punir les garçons ne sert à rien...

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Cath le Mer 9 Mar 2011 - 14:34

Bah, au lieu de supprimer les punitions, on pourrait supprimer les garçons?

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par JPhMM le Mer 9 Mar 2011 - 14:37

cath5660 a écrit:Bah, au lieu de supprimer les punitions, on pourrait supprimer les garçons?
Houla, on se calme, c'était hier la journée de la femme.

diable

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Anna de Noailles le Mer 9 Mar 2011 - 14:46

@Marie Laetitia a écrit:
@Anna de Noailles a écrit:

Ah? elle a enseigné. C'est du passé.
Elle a trouvé une parade pour ne plus le faire. Si elle enseigne encore,
qu'elle nous montre concrètement comment il faut faire...

Là je ne suis pas d'accord. J'en connais qui enseigne et que ça n'empêche pas d'avoir ce genre de discours. Ils ne comprennent pas que l'on puisse vivre comme eux dans une bulle où l'élève a toujours raison de se comporter comme il le fait... (récemment avec un collègue d'HG qui enseigne depuis dix ans, pas moyen de lui faire comprendre qu'un élève qui répondait "hé vous (le prof) m'agressez, là !" alors que l'enseignant lui demandait seulement d'enlever ses écouteurs... ça n'était qu'une répartie pour détourner sur le prof la cause du problème. Banal, vu et revu. Mais rien à faire. Il se torturait à recherche une explication, en pure perte).

Qu'un prof capable de tenir ce genre de discours n'enseigne plus n'est pas l'argument universel.

Je n'ai jamais dit que seul un enseignant qui n'enseignait plus pouvait tenir ce type de discours. Je pense que c'est un discours que l'on peut entendre partout et de la bouche de tous. Ceci dit, quand on est devant un public difficile qui peut se montrer insultant, un public masculin dans le cas présent, il me semble difficile de demander au prof de dialoguer et de ne pas sanctionner et rappeler à l'ordre quelqu'un qui manque de respect. Cette politique de l'excuse devient usante. Il faut comprendre pourquoi l'élève se comporte mal, ne pas le punir. C'est facile en théorie mais en pratique cela me semble plus complexe, c'est tout. Il y a des collègues qui excusent beaucoup, qui passent tout et cherchent à comprendre; Ce n'est pas pour autant que les élèves leur rendent. La fois d'après, les élèves continuent. Moi, je fais partie de ces gens qui pensent qu'une punition bien expliquée, un rappel à l'ordre en bonne et due forme aide l'élève - fille et garçon - à trouver ses limites, à se construire. Le dialogue intervient chez moi avant la sanction , puis après lorsqu'il s'agit de l'expliquer; Je ne crois pas à la sanction 0. L'élève raisonnable sans la peur du bâton, je n'y crois pas - enfin pas dans mon établissement sensible. Chez nous, le seul moyen de s'en sortir en tant que prof c'est d'avoir les élèves à l'oeil et de les punir à bon escient. J'aimerais être dans ce type d'établissement où il suffit de parler avec l'élève pour changer un comportement; malheureusement, ici , le simple dialogue est vu par l'élève comme un sursis de punition et donc une victoire. Dialoguer, faire comprendre oui mais quand il y a débordement, la punition peut être utile.

Anna de Noailles
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Cath le Mer 9 Mar 2011 - 14:53

@JPhMM a écrit:
cath5660 a écrit:Bah, au lieu de supprimer les punitions, on pourrait supprimer les garçons?
Houla, on se calme, c'était hier la journée de la femme.

diable

meuh non, j'rigole...



Quoique. Parait que c'est mieux pour la scolarité des filles, la non-mixité.

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par JPhMM le Mer 9 Mar 2011 - 14:56

Moi qui pensais que l'adulte avait aussi pour responsabilité de poser, respecter et faire respecter les limites qui sont nécessaires à l'adolescent pour pouvoir devenir un adulte lui-même un jour... moi qui pensais que cela passait aussi par la responsabilisation de l'adolescent en lui faisant prendre conscience des conséquences de ses actes en sanctionnant chaque dépassement de limite...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Marie Laetitia le Mer 9 Mar 2011 - 15:03

@Anna de Noailles a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:
@Anna de Noailles a écrit:

Ah? elle a enseigné. C'est du passé.
Elle a trouvé une parade pour ne plus le faire. Si elle enseigne encore,
qu'elle nous montre concrètement comment il faut faire...

Là je ne suis pas d'accord. J'en connais qui enseigne et que ça n'empêche pas d'avoir ce genre de discours. Ils ne comprennent pas que l'on puisse vivre comme eux dans une bulle où l'élève a toujours raison de se comporter comme il le fait... (récemment avec un collègue d'HG qui enseigne depuis dix ans, pas moyen de lui faire comprendre qu'un élève qui répondait "hé vous (le prof) m'agressez, là !" alors que l'enseignant lui demandait seulement d'enlever ses écouteurs... ça n'était qu'une répartie pour détourner sur le prof la cause du problème. Banal, vu et revu. Mais rien à faire. Il se torturait à recherche une explication, en pure perte).

Qu'un prof capable de tenir ce genre de discours n'enseigne plus n'est pas l'argument universel.

Je n'ai jamais dit que seul un enseignant qui n'enseignait plus pouvait tenir ce type de discours. Je pense que c'est un discours que l'on peut entendre partout et de la bouche de tous. Ceci dit, quand on est devant un public difficile qui peut se montrer insultant, un public masculin dans le cas présent, il me semble difficile de demander au prof de dialoguer et de ne pas sanctionner et rappeler à l'ordre quelqu'un qui manque de respect. Cette politique de l'excuse devient usante. Il faut comprendre pourquoi l'élève se comporte mal, ne pas le punir. C'est facile en théorie mais en pratique cela me semble plus complexe, c'est tout. Il y a des collègues qui excusent beaucoup, qui passent tout et cherchent à comprendre; Ce n'est pas pour autant que les élèves leur rendent. La fois d'après, les élèves continuent. Moi, je fais partie de ces gens qui pensent qu'une punition bien expliquée, un rappel à l'ordre en bonne et due forme aide l'élève - fille et garçon - à trouver ses limites, à se construire. Le dialogue intervient chez moi avant la sanction , puis après lorsqu'il s'agit de l'expliquer; Je ne crois pas à la sanction 0. L'élève raisonnable sans la peur du bâton, je n'y crois pas - enfin pas dans mon établissement sensible. Chez nous, le seul moyen de s'en sortir en tant que prof c'est d'avoir les élèves à l'oeil et de les punir à bon escient. J'aimerais être dans ce type d'établissement où il suffit de parler avec l'élève pour changer un comportement; malheureusement, ici , le simple dialogue est vu par l'élève comme un sursis de punition et donc une victoire. Dialoguer, faire comprendre oui mais quand il y a débordement, la punition peut être utile.

nous sommes bien d'accord sur le fond. Mon propos est juste de dire que certains collègues devant les élèves sont dans leur bulle (peut-être parce que leur public le leur permet), mais qu'il faut utiliser avec précaution "ah mais il n'enseigne pas/plus"

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Chocolat le Mer 9 Mar 2011 - 15:27

@roxanne a écrit:Allez la dernière blagounette pour rire un peu ....Et dire que ces gens sont payés pour écrire des conneries pareilles !

http://info.sfr.fr/insolite/articles/punir-garcons-ca-ne-sert-a-rien,445257/?sfrintid=HCA_actu_actu_txt_mea2


Consternant!

Mais pourquoi les gens qui réfléchissent en dépit de tout bon sens reçoivent des prix? scratch

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Lornet le Mer 9 Mar 2011 - 16:12

J'espère qu'ils ne vont pas prouver qu'enseigner ne sert à rien car ce qu'on leur apprend, ils l'oublient.

_________________
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Marie Laetitia le Mer 9 Mar 2011 - 16:15

@Lornet a écrit:J'espère qu'ils ne vont pas prouver qu'enseigner ne sert à rien car ce qu'on leur apprend, ils l'oublient.

hooo ça ne saurait tarder... Razz voire, ça a déjà été prouvé... Suspect

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)

________________________________________________

Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...

Marie Laetitia
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Chocolat le Mer 9 Mar 2011 - 16:21

Les enseignants ne servent à rien, non plus; ils ne sont qu'une source supplémentaire de stress pour les élèves, les parents et le MEN. elephantrose

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Dani le Mer 9 Mar 2011 - 16:22

@Daphné a écrit:
@Dani a écrit:L'article précise que le Snes est favorable aux punitions...
Si cela est vrai, pourquoi ce syndicat est-il si discret quand des p'tits chefs s'autorisent à supprimer colles et punitions demandées par un collègue, alors qu'il s'agit là d'un grand classique quand un p'tit chef veut déstabiliser l'un d'entre-nous. Ceci étant, les autres syndicats sont tout aussi discrets.


http://www.snalc.fr/outrage,308,282.html

http://www.snalc.fr/agressions,46,282.html

En fait, il existe deux syndicats qui sont clairs sur ce qui relèvent des infractions pénales commises par les élèves et leur famille contrte nous : FO et le SNALC.
Pour autant, les extraits que tu cites ne mentionnent pas le fait qu'il existe un sysytème d'impunité en place,verrouillé et souvent organisé par le p'tit chef, surtout quand un collègue lui tient tête. La suppression des punitions est un classique des classiques. En une semaine, l'insoumis est éliminé.

Dani
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par pavot le Mer 9 Mar 2011 - 16:23

Oui Chocolat, mais tout ce qui ne sert à rien est ESSENTIEL donc les profs sont nécessaires! cheers

pavot
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Rikki le Ven 18 Mar 2011 - 23:00

Je n'ai pas tout lu dans les détails, mais je ne suis pas d'accord pour dire que l'étude de cette fille n'est pas intéressante.

J'ai regardé son chat sur Libé, et ce qu'elle propose comme solution concrète est effectivement, tel que c'est présenté, assez consternant. Mais je pense que le fait d'apporter de mauvaises réponses ne veut pas dire que les questions ne sont pas bien posées.

Je m'explique : si j'ai bien compris, sa thèse est de dire que la punition fait partie de la construction identitaire du garçon. Je trouve que c'est intéressant, et que c'est vrai en ZEP. Mon fils, qui a fait son collège en "ZEP 5" a dû survivre à une identité de "bouffon". Il faut un certain courage à un garçon pour résister à la pression du groupe des pairs et pour ne pas se faire punir !

J'ai été atterrée de me rendre compte que s'il parlait poliment à ses enseignants, il se faisait traiter de "suceur de profs" !

Il a réussi à se glisser entre les gouttes, en ne dénonçant jamais personne, en étant loyal à ses camarades, et s'est petit à petit fait respecter. En Quatrième, tout ça était réglé, et il avait fait son trou. Mais combien de gamins ont "basculé" ?

Pour les filles, la pression du groupe est tout aussi forte, mais l'injonction de se faire punir n'existe pas. Une fille peut tout à fait exister en étant polie, agréable, elle est même d'une certaine manière encouragée à entrer dans les jeux de séduction.

Je ne crois pas qu'il soit stupide d'analyser ces fonctionnements.

Le problème, c'est qu'effectivement, proposer une solution "angéliste" ne sert à rien. Mais il est tout à fait vrai que la sanction joue un rôle "initiatique", dès l'école primaire pour certains.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Chocolat le Ven 18 Mar 2011 - 23:20

@Rikki a écrit:
Je n'ai pas tout lu dans les détails, mais je ne suis pas d'accord pour dire que l'étude de cette fille n'est pas intéressante.

J'ai regardé son chat sur Libé, et ce qu'elle propose comme solution concrète est effectivement, tel que c'est présenté, assez consternant. Mais je pense que le fait d'apporter de mauvaises réponses ne veut pas dire que les questions ne sont pas bien posées.


Le problème est que c'est ainsi depuis trente ans, au sein de l'EN... avec les dégâts que nous connaissons.
C'est pourquoi je pense qu'il serait grand-temps de proposer des solutions réalistes et efficaces.

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par La Jabotte le Ven 18 Mar 2011 - 23:21

@Rikki a écrit:Je n'ai pas tout lu dans les détails, mais je ne suis pas d'accord pour dire que l'étude de cette fille n'est pas intéressante.

J'ai regardé son chat sur Libé, et ce qu'elle propose comme solution concrète est effectivement, tel que c'est présenté, assez consternant. Mais je pense que le fait d'apporter de mauvaises réponses ne veut pas dire que les questions ne sont pas bien posées.

Je m'explique : si j'ai bien compris, sa thèse est de dire que la punition fait partie de la construction identitaire du garçon. Je trouve que c'est intéressant, et que c'est vrai en ZEP. Mon fils, qui a fait son collège en "ZEP 5" a dû survivre à une identité de "bouffon". Il faut un certain courage à un garçon pour résister à la pression du groupe des pairs et pour ne pas se faire punir !

J'ai été atterrée de me rendre compte que s'il parlait poliment à ses enseignants, il se faisait traiter de "suceur de profs" !

Il a réussi à se glisser entre les gouttes, en ne dénonçant jamais personne, en étant loyal à ses camarades, et s'est petit à petit fait respecter. En Quatrième, tout ça était réglé, et il avait fait son trou. Mais combien de gamins ont "basculé" ?

Pour les filles, la pression du groupe est tout aussi forte, mais l'injonction de se faire punir n'existe pas. Une fille peut tout à fait exister en étant polie, agréable, elle est même d'une certaine manière encouragée à entrer dans les jeux de séduction.

Je ne crois pas qu'il soit stupide d'analyser ces fonctionnements.

Le problème, c'est qu'effectivement, proposer une solution "angéliste" ne sert à rien. Mais il est tout à fait vrai que la sanction joue un rôle "initiatique", dès l'école primaire pour certains.

Mais dans ce cas Rikki, la thèse de cette dame est boîteuse : ce n'est pas la punition donnée qui est en cause, mais la réaction des garçons face à la punition.
De plus, si j'observe mes propres pratiques, je ne punis pas davantage les garçons que les filles. En revanche, ce sont bien les garçons qui, le plus souvent, ne s'arrêtent pas à la punition mais courent à la sanction. Pourquoi mettre en cause les profs et les éducateurs dans cela ?
Et surtout, my God, au nom de quoi vouloir supprimer totalement toute différence sexuée ?
Personne n'a jamais appris à madame la prof d'espagnol agrégée que les mêmes hormones n'envahissent pas les filles et les garçons ? Que la testostérone a quelques effets indésirables, tout comme les oestrogènes ? Et que cela n'empêche pas les individus de tout faire pour surmonter ces effets, afin d'être aptes à vivre en société ?
Rien que le titre de son bouquin est une honte.
Et que croit-elle ? Que nous passons notre temps à punir et sanctionner sans jamais chercher d'autres solutions ? Sans dialoguer ? Pour qui prend-elle ses collègues ? C'est une folle qui a une idée fixe, et elle réussit malgré tout à faire parler d'elle et à obtenir des prix. C'est délirant. C'est inquiétant.

Je suis outrée par le titre de son bouquin, je ne m'en remets pas.
En tout cas, une chose est sûre : elle n'a toujours pas fait la différence, après tant d'années d'enseignement, entre punition et sanction.

Quant à ses méthodes... Personne ne semble avoir songé à lui demander à quel moment exact elle consent à faire cours...

La Jabotte
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Chocolat le Ven 18 Mar 2011 - 23:28

Je salue ta forme olympique, la Jabotte! abj

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par La Jabotte le Ven 18 Mar 2011 - 23:36

Merci, c'était une sorte de dernier sursaut avant l'agonie finale...
J'ai une fin de semaine de folie et j'ai besoin de me défouler. Un conseil de 6e qui dure plus de 2heures, tu as déjà vu ça ? Ce soir, j'ai quitté le collège à 20h45, sachant que j'y retourne pour 8h demain et pareil lundi. Je hais mes week-ends raccourcis.

La Jabotte
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Chocolat le Sam 19 Mar 2011 - 10:06

@La Jabotte a écrit:Merci, c'était une sorte de dernier sursaut avant l'agonie finale...
J'ai une fin de semaine de folie et j'ai besoin de me défouler. Un conseil de 6e qui dure plus de 2heures, tu as déjà vu ça ? Ce soir, j'ai quitté le collège à 20h45, sachant que j'y retourne pour 8h demain et pareil lundi. Je hais mes week-ends raccourcis.

Non... scratch
Je déteste les conseils interminables.

Bon courage! Wink

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par lapetitemu le Sam 19 Mar 2011 - 10:35

@Marie Laetitia a écrit:C'est bizarre mais ce discours-là

"Il faut dire stop, on arrête, qu’est-ce que tu as dit ? Pourquoi tu
l’as dit ? Et prendre le temps de travailler sur ce que signifie être un
garçon, sur ce que signifie être une fille", estime-t-elle.

j'ai le souvenir de l'avoir encore entendu très récemment dans une formation IUFM... Rolling Eyes

Idem ! topela

Et pour les conseils de classe, tout pareil : j'en ai enchaîné 4h30 mardi soir, tout ce qu'il me fallait après 7h de formation (pour entendre que le prof devait mettre une table au milieu de la classe et que c'était aux élèves de se déplacer pour lui amener leurs exercices à corriger...) furieux

lapetitemu
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Docteur OX le Sam 19 Mar 2011 - 11:12

@Rikki a écrit:Je n'ai pas tout lu dans les détails, mais je ne suis pas d'accord pour dire que l'étude de cette fille n'est pas intéressante.

J'ai regardé son chat sur Libé, et ce qu'elle propose comme solution concrète est effectivement, tel que c'est présenté, assez consternant. Mais je pense que le fait d'apporter de mauvaises réponses ne veut pas dire que les questions ne sont pas bien posées.

Je m'explique : si j'ai bien compris, sa thèse est de dire que la punition fait partie de la construction identitaire du garçon. Je trouve que c'est intéressant, et que c'est vrai en ZEP. Mon fils, qui a fait son collège en "ZEP 5" a dû survivre à une identité de "bouffon". Il faut un certain courage à un garçon pour résister à la pression du groupe des pairs et pour ne pas se faire punir !

J'ai été atterrée de me rendre compte que s'il parlait poliment à ses enseignants, il se faisait traiter de "suceur de profs" !

Il a réussi à se glisser entre les gouttes, en ne dénonçant jamais personne, en étant loyal à ses camarades, et s'est petit à petit fait respecter. En Quatrième, tout ça était réglé, et il avait fait son trou. Mais combien de gamins ont "basculé" ?

.

Euh....mais pourquoi l'as tu laissé dans ce bahut ??????

Docteur OX
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Ruthven le Sam 19 Mar 2011 - 12:26

@lapetitemu a écrit:
@Marie Laetitia a écrit:C'est bizarre mais ce discours-là

"Il faut dire stop, on arrête, qu’est-ce que tu as dit ? Pourquoi tu
l’as dit ? Et prendre le temps de travailler sur ce que signifie être un
garçon, sur ce que signifie être une fille", estime-t-elle.

j'ai le souvenir de l'avoir encore entendu très récemment dans une formation IUFM... Rolling Eyes

Idem ! topela

Et pour les conseils de classe, tout pareil : j'en ai enchaîné 4h30 mardi soir, tout ce qu'il me fallait après 7h de formation (pour entendre que le prof devait mettre une table au milieu de la classe et que c'était aux élèves de se déplacer pour lui amener leurs exercices à corriger...) furieux

Une barre de pole dance sur le bureau, et le tour est joué pour captiver le public ...

Vous devriez faire un concours entre stagiaires sur celui qui arrive à caser l'idée la plus farfelue (avec un lot à la clé), cela égaierait ces tristes moments iufmesques.

Ruthven
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Rikki le Sam 19 Mar 2011 - 19:45

@Docteur OX a écrit:
@Rikki a écrit:Je n'ai pas tout lu dans les détails, mais je ne suis pas d'accord pour dire que l'étude de cette fille n'est pas intéressante.

J'ai regardé son chat sur Libé, et ce qu'elle propose comme solution concrète est effectivement, tel que c'est présenté, assez consternant. Mais je pense que le fait d'apporter de mauvaises réponses ne veut pas dire que les questions ne sont pas bien posées.

Je m'explique : si j'ai bien compris, sa thèse est de dire que la punition fait partie de la construction identitaire du garçon. Je trouve que c'est intéressant, et que c'est vrai en ZEP. Mon fils, qui a fait son collège en "ZEP 5" a dû survivre à une identité de "bouffon". Il faut un certain courage à un garçon pour résister à la pression du groupe des pairs et pour ne pas se faire punir !

J'ai été atterrée de me rendre compte que s'il parlait poliment à ses enseignants, il se faisait traiter de "suceur de profs" !

Il a réussi à se glisser entre les gouttes, en ne dénonçant jamais personne, en étant loyal à ses camarades, et s'est petit à petit fait respecter. En Quatrième, tout ça était réglé, et il avait fait son trou. Mais combien de gamins ont "basculé" ?

.

Euh....mais pourquoi l'as tu laissé dans ce bahut ??????

???????

Depuis quand on choisit son bahut ?


Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Reine Margot le Sam 19 Mar 2011 - 19:50

il y a toujours possibilité de demander une dérogation (une option rare par ex), ou au pire le privé. Plein de gens le faisaient dans mon bahut de l'an dernier, pour que leurs enfants n'y aillent pas.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Rikki le Sam 19 Mar 2011 - 19:53

marquisedemerteuil a écrit:il y a toujours possibilité de demander une dérogation (une option rare par ex), ou au pire le privé. Plein de gens le faisaient dans mon bahut de l'an dernier, pour que leurs enfants n'y aillent pas.

Et ça fait avancer le schmilblick ?

Rikki
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Reine Margot le Sam 19 Mar 2011 - 19:56

ben disons après que c'est un choix personnel. personnellement je ne condamne pas ces parents, je les comprends de penser avant tout à leurs enfants.

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: punir les garçons ne sert à rien...

Message par Lornet le Sam 19 Mar 2011 - 20:09

@Rikki a écrit:
marquisedemerteuil a écrit:il y a toujours possibilité de demander une dérogation (une option rare par ex), ou au pire le privé. Plein de gens le faisaient dans mon bahut de l'an dernier, pour que leurs enfants n'y aillent pas.

Et ça fait avancer le schmilblick ?

Dans ma 6e où il y a de gros perturbateurs, les bons élèves polis et bien élevés m'ont dit que s'ils n'arrivaient pas à intégrer la section euro du collège (une seule classe à partir de la classe de 5e, et la concurrence est rude), leurs parents les mettraient dans le privé. Je ne blâme pas leurs parents, pas plus qu'ils ne m'ont fait le moindre reproche aux dernières réunions parents/profs, même si deux parents d'élèves moyens m'ont aussi dit que leurs enfants ne seront plus là l'an prochain, mais sans se plaindre du corps enseignant. Ce dont les parents se plaignent, c'est qu'une élève hurle dans la classe de leurs enfants, qu'un autre les frappe, parfois violemment, sans que rien ne semble fait.

_________________
Ma page pro Facebook : https://www.facebook.com/lectiole.blogspot.fr

Spoiler:

Lornet
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum