, je l'ai (gratuitement qui plus est) sur mon ordinateur et sur mon téléphone via internet.

Tu peux sans doute aussi trouver des cours de DEA de maths sur internet... C'est accessible pour autant ? Wink

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Y@nn le Lun 7 Mar 2011 - 13:35

Bah oui, c'est accessible ! Tu y as accès ! Évidemment, tu peux ne pas les comprendre ! Wink

Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Pierre_au_carré le Lun 7 Mar 2011 - 15:03

@Y@nn a écrit: Évidemment, tu peux ne pas les comprendre ! Wink

Ben oui, encore faudrait-il que ça soit accessible... Very Happy

Pierre_au_carré
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Y@nn le Lun 7 Mar 2011 - 15:08

C'est ça ! bounce

Y@nn
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par frankenstein le Lun 7 Mar 2011 - 15:23

@Y@nn a écrit:
@Xana a écrit:La facilité d'accès aux savoirs est une illusion à laquelle les adolescents (et certains adultes) croient dur comme fer.

Ce n'est pas une illusion, c'est une réalité, un fait indéniable : il y a sur internet une multitude de choses auxquelles on peut accéder. Un bête exemple : le Trésor de la Langue Française ! Avant, je ne le consultais que dans une bibliothèque. Aujourd'hui, je l'ai (gratuitement qui plus est) sur mon ordinateur et sur mon téléphone via internet.

@Xana a écrit:De toute façon, ce n'est pas parce qu'on sait manier une souris qu'on saura où trouver une information, la comprendre et l'exploiter.

Là, je suis d'accord. D'ailleurs, je ne dis pas autre chose. Ce n'est pas parce que tout est accessible que l'on sait s'en servir, etc.

Ah, merci pour TLF ! http://atilf.atilf.fr/tlf.htm Je ne l'avais même pas !

Ce n'est pas parce que tout est accessible que l'on sait s'en servir
Je dirais même plus ! "Plus une chose est accessible, moins on en connait le fonctionnement !"

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Robin le Lun 7 Mar 2011 - 15:32

J'ai parfois l'impression que Michel Serres est légèrement à l'ouest. heu

Robin
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par frankenstein le Lun 7 Mar 2011 - 15:37

@Robin a écrit:J'ai parfois l'impression que Michel Serres est légèrement à l'ouest. heu
C'est vrai que certains de ses propos font penser à un professeur Tournesol...Par exemple, l'histoire de dire que les communautarismes, qu'il appelle des collectifs, ont explosé.... scratch Descartes franchement c'est quand même une ânerie, non ?

_________________
Mettez des pouces verts sur : http://www.youtube.com/user/Choristenimes/videos

Si les élections pouvaient changer la société, elles seraient interdites.

frankenstein
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par V.Marchais le Lun 7 Mar 2011 - 17:29

@Robin a écrit:J'ai parfois l'impression que Michel Serres est légèrement à l'ouest.

Michel erre...

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par doctor who le Lun 7 Mar 2011 - 17:36

Ca fait un peu secte son discours. ("Cher missel" ?)


_________________
Mon blog sur Tintin (entre autres) : http://popanalyse.over-blog.com/
Blog pédagogique : http://pedagoj.eklablog.com

doctor who
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Aredius le Mar 8 Mar 2011 - 10:36

Sur le nombre de prix Nobel par habitant, voir :

http://www.swissinfo.ch/fre/dossiers/la_suisse_des_records/records_du_monde/La_Suisse,_pepiniere_de_Prix_Nobel.html?cid=288410

et

http://www.passion-histoire.net/n/www/viewtopic.php?f=72&t=18574&start=0&st=0&sk=t&sd=a

M. Serres a fait un bon constat. Mais effectivement faire comme si avoir acheté l'Encyclopédie Universalis (que de familles se sont fait avoir par les commerciaux ... on peut retrouver ces EU dans le vides greniers) dont les articles ne sont pas des plus accessibles, suffisait ! Une grosse bêtise dite par un type qui dit aussi de très bonnes choses, rend la bêtise encore plus grosse. Dommage.

_________________
Aredius, Nantes,http://lefenetrou.blogspot.com
"Homo sum et nihil humani a me alienum puto" (Terence)
"Quis custodiet ipsos custodes? " (Juvenal)

Aredius
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Luigi_B le Dim 29 Juil 2012 - 22:42

J'ai analysé dans le détail ce grand texte fondateur de l'éducation de demain.

Je reproduis ici. Les plus pressés peuvent aller directement à la conclusion. Laughing

Petite Poucette
Il faudra revenir sur ce titre qui évoque un conte de fées numérique : il s’agit donc dans ce discours de la révolution numérique de ces dix dernières années et des nouvelles générations des digital natives. Il est en effet utile de le préciser dès maintenant.
LES NOUVEAUX DÉFIS DE L’ÉDUCATION
Avant d’enseigner quoi que ce soit à qui que ce soit, au moins faut-il le connaître.
Curieux raisonnement qui suppose que l'enseignant doit connaître celui à qui il enseigne. Avec le corollaire implicite qu'il faut évidemment adapter l'enseignement à celui qui le reçoit. Ce qui est toujours aisé dans le cadre d'un enseignement collectif.

J'aurais plutôt tendance à croire que l'enseignement nécessite non pas une proximité entre le professeur et l'élève, mais au contraire un écart, une distance entre les deux. L'école, c'est la confrontation fertile à la différence, à l'altérité, et non le lieu stérile de l'identité, du même.

Tout ce discours de Michel Serres repose donc sur un présupposé discutable. bounce
Qui se présente, aujourd’hui, à l’école, au collège, au lycée, à l’université ?
Comme nous allons le voir, Michel Serres a une vision bien à lui des élèves d'aujourd'hui.
- I -

Ce nouvel écolier, cette jeune étudiante n’a jamais vu veau, vache, cochon ni couvée. En 1900, la majorité des humains, sur la planète, s’occupaient de labourage et de pâturage ; en 2010, la France, comme les pays analogues au nôtre, ne compte plus qu’un pour cent de paysans.
Les changements qu'évoque Michel Serres sont anciens et n'ont pas grand-chose à voir avec la révolution numérique. La France est majoritairement urbaine depuis 1930... date de naissance de Michel Serres. Laughing
Sans doute faut-il voir là une des plus immenses ruptures de l’histoire, depuis le néolithique. Jadis référée aux pratiques géorgiques, la culture change.
Le terme de "culture", au sens de "formation de l'esprit par l'éducation", est déjà employé par les auteurs classiques en France au XVIIème siècle. Et par Cicéron, il y a deux mille ans, évoquait déjà la cultura animi. Attention : le néolithique n'est pas loin.

Celle ou celui que je vous présente ne vit plus en compagnie des vivants...
C'est encourageant. Shocked
...n’habite plus la même Terre, n’a donc plus le même rapport au monde. Il ou elle ne voit que la nature arcadienne des vacances, du loisir ou du tourisme.
C'est le Festivus festivus de Philippe Muray !
- Il habite la ville. Ses prédécesseurs immédiats, pour plus de la moitié, hantaient les champs.
Ses "prédécesseurs immédiats"... d'il y a donc un siècle !

Mais il est devenu sensible aux questions d’environnement. Prudent, il polluera moins que nous autres, adultes inconscients et narcissiques.
Poucette, avec - en moyenne dès 11 ans - son smartphone d’importation coréenne ou chinoise sous le pouce et qui n'a "jamais vu veau, vache, cochon ni couvée", est effectivement un bon exemple d'éco-citoyenne éprise de nature, généreuse et altruiste.
Hélas pour l'angélisme bon teint de notre philosophe, la sensiblerie écologique, à laquelle tous les programmes scolaires cherchent désespérément à éveiller les élèves d'aujourd'hui, en promouvant systématiquement le développement durable par exemple, n'a malheureusement guère d'incidence concrète sur leur mode de vie, plus occidentalisé et appartenant plus à la société de consommation que jamais.

Il n’a plus le même monde physique et vital, ni le même monde en nombre, la démographie ayant soudain bondi vers sept milliards d’humains.
En France la population a doublé entre 1700 et 1900 et n'a augmenté que de moitié entre 1900 et 2000. Le "bond" est donc très relatif. Quant au bond de la démographie mondiale, pas sûr que les élèves français en aient une nette conscience. Sans parler des pyramides des âges inversées dans la plupart des pays occidentaux, dont certains - comme l'Allemagne ou l'Italie - risquent même de voir leur population décroître dans les décennies à venir.

- Son espérance de vie est, au moins, de quatre-vingts ans. Le jour de leur mariage, ses arrière- grands-parents s’étaient juré fidélité pour à peine une décennie. Qu’il et elle envisagent de vivre ensemble, vont-ils jurer de même pour soixante-cinq ans ?
Des considérations d’adulte, pas d’enfant… Rolling Eyes

Dans les années 1930 l'espérance de vie atteignait déjà presque 60 ans en France... Pour trouver une espérance de vie inférieure à ne serait-ce que 40 ans, il faut remonter au tout début du XIXème siècle. Les raccourcis historiques de Michel Serres sont un peu hyperboliques : que ne compare-t-il pas notre époque et le Moyen-Âge ! Laughing
Leurs parents héritèrent vers la trentaine, ils attendront la vieillesse pour recevoir ce legs. Ils n’ont plus la même vie, ne vivent plus les mêmes âges, ne connaissent plus le même mariage ni la même transmission de biens.
Encore des considérations d’adulte, pas d’enfant… En procédant ainsi Michel Serres ne risque guère de « connaître » celui à qui il veut enseigner.
- Depuis soixante ans, intervalle unique dans notre histoire, il et elle n’ont jamais connu de guerre, ni bientôt leurs dirigeants ni leurs enseignants. Bénéficiant des progrès de la médecine et, en pharmacie, des antalgiques et anesthésiques, ils ont moins souffert, statistiquement parlant, que leurs prédécesseurs. Ont-ils eu faim ?
Ah, il s'agit bien des petits Français, et pas des petits Africains par exemple. La pensée de Michel Serres, si généreuse et ouverte qu’elle soit, reste bien dans le même « même monde physique et vital » bien occidental…

Or, religieuse ou laïque, toute morale se résumait à des exercices destinés à supporter une douleur inévitable et quotidienne : maladies, famine, cruauté du monde.
Curieuse vision de la morale. Shocked

Celui qui est heureux n’a donc pas besoin de morale. Il est libre d’agir à sa guise, sans prendre en compte autrui.

C’est vrai que le bonheur est directement déterminé par les conditions matérielles de vie. Quant à la cruauté du monde, elle a totalement disparu. Du moins en France. Et la famine a heureusement cédé la place à la malbouffe et à l'obésité. L'espérance de vie, en s'allongeant, nous donne l'occasion d'être malade plus longtemps et de mourir pauvres et seuls dans de joyeux hospices.
Ils n’ont plus le même corps ni la même conduite ; aucun adulte ne sut ni ne put leur inspirer une morale adaptée.
Une morale permettant à ces êtres généreux de supporter leur bonheur inévitable et quotidien.
- Alors que leurs parents furent conçus à l’aveuglette, leur naissance fut programmée.
Voilà qui explique beaucoup de choses sur la nouvelle nature des relations entre parents et enfants.
Comme, pour le premier enfant, l’âge moyen de la mère a progressé de dix à quinze ans, les enseignants ne rencontrent plus des parents d’élèves de la même génération. Ils n’ont plus les mêmes parents ; changeant de sexualité, leur génitalité se transformera.
Curieusement, pour plus âgés qu'ils soient, les parents modernes n'en sont pas toujours plus adultes ou plus mûrs.
Alors que leurs prédécesseurs se réunirent dans des classes ou des amphis homogènes culturellement, ils étudient au sein d’un collectif où se côtoient désormais plusieurs religions, langues, provenances et mœurs.
C'est vrai que la France a toujours été homogène culturellement et linguistiquement. Curieux également que M. Serres oublie... tous ceux qui n'ont pas de religion. A l’entendre nous vivons encore dans la IIIème République.

Et au fait, comment adapter un enseignement à un "collectif" si divers ? M. Serres a-t-il déjà enseigné dans un collège où l'on rencontre plus de soixante nationalités ? scratch
Pour eux et leurs enseignants, le multiculturalisme est de règle depuis quelques décennies.
Le multiculturalisme n'est pas une règle qui s'impose à l'école, c'est l'école républicaine qui impose ses règles au multiculturalisme.

Par ailleurs, comme ses considérations démographiques, les considérations bien-pensantes de M. Serres sur le multiculturalisme n’ont pas grand-chose à voir avec la révolution numérique. scratch
Pendant combien de temps pourront-ils encore chanter l’ignoble « sang impur » de quelque étranger ?
Parce que c’est seulement dans une société multiculturelle que cette expression est choquante ?

Ils n’ont plus le même monde mondial, ils n’ont plus le même monde humain. Autour d’eux, les filles et les fils d’immigrés, venus de pays moins riches, ont vécu des expériences vitales inverses.
Curieux, ce "autour d'eux" : de quel "eux" s'agit-il ? M. Serres voulait sans doute dire "parmi eux"... La bien-pensance emprunte parfois d'étranges chemins lexicaux.

Bilan temporaire. Quelle littérature, quelle histoire comprendront-ils, heureux, sans avoir vécu la rusticité, les bêtes domestiques et la moisson d’été, dix conflits, blessés, morts et affamés, cimetières, patrie, drapeau sanglant, monuments aux morts, sans avoir expérimenté dans la souffrance, l’urgence vitale d’une morale ?
Car, si l'on suit le raisonnement de M. Serres - qui fleure bon la IIIème République -, on ne peut comprendre que la littérature ou l'histoire de son propre temps. Toute expérience de l'altérité est impossible.

Disons-le : toute littérature est impossible.

Voilà qui nous éloigne bien de la notion de « culture » précédemment évoquée.

- II -

Voilà pour le corps ; voici pour la connaissance.
- Leurs ancêtres cultivés avaient, derrière eux, un horizon temporel de quelques milliers d’années, ornées par la préhistoire, les tablettes cunéiformes, la Bible juive, l’Antiquité gréco-latine. Milliardaire désormais, leur horizon temporel remonte à la barrière de Planck, passe par l’accrétion de la planète, l’évolution des espèces, une paléo-anthropologie millionnaire. N’habitant plus le même temps, ils entrèrent dans une autre histoire.
La barrière de Planck, l'accrétion de la planète etc., voilà sans nul doute ce qui occupe l'esprit des écoliers et collégiens d’aujourd’hui. M. Serres a toujours cette fâcheuse tendance à plaquer sur les élèves ses propres considérations personnelles d'adulte.

- Ils sont formatés par les médias, diffusés par des adultes qui ont méticuleusement détruit leur faculté d’attention en réduisant la durée des images à sept secondes et le temps des réponses aux questions à quinze secondes, chiffres officiels ; dont le mot le plus répété est « mort » et l’image la plus reprise celle des cadavres. Dès l’âge de douze ans, ces adultes-là les forcèrent à voir plus de vingt mille meurtres.
Et certains philosophes médiatiques, en faisant naïvement l'apologie du numérique, sans le moindre recul critique, ont une responsabilité particulière dans la destruction accrue de leur "faculté d'attention". Twisted Evil
- Ils sont formatés par la publicité ; comment peut-on leur apprendre que le mot relais, en français s’écrit -ais, alors qu’il est affiché dans toutes les gares -ay ? Comment peut-on leur apprendre le système métrique, quand, le plus bêtement du monde, la SNCF leur fourgue des s’miles ?
Encore un point de vue typique d'adulte : peu de d’écoliers ou de collégiens sont quotidiennement amenés à fréquenter des gares ou à se voir "refourguer des s'miles". Rolling Eyes

Et que signifie de plus ce raisonnement : les élèves d'aujourd'hui ne sont pas suffisamment intelligents pour comprendre la différence entre un usage institutionnel et un usage commercial de la langue ?
Nous, adultes, avons doublé notre société du spectacle d’une société pédagogique dont la concurrence écrasante, vaniteusement inculte, éclipse l’école et l’université. Pour le temps d’écoute et de vision, la séduction et l’importance, les médias se sont saisis depuis longtemps de la fonction d’enseignement.
Si encore les médias avaient une fonction d'enseignement…
Les enseignants sont devenus les moins entendus de ces instituteurs. Critiqués, méprisés, vilipendés, puisque mal payés.
Et surtout parce que lucides et sans concession face à la modernité : ils sont notre mauvaise conscience. Neutral
- Ils habitent donc le virtuel. Les sciences cognitives montrent que l’usage de la toile, lecture ou écriture au pouce des messages, consultation de Wikipedia ou de Facebook, n’excitent pas les mêmes neurones ni les mêmes zones corticales que l’usage du livre, de l’ardoise ou du cahier.
Cette évolution spectaculaire a-t-elle été pensée, réfléchie, voulue ? Shocked
Ils peuvent manipuler plusieurs informations à la fois. Ils ne connaissent ni n’intègrent ni ne synthétisent comme leurs ascendants.
Ils n’ont plus la même tête.
Une seule question, soigneusement évitée par M. Serres : faut-il s'en réjouir ?

Ces expressions consensuelles refusent toute comparaison. Reformulons : et s’ils connaissaient et intégraient et synthétisaient moins bien que leurs descendants ? Et si le progrès n’en était pas un ? Twisted Evil
- Par téléphone cellulaire, ils accèdent à toutes personnes ; par GPS, en tous lieux ; par la toile, à tout le savoir ; ils hantent donc un espace topologique de voisinages, alors que nous habitions un espace métrique, référé par des distances.
Ils n’habitent plus le même espace.
Citons Sénèque : « Nusquam est qui ubique est. ». Celui qui est partout n’est nulle part.
Sans que nous nous en apercevions, un nouvel humain est né, pendant un intervalle bref, celui qui nous sépare de la Seconde Guerre mondiale.
On s’en est quand même aperçu... Un bref intervalle de 67 ans, sans guère de rapport avec la révolution numérique. Rappelons que l’usage du web s’est généralisé à la toute fin des années 1990.
Il ou elle n’a plus le même corps, la même espérance de vie, n’habite plus le même espace, ne communique plus de la même façon, ne perçoit plus le même monde extérieur, ne vit plus dans la même nature ; né sous péridurale et de naissance programmée, ne redoute plus la même mort, sous soins palliatifs. N’ayant plus la même tête que celle de ses parents, il ou elle connaît autrement.
Toujours ces même expressions consensuelles (« plus la même tête », « autrement ») qui refusent prudemment toute comparaison. Very Happy

Quant à ne plus redouter la mort… Laughing
- Il ou elle écrit autrement. Pour l’observer, avec admiration, envoyer, plus rapidement que je ne saurai jamais le faire de mes doigts gourds, envoyer, dis-je, des SMS avec les deux pouces, je les ai baptisés, avec la plus grande tendresse que puisse exprimer un grand-père, Petite Poucette et Petit Poucet.
C’est bien la naïveté d’un grand-père qui veut rester dans le coup. La dextérité tactile n’a pas grande chose avec un usage raisonné et intelligent du numérique. Les élèves d’aujourd’hui ne sont pas forcément les mieux armés pour tirer un vrai profit du numérique. On n’utilise intelligemment un correcteur automatique que lorsqu’on sait déjà écrire. On n’appréhende les informations trouvées au hasard du web que lorsqu’on a une solide formation culturelle.
A mes yeux ; la vraie génération numérique, c’est celle qui précède immédiatement la génération des digital natives.
Voilà leur nom, plus joli que le vieux mot, pseudo-savant, de dactylo.
Les dactylos utilisent tous les doigts. L’usage du pouce seul est intéressant en ce qu’il constitue précisément une régression d’usage. Et Apollinaire aimait « les belles sténo-dactylographes ».
Le surnom affectueux que donne Michel Serres à ces enfants d’aujourd’hui est en réalité infantilisant et condescendant.
- Ils ne parlent plus la même langue. Depuis Richelieu, l’Académie française publie, à peu près tous les quarante ans, pour référence, le dictionnaire de la nôtre. Aux siècles précédents, la différence entre deux publications s’établissait autour de quatre à cinq mille mots, chiffres à peu près constants ; entre la précédente et la prochaine, elle sera d’environ trente mille.
Moins de vingt mille dans la neuvième édition (dont les trois premiers tomes sur quatre comprennent quatorze mille nouveaux mots).
Des chiffres qui ne veulent pas dire grand-chose : il faudrait, avec des listes fréquentielles, comparer les mots d’usage courant. Car de ce point de vue la langue française est d’une grande constance, qui permet de lire aujourd’hui avec facilité une fable d’il y a trois cent ans. Wink
À ce rythme linguistique, on peut deviner que, dans peu de générations, nos successeurs pourraient se trouver aussi séparés de nous que nous le sommes de l’ancien français de Chrétien de Troyes ou de Joinville. Ce gradient donne une indication quasi photographique des changements majeurs que je décris.
L’ancien français n’était pas fixé par une académie, d’où sa difficulté. Le "gradient" choisi par Michel Serres est peu pertinent.
Cette immense différence, qui touche toutes les langues, tient, en partie, à la rupture entre les métiers des années cinquante et ceux d’aujourd’hui. Petite Poucette et son frère ne s’évertueront plus aux mêmes travaux.
La langue a changé, le travail a muté.
La langue n’a pas tellement changé.

- III -

L’individu

Mieux encore, les voilà devenus des individus. Inventé par saint Paul, au début de notre ère, l’individu vient de naître seulement ces jours-ci. Nous rendons-nous compte à quel point nous vivions d’appartenances, de jadis jusqu’à naguère ? Français, catholiques ou juifs, Gascons ou Picards, riches ou pauvres, femmes ou mâles… nous appartenions à des régions, des religions, des cultures, rurales ou villageoises, des groupes singuliers, des communes locales, un sexe, la patrie. Par les voyages, les images, la toile, les guerres abominables, ces collectifs ont à peu près tous explosé. Ceux qui demeurent continuent aujourd’hui, vite, d’éclater.
Encore et toujours l’angélisme de M. Serres, qui devrait visiter les sites de rencontre communautaires, comme Mektoube ou jdate. Twisted Evil

Quant à la fin des « guerres abominables » grâce à la toile, M. Serres fait preuve d’un magnifique optimisme philosophique.

L’individu ne sait plus vivre en couple, il divorce ; ne sait plus se tenir en classe, il remue et bavarde ; ne prie plus en paroisse ; l’été dernier, nos footballeurs n’ont pas su faire équipe ;
M. Serres confond délibérément dans son raisonnement enfant et adulte. Ce qui est effectivement une des caractéristiques de la modernité.

Pour les footballeurs, M. Serres n’avait-il pas affirmé précédemment que c’étaient nous, les adultes, qui étions « inconscients et narcissiques » ? Et que les nouvelles générations savaient vivre mieux que nous le multiculturalisme ?

Plus grave : les considérations de M. Serres sur les élèves valent légitimation : il est normal et légitime que les élèves d’aujourd’hui « remuent et bavardent » (et bien pire, d’ailleurs : M. Serres devrait enseigner un an ou deux dans certains établissements). Bref, les enseignants, grâce à M. Serres, peuvent encore plus se sentir « critiqués, méprisés, vilipendés ».
nos politiques savent-ils encore construire un parti ? On dit partout mortes les idéologies ; ce sont les appartenances qu’elles recrutaient qui s’évanouissent.
Les appartenances, qu’elles soient culturelles, religieuses ou sociales, ont encore de beaux jours devant elles grâce à des discours comme celui de M. Serres. L’école n’a jamais aussi peu joué son rôle républicain qu’aujourd’hui.
Cet individu nouveau-né annonce plutôt une bonne nouvelle. À balancer les inconvénients de l’égoïsme et les crimes de guerre commis par et pour la libido d’appartenance – des centaines de millions de morts –, j’aime d’amour ces jeunes gens.
Une génération heureuse et altruiste, quel bonheur. Elle risque effectivement d’être trop égoïste pour accepter de faire la guerre. Ceux qui en France ont eu le courage de résister au nazisme auraient dû avoir honte de leur « libido d’appartenance ».
Cela dit, reste à inventer de nouveaux liens. En témoigne le recrutement de Facebook, quasi équipotent à la population du monde.
Avec un milliard de membres, on laisse quand même une petite partie de l’humanité sur le palier. C’est une certaine vision de l’humanité, généreuse et ouverte, qui s’exprime ici, effectivement.
Comme un atome sans valence, Petite Poucette est toute nue.
Tant qu’elle a un smartphone sous le pouce…
Nous, adultes, n’avons inventé aucun lien social nouveau. L’emprise de la critique et du soupçon les déconstruit plutôt.
Il y aura un Nuremberg dans l’avenir, pour juger tous ces adultes irresponsables.
Rarissimes dans l’histoire, ces transformations, que j’appelle hominescentes, créent, au milieu de notre temps et de nos groupes, une crevasse si large que peu de regards l’ont mesurée à sa vraie taille.
Heureusement qu’il y a des phares de l’humanité comme Michel Serres.
Je la compare, je le répète, à celles qui intervinrent au néolithique, à l’aurore de la science grecque, au début de l’ère chrétienne, à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance.
Puisque c’est une phase nouvelle pour l’humanité, c’est nécessairement une phase de progrès. L’humanité n’a connu que des progrès continus, jamais de périodes sombres de délitement ou de régression. Le XXème siècle est un bon exemple : on a tué avec des technologies innovantes et des méthodes modernes plus de personnes en deux guerres mondiales que pendant toutes les autres guerres humaines réunies.
Sur la lèvre aval de cette faille, voici des jeunes gens auxquels nous prétendons dispenser de l’enseignement, au sein de cadres datant d’un âge qu’ils ne reconnaissent plus : bâtiments, cours de récréation, salles de classe, bancs, tables, amphithéâtres, campus, bibliothèques, laboratoires même, j’allais même dire savoirs… cadres datant, dis-je, d’un âge et adaptés à une ère où les hommes et le monde étaient ce qu’ils ne sont plus.
Le « savoir » semble effectivement « inadapté ». Ce qui est très rassurant pour l’avenir. Neutral

Mais qui justement critique l’absence d’un « lien social nouveau » tout en balayant d’un revers tous les espaces communs de la république, à commencer par l’école ?
- IV -

Trois questions, par exemple : Que transmettre ? À qui le transmettre ? Comment le transmettre ?

Que transmettre ? Le savoir !
La mission de l’école est et a toujours été bien plus vaste que de simplement transmettre le « savoir ».
Jadis et naguère, le savoir avait pour support le corps même du savant, de l’aède ou du griot. Une bibliothèque vivante… voilà le corps enseignant du pédagogue.
On se demande bien à quelle époque se réfère M. Serres en évoquant « jadis et naguère ». Les aèdes ou griots ne sont pas et n’ont jamais été des figures d’enseignants. Quand à Socrate, le pédagogue par excellence, difficile de le considérer comme une « savant » ou une « bibliothèque vivante ». Pour servir son propos M. Serres objective la figure de l’enseignant.
Peu à peu, le savoir s’objectiva d’abord dans des rouleaux, vélins ou parchemins, support d’écriture, puis, dès la Renaissance, dans les livres de papier, supports d’imprimerie, enfin, aujourd’hui, sur la toile, support de messages et d’information.
Si l’on suit le raisonnement simpliste de M. Serres un parchemin est dépositaire d’un savoir au même titre que l’enseignant et à ce titre enseigne aussi bien que lui. Donnez des livres à vos enfants : ils deviendront savants. Rolling Eyes
L’évolution historique du couple support-message est une bonne variable de la fonction d’enseignement. Du coup, la pédagogie changea trois fois : avec l’écriture, les Grecs inventèrent la paideia ; à la suite de l’imprimerie, les traités de pédagogie pullulèrent.
J’aurais plutôt pensé que les traités de pédagogies pullulèrent ces trente dernières années. Comme tous les pédagogistes M. Serres appelle à un changement de pédagogie qui a déjà eu lieu depuis longtemps et dont on peut aujourd’hui constater les effets. Twisted Evil

Aujourd’hui ?

Je répète. Que transmettre ? Le savoir ? Le voilà, partout sur la toile, disponible, objectivé.
Supposons que le savoir est disponible sur la toile : : il est facile d’accès mais est-il accessible pour autant ? Non. Le texte original grec de La Poétique d’Aristote reste d’un accès complexe, de par la langue, la dimension culturelle et la portée philosophique de sa réflexion. La disponibilité en ligne n’y change rien. Twisted Evil

Supposons encore que le savoir est disponible sur la toile : est-il transmis pour autant ? Non. C’est même tout le contraire : pourquoi lire un livre quand on peut lire son résumé ? pourquoi réfléchir ou traduire par soi-même quand des sites vous proposent des corrections ou des traductions toutes faites ? pourquoi aller sur un site culturel quand on peut aller sur un site de jeu en ligne massivement multi-joueurs ? Non seulement le web ne permet pas la transmission, mais d'une certaine manière il lui fait obstacle.

Supposons que le savoir est partout sur la toile : la toile n’offre-t-elle qu’un savoir repérable, fiable, organisé et adapté au niveau de chaque élève ? Non. La toile est un chaos, un capharnaüm, un fouillis inextricable dans lequel il faut savoir se repérer et discerner le bon grain de l’ivraie. La culture personnelle, l’esprit critique, la capacité de raisonnement, l’autonomie de pensée – toutes choses auxquelles prépare l’école - sont des boussoles qui sont plus nécessaires que jamais. Il suffit de prendre l’exemple des sites paramédicaux pour comprendre à quels errements nous expose la toile. Quant aux vrais sites médicaux universitaires, ils sont généralement incompréhensibles pour le tout-venant.

Le transmettre à tous ? Désormais, tout le savoir est accessible à tous. Comment le transmettre ? Voilà, c’est fait.
Ce raisonnement est d’une naïveté confondante : facile d’accès n’est pas accessible. Disponible n’est pas transmis. A ce compte on parle anglais quand on sait utiliser un traducteur automatique.

Avec l’accès aux personnes, par le téléphone cellulaire, avec l’accès en tous lieux, par le GPS, l’accès au savoir est désormais ouvert. D’une certaine manière, il est toujours et partout déjà transmis.
Heureuse nouvelle : la question de la transmission ne se pose plus ! Plus besoin de connaître, il suffit de pouvoir connaître à tout instant. La culture n’est plus en nous mais en ligne. Elle n'est plus réelle, elle est potentielle. Neutral

Pourtant, quand on y réfléchit bien, le web ne fait que rendre plus facile d’accès un savoir qui était déjà disponible dans toutes les bibliothèques du monde et dont les élèves pouvaient d’ores et déjà profiter bien avant. Comme quoi l’éducation ne se résume pas au savoir et à sa transmission.

Objectivé, certes, mais, de plus, distribué. Non concentré. Nous vivions dans un espace métrique, dis-je, référé à des centres, à des concentrations. Une école, une classe, un campus, un amphi, voilà des concentrations de personnes, étudiants et professeurs, de livres, en bibliothèques, très grande dit-on parfois, d’instruments dans les laboratoires… ce savoir, ces références, ces livres, ces dictionnaires… les voilà distribués partout et, en particulier, chez vous ;
Encore faut-il en connaître l’existence, s’en servir, savoir s’en servir et s’en servir à bon escient. Twisted Evil

mieux, en tous les lieux où vous vous déplacez ; de là étant, vous pouvez toucher vos collègues, vos élèves, où qu’ils passent ; ils vous répondent aisément.
Non seulement le savoir est à la disposition de l’élève, mais le professeur également. Un grand progrès social, sans nul doute.

L’ancien espace des concentrations – celui-là même où je parle et où vous m’écoutez, que faisons-nous ici ? – se dilue, se répand ; nous vivons, je viens de le dire, dans un espace de voisinages immédiats, mais, de plus, distributif. – Je pourrai vous parler de chez moi ou d’ailleurs, et vous m’entendriez ailleurs ou chez vous.
Pour entendre, encore faut-il écouter. Cette dématérialisation de la parole va de pair avec la fragmentation de l’attention : un internaute lit en moyenne une quinzaine de mots par page web.

Ne dites surtout pas que l’élève manque des fonctions cognitives qui permettent d’assimiler le savoir ainsi distribué, puisque, justement, ces fonctions se transforment avec le support.
C’est effectivement ce que souligne Nicholas Carr : sauf que ces « transformations » sont globalement négatives et constituent des régressions de l’intellect.

Par l’écriture et l’imprimerie, la mémoire, par exemple, muta au point que Montaigne voulut une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine. Cette tête a muté.
Socrate aurait voulu la même chose que Montaigne. Comme n’importe quel enseignant d’ailleurs.

Cette citation de Montaigne est généralement détournée par tous les pédagogistes actuels pour justifier le renoncement à tout apprentissage systématique (l’histoire, la géographie, les tables de multiplications, les poèmes, les formules algébriques etc.) et au nécessaire effort qui l’accompagne. Pourquoi apprendre ? Or Montaigne, dont la culture était immense, n’a jamais voulu une tête bien vide.

Et toujours dans le discours de M. Serres ces expressions neutres (« a muté »). La comparaison avec les changements occasionnés par l’invention de l’écriture ou de l’imprimerie ne suffit pas pour déterminer la dimension positive ou négative des changements actuels en cours.
De même donc que la pédagogie fut inventée (paideia) par les Grecs, au moment de l’invention et de la propagation de l’écriture ; de même qu’elle se transforma quand émergea l’imprimerie, à la Renaissance ; de même, la pédagogie change totalement avec les nouvelles technologies.
Et, je le répète, elles ne sont qu’une variable quelconque parmi la dizaine ou la vingtaine que j’ai citées ou pourrais énumérer.
Concrètement, à part la suppression des lieux d’enseignement, quels sont les « changements » que suppose une nouvelle pédagogie pour accompagner les « nouvelles technologies » ? Pourquoi M. Serres reste-t-il si vague ?
Ce changement si décisif de l’enseignement, – changement répercuté sur l’espace entier de la société mondiale et l’ensemble de ses institutions désuètes, changement qui ne touche pas, et de loin, l’enseignement seulement, mais sans doute le travail, la politique et l’ensemble de nos institutions – nous sentons en avoir un besoin urgent, mais nous en sommes encore loin ; probablement, parce que ceux qui traînent encore dans la transition entre les derniers états n’ont pas encore pris leur retraite, alors qu’ils diligentent les réformes, selon des modèles depuis longtemps évanouis.
M. Serres en fait partie, avec ses « doigts gourds ». Car ceux qui connaissent bien les nouvelles technologies et les élèves d’aujourd’hui s’inquiètent à juste titre de l’avenir de notre école et de notre modèle républicain dont on peut espérer qu’il ne s’évanouisse pas. Il y a des choses du passé dont on peut souhaiter la pérennité.
Enseignant pendant quarante ans sous à peu près toutes les latitudes du monde, où cette crevasse s’ouvre aussi largement que dans mon propre pays…
M. Serres aurait davantage été avisé d’enseigner dans certaines écoles de certains quartiers de France, loin de la Coupole, où les Petits Poucets n’évoluent malheureusement pas dans des contes de fées.
…j’ai subi, j’ai souffert ces réformes-là comme des emplâtres sur des jambes de bois, des rapetassages ; or les emplâtres endommagent le tibia comme les rapetassages déchirent encore plus le tissu qu’ils cherchent à consolider.
Encore une comparaison fumeuse. On pourrait en prendre le contre-pied : toutes les réformes engagées dans l’éducation depuis trente ans déchirent les tissus de ce grand corps malade qu’est l’école. Allons beaucoup plus loin : amputons, tuons le malade !
Oui, nous vivons un période comparable à l’aurore de la paideia, après que les Grecs apprirent à écrire et démontrer ; comparable à la Renaissance qui vit naître l’impression et le règne du livre apparaître
Mais M. Serres se réfère sans cesse à une histoire et à une littérature que la Petite Poucette ne peut pas comprendre, parce que trop éloignées d’elle.

Oui, le règne du livre est apparu avec l’imprimerie. Et avec Google il va disparaître et l’acte de lecture avec lui : réjouissons-nous tous !
… période incomparable pourtant, puisqu’en même temps que ces techniques mutent, le corps se métamorphose, changent la naissance et la mort, la souffrance et la guérison, l’être-au-monde lui-même, les métiers, l’espace et l’habitat.
Tous ces changements sont bien antérieurs à l’éclosion du numérique.
- V -

Face à ces mutations, sans doute convient-il d’inventer d’inimaginables nouveautés, hors les cadres désuets qui formatent encore nos conduites et nos projets.
Les livres, par exemple.
Nos institutions luisent d’un éclat qui ressemble, aujourd’hui, à celui des constellations dont l’astrophysique nous apprit jadis qu’elles étaient mortes déjà depuis longtemps.
Les étoiles, même mortes depuis longtemps, ont toujours guidé les marins dans ce monde. La culture est à l'image des étoiles : éloignée, elle nous fascine et nous sert de repère à tous et nous donne de l'humilité.
Pourquoi ces nouveautés ne sont-elles point advenues ? J’en accuse les philosophes, dont je suis, gens qui ont pour métier d’anticiper le savoir et les pratiques à venir, et qui ont, comme moi, ce me semble, failli à leur tâche.
Je ne sache pas que les philosophes aient pour mission la prospective : comprendre le monde d’aujourd’hui et les illusions des enjeux du numérique aurait bien suffi à Michel Serres. Twisted Evil
Engagés dans la politique au jour le jour, ils ne virent pas venir le contemporain. Si j’avais eu, en effet, à croquer le portrait des adultes, dont je suis, il eût été moins flatteur.
Les adultes, à commencer par les professeurs qui n’ont pas su inventer une nouvelle morale et une nouvelle pédagogie, ont été bien vilipendés dans ce discours : il suffit de le relire pour s’en convaincre.
Je voudrais avoir dix-huit ans, l’âge de Petite Poucette et de Petit Poucet, puisque tout est à refaire, non, puisque tout est à faire.
Il existe de nombreux clubs de retraités pour s’initier à l’informatique. Laughing
Je souhaite que la vie me laisse assez de temps pour y travailler encore, en compagnie de ces Petits, auxquels j’ai voué ma vie, parce que je les ai toujours respectueusement aimés.
M. Serres, par cette déclaration, nous donne une belle leçon de jeunisme béat. Qui risque de bien mal vieillir, malheureusement. Comme le dit Abraxas, la vieillesse est un naufrage.

Bref on peut se demander à quoi Michel Serres.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Aredius le Lun 30 Juil 2012 - 8:22

Merci pour cette critique. M. Serres vieillit mal. "La vieillesse est un naufrage", c'est du De Gaulle, du Chateaubriand, non ?

_________________
Aredius, Nantes,http://lefenetrou.blogspot.com
"Homo sum et nihil humani a me alienum puto" (Terence)
"Quis custodiet ipsos custodes? " (Juvenal)

Aredius
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Dugong le Lun 30 Juil 2012 - 9:10

@Luigi_B a écrit:M. Serres, par cette déclaration, nous donne une belle leçon de jeunisme béat
Papy Serres est le titulaire inamovible (le pivot ?) du cinq de base de la Dream Team Stannah.

Atteint de la dérive des incontinents, ce fréquent transatlante * nous dépeint comme des hiphopcondriaques **.

Au Moloch, il est très écouté...


* une pensée pour l'inénarrable Cadichon.

** bientôt dans vos bacs...


Dernière édition par Dugong le Lun 30 Juil 2012 - 9:20, édité 1 fois

Dugong
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Celadon le Lun 30 Juil 2012 - 9:15

C'était mieux quand il était jeune, Aredius ?

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Aredius le Lun 30 Juil 2012 - 9:53

Il a enthousiasmé lors de conférences, c'était il y a 35 ans ! Ses Hermes I, II, ... étaient eux plutôt soporifiques.

_________________
Aredius, Nantes,http://lefenetrou.blogspot.com
"Homo sum et nihil humani a me alienum puto" (Terence)
"Quis custodiet ipsos custodes? " (Juvenal)

Aredius
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Luigi_B le Lun 30 Juil 2012 - 10:35

@Aredius a écrit:M. Serres vieillit mal. "La vieillesse est un naufrage", c'est du De Gaulle, du Chateaubriand, non ?
Je ne sais plus, mais je faisais référence à ce fil : http://www.neoprofs.org/t31023-michel-serres-est-un-naufrage?

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par JPhMM le Lun 30 Juil 2012 - 11:08

@Luigi_B a écrit:
Pendant combien de temps pourront-ils encore chanter l’ignoble « sang impur » de quelque étranger ?
Parce que c’est seulement dans une société multiculturelle que cette expression est choquante ?
D'autant que cette impureté-là n'a absolument aucun rapport avec le sang de l'étranger, le sang impur désignant celui des peuples (et donc, par déduction, des Révolutionnaires eux-mêmes) opposé au sang bleu (dit pur). Contresens bobo au possible, mais toujours aussi étonnant à lire chez un personnage tel que Serres.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Eduquer au XXIe siècle par Michel Serres

Message par Avril69 le Lun 30 Juil 2012 - 12:52

Luigi, merci pour cette lecture critique ! veneration

Avril69
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum