Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Violet
Esprit sacré

comment s'éclaire-t-on au XVI ?

par Violet le Jeu 10 Mar 2011 - 16:27
Dans le poème de Ronsard à Hélène, il est question de chandelle, soulignant par là la richesse de la dame. Je suppose que la chandelle est en cire.
Comment s'éclairent les autres personnes ? avec des bougies de suif ?
avatar
Thalie
Grand sage

Re: comment s'éclaire-t-on au XVI ?

par Thalie le Jeu 10 Mar 2011 - 16:41
Je demanderai à G. ce soir, il est incollable sur ce genre de trucs vu qu'il prépare la prochaine fin du monde, il a prévu de quoi s'éclairer pour faire ses bijoux après la fin du pétrole ! Quel boulet
avatar
Ruthven
Monarque

Re: comment s'éclaire-t-on au XVI ?

par Ruthven le Jeu 10 Mar 2011 - 16:50
Chandelle en suif, bougie en cire et lampe à huile.

Voir par exemple ici :

http://www.musebaroque.fr/Articles/eclairage.htm



avatar
Violet
Esprit sacré

Re: comment s'éclaire-t-on au XVI ?

par Violet le Jeu 10 Mar 2011 - 16:54
Merci !
donc je faisais un contresens...Embarassed et la pauvre Hélène n'a donc pas un éclairage luxueux...
avatar
Marie Laetitia
Bon génie

Re: comment s'éclaire-t-on au XVI ?

par Marie Laetitia le Jeu 10 Mar 2011 - 16:55
Oui, on distingue les chandelles de suif (jaunes) et les chandelles blanches (cire d'abeille). La "cire jaune" est utilisée dans les cuisines et par le personnel des grandes maisons, la "cire blanche" pour les maîtres, pour leur table, leur cabinet etc.

Sinon dans les écuries par exemple on pouvait s'éclairer à la lampe à huile, et en extérieur avec des falots (Vx. Récipient empli de suif, de poix, d'artifices, servant à
éclairer les abords d'un lieu de fête, les cours des maisons, etc.
Synon. vieilli pot à feu, (quasi-)synon. flambeau. La place royale est ce soir, aux falots, claire comme une chapelle! (BERTRAND, Gaspard, 1841, p. 101).
B. Lanterne portative emmanchée au bout d'un bâton ou portée à la main. Porter un falot au bout d'un bâton (Ac. 1835-1932). « Vous, monsieur le Baron, vous nous précéderez et tiendrez le falot. » Sigognac
acquiesça d'un signe de tête à cet arrangement. Les deux comédiens
(...) se mirent en marche précédés du baron, qui faisait tomber sur leur
route la lumière de la lanterne
(GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 148).)

_________________
 
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre dans le creux des rues pour monter au pouvoir, si tu crois encore au rêve du grand soir, et que nos ennemis, il faut aller les pendre... Aucun rêve, jamais, ne mérite une guerre. L'avenir dépend des révolutionnaires, mais se moque bien des petits révoltés. L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre. Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner (J. Brel, La Bastille)


Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. (...) Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout...


Et on ne dit pas "voir(e) même" mais "voire" ou "même".
Contenu sponsorisé

Re: comment s'éclaire-t-on au XVI ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum